Journal Laureline orpheline, Jean-Claude Mézières bronsonisé

Posté par  . Licence CC By‑SA.
44
23
jan.
2022

Cher 'nal,

Il est mort ce jour à l'âge de 83 ans.

On perd là un des précurseurs de la BD de SF en France. Il est le dessinateur de Valérian, agent spatio-temporel, devenu rapidement Valérien et Laureline. Le scénariste étant Pierre Christin, dont le surnom est Linus, scénariste également pour Bilal (Partie de chasse, La ville qui n'existait pas, etc.) ou Annie Goetzinger (La diva et le kriegspiel).

Valérian était novateur à plus d'un titre, féministe à l'époque de Barbarella, avec une Laureline souvent plus futée que son benêt de compagnon. Une SF à la fois profonde et humoristique et qui a inspiré bien au-delà de la France (p.ex. les espèces exotiques ont sans doute inspirées celle de Star Wars et pas que cela). Et quand je parle d'inspirer, je ne parle pas de la souillure de Besson.
Profond, avec cette boucle temporelle à deux branches qui va se former, ou dans Les oiseaux du maître, une discussion philosophique entre matérialisme et idéalisme. Ou bien la série commençant par Métro Châtelet direction Cassiopée ou, sans trop spoiler, une certaine trinité est en fait une sacrée bande de dégénérés.

Humoristique, car qui n'a jamais rêvé de payer le livreur de pouzzoufs en poutibloks créés par un Transmuteur grognon de Bluxte ?

Merci Mézières pour avoir élargi l'horizon de ma jeunesse. Même si on ne me retirera pas l'idée que tu as quitté cette enveloppe corporelle contaminée par le virus de Sindar, pour une autre, dégotée par les Shingouz à prix d'or.

On conseillera, outre tous les Valérian et Laureline, la BD Mézières et Christin, qui comprend le tout premier épisode des aventures de Valérian. Et aussi Les chemins de l'espace, avec les épisodes courts précédant La cité des eaux mouvantes, première histoire de Valérian.
So long cow-boy.

  • # Un très grand

    Posté par  . Évalué à 8.

    Les aventures de Valérian et Laureline étaient en bonne place depuis son début dans la bibliothèque BD de mon père et, comme il m'a initié à la littérature de SF (Asimov, K. Dick, Van Vogt …), il a été l’initiateur de ma passion pour la BD en général et de SF en particulier. Maintenant à plus de 50 ans, Mézière/Christin restent pour moi, avec Jean Giraud, des "monuments" de la BD.

    En BD, Mézières, comme J. Vance en littérature, était un penseur de monde qui en a inspiré d'autres : https://www.francetvinfo.fr/culture/cinema/star-wars/star-wars-a-t-il-tout-pique-a-la-bd-francaise-le-faux-proces-de-george-lucas_1223825.html

  • # Occasion !

    Posté par  . Évalué à 2.

    Une bonne occasion de tester https://linuxfr.org/nodes/126640/comments/1880734 !

    Bonne parce qu’évidemment un hommage est de très bon aloi. On s’en passerait bien mais les plus riches du monde solutionnistes transhumanistes n’ont pas encore fait mieux que ce qui se fait dans les BDs et n’ont inventé ni la vie éternelle ni le voyage temporelle, ces cons ! Faudrait leur rappeler que dans Valérian faut un peu faire attention parce que si on fait n’imp on peut carrément faire disparaître la Terre toute entière du futur.

    Jean-Claude ASCII art

    • [^] # Re: Occasion !

      Posté par  . Évalué à 2. Dernière modification le 25/01/22 à 20:11.

      Mézières et Druillet furent parmi les premiers à inclure des images de synthèse dans leurs BD. Pour un résultat plus ou moins heureux. Dans Les armes vivantes pour le premier. Dans Salambo t.3 pour le second.

  • # Valerian et Laureline vus du CNES

    Posté par  . Évalué à 4.

    Avant d’inspirer Luc Besson, Valérian et Laureline, c’est la bande dessinée de référence pour les amateurs de science-fiction. Mais l’œuvre de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières est aussi une source d’inspiration pour la recherche et l’exploration spatiale, pour les ingénieurs, les scientifiques, ou les astronautes. Témoignages.

    Interview de l’astronaute Jean Francois Clervoy tournée à la Cité de l’espace à Toulouse

    https://www.youtube.com/watch?v=uz2KZmBUPcg

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.