Le mois de janvier c'est la fête du domaine public ! (2014)

Posté par (page perso) . Édité par Benoît Sibaud et Xavier Teyssier. Modéré par Benoît Sibaud. Licence CC by-sa
20
24
jan.
2014
Culture

Pour célébrer l'événement, une « Journée du domaine public » est organisée à Toulouse ce dimanche 26 janvier. Ateliers et conférences en journée avec Wikimédia France et soirée ciné-concert-débat à l'Utopia en compagnie de Romaine Lubrique (et Calimaq).

Wikimédia France est naturellement sensibilisée à la question comme on peut le lire dans l'article Wikipédia illustre la valeur d'un domaine public vivant ainsi que dans cette interview du contributeur Pierre-Carl Langlais qui cherche à améliorer l'article domaine public de l'encyclopédie.

Soutenu par Framasoft et animé par Véronique Boukali et Alexis Kauffmann, Romaine Lubrique est quant à lui un projet directement dédié au domaine public dont on remarquera la collaboration vidéo avec le site Écrans de Libération et la collaboration audio avec la radio OxyRadio.

Pour rappel, en France, et sauf exception (cf. le récent cas de Guillaume Apollinaire), une œuvre entre dans le domaine public 70 ans après la fin de l'année civile de la mort de son auteur. C'est donc la promo des morts-en-1943 que nous venons d'accueillir en ce 1er janvier 2014. Et il y a du beau monde sur l'original « Calendrier de l'Avent du domaine public », proposé pendant tout le mois de décembre par le collectif SavoirsCom1 : la philosophe Simone Weil - à ne pas confondre avec la femme politique Simone Veil -, le compositeur Sergueï Rachmaninov, le peintre Chaïm Soutine ou encore les scientifiques Nikola Tesla et David Hilbert. Sans oublier quelques curiosités comme la chienne Lassie ou les fameux Kellogg's Corn Flakes !

On y trouve également la danseuse et muse de Toulouse-Lautrec, Jane Avril, mais également la célèbre sculptrice Camille Claudel. Elles présentent la particularité d'être dans des champs artistiques qui résistent à la numérisation. Heureusement Jane Avril a laissé ses Mémoires, que Romaine Lubrique est allé numériser en mode Do It Yourself grâce au BookScanner du garage de la Quadrature du Net. Quant à Camille Claudel, il se pourrait bien que la donne change avec le boom récent des technologies 3D. Et si demain on se partageait la sculpture comme aujourd'hui la musique sur Internet ?

Ceci vaut pour la France, mais aux USA plus personne n'entre dans le domaine public jusqu'en 2019 ! En cause de récentes lois restrictives et rétroactives (parfois surnommées lois « Mickey Mouse »). D'une manière générale, la durée d'entrée dans le domaine public est désormais aussi longue que complexe. Certains n'hésitent pas à parler de « la culture perdue de la génération copyright » en constatant par exemple qu'il y a bien plus de livres en vente sur Amazon des années 1880 que des années 1980.

On notera cependant que le domaine public est présent dans l'agenda politique avec une proposition de loi « visant à consacrer le domaine public, à élargir son périmètre et à garantir son intégrité », déposée en novembre dernier par Isabelle Attard et le groupe écologiste. Autre bonne nouvelle, le projet d'un calculateur du domaine public, fruit d'un partenariat entre le ministère de la Culture et le chapitre français de l’Open Knowledge Foundation.

  • # Entre dans mon jardin !

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Très intéressant tout cela, j'apprends donc au passage que Simone Weil entre dans le domaine public, ça va en intéresser plus d'un !

    Et puis, tout ces auteurs qui rentrent dans le domaine public, ce sont des œuvres que l'on peut intégrer à WikiSource… :)

    ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.