Communauté 700 courriers de sensibilisation aux acteurs locaux

Posté par (page perso) . Édité par Xavier Claude. Modéré par Nÿco. Licence CC by-sa
38
5
déc.
2011
Communauté

Depuis le 1er janvier 2010, j'envoie chaque jour un courrier de sensibilisation des acteurs locaux aux enjeux du logiciel libre. Jeudi dernier, j'ai donc posté mon 700e courrier.

Plus précisément, au 1er décembre 2011, j'ai ainsi écrit (avec les approximations inhérentes à cette tentative classification) à 180 maires, 98 chefs d'entreprises, 75 enseignants ou formateurs, 71 acteurs économiques, 59 responsables d'EPCI (Établissement public de coopération intercommunale), 53 agents administratifs, 50 responsables associatifs, 37 conseillers généraux, 27 acteurs territoriaux, 19 candidats aux élections dans le cadre d'une édition spéciale pour l'initiative Candidats.fr de l'April, 14 acteurs du secteur sanitaire et social, 8 autres élus, 6 journalistes, 3 conseillers régionaux.

Sur la même période, j'ai également diffusé 450 exemplaires papier du guide de l'April « 26 logiciels libres à découvrir ».

Enfin, j'ai envoyé des cartes postales « Libérez vos œuvres » accompagnées d'un exemplaire du Flyer libre aux coopératives d'éducation populaire Le Pavé, L’orage, Vent debout et L'engrenage pour les encourager à publier les vidéos de leurs conférences gesticulées sous licence libre.

Difficile d'évaluer les retombées de ces actions mais je reste persuadé qu'elles contribuent à polliniser les valeurs du libre. Pour mieux faire comprendre ce concept de pollinisation, vendredi dernier, lors de la rencontre Rencontre « dessinons ensemble le territoire », j'ai proposé à chaque participant d'inscrire son prénom sur un carton en forme d'alvéole. J'ai pu ainsi illustrer comment les contributions de chacun peuvent s'assembler pour former un bien commun grâce aux licences libres. Je publierai des photos sur le site Le libre près de chez vous de l'April.

  • # Des réponses ?

    Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

    C'est bien louable ça mais j'aimerais bien savoir combien de personnes ont répondu ?

    Ça donnerait une petite idée de base pour juger de l'impact de cette action.

    • [^] # Re: Des réponses ?

      Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

      S'il est le seul à écrire, l'impact doit être relativement faible, sauf chez les curieux.

      Si rien que sur ce site, on l'avait tous fait, on n'aurait peut-être un mouvement de fond à plusieurs niveaux, qui aurait fait parler de lui auprès des instances nationales.

      Bref, respect pour la persévérance!

      • [^] # Re: Des réponses ?

        Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

        Si rien que sur ce site, on l'avait tous fait, on n'aurait peut-être un mouvement de fond à plusieurs niveaux, qui aurait fait parler de lui auprès des instances nationales.

        Il ne sert à rien de regretter, il faut agir, même ponctuellement chacun à sa petite échelle.

        Bref, respect pour la persévérance!

        Et pour convaincre d'autres libristes de participer aussi, je suis capable de persévérance ;-)

        Rejoignez le groupe sensibilisation de l'April, on a besoin de toutes les bonnes volontés.

    • [^] # Re: Des réponses ?

      Posté par . Évalué à  2 .

      Un jour, j'ai assisté à une rencontre entre des visiteurs de prisons et des lycéens. J'étais dans le camp des lycéens. Les visiteurs de prisons, eux, tentaient d'apporter un plus aux détenus. Sous la forme de cours, de discussion, de tout ce qui pouvait sembler utile pour réfléchir, s'en sortir, ne pas replonger. La question fatidique arriva : « Est-ce qu'avec tout ce que vous faites, vous avez vraiment réussi à aider une seule personne ? ».

      La réponse a été, au bout de quelques secondes pesantes, « non, mais nous avons l'espoir de réussir pour une personne, même si ça doit prendre 10 ans. Et même si ça n'arrive jamais, tout ce qui a été dit ne sera jamais perdu. »

      Tout ceci est un peu flou, c'était il y a quelques années comme on dit. Je ne sais plus quel(s) type(s) de détenus étaient ciblés.

    • [^] # Re: Des réponses ?

      Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

      Je ne pense pas que le nombre de réponses soit le bon indicateur. Sur 700 courriers, j'ai reçu en tout et pour tout une réponse directe par mail.

      Par contre, j'ai d'autres retours qui me donnent à penser que l'impact n'est pas nul, par exemple :

      • j'écris au directeur d'une administration (pas du tout des spécialistes de l'informatique) qui compte 6-7 agents. Quelques jours plus tard, je rencontre un ami qui travaille là-bas : « on a bien reçu ton courrier, c'est intéressant, mon directeur l'a montré à l'équipe et on en a parlé au café »
      • le responsable informatique d'un parc - que je ne connais pas - me contacte pour une prestation système et réseau à base de GNU-Linux et de logiciels libres, « je reçois régulièrement vos courriers sur le logiciel libre » (en fait j'écrivais à son président, je ne connaissais pas le nom du responsable informatique), « là on veut mettre du logiciel libre donc on a pensé à vous »
      • et plusieurs fois, alors que j'intervenais en conférence ou sur un salon : « ah oui APITUX, j'ai déjà reçu des courriers... »

      Après, il y a sans doute une perte importante : des courriers non lus, qui n'arrivent pas vers la bonne personne, pas au bon moment... Et c'est pour cela qu'il faut continuer et ne pas se contenter d'envoyer des courriers mais parler du logiciel libre dans la presse ou sur les radios locales, organiser des rencontres, bref polliniser par tous les moyens :-)

  • # Sources des adresses

    Posté par . Évalué à  6 .

    Peut tu nous en dire plus sur comment tu as obtenu les diverses adresse ou écrire, combien de temps ca te prend en général pour écrire une lettre, si elles sont personnalisé etc ...

    • [^] # Re: Sources des adresses

      Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

      Pour la base d'adresses, j'ai d'abord constitué la liste de tous les maires, les présidents de communautés de communes, les conseillers généraux. On trouve une grande partie des infos entre le site web de la Préfecture et celui du Conseil général. Wikipédia aussi est bien à jour sur les maires, les présidents... Croiser les sources permet de réduire les erreurs. Ensuite, j'ai supprimé les doublons (beaucoup de présidents de communautés de communes ou de conseillers généraux sont également maires de leur commune par exemple mais pas toujours).

      Puis je complète avec d'autres sources comme les chambres consulaires, les réseaux associatifs... et je trie par ordre aléatoire parce que je trouve que c'est plus amusant de se dire chaque matin : « alors aujourd'hui, j'écris à qui ? Tiens, c'est où ce village ? » même si le courrier est imprimé à l'avance pour des raisons d'efficacité.

      Enfin, chaque semaine, je dépouille un hebdomadaire local et je complète ma base à chaque fois qu'il y a un article sur une association qui tient son assemblée générale, un hôpital qui inaugure ses nouveaux bâtiments, une entreprise primée par le Conseil général...

    • [^] # Re: Sources des adresses

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      La lettre n'est pas personnalisée mais j'essaie de la mettre à jour régulièrement pour tenir compte de l'actualité locale autour du logiciel libre : rencontres, conférences, expositions... J'ai aussi tenté progressivement de la simplifier pour la rendre plus digeste. J'ai publié un exemple de Courrier de sensibilisation au logiciel libre sur le wiki de l'April.

      Parfois, j'accompagne le courrier de ressources complémentaires en fonction de la cible, par exemple, une carte postale Éducation : les logiciels libres : à partager sans compter ! pour un enseignant ou un formateur, un Pacte du logiciel libre pour un candidat aux élections régionales...

      Cette action me prend 15 à 20 minutes par semaine pour maintenir la base ; une heure par mois pour imprimer les courriers, plier, mettre sous enveloppe, timbrer ; trois heures par trimestre pour mettre à jour le courrier, faire un bilan...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.