Journal BEA Workshop bientot open source?

Posté par  .
Étiquettes : aucune
0
11
mai
2004
d'apres un fil sur TSS, http://www.theserverside.com/news/thread.tss?thread_id=25848,(...) il semblerait que BEA passe sa plateforme de développement J2EE nommée workshop en open source pour faciliter le développement d'outils autour de celle ci. J'imagine qu'avec les solutions opensource tel que Eclipse sponsorisée par IBM ou des serveurs applicatif comme JBoss, il ne semblerait rester aujourd'hui pour ces sociétés pas d'autres alternatives si elle veulent garder l'attention des développeurs. Le monde Java s'oriente de plus en plus vers les framework et plateforme open source (Hibernate, Jboss...) plus pratique, mieux concu et moins couteux en production. Assisterons nous aujourdhui de plus en plus de la part des éditeurs de solutions java sur un modèle économique basée sur le service et non plus sur les licences de logiciels?
  • # Le monde Java s'oriente vers l'open source

    Posté par  . Évalué à 2.

    "Le monde Java s'oriente de plus en plus vers les framework et plateforme open source"

    Ah, bonne nouvelle, peut etre que bientot ils contribueront a gcj....
  • # Oui mais ...

    Posté par  . Évalué à 3.

    C'est bien, c'est très bien sauf que :

    - Leur workshop ne marche que pour leur plateforme (berk)
    - Leur interfaces de gestions de flux et d'encapsulations restent propriétaires (reberk)
    - Il faut leur version de ANT pour que ca marche et ils ne donnent pas les specs a Apache/Jakarta (Berk Berk et reberk)

    Donc on salue l'initative, on fait un joli sourire au monsieur pour son magnifique cadeau et on retourne bosser sur Jonas (ou JBoss) avec Eclipse (Ou netbeans).

    Kha
    • [^] # Re: Oui mais ...

      Posté par  . Évalué à 3.

      Faudrait rechercher, mais je suis sûr qu'on avait le droit à ce genre de commentaires quand Sun a libéré Star Office et quand Netscape a libéré Netscape.

      1) Workshop va supporter plus de plateformes que Weblogic.
      2) Ce sera libre, ça mettra peut-être du temps a changer, mais ça changera.
      3) cd 2)

      Donc, on salue l'initiative, et on se réjoui d'avoir un nouveau outil de dev libre.
      • [^] # Re: Oui mais ...

        Posté par  . Évalué à 3.

        1) Workshop va supporter plus de plateformes que Weblogic.

        Je ne dis pas le contraire, mais le gros avantage du workshop weblogic ce sont les interfaces de gestions de flux et les gestions de cas. Or ces deux APIs et leurs pendants applicatifs ne sont pas libres et ne font pas partie du Workshop. Garder les points forts du workshop mais les passer en libre revient donc a réécrire une API (je pense que la copie brutale serait mal vue par les tribunaux) et un moteur. A ce compte la autant faire un moteur et une API générique, donc indépendant du workshop.

        2) Ce sera libre, ça mettra peut-être du temps a changer, mais ça changera.

        Personellement je ne vois pas l'interet contrairement a Staroffice ou a Netscape qui sont utilisables en stand alone, la il y a besoin d'avoir une plateforme Websphere pour pouvoir se servir de l'appli Workshop. Autant dévelloper des plug-ins pour Eclipse et NetBeans.

        3) cd 2)

        Pourquoi faire du reverse engenieering sur un logiciel alors que l'on a déja un équivalent libre qui marche très bien. Entre démonter toute la bète pour comprendre comment elle marche et rajouter deux fonctionnalités a un ANT fonctionnel, doccumenté et supporté par le porjet Apache personellement je n'hésite pas une seconde. Ca représente beaucoup moins de boulot de créer un ANT et un plug-in pour Eclipse que de faire un ANT qui fonctionne avec le Workshop.

        J'aime beaucoup le coté libération du code, mais personellement je ne coris pas que le Workshop aura un grand support de la part de la communeauté. En plus les conflits de licenses risque de rendre (une fois de plus, je ne suis pas contre BEA particulièrement sur ce coup la) l'import de code Workshop vers d'autres projets problèmatiques.

        Kha
  • # Workshop Open Source.

    Posté par  . Évalué à 3.

    J'ai eu la confirmation de l'ouverture de Workshop (du moins, de son étude, et ça semble bien parti pour). Mais pas pour une économie basée sur les services, faut pas rêver. BEA va commencer par ouvrir Workshop à la concurence (pour l'instant, ça ne fonctionne qu'avec Weblogic, demain avec les autres serveurs d'applications). AMHA, le but de BEA est multiple:

    - Promouvoir un savoir faire interne (le workshop, c'est quand même sympa),
    - Promouvoir Weblogic, ou du moins poser un pied dans l'entreprise,
    - Ne pas se faire bouffer par Eclipse,
    - Avoir plus encore de rentrée d'argent, effectivement, en vendant du support sur Workshop,
    - Gagner quelques lettres de noblesses dans le monde du libre.

    Weblogic Platform & toute la suite ne sera jamais un logiciel Open Source, c'est le coeur du métier de BEA, c'est sur la vente de ses licences qu'ils vivent. Bon, il y a aussi le support vendu aux utilisateurs, mais là, je sais pas combien ça coûte par rapport aux licences.

    BEA a peut-être le même espoir que Sun au moment où ces derniers ont commencé à «supporter» Linux: pouvoir dire, à terme «bon, votre jboss c'est bien gentil, mais voyez Weblogic, c'est mieux» (remplacer jboss par Linux et Weblogic par Solaris pour que ça colle avec Sun)(attention, discour commercial, j'ai pas dit que je pensais ça), tout ça car ils auront un pied dans la boîte et donc une visibilité plus forte.

    Note, comme ça, pour parler un peu de ça mais presque pas, JBoss a été choisi comme serveur d'application par le ministère des finances. Peut-etre que vos télédéclarations de l'année prochaine, ben elles seront gérées par jboss.
    • [^] # Re: Workshop Open Source.

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

      > Peut-etre que vos télédéclarations de l'année prochaine, ben elles seront gérées par jboss.

      Faut pas rêver... je suis dedans, et c'est pas prêt d'être prêt... ;-)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.