Journal Réflexions sur les manques à gagner

Posté par  .
Étiquettes : aucune
0
26
fév.
2005
Bonjour,

je tiens faire part de mes réflexions pour aider nos amis les pauvres majors et associés à combler le déficit engendré par le piratage.

En plus de taxer de 10¤ l'internet, les CDs vierges et autres matériels informatiques, partant du principe qu'internet et ces dit matériels ne peuvent servir qu'au piratage!,

j'impose qu'on instaure une taxe sur l'électricite de 10¤ le KWh,
l'éléctricité ne servant qu'à permettre d'utiliser des moyens de piratage (ordi/lecteur de DVD pirate/autre), ainsi qu'apporte du confort au pirate dans le but de l'aider dans sa traitrise ( lumière, chaleur, ...)

De même, j'impose une taxe de 15¤ par heure de travail, le travail étant le moyen de financer le matériel de piratage que le pirate a besoin, et de 30¤ par heure de jour de RTT ou repos, temps évidement mis à profit uniquement pour faire perdre de l'argent.

Idem pour la voiture, il faut augmenter les taxes sur l'essence d'au moins 15¤ le litre, reversé (légitimement toujours) aux personnes victimes de ces tendances universelles.

Toute fois, reconnaissant que certaines personnes peuvent être honnêtes, les personnes apportant la preuve de leur bonne foi, attesté par huissiers ( frais restant à leurs charges ) devant être physiquement présent tout au long de l'année et sans moment de liberté, pourront toucher un bon d'achat équivalent aux taxes payées l'année passée comme dédommagement.

Voilà,
je tiens à insister sur la légitimité de ces mesures qui ne sont pas là pour enrichir sur des manques à gagner virtuel, car je pense bien que quelqu'un qui pirate 40H de musique par jour comptait vraiment les écouter toutes dans la journée, et donc aurait acheter autant de CD que pirater.
  • # Pas chez nous

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9.

    Surtout, évite de taxer de 15¤ l'affichage de la page linuxFR, ici tous les utilisateurs écoutent du ogg, et comme les majors ne connaissent que le mp3 et pas le ogg, nous on est pas des méchants pirates :D

    C'est bon là j'ai juste?
    • [^] # Re: Pas chez nous

      Posté par  . Évalué à 4.

      Presque :)
      A mon avis, je pense que dans ta phrase il faut remplacer "mp3" par "wma"... et c'est bien ce qui m'inquiète le plus.
  • # La vie en société...

    Posté par  . Évalué à 3.

    Je comprends bien tes récriminations, mais mettons de coté le P2P cinq minutes...

    Je n'ai pas d'enfants, je travaille, j'utilise les transports en communs pour me rendre à mon boulot.

    Déclaration d'impots totale (sur le revenu, locaux, TVA mise à part) disons 1000 ¤ pour faire simple (note : les sommes mises en jeu ne sont peut etre pas de cet accabit, merci de préciser si vous savez quelles sont les proportions)

    100 ¤ vont aller pour le paiement des transports en communs, ce qui est normal, je paie mon abonnement mais il ne suffit pas pour couvrir les frais d'entretien du réseau et les employés ---> injustice pour ceux qui ne prennent jamais le metro/bus/rer ?

    100 ¤ vont aller à l'entretien de la voirie, du réseau routier, des radars, des agents de l'etat qui s'occuppent de la circulation, etc... Je n'ai pas de voitures, c'est injuste.

    250 ¤ vont aller à l'education nationale pour l'entretien des locaux et le salaire des profs, est ce degueulasse ? je n'ai pas d'enfants scolarisés ? Quand j'etais à l'ecole, pour mes parents, cette somme se comprenait mais pour moi aujourd'hui ?

    Bref... sur ces exemples on voit que l'impot est utilisé dans mon interet, dans un cas et que ca m'est completement inutile dans l'autre.

    Comment faire mieux ?

    On pourrait demander aux contribuables de remplir sa feuille d'imposition en déclarant les services utilisés... Il faudrait controler s'il les declarent tous.

    et puis finalement ...

    Finalement que je declare utiliser une voiture ou prendre les transports en communs, l'un dans l'autre je serai redevable de 100 ¤.


    Revenons au P2P, evidemment ce n'est pas un service public, mais c'est le role de l'etat de mettre en place une taxe quand aucune solution ne peut etre trouvé sur un probleme en particulier ex :
    Sur chaque livre acheté tu paies une taxe sur la photocopie, meme si tu ignores jusqu'à l'existence d'une photocopieuse, tu n'en as jamais approché, tu ne t'en ais jamais servi, tu paies cette taxe à l'achat d'un livre. Pour compenser les pertes nettes des editeurs (zut j'ai preté mon exemplaire 'Du bon usage de la piraterie' qui detaille bien ce que je raconte, et j'aime pas les pdf : http://www.freescape.eu.org/piraterie/complet.html(...) )

    Pour la musique : je ne pirate rien, j'utilise emule ou BT pour les distributions linux et les ogg sous licences CC, c'est injuste de me taxer mon abonnement.
    Mais je peux me dire aussi qu'internet est un moyen de propager la culture (au sens large, que ce soit Lorie ou Vincent Delerm qui soit téléchargé) qu'avec ma part je permet à une industrie de continuer à produire des disques et decouvrir des talents (oui je sais, mais c'est un autre débat) et ainsi un p'tit jeune pourra sans le spectre d'une condamnation écouter de la musique quelle qu'elle soit sans entrave.


    --

    "L'intendance suivra"
    Napoléon
    • [^] # Re: La vie en société...

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

      bon, sans polémiquer sur l'aspect politique un peu bralant du raisonnement numéro 1, allons droit aux conclusions :

      "ainsi un p'tit jeune pourra sans le spectre d'une condamnation écouter de la musique quelle qu'elle soit sans entrave."

      Correction : ca n'est pas parce que d'un côté ils arrivent à faire taxer les débits / stockages & co que les majors vont laisser autoriser le p2p sur l'échange de titres sous copyright !!

      De la même façon, bien qu'ayant réussi à imposer une taxe sur les photocopieurs, les éditeurs de livre n'ont pas laissé pour autant autoriser la photocopie de livres entiers ... ok ?

      ...
      • [^] # Re: La vie en société...

        Posté par  . Évalué à 2.

        sans polémiquer sur l'aspect politique un peu branlant du raisonnement numéro 1

        Je suis bien d'accord, voir plus bas... ;-)

        Correction : ca n'est pas parce que d'un côté ils arrivent à faire taxer les débits / stockages & co que les majors vont laisser autoriser le p2p sur l'échange de titres sous copyright !!

        Pourquoi pas ? s'ils continuent à presser des disques et qu'ils veulent les vendre autant faire un meilleur packaging : si j'achete un bien matériel, cd, autant qu'il soit de la meilleure qualité possible, independamment de sa valeur immateriel (le contenu du cd)

        A priori l'un dans l'autre : taxe et vente de cd, redevance radio ils rentrent dans leur frais et ont un outil d'etude statistique sur ce qui plait en temps réel tres fiable.

        De la même façon, bien qu'ayant réussi à imposer une taxe sur les photocopieurs, les éditeurs de livre n'ont pas laissé pour autant autoriser la photocopie de livres entiers ... ok ?

        La taxe ne sert que pour autoriser la photocopie d'extrait ?

        (c'est une vraie question)
        • [^] # Re: La vie en société...

          Posté par  . Évalué à 5.

          pourquoi ? parce que l'histoire a prouvé à de multiples reprises (en France et ailleurs) que ce ne sont pas des gentils et qu'ils n'en veulent qu'à ton fric, point final. ce sont les mêmes *TUT* qui te matraquent le cerveau avec des Star Academy, "Plein feu sur", tubes de l'été, sur tous les supports possibles sans se demander si ça ne va pas finir par te traumatiser. qui privilégient le volume à la qualité et ont lourdé des artistes comme Nougaro ou Chamfort pour cause de manque de rentabilité. ils sont irrécupérables. les croire capable de fair-play ou de respecter des accords sans par exemple mystérieusement sortir 6 mois après des CDs AUDIO+ protégés ou exclure de leur catalogue "à reproduction autorisée" des exclusivités qui échapperont à tout accord signé, c'est de la naïvité.


          je ferais bien plus confiance à des hommes politiques. c'est dire.
    • [^] # Re: La vie en société...

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7.

      Ah les comparaisons...
      Sauf qu'il n'est pas du tout du ressort de l'état de financer à l'aide d'un impôt des entreprises privées comme BMG ou Universal, j'espère que tu en conviendras.

      Si seulement cet "impôt" n'allait pas à ces industries sous prétexte qu'ils ont un manque à gagner (bah oui la virtualisation du support les rend inutiles, mais on ne va pas arrêter le progrès pour eux !), mais plutôt au financement de projet culturels, bref si cet impôt allait directement à la création et non aux campagnes marketing du dernier produit/chanteur à la mode...

      Il faut remettre en cause cette soit disant "nécessité" de retribuer les ayant-droits actuels (cad en gros : les industriels) et reverser un éventuel impôt aux réels ayant-droits par le biais de financement d'activité culturelles : studio, assoc, etc.
      • [^] # Re: La vie en société...

        Posté par  . Évalué à 3.

        Je reconnais que c'st toujours à cours d'arguments qu'on ose la comparaison... ;-)

        Cet impot, je le vois comme une taxe de fait : une loi imposée par l'état pour les industriels, en esperant ne pas dire de betise, ce n'est pas la seule taxe de cet accabit (le livre ?)

        Il faut remettre en cause cette soit disant "nécessité" de retribuer les ayant-droits actuels (cad en gros : les industriels)

        Quoi qu'on pense des produits lancés dernierement il faut bien leur reconnaitre qu'il y a eu un travail : Faire le pari que tel artiste plaira au public et qu'on rentrera dans ses frais, tout cela coute de l'argent on peut honorer ce travail en achetant le cd, ou en téléchargeant l'album sur le net sans etats d'ame avec cette taxe.
        • [^] # Re: La vie en société...

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

          Financer des entreprises privées comme Universal revient à soutenir ce mode de fonctionnement qui consiste à monopoliser le monde artistique avec leurs "créations".
          Le rôle de l'état est avant tout d'offrir l'égalité des chances, sans chercher à promouvoir tel ou tel industriel.
          Les industriels ne pourraient plus financer leurs "produits" phares et les produits dérivés qui vont avec, ce qui permettrait de faire ressortir la diversité artistique qui existe autour, que beaucoup trop de consommateurs ignorent (volontairement ou non).

          Effectivement celà deviendrait plus "risqué" pour un industriel de lancer un produit, sachant qu'il n'aurait pas de revenu garantis : mais c'est à lui de proposer une valeur ajoutée, ils ne peuvent plus se contenter de faire ce qu'ils veulent sous prétexte qu'ils détenait le seul moyen d'accéder à la culture : le support. Ils prennent litéralement en otage la culture pour leurs intérêts privés.

          Qu'ils ne rentrent plus dans leurs frais je m'en contre-fou, c'est à eux de s'adapter à ce nouveau paysage et de changer de boulot puisque le leur est en grosse partie périmé.

          Il reste l'excuse de la production, ca coûte cher de faire un CD. Evidemment si on cherche à faire un disque en 3 mois avec un top model, celà coûte cher : il faut investir dans une émission de télé-réalité, faire une grosse campagne marketing, trouver un cinéaste pour faire un clip, trouvé des ingénieurs du sons, des maquilleurs, un producteur, un écrivain (fuat bien faire les textes), des musiciens, des interprêtes, etc.

          Et bien je préconise un retour aux sources, ou plutôt au passage obligé de tous les musiciens qui débutent : la campagne marketing est inutile, le talent suffit, pas besoin de clip, la scène suffit, pas besoin de maquilleurs, laissons les artistes entretenir leur look, pas besoin d'embaucher de musiciens, ce sont les artistes eux même, pas besoin de d'écrivain, c'est l'artiste lui même qui exprime ses idées. Reste les problèmes techniques : mixage, son, etc. A l'heure actuelle c'est à la portée de toutes les bourses, pas besoin d'avoir un studio dernier cri pour faire une maquette écoutable, et ce serait justement le rôle de l'état de par exemple financer localement des asso pour tenir par exemple un studio.

          Alors le travail des industriels je m'en coutre-fou, leur travail ne vise qu'à pervertir l'art et à corrompre les artistes pour faire rentrer toute la chaîne de la création artistique dans leur moule industriel huilé.

          A eux de prouver qu'ils peuvent redonner un sens à leur métier, qui à la base le simple métier d'éditeur. Dans le domaine littéraire heuresement l'industrialisation n'a pas été jusqu'à incorporer la création dans son processus, et il existe encore une certain indépendance des éditeurs vis-à-vis des auteurs : ces derniers ont encore leur mot à dire, les éditeurs étant des associés ou des passeurs de commande. Dans la musique on est allé tellement loin que tout est professionalisé, celui qui passe pour l'artiste n'est considéré que comme un employé avec la fonction interprête.
          • [^] # Re: La vie en société...

            Posté par  . Évalué à 1.

            Hum, je vois...

            Quand meme je trouverai ca triste que d'ici quelques années internet soit indispensable pour découvrir un artiste :

            Quelqu'un qui n'aurait pas internet, qui vit dans un coin ou il n'y a pas de concerts meme de jeunes espoirs, n'aurait pas accès à ce qui se fait de nouveau.

            Aujourd'hui il y a les tetes de gondoles des supermarchés, la radio, la télé, sans industrie du disque qui va payer pour le lancement des artistes sur ces plateformes ?

            Et ca coute cher de faire un disque, de passer à la radio, à la télé...

            Je vois bien que le probleme n'est pas simple, je ne suis pas sur du tout que la taxe sur le telechargement soit la meilleure solution, mais ce n'est pas une mauvaise solution en soit.
            • [^] # Re: La vie en société...

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8.

              Pas d'accord du tout : je prends un exemple simple : un bled de 2000 habitants au fin fond de ma Picardie natale : ils ont l'ADSL, et oui, mais côté musique, ils n'ont que la grande surface du coin qui propose les 20 ventes "universal & co" de single / album les plus répandues et souvent les moins écoutables (...)

              De ce point de vue là, Internet et la disponibilité de raretés musicales en ligne est un point indiscutable de développement de ces zones rurales.

              J'aurais donc plutôt tendance à favoriser fortement les projets de développement des canaux de communication haut débit des zones non couvertes. (ce que je fais de mon quotidien d'ailleurs ...)
            • [^] # Re: La vie en société...

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

              Quand meme je trouverai ca triste que d'ici quelques années internet soit indispensable pour découvrir un artiste
              Non il y aura toujours la radio, il aura toujours les concerts, et 99% de la population connaîtra au moins une personne qui a l'adsl. Désolé pour le pauvre type au fin fond du trou du cul de la France, mais j'ai des doutes qu'il soit plus heureux en pouvant regarder les magnifiques têtes de gondoles dans les magasins, ca c'est de la culture.

              Aujourd'hui il y a les tetes de gondoles des supermarchés, la radio, la télé, sans industrie du disque qui va payer pour le lancement des artistes sur ces plateformes ?

              Mais c'est ça que t'appelle la promotion d'artistes ? Moi j'appelle ca de la promotion de produit d'appel, commerciaux, avec produits dérivés. Pas du tout de la promotion artistique.

              Et ca coute cher de faire un disque, de passer à la radio, à la télé...
              Je te l'ai expliqué : ca coûte pas bien cher de faire un CD, passer à la radio ça coûte rien du tout, sauf bien sûr quand on veut faire de la pub (mais pour moi c'est pas du tout compatible avec la notion d'artiste), la télé aura toujours besoin de contenu entre les pubs.
              Comme je te l'ai dit, c'est déjà le cas pour la plupart des artistes qui débutent et qui n'ont pas la chance d'être des emplyés de chez Universal : ils se démerdent tous seuls comme des grands et personne pour les aider ou les promouvoir.

              Je n'ai rien non plus contre l'idée d'une taxe, mais pas une taxe sur le téléchargement pour dédomager Universal, je suis pour une taxe/impôt pour financer les intermittents et initiatives culturelles.

              Autre solutions : Universal se débrouille pour trouver une nouvelle valeur ajoutée qui plaise au consommateur, bref, c'est à eux de fournir un produit qui se vend, pas de faire payer les internautes parcqu'ils n'ont plus rien à vendre.
              • [^] # Re: La vie en société...

                Posté par  . Évalué à 1.

                Mais c'est ça que t'appelle la promotion d'artistes ? Moi j'appelle ca de la promotion de produit d'appel, commerciaux, avec produits dérivés. Pas du tout de la promotion artistique.

                Bon toutes les tetes de gondole ne sont pas des produits type star'ac, surotut ca reste une question de gout... Je n'aime pas la Star'ac et compagnie, mais je ne juge pas ceux qui apprecient...

                ca coûte pas bien cher de faire un CD,
                En faire 50 surement, en faire 5000 et les distribuer dans tous les magasins...

                passer à la radio ça coûte rien du tout,
                Pour avoir la chance d'etre diffusé il faut etre connu un minimum, il faut qu'il y ait un tri qui soit fait par les radios, il y a surement l'Artiste avec un A en ce moment qui diffuse en CC, mais même si les radios avaient la possibilité de le diffuser à leur charge, il faudrait qu'ils l'aient entendus avant, noyes parmi toutes les créations d'amateurs eclairés, de qualités moindre.



                Autre solutions : Universal se débrouille pour trouver une nouvelle valeur ajoutée qui plaise au consommateur, bref, c'est à eux de fournir un produit qui se vend, pas de faire payer les internautes parcqu'ils n'ont plus rien à vendre.

                C'est de ca dont je parlais : si j'achete un bien matériel, cd, autant qu'il soit de la meilleure qualité possible, independamment de sa valeur immateriel (le contenu du cd)

                Si leur boulot c'est de vendre des disques, qu'ils fassent de bons disques : où contrairement à aujourd'hui la valeur du disque peut etre considérée sans avoir à ecouter le cd au préalable.
                • [^] # Re: La vie en société...

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

                  En faire 50 surement, en faire 5000 et les distribuer dans tous les magasins...
                  Mais pourquoi veux tu passer au stade industriel ? Pourquoi faudrait-il que tous les artistes suivent cette belle voie de je vend pleins de CD et je fini milliardaire en faisant des disques d'or ? T'inquiète pas, les vrais artistes qui vivront de leur talent gagneront de l'argent avec les concerts, représentation, et pourront se payer un pressage de 5000 CD, ce format exentrique destiné aux collectionneurs (je me projette dans le futur proche)
                  Je te rappelles que dans notre cadre révolutionnaire actuel, si tu veux diffuser et que tu débutes, tu n'est pas obligé de produire 5000 CD, tu peux très bien utiliser internet !

                  mais même si les radios avaient la possibilité de le diffuser à leur charge, il faudrait qu'ils l'aient entendus avant, noyes parmi toutes les créations d'amateurs eclairés, de qualités moindre.
                  Mes couilles oui ! Pourquoi de qualité moindre ? Tu trouves que l'industrie actuelle arrive à discerner ce qui est de qualité ou ce qui ne l'est pas ? Tu as réellement l'impression qu'elle ne passe pas à côté de vrais artistes et préfère construire elle même ses produits pré-formatté (en dehors de tout jugement esthétique) ?
                  Faut arrêter, il y aura une sélection naturelle, le bouche à oreille, les festivals, etc.

                  Si leur boulot c'est de vendre des disques, qu'ils fassent de bons disques : où contrairement à aujourd'hui la valeur du disque peut etre considérée sans avoir à ecouter le cd au préalable.
                  Oui mais ce n'est pas ce qu'ils font : ils privilégies ec qui rapporte immédiatement, les valeurs sûres, bref, ils voient à court terme et ignore tout bonnement la majorité des artistes, parcqu'ils ne veulent pas prendre de risque : et à ce stade l'artiste est obligé de faire tout le boulot lui même pour appater le major (donc de ce point de vu celà ne changera strictement rien pour 90% des artistes), avant de se faire bouffer.

                  Et puis s'ils apportaient une réelle valeur ajoutée, tu peux être sûr qu'ils continueront à vendre des CD, mais apparament ils ont peur, ils sont conscient de ce qu'ils ont faient et qu'ils ne pourront pas continuer comme ça indéfiniment sans se remettre en question...

                  Mais là ils sont à l'étape : il faut qu'on bourre le crâne des gens pour leur faire croire qu'on est indispensable, que c'est nous le fondement de toutes création artistique, que sans eux il n'y a pas de culture, et que d'une manière ou une autre il faut que vous, consommateurs vous raquiez.

                  Visiblement celà marche pas trop mal, beaucoup maintenant accepte sans trop de reflexion l'idée qu'il est impératif de trouver un moyen de rémunérer ces industries.

                  Et moi je dis non, les artistes n'ont pas besoin d'eux, c'est l'inverse, c'est eux qui ont besoin des artistes.
            • [^] # Re: La vie en société...

              Posté par  . Évalué à 2.

              "Quelqu'un qui n'aurait pas internet, qui vit dans un coin ou il n'y a pas de concerts meme de jeunes espoirs, n'aurait pas accès à ce qui se fait de nouveau."

              ça tombe bien : tout ce qui est nouveau, c'est franchement, vraiment trop souvent, du caca.
          • [^] # Re: La vie en société...

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

            Pour moi le rôle de l'état ne serait pas du tout de "d'offrir l'égalité des chances" mais avant tout de "défendre la liberté de chacun" mais le resultat serait le même : ne pas favoriser les majors via l'habituelle mafia politico-industrio-judiciaire de notre beau pays (la France dans mon cas) ...

            En effet, tant que la liberté de chacun, à commencer par la liberté d'expression et l'égalité réelle en droit - et en droit seul - (article 1) ne sera pas un prérequis à toute discussion, je ne pourrais pas suivre les raisonnement de notre état et de sa 'justice' d'une part, ou de ces militants des droits positifs qui oublient bien souvent les essentiels droits négatifs pourtant déjà si difficile à défendre...

            A mon avis, si on arrive déjà à défendre et faire valoir sérieusement ces points fondamentaux, que l'on pourrait qualifier de "fondations du droit et de l'état", je pense que les problèmes d'"égalité de chance" des uns, les "droits aux indemnités" des autres ou la "sécu" de nos parents seront de bien moindres problème résiduels ...

            Donc, dans le cas des majors, commençont par ne pas donner à des groupes industriels majeurs une force de justice et de liberté supérieure à celle de monsieur tout le monde ...

            PS:
            droit positif/négatifs : Les droits négatifs, qui jouissent d'une plus longue tradition, stipulent que quelque chose ne doit pas être fait; ils protègent l'individu d'un tort précis - la détention sans jugement, par exemple, ou la persécution en raison de la race, du sexe ou des croyances religieuses. Par contre, les droits positifs concernent l'accès à des biens et des avantages qui sont produits.

            Lorsque l'on dit "libre et égaux en droit" et suivants dans la déclaration des droits de l'Homme, c'est bien un droit négatif : on ne peut persécuter quelqu'un, porter atteinte à sa liberté d'expression etc.
    • [^] # Re: La vie en société...

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

      A ce moment la, que la taxe sur le p2p/accès à internet proposé serve :
      - à faire de mécéna / financer dirrectement les artistes
      - à remplir les "caisses vides" des intermitants
      Dans ce cas, ça sera mettre la musique, et même plus, dans un systeme de service publique.
      D'ailleur ça me paraitrais même plus logique vue que d'après les maisons de disque c'est au petit que ça nuit vraiment ainsi qu'à la création.
    • [^] # Re: La vie en société...

      Posté par  . Évalué à 7.

      250 ¤ vont aller à l'education nationale pour l'entretien des locaux et le salaire des profs, est ce degueulasse ? je n'ai pas d'enfants scolarisés ? Quand j'etais à l'ecole, pour mes parents, cette somme se comprenait mais pour moi aujourd'hui ?

      Arrete de te placer en consommateur, l'Etat n'est pas un prestataire de service ! A force d'etre individualiste on a l'impression qu'on a pas besoin des autres pour vivre, mais on vit en societe. Tu peux toujours t'exiler sur une ile deserte ou dans une grotte si tu veux vivre tout seul.

      Les enfants c'est important pour un pays, c'est eux qui le feront tourner quand tu seras a la retraite. Un pays sans enfants, c'est un pays qui disparait, c'est pas tres complique a comprendre. Et les enfants, ca coute tres cher pour leur parents. C'est bete a dire mais des gens qui ont peur de ne pas pouvoir bien s'occuper de leurs enfants (financierement) ils n'en font pas, ou peu.

      C'est pour ca que l'ecole est gratuite, qu'il y a des allocations familiales - ca soulage financierement les parents. Resultat : la France a un taux de fecondite eleve par rapport aux autres pays industrialises.

      A cote de ca, le Japon : l'ecole coute 10 000 euros par an, les accouchements ne sont pas rembourses par la secu ("c'est pas une maladie"). Resultat (c'est moi qui fait le lien de cause a effet, hein) : le taux de fecondite est a peine plus de 1, ils savent que dans 1 ou 2 generations le Japon sera un pays de papys, et ca leur fout les boules.
      • [^] # Re: La vie en société...

        Posté par  . Évalué à 2.

        Houla oui je sais bien, je tentais juste de faire un parallele douteux sur la necessaire solidarité quand on vit en société :

        est ce degueulasse ?

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.