Journal Le syndicat de l'édition phonographique vous montre le doigt !

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
0
7
mai
2004
La musique gratuite a un prix, disent-il dans une pub diffusées au dos d'un quotidien gratuit diffusé dans la région parisienne. On y voit une main brandie avec le majeur relevé et cette main est représenté un deuxième fois, mais... derrière les barreaux ! Le tout sur fond noir, en blanc et rouge. Rassurant....

Ils qualifient le téléchargement de vol A PRIORI, alors que, pour rappel, certains enregistrements sont dans le domaine public, que des articstes diffusent librement et gratuitement sur internet. Mais si le gratuit a un prix, c'est surtout pour eux: et ils entendent nous le faire payer. En fait, le message est le suivant : TOUTE LA MUSIQUE NOUS APPARTIENT : il faut nous la payer.

A quand une pub d'un grand éditeur de logiciel (suivez mon regard) ou un groupement comme la BSA, disant : le logiciel gratuit a un prix : si vous téléchargez du logiciel sur internet, c'est la prison !

Je pense que les artistes diffusant gratuitement pourrait demander des dommages et intérêts pour menaces exercées sur leur public. Sans autres explications, on pourrait même presque croire (c'est pas loin d'être imaginable) que iTunes est illégal.

Il existe des solutions pour leur faire payer leurs menaces : trouvez-les avant qu'ils ne les trouvent. Je ne donnerai qu'un seul indice : http://freenet.sourceforge.net/(...)
  • # Ca sert à rien

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    Ca sert a rien, mais je leur ai envoyé un mail il y'a 2 jours :


    To: disqueenfrance.com@agence-i-puzzle.com
    (Ils brassent des millions et n'on pas de mail avec leur domaine...)

    Bonjour,

    J'ai vu des images (et non le clip, je ne regarde que très peu la TV) de la nouvelle campagne de pub contre le piratage de musique, et j'ai été énormément choqué par une chose : l'amalgame entre la musique gratuite et la musique piraté.

    Savez vous qu'il existe des milliers de sites qui proposent de la musique gratuitement et tout à fait légalement ? Qu'un grand nombre d'artistes, ne pouvant ou ne voulant pas être distribué par les 5 majors qui controlent près de 90% des ventes de disque, utilisent internet pour se faire connaitre, vendre ou offrir leur production ? Savez vous que c'est à ces gens la que vous faites un doigt (d'une élégance folle, d'ailleur, votre campagne) ?

    Les associations, les petits labels, les artistes qui utilisent internet pour avoir un peu de visibilité, on en travers de la gorge cette amalgame constament entretenu de musique gratuite = musique piraté. C'est faux, vous le savez bien, alors, pour eux, pour nous, utilisez le terme adéquat dans votre campagne publicitaire. A moins que la musique légale et gratuite ne vous dérange aussi ?

    Ca ne me donne pas envie de continuer d'acheter vos disques (outre leur prix et la pètre qualité des "nouveaux talents" de la starac), et je crois que je puiserais de plus en plus ma musique ici : http://rezal404.org/wikini/wakka.php?wiki=Mp3Legal(...)



    Toujours pas de réponse...
    • [^] # Re: Ca sert à rien

      Posté par . Évalué à 1.

      moi, j'écrirais plutot au journaux. Y compris metro et autre qui sont finalement très lu.

      "La première sécurité est la liberté"

  • # Commentaire de seconde page

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Pour une fois que je lis plus attentivement les commentaires de seconde page, je l'ai vu; il est déjà là avec des screenshots et la réponse du p2p, http://linuxfr.org/~TImaniac/12398.html(...)

    Allez, à vous deux vous vous complètez.
    • [^] # Re: Commentaire de seconde page

      Posté par . Évalué à 1.

      Y'aurait pas une version pdf à imprimer quelque part ? parce que le jpeg la est un peu crade quand meme :`
  • # Mail

    Posté par . Évalué à 6.

    Je me suis aussi fendu d'un mail...

    To: disqueenfrance.com@agence-i-puzzle.com
    Subject: Demande de précisions
    Date: Fri, 7 May 2004 10:02:12 +0200
    X-Mailer: Sylpheed version 0.9.7 (GTK+ 1.2.10; i386-pc-linux-gnu)

    Bonjour,

    Je viens vous faire part d'une question qui me taraude.

    J'ai composé, écrit et interprété un album de musique électronique
    original que j'ai mis à diposition du public sur mon site Internet, ceci
    librement et gratuitement. Oh je ne prétends pas être un artiste ou quoi
    que ce soit du genre, je ne fait que partager ma passion sous forme de
    fichiers mp3, et je suis particulièrement heureux de recevoir des
    critiques positives ou négatives sur ma création de la part de personnes
    qui l'ont écouté.

    Pour en venir à ma question, j'ai reçu récemment un message d'une
    personne désirant télécharger les MP3s de cet album à partir de mon
    site. Il a vu dans les médias une campagne de publicité montrant un
    "doigt d'honneur" associé à la mention "www.partage.mp3" et "La musique
    gratuite a un prix" suivi d'un rappel de la loi sur la contrefaçon.
    Cette personne me demandait ce qu'elle risquait en téléchargeant ma
    musique. Or, je n'en sais rien. J'ai aussi pu aperçevoir votre publicité
    et cela m'a particulièrement inquiété. Puis-je être poursuivi pour avoir
    mis à disposition sur Internet ma propre musique originale? Les
    personnes téléchargeant ma musique peuvent-elles être poursuivies
    également?

    Vous comprendrez que ces questions m'inquiètent fortement et les
    personnes téléchargeant ma musique également.

    Merci de bien vouloir m'éclairer sur ces questions le plus rapidement
    possible.

    Cordialement.
    • [^] # Re: Mail

      Posté par . Évalué à 7.

      Au passage, quand les "artistes" (entre guillemets parce que bon hein) témoignent pour l'industrie du disque ça donne ça: http://www.promusicfrance.com/offline/artistsspeak/printed.htm(...)

      Et plus particulièrement:

      Les Blankass

      "Il nous a fallu plus de deux ans pour écrire notre nouvel album, six mois de répétitions, un mois pour l'enregistrer, quatre semaines pour le mixer, plus de deux mois de travail en collaboration avec les directeurs artistiques, graphistes, photographes et chefs de produit de notre maison de disque sur les visuels et art-work.
      Cela représente environ trois ans de travail impliquant une vingtaine de personnes.
      Il aura fallu quatre minutes et trente secondes à un ami pour le télécharger gratuitement …"

      Ben encore mieux moi il m'a fallu moins d'une minute pour acheter leur album 20 euros sans possibilité de l'écouter pour m'apercevoir que c'était... de la m***.

      Tous ces pseudo-artistes qui veulent faire pleurer dans les chaumières sur leur triste sort ça me rappelle Noir désir ou encore des gens comme Saez: "Universal ça pue c'est de la merde mais on signe chez eux quand même parce que bon nous on veux du fric". Ces gens-là n'en ont rien à foutre, ils jouent les rebelles parce que c'est à la mode et parce que ça fait de la pub (donc plus d'albums vendus). Et puis ça fait djeunz aussi et ça c'est bien de faire djeunz.
      • [^] # Re: Mail

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Il faut savoir qu'avant les moyens d'enregistrement modernes, la musique _n'existait pas_. D'ailleurs, cette musique (qu'elle soit classique ou populaire) a disparu quasi complétement du paysage musical. Non mais franchement, Mozart, ce looser, mais il a même pas vendu 1 seul CD de son vivant ! même pas une cassette ! même pas un 78 tours ! alors pas etonnant qu'il soit mort à 35 ans, dans ces conditions !

        Toutes façons, le gratuit, c'est l'ennemi.

        Pourquoi donner ce qu'on peut vendre ? Doit être une question qui les empêche de dormir la nuit :)))
      • [^] # Re: Mail

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Depuis, Noir Désir a trouvé une autre solution pour augmenter ses ventes...

        Bon, d'accord, je sors.. au moins, moi je peux !
        • [^] # Re: Mail

          Posté par . Évalué à 0.

          [+]

          Je voulais te plusser mais impossible de lire cette image de m...

          Bref je te plussoie en commentaire pour l'humour :)
      • [^] # Re: Mail

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        J'aime bien les commentaires des artistes :

        "Natasha St-Pier"

        "Apprécier un art c'est aussi le respecter. Pour moi voler une chanson c'est comme voler un objet d'art dans un musée. Soyons respectueux si nous voulons que cet art continue."

        Si la musique était dans un musée, tout le monde pourrait l'écouter et l'apprécier.

        C'est un peu comme si elle disait "mes chansons, c'est comme mes enfants, si vous les prenez gratuitement, vous me les volez, mais sinon, je veux bien vous les vendre "!
        • [^] # Re: Mail

          Posté par . Évalué à 5.

          Elle est forte cette Natasha.

          Je vais aller dans un musée, je vais me mettre une toile sous le bras puis je vais demander "c'est ou la caisse ??" .

          Comparer des compact-disc et un objet d'art ...
          Pour moi la musique est un art, mais entre un support bon marché préssé à plusieurs milliers d'exemplaires et un objet d'art ... Faut arréter un peu là ...

          Et puis ce qui fait la force de la musique, c'est avant tout le partage, je trouve. Donc un "artiste" qui tient un tel discours je me dis que le capitalisme a vraiment atteint tlm ...
        • [^] # Re: Mail

          Posté par . Évalué à 1.

          Si elle fesait de la musique je comprendrais qu'elle puisse donner son avis, mais là non... Qu'elle se taise et laisse parler les grandes personnes.
          • [^] # Re: Mail

            Posté par . Évalué à 0.

            Si elle faisait pardon.... je vais me mettre dans un sac en attendant le recyclage !
  • # Erreur de frappe

    Posté par . Évalué à 4.

    En fait dans le cahier des charges envoyé à l'agence de pub il y aurait eu une erreur de frappe et celle-ci aurait compris « edition pornographique »
  • # freenet

    Posté par . Évalué à 1.

    quelles sont les alternatives à freenet ??
    • [^] # Re: freenet

      Posté par . Évalué à 4.

      Waste et Mute par exemple.

      Waste c'est un truc de Nullsoft en GPL mais que sur win et mac os X: http://waste.sourceforge.net/(...)

      Waste c'est crypté, sécurisé, anonyme etc et ça marche en mini-rézos, des "cercles" d'amis en quelques sortes.

      Mute lui est dispo sur linux x86 et linux PPC aussi. Il fonctionne sur le principe des fourmis, assez rigolo et pas si bête que ça: tu passe à ton voisin le plus proche qui passe à son voisin qui passe etc. Une explication en français: http://www.open-files.com/news/722.htm(...)

      Le soft: http://mute-net.sourceforge.net/(...)
      • [^] # Re: freenet

        Posté par . Évalué à 1.

        Waste c'est un truc de Nullsoft en GPL mais que sur win et mac os X: http://waste.sourceforge.net/(...(...))

        La partie serveur compile quand même sous Linux (moyennant des patchs, certes). Et des mecs bossent (même si aux dernières nouvelles ils ont plus trop le temps) sur un client GTK: http://dnetc.org/?s=waste(...)

        Par contre, je recherche toujours une sorte de Hotline (pour ceux qui ont connu, oui c'était propriétaire) pair-à-pair et securisé. Parce que le téléchargement de fichiers, j'en ai pas un besoin exceptionnel. Je préfère largement un système fiable permettant de créer une communautée (plus ou moins) fermée, de discuter en synchrone (type irc/xmpp) et asynchrone (type usenet) et éventuellement de mettre facilement à disposition d'une ou plusieurs personnes de cette communauté un fichier. Une fonction de recherche n'est pas plus utile que cela, et le transfert de fichier peut se faire de manière "directe", le but ne serait pas de faire transiter des gros fichiers, mais de pouvoir filer des données de manière plus logique que "par mail".

        Le truc étant d'avoir quelquechose de très simple à mettre en place aussi bien sous linux, windows ou macos.

        Ce que j'ai trouvé de plus proche (quoique peu securisé) c'est Circle (http://thecircle.org.au/(...) ). Un jour, je m'y collerais, si j'ai le temps. Peut-être.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.