Journal L'INRIA recrute un ingénieur débutant pour mettre en place des grappes virtuelles

Posté par .
Tags : aucun
0
21
août
2007
Depuis quelques semaines, l'Inria cherche un jeune ingénieur (diplomé depuis moins d'un an) pour travailler sur la virtualisation non seulement d'une machine, mais d'une grappe de machines sur une à plusieurs machines réelles.

L'idée du poste proposé est de valider le concept en déployant Kerrighed [1] sur ce genre de configurations. Le poste est à pourvoir à Rennes. Pour plus de détails, le mieux est de se référer à l'annonce :
http://talentsplace.com/syndication1/inria/freng/details.htm(...)


[1] http://www.kerrighed.org
  • # Cherche bonne poire payée pas trop cher

    Posté par . Évalué à 2.

    Juste pour savoir, ya nullement marqué dans l'annonce que l'INRIA cherchait des debutants, au contraire, vu le profil demandé.
    T'as plus d'infos ?
  • # Les + pour le geek

    Posté par . Évalué à 2.

    - Utilisation exclusive de Linux
    - Création de document en Latex ou OpenOffice.org (on voit quelque fois passer des .doc, mais c'est rare)
    - Boulot bien technique, pas un truc ou tu refais 100 fois la même chose pour un gérer un format différent de fichiers en entrée
    - Entouré de linuxiens/libristes/geek, mais attention, la plupart ont une vie sociale/amoureuse et ne portent pas la barbe :-p
    - Pas déconcentré de son dev/admin par la foule de jolies filles ;-)
    • [^] # Re: Les + pour le geek

      Posté par . Évalué à 2.

      Tu as oublié de parler de la cafet, important la cafet...
    • [^] # Re: Les + pour le geek

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      - Utilisation exclusive de Linux

      Ça, ça dépend des équipes de recherche, celle où je me trouve est 100% Sun pour les machines principales (Sunray et des Ultra) et des nux/mac/win comme machine de compilation et/ou de validation...

      En cherchant bien, 'doit bien y avoir des équipes à majorité MacOSX ou Windows... donc faut bien viser quand on postule à une offre ;-)

      - Boulot bien technique, pas un...

      Il ne faut toutefois pas avoir peur de, par exemple, tomber sur du C vieux de 15 ans et non documenté qu'il faut rattraper pour le porter sur d'autre OS/archi.

      Bref, de quoi largement combler un geek :-)

      Pour les 2 derniers points, je confirme /o\


      mes 42¢
      • [^] # Re: Les + pour le geek

        Posté par . Évalué à 1.

        Ça, ça dépend des équipes de recherche, celle où je me trouve est 100% Sun pour les machines principales

        J'en déduis donc qu'il y a une bonne paire de "vieux" geek sur place. Le genre qui te prend de haut quand tu leur dis qu'un PC est plus rapide et moins chère.

        "- Une Sun est largement plus efficace à la même fréquence !"
        " - 20% oui. Mais la fréquence des PC est double."
        " - Ce sont des stations de travails...." (traduction: tu n'a rien compris jeune padwan, va te coucher)

        On dois même pouvoir dire que l'équipe en question à de gros budget pour se payer des trucs pareils.

        Franchement, une Sun a part pour un taux de disponibilité en 99.999% je ne vois pas l'interet. (enfin, si pour frimer, leur chassie sont en général jolie).

        A si, dans le cas de serveur de fichier chargé pour moins consommer d'energie, leur nouveau sparc T2 avec plein de core doit faire merveille (avec plein d'acces en parralèle à gérer).

        "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: Les + pour le geek

        Posté par . Évalué à 2.

        - Utilisation exclusive de Linux

        Ça, ça dépend des équipes de recherche, celle où je me trouve est 100% Sun pour les machines principales (Sunray et des Ultra) et des nux/mac/win comme machine de compilation et/ou de validation...


        Oui, mais je donnais les avantages précis du poste :-P Le gars aura de grande chance d'être dans mon bureau, donc je sais de quoi je parle ;-)

        Il ne faut toutefois pas avoir peur de, par exemple, tomber sur du C vieux de 15 ans


        Peu de risques en bossant sur Kerrighed. Côté programmation, le risque, c'est plutôt de tomber sur du code du noyau Linux assez récent et avec des optimisations peaufinées sur des années (et généralement pas trop commentés dans le code) ...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.