L'April invite à signer l'appel pour l'interopérabilité dans l'Éducation nationale

31
14
nov.
2014
Éducation

Dans le cadre de leurs missions les personnels de l'éducation et les communautés scolaires partagent des documents, les utilisent, les modifient et les diffusent.

Dénonçant la stratégie commerciale des formats privateurs et fermés qui vise à provoquer la dépendance des utilisateurs et à créer un marché captif, l'April estime que le service public d'éducation doit cesser d’être l'otage d'écosystèmes propriétaires et doit cesser d'accoutumer ses élèves aux éditeurs dominants. Il ne doit plus y avoir aucun asservissement ni à un logiciel, ni à un fournisseur spécifique.

L'interopérabilité est donc une nécessité qui facilitera le partage et la pérennité des documents ainsi que l'indépendance de tous les acteurs du monde de l'éducation. Les documents mis à disposition ou échangés au sein de l’Éducation nationale doivent être dans des formats de fichiers ouverts et interopérables.

À l'initiative de l'April, plus de 100 personnels, enseignants, syndicats de l'Éducation nationale lancent un appel pour la généralisation des formats ouverts dans l'Éducation nationale. Cet appel reçoit également le soutien de SE-UNSA, du SGEN-CFDT, de la Fédération SUD Éducation, des Clionautes et de LinuxÉdu. Il est ouvert à tous.

Pour l'interopérabilité dans l'Éducation nationale l'April appelle personnels, parents d'élèves, organisations, citoyens à signer.

  • # 1, 2, 3…

    Posté par . Évalué à 4.

    Cet appel reçoit également le soutien de SE-UNSA1, du SGEN-CFDT2, de la Fédération SUD Éducation3, des Clionautes4 et de LinuxÉdu5.

    C’est bien de faire du copier-coller. Ce serait mieux d’enlever les chiffres des notes de bas de page, parce que là, ça fait quand même bizarre…

    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • # Soutien des syndicats

    Posté par . Évalué à 2.

    Je suis étonné du faible nombre de syndicats signataires. Comment cela s'est-il passé ? Ils ont signé l'appel spontanément, ou bien l'April les a démarchés directement ? Dans la seconde hypothèse, y a-t-il eu des refus des autres syndicats de l'éducation nationale ? Quelle est la démarche à suivre conseillée pour faire apporter un soutien officiel d'un autre syndicat ?

    • [^] # Re: Soutien des syndicats

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Bonjour,

      L'April les a démarché directement. C'est moi qui m'en suis occupé lors des phases préparatoires. J'ai contacté aussi le SNES et CGT ÉDUC. Pas de réponses à ce jour malgré des relances. Je vais en refaire.

      Ensuite, ce n'est pas vraiment un "faible nombre". Il y a le SE-UNSA, le SGEN CFDT et Sud qÉducation qui ont tous les 3 signés sans aucune hésitation. Ils représentent quand même un poids certain dans le paysgae syndical de l'EN.

      Si vous avez des contacts chez d'autres syndicats dont ceux qui ont pas encore répondu (mais la période doit être chargée) n’hésitez pas à leur demander de soutenir l'appel :-)

      Pareil, si vous êtes dans l'EN, postez un message d'appel à signature sur votre ENT, sur vos listes professionnelles, ver vos collègues.

      Au delà de l'EN, cet appel s'adresse à tous le monde. Tous ceux qui ont compris que les formats réellement ouverts sont un enjeu crucial dans l'école dit "numérique".

      Merci d'aider à maintenir le buzz :-)

    • [^] # Re: Soutien des syndicats

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Personnellement, je vois passer ce genre d'information par linuxfr mais aucun par les canaux liés à l'éducation nationale…

      Pour autant, cette semaine d'élection, on a été bombardé par pas mal de mails (8) de la part des syndicats ( sud-lyon, fsu, cta, fnec, unsa, cfdt, snalc et cgt) en moins d'une heure.

      La réalité, c'est ce qui continue d'exister quand on cesse d'y croire - Philip K. Dick

  • # "interop... quoi?"

    Posté par . Évalué à 2.

    signer l'appel pour l'interopérabilité dans l'Éducation nationale.

    Première réaction des gens concernés (les profs) : "interop… quoi?"
    Donc problème de com à l'APRIL dont l'action est censée viser des non informaticiens.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.