Journal Interview de Laurent Chemla pour 2006 sur l'avenir d'Internet.

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
0
2
jan.
2006
Le co fondateur de Gandi, auteur de Confessions d'un voleur, donne sa vision de l'évolution d'internet dans cette interview donnée le 31 décembre, dont le titre résume l'article : «Internet est l'objet qui révolutionne un monde qui se cherche et qui va devoir décider pour longtemps de l'avenir qu'il souhaite.»
Une vision assez pessimiste, que malheureusement je partage assez largement...

Extrait : Au nom de la culture, les majors, les grandes multinationales du logiciel et autres sociétés d'auteurs sont en train d'essayer de détruire un objet qui leur échappe. Mais dans les faits ce n'est pas la culture qu'elles défendent, c'est sa commercialisation. Or la culture c'est d'abord un bouillon. Un bouillon d'idées, de confrontation d'opinions et de savoirs, de liens et de combats incontrôlables, d'où émerge ce qu'après coup on peut définir comme un mouvement, une oeuvre culturelle. Internet est ce bouillon, et en l'aseptisant c'est toute la culture future qu'on assassine au profit d'une pseudo-culture préformatée, collant aux goûts supposés d'un public qu'on veut captif au lieu de l'espérer captivé.

C'est ici : http://www.kitetoa.com/Pages/Textes/Interviews/20051231-inte(...)
  • # Globalement daccord

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Je suis globalement daccord avec.
    Toutefois, je ne le suis pas sur la question du libéral.
    Pour moi, internet est et restera libéral, tant que les internautes l'auront entre les mains.
    • [^] # Re: Globalement daccord

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Je pense qu'il s'agit tout simplement d'une question de choix sur le sens du mot libéral (ici ultralibéral, opposé étonnemment à libertaire) tel que le voit l'auteur (...)

      Par "ultralibéral" il signifie donc assurément "capitaliste sauvage de connivence corrompu et corrupteur" ... tel que le définissent malhabilement nos médias, s'éloignant donc par là de la définition technique du libéralisme ...

      Sauf que, conséquence de cela, les milieux médiatiques / politiques mélangent donc allégrement ceux qui sont libéraux (défendant donc la liberté individuelle, le choix de chacun) et définissent l'ultralibéralisme comme un capitalisme déviant d'une part, et ceux qui sont antilibéraux, contre le choix individuel, et contre la responsabilisation d'autrui, tels les trotskistes, d'autre part.

      le 2 se retrouvent donc d'accords derrière le fait de dire que "ultralibéral, c'est mal" tout en restant fondamentalement opposés.

      Et donc, oui, Internet reste (et souhaitons-le restera) un lieu fabuleux de liberté et d'expression des libertés individuelles, donc libéral (ou libertaire, tout dépend à nouveau du vocable préféré).

      Reste que les libéraux de ce pays n'ont pas d'autre choix que d'utiliser un terme dont le sens a perdu toute noblesse, lui qui était pourtant fondateur de tant de réformes modernes à l'époque d'un Bastiat...
      • [^] # Re: Globalement daccord

        Posté par . Évalué à 1.

        A mon tour de prédire l'avenir:
        Alimentation du troll par le trop connu pirouette_07, et surtout quand va t'il sortir les mot UMP, nazis, dictature

        :-)


        C'est vrai que trop nombreux sont les personnes qui oublient que liberalisme signifie liberté économique, dans le sens où aucun gouvernement ne te dicte ta façon de vendre ton produit.
        • [^] # Re: Globalement daccord

          Posté par . Évalué à 4.

          et chaque société est libre de détruire son concurrent par n'importe quel moyen...
          • [^] # Re: Globalement daccord

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Euh, bon, en principe, la seule chose d'interdite dans le liberal, c'est de toucher physiquement au concurent(je pense que les menaces contre l'intégriter des dirigeants rentrent dedans). Donc oui, dans le complètement libéral, tu peux faire du lobbying pour faire passer en force des lois te permettant d'entretenir un monopole.
            Ce qu'il ne faut pas oublier, c'est que chacun de nous est une entité à pars entière, qui détient un certain pouvoir. Si Microsoft a un monopole, c'est avant tout parce que les gens l'acceptent. Mettre tout sa sur le dos du liberalisme, c'est en quelque sorte déresponsabiliser les gens.
      • [^] # Re: Globalement daccord

        Posté par . Évalué à 2.

        « Et donc, oui, Internet reste [...] donc libéral (ou libertaire, [...] »

        ou libertain ? :)
  • # mouaif

    Posté par (page perso) . Évalué à -1.

    moi ce qui me gêne c'est la phrase : le fait - généralement admis - qu'Internet a joué un rôle non négligeable dans le résultat du referendum français sur le TCE est une démonstration de la force de l'exercice réel de la liberté d'expression.

    Pour les aigris de cet épisode (dont je suis) c'est un très mauvais argument étant donné le torrent de mensonges populistes qui s'est déversé sur le net à cette occasion. Bien entendu la liberté c'est aussi la liberté de raconter d'énormes conneries...mais s'en féliciter et en tirer argument comme le fait l'auteur c'est dur à avaler.

    Sinon le ton général est trop emphatique et manichéen. Parler d'Internet qui va devenir le lieu du combat ultime entre le totalitarisme capitaliste et l'utopie sociale c'est un peu ridicule.
    • [^] # Re: mouaif

      Posté par (page perso) . Évalué à -1.

      Je suis d'accord. Je trouve que ce monsieur, quelque respectable qu'ait été sa contribution à ce qu'est Internet aujourd'hui (c'est-à-dire quelque chose de bien, qui pourrait être mieux, et que je ne reconnais pas complètement dans la description qu'il en fait), a tendance à prédire un peu trop facilement l'apocalypse.

      Il a raison sur le fond, oui, les gouvernements veulent s'approprier Internet, oui, c'est un enjeu majeur pour la liberté d'expression, mais non, on est pas à la guerre...
      • [^] # Re: mouaif

        Posté par . Évalué à -1.

        Il en rajoute aussi quand il dit (je résume) "bien sur, il y aura toujours moyen de ne pas passer par les majors pour produire/diffuser/lire de la musique/faire autre chose, mais ça aussi, ils vont nous l'enlever, ca sera trop dérangeant".

        C'est la théorie du complot, un peu. D'autant plus qu'il n'a jamais été aussi facile de produire et diffuser de la musique "dans son garage" et donc par des circuits complètements indépendants des majors. Et il y a moyen que ça n'interfère pas du tout avec les majors. J'aimerai bien savoir comment elles pourraient lutter contre ça. Bien sur, je pense que les effets de cela se verront plus sur le long terme, même si on voit déja des choses intéressantes.
        • [^] # Re: mouaif

          Posté par . Évalué à -7.

          pirouette_07 devrait porter plainte contre lui pour plagiat :-)
        • [^] # Re: mouaif

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Produire de la musique, oui ce n'est pas trop difficile. Après, la diffuser en dehors d'un cercle restreint, même avec internet, c'est très difficile. Et ce que disent en substance les majors, c'est "oui allez y, produisez de la musique libre, on s'en fout on a le monopole sur la diffusion, et avec les DRM c'est pas pret de s'arreter"

          Quand au débat sur le TCE, des énormités ont été dites dans un camp comme dans l'autre, mais au final il y'a eu un énorme débat politique sur internet, ce qui n'avait jamais eu lieu avant. Et comme tout débat passionné il y'a forcément des conneries de dites, et pas que par le camp du non...
        • [^] # Re: mouaif

          Posté par (page perso) . Évalué à 0.

          Est-ce vraiment si facile d'enregistrer un bon album avec son home-studio ? Faire un bon mixage ? Ingénieur du son c'est tout de même un métier, et le matos (même home-studio) d'enregistrement reste quand même difficile d'accès d'un point de vue pécunier !

          Le rôle des labels se limite-t'il vraiment à celui de distribuer de la musique ?
          • [^] # Re: mouaif

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Oui, mais c'est faisable. Avec 1500¤ tu as déjà du bien bon matos. Mais les (net)labels aident aussi a la productions, bien sur. Enfin, le plus dur après c'est de faire connaitre ta musique. Si tu n'as pas de majors derriere toi, tu peux toujours te brosser pour toucher un large public. Le bouche a oreille ça marche, mais c'est long et beaucoup plus fastidieux que la battage médiatique que savent organiser les majors sur leurs "produits".

            Donc oui, le plus dur c'est bien de diffuser, je m'occupe d'une webradio ou nous passons pas mal de "nouveaux talent", et bien nous aurions 100x plus d'auditeurs si nous passions la même soupe que sur NRJ...

            Le problème des musiciens autoproduits est surtout de faire connaîte leurs oeuvres qui n'ont souvent rien a envier aux prod des majors, sauf la promo.
            • [^] # Re: mouaif

              Posté par (page perso) . Évalué à 4.

              Y'aurait un auditeur de plus si ma carte son fonctionnait ;-)

              Au fait : à quand radio404 sur des medias comme la freebox ?
            • [^] # Re: mouaif

              Posté par . Évalué à 2.

              C'est vrai, le battage médiatique, tout ça.

              Mais je pense qu'internet peut changer, au moins un peu, la donne question diffusion. Déja, comme tu le dis, dans les cercles restreints de passionnés par un style. On peut imaginer, je sais pas moi, on en voit déja d'ailleurs, des blogs radios. Ensuite, version pyramidale, des sites un peut plus généralistes, qui toucheraient plus de monde, avec de la musique plus large, qui regrouperait le meilleur ou le plus susceptible de plaire dans le genre, sur les radios plus spécialisées. Enfin bref, une sorte de hiérarchie de radios qui piocheraient dans les autres.

              Je pense qu'on peut en voir les premiers effets avec certains blogs radios. J'ai vu récemment (j'ai pas l'url, désolé) un site qui allait piocher dans différents radioblogs pour proposer un panel de musiques. C'est un peu comparable à certaines radios locales, sauf qu'on peut en créer autant qu'on veut, et qu'elles peuvent facilement se repomper les unes les autres.

              Après, bien sur, il faut de la visibilité à tout ça, mais il faut laisser du temps au temps, je suis persuadé que de telles structures peuvent émerger, pas forcément demain, ni après demain, mais a plus long terme.
          • [^] # Re: mouaif

            Posté par . Évalué à 0.

            Enregistrer un album avec très peu de moyens c'est largement faisable, si on aime certains genres musicaux.. comme le black metal :x
            J'aime bien aussi les musiques électroniques produites entièrement avec des ordinateurs.
        • [^] # Re: mouaif

          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

          Il fut une époque ou la bande FM était libre. Tout le monde pouvait bricoler un émetteur (pas plus compliqué que de faire un site web) et balancer du contenu. Maintenant il y a eu des lois et cet espace n'existe plus.

          Ça serait plus compliqué avec Internet, mais ce n'est pas impossible que lois après lois le net devienne un média à sens unique, où on peut consommer du contenu auprès de grand groupe mais difficilement en diffuser soit-même. Une grosse télé/radio/journal interactif quoi.
          • [^] # Re: mouaif

            Posté par . Évalué à 3.

            La différence c'est que la bande FM est loin d'être infinie, et (là j'y connais pas grand chose) mais je pense qu'on ne peut y mettre qu'un nombre limité de radios. Si n'importe qui pouvait émettre avec une portée non négligeable sans controle, peut être qu'il y aurait des stations qui se chevaucheraient, pas très agréable, ni pour l'auditeur ni pour le(s) émetteurs. Ou des guerres entre radios genre "cette fréquence est à moi" "non, à moi" "j'étais la avant" "tu passes de la musique de merde" ...

            Ca serait (à mon avis) l'anarchie. Après, on peut discuter la régulation ou son fonctionnement, mais il est à mon avis nécessaire qu'il y ait au moins un peu de régulation dans ce cas
          • [^] # Re: mouaif

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Il fut une époque ou la bande FM était libre. Tout le monde pouvait bricoler un émetteur (pas plus compliqué que de faire un site web) et balancer du contenu. Maintenant il y a eu des lois et cet espace n'existe plus.


            C'était quand a liberté sur les ondes ?

            Quand j'étais petit, le centre TDF près de Limours avait un véhicule équipé pour faire de la triangulation et localiser les émetteurs pirates...

            De mes souvenirs (corrigez-moi si besoin)...
            * pendant longtemps c'était interdit ( ie. très réservé, militaire), ceux qui émettaient le faisaient dans des bateaux hors des eaux territorriales.
            * ça a été autorisé sous le 1er septénat de F.Mitterand, le boom des radios FM (mais quand même soumises à autorisation il me semble - déjà pour répartir les fréquences dans les différentes régions)
            * les grosses radios FM respectaient (respectent?) peu les règles en ce qui concernait la puissance d'émission.
            * depuis pas mal de radios associatives ont fini par fermer, pas mal de commerciales se sont regroupées en réseaux et diffusent la même chose.

            Bref, les ondes n'ont jamais été libres en france - soit interdit soit règlementé.

            Python 3 - Apprendre à programmer en Python avec PyZo et Jupyter Notebook → https://www.dunod.com/sciences-techniques/python-3

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.