Journal Suck my geek

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
-1
7
déc.
2007
Suck My geek, le documentaire réalisé par Tristan Schulmann et Xavier Sayanoff a été diffusé le 30 novembre sur Canal+. "Ce film de 52mn va tenter de répondre à la question que beaucoup doivent se poser : “Qu’est ce que c’est un Geek ?!”. De l’informatique aux jeux vidéos en passant par les mangas, toutes les Communautés Geek vont être présentées, décortiquées et expliquées".

Via un ami qui me l'a enregistré, j'ai pu le voir et je vais en faire une petite critique dans ce journal. Tout d'abord, il faut savoir que sous le terme de Geek sont regroupés tous les "fans" de toute une génération (voir même plusieurs, vu que cela va des années 70 avec les fans de Star Trek/Wars à 90 avec les plus jeunes) : des fans de comics, de manga, d'informatique, de jeux vidéos des rôlistes... Le reportage débute sur cette phrase : "Vous avez forcément rencontré un mec fasciné par les sabres lasers, les créatures étranges, aux oreilles en pointes..." Ca commence bien. Je me reconnais dans la description.

Dans ce reportage, quelques personnes célèbres et sérieuses qui sont le gage qualité de l'émission :
Bernard Werber en fan de Matrix, Alexandre Astier en fan de Star Wars et de Goldorak (On a même une référence à Wikipedia via la page sur Kaamelot), ou encore on retrouve le génialissime Yannick Dahan (Présentateur de l'émission Opération Frisson sur la chaîne Cinefrisson du bouquet CineCinema).

Quelques éléments m'ont beaucoup marqués, comme les propos d'une personne interviewé (Magical Tux pour ne pas le citer): "J'ai beaucoup de copine qui sont en jpg, en avi, en cdrom". Ca m'a fait penser à une phrase de bashfr :
Anto : C'est un miracle Mec ! J'ai consommé plus de lait que de bière ce mois ci !
Xeno : Tu sais mec, le vrai miracle ce sera quand tu consommera plus de capotes que de CD vierges.
S'en suit alors une réflexion d'Astier sur "La déception du monde sentimentale qui n'est pas à la hauteur d'un film". "Quand on est adolescent, on perd son temps à courir les filles : les moches ont le temps et deviennent passionnés". Mais tout les geeks ne se retrouvent pas seuls... Il y a aussi des geekettes (cf copine de geek, même si le site est mort) et la geekitude regroupe aussi des familles à travers les générations. On le droit à une femme, maman, jouant à la Wii et qui est journaliste dans le jeu vidéo... (Ah la Wii. Vivement les Pouvoirs de la force...). Comme quoi, même les geek peuvent se marier.

Dans ce reportage est souligné l'importance de la communication et des relations sociales, à travers le cadre de la passion. Dans cette passion, il y a coupure des distinctions sociales : on a tout un groupe générationnel ne voulant pas grandir, qui se retrouve, après le boulot ; le boulot apportant l'argent qui permet de vivre sa passion.

Ce reportage est bien loin des Envoyés Spécial et autres Zones Interdite avec les dérives et malaises des adolescents, les interviews des psy qui vont bien etc. On nous a épargné les critiques et idées reçues sur tous ces univers, les dérives des personnes fragiles d'esprit (les rôlistes tueurs), les attaques habituelles.

En conclusion, un reportage sans partie pris, réaliste, dressant le portrait de l'ensemble de la geekitude et des passionnés. Mais montrant également le malaise de ces geeks et leur solitude, comme a pu le révèler cet appel au secours, dans ce journal : http://linuxfr.org/~Aardvark/25593.html
Et vous, qu'en pensez vous de ce reportage?

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.