Journal Speech de RMSà LE 2004

Posté par .
Tags : aucun
0
4
fév.
2004
Rapidement :

LL == liberté, égalité, fraternité

Propriété intellectuelle == barbarisme à rejetter

Trois domaines méritent reflexions : Droit d'auteur, Marques, Brevets

La communauté des LL a des ennemis prêts à tout, ce qui est nouveau. Va falloir se serrer les coudes, les gars !

Microsoft soutient SCO, lequel se lance dans une campagne de lavage de cerveau à coup de conf' et de millions de $$.

Les pétitions sur le NET, c'est bien, mais mieux vaut des marches IRL (in real life) et des manif'

Anniversaire des 20 ans de GNU :
Fred Couchet (FSF Europe) lui offre un livre sur la musique de Java, une flutte en bois, un autre membre de la FSF les premiers livres (dont LEA Book) sous GPL, et un big gateau au chocolat

Linux : non ! GNU/Linux : oui !

Copier et diffuser du LL, c'est bien mais ne jamais oublier d'éduquer les gens en y joignant les licences utilisées.

Se faire condamner pour avoir copier des MP3, c'est immoral. D'ailleurs, les artistes dans leur ensemble ne vivent pas de la vente des CD (ce qui est vrai, NDR)

Toujours favoriser l'échange, et fuir l'esclavage du logiciel propriétaire.

Bref, bonne ambiance comme d'hab' !

D'autres commentaires de ceux présents ?
  • # Re: Speech de RMSà LE 2004

    Posté par . Évalué à -1.

    Que d'originalité et de rebondissements !
  • # Re: Speech de RMSà LE 2004

    Posté par . Évalué à 2.

    Y'aura-t'il différents média (vidéo...) des conférences disponibles ?
  • # Re: Speech de RMSà LE 2004

    Posté par . Évalué à 3.

    Propriété intellectuelle == barbarisme à rejetter

    Microsoft soutient SCO, lequel se lance dans une campagne de lavage de cerveau à coup de conf' et de millions de $$.

    Se faire condamner pour avoir copier des MP3, c'est immoral. D'ailleurs, les artistes dans leur ensemble ne vivent pas de la vente des CD

    HHHEEEEIIINNNN ????

    Il a fume ? Il est passe chez l'ennemi ? Il se lance dans le FUD ?
    Non sincerement tu es absolument sur que c'est bien ce qu'il a dit ?
    Parceque
    1) Gnu/Linux/BSD/GPL respectent a fond la propriete intellectuelle, c'est meme le fondement de la GPL (ie : le code ecrit en GPL appartient toujours a son auteur qui authorise son utilisation dans des programmes en GPL. Le code ecrit reste la propriete de son auteur !)

    2) Microsoft derriere SCO ? Pas tres fort alors, parceque si SCO avait les avaocats de MS ne serait-ce que pour quelques jours ils s'y prendraient pas comme ca du tout. Pour rappel SCO n'a pas encore fait un seul proces pour vol de propriete intellectuelle :
    IBM : rupture d'accord de non divulgation
    Novell/Suse : rupture de clause de non blocage dans le contrat. (Novell s'est engage contractuellement a ne pas intervenir dans les affaires de SCO vis a vis de la gestion des droits Unix)
    GPL : anticonstitutionelle
    Red Hat : CF IBM, rupture d'accord de non divulgation.


    3) On en se afit pas condamne pour avoir copie des MP3s, on se fait condamne pour les avoirs distribues (gratuitement ou moyennant finance). C'est parfaitement legal et je ne vois pas ce que ca a d'immoral... La loi est faite de telle sorte que la distribution d'oeuvre proteges par le droit d'auteur est soumise a contrainte. Faut-il changer la loi ? Peut-etre mais je ne pense pas (Je rapelle au passage que la distribution de codes sources proteges par la GPL est soumise a contraintes aussi...)
    Le fait que les artistes se fassent exploiter jusqu'au trognon est un probleme tout autre. Faut-il faire une loi qui fasse que les dorits reviennent aux auteurs/compositeurs/producteurs plutot qu'aux maisons de disques ? Peut-etre mais je ne vois pas en quoi ca influe sur le debat.

    Ceci etant si quelqu'un a une retranscription exacte du discours de RMS je suis preneur, parceque je ne peut pas croire qu'il ait dit ca ...


    Kha
    • [^] # Re: Speech de RMSà LE 2004

      Posté par . Évalué à 2.

      RMS critique l'emploi de Propriété Intellectuelle parceque c'est un mot fourre-tout qui recouvre des réalités juridiques bien différentes que sont le droit d'auteur, le copyright, le brevet, les marques déposées.
      • [^] # Re: Speech de RMSà LE 2004

        Posté par . Évalué à 0.

        Certes, je ne vois pas RMS faire un amalgame du type
        Propriété intellectuelle == barbarisme à rejetter
        d'ou mon etonnement.

        Mais je susi quand meme curieux du contenu reel du discours. Savoir si l'interpretation qui a ete faite est abherante (ce que je souhaite) ou si elle est proche de la realite (ce qui m'horrifirait)

        Kha
        • [^] # Re: Speech de RMSà LE 2004

          Posté par . Évalué à 2.

          Lis ça:

          http://www.gnu.org/philosophy/words-to-avoid.html#IntellectualPrope(...)

          Tu comprendas mieux ce que (à mon avis -- j'ai pas entendu le discours) Stallman a voulu dire.
          • [^] # Re: Speech de RMSà LE 2004

            Posté par . Évalué à 0.

            Je connaissais deja ce texte. Il appuie surtout sur le fait que le terme propriete intellectuelle est trompeur parceque 1) il donne l'illusion de propriete au sens materiel du terme et que 2) il recouvre ennormement de choses assez disparates du droit d'auteur jusqu'au brevet en passant par la marque deposee.
            Ceci etant RMS utilsie abondament la marque depose et le droit d'auteur. Qui plus est les brevets sur le materiel ne le derange pas vraiment. Je comprend qu'il soit fache avec le terme "propriete intellectuelle" qui porte facilement a confusion, mais il n'est pas en guerre avec la propriete intellectuelle dans son ensemble...

            Kha
        • [^] # Re: Speech de RMSà LE 2004

          Posté par . Évalué à 2.

          Terme "propriété intellectuelle" : ne dois jamais, jamais, jamais être prononcé (répété 3 fois) - je répète l'ouverture du speech
    • [^] # Re: Speech de RMSà LE 2004

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      > 1) Gnu/Linux/BSD/GPL respectent a fond la propriete intellectuelle, c'est meme le fondement de la GPL

      NON ! Justement ce que dit Stallman est que « propriété intellectuelle » ne veut rien dire parce que ça englobe des trucs qui n'ont rien à voir :
      - le droit d'auteur
      - le droit des brevets
      - le droit des marques

      Les acteurs du logiciel libre soutiennent fortement le DROIT D'AUTEUR dans sa forme actuelle, et PAS dans sa forme étendue casse-belbe de l'EUCD. Le droit d'auteur à outrance est néfaste lui-aussi.
      Par contre il faut absolument lutter CONTRE les brevets, qui sont aussi classés dans ce terme de "propriété intellectuelle".
      • [^] # Re: Speech de RMSà LE 2004

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        lutter CONTRE les brevets...

        ...sur les logiciels, bien sûr. Puiqu'il a été prouvé que les brevets sur des techniques matérielles ont une vraie efficacité pour promouvoir l'innovation. (à condition que les règles de base soient vraiment appliqués : application industrielle, vraie nouveauté, non-évidence, non antériorité, etc...)
        • [^] # Re: Speech de RMSà LE 2004

          Posté par . Évalué à 2.

          Ca m'interresse, ta des refs d'etudes sur l'efficacite des brevets en matiere d'innovation, qui montrent aussi bien les RI de R&D que le cout pour le consommateur, et qui demontrent que les brevets rendent possible l'insertion sur un marché fortement concurentiel dans lequel des grands groupes ont des portefeuille deja consequent ?

          Personnellement je pense que les brevets posent bien plus de pb qu'ils n'en resolvent, et certains sont d'ordre infiniment superieur au simple ordre economique (medicaments...).

          De plus quand tu te places hors entreprise (recherche publique, CNRS), le pb est de savoir si la "propriete intellectuelle" crée en elle même des richesses, où si les restrictions d'utilisation qu'elle engendre sont globalement nuisibles étant donné que l'incitation à la recherche est faible dans ce cas. Est-ce bien raisonnable d'utiliser un système à l'origine concu pour favoriser le partage de connaissances tout en maintenant une retribution pour l'auteur, à des fins de rentree d'argent dans les caisses de l'état, dans un contexte ou tous les résultats sont de toute manière publique.
          Et oui il faut se garder d'oublier la perversion de systèmes qui ont été concus dans un autre contexte, et dont les buts sont aujourd'hui détournés.

          En fait je suis fondamentalement opposé à tout monayage et restriction artificielle des connaissances quelqu'elles soient. Mais si quelqu'un me démontre que c'est pour le bien de l'humanite je m'inclinerais.
          • [^] # Re: Speech de RMSà LE 2004

            Posté par . Évalué à 1.

            Ca m'interresse, ta des refs d'etudes sur l'efficacite des brevets en matiere d'innovation,
            Posons nous et réflichissons.
            Une société dans la motorisation (vu que tu qualifies toute forme de brevet comme néfaste, je prendrais donc ce domaine) fait des recherches de plusieurs années pour permettre d'améliorer le rendement consommation/pollution/puissance. Cela lui coutent beaucoup d'argent (recherche d'un moteur coutant grosso merdo dans les 10 millions) car y a l'étude, les moules ('tain pas donné ces trucs), les tests, les échecs, et d'autres turpitudes. Dans un monde avec 0 brevets, arrivé à la vente en série avec ton super moteur qui a pleins d'inventions, 1 mois après tu te retrouves avec les même moteurs pour beaucoup moins chere tout simplement parceque ta superbe idée n'est pas protégée et que les concurrents n'ont qu'à copié tes idées. Tout le pognon que tu as mis dans la recherche ne sera jamais rentabilisé, tu fais soit faillite, et si tu survies ben t'arretes les recherches pour attendre que quelqu'un d'autre le fasse à ta place. Au bout de quelques années, plus personnes ne le fait et il n'y a plus n'évolution.

            Donc dire que les brevets sont néfastes est stupide (en fait ça fait discours globalisateurs de certains politiques qui ne réfléchissent pas à long terme et dans différents domaines). Dire que les brevets c'est super, c'est tout aussi stupide (ça c'est le discours ultra liberal de certains patrons ou politiques qui eux aussi ne voit pas à long terme et dans différents domaines). Tout cela dépend (comme beaucoup de chose) du contexte.

            Et pour revenir aux brevets logiciels, les personnes travaillant dans ce domaine sont majoritairement contre car le contexte ne convient pas (les droits d'auteurs sont suffisants).

            Pour tout ce qui touche le médical, les frais de recherche doivent être lourd et donc les sociétés privés veulent faire des bénéfices (c'est leur moyen pour payer des salariés, les charges, etc.). Dans l'absolu on pourrait comprendre les brevets médicaux (invention de nouvelles molécules) mais les dérives sont que maintenant certains brevets concernent des éléments de la nature. Mais ces dérives devraient être gérés par les bureaux des brevets et/ou des gouvernements. Et d'ailleurs, si certains pays n'avaient pas plus ou moins laisser couler la recherche publique dans les médicaments, certains brevets auraient pu être déposés par des labos publics (en considérant bien sûr qu'ils oeuvrent pour l'humanité et que les brevets sont donc défensifs et on pour faire du blés). Mais la mentalité est elle vraiment présente ? Une fois dans un bar, j'ai entendu ce beau discours : "pourquoi claquer du pognon des mes impots pour chercher à soigner des africains (remplacer africains pour une insulte les concernant)". Ceci est déplorable mais sort un peu du contexte.
            • [^] # Re: Speech de RMSà LE 2004

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Ce raisonnemment s'applique uniquement parce que le modèle économique actuel par du principe que le retour sur investissement passe par la vente de brevets ou le monopole sur une technologie durant une période.
              Ce n'est donc pas l'innovation technologique qui elle-même est rentable mais le fait de détenir des droits dessus pour peu que l'innovation intéresse des consommateurs.

              Je pense que RMS justement souhaite que ce modèle économique évolue afin que ce soit l'innovation elle-même qui apporte le ROI: renommée, compétence, etc.
              Evidemment, cela devient plus difficile d'avoir du ROI car la concurrence est plus rude ce qui te pousse à effectivement bien plus innover pour fournir une compétence et une maîtrise qui fera la différence.
              C'est moins d'argent facile pour les gros détenteurs de brevets et une course en avant pour l'innovation mais qui a dit que chacun n'avait pas droit à sa place au soleil.

              Je ne dis pas que ce modèle est viable ou réaliste mais je pense que c'est ce principe qui pousse RMS à lutter contre les brevets.
            • [^] # Re: Speech de RMSà LE 2004

              Posté par . Évalué à 1.

              Certes, il doit bien y avoir quelques domaines ou les brevets fonctionnent vraiment, mais n'oublie pas que la plupart des reproches qu'on fait aux brevets logiciels sont applicables aux autre domaines : pressions des detenteurs d'un enorme portefeuille sur les nouveaux arrivants, par exemple.

              Quand à des brevets "défensifs", c'est un aberration. Pas besoin de déposer un brevet, une publication constitue un antecedant.

              Je ne suis pas contre des raisonnement généraux mais je préfererais une démonstration factuelle, statistique. Or comment comparer un système quand celui ci est devenu le seul existant sur la face du globe ? A si, on peut : il n'y a pas de brevet logiciel et personne n'en veut, ca donne déjà un indice.

              De toute manière pour moi, les brevets sont aujourd'hui détournés de leur buts original : de la diffusion des connaissances, on est passé un un monayage des technologies. Ils sont devenus inadapté au monde actuel (dépot couteux => reservé aux entreprises, durée trop longue => diminue la possibilité d'innovation future).

              A mes yeux, pour obtenir un système ou leur qualités primerait sur leur défauts, il faudrait une révision drastique de ce système, avec plus de transparence (cout de devel), plus de controle (retour aux controles normaux qui ne sont plus fait + nouveau controle, par exemple limitation du prix des licences basé sur le cout de devel, et les richesses actuelles et attendues du licencié).

              Néanmoins, je n'aimerais jamais l'idée du controle de la connaissance, et je crois qu'il faudrait s'efforcer de trouver d'autres systèmes moins désuets pour favoriser l'innovation, plutot que de conserver un système désuet. Malheureusement, je dois rester réaliste, je sais que cela n'arrivera jamais. Aujourd'hui seuls les enjeux economiques, et parmis ceux la seul ceux des plus gros, comptent.

              > mais les dérives sont que maintenant certains brevets concernent des éléments de la nature

              Non, c'est interdit, ce n'est pas une invention mais une decouverte.
              Par contre un processus industriel qui utilise une découverte, c'est autorisé, et la dérive c'est que le brevet recouvre alors plutot largement la découverte, meme si l'utilisation qui en est faite est différente, c'est ca la véritable dérive (du moins si l'on considere que les brevets sont benefiques)
              • [^] # Re: Speech de RMSà LE 2004

                Posté par . Évalué à 1.

                La première chose est qu'il faut bien déterminer le contexte. En te lisant, j'ai l'impression que quelques fois tu t'axes sur les brevets logiciels et d'autres fois, tu parles des brevets en général.

                Quand à des brevets "défensifs", c'est un aberration. Pas besoin de déposer un brevet, une publication constitue un antecedant.
                Si nous sommes dans le cas du brevet logiciel, c'est exact.

                Je ne suis pas contre des raisonnement généraux
                j'ai pourtant donné un exemple précis (qui est une réalité et vécu dans un constructeur français). Mais cet exemple ne concerne pas en effet les brevets logiciels. C'était plus une invitation à rester circonspect et ne se limiter à dire que les brevets c'est nuls. Concernant les brevets logiciels, en traversant l'atlantique on a pas mal d'exemples montrant la stupidité des brevets logiciels.

                De toute manière pour moi, les brevets sont aujourd'hui détournés de leur buts original : de la diffusion des connaissances, on est passé un un monayage des technologies.
                Ta vision des brevets est belle mais incorrecte. La définition d'un brevet est:
                "Brevet : titre délivré par l'État à la personne qui a présenté une demande comportant la description d'une invention nouvelle ayant un caractère industriel. Ce titre confère à son titulaire, pour une durée de vingt années, un droit exclusif d'exploitation moyennant le paiement de taxes annuelles. Toute atteinte portée sciemment à ce droit constitue un délit, puni d'une amende, sur plainte du lésé, qui peut aussi intenter une action en contrefaçon devant les tribunaux civils. V. aussi industriel (propriété industrielle )."
                Les brevets ont toujours eu comme objectif de défendre des intêrets économiques.

                Concernant le contrôle, il faudrait en effet remettre un peu d'ordre. Par contre, je pense qu'un meilleur contrôle des brevets (et de leur validité) n'a pas à être confondu avec le contrôle des connaissances.

                Non, c'est interdit, ce n'est pas une invention mais une decouverte.
                Par contre un processus industriel qui utilise une découverte, c'est autorisé, et la dérive c'est que le brevet recouvre alors plutot largement la découverte, meme si l'utilisation qui en est faite est différente, c'est ca la véritable dérive

                Désolé pour ma réduction et mon erreur.

                (du moins si l'on considere que les brevets sont benefiques)
                Les brevets sont ni bons, ni mauvais. Ils peuvent être utiles dans certains domaines mais leur "karma" dépend de leur utilisation.
            • [^] # Re: Speech de RMSà LE 2004

              Posté par . Évalué à 1.

              Pour ce qui est du médical, il faut savoir qu'entre la découverte d'une nouvelle molécule et son éventuelle mise sur le marché il s'écoule 10 ans. Ces 10 ans sont nécessaires pour effectuer toutes les batteries de tests qui permettront de démontrer (ou pas) l'efficacité du produit, de définir le dosage adéquat, d'étudier les contre-indications et les intéractions et d'obtenir l'autorisation de mise sur le marché. Comme le brevet tient 25 ans, il ne reste que 15 ans au laboratoire pour rentabiliser sa recherche. Je ne connais pas excatement le pourcentage de molécules qui sont abandonnées en cours de route mais je ne serais pas surpris qu'il soit de l'ordre de 90%.

              Attention, je ne défends pas les labos. Ils sont en général plus riches que nécessaire. Je pense seulement que dans ce cas, les brevets sont nécessaires.
    • [^] # Re: Speech de RMSà LE 2004

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      > 3) On en se afit pas condamne pour avoir copie des MP3s, on se fait condamne pour les avoirs distribues (gratuitement ou moyennant finance). C'est parfaitement legal et je ne vois pas ce que ca a d'immoral...

      Il dit que c'est immoral d'empêcher les gens de partager du savoir, y compris la musique. Le droit d'auteur n'a initialement pas été inventé pour limiter la diffusion des connaissances, mais pour contrôler les impressions des livres. Le droit d'auteur, au même titre que le droit des brevets, était fait pour imposer des règles aux entreprises, mais il se trouve qu'il a fini par être appliqué de façon trop large et qu'il s'impose maintenant au particuliers en les privant du droit basique le plus élémentaire : le partage.

      L'avis de Stallman est qu'on doit pouvoir copier la musique à partir du moment où on n'en retire pas de profit commercial.
      • [^] # Re: Speech de RMSà LE 2004

        Posté par . Évalué à 1.

        L'avis de Stallman est qu'on doit pouvoir copier la musique à partir du moment où on n'en retire pas de profit commercial.

        Et dans une grande mesure on peut. Il y a finalement tres peu de limitations, et elle ne touchent que la distribution. Je peux parfaitement partage ma musique avec a peu pres qui je veux. C'est l'exception de droit qui refere a la copie privee. Seulement la mise en ligne de centaines de chansons depasse le cadre du simple partage et de la copie privee, il s'agit veritablement d'une distribution. A partir de la on sort du cadre "prive" pour rentrer dans une logique de marche avec ce que ca implique.

        Si demain une personne commencait a vendre un package CD de la mandrake a la moitie du prix du site sans jamais faire autre chose que de repomper les isos et de les graver ca ne me paraitrait pas plus amoral.

        Il y a une limite. Telecharge les isos : OK. Copier le DVD de la mandrake d'un pote : Mouais bof, mais legal. Creer le site Mandarke.com et distribuer pour juste les frais de port les produits mandrake fraichement repompes de la maison mere : Non.

        La notion de profit commercial n'est pas la seule. Supposons que demain MS decide de distribuer gratuitement l'ensemble de la gamme des produits Mandrake ou RedHat, ainsi qu'une version modifie de la Suse ou Yast a ete remplace. Ils peuvent literalement innonder le marche de copies identiques ou quasiment, a un prix defiant toute concurrence...

        Enfin bon c'est mon opinion

        Kha
        • [^] # Re: Speech de RMSà LE 2004

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          > Et dans une grande mesure on peut. Il y a finalement tres peu de limitations, et elle ne touchent que la distribution. Je peux parfaitement partage ma musique avec a peu pres qui je veux.

          Techniquement tu peux faire pas mal de choses, mais légalement tu ne peux quasiment rien faire.
          Tu n'as pas le droit de copier dans le cadre familial. Le seul droit que tu as c'est de faire écouter un CD à ta famille et à tes amis, mais c'est tout. Pas de copie. Si ton frere veut le CD, il doit l'acheter.
          Non seulement la copie est illégale, mais ils essayent de la rendre techniquement impossible avec des dispositifs techniques, qui vont eux-même être protégé juridiquement contre le détournement. Donc à terme, même la copie privée sera impossible.

          > Si demain une personne commencait a vendre un package CD de la mandrake a la moitie du prix du site sans jamais faire autre chose que de repomper les isos et de les graver

          Ca se fait déjà largement : tu peux trouver la mandrake dans des magazines, ou chez Ikarios pour trois sous. Il n'y a rien d'anormal, c'est comme ça que ça doit marcher. C'est ce que dit et encourage la licence GPL.

          > Creer le site Mandarke.com et distribuer pour juste les frais de port les produits mandrake fraichement repompes de la maison mere : Non.

          Non, mais seulement à cause du rapprochement entre Mandrake et Mandarke. On ne peut pas utiliser la marque Mandrake comme on veut. Mais distribuer pour juste les frais de port, OUI !!! C'EST CA LE LOGICIEL LIBRE !!! Et même si c'est MS qui le fait et qui, comme tu dis, inonde le marché de mandrake et redhat gratuites, et bien TANT MIEUX !! Car il faut voir qu'il n'y a pas que les bénéfices de distribution (qui sont infimes), il y a surtout le support aux entreprises, la formation etc... Et ça, ce n'est pas quelque chose de "copiable", c'est du service, et c'est ça qu'il faut développer.
          • [^] # Re: Speech de RMSà LE 2004

            Posté par . Évalué à 1.

            Je suis pas trop optimiste en ce qui concerne l'écoute par un ami :

            L122-5 du CPI

            Lorsque l'oeuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire :
            1º Les représentations privées et gratuites effectuées exclusivement dans un cercle de famille ;
            2º Les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective, à l'exception des copies des oeuvres d'art destinées à être utilisées pour des fins identiques à celles pour lesquelles l'oeuvre originale a été créée et des copies d'un logiciel autres que la copie de sauvegarde établie dans les conditions prévues au II de l'article L. 122-6-1 ainsi que des copies ou des reproductions d'une base de données électronique ;
            ...

            On retrouve un truc similaire au L211-3 pour les droits voisins

            A noter que je ne vois pas en quoi cela constitue une "exeption" ou quelque chose de toléré comme aiment se gargariser les maisons de disque.
            C'est dans la loi. Point. Si l'auteur n'a pas le droit d'interdire, le copiste a le droit de copier, sinon il y a quelque chose qui m'échappe.
            Pis je me demande aussi pourquoi le DRM est toléré si on ne peut pas nous interdire la copie privée. Le DRM est une interdiction (fusse-t-elle technique) qui n'a pas l'air d'être autorisée après tout...
    • [^] # Re: Speech de RMSà LE 2004

      Posté par . Évalué à 2.

      On peut considérer une loi comme immorale et la respecter malgré tout. Même si l'échange de musique est illégal, on donc considérer comme immoral de condamner des gens qui le pratiquent. Ce n'est pas incompatible avec le respect de la loi.

      Si le respect de la loi impliquait de ne pas la critiquer, on serait mal, quand même, non ?
  • # Re: Speech de RMSà LE 2004

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    En tout cas j'ai remarqué une nouveauté dans le discours de Stallman, c'est qu'avant il ne parlait qu'au nom du logiciel, maintenant il s'exprime fortement aussi pour d'autres domaines comme la musique ou la vidéo.

    Le plus important à noter est qu'il faut dissocier les oeuvres fonctionnelles (logiciels, encyclopedies, auxquelles doivent s'appliquer les 4 libertés que l'on connait) des oeuvres purement artistiques. Par contre il ne dit pas si les oeuvres artistiques doivent pouvoir être modifiées librement aussi, ou s'il faut seulement autoriser la copie (non commerciale).
    • [^] # Re: Speech de RMSà LE 2004

      Posté par . Évalué à 1.

      D'accord pour faire une distinction avec les oeuvres artistiques, pour lesquelles les choses ne sont pas aussi claires.
      C'est pour ça que j'aime beaucoup l'approche http://creativescommons.com(...) Some right reserved de licenses modulaires où on l'aisse l'auteur choisir. (les licenses sont de plus disponibles sous forme d'une icône, d'un résumé compréhensible d'un coup d'oeil, et d'une license complète extrèmement lisible, ce qui ne gâche rien et est un net avantage par rapport à la GFDL).

      Attribution/Pas d'attribution ?
      Commercial/Non commercial ?
      Modifiable/Share Alike/Non modifiable ?
      Faîtes votre choix ici : http://creativecommons.org/license/(...)

      C'est de plus très pédagogique : à quoi correspond la license BSD ? La GPL ? Une license libre ? Le domaine public ?


      Ces licences sont de plus en plus utilisées (entre autre pour l'élection démocratique d'une publicité/pamphlet anti-Bush malheureusement censuré par CBS [1] [2]) et elles le méritent bien.

      [1] http://www.bushin30seconds.org/(...)
      [2] http://www.bushin30seconds.org/finalists.shtml(...)
      • [^] # Re: Speech de RMSà LE 2004

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Le seul avantage des licences Creative Commons, c'est l'approche pédagogique (le code légal est imbitable). Le problème, c'est que la profusion de licences sème la confusion. Souvent les utilisateurs de licences ne savent même pas ce qu'ils veulent et choisissent une licence trop restrictive par rapport à leurs besoins. Ils n'ont pas la notion des 4 libertés fondamentales du libre.

        La LAL (Licence Art Libre) est libre et copyleft, sans ambiguïté. La licence elle-même est simple, lisible, et compréhensible même par un non-juriste. Le travail pédagogique dont RMS parle est celle que la copyleft_attitude fait lorqu'on demande d'expliquer la licence, pour s'en convaincre, lire la FAQ : http://artlibre.org/faq(...)

        Seule la licence CC by-sa (Attribution-ShareAlike) est libre et copyleft. La licence CC by (Attribution) est une BSD-style. Les autres ne sont pas libres.
  • # Re: Speech de RMSà LE 2004

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Je n ai pas pu lui demander...
    Il s est plaint que le LEA Book ne parvienne pas avec la GPL. Il estime qu etre sous GPL implique la présence de la GPL elle meme avec le produit (sauf dans le cas d un logiciel de 10 lignes, ce qui se comprend. Mais pour le LeaBook, il faisait la gueule. Ca nous a fait rire, mais il devait le penser vraiment).
    Ma question va pour les licenses artistiques.
    doit on mettre la license en bas de l image? dans un fichier fourni avec l image? derriere l image?

    P!
  • # Re: Speech de RMSà LE 2004

    Posté par . Évalué à 1.

    Tu as oublie :

    les enfants : c'est mal il ne faut pas en faire, ca contribue a detruire notre planete

    (keynotes de 17h30 )
    • [^] # Re: Speech de RMSà LE 2004

      Posté par . Évalué à 2.

      D'ailleurs, dans un speech filmé chez un des gars de la FSF France (F. Couchet il me semble), il disait : "les gosses c'est dégueulasse, car ça prend trop de temps !"

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.