Journal DragonflyBSD 1.0RC1

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
0
29
juin
2004
Lu sur /. hier, la première release candidate du fork de FreeBSD 4.X est dans les bacs.

Pour rappel, Matt Dillon, à l'époque est un des principaux devs de la core team FreeBSD n'aimait pas les directions prises pour la branche 5.X, il a donc décidé de reprendre le code et apporter les evolutions qui lui paraissent appropriées.

DFBSD est un système encore jeune, bien que stable, l'optique de développement est d'implémenter petit à petit les changements de manière à garder un système fonctionnel. Je vous laisse découvrir les aspects purement techniques qui passent un petit peu au dessus des compétences d'un simple utilisateur comme moi.

À noter que l'iso est un livecd qui vous laisse un shell root et permet une installation à la main, une bonne connaissence des *BSDs est nécéssaire.

liens:

la news sur /. : http://bsd.slashdot.org/article.pl?sid=04/06/28/1310202(...)
le site de dfBSD : http://www.dragonflybsd.org/(...)
une ébauche d'installeur (pas encore sync sur la 1.0RC1) : http://www.livebsd.com/cgi-bin/trac.cgi/wiki/InstallerDocs(...)
l'iso sur un mirroir: http://www.the-bofh.org/dfly-1.0RC1.iso.gz(...)

Voilà, pour ceux qui veulent découvrir autre chose, je vous invite à lui donner un coup d'essai.
  • # correction

    Posté par . Évalué à 3.

    Légère correction: Matt Dillon n'était pas membre de la core team, mais simplement committer.

    Cela étant dit, je recommande à tous de lire les objectifs du projet DragonFlyBSD sur le site, c'est très très intéressant (en particulier la partie sur le messaging et l'userapi qui en résulte), Matt Dillon étant réellement un excellent kernel hacker qui a fait à l'époque des debug monstrueux de la VM et de NFS dans FreeBSD.

    Si j'avais des machines en spare je ferai bien un benchmark du multithreading entre DFBSD et FreeBSD 5, puisque c'était la principale pomme de discorde.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.