Le marché Français du Disque en 2002

Posté par . Modéré par Fabien Penso.
Tags : aucun
0
27
jan.
2003
Audiovisuel
Puisque l'on en parle beaucoup, et que les majors du disque se plaignent de leur baisse de revenus à cause du piratage, voici la réalité, les chiffres sont du Syndicat National de l'Edition Phonographique :

Le chiffre d'affaire du marché du disque en France a augmenté de 4.4% en 2002 pour atteindre 1,3 milliards d'euros HT

Ce chiffre était de 1,15 milliards d'Euros HT en 1998.

Après une légère baisse entre 1998 et 1999, depuis l'avènement d'Internet et du haut débit en France ce chiffre a connu une progression particulierement forte depuis 2000.
  • # Re: Le marché Français du Disque en 2002

    Posté par . Évalué à 8.

    Les majors n'ont pas à se plaindre de la copie : elles sont à l'origine des taxes sur les CDs vierges, puisqu'on paye, copions.
    Mais j'avoue, je copie plus (+) qu'avant, mais j'achète plus de CDs aussi. Y autait-il une corrélation ?
    • [^] # Re: Le marché Français du Disque en 2002

      Posté par . Évalué à 4.

      "je copie plus (+) qu'avant, mais j'achète plus de CDs aussi. Y autait-il une corrélation ?"

      Oui, c'est le principe du shareware: tu testes, ça te plait ? alors tu achètes... C'est de la psychologie humaine de base: le fait d'être rassurer augmente l'assurance personnelle => passer outre la crainte de perdre de l'argent.
      • [^] # Re: Le marché Français du Disque en 2002

        Posté par . Évalué à 2.

        Heu... Je n'achète presque jamais ce que je copie, c'est plutôt du tryware : j'essaye, j'aime/j'aime pas et donc j'achète mieux, donc peut être un peu plus car je suis plus satisfait de ce que j'achète.
  • # Re: Le marché Français du Disque en 2002

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Il y a un autre détails que les majors oublient souvent de mettre en avant, dans leur désir de pointer du doigt le piratage : c'est le développement spectaculaire du marché du DVD !

    Oui, le marché du DVD a progressé de façon incroyable en quelques années, et il me semble qu'on peu également y voir (lorsque c'est le cas) une raison de (la toute relative) l'érosion du marché du disque.
    • [^] # Re: Le marché Français du Disque en 2002

      Posté par . Évalué à 4.

      Ha oui, le mythe du DVD qui se vend bien... Il suffit de regarder les magasins de locations de vidéo, pas besoin de stats faussement fabriquées pour faire croire que ça se vend: il suffit de s'y rendre dans un: il y a très peu de DVD dedans, pourquoi ? Bein il suffit de rester un peu dans le magasin et d'écouter: les gens n'en veulent pas car ils n'ont pas de lecteur (expérience sur plusieurs jours)... bon alors bien sûr on peu argumenter que ceux qui on des lecteurs de DVD achètent plutôt que ne louent... mouarf, il suffit de regarder les piles ridicules des lecteurs de DVD dans les super-marchés et de voir avec quelle lenteur elle disparaît malgrès les sempiternelles "super-promo" de ces articles... Mais il va bien y avoir des gens ici pour me dire le contraire: il suffit de parler à un vendeur Boulanger pour entendre dire que la XBox est un hit, qu'elle possède beaucoups de jeux et qu'ils sont tous excéllents alors que la PS2 a trop de jeux et que donc ils sont mal fait/pas fini...

      Vous voulez savoir comment on peu facilement savoir que les DVD ne marchent pas bien en terme de venttes ? Simple, il suffit d'écouter les pub de la TV et de faire un effort de mémoire:
      étape 1: film en VHS (qqs années)
      étape 2: " VHS + DVD (depuis 2-3 ans)
      " 3: " DVD (milieu de cette année -> donc on pourrait croire que le marché VHS est mort)
      " 4: " DVD + VHS (depuis septembre, car forcer la vente et faire du formatage mental n'a pas suffit... manifestement, car maintenant le VHS est même de nouveau écrit en grosse lettre à côté du mot DVD (qui n'est plus représenté par son logo d'ailleurs, trop cher pour rien au final))

      Je ne dis pas que cela ne se vend pas, juste que cela doit faire facilement moins de 10% des ventes... Tiens en fait il n'y a qu'a se rapeller des stands StarWars I & II vers Noël: VHS semi vide, DVD plein... Et merci de ne pas me dire que le vendeur remplissait plus vite le côté DVD !!! ;p

      Voilà, je dois faire une grosse réaction au bourage de crâne moi aujourd'hui ! ~<8^D
      • [^] # Re: Le marché Français du Disque en 2002

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Non, alors là chapeau, ya même des trolls sur ce sujet !!

        Je peut t'assurer qu'effectivement les lecteurs de DVD se vendent bien. Sources: des amis qui font ou travaillent autour de la vente des lecteurs de DVD dans les hypermarchés. Et il me disent pas ca pour m'en vendre un...

        Quand au DVD qui fait pas 10 % des ventes... Je te signale qu'a chaque fois que je vais dans un magasin, je vois des piles de quantités a peu près équivalentes de DVD et VHS. Alors si vraiment c'était 10 % des ventes, sachant que l'objectif de tout les vendeurs de vidéos c'est de les vendre (donc on peut dire qu'elle seront toutes vendus), ca veux dire que c'est environ 50 / 50 le marché DVD face à la VHS...

        Quand au pubs TV, je peut pas en témoigner, je regarde pas assez ces trucs abrutissants, et je ne peut en témoigner...

        Remarque, peut-être que chez toi c'est pas comme ca que ca se passe. Je parle de Paris et du Bas-Rhin.... Donc si vraiment chez toi les DVDs ne se vendent pas, je pense qu'il serait utile que tu indiques ta région (voire pays).
        • [^] # Re: Le marché Français du Disque en 2002

          Posté par . Évalué à 2.

          Sud-Est(hors Marseille et Nice oû je ne connait que des clients et donc je ne peux rien affirmer), ici les ventes sont mauvaises au point que les super-marchés font tourner les stock entre eux (d'un même groupe bien sûr - avantage de connaitre des directions et pas que des vendeurs) entre les magasins pour faire "bouger" l'étalage. Quand aux taux de remplissages c'est juste des pressions plus ou moins "douces" (ouf, bonjour la diplomacie là) des éditeurs, ou simplement un choix: M$ se débrouille par exemple pour assigner un représentant pour très peu de magasin (1 à 3 max.) comme cela il est très "prés(s)ant", d'oû l'énorme affichage de la XBox à Noël alors que c'est la PS2 qui a fait toutes les ventes, donc le chiffre d'affaire de ce genre de rayon. Si tu demandes à ton collègue il te dira que le rayon est "réorganisé" maximum à chaque semaine pour pas que le client sente une stagnation, c'est de la psychologie de vente par effet de groupe: "les autres l'ont ? Alors cela doit être super ? J'en veux un !" et c'est exactement un des moyens de la publicité quelque soit le média de support. Le fait qu'à Paris les choses soient différentes ne m'étonne pas, d'ici Paris a toujours été vue comme des provilégiés qui passent leurs temps à pleurer: ici "le" DVD StarWars I ou II a coûté en promo 28E contre ~12E(un peu moins de la moitié en fait) en VHS, le bac DVD était plein et celui des VHS presque toujours à 1/3 malgrès plusieurs changement dans différents endroits "stratégiques" dans les magasins et échanges entre magasins, puis a été remis dans les stocks des centrales et seront redistribués petit à petit en fonction de la demande. Bon maintenant peut-être que vous avez des techniques de gestions différentes dans le Nord ? Je suis toutes ouies ! :) PS: Tu ne devrais pas me traiter de troll sans savoir.
  • # Re: Le marché Français du Disque en 2002

    Posté par . Évalué à 10.

    Moi, ce qui me fait marrer c'était le discours de Pascal Nègre qui partait en guerre contre le graveur de CD (avant la montée en puissance du Peer To Peer), en disant que çà devrait purement et simplement être supprimé de la vente.

    Ce cher monsieur n'en a cure de savoir qu'un graveur celà sert aussi à archiver ses données ! D'autres part, il me fait bien rire car tous les petits groupes et artistes qui veulent sortir une petite production bien sympathique en marge des styles de musiques commerciaux, n'ont que le graveur comme seule initiative puisqu'ils ne seront pas signés par une maison de disque !
    • [^] # Re: Le marché Français du Disque en 2002

      Posté par . Évalué à 10.

      Absolument, il y a qq mois un stagiaire m'a donné un cd gravé de son groupe. Le but est de se faire connaitre et pour ça de distribuer autant de copie que possible de leur album.
      C'est une manière de voir qui est un peu à l'opposé de P.Nègre.
      • [^] # Re: Le marché Français du Disque en 2002

        Posté par . Évalué à 10.

        Età chaque exemplaire les membres de ce groupe ont payé à chaque fois une taxe sur les CD vierges. Qu'ils se rassurent, la taxe servira à... aider les groupes qui débutent !!!

        Il doit y avoir quelque chose qui m'échappe dans cette logique.
        • [^] # Re: Le marché Français du Disque en 2002

          Posté par . Évalué à 4.

          Ah oui exactement ! J'avais oublié de mentionner ce détail ! c'est scandaleux de payer une taxe pour des artistes qui n'en ont pas besoin (car il ne faut pas se leurrer, l'argent sera redistribué en proportion et donc en priorité aux grands vendeurs de disque, halliday, renaud, bruel, obispo & co...) quand il s'agit de se bouger pour faire connaître son groupe !

          Sachant qu'une taxe sur admettons 200 CD, çà commence à faire une belle somme !!!
          • [^] # Re: Le marché Français du Disque en 2002

            Posté par . Évalué à 2.

            car il ne faut pas se leurrer, l'argent sera redistribué en proportion et donc en priorité aux grands vendeurs de disque, halliday, renaud, bruel, obispo & co

            Ce qui est à rapprocher du fait que sur le prix d'un cd les gros vendeurs comme halliday, renaud ou encore noir désir ont un pourcentage plus élevé que les artistes débutants qui sont pourtant ceux qui en ont le plus besoin.
      • [^] # Allo ? Y a-t-il un artiste dans la salle ??

        Posté par . Évalué à 2.

        Eh ben justement, étant donné qu'il n'y a qu'une minorité des artistes qui arrivent à vivre de leur musique, qu'en pensent tous les autres ??

        Je comprends pas, dans ce débat on entend beaucoup les majors, très peu les utilisateurs, euh non, les consommateurs, et pas du tout les artistes. Réveillez-vous les gars !!
        • [^] # Re: Allo ? Y a-t-il un artiste dans la salle ??

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Je n'ai pas la prétention d'être artiste (certains rechignent même à faire entrer les batteurs dans la catégorie des musiciens ;). Je fais de la musique pour mon unique plaisir et ces derniers temps on a l'honneur d'avoir un petit succés régional.

          Ceci dit je pense qu'il est tout à fait possible pour qui n'a pas l'ambition de devenir riche de vivre de sa musique honnétement en donnant des cours et en faisant de temps à autres des tournées où en se décarcassant un peu on arrive à l'auto-financer.

          Pour ce faire pas besoin de vendre des disques à grande échelle en s'aliènant à un grand éditeur. Les labels indépendants pointus font bien leur boulot généralement et pas de meilleur pub qu'un bon concert.

          Pour ce qui est de la taxation, c'est clair qu'elle n'améliorera pas la vie du musicien intègre, à moins qu'il fasse un tube un jour (le bassiste y travaille sérieusement :). Mais bon ça mène souvent à l'overdose ce genre de coup de chance il me semble.

          Pour résumer, taxer les CD ça sert à rien. Taxer les disques durs est un truc qui me fait douter encore une fois du bon sens de certains.


          Beatnick qui jouera samedi 1.2.2003 à St-Blaise (NE, Suisse) vers 23h.
    • [^] # Re: Le marché Français du Disque en 2002

      Posté par . Évalué à 2.

      ouis mais malheureusement Pascal Nègre a une réponse toute trouvée pour ce qui est de la baisse du marché: la baisse est mondiale !

      Le marché FRANCAIS augmente de 4.4% mais pour les principaux marchés mondiaux c 'est tout le contraire ( d' aprés ce qui est dit à la fin de cette page, faut lire jusqu'au bout).

      Loin de moi l' idée de défendre universal et autres majors , les marges que les distributeurs et autres s'octroient sont inadmisible, et la qualité de la production est ( pour moi ) en chute libre.

      j' achéte toujours des cd, mais c' est en fonction de mes goûts, pas de bratislaquelquechose a l' horizon.
  • # Re: Le marché Français du Disque en 2002

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Certains rétorquerons que c'est un phénomène purement français a cause de quelques opérations "juteuses" du type star academy et autres évènements "culturel" du même niveau.

    Personnellement, je pense que la baisse du marché à cause du piratage est une vaste fumisterie.

    C'est un marché qui était en pleine expansion depuis les années 80, essentiellement grâce au passage au CDROM et ses énormes marges de bénéfice, saupoudré des chaînes tv musicales et radio libres (en france). Mais ce marché ne peut que régresser.
    Dans les années 80, c'était le principal vecteur d'expression de la "culture jeune". Les revenus ont augmenté mais les produits de loisir attractifs également. Maintenant on hésite entre deux CDROM et un jeu vidéo, une chaîne hi-fi et un ordinateur ou une console et il faut encore payer l'abonnement internet. On passe une soirée à jouer sur une console plutôt qu'à écouter le dernier disque de xxxx en boucle, ces activités étant en plus inconciliables. La musique ne devient plus un loisir indispensable.
    Une bonne partie de la musique "piraté" est également de la musique qui n'aurait pas été achetée surtout pas aux prix actuellement pratiqués.
    Il n'y a sûrement pas beaucoup plus de "piratage" sur CDROM que sur cassette audio. Il serait curieux de connaître la baisse des ventes de cassettes vierges.

    Maintenant sous prétexte de protéger les auteurs ils tentent d'empêcher la copie privée alors qu'ils essayent surtout de protéger leur chiffre d'affaire.
    • [^] # Re: Le marché Français du Disque en 2002

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Il serait curieux de connaître la baisse des ventes de cassettes vierges.
      Oui, à quand une taxe sur le CD-R pour combler le manque à gagner des producteurs de cassettes vierges ? :)
    • [^] # Re: Le marché Français du Disque en 2002

      Posté par . Évalué à 4.

      Et si l'on arretais d'appeler 'piratage' une activité totalement légale.

      Je posséde pas mal de CD issu de mon graveurs, et contrairement a ce que rabache sans cesse le matraquage mediatique, ceci est parfaitenment légal en France, mais on se garde bien de nous le rappeller:

      CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE
      Article L122-5
      Lorsque l'oeuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire :
      1º Les représentations privées et gratuites effectuées exclusivement dans un cercle de famille ;
      2º Les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective.....

      Source: legifrance.gouv.fr
  • # Re: Le marché Français du Disque en 2002

    Posté par . Évalué à 3.

    Quelqu'un aurait une idée des marges brutes des Majors ? Just pour savoir quel est leur marge actuelle.

    "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: Le marché Français du Disque en 2002

      Posté par . Évalué à 2.

      Hum là t'es mal parti car cela dépend du lieux de vente = contrat passé différent avec Auchan qu'avec Virgin mais aussi du petit magasin de rue ou encore des système spéciaux comme la FNAC qui demande que lui soit reversé 5% du montant des bénéfices en fin d'année, etc... En plus cela dépend de ce qui est vendu: classique (marge énorme car tous le monde est mort), techno/ou autre moderne (grosse marge car petit groupe payé au lance-pierre généralement avec un contrat en salaire mensuel et non au bénéfices, individu/groupe connu (marge plus faible pour la vente elle-même mais retombée annexe plus grosse par la pub ou autre)... Et pour courroner le tout, ce sont des maisons d'éditions internationalles donc elles ont les coudées franches vis-à-vis des dépenses/déclarations... Toutefois, on peu faire un parallèle avec l'industrie du livre oû le coût d'un ouvrage est connu car donné par le Syndicat National de Editeurs:
      TVA 5,5%
      Diffusion 5 à 8%
      Fabrication 12 à 20%
      Distribution 10 à 12%
      Auteur 10 à 12% -> 7 à 10 en musique, sauf exception
      Marge détaillant 35 à 40% -> bcp + variable en musique
      Marge éditeur 12 à 14%

      Voilà ce n'est pas la réponse demandée mais elle est similaire en essence car c'est le `principe' de "maison d'édition" qu'il faut retenir.
      • [^] # Re: Le marché Français du Disque en 2002

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Oui, on pourrait tenter de comparer...

        Par contre la fabrication d'un CD ne coute pas 12 à 20 % du prix d'un CD. Pour mémoire, si ton CD est pressé en quantité, tu t'en tires à moins de 0,5 Euros, donc pour notre cas ca fait même pas 3% du prix de vente. Et la TVA est a 19,6% également...
        Donc au final, si on peut considérer ta comparaison avec les livre bonnes :

        TVA : 19,6 %
        Diffusion : 5 à 8 %
        Fabrication : moins de 3 %
        Distribution 10 à 12%
        Auteur 7 à 10%
        Marge détaillant 35 à 40%
        Marge éditeur 12 à 14%

        Budget publictaire ??? Dans le cas des livres il n'y a pratiquement pas, mais pour les CD il n'en est pas de même...

        Au final, et d'après ce que j'en sais, c'est en effet partie du coté du détaillant que les grosses sommes peuvent s'amasser. Voila qui explique aussi comment cela se fait qu'Amazon peut vendre des livres et des CDs avec des frais de ports aussi faibles (ou pour être plus précis : les économies qu'ils font par rapport a un vrai magasin passent dans les frais de ports facturés à perte).
        Visiblement, les produits culturels demandent pas mal de travail pour les gens qui les vendent, bien plus que pour les petits pois et carottes. Il est vrai que le nombre de références sont hyper plus nombreuses, que les clients demandent du conseil (mouais, enfin j'ai jamais demandé conseil a un vendeur de la FNAC quand même), que la surface de vente doit être bien supérieure vu qu'il faut plusieurs minutes pour décider de l'achat d'un livre, contre quelques secondes pour les petits pois. Il y a aussi des commandes spéciales (genre, bonjour, je voudrais commander le livre "Troll in a nutshell" et il te font une commande spéciale chez O'reilly pour un seul exemplaire).
      • [^] # Re: Le marché Français du Disque en 2002

        Posté par . Évalué à 1.

        Déja dit ici mais je le rapelle: l'auteur/compositeur (pas l'interprète) touche 9% du prix brut du disque (prix distributeur), idem quant il s'agit d'une reprise. Donc le prix final n'influe pas du tout sur ce que touche l'artiste...
  • # Article du monde d'aujourd'hui

    Posté par . Évalué à 3.

    Dans le monde d'aujourd'hui on retrouve une analyse de ces chiffres français is en regard des chiffres mondiaux. Analyse qui reprend bien des arguments anti-Pascal-Nègre : http://www.lemonde.fr/imprimer_article_ref/0,5987,3209--307008,00.html La baisse des ventes de CD a essentiellement lieu aux USA et au Japon, alors qu'elle progresse en Amérique du Sud et en France. La crise des majors trouverait une solution si celles-ci se sortaient un peu les doigts du c... en recherchant à profiter des possibilités du numérique au leiu de vouloir conserver un vieux système de diffusion / rétribution qui ne tient plus la route.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.