Journal un couple en peril ...

Posté par .
Tags : aucun
0
16
mar.
2004
cher journal voici mon dilemme , j'ai ma petite amie (pas une cdg car je ne suis pas un g ..) qui est japonaise et qui a besoin de taper de temps en temps ( souvent meme) dans sa langue ... Elle pour l'instant sur windows mais apres avoir zyeuté durant des mois mon boô linux (et puis un poil de propagande de ma part ...un gros poil) elle a maintenant envie de passer a linux , j'ai envie de lui installer une fedora core 1 , tout cela est tres beau mais voila ... Je n'arrive pas a trouver le moyen de faire une frappe japonaise comme il y a sur windows ou un peu taper des mails , du lire et ecrire en japonais ... c'est la derniere etape avant le bonheur (ou GNUISATION) et j'avoue que j'ai du mal a la franchir ...
T'aurais pas une idée journal

ps : lire en japonais n'est pas le probleme , c'est veritablement ecrire le prob !
j'ai vu que des gens le faisait tres bien , et google/linux qui d'habitude est mon ami , me fait un peu la gueule...
  • # Re: un couple en peril ...

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Il y a xvkbd
    http://member.nifty.ne.jp/tsato/xvkbd/(...)

    Mais ça ne doit pas être très pratique, tout à la souris. Par contre si tu changes ta copine Japonnaise pour une copine Russe, tu gardes le même logiciel ;p
  • # Re: un couple en peril ...

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    y a plein de trucs pour ca.

    Je te conseille de rechercher canna, wnn, im-ja-conf parmi d autres.
    Ca permet d ecrire en japonais avec des applis KDE ou Gnome.
    Pour la console, il y a kon2.
    Grossomodo, tu utilises language-env pour lui que son utilisateur soit en jap avec les applis compatibles (c est plein de trucs dans le .bashrc et autres...)
    puis tu installes les logiciels cités ci dessus et tu lis qques docs sur le net.
    tu n oublies pas d installer les polices hein!

    Moi j ecris en japonais sous ma debian sans problemes pour les applis gtk.
    suffit de faire shift+espace (le raccourci par defaut de pas mal de methodes d entrée) dans le programme
    Pour KDE, j avais un raccourcis pour lancer les applis, un truc genre
    IM=canna LC_ALL=ja_jp@EUC $1
    je dis "du genre" car j ai pas fini de reinstaller mon OS depuis la perte de mon disque dur et le rachat du nouveau.
    Sinon, en tout cas, c est tout a fait faisable. J y arrivais ainsi qu'Erwan Loisant (pour ne citer que lui ici. Il developpe Moji pour Mozilla d ailleurs).

    Si ca e marche pas du tout, je t orienterai vers des mailings lists comme debian-japanese...

    Gambatte kure!
    • [^] # Re: un couple en peril ...

      Posté par . Évalué à 4.

      Hum, moi je suis partisan de la suite de logiciel suivants :

      Canna + Kinput2

      Canna étant un serveur (dictionnaire), et kinput2 permettant de faire la liaison entre XIM (X Input Method) et le dictionnaire (canna en l'occurrence). Le but étant de taper en romaji, ce qui est retranscrit en kana (à la frappe), puis il permet de choisir les kanji appropriés correspondant au kana tapés. La méthode est simple et relativement efficace. À noter que je n'ai jamais essayé les claviers qui permettent de taper directement les kana... ça doit etre rudement pratique ça.

      Pour installer tout ça, il suffit d'installer les paquets, et normalement canna sera lancé automatiquement comme démon au démarrage de la machine. Une fois X lancé, il suffit de charger kinput2, et X est nihongo-aware ^^

      Néanmoins il faut préciser à l'application utilisée qu'il faut utiliser le japonais ! C'est-à-dire qu'il faut utiliser un wrapper de le style de celui donné ci-dessous, ou bien avoir un environnement utilisateur utilisant une locale et un charset Japonais. Il faut néanmoins avoir certaines variables d'environnements exportées, et surtout : XMODIFIERS.

      --- CUT HERE ---
      #! /bin/sh
      # ~/bin/nihongo.sh

      LANG=fr
      LANGUAGE=fr
      LC_ALL=ja_JP.UTF-8
      #LC_ALL=ja_JP.eucJP
      #LC_ALL=ja_JP.SJIS
      XMODIFIERS="@im=kinput2"
      #GTK_IM_MODULE=cedilla
      GTK_IM_MODULE=XIM

      export LANG LANGUAGE LC_ALL XMODIFIERS GTK_IM_MODULE

      exec $*
      --- CUT HERE ---

      Nota: ce script peut certainement être amélioré. Le charset SJIS est le charset made in microsoft, utilisé majoritairement donc. eucJP est le charset généralement utilisé par les stations Unix. UTF-8 est ZE Charset que je recommande.

      En ce qui concerne GTK_IM_MODULE, c'est pour définir la mathode d'entrée (IM) qui sera sélectionnée dans l'application GTK+2 correspondante. "cedilla" désigne le français, tandis que "XIM" sera pour la méthode d'entrée X, donc dans notre cas : le japonais. À noter que toute cette méthode est aussi valable pour le Corréen et le Chinois, il suffit de changer de serveur/dictionnaire (canna=japonais). Je ne saurais par contre vous dire ce qu'il faut utiliser.

      Nota: exporter GTK_IM_MODULE me permet de lancer Galeon, Gedit, etc. et de les utiliser par défaut en français. Ensuite un clic-droit dans une zone de texte me permet de choisir l'IM que je veux, et si je veux taper du japonais : je choisis Méthode de saisie X (XIM). Pour les plus aventureux, vous pouvez retirer les méthodes que vous ne voulez pas dans /etc/gtk-2.0/gtk.immodules ce qui permet de ne garder que "cedilla" & "XIM" par exemple.

      ATTENTION ! Je ne conseille pas d'ajouter XMODIFIERS dans n'importe quel script type ~/.bash_profile ou ~/.profile ! Car ceci impactera tous le compte utilisateur (et encore si c'est lancé dans /etc/profile). Le problème étant que cette bête commande empêchera l'utilisation des touches mortes dans les applications GTK+1 (au moins) ! J'ai mis longtemps avant de comprendre le pourquoi du comment de ce bug. Alors pour éviter les problèmes et si vous voulez mixer du japonais et du français, gardez la solution du XMODIFIERS dans le wrapper, c'est beaucoup moins problématique.

      Pour l'utilisation : <ctrl+espace> pour activer l'écriture en japonais. pour convertir les kana en kanji, et <re-espace> pour en choisir d'autres, au bout de 3 normalement un petit menu s'affiche avec toutes les possibilités. À noter que le programme est intelligent et si vous sélectionner une solution une fois, lsa fois suivante il vous propose directement cette solution en premier choix. Simple & pratique, non ? ^^

      Notes diverses :

      * sous GTK+2 il faut avoir vérifié que la méthode d'entrée sélectionné est bien « Méthode de saisie X ».
      * une bonne faço de vérifier que le système marche bien est d'essayer kterm (kanji-term), et de voir s'il supporte l'activation ou non du mode japonais (ctrl+espace). Si ça marche, alors il n'y a pas de raison pour qu'aucune autre application ne marche pas (ou alors elle est mal codée et pas nihongo aware). Normalement toute application récente, ou basée sur un widget graphique récent (GTK+2, QT, etc.) est nihongo aware.

      ---
      À noter que je n'utilise tout ça que sous Debian/Sarge (et j'ai déjà essayé sous Woody & Sid). Je n'ai jamais essayé sur d'autres distributions ou systèmes. Néanmoins cette méthode devrait marcher pour tout système X. Les paquets debian correspondant étant :

      * canna
      * kinput2-canna

      Il existe aussi des alternatives à canna, tel que wnn, mais je ne saurais trop parler de celui-ci. Pour ce qui est de im-ja il est très très bien, c'est vrai, mais uniquement comme module IM pour GTK+2. Là où kinput2 est (virtuellement) disponible pour toute application supportant la méthode XIM.

      À noter qu'une autre solution, multiplateforme, multilangue, etc. est en cours de réalisation : IIIMF (Internet Intranet Input Method Framework). Le travail est prometteur, mais je ne suis pour le moment arrivé à rien. L'une des possibilités intéressantes de IIIMF étant de pouvoir passer d'une langue et d'une méthode à l'autre sans se soucier de rien. Mais pour l'instant c'est une vision à long terme.


      頑張ってくれ!

      M'étant fondu d'un joli petit HOWTO là, je sens que je vais l'ajouter à mon site ça... Si des gens veulent l'améliorer, ça sera dispo dans une licence libre. C'est quoi la licence libre la plus appropriée ? LDP ?

      Néanmoins, je pense qu'avec ça, ton couple est sauvé ^^
  • # Re: un couple en peril ...

    Posté par . Évalué à 3.

    Tu aurais pu utiliser une distrib asiatique ça t'aurais facilité la tache...
    Genre turbolinux: http://www.turbolinux.com/(...)
  • # Comment saisir du japonais avec GNU/Linux

    Posté par . Évalué à 1.

    Je n'y connais pas grand chose mais voici l'aide mémoire qu'a écrit un ami en prévision de son départ au japon :
    http://www.ghosthack.net/~moku/gnu-linux/japanese/japonais.html(...)

    Si cela peut t'aider...
  • # Re: un couple en peril ...

    Posté par . Évalué à 4.

    Bon, faut vraiment que j'ecrive ca sur mon blog, un de ces 4...

    Si tu ne veux pas t'embeter, tu prends ta Fedora et tu fais l'installation en japonais, comme ca ce sera en japonais par defaut. Ou alors, tu lui installe une Vine ( http://vinelinux.org/(...) ) et la tu es sur qu'il n'y aura aucun probleme.

    Si ton systeme est deja installe, ou que tu veux du multilingue, il y a 2 choses indispensables:
    1) Le serveur de conversion kana->kanji
    2) L'interface graphique, cote X

    Pour le 1), il y a principalement Canna et FreeWnn. L'un ou l'autre doit tourner en daemon pour que ca marche.

    Pour le 2), tu as im-ja pour les applis gtk2 ou kinput2 pour tout le reste. Pour kinput2, il faut que tes variables d'environnement soient en japonais (bon en fait c'est pas obligatoire, mais sinon faut bidouiller).

    Ta distrib le fait peut-etre toute seule, mais sinon il faut ajouter ca dans ton .xsession ou equivalent pour que kinput marche.
    kinput2 -xim -kinput -canna &

    Et pour finir, si elle te dit que la conversion kana->kanji est merdique par rapport a Windows, qu'elle ne peut pas saisir son prenom correctement, ne lui dit pas que c'est parce qu'elle a l'habitude: elle a raison :(. Pour avoir un truc correct (meme excellent, d'ailleurs), faut acheter un soft proprio, ATOK.

    頑張って下さい。

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.