Journal Pensons au plan B...

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
0
15
sept.
2003
Cher journal,

Je viens de penser aux fameuses lois de Murphy appliquées aux brevets logiciel : si il y a un risque que ça arrive, cela arrivera. (d'un autre côté, c'est le contraire pour les partisans pro-brevet, ça compense donc en partie. Mais se pose alors la question suivante : qu'est-ce qui augmentera le plus l'entropie du système : l'existence du brevet-logiciel ou la non existence ???)

Il faut donc penser à ce qu'il faudrait faire si les brevets logiciels arrivaient en Europe. Et j'ai repensé au roman de Bradbury, "Fahrenheit 451", ou les personnes qui voulaient sauver les livres les apprenaient par coeur, pour les restituer le jour où les livres seraient de nouveau autorisés, afin que la connaissance ne soit pas perdu.

Apprenons donc tous les algorithmes et les programmes libres par coeur et attendons le jour de la libération !

Euh.... qui veut s'occuper du noyau ???
  • # Re: Pensons au plan B...

    Posté par . Évalué à 3.

    Ce que tu dis là est justement ce que beaucoup de gens génés par les Logiciels Libres veulent entendre : on arrète tout, et on se retrouve dans vingt ou trente ans.

    Si pour toi utiliser un système libre ne signifie rien de plus que retourner à windows à la première occasion car la loi l'édicte, alors c'est bien triste, et soit assuré que ta position risque de ne pas faire l'unanimité.

    Passe de l'énergie à lutter contre les brevets plutot que de t'épuiser dans ce genre de considérations, merci.
    • [^] # Re: Pensons au plan B...

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      > Passe de l'énergie à lutter contre les brevets plutot que de t'épuiser dans ce genre de considérations, merci.

      Je voudrais bien, mais ma formation de matheux m'a donné l'habitude de considérer toutes les hypothèses.

      Par exemple, pour les dernières présidentielles, bien avant le premier tour, j'avais mis au point la règle de vote suivante : "Je ne vote pas pour Chirac, sauf en face de le Pen". Par conséquent, je n'ai pas été destabilisé par le résultat du premier tour et j'ai suivi mon programme. (je dois par contre avouer que je n'avais pas pensé à faire une règle dans le cas Chirac - Laguillier, honte sur moi, mon cerveau aurait pu être victime d'un DOS !! Mais je m'égare....).

      Tout ça pour dire que ce n'est pas parce qu'une hypothèse ne nous plaît pas qu'il faut l'oblitérer de notre esprit et ne pas penser à des solutions de secours (comme aller monter une communauté du logiciel libre au Tibet, ou dans une maison bleu à San Francisco, ou bien utiliser le système des brevets avec un zèle tel que le système s'effondrera de lui-même sous le poid de sa propre absurdité).
      • [^] # Re: Pensons au plan B...

        Posté par . Évalué à 1.

        Une solution plus raisonnable a mon avis:
        Réunir tous les devloppeurs de LL dans un pays qui nous respecte (pas de DMCA/EUCD ni de brevets logiciels) et faire pression sur le gouvernement (oui, il faut etre nombreux) pour preserver notre situation.

        Alors quels pays nous reste-t-il ?
        • [^] # Re: Pensons au plan B...

          Posté par . Évalué à 3.

          Alors quels pays nous reste-t-il ?

          La Corse ?
        • [^] # Re: Pensons au plan B...

          Posté par . Évalué à 1.

          Alors quels pays nous reste-t-il ?
          Hemm c'est une bonne question, leur nombre se réduit de plus en plus. J'aimerais te répondre la France, un peu encore .. pour combien de temps ?
  • # Re: Pensons au plan B...

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Apprenons donc tous les algorithmes et les programmes libres par coeur et attendons le jour de la libération !

    A lire, l'excellent Fahrenheit 451 de Ray Bradbury où l'on retrouve cette idée d'une bande de proscrit qui s'exile d'une société refusant le savoir pour apprendre les livres par coeur. Merci le progrès, maintenant la science-fiction devient réalité.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.