• # Au revoir M. Kahn

    Posté par  . Évalué à 8 (+6/-0). Dernière modification le 06/07/21 à 17:23.

    Je n'ai pas pour habitude d'encenser les défunts, sous prétexte qu'ils le sont. J'avais même été assez critique sur la bronsonnisation de Michel Rocard ici-même.

    Cependant Axel Kahn, en plus de son travail de vulgarisation, a pris des positions fortes contre le clonage ou contre les tests génétiques (dans le cadre sportif ou dans le cadre du regroupement familial) à une époque où l'opinion scientifique et même politique semblait aller dans le sens inverse.

    Il aura également défendu les OGM, bien que possiblement en conflit d'intérêt, dans l'idée d'améliorer la condition humaine tout en gardant en tête que ça pouvait être un outil utilisé par les capitalistes pour asseoir un peu plus leur domination (on le voit aujourd'hui avec les OGM brevetés, pas de possibilité de réutilisation des semences, obligation d'utiliser les produits phytosanitaires de la même entreprise etc…). Qu'on soit pro ou anti OGM, on peut au moins lui reconnaître d'avoir poussé la question au-delà du simple pour/contre les OGM.

    Seul point noir au tableau dont j'ai souvenir, son démenti concernant l'affaire du charnier à Paris-Descartes où il aurait, selon d'autres témoignages, était pourtant au courant depuis plusieurs années.

    Il semble avoir essayé de tenir aux mieux ses positions humanistes dans un monde à l'individualisme grandissant.

    Il aura écrit un joli texte d'adieu sur les réseaux, mettant en avant son goût pour la vie et la sérénité avec laquelle il appréhendait la mort, qu'il savait proche. Un tel recul dénote pour moi une certaine force d'esprit et une vie qu'il savait accomplie.

    Au revoir M. Kahn. Merci pour votre travail, ni tout blanc, ni tout noir mais qui aujourd'hui semble cohérent avec vos idéaux.

    La majeure partie des morts l'était déjà de son vivant et le jour venu, ils n'ont pas senti la différence.

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.