Les informaticiennes, de la dominance de classe aux discriminations de sexe le 24/11/2015 à Paris

Posté par . Édité par ZeroHeure. Modéré par Nils Ratusznik. Licence CC by-sa
Tags : aucun
4
19
nov.
2015
Communauté

Le prochain Colloquium d'informatique de l'UPMC Sorbonne Universités sera intitulé : « Les informaticiennes, de la dominance de classe aux discriminations de sexe » et présenté par Isabelle Collet de l’université de Genève.

L'exposé aura lieu Mardi 24 Novembre 2015 à 18h à la fac Jussieu, Amphi 25
(Université Pierre et Marie Curie - Jussieu Campus - 4, place Jussieu - Paris Vème - métro Jussieu).

Résumé de l'exposé

Les femmes sont actuellement minoritaires dans la discipline informatique. Toutefois, elles sont tout de même suffisamment nombreuses pour qu’on ne puisse pas les considérer comme des exceptions. Se saisissant de l’idéologie de l’universel républicain qui leur promet l’égalité entre les sexes, les informaticiennes ne se voient pas comme des pionnières. C’est d’autant plus vrai que l’histoire de la discipline nous montre que leur représentation a fortement diminué depuis les années 70. Souvent issues des classes sociales aisées, en position scolaire haute, elles se considèrent comme tout à fait à leur place en informatique. En outre, les représentations genrées de la discipline autorisent une certaine latitude d’interprétation : l’informatique sort du cadre de la représentation classique de ce qu’est un métier traditionnellement masculin.

A l’école, elles peuvent occulter le sexisme tant que leurs résultats sont suffisamment bons. Mais une fois confrontées à une forte concurrence professionnelle, elles ne savent pas décrypter les signaux des rapports sociaux de sexe et réagissent par une auto-accusation à un système qui les discrimine.

Biographie d'Isabelle Collet

Isabelle Collet est informaticienne de formation. Elle a soutenu en 2005 un doctorat en sciences de l'éducation à l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense sur « La masculinisation des études d'informatique ». Elle est maintenant Maître d'enseignement et de recherche sur les questions de Genre et éducation à la section des sciences de l’éducation de l’Université de Genève. Elle a publié en 2006 « L'informatique a-t-elle un sexe ? » aux éditions L’Harmattan qui a reçu un prix de l’Académie Française des sciences morales et politiques. Après avoir beaucoup travaillé sur la question du genre dans les sciences et techniques, elle explore maintenant les questions de mixité à l'école, en particulier la mise en œuvre d'une co-éducation entre garçons et filles dans toutes les disciplines scolaires.

  • # il en faudrait plus...

    Posté par . Évalué à 5.

    des informaticiennes qui compilent le C !

    :p

    • [^] # Re: il en faudrait plus...

      Posté par . Évalué à 3.

      j'ai tapé un peu haut…

      :D

      • [^] # Re: il en faudrait plus...

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Arf, je viens seulement de comprendre :D

        Il devrait y avoir un signe pour indiquer les contrepèteries

        • [^] # Re: il en faudrait plus...

          Posté par . Évalué à 2.

          C'est vrai, mais c'est la règle de base dans une contrepèterie, ne jamais dire que c'est une contrepèterie, au risque (assumé et cherché) de passer pour un blaireau.
          Ceux qui connaissent sourient, ceux qui ne connaissent pas doivent faire l'effort de se douter de quelque chose :)

          bienvenue au club :)

  • # Grotesque

    Posté par (page perso) . Évalué à -10.

    Cette prétendue lutte des sexes, calquée sur le modèle marxiste de la lutte des classes, est grotesque. En effet, personne n'empêche les femmes de faire des études d'informatiques ni de travailler dans l'informatique. S'il y en a si peu, c'est que cela ne les intéresse pas, et non pas parce qu'elles subiraient une discrimination basée sur leur sexe.

    Les hommes et les femmes sont égaux en droit, mais inégaux en réalité et c'est très bien comme ça. Les hommes ne sont pas des femmes set les femmes ne sont pas des hommes. Hommes et femmes sont fondamentalement différents et complémentaires.

    • [^] # Re: Grotesque

      Posté par . Évalué à 9.

      S'il y en a si peu, c'est que cela ne les intéresse pas, et non pas parce qu'elles subiraient une discrimination basée sur leur sexe.

      Si "cela ne les intéresse pas", c'est peut-être parce qu'elle n'ont pas eu l'opportunité de s'y sentir à l'aise.
      Ça n'est pas par essence qu'un sexe s'intéresse plus à une chose qu'à une autre. Tant mieux si tu te sens à l'aise dans ton petit milieu, mais désolé, c'est bien par éducation et auto-censure que des personnes étiquetées "femme" ou "homme" s'interdisent de rentrer dans certains milieux… Sans doute par peur de rencontrer le genre de commentaire discriminant (au sens qui établit une distinction arbitraire) que tu fais.
      Ta réaction est pour moi ni originale, ni reflétant une pensée libre.

      • [^] # Re: Grotesque

        Posté par . Évalué à 1.

        je suis d' accord, ce commentaire est plus lapidaire que réfléchi.
        Le sujet de cette femme est justement de parler de cette forme de cloisonnement intellectuel dans lequel des beaufs comme lui ont plongé.

        Si "cela ne les intéresse pas", c'est peut-être parce qu'elle n'ont pas eu l'opportunité de s'y sentir à l'aise.

        Voila véritablement le fond du problème et tout le travail à venir va consister à redonner à tout le monde l' opportunité de se reprendre en main et de s' autoriser à refléchir sur un modèle de société dans lequel les choses n' ont plus une place prédéfinie.

      • [^] # Commentaire supprimé

        Posté par . Évalué à -10.

        Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

        • [^] # Commentaire supprimé

          Posté par . Évalué à -10.

          Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

          • [^] # Re: Grotesque

            Posté par . Évalué à 3.

            Ce n'est pas le sexisme qui fait que les femmes ne vont pas en informatique. C'est simplement que quand le niveau de vie augmente, elles choisissent autre chose parce que ca les fait chier.

            N'importe quoi.

            "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

      • [^] # Re: Grotesque

        Posté par (page perso) . Évalué à -10.

        Ça n'est pas par essence qu'un sexe s'intéresse plus à une chose qu'à une autre.

        Bien sûr que si ! Les femmes et les hommes n'ont pas rigoureusement les mêmes centres d'intérêts. Les femmes s'intéressent plus aux métiers à forte composante sociale, les hommes aux métiers plus intellectuels ou qui procurent plus de revenus et de pouvoir (pour séduire les femmes).

        • [^] # Re: Grotesque

          Posté par . Évalué à 2.

          Décidément tu es déprimant.
          Demande-toi le pourquoi de la situation que tu dépeints ! Une simple question d'hormone ? Non : une réponse sociale particulière dans un contexte historique marqué par le patriarcat et le rabaissement des femmes. Dis-toi aussi qu'il a existé des civilisations différentes, dans d'autres lieux et/ou d'autres époques, ou la femme avait le rôle de décision.
          Relis toi : tu ne fais qu'asséner une pseudo vérité, qui voudrait s'auto-justifier :
          "les femmes et les hommes sont différents car ELLES sont comme ça, et ILS comme ceci. Puisqu'ELLES sont comme ça, et Ils comme ceci, c'est qu'ils sont différents." La boucle est bouclée, haha. Mais sur quoi te bases-tu vraiment pour affirmer comprendre l'essence des sexes, et en déduire le comportement social correspondant ? Mystère mystère !
          Voici le concept qui est derrière ce que j'avance.

          • [^] # Re: Grotesque

            Posté par (page perso) . Évalué à -10.

            Les femmes ne sont pas des hommes, tout simplement, et les hommes ne sont pas des femmes. Hommes et femmes sont complémentaires mais en aucun cas égaux dans les faits, mêmes s'ils le sont en droit. Vouloir ou croire que les femmes soient des hommes est une absurdité qui conduit à des drames (cf. les gendarmettes abattues avec leur arme de service dans le Var par un forcené il y a quelques années).

            Le prétendu rabaissement des femmes des sociétés traditionnelles est une légende urbaine. Les hommes et les femmes n'avaient simplement tout simplement pas les mêmes rôles dans la famille et dans la famille élargie qu'est la société.

    • [^] # Re: Grotesque

      Posté par . Évalué à 10.

      Oui, c'est si grotesque que des tas de gens se posent la question.
      En France, il 10% d'étudiantes en informatique, mais ce chiffre n'a cessé de décroître depuis les années 80.
      En Iran, il y a 50% d'étudiantes en informatique, en Indonésie les métiers de l'informatique sont considérés comme féminins.
      Où est l'éternel féminin? En tous cas il n'est pas universel…

    • [^] # Re: Grotesque

      Posté par . Évalué à -1.

      Arrête de fumer du Soral, mec.

    • [^] # Re: Grotesque

      Posté par (page perso) . Évalué à -3.

      C’est super marrant parce qu’on texte marche super bien pour d’autres rapports de domination.

      «Cette prétendue lutte des races, calquée sur le modèle marxiste de la lutte des classes, est grotesque. En effet, personne n'empêche les non-blancs de faire des études d'informatiques ni de travailler dans l'informatique. S'il y en a si peu, c'est que cela ne les intéresse pas, et non pas parce qu'ils subiraient une discrimination basée sur leur sexe.

      Les blanc et non-blancs sont égaux en droit, mais inégaux en réalité et c'est très bien comme ça. Les blanc ne sont pas des non-blancs set les non-blancs ne sont pas des blancs. blancs et blancs sont fondamentalement différents et complémentaires.»

      Faut arrêter, les femmes s’intéressaient à l’informatique dans les premières années de l’informatique, les femmes s’intéressent à l’informatique dans d’autres pays, ça n’a rien à voir avec le genre (terme que je préfère au sexe qui invisibilise les questions trans). C’est juste que notre culture formate les esprits selon une binarité homme/femme. Les femmes quittent le domaine à cause du sexisme ambiant.

      D’autre part, pour une meuf avoir beaucoup de mecs ça peut vite être étouffant: harcèlement (voir mon commentaire) mais aussi sexisme ordinaire. Par exemple, quand on sait comment les hommes dominent les discussions, on se rend vite compte qu’être qu’avec que des mecs être une meuf ça peut être fatiguant.

      Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

    • [^] # Re: Grotesque

      Posté par (page perso) . Évalué à -2.

      Pas mieux.

      Pourtant on aimerait en avoir plus de nenettes avec nous, au taf , mais elles viennent point !

      • [^] # Re: Grotesque

        Posté par . Évalué à 0.

        Ha ben c'est sûr que les appeler nénettes, avec la connotation que ça peut avoir, ça va vachement leur donner envie.

        Presque autant que le sergent Gueydan qui, il y a douze ans, lors de la JAPD, disait que les filles étaient bienvenues à l'armée de réserve parce-que, je cite textuellement, ils « manquaient de chair fraîche ».

    • [^] # Re: Grotesque

      Posté par . Évalué à 1.

      Juste 1 petite vidéo pour expliquer clairement ce qui se passe :

      https://www.youtube.com/watch?v=XP3cyRRAfX0

      Qu'importe que ce soit une pub…

      • [^] # Re: Grotesque

        Posté par (page perso) . Évalué à -10.

        Ah ah la vidéo de propagande ridicule. Comme si les filles étaient empêchées de faire des études scientifiques par leurs parents !

  • # C'est quoi la dominance ?

    Posté par . Évalué à 10.

    Oui, la dominance, c'est quoi ?

    La gent féminine, pas la "gente", pas de "e" ! La gent féminine ! Et ça se prononce comme "gens". Pas "jante".

    • [^] # Re: C'est quoi la dominance ?

      Posté par . Évalué à 9.

      Comme personne ne veut m'expliquer, je suis allé chercher et j'ai trouvé ça :
      (Éthologie) Suprématie hiérarchique d'un animal qui exerce une autorité sur les autres.

      C'est comme ça qu'il faut le comprendre ?

      Je ne fais pas très bien la différence avec domination :
      Action de dominer par la puissance, l’autorité. Il se dit tant au propre qu’au figuré.

      Il doit donc y avoir un truc, mais lequel…

      La gent féminine, pas la "gente", pas de "e" ! La gent féminine ! Et ça se prononce comme "gens". Pas "jante".

      • [^] # Re: C'est quoi la dominance ?

        Posté par . Évalué à 1.

        Je devine que c'est en une maladresse de français qui peut faire sens, genre lapsus révélateur.

        • [^] # Re: C'est quoi la dominance ?

          Posté par . Évalué à 3.

          Ou alors il y a une subtilité sémantique destinée à dresser une barrière entre les personnes intelligentes et les autres (dont je fais partie).

          J'aurais vraiment apprécié une réponse des spécialistes.

          La gent féminine, pas la "gente", pas de "e" ! La gent féminine ! Et ça se prononce comme "gens". Pas "jante".

          • [^] # Re: C'est quoi la dominance ?

            Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 20/11/15 à 17:27.

            Sans me considérer spécialiste, ça fait quand-même quelques années que je me préoccupe de question féministes, à lire et publier des textes, ainsi qu'à intervenir sur des forums sur ces sujets.

            Je n'ai jamais vu ni entendu parler de « dominance » que par maladresse, à la place de « domination ».

            Ce n'est pas une affirmation complètement hasardeuse, quoi et je me permets de supposer que si personne d'autre n'a répondu, c'est parce-que personne d'autre n'en sait rien non plus. :-)

            Sinon, tu peux lui demander directement par courriel à l'adresse indiquée sur son site : http://www.isabelle-collet.net/isabelle.collet/Bienvenue.html

            • [^] # Re: C'est quoi la dominance ?

              Posté par . Évalué à 4.

              Des maladresses de vocabulaire ? À ce niveau de qualification, et dans un domaine où justement les mots sont chargés de sens ? Si c'est vraiment ça, ça augure mal de la suite.

              La gent féminine, pas la "gente", pas de "e" ! La gent féminine ! Et ça se prononce comme "gens". Pas "jante".

              • [^] # Re: C'est quoi la dominance ?

                Posté par . Évalué à 1.

                Ça, je te l'accorde.

                Ceci dit, même sur Linuxfr.org, par exemple, il arrive de voir rapidement confondre web et internet, par exemple.

                Alors, tu l'as contacté, du coup ? Elle dit quoi ? :)

                • [^] # Re: C'est quoi la dominance ?

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Alors je ne l'ai pas contactée, parce que si tous les ignorants d'internet viennent engorger sa boîte de réception ça ne va pas être très sympathique, mais j'ai trouvé ça, que google avait rejeté en seconde page :

                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_la_dominance_sociale

                  Donc il y a un bien un subtil distingo avec « domination », que je compte bien approfondir un de ces quatre.

                  La gent féminine, pas la "gente", pas de "e" ! La gent féminine ! Et ça se prononce comme "gens". Pas "jante".

                  • [^] # Re: C'est quoi la dominance ?

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Le bon outil pour ça c’est le dictionnaire :

                    Domination
                    Dominance

                    Ça reste subtil comme différence.

                    • [^] # Re: C'est quoi la dominance ?

                      Posté par . Évalué à 3.

                      Bein c'est qu'est-ce que j'avais fait avant mon premier message, mais je m'avais dit que j'en avais pas été plus avancé pour autant. Et c'est pourquoi t'est-ce que j'avais mentionné les définitions dans mon message donc.

                      Allez je te l'accorde j'avais googlifié les deux mots, et pas fait l'effort d'aller voir le tlfi.

                      La gent féminine, pas la "gente", pas de "e" ! La gent féminine ! Et ça se prononce comme "gens". Pas "jante".

    • [^] # Re: C'est quoi la dominance ?

      Posté par . Évalué à 3.

      Le titre de la conférence, c'est "de la dominance de classe" (à la discrimination…).
      Cela signifie que les femmes qui poursuivent des études d'informatiques proviennent des classes plutôt supérieures de la population. Et donc elles connaissent une situation de privilégiées (en terme de classe sociale) à une situation de discrimination (en raison de leur sexe). Du moins, c'est ainsi que je le comprends à lire le résumé de l'exposé.

    • [^] # Re: C'est quoi la dominance ?

      Posté par . Évalué à 2.

      C'est lorsqu'une stratégie est meilleure pour un joueur qu'une autre stratégie, quelle que soit la stratégie de l'adversaire.

      Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

  • # "Égalité"

    Posté par . Évalué à 1.

    Encore des gens qui confondent égalité des résultats avec égalité des opportunités.

    • [^] # Re: "Égalité"

      Posté par . Évalué à 5.

      Encore quelqu'un qui confond absence de barrières formelles et institutionnalisées avec égalité de traitement.

  • # Mauvais combat

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Dominance, sexisme … que de mots dur ! Et un peu hors-sujet avec le faible nombre de femmes en sciences informatiques.
    Pour rappel, au début de l'informatique, il y avait autant d'homme que de femme, la parité était plutôt respecté. Cependant au fur et à mesure que les média donnaient à l'informatique une image de boutonneux à lunettes, le nombre de femmes s'intéressant à cette filière a diminué. Au point de de nos jours, des promos en informatiques contenant moins de 20% de filles ne sont pas rares. Alors en effet, on verra moins de femmes dans l'informatique, si à la base il y a moins de femmes qui font des études supérieures en informatique. Et ce n'est pas forcément dû à une discrimination sur les résultats, surtout en première année ou tout le monde peut s'inscrire à la fac, à condition d'avoir le bac.
    Je dirais donc que le combat sur la parité homme/femme en informatique ne porte pas sur la lutte contre la discrimination mais plutôt sur l'image qu'ont les métiers de l'informatique auprès des jeunes qui choisissent leur orientation. Et ca, pour en voir les résultats, faut être patient.

    Opera le fait depuis 10 ans.

  • # Sciences de l'éducation ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    J'ai toujours eu beaucoup de mal avec certaines sciences humaines, qui se drapent de la légitimité de la méthode scientifique sans jamais l'appliquer. Ce n'est pas le cas de toutes les sciences humaines, il y a fort heureusement des gens sérieux, mais j'ai quand même la forte impression que les fameuses (fumeuses ?) sciences de l'éducation tombent en plein dans ce travers. J'ai survolé quelques articles de cette chercheuse, et si certains articles commencent par avoir l'air d'être basés sur des faits observables, avec un joli graphique en première page, le reste se mue rapidement en quelque chose qui tient plus selon moi de l'article d'opinion que du document scientifique. Où sont les hypothèses testables ? Où sont les théorèmes ? Où sont les expériences reproductibles ? Le cœur de la justification repose sur des citations d'autres articles du même acabit (argument d'autorité) ou des preuves par l'anecdote. Les rares expériences sont testées sur des échantillons ridicules. Personnellement je trouve que ça décridibilise des messages qui mériteraient malgré tout d'être entendus…

    • [^] # Re: Sciences de l'éducation ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Personnellement je trouve que ça décridibilise des messages qui mériteraient malgré tout d'être entendus…

      Si il y a des questions à se poser, elles sont peut être aussi à se poser du côté des moyens disponibles pour ce genre de recherches. J'ai fortement l'impression que ces moyens sont sans rapports avec ce qui peut se donner dans d'autres domaines, la physique par exemple. Est-ce que ce ne serait pas aussi le résultat d'un mépris pour les sciences humaines qui fait qu'elles ont peu de moyens, et ainsi de suite peu de résultat, donc sont méprisées en retour pour leur faiblesse ?

      Je pose la question, je suis pas capable de donner des chiffres de financement. J'ai juste l'impression que les moyens pour faire des expériences sont considérables (tu parles de taille des échantillons) et surtout très compliqués à mettre en place, sur des temps très longs genre au moins 20 ans sur des populations sur lesquelles on a aucun contrôle expérimental et qu'on doit donc se contenter d'observer.

    • [^] # Re: Sciences de l'éducation ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      J'ai toujours eu beaucoup de mal avec certaines sciences humaines, qui se drapent de la légitimité de la méthode scientifique sans jamais l'appliquer.

      C'est un problème que tu as avec certains scientifiques, pas forcément ces sciences proprement dites. Les sciences qui ne sont pas expérimentales sont plus difficiles à approcher que d'autres corps de connaissances. Pour prendre le cas des sciences de l'éducation, lorsqu'on observe la manière de travailler des enseignants et des pédagogues en général et les résultats qu'ils obtiennent on peut (peut-être) s'apercevoir que sur un point particulier certains réussissent mieux que d'autres, et que cette différence de réussite est trop constante pour l'attribuer au hasard. Il est dès lors légitime de se demander ce que sait celui qui réussit mieux et qu'ignore l'autre. On reconnaît donc qu'il existe une connaissance en en voyant les effets et il nous revient de chercher à reconnaître les caractéristiques de cette connaissance et à l'organiser.

      Pour les sciences de l'éducation en particulier, peut-être que tu pourrais vouloir lire les auteurs étrangers, la communauté française a la réputation d'être recroquevillée sur elle même, à deux doigts de sombrer dans l'anthropophagie.

    • [^] # Re: Sciences de l'éducation ?

      Posté par . Évalué à 1.

      J'ai survolé quelques articles de cette chercheuse, et si certains articles commencent par avoir l'air d'être basés sur des faits observables, avec un joli graphique en première page, le reste se mue rapidement en quelque chose qui tient plus selon moi de l'article d'opinion que du document scientifique.

      Pareil, l'autre jour j'ai survolé les papiers publiés par Stephen Hawking, et l'espace, c'est un sujet que je connais super bien (je fais des satellites, c'est mon boulot quand même), et j'ai bien vu que c'était n'importe quoi. Il m'a pas fallu deux heures.

      Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

  • # Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

    Posté par . Évalué à 3.

    C'est vrai qu'il y a peu de femmes en informatique mais je n'ai jamais entendu que ces dernières étaient constamment harcelées ou bien que l'ambiance était trop masculine et donc insupportable.
    Après c'est comme de partout il y aura toujours des lourdeaux pour faire des blagues à 2 balles mais globalement je ne pense pas qu'elles soient plus "mal traitées" que dans un autre milieux.

    Je pense tout de meme que l'informatique, comme tout autre secteur, gagnerait à être plus "mixte" mais je ne comprend pas vraiment cette fixette sur la "non mixité" de l'informatique sachant qu'il doit aussi y avoir d'autres secteurs "non mixte".

    • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

      Posté par (page perso) . Évalué à -2.

      L’informatique est quand même un des domaines les plus masculins, et on est sur un site consacré à l’informatique…

      Après c'est comme de partout il y aura toujours des lourdeaux pour faire des blagues à 2 balles mais globalement je ne pense pas qu'elles soient plus "mal traitées" que dans un autre milieux.

      Ça se voit que t’es pas une meuf dans le milieu informatique, les meufs qui se font harceler dans les conventions ça existe pas hein (comme à la PyCon mais c’est la même chose ailleurs). J’en connais des meufs qui vont plus en convention mixtes qui n’ont pas un vrai code de conduite et des gens pour l’appliquer, puisque sinon ça finit systématiquement sur du: ça arrive → les gens (autour de soi ou de l’équipe) savent pas quoi faire/osent rien faire/trouvent que c’est pas assez important pour réagir → les femmes se cassent, les emmerdeurs restent.

      Et là je parle même pas du sexisme ordinaire, plus discret mais non moins efficace pour dissuader les femmes de s’impliquer dans l’informatique, celui dont tu es probablement l’auteur sans t’en rendre compte puisque c’est profondément ancré dans les mœurs.

      Je pense tout de meme que l'informatique, comme tout autre secteur, gagnerait à être plus "mixte" mais je ne comprend pas vraiment cette fixette sur la "non mixité" de l'informatique sachant qu'il doit aussi y avoir d'autres secteurs "non mixte".

      Bah il faut bien commencer par quelque part? La mixité va pas apparaitre d’un seul coup dans tous les domaines en même temps, c’est intéressant de réfléchir à son impact et à celui de ses camarades sur les autres, en particulier quand ce sont des gens qui sont déjà . Si au moins l’informatique pouvait être un milieu sécurisant pour tout le monde (et pas seulement les geeks boutonneux et autres hommes cis incapables de se remettre en question), ça serait bien.

      Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

      • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 0.

        J’ai ajouté quelques arguments dans cet autre commentaire.

        Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

      • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        Ça se voit que t’es pas une meuf dans le milieu informatique

        Bullshit. Je bosse avec plein de techniciennes, d'ingénieurs, chefs de projets et autres DSI (bon C vrai, pas BCP de DSIs) femmes à longueur d'années, des gens compétents avec qui au passage, c'est super cool de bosser. Enfin je dis ça, quelques connasses aussi, normal. Pas beaucoup, en fait, je sais pas moi j'aime bosser avec des femmes… Et j'ai consulté chez Alten, Cap Gemini, etc. dans toute l'Europe et ailleurs. Pourquoi raconter ces conneries? Pour foutre une ambiance de merde ? Le taf est pas déjà assez dur comme ça ?

        La mixité va pas apparaitre d’un seul coup dans tous les domaines

        Parce que c'est ça qu'on veut? La mixité, dans tous les domaines ? Heureusement que c'est impossible, parce que c'est triste.

        OK. Admettons que ce soit souhaitable. Jusqu'où on est prêt à investir pour ça ? Des départements entiers, carrément des cursus sur plusieurs années, comme celui de l'autre "informaticienne scientifique" bidon aux bijoux designer hors de prix, jusqu'à quelle hauteur ? Et pour quels résultats, avec quelles sanctions ?

        Je suis le seul à trouver toutes ces foutaises si contre-productives qu'elles en deviennent morbides ?

        PS cis, j'ai carrémment oublié ce que ça veut dire, et c'est pas si facile à chercher :| Je dis ça pour qu'on se comprenne, quoi.

        • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Bullshit. Je bosse avec plein de techniciennes, d'ingénieurs, chefs de projets et autres DSI (bon C vrai, pas BCP de DSIs) femmes à longueur d'années, des gens compétents avec qui au passage, c'est super cool de bosser. Enfin je dis ça, quelques connasses aussi, normal. Pas beaucoup, en fait, je sais pas moi j'aime bosser avec des femmes… Et j'ai consulté chez Alten, Cap Gemini, etc. dans toute l'Europe et ailleurs. Pourquoi raconter ces conneries? Pour foutre une ambiance de merde ? Le taf est pas déjà assez dur comme ça ?

          Alors je sais pas c’est quoi ton image du féminisme, mais les féministes que je connais (genre pas le féminisme à chier genre femen ou osez le féminisme) c’est les personnes les plus respectueuses et sympa que je connaisse, ce sont elles qui s’organisent à leur échelle, locale, pour faire des vrais trucs qui ont un vrai effet.

          Après les meufs qui se font harceler, qui subissent le machisme ambiant, je les ai pas inventé, on a plein partout dans le milieu informatique, encore plus dans le milieu du logiciel libre d’ailleurs. Les meufs qui se font harceler dans les conventions genre Pycon je les ai pas inventé. Les meufs qui quittent le milieu à cause de l’ambiance ça existe.

          Ça veut dire que c’est vrai partout, mais ça m’étonnerait que tu sois dans un milieu ou tout le monde est 100% pas sexiste. Aide: les gens 100% pas sexistes gentils vs les gens sexistes méchants ça existe pas. Y’a des gens qui sont plus ou moins sexistes en fonction de leur éducation, de leur environnement, de leurs réflexions, etc.

          De plus, n’étant pas concerné par le problème, il y a de grosses chances que tu ne le vois simplement pas quand ça arrive. Par exemple, le harcèlement de rue les mecs cisgenres s’en rendent pas compte, par contre je te jure que la plupart des meufs connaissent elles.

          PS cis, j'ai carrémment oublié ce que ça veut dire, et c'est pas si facile à chercher :| Je dis ça pour qu'on se comprenne, quoi.

          Pour le coup c’est de ma faute, j’aurais dû au moins l’écrire en entier (je trouve pas ça très juste d’assimiler les personnes trans aux personnes cis si on parle d’inégalités de genre).

          Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

        • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 19/11/15 à 22:25.

          Ah oui et ma meilleure copine est RH dans une grosse boite de jeux, et la femme de mon meilleur pote est chef de projet dans l'informatique logistique.

          Je les connais toutes les deux depuis une vingtaine d'année (jamais bossé avec elles, note bien) et ce sont elles les plus vocales sur la question. Elles sont.. Well, je suis d'accord avec elles, on va dire ça comme ça. Les problèmes qui nous (elles, et moi, et toi, en principe) préoccupent sont ailleurs.

          Pendant qu'on glose sur ces couillonnades de sexe des anges, des régions entières sont ravagées par le chomage, et à l'étranger on est en guerre. On a arrêté de faire du social pour faire du sociétal. On a arrêté de faire de la diplomatie pour faire la guerre. Ne me dis pas que ça n'a rien à voir, je te parle de notre vie à tous, de la cohésion de notre société. On y est tous.

          Depuis qu'on parle de sexisme et de féminisme, j'ai pas remarqué que les rapports humains se portassent mieux, au contraire, et je suis attentif. Je vais le dire autrement : Le bilan est désastreux.

          • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Y’a des femmes qui nie ou ne se rendent pas compte du sexisme aussi, et celles qui ont de la chance d’avoir un bon environnement. Je prendrais également soin de notre que leur privilège de classe sociale/statut hiérarchique les protègent surement un peu du sexisme par rapport à d’autres femmes.

            Ça ne veut pas dire que ça n’existe pas, que ça n’est pas important car ça touche au moins une majorité de femmes et t’auras beau me répondre que ton ami non-blanc trouve pas que le racisme existe vraiment ou que ton ami PD est contre le mariage gay que c’est représentatif de la réalité. Je me fais que me baser sur les dizaines de milliers de témoignages sur internet des personnes concernées, de ce que mes connaissances me disent aussi (mais peut-être que je fais exprès d’avoir des connaissances perçues comme femmes concernées par le sexisme).

            Pendant qu'on glose sur ces couillonnades de sexe des anges, des régions entières sont ravagées par le chomage, et à l'étranger on est en guerre. On a arrêté de faire du social pour faire du sociétal. On a arrêté de faire de la diplomatie pour faire la guerre. Ne me dis pas que ça n'a rien à voir, je te parle de notre vie à tous, de la cohésion de notre société. On y est tous.

            On fait rien parce qu’il y a plus grave dans le monde… Du coup on arrête le logiciel libre et la défense des libertés sur internet parce qu’il y a des gens qui meurent ailleurs? La hiérarchisation des luttes, une des grandes maladies de ce monde.

            Depuis qu'on parle de sexisme et de féminisme, j'ai pas remarqué que les rapports humains se portassent mieux, au contraire, et je suis attentif. Je vais le dire autrement : Le bilan est désastreux.

            On vit pas dans le même monde je crois. J’avoue que je serais curieux de savoir ce que le féminisme a apporté de mauvais dans ce monde.

            Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

            • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              Y’a des femmes qui nie ou ne se rendent pas compte du sexisme aussi, et celles qui ont de la chance d’avoir un bon environnement.

              My point exactly. Ces femmes qui ne souffrent pas (ou moins) de rapports de domination, c'est pas parce qu'elles sont des femmes, c'est parce qu'elles sont riches.

              L'abandon la lutte des classes pour la lutte des sexes est donc non seulement une trahison de l'électorat de gauche, une vaste et navrante foutaise, mais en plus, un échec évident au plan de la protection de femmes les plus faibles (celle qui sont pauvres) CQFD.

              • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                Alors je sais pas toi mais perso je trouve que ce sont tous les deux des combats très pertinents, d’ailleurs c’est extrêmement important de prendre en compte que le traitement d’une femme noire sera très différent d’une femme blanche, bourgeoise/prolétaire, etc. C’est le principe d’intersectionnalité inventée par une femme pour désigner à l’époque l’intersection des oppressions de race, de classe et de sexe.

                Dans tous les cas, je ne connais pas bien les milieux de gauche dont tu parles, et de manière générale je ne conçois pas vraiment ça comme un remplacement comme tu sembles le dire (ça n’est pas un mouvement qui a été écrasé par un autre), mais plutôt comme une sorte de coïncidence de l’histoire (des mutations de la société qui ont fait que le classisme a été oublié tandis que le féminisme a pris de l’ampleur).

                En tout cas, je vois d’un assez mauvais œil le fait de parler de luttes comme si elles étaient en compétition, puisque de toute façon je ne pense pas qu’il soit vraiment utile de les combattre séparément mais plutôt de les combattre ensemble (le féminisme «pour-les-blanches» qui pousse les femmes non-blanches à ne pas s’intéresser au féminisme en France, ou certains milieux anarchistes machistes, etc. → tous ceux-là sous couvert de progrès social ne font que pousser les plus opprimés en dehors des luttes et du progrès politique).

                Alors je viens pas faire chier quand on parle d’économie, de capitalisme, d’état, etc. parce qu’en général tout le monde est à peu près d’accord pour dire que l’état devrait éviter de laisser crever les gens dans la misère et que les discussions sont souvent intéressantes et étayées, par contre quand il s’agit d’égalité homme/femme on trouve des commentaires absolument scandaleux. Et puis je connais mieux les problématiques liées au genre qu’à la classe sociale.

                Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

                • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Je ne pense pas qu'on puisse véritablement parler de compétition du moins pas sur le plan des luttes, mais d'un phénomène quasi-mécanique : les gens risquant de perdre leurs emplois (enfin leur source de subsistance plus exactement) et on "met au panier" toutes ces choses que sont l'écologie, les droits civiques et… le féminisme.

                  C'est pas pour autant qu'il faut oublier ces choses-là.
                  Le féminisme semble s'épuiser dans une chasse aux sorcières qui, voulant expurger tout l'élément masculin de sa pensée finit par scier la branche sur laquelle il est assis (SIC : le commentaire de xaccrocheur sur les financements d'Isabelle Collet)… et on retombe dans les paradoxes idiots comme "sans femmes vous seriez pas là" ben sans hommes non plus à vrai dire.

                  Vu d'ici, le féminisme apparaît comme un système d’oppression voulant se substituer à un autre… je me suis fait bien souvent couper la parole en tentant de réfuter certains des arguments avancés par les féministes, évidemment puisque je suis un homme. En conséquence je ne peux donc rien comprendre.

                  J'ai tendance à penser que les graines du féminismes poussent déjà plutôt bien et que nous sommes déjà tournés dans la bonne direction.

                  Cela fait peu de temps que le féminisme existe.

                  • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

                    Posté par . Évalué à 1.

                    • Le féminisme
                    • voulant expurger tout l'élément masculin de sa pensée
                    • "sans femmes vous seriez pas là"
                    • un système d’oppression voulant se substituer à un autre…

                    Non mais là, ça ne peut pas être sérieux.
                    Si on pouvait éviter ce genre de généralisations au minimum abusives, au pire malhonnêtes.
                    Ou au moins les étayer tiens, histoire de voir à quel "féminisme" tu te réfères ?

                    En conséquence je ne peux donc rien comprendre.

                    Ben tu pourrais peut-être déjà comprendre que justement, en tant que membre du groupe dominant (contre ton gré peut-être, mais c'est comme ça), tu dois peut-être laisser plus d'espace.

                    PS: Par ailleurs, de quel commentaire parles-tu à propos des "financements" ?

                    • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Laisser de la place c'est justement ce que je fais.
                      J'aime les femmes et encore plus celles qui ont le pouvoir.
                      Je suis fonctionnaire alors elles sont payées autant que moi.
                      J'ai grandi entouré de femmes.
                      Je travaille entouré de femmes.

                      C'est pas pour jouer celui qui a le tampon sur le passeport mais ma petite expérience m'a trop souvent confronté à des personnes dont les convictions féministes ne sont en fin de compte qu'opportunistes et intéressées, ou sinon tellement à la recherche d'absolu que ça en devient littéralement épuisant.
                      Ce n'est pas mon combat, j'en conviens.
                      Je dois laisser la place j'en conviens.

                      Mais qu'on ne vienne pas me dire que je suis un oppresseur… Pour moi le sexe n'est pas un discriminant

                      Sinon l'article sur les conversations est très intéressant.

                      • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

                        Posté par . Évalué à -1.

                        Mais qu'on ne vienne pas me dire que je suis un oppresseur… Pour moi le sexe n'est pas un discriminant

                        Personne ne te dis que TU es un oppresseur.
                        En revanche, c'est pas de ta faute, t'as rien fait pour ça, mais tu appartiens au groupe des dominants.
                        Moi aussi, par exemple. Et je m'en formalise pas. Mais faut le savoir c'est tout, et pas toujours balancer du "non mais moi c'est pas pareil", à mon avis.

                        • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

                          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                          Si tu es dominant-e tu es presque forcément oppresseur-e puisque beaucoup de comportements oppressifs sont inconscients car intériorisés, voire invisibles car les jugements se passent dans ta tête. En être conscient-e, c’est faire en sorte de comprendre les comportements qui sont oppressifs et de s’en débarrasser le plus possible.

                          Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

              • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                L'abandon la lutte des classes pour la lutte des sexes est donc non seulement une trahison de l'électorat de gauche, une vaste et navrante foutaise, mais en plus, un échec évident au plan de la protection de femmes les plus faibles (celle qui sont pauvres) CQFD.

                Coincidence amusante, la semaine dernière je suis allé visiter la maison de l'Histoire à Bonn, un musée consacré à l'histoire de l'Allemagne de la fin de la première guerre mondiale à nos jours. La partie consacrée à la RDA montre un aspect méconnu de cet état: en ce qui concerne l'égalité femmes-hommes dans l'attribution de rôles sociaux, il semblait bien plus en avance que les autres états à la même époque.

                C'est d'ailleurs intéressant de relever – et ces remarques semblent aller dans ton sens – d'une part que en Europe, deux femmes premier ministres très importantes ont grandi dans le bloc soviétique, Angela Merkel et Yulia Tymoschenko, et d'autre part que dans le mouvement hippie, le rejet de la culture capitaliste et bourgeoise se traduisait, sans s'y réduire, par un code vestimentaire peu différencié pour les femmes et pour les hommes.

                • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                  C'est d'ailleurs intéressant de relever – et ces remarques semblent aller dans ton sens – d'une part que en Europe, deux femmes premier ministres très importantes ont grandi dans le bloc soviétique, Angela Merkel et Yulia Tymoschenko

                  Notons que par exemple la France n'a pas été loin d'avoir une femme présidente. Ce n'est pas complètement négligeable non plus, pourtant la France n'a pas été dans le bloc communiste. Les États-Unis n'en semblent pas forcément très loin non plus, le FMI a accepté une femme (française) à sa tête, etc.

                  • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                    Notons que par exemple la France n'a pas été loin d'avoir une femme présidente. Ce n'est pas complètement négligeable non plus, pourtant la France n'a pas été dans le bloc communiste. Les États-Unis n'en semblent pas forcément très loin non plus, le FMI a accepté une femme (française) à sa tête, etc.

                    C'est vrai que les sociétés françaises et américaines semblent tout à fait prêtes à confier les responsabilités les plus importantes à des femmes, cependant, en Allemagne et en Ukraine il s'agit ou il s'est agit de réalité. En tout cas voire Ségolène Royal devenir présidente de la République deux ans après que Angela Merkel soit devenue chancelière, cela aurait eu une classe immense.

                    • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

                      Posté par . Évalué à 5.

                      En tout cas voire Ségolène Royal devenir présidente de la République […] cela aurait eu une classe immense.

                      Euh non pas vraiment, Martine Aubry, oui, pas de problème, mais Ségolène non là vraiment, pas possible.

                      Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

            • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              On fait rien parce qu’il y a plus grave dans le monde… Du coup on arrête le logiciel libre et la défense des libertés sur internet parce qu’il y a des gens qui meurent ailleurs? La hiérarchisation des luttes, une des grandes maladies de ce monde.

              Un coup de gueule de Gee sur le sujet : http://grisebouille.net/ailleurs-cest-pire/

              It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

            • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 5. Dernière modification le 20/11/15 à 18:18.

              Depuis qu'on parle de sexisme et de féminisme, j'ai pas remarqué que les rapports humains se portassent mieux, au contraire, et je suis attentif. Je vais le dire autrement : Le bilan est désastreux.

              On vit pas dans le même monde je crois. J’avoue que je serais curieux de savoir ce que le féminisme a apporté de mauvais dans ce monde.

              Sans faire de lien de cause à effet direct avec les discussions sur le féminisme et le sexisme, j'observe autour de moi que les questions d'identité sont abordée très différemment aujourd'hui par les étudiants qu'elles ne l'étaient il y a 20 ans quand j'ai commencé mes études. L'identité ne se vit pas seulement, elle se revendique et donne lieu à des regroupements de gens se reconnaissant sous telle ou telle identité, lorsque je vais à une soirée ce n'est pas complètement rare que j'entende “je suis polyamoriste et végétarien” ou bien “je suis bisexuelle” sans très bien comprendre pourquoi mes interlocuteurs tiennent absolument à partager ces aspects là de leur personnalité avec moi. (Si je les avais invités à un repas, une touze, ou aux deux à la fois, cela deviendrait tout à fait pertinent.) Quand je fais connaissance avec des gens, j'aime bien leur demander ce qu'ils font et leur parler de ce que je fais, plutôt que de ce qu'ils croient être et de ce que je crois être.

              Je n'ai aucun doute sur le fait que les végétariens ou les polyamoristes aient tout autant besoin que les mathématiciens, les informaticiens, les anciens alcooliques, de former des groupes pour s'entraider ou échanger leurs expériences. Cependant, dans ce que j'observe, le caractère revendicatif de ces identités me semble plutôt donner lieu à un cloisonnement des intérêts et à du nombrilisme ou du commautarisme au lieu de devenir une expérience d'ouverture seine et épanouissante. (Encore une fois je parle de personnes que j'ai pu rencontrer, c'est donc un partage d'expérience, ne pas y voir de généralisation mondiale SVP.)

              • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

                Posté par . Évalué à 0.

                ce n'est pas complètement rare que j'entende “je suis polyamoriste et végétarien” ou bien “je suis bisexuelle” […] si je les avais invités à un repas, une touze, ou aux deux à la fois, cela deviendrait tout à fait pertinent.

                C'est un peu hors sujet. Maus uutant, sur le principe, je suis d'accord, autant la forme m'embête sur le fait d'associer automatiquement les relations non-exclusives et/ou la bisexualité à des relations sexuelles de groupe.

                • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 20/11/15 à 19:21.

                  autant la forme m'embête sur le fait d'associer automatiquement

                  C'est pas automatique, mais comme je ne suis pas attiré par les hommes, imaginer une séance de crac-crac collectif me fournissait un alibi plausible pour inviter ces deux oiseaux dans ma volière. J'aurais très certainement pu trouver d'autres subterfuges narratifs, j'ai juste pioché ce qui me passait sous la main.

                  • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

                    Posté par . Évalué à -2.

                    j'ai juste pioché ce qui me passait sous la main.

                    J'ai bien compris. Ça n'en reste pas moins des préjugés et une projection de l'esprit du beauf moyen. Ça ne vole pas plus haut que celui du linuxien communiste. C'est un peu triste.

                    • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                      C'est toi qui choisi de l'interpréter comme cela!

                      • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

                        Posté par . Évalué à 2.

                        Oui et non. Est-ce que tu as compris au moins en quoi ton raccourci pouvait être enfermant ?

                        Tu te plains, je cite, du « caractère revendicatif de ces identités me semble plutôt donner lieu à un cloisonnement des intérêts et à du nombrilisme ou du commautarisme au lieu de devenir une expérience d'ouverture seine et épanouissante » en renvoyant toi-même les gens à des cases et des expériences qu'ils ne revendiquent pas eux-même pour la plupart. C'est bizarre, non ?

                        Et ça, ce n'était qu'une projection de ce que TU as en tête.

                        Il suffisait de dire dès le début que ton procédé narratif était maladroit, tu sais. :(

                        • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

                          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                          Oui et non. Est-ce que tu as compris au moins en quoi ton raccourci pouvait être enfermant ?

                          Oui, et non: c'est toi qui veut y voir un raccourci, et ce ne serait enfermant que dans la mesure où je tiendrais de façon récurrente ce genre de propos.

                          en renvoyant toi-même les gens à des cases et des expériences qu'ils ne revendiquent pas eux-même pour la plupart. C'est bizarre, non ?

                          Pour quelqu'un qui écrit ça “Ça n'en reste pas moins des préjugés et une projection de l'esprit du beauf moyen. Ça ne vole pas plus haut que celui du linuxien communiste.” après m'avoir fait une psychanalyse complète à partir de 66 bits d'information, c'est un peu l'hôpital qui se fout de la charité!

              • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                je suis polyamoriste

                On dit polyamoureux/polyamoureuse (et polyamorous en anglais).

                Cependant, dans ce que j'observe, le caractère revendicatif de ces identités me semble plutôt donner lieu à un cloisonnement des intérêts et à du nombrilisme ou du commautarisme au lieu de devenir une expérience d'ouverture seine et épanouissante.

                Pour faire un retour d’expérience le monde cisgenre n’est pas forcément gentil avec les personnes transgenres. Marche avec hétéro-/homo-, monogamie/polyamour, etc. Je ne suis ni cisgenre, ni monoromantique/sexuelle, ni monogame alors ça devient vite compliqué d’avoir des espaces où les gens respectent mon identité de genre, mon orientation romantique/sexuelle et mon mode de relations et où je me sens bien.

                Alors communautarisme? Je vois surtout la volonté de se protéger (il y a beaucoup de gens qui ne se sentent pas bien dans les milieux normés que ça soit par rapport à un axe précis — genre, orientation sexuelle, mode de relations, régime alimentaire, etc. — ou en général). Surtout ce que quand on est pas informés on peut dire des trucs ou avoir des attitudes blessantes.

                D’un autre côté, s’affirmer en tant que [tel label], ça permet d’exister un peu, dans un monde où on est invisibilisé, décrédibilisé, stéréotypé à longueur de temps. C’est beaucoup le cas sur les réseaux sociaux et en tout cas Twitter. Sorti de ce cadre je ne vois pas trop de gens qui crient sur tous les toits qui ils sont, même si faire un coming out ça permet au moins déjà de voir si la personne tolère ça.

                Après moi je suis toujours heureuse de discuter de tout ça, malheureusement on se heurte souvent soit à l’indifférence, soit à des sentiments plus négatifs. Et on a pas forcément envie de passer son temps à tout expliquer aux gens qu’on rencontre (j’te raconte pas la galère pour expliquer la transidentité aux gens).

                Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

      • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

        Posté par . Évalué à 9.

        Ça se voit que t’es pas une meuf dans le milieu informatique, les meufs qui se font harceler dans les conventions ça existe pas hein (comme à la PyCon mais c’est la même chose ailleurs)

        PyCon ? Le fameux incident avec une blague sur les dongles où un type a perdu son boulot pour une simple blague (conversation privée, rien à foutre ! Vive l'inquisition) ?

        "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

    • [^] # Re: Sont-elles forcément harcelées ou mal vues ?

      Posté par . Évalué à 1.

      Je pense tout de meme que l'informatique, comme tout autre secteur, gagnerait à être plus "mixte" mais je ne comprend pas vraiment cette fixette sur la "non mixité" de l'informatique sachant qu'il doit aussi y avoir d'autres secteurs "non mixte".

      Et si jamais c'était juste que tu entendais plus parler de ce qui parle de l'informatique parce que tu es dans le milieu ?

  • # Enlarge ta dominance

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Isabelle Collet est informaticienne de formation.

    Sur son site, elle se présente comme "informaticienne scientifique de formation initiale." (phrase de style familier pas du tout adapté au contexte mais passons) et sur son CV, sur la question informatique, il y a juste "1992 – 1997: Formatrice en informatique et bureautique (formation d’adultes)" et c'est tout.

    Il faut aller voir sa fiche à l'université ou elle a fait sa thèse "La masculinisation des études d'informatique", pour trouver un "1991 : Licence d'informatique de l'Université de Reims" moi je voulais juste savoir à quoi correspondait le mot "scientifique" mais je n'ai pas trouvé.

    En revanche je me suis tapé sa conférence "Perspectives pour l'égalité" c'est absolument consternant ; alors qu'elle se trouve avec ses pairs devant un public universitaire, j’espérais apprendre des trucs, non, c'est juste 5 copines qui étalent des platitudes de robes roses et de gamètes de niveau cour de récré, et ricanent entre elles de vannes pas drôles. C'est constellé d'énormités assenées sans référence, sensées aller de soi, genre "Louis XIV a incarné l'hyper virilité" et ponctué de "donc évidemment" et de "alors qu'on sait bien que" non sourcés (alors que c'est pas dur de dire "alors qu'on sait bien depuis telle date grâce à tel élément" non mais sérieusement, on paye des gens pour ça, c'est leur métier? Son explication sur la notion de différence, qui commence vers 15:00 est complètement au raz du sol avec des comparaisons sémantiques qui semblent la dépasser largement vu le manque de rigueur de son expression générale ("tous les hommes de sont pas identiques de manière homogène" naaan, sans blague) elle parle d'elle en permanence "mes étudiants ceci et cela" se la raconte grave "je forme tous les enseignants du canton de Genève à l'égalité" (verbatim, 20:05) à quoi ça sert, tout ça? À entretenir des parasites qui préfèrent emmerder le travailleur honnête avec des platitudes plutôt que de bosser? Pas seulement. À 21:00 elle va t'expliquer benoîtement comment elle est instrumentalisée par des instances politiques qui la payent sans qu'elle (dit-elle) se préoccupe de savoir pourquoi ("je sais pas" revient en permanence, or c'est faux, elle sait) c'est réellement navrant, ce truc.

    "Ses" étudiants doivent se taper 10h de ça obligatoire dés la 1ere année. Tout mon support aux étudiants de l'UPMC Sorbonne qui seront probablement obligé de subir ce brouet qui en plus, se permet de se parer des atours de la science. Maître de recherche, je t'enverrais tout ça en Sibérie, tiens.

    • [^] # Re: Enlarge ta dominance

      Posté par (page perso) . Évalué à -1.

      Alors certes, «tous les hommes de sont pas identiques de manière homogène» c’était une connerie, mais en matière d’égalité homme/femme elle largement au-dessus de la moyenne de Linuxfr (en même temps c’est pas difficile).

      À 21:00 elle va t'expliquer benoîtement comment elle est instrumentalisée par des instances politiques

      Hum ça me semble assez malhonnête de dire qu’elle se fait manipuler pour décrédibiliser ce qu’elle dit.

      Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

    • [^] # Re: Enlarge ta dominance

      Posté par . Évalué à 1.

      c'est juste 5 copines qui étalent des platitudes de robes roses

      Tu ne penses pas vraiment que ta critique, toute construite qu'elle est, peut rester crédible avec ce genre de clichés sexistes en plein milieu ?

      • [^] # Re: Enlarge ta dominance

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Tu ne penses pas vraiment que ta critique, toute construite qu'elle est, peut rester crédible avec ce genre de clichés sexistes en plein milieu ?

        T'es gonflé, tu inverses complètement, c'est elle qui sort cette histoire de robe rose : elle nous démontre que malgré le fait que les jeunes ducs de Bourbon portaient une robe rose sur un portrait de famille, ils ont fait une bonne carrière (je-te-jure) c'est même sa première démonstration, elle attaque avec ça ! Nan mais regarde-la la vidéo, aussi, faut mettre les mains dedans des fois :)

        • [^] # Re: Enlarge ta dominance

          Posté par (page perso) . Évalué à -3.

          La façon dont tu l’as dit est quand sacrément ambigüe (si on se contente de lire ton commentaire sans lire la vidéo, ou pas jusqu’au passage mentionné, ce qui doit être une partie importante des personnes ici).

          Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

          • [^] # Re: Enlarge ta dominance

            Posté par . Évalué à 2.

            Je confirme je me suis contenté du début de vidéo. Je n'ai pas trouvé les intervenante choquantes, mais le sujet ne m'intéresse pas assez (je suis un homme blanc dans la force de l'âge né dans un pays du nord, donc les minorités¹, je compatis, j'essaye de ne pas les discriminer au quotidien, mais je ne passe pas la soirée sur une conférence sur le sujet).

            Des 5 premières minutes de la vidéo ou du commentaire de xaccrocheur seul le second me semble tendancieux.

            ¹: j'ai bien conscience que les femmes ne sont pas minoritaires, mais elles sont traitées comme mineures trop souvent, ça justifie aussi le mot

            • [^] # Re: Enlarge ta dominance

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              j'ai bien conscience que les femmes ne sont pas minoritaires, mais elles sont traitées comme mineures trop souvent, ça justifie aussi le mot

              On parle parfois de groupe minorisé pour cette raison. On parle aussi d’oppression et donc de groupe opprimé, ou de domination et de groupe dominé.

              Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

  • # Je comprends pas trop

    Posté par . Évalué à 4.

    A l’école, elles peuvent occulter le sexisme tant que leurs résultats sont suffisamment bons. Mais une fois confrontées à une forte concurrence professionnelle, elles ne savent pas décrypter les signaux des rapports sociaux de sexe et réagissent par une auto-accusation à un système qui les discrimine.

    Hein? Parce que le sexisme se jouent sur le rapport de niveaux (notes) entre les individus?
    "Elles ne savent pas décrypter les signaux…" -> Hein? C'est qui ces 'elles', et d'où ça sort cette affirmation?
    Parce que à l'école ça n'existe pas?

  • # J'ai plutôt vu l'inverse

    Posté par . Évalué à 4.

    C'est complètement faux. Les femmes sont très recherchées en développement car elles sont soit disant plus méthodique (argument plutôt sexiste d'ailleurs). J'ai même vu certaines entreprises faire de la discrimination positive en leur proposant des avantages qu'ils ne proposaient pas aux hommes. Mais ils reçoivent très peu de candidatures féminines (voir pas). Et en formation, j'ai vu très peu de femmes même si le pourcentages est en net progression ses dernières années.

    • [^] # Re: J'ai plutôt vu l'inverse

      Posté par . Évalué à -1.

      Toi t'as pas compris la différence entre une boîte qui recrute dans un coin et qui voudrait recruter des femmes et un environnement qui est dans sa globalité hostile (entre les préjugés type une gonzesse ça comprend pas la techinque, les blagues lourdingues toute la journée, et encore trop d'enseignant et de parent qui pensent qu'une petite fille doit jouer à la poupée car si elle préfère les legos c'est un garçon manqué).

      • [^] # Re: J'ai plutôt vu l'inverse

        Posté par . Évalué à 0.

        Moi, je pense plutôt que c'est marginale, mais on parle jamais des cas où tout va bien seulement des cas où il y a des soucis. Faut pas faire des généralités pour quelques cas isolés. Je comprends qu'il ait toujours des machos qui soule les femmes mais ça ne touche pas que l'informatique malheureusement. Mais en jouant les féministes à deux balles vous jouez leur jeu et mettez de l'huile sur le feu. Avec des machos crétins faut juste porter plaintes et pas essayer de jouer aux conspirationnistes, c'est pas en prêchant à des convertis qu'on fait avancer les choses.

        • [^] # Re: J'ai plutôt vu l'inverse

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Moi, je pense

          Voilà le problème, tu peux penser ce que tu veux les faits sont là. Le sexisme ne s’arrête aux stéréotype du macho, pire ce stéréotype est une manière de dire que tant qu’il n’y a pas de machos il n’y a pas de sexisme. Dire que le sexisme c’est que les machos, s’est avouer qu’on a pas vraiment réfléchi à notre propre sexisme (ce qui est une opération longue et pas évidente).

          Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

  • # Mon expérience

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Oui, ça n'est que mon expérience et ne reflète pas la réalité mais,

    • Équipes Système Réseau DBA : femmes largement minoritaires
    • Équipes Assistance Intégration Développement : 50/50, avec un déséquilibre entre les pôles orientés gestion et les pôles orientés industrie.
    • Équipes Chef de projet : 50/50.

    Globalement, les femmes sont moins présentes sur les métiers purement techniques, mais elles sont bien là, et ne semblent pas avoir de problème particulier à cohabiter avec les mâles qui les entourent.

    • [^] # Re: Mon expérience

      Posté par . Évalué à -3.

      Le problème n'est pas l'éducation ou la culture mais plutôt dû à notre système scolaire qui ne sait pas orienter les jeunes vers les filières qui leurs correspondent. Les filles comme les garçons arrivées aux choix de leurs études ne savent pour la plupart pas où aller, c'est au conseiller d'orientation de leur montrer les voix possibles. Mais si on ne leurs montre que des voies bouchées ou des domaines soient disant correspondants à leurs sexes le problème demeurera.

      • [^] # Re: Mon expérience

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Ça n’a pas de sens, les conseillers d’orientations font ce qu’ils font à cause de leur éducation et de leur culture! Qui affecte aussi d’autres personnes…

        Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

  • # Égalitarisme équitable.

    Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 23/11/15 à 00:19.

    Si égalitarisme forcé il doit y avoir — parce que c'est ce dont il est question —, je suis pour qu'il soit généralisé à l'ensemble des métiers, donc bien évidemment les métiers de la santé, de l'éducation, du social, de la petite enfance, etc., mais également et surtout des éboueurs, des ouvriers, des manutentionnaires, des militaires, des démineurs, etc. à conditions de travail et salaires strictement identiques, et ce depuis les barèmes de sélection des épreuves éventuelles.

    Et puis aussi, au même titre que l'égalitarisme dans les embauches, s'assurer que, jusque dans les licenciements et plans sociaux, l'égalitarisme est scrupuleusement respecté.

    Et tant qu'à faire, je suis pour un égalitarisme équitable : les femmes ayant 8 années d'espérance de vie supplémentaires, il me semble donc juste qu'elles cotisent donc davantage et partent plus tard à la retraite, au prorata de ce que leur espérance de vie leur octroie d'existence en plus.

    N'empêche, avec autant de chômeurs en France, on se demande comment certains arrivent à être payés pour réfléchir aux moyens de forcer la moitié de la population à travailler dans ce qu'elle ne veut pas faire pour monter les quotas, tout en empêchant l'autre moitié de travailler dans ce qu'elle voudrait pour les baisser.

    • [^] # Re: Égalitarisme équitable.

      Posté par . Évalué à -4. Dernière modification le 23/11/15 à 02:39.

      Tout à fait d'accord. C'est bizarre comme au nom du racisme et du sexisme les gens font tout l'inverse via leur discrimination soit disant positive. Vous voulez gommer les inégalités mais dès qu'on demande la même chose dans l'autre sens on crie scandale, si vous me croyez pas voyez comment réagissent les femmes en voyant un gars aller dans les toilettes des filles ou que vous voulez mangez au bureau et que des collègues musulmans font le ramandant ou comment réagissent les recruteurs si vous postulez pour une demande d'emploi pour un poste handicapé alors que vous êtes valide… L'égalité d'accord mais dans ce cas pour tous pas seulement pour certains ou sinon vous faite seulement de la discrimination à l'envers.

      • [^] # Re: Égalitarisme équitable.

        Posté par . Évalué à 1.

        voyez comment réagissent les femmes en voyant un gars aller dans les toilettes des filles ou que vous voulez mangez au bureau et que des collègues musulmans font le ramandant ou comment réagissent les recruteurs si vous postulez pour une demande d'emploi pour un poste handicapé alors que vous êtes valide…

        Euh, j'ai vécu de nombreuses fois les deux premiers cas et personne ne m'a jamais rien dit…

    • [^] # Re: Égalitarisme équitable.

      Posté par . Évalué à -1.

      Ok.
      Alors on élève filles et garçons de la même manière pour commencer.
      Et puis on revalorise les salaires des métiers féminins: aide à la personnes, instit, infirmières. Et aussi, on partage les tâches ménagères à égalité et les soins aux enfants de telles sorte que les femmes ne soient plus contraintes d'être à 80% et perçoivent seulement 50% de la retraite d'un homme.
      Et puis on ne fait plus porter la responsabilité d'une agression sur la victime (une femme agressée l'a bien cherché car elle sortait seule, le soir, avec une jupe, elle a souri, elle n'a pas répondu, etc…)
      Moi ça me va.

    • [^] # Re: Égalitarisme équitable.

      Posté par . Évalué à 2.

      Si égalitarisme forcé il doit y avoir — parce que c'est ce dont il est question —, je suis pour qu'il soit généralisé à l'ensemble des métiers, donc bien évidemment les métiers de la santé, de l'éducation, du social, de la petite enfance, etc., mais également et surtout des éboueurs, des ouvriers, des manutentionnaires, des militaires, des démineurs, etc.

      Mais c'est tout sauf révolutionnaire, ça.
      http://the-exercist.tumblr.com/post/105284613217/is-that-so-women-have-been-a-leading-force-in
      Bah oui, les féministes ne t'on pas attendu pour réclamer l'égalité aussi chez les éboueurs, les militaires, les mineurs, …

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.