Apollinaire dans le domaine public 94 ans et 272 jours après sa mort !

Posté par (page perso) . Édité par Florent Zara, Davy Defaud et NeoX. Modéré par Nils Ratusznik. Licence CC by-sa
53
2
oct.
2013
Culture

Véronique Boukali (Romaine Lubrique), Alexis Kauffmann (Framasoft, Romaine Lubrique) et Lionel Maurel (SavoirsCom1, La Quadrature du Net) ont publié dans Libération du 30 septembre une tribune sur l'entrée le jour-même de Guillaume Apollinaire dans le domaine public.

Le cas Apollinaire est en effet intéressant parce qu'il dépasse la période classique des 70 ans après la mort de l'auteur de par la double exception de la prorogation des Guerres Mondiales et de la « Mort pour la France ». Il est aussi révélateur dans le sens où sans héritier direct, c'est avant tout l'éditeur Gallimard qui a bénéficié de ces « bonus », comme nous l'explique Lionel Maurel sur son blog.

L'occasion de vous présenter également « Romaine Lubrique », nouveau projet soutenu par Framasoft qui, comme son nom l'indique avec plus ou moins de bonheur, se donne pour objet de valoriser le domaine public. Le site propose déjà un certain nombre de ressources comme par exemple un ePub du recueil Alcools ou une lecture audio des Onze mille verges. À l'occasion de cet événement, l'équipe du projet a récemment participé à deux émissions de radio, chez Polémix et La Voix Off et sur Divergence FM.

Notons enfin qu'aura lieu le 31 octobre prochain une journée d'étude sur le domaine public à l'Assemblée nationale à l'initiative de la députée Isabelle Attard et de SavoirsCom1 (entrée libre et gratuite mais inscription obligatoire).

  • # À écouter également

    Posté par . Évalué à 3.

    Le projet Opération Thalie Envolée, qui pour fêter la chose a fait des enregistrements (uniquement dispo sur youtube pour le moment) de ses poèmes. C'est là → http://thalieenvolee.artaban.be/

    Les enregistrements sont bien sûr également sous Creative-Commons \o/

    • [^] # Re: À écouter également

      Posté par . Évalué à 7.

      Le projet Opération Thalie Envolée, qui pour fêter la chose a fait des enregistrements (uniquement dispo sur youtube pour le moment) de ses poèmes. C'est là → http://thalieenvolee.artaban.be/

      Dispo sur Wikimedia Commons et Archive.org :
      https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Op%C3%A9ration_Thalie_Envol%C3%A9e
      https://archive.org/search.php?query=thalie%20envol%C3%A9e

      Les enregistrements sont bien sûr également sous Creative-Commons \o/

      CC-by-sa 3.0

      Merci de ne pas nous prendre pour des abrutis en faisant de la pub pour un site de merde et en supposant que "Creative Commons" est une licence. On est sur linuxfr ici, pas sur Numerama.

      splash!

      • [^] # Re: À écouter également

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        Merci de ne pas nous prendre pour des abrutis en faisant de la pub pour un site de merde

        C'est sympa pour l’association qui est derrière l'opération…

        Surtout que le site donne les même infos que toi et les même liens.

        Le seul truc qu'on pourrait reprocher a lordblackfox c'est de ne pas avoir spécifié le type de licence créative commons, c'est quand même un peu léger pour se faire répondre de manière aussi agressive.

        Au moins on a découvert qu'on pouvait l'écouter

        • [^] # Re: À écouter également

          Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 07/10/13 à 09:31.

          L'as-tu vu le mensonge que j'ai barré dans la citation du post précédent ? L'as-tu vu ?

          Hint : il est habilement caché derrière une fine barre horizontale noire. :o

          Quand je dis "site de merde" je parle du youtube, pas du site des auteurs, évidemment.

          Faut arrêter de croire que j'aime bien râler pour rien bordel.

          splash!

  • # 94 ans

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    S'il avait eu des enfants, leurs enfants auraient eu cette rente jusqu'à leur mort, soit une génération et demi.

    Maintenant, va falloir m'expliquer l'intérêt…

    Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

    • [^] # Re: 94 ans

      Posté par . Évalué à 1.

      D'une certaine manière, le droit d'auteur serait affilié au patrimoine pour une génération !?

    • [^] # Re: 94 ans

      Posté par . Évalué à 10.

      L'arguemnt classique, c'est que l'investissement dans la production intellectuelle (brevets, œuvre artistique…) a un coût non seulement pour l'auteur mais pour sa famille. L'image généralement associée, c'est la femme de l'inventeur qui bricole des trucs dans son garage. Après 20 ans de vie misérable, l'inventeur découvre quelque chose, vend son brevet, et meurt immédiatement : la femme ne toucherait rien, les enfants non plus, alors que de nombreuses boites privées pourraient faire du pognon avec ce brevet tombé dans le domaine public.

      Pour ma part, je trouve l'argument complètement fallacieux : dans les faits, ces situations créent des rentes totalement injustifiables, parfois pour des gens qui n'ont jamais connu l'auteur, et souvent au profit d'entreprises. Elles retardent l'innovation et le partage de la culture, et la durée de 70 ans est totalement délirante.

      • [^] # Re: 94 ans

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        On pourrait décider que seul le conjoint pourrait toucher les dividendes jusqu'à sa propre mort, et les enfants jusqu'à un certain âge arbitraire comme 25-30 ans. Cela règle le problème que tu évoques et limite les durées trop longues.

        Dans le cadre d'une entreprise, comme pour le brevet : 10 à 20 ans…

        • [^] # Re: 94 ans

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          le conjoint pourrait toucher les dividendes jusqu'à sa propre mort, et les enfants jusqu'à un certain âge arbitraire comme 25-30 ans

          Déjà que ce n'est pas simple à calculer, ça ne simplifie pas les choses.

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: 94 ans

          Posté par . Évalué à 10.

          Ou alors on pourrait décider que le conjoint et les enfants n'ont qu'à bouger leur cul plutôt que de profiter d'une exclusivité sur le travail de l'auteur en restant vautrés sur le canap' à bouffer des chips.

          splash!

          • [^] # Re: 94 ans

            Posté par . Évalué à 9.

            C’est tout ce que ça vous fait quand il vous dit qu’on va manger des chips ?

      • [^] # Re: 94 ans

        Posté par (page perso) . Évalué à 9.

        l'inventeur qui bricole des trucs dans son garage

        L'argument le plus fallacieux de toute cette mascarade. Ploum a teste, et déposer un brevet couterait la bagatelle de 50 000 euros minimum. C'est pas l'inventeur dans son garage qui fait ça.

        • [^] # Re: 94 ans

          Posté par . Évalué à 10.

          Évidemment. Les brevets du XXIe siècle ont un effet complètement contraire à ce qui était prévu quand ils ont été mis en place. Les offices des brevets sont payés au brevet accepté, ce qui fait que les bases de données sont remplies de brevets inutiles, sans application, redondants, voire totalement triviaux. Les portefeuilles de brevets sont négociés comme des produits boursiers, sans même se demander ce qu'ils contiennent (du vent pour la plupart). Les brevets sont utilisés par les grandes entreprises pour se menacer mutuellement, et pour empêcher des petites boites de monter.

          Le problème, c'est que ce système a permi la mise en place d'un écosystème à peu près équilibré. Malsain, mais équilibré, un peu comme les licences des taxis. Remettre en cause de manière révolutionnaire le droit des brevets serait sain, mais destabiliserait l'ensemble des acteurs du marché, qui ont forcément investi, parfois lourdement, dans le développement et l'achat de portefeuilles de brevets. Ça serait un peu comme si on décidait du jour au lendemain que l'or ne valait plus rien : il y aurait forcément des victimes, et dans le tas, probablement quelques victimes réellement innocentes.

          De toutes manières, remettre en cause le principe du brevet est probablement impossible, tant au niveau européen qu'au niveau de l'OMC. C'est un cul de sac institutionnel, qui ne peut être résolu que de manière fine, par exemple en modifiant subtilement la législation nationale pour renverser le rapport de force (fortes amendes pour la défense de brevets triviaux, barême de royalties "juste" pour encourager l'innovation, etc).

      • [^] # Re: 94 ans

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Si on commence à mélanger le brevet et le droit d'auteur on ne va pas s'en sortir.

        Même si je suis plus ou moins d'accord sur le fond, tu parlais duquel ?

    • [^] # Re: 94 ans

      Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 04/10/13 à 17:00.

      Maintenant, va falloir m'expliquer l'intérêt…

      J'ai lu un article sur TorrentFreak expliquant que la réglementation commerciale basée sur le droit d'auteur et le copyright (autrement dit: la propriété intellectuelle) avaient pour principal effet un trou noir culturel jusqu'à ce que l’œuvre tombe dans le domaine public; c'est ce qui empêche, pendant ce temps, la diffusion d’une œuvre à plus grande échelle en transférant son contrôle (quasi total) aux fameux «ayant droits».

      Le but? Simple: un entonnoir vers le portefeuille de ceux qui se sont acheté les droits.

  • # Lionel Maurel aka Calimaq

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Si je puis me permettre, Lionel Maurel est plus connu sous le pseudo de Calimaq et son blog S.I.Lex est une référence sur tout ce qui est droit d'auteur, propriété intellectuelle, …

  • # Monté dans le domaine public

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    On ne "tombe" pas dans le domaine public, on y monte: http://www.bortzmeyer.org/monte-dans-domaine-public.html

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.