Au fait RuggedPOD et OpenTower c'est quoi ?

51
27
juin
2016
Matériel

Je vous parle depuis un certain temps du projet RuggedPOD, et plus récemment du projet OpenTower. Alors qu'en est-il dans la vraie vie ? Rien de mieux que de commencer par une petite photo d'un POD et d'un module OpenTower dans les locaux d'Horizon sur Paris.

POD Horizon

Sommaire

RuggedPOD et OpenTower sont deux projets Open Hardware d'origine française ! Les projets sont réalisés sous licence Open Compute et dans le cadre d'Open Compute (ce qui explique notre stand au dernier Summit OCP).

RuggedPOD est ce que l'on appelle un micro-datacenter. Sur la première photo c'est la boite sur la marche la plus haute de l'escalier avec les deux poignées !

OpenTower est un projet de tour télécom (qui ressemble a un donjon de château, on verra la raison un peu plus tard) qui a pour objectif de créer des macrocells, c'est-à-dire des sites télécoms qui peuvent émettre sur de longues distances avec des débits très élevés, et accueillir des équipements lourds comme des antennes satellites et panneaux solaires.

RuggedPod

Un micro-datacenter c'est quoi ? C'est globalement une boite, d'une taille raisonnable, qui va permettre de déployer des équipements IT dehors sans avoir à ajouter d'abris ou de bâtiments. Il y a plein d'usages pour ce type de produits. Un premier qui est la mise en place de solution IT dans les pays émergents, les micro-datacenters peuvent s'interconnecter entre eux et les coûts initiaux sont très faibles. En général leur prix au mètre carré n’a rien à voir avec les usines à gaz que l'on déploie en occident.

Le second avantage du micro-datacenter repose sur sa taille. Il est possible de les envoyer en zone de conflits, ou en zone de désastres naturels relativement facilement. Il est transportable, parachutable, etc. et parfois autonome s'il est associé à une source d'énergie locale.

Un micro-datacenter a pour unique mission (la même qu'un datacenter traditionnel), de protéger des équipements électroniques de son environnement externe. Donc protéger du chaud, du froid, des dégradations diverses, de l'humidité, etc.

Traditionnellement, ces fonctions sont faites avec plein de machines (climatisation, etc). On a pris un virage a 180 degrés sur RuggedPOD pour atteindre un PUE le plus faible possible et idéalement un PUE de 1 (le PUE est le ratio d'énergie consommée par un datacenter sur le ratio d'énergie consommée par les systèmes contenus dans le datacenter). C’est d’ailleurs comme cela que le projet est né, au cours d’une discussion avec un ingénieur réseau de Facebook aux USA qui m’expliquait les excellents résultats que Facebook obtenait sur Primeville. On s’interrogeait sur la possibilité de les battre ou non. On a donc lancé RuggedPOD en mode communautaire afin de relever le défi : comment être en dessous d’un PUE de 1,07.

Dès le départ, on s’est rendu compte qu’il fallait fonctionner sans système de climatisation, idéalement sans ventilateur, et sans système de contrôle d’humidité. On a donc fait le choix de changer de fluide caloriporteur et de partir sur de l’huile plutôt que de l’air. L’humidité ne se mixte pas facilement dans l’huile et les capacités thermiques de ce liquide sont excellentes. On a trouvé des huiles diélectriques industrielles végétales (point important pour le projet, les POD étant destinés à fonctionner en extérieur, il nous fallait protéger l’environnement en cas de fuites) qui fonctionnent parfaitement bien, mais on a eu des problèmes d’oxydation que nous avons corrigés en étanchéifiant le POD aux gaz et en faisant le vide à l’intérieur.

Au final, RuggedPOD est un micro-datacenter qui peut :

  • accueillir 4 cartes au format ATX ;
  • les protéger du chaud, du froid et de tous les aléas climatiques ;
  • supporter jusqu’à 1kW d’électronique (environ 160 cœurs x86 et 1To de RAM) tout en étant sans ventilateur ;
  • s’interconnecter avec d'autres POD.

Présenté comme ça, tout semble rose. La réalité c’est que ça ne l’est pas. Fabriquer un POD est un exercice bien plus complexe que ce que nous pensions au départ. Nous avons d’autre part rencontré d’énormes problèmes à mobiliser en France pour trouver un moyen de financer nos prototypes, accéder aux machines nécessaires pour la réalisation des pièces, et surtout les valider (sans compter le manque d’outil logiciel à un tarif correct pour concevoir un POD). Les délais se sont accumulés et on a dû annuler les commandes des premiers pionniers qui ont souhaité nous aider, dont un service de l’état qui a joué le jeu aussi longtemps qu’il a pu le faire. On tient à les en remercier d’ailleurs.

Au final, Jabil, un ODM américain, nous a donné un coup de main, et franchement on peut avoir une image ultra-négative de la Silicon Valley, mais sans ses acteurs et son écosystème ce projet serait déjà mort en France alors qu’il est en train de connaitre un succès international auquel nous ne nous attendions pas.

Les plus gros problèmes rencontrés sont liés à l’étanchéité au gaz. Le taux de fuite acceptable est très faible et correspond à un trou de 0,1 μm sur l’ensemble du système. Ce qui nous amené à avoir des bons joints (voire très bons joints, sans parler des soudures). Il nous a fallu beaucoup de temps pour comprendre ce problème et surtout accéder au bon détecteur de fuite qui nous a finalement été prêté.

Les problèmes sont maintenant résolus mais on a mis un an… C’est très long — ça fait partie des difficultés des projets Open Hardware d’être un peu pionnier et fou. Jabil vient de relancer la fabrication des POD et les premiers seront livrés cet été !

Les choses vont donc mieux sur ce front et c’est tant mieux. Horizon a maintenant la capacité de reprendre des commandes et l’a même intégré dans son configurateur. Les livraisons devraient reprendre sur le mois de juillet.

Open Tower

Open Tower est un projet connexe qui se base sur RuggedPOD pour créer une infrastructure télécom ouverte et accélérer le déploiement d’Internet en utilisant les réseaux 4G. La fonction réseau est réalisée en utilisant le logiciel d’Amarisoft et les amplis de AW2S
POD Horizon

L’objectif d’Open Tower est de concevoir une tour capable de s’élever à plus de 25 m du sol, d’y porter un POD en sa tête afin de limiter les longueurs de câbles entre les amplis et la station-base constituée par le POD.

Une des forces de cette approche est de pouvoir être entièrement programmable et offrir des compléments de services directement au cœur du réseau (comme par exemple du caching)

Le projet Open Tower a pris une forme d’escalier, car nous souhaitions avoir une infrastructure :

  • modulaire ;
  • sécurisée et accessible par des personnes n’ayant reçu aucune pré qualification ;
  • capable d’être réalisée en plusieurs matières premières.

POD Horizon

POD Horizon

Ce projet est actuellement réalisé en France avec le soutien financier de certains membres de TIP et Open Compute.

Vous pouvez nous aider a progresser, on recherche des développeurs soft pour :

Vous pouvez bien entendu soutenir tout ces projets en commandant des machines ou en en faisant leur promotion !

  • # Pb financiers en France

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    "Au final, Jabil, un ODM américain, nous a donné un coup de main, et franchement on peut avoir une image ultra-négative de la Silicon Valley, mais sans ses acteurs et son écosystème ce projet serait déjà mort en France alors qu’il est en train de connaitre un succès international auquel nous ne nous attendions pas."
    C'est quand même la deuxième fois en peut de temps que ce Pb est signalé sur Linuxfr

    • [^] # Re: Pb financiers en France

      Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 28/06/16 à 07:24.

      Question sans doute idiote mais en quoi votre tour a une forme d'escalier, et pourquoi ça la rend plus modulaire ?

      Et aussi : quid de la dissipation de la chaleur, au niveau du micro data enter je vois le boîtier alvéolaire qui doit servir à ça mais pour la tour dans son ensemble ?

    • [^] # Re: Pb financiers en France

      Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 28/06/16 à 10:48.

      Histoire de bien comprendre la remarque, un lien vers l'autre occurrence ?

      • [^] # Re: Pb financiers en France

        Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 28/06/16 à 11:02.

        Erratum, c'est le même cas en fait. Mais bon,il y a d'autres exemples hors Linuxfr : aux US,c'est plus facile d'avoir des financements,mais en France,plus facile d'avoir des subventions diverses et variées (du moins quand on est une entreprise créée et que les montants ne sont pas trop élévés).

  • # Structure

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Bonjour,

    dans votre structure, telle que je le vois sur la dernière photo, vous utilisez des équerres métalliques, et donc ensuite des vis.
    Vous pourriez facilement remplacer ces équerres par un panneau de bois, et des chevilles en bois. Pour les chevilles, il faut les déshydrater, comme ça elles s'insèrent sans difficultés dans les ouvertures, et elle reprennent l'humidité du bois autour et gonflent alors à leur taille d'origine… ça bouge plus. Même pas besoin de colle.

    Regardez ce qui se fait en structure bois, il existe même des immeubles de grande hauteur:
    http://www.structuremag.org/?p=644
    http://www.constructionspecifier.com/lct-one-a-case-study-of-an-eight-story-wood-office-building/
    https://www.youtube.com/watch?v=AVzfDoKernk

    Bonne continuation

    • [^] # Commentaire supprimé

      Posté par . Évalué à 1.

      Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

      • [^] # Re: Structure

        Posté par . Évalué à 2.

        Encore mieux en effet car il a l'air plus facile de remplacer des pièces avec cette solution. Alors qu'une pièce qui aurait 'regonflé' me semble indéplaçable, non ?

        Pour des prototypes cela dit le métal c'est pratique.

        • [^] # Re: Structure

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          C'est une excellente question, le remplacement des chevilles en bois. Je poserai la question lorsque je retournerai dans le Vorarlberg.

          Je suppose qu'il n'y a pas besoin de les remplacer, ou bien il y a un autre problème.
          Il est probablement aussi simple de forer un trou à l'emplacement de la cheville pour la remplacer.

          Avec quelques outils adaptés on peut faire des chevilles à partir de chutes en bois. Tandis que les pièces métalliques vont être parfois plus difficiles à trouver.

          Les structures bois ont l'immense avantage par rapport au béton : plus léger (fondations moins complexes), et pas besoin d'attendre une semaine de "prise" entre chaque niveau.

          Pour l'immeuble LCT One, chaque niveau à été monté en une journée par 5 personnes. Les éléments ayant été pré-fabriqués en atelier, donc dans d'excellentes conditions pour leur réalisations et les contrôles, puis acheminées sur le site.

          Les structures bois sont très résistantes au feu, contrairement au béton, qui va s'effriter et mettre à nu le ferraillage, qui va fondre rapidement.

          Bonne journée

          • [^] # Commentaire supprimé

            Posté par . Évalué à -3.

            Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

          • [^] # Re: Structure

            Posté par . Évalué à 6.

            Avec quelques outils adaptés on peut faire des chevilles à partir de chutes en bois.

            Heu… Un ciseau a bois suffit !
            Si on s'intéresse à la solidité, plutôt que de découper les chevilles à la scie, on préfèrera procéder par fendage : la cheville suivra donc les fibres du bois.
            On fend donc au ciseau pour obtenir une cheville de section carrée, qu'on arrondit ensuite toujours au ciseau.
            Allez, on peut ajouter un maillet pour le fendage. Mais ces outils n'ont rien de spécial.

  • # Super réalisation

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Excellente idée et super réalisation, comme quoi une équipe de passionnés peut faire mieux (ou peut avoir moins de contraintes) pour réaliser un projet ambitieux.

  • # Bravo

    Posté par . Évalué à 2.

    Super travail, bravo pour ce défi technique et votre détermination.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.