L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

Posté par . Modéré par Nÿco.
Tags :
0
3
sept.
2003
Justice
Suite à une décision rendue mardi par le tribunal de grande instance de Nanterre dans une affaire opposant l'UFC-Que Choisir à EMI France en faveur de l'association de défense des consommateurs, cette protection peut être considérée comme un vice caché et constitue donc un motif légitime de remboursement. Cette affaire concernait un CD d'Alain Souchon qu'une acheteuse ne pouvait lire sur son autoradio à cause de la protection anticopie.

NdM: l'association de consommateurs CLCV avait déjà obtenu une condamnation d'EMI Music France sur le même sujet. "Pour la première fois, un tribunal dit qu'un CD doit être lisible sur tous les supports. Les maisons de disques ont le droit de mettre des verrous mais compatibles avec un usage normal des CD", a commenté UFC-Que Choisir.
  • # A modérer quand même ...

    Posté par . Évalué à 10.

    Il n'y a pas eu de jugement sur la légalité contestée de ces systèmes de protection. Le vice a été jugé parce que ce n'était effectivement pas un CD. Par contre, si un CD est marqué comme protégé, alors .... c'est le vide juridique ... il reste encore à se battre pour ça !
    • [^] # Re: A modérer quand même ...

      Posté par . Évalué à 6.

      tu veux dire qu'il n'y avait pas la mention CD non lisible sur les ordinateurs ?

      De toute façon, le principal jugement dans cette affaire est celui des consomateurs qui doivent impérativement éviter ce genre de CD.

      ( Ce serait drôle d'ailleurs que les gens se rabattent sur les mp3 pitoupi quivont bien.. )
      • [^] # Re: A modérer quand même ...

        Posté par . Évalué à 6.

        Il devait y avoir la mention CD non lisible sur les ordinateurs, mais pas CD non lisible sur les autoradios !
        Sinon, pour lire et importer les CD protégés, il suffisait d'acheter un graveur Yamaha avant qu'ils arrêtent la production ;)
        • [^] # Re: A modérer quand même ...

          Posté par . Évalué à 3.

          >Sinon, pour lire et importer les CD protégés, il suffisait d'acheter
          >un graveur Yamaha avant qu'ils arrêtent la production ;)
          Pourquoi, ils ont quelque chose de spécial ? Je n'étais pas au courant (bien que j'en ai un). Es-tu sûr, car j'avais testé un CD marqué "illisible dans un PC", je le mettais dans le graveur, et il était éjecté de suite.
          Si tu pouvais me donner un lien ou quelques infos, ça m'intéresse . Merci !
          • [^] # Re: A modérer quand même ...

            Posté par . Évalué à 5.

            J'aimerai que l'on m'explique une chose. Ces protections sont censées empêcher la copie. J'en ai eu un à la maison, impossible de le lire "musicalement" sous Linux, ainsi que dans l'autoradio. Mais avec xcdroast, j'ai extrait les pistes musicales et laisser la piste de données, puis transféré les pistes musicales sur un autre CD et hop! voilà un CD qui passe dans l'auto-radio. Je crois savoir que les softs de gravure sous Windows permettent également ce genre de chose. Donc je pose ma question: à quoi sert cette pseudo-protection?
    • [^] # Re: A modérer quand même ...

      Posté par . Évalué à 8.

      Il me semble que ces "cd" protégés n'ont tout simplement pas le droit de s'appeler des "cd".

      déja paru -> http://linuxfr.org/2002/01/18/6748.html(...)
      • [^] # Re: A modérer quand même ...

        Posté par . Évalué à 9.

        Certe, mais va trouver le logo quand t'as l'étiquette du prix qui est tellement large qu'elle couvre toutes les infos de ce genre sur le CD ! Moi, la dernière fois que j'ai voulu acheté un CD j'ai abandonnée après 3 CDs qui m'auraient bien plus mais qui était protégé et 2 CDs pour lesquels j'ai pas réussi à savoir s'ils étaient protégés ou non parce que c'est p****n d'étiquettes sont toujours à peu près au même endroit !
        • [^] # Re: A modérer quand même ...

          Posté par . Évalué à 1.

          Euh pour les etiquettes tu vas voir le vendeur et tu lui demandes de soit te renseigner ou, mieux, de virer l'etiquette. Tu as le droit de pouvoir tout lire avant l'achat. En tout cas je l'ai deja fait faire a la FNAC (pour ne pas faire de pub .. pour une fois)
      • [^] # Re: A modérer quand même ...

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        Je pense que c'est le distributeur (Fnac, Carrefour, disquaire, etc...) qui est le responsable de la bonne information des clients. C'est donc à lui de veiller à ce que, par exemple, l'étiquette du prix ne soit pas collé sur la mention "CD inutilisable sur un ordinateur".

        Mais il est illusoire de pousser les distributeurs à ne pas masquer de la sorte cette mention, car ils diront (sans pour avoir tout à fait tord) que cette info peut être placée un peu n'importe où sur le CD...

        Et de toute façon, il y auar toujours les éditeurs qui jouent aussi (surtout !) la désinformation, en écrivant ce type d'indications en blanc sur un fond clair...
        • [^] # Re: A modérer quand même ...

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          La dernière fois que j'ai eu un doute, je suis allé voir le responsable du rayon disque de la Fnac (la plus proche de chez moi, j'ignore s'il sont tous comme ça) qui m'a gentiment déballé le cd.
          S'il veulent me faire chier avec les étiquettes c'est raté, d'autant que les vendeurs ne sont pas, de ce point de vue, les plus emmerdant.
        • [^] # Re: A modérer quand même ...

          Posté par . Évalué à 4.

          Les distributeurs devraient avoir un rayon où seraient regroupés ses merdes qui ne se conforment pas aux norme du CD. Là, au moins, ça serait clair. Les DVD et les VHS ne sont pas mélangés dans un même rayonnage. Ça devrait être pareil.
  • # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Pas vraiment une si bonne nouvelle car ce que j'en retiens c'est ça : "le tribunal a rejeté la demande visant à interdire l'emploi de ces mesures de protection" et "La conclusion, c'est que nous avons défendu avec succès notre droit à protéger nos enregistrements"

    Donc ils auront toujours le droit de sortir des CD illisibles. C'est au coup par coup qu'on pourra se faire rembourser...

    Seule solution, donner son avis avec son porte monnaie !

    Vu qu'aucun équipement en ma possession n'est capable de lire ces CD protégés (un lecteur de DVD de salon dont le lecteur est un drive IDE d'origine PC et le PC), je n'achèterai plus de CD audio ! Je ne pourrais rien en faire de toutes façons.
  • # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

    Posté par . Évalué à 7.

    il m est arrivé le même probleme de cd anti-copie ne pouvant se lire sur mon autoradio. La solution a été simple; j'ai copié le CD .....
  • # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    En faite on va finir par acheter un CD pour avoir le droit légalement de graver les chansons que l'on trouve sur ce CD mais qui provienne d'internet.
  • # Re: ma propre expérience

    Posté par . Évalué à 1.

    Il y a quelques semaines, un pote s'est plaint que son CD audio acheté ne marchait pas dans son autoradio. Et ce CD avait bien la référence à la protection anti-copie. Ni une ni deux et afin de tester la réction d'un éditeur, j'envoie un email au distributeur du CD (Virgin) en leur disant, en gros, que je trouve inadmissible de ne pas pouvoir lire un CD audio acheté sur n'importe quel lecteur CD standard du marché. Leur réponse a été 1/ que c'est le constructeur du CD qui a mis cette protection et 2/ que je pouvais me faire rembourser le CD si je le souhaitais. La première réponse m'a bien fait rire avec leur "c'est pas moi, c'est l'autre" mais la seconde réponse m'a consolé et n'a fait qu'appliquer avant l'heure l'avis de UFC-Que choisir.

    PS : Je n'ai pas gardé mon email et la réponse de Virgin, dommage car sinon je vous aurais donné la réponse exacte.
    • [^] # Re: ma propre expérience

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Le 1 est n'importe quoi. Le constructeur ne va pas s'amuser de lui même à mettre des protections qu'on ne lui demande pas. Faudrait pas prendre les gens pour plus naifs qu'ils ne le sont.
      Si protection il y a c'est qu'elle a été demandée par le commanditaire, c'est à dire Virgin ou une de ses divisions.
  • # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

    Posté par . Évalué à 2.

    Quelque chose me gene dans tout cela, sur le dernier placebo par exemple, qui fonctionne correctement sur la chaine hifi mais qui est illisible sur mon pc sous linux, sur le boitier du CD il y a un autocollant indiquant 'COPY CONTROLLED...voir au verso pour details", et au verso on trouve les infos suivantes :
    "CE DISC CONTIENT UN DISPOSITIF TECHNIQUE LIMITANT LES POSSIBILITES DE COPIE ET EST COMPATIBLE AVECLES LECTEURS DE CD, DE DVD ET LES ORDINATEURS EQUIPES AU MINIMUM DE SYSTEME D'EXPLOITATION WINDOWS 95, ET DE PENTIUM 2 A 233 MHZ, 64MB DE RAM, COMPATIBLE VERSION MAC OS 8.6 A 9.* AVEC EXTENSION CARBONLIB ET MAC OS X"

    Ca signifie quoi :
    - La limitation est compensée par un soft qui se trouve sur le CD, il faut donc avoir un pc sous windows pour l'ecouter ? En effet, lors de l'insertion du CD sous Windows 98 on voit apparaitre une fenetre indiquant :
    "To listen to the CD a number of files need to be updated on your PC, select OK to install, Cancel to quit the installation process". On installe et le petit est content, le player se lance automatiquement et on peut ecouter le CD.

    - Au final ca sert a quoi cette protection, je suppose qu'il suffit de recuperer la sortie numerique d'une chaine hifi sur une carte son adequate pour avoir le son correct et effectuer une conversion MP3 ? non ?

    PS : A votre avis, on a le droit de se faire rembourser si son PC a un processeur AMD ;)
  • # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

    Posté par . Évalué à 1.

    Amazon France rembourse aussi les semblant de "cd" (eh oui rien n'est mentionné sur le site), mais cela a un caractère "exeptionnel" d'après leur mail de réponse.

    Mais bon, ca existe les amateurs de "vrais" CD, avec une belle jacquette et un joli livret pour faire beau sur l'étagère, et ceux-là, sont bien obligés de se faire une copie pour avoir un exemplaire utilisable, c'est bien dommage d'en arriver là alors qu'on reste honnête.
  • # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

    Posté par . Évalué à 1.

    J'avais envoyé un e-mail à Virgin, pour leur site "optimisé" pour IE qui en fait interdit l'accès aux autres browsers. (bien que en falsifiant le nom du browser -Mozilla- à l'aide de plugins le site s'avère tout à fait utilisable, sauf la section "sécurisée avec DRM").


    Attention ce site a été optimisé pour les navigateurs Internet Explorer, dans des versions supérieures à 4.0.


    J'en ai profité pour demander comment ca se passe pour être remboursé pour un "cd" que j'avais acheté chez eux sans voir l'étiquette (cachée par une étiquette indiquant une promo je crois, voici la réponse :


    Bonjour,


    Nous tenons tout d'abord à vous remercier de l'intérêt que vous portez à
    Virginmega.fr


    En ce qui concerne le site Internet www.virginmega.fr, il est en effet pour
    le moment uniquement accessible avec Internet Explorer (version 4.0 au
    minimum) sous OS/Windows. En effet, nous avons fait le choix d'utiliser la
    technologie DRM Windows Media afin de protéger les droits d'auteur des
    produits en téléchargement sur notre site.


    Rappel historique :
    Virgin, la maison de disques anglaise fondée par Richard Branson en 1973,
    est rachetée par la maison de disques Thorn EMI en 1992.
    En juillet 2001, Lagardère Media, via sa filiale Hachette Distribution
    Services, achète les 16 magasins Virgin Megastore français, et acquiert
    ainsi la marque Virgin Stores et les magasins Virgin Megastore en France.

    Aussi, pour tout renseignement concernant les maisons de disques et les
    protections qu'elles susceptibles d'appliquer sur leur CD, vous pouvez :
    - soit contacter la maison de disques concernée
    - soit contacter la SACEM (Société des Auteurs, Compositeurs et
    Editeurs de Musique) directement sur leur site Internet www.sacem.fr


    Bon courage pour la suite de vos démarches,

    Cordialement,
    L'équipe Virginmega


    J'ai envoyé plusieurs mails à la SACEM à ce sujet, 3 sans réponse, 2 me renvoyant chez Virgin.
  • # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

    Posté par . Évalué à 3.

    Il n'y a pas que les auto-radios qui posent problème...

    Exemple :
    j'ai un lecteur de mini-disques "net-md" de Sony.
    Pour enregistrer en mode rapide, il faut passer par l'ordinateur, via un logiciel fourni, qui encode le CD audio en fichier ATRAC3. Or, si ce CD est protégé, impossible de l'encoder avec ce logiciel...
    ...Et c'est plutot ch-bip-...

    Oui, vous allez me dire que le problème est différent puisque dans mon cas, ce n'est pas le CD en lui même que je ne peux pas lire. Mais ça reste très embétant ! (pour rester poli)
  • # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

    Posté par . Évalué à 5.

    Y'a un truc qui me vient à l'esprit :

    1/ Mise en place d'une taxe sur les support vierge pour combattre la piratage
    2/ Mise en place de systèmes anti-copie pour combattre le piratage
    3/ Mise en place de procédures juridiques par les éditeurs pour combattre le piratage

    Alors ok, le piratage est illégal et les entreprises concernées sont en droit de réagir face à cela.

    Sauf qu'aujourd'hui, un utilisateur honnête souhaitant éventuellement faire des copies à usage privé (ce qui en droit français est toujours parfaitement légal il me semble) se retrouve à donner de l'argent aux éditeurs mais en plus n'a plus la possibilité technique d'arriver à ses fins. Et il peut même dans certains cas, tout simplement ne pas pouvoir lire son CD.

    Ces démarches tous azimuts font double emploi !!
    Et elles commencent à être excessives je trouve. La copie a toujours existé, même à l'époque du vinyl et des K7 audios.
    On va me dire qu'aujourd'hui elle prend des proportions beaucoup plus importantes. Certe, mais la vente de CDs a elle aussi explosée. Donc en terme de pourcentage, il n'est pas certain qu'il y ait une grande différence.

    Malheureusement, ce matin j'ai entendu que les ventes de disques ont baissées de 9% je crois. Les majors vont se ruer sur cette news et s'en servir pour justifier toutes les attaques qu'elles mettent en place vis-à-vis des utilisateurs, voire pour les renforcer...

    Peut être faudrait-il arriver à leur faire reconnaitre que la qualité des productions ne donne pas forcément envie d'acheter et ne pas oublier que les pouvoir d'achat des français ne leur permet peut être pas de mettre les CD dans leur liste d'achats prioritaires.
    • [^] # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Le fait que la distribution par Internet/CD gravé soit matériellement quasi gratuite par rapport au coût exhorbitant d'une distribution par les canaux "habituels" (FNAC, supermarché, disquaire,...) met en évidence une implacable réalité: les majors ne sont plus indispensables.

      Il y a 20 ans il était impensable pour un artiste, s'il voulait être connu, voire faire tout simplement entendre sa production au delà d'un cercle d'amis restreints, de ne pas passer par la case vynil.

      Il y a 100 ans il était impensable pour un artiste d'être entendu autrement qu'en se produisant (ou en se "faisant interpréter") en chair et en os, avec des instruments en bois, en cuivre, en peau de caribou, bref, c'était concert ou rien.

      Aujourd'hui on a le concert, qui survit car aller à un concert c'est quand même achement mieux que d'écouter un groupe sur enregistrement (enfin c'est mon avis), on a la distribution "à la mode Universal" qui passe par les CDs, les FMs, les campagnes de pub aux budgets astronomiques et les émissions (de merde) à la télé, et on a le dernier venu, la distribution entre auditeurs au nez et à la barbe des circuits commerciaux sclérosés et gravés dans le marbre comme s'ils devaient être éternels.

      Les grands industriels du disque seraient bien inspirés de se rendre compte que d'aller à l'encontre de l'échange musical entre mélomanes, c'est à peu près aussi intelligent que d'aller à l'encontre du vynil, de la cassette vidéo, lorsque ce nouveau support apparaît.

      Oui l'échange de musique entre internaute fait partie du décor, il va falloir faire avec. Désormais pour vendre des CDs il faudra que le CD apporte quelque chose en plus qu'un simple mp3. Par exemple:
      - une (vraiment) meilleure qualité audio
      - la garantie que le support durera 3 siècles (en ce moment on s'acheminerait plutôt vers l'inverse, à savoir des supports qui durent 3 jours)
      - le fait que c'est simple à utiliser (CD == support universel te dédouanant des problèmes d'intendance liés à l'informatique, encore une fosi on s'achemine vers l'inverse, cf la news),
      - un packaging sympa, pour qu'on puisse offrir le bidule (c'est déjà le cas),
      - la disponibilité pour ceux qui n'ont pas le Net (c'est déjà le cas aussi).
      De la même manière, quand on va à un concert, on a plus que la simple musique, on a une ambiance, une mise en scène, des artistes qui se creusent la tête pour que tu passe un bon moment, un spectacle potentiellement "unique", etc.

      C'est pour ça qu'il y a aujourd'hui encore des concerts, parce qu'ils proposent "plus" que la simple écoute d'une bande audio. Si l'industrie du disque se contente d'essayer d'interdire son nouveau concurrent, elle arrivera peut-être à retarder son extinction, mais pas à l'enrayer.

      C'est d'ailleurs assez comique de voir ces majors qui ont bouffé les petits labels, qui n'ont pas hésité ni eu de scrupules à faire crever tout un tas de petites PME qui gravitaient autour de la musique, se sentir maintenant menacées et faire appel à la loi (DMCA, EUCD, ...) pour essayer de survivre. Alors qu'il y a 10 ans seule la loi du marché comptait, elle était juste et bonne et se suffisait à elle-même, aujourd'hui on fait appel à grand-papa-gouvernement pour qu'on soit sauvé de la noyade. C'est vraiment trop inzuste.

      J'espère que les majors iront rejoindre SCO au cimetière des entreprises inutiles disparues, ça serait bien mérité.
      • [^] # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Un grand bravo pour cet article qui est un excellent résumé du problème de fond.
        Je crois même que c'est le meilleur que je n'aie jamais lu.
      • [^] # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

        Posté par . Évalué à 2.

        aller à un concert c'est quand même achement mieux que d'écouter un enregistrement

        Tu compares des choses qui ne sont pas comparables.
        L'avion c'est mieux que la trotinette.


        Désormais pour vendre des CDs il faudra que le CD apporte quelque chose en plus qu'un simple mp3.

        En on décide de légaliser le p2p en le limitant, le CD aura plus de valeur que le mp3. On redonnerait un coup de jeune à ce support.

        Un CD par nature, c'est plus que du mp3. c'est la possibilité de fabriquer soi même SES mp3.

        Proposition : acheter un CD, c'est la possibilité de choisir DEUX mp3 dans le lot, pour les publier sur le réseau légalement. Si la politique culturelle que tu voudrais voir mener consiste à encourager les ventes de CD audio, alors ma proposition va dans ce sens.

        Seulement, je constate que la politique culturelle actuelle est plutot de tout faire pour dégouter les gens des galettes afin qu'ils s'agenouillent devant les idoles de la NetEconomie Virtuelle. confiance, confiance, fermez les yeux, ouvrez la bouche.


        L'industrie du disque arrivera peut-être à retarder son extinction, mais pas à l'enrayer.

        Désolé mais je ne vois aucun signe permettant de prédire l'extinction des majors.
        Les ventes de galettes audio ont tres peu chuté. Le marché du dvd se porte comme un charme. La taxe rentre. Les consommateurs consomment sans distinction. Les artistes se taisent. Les indépendants ne décollent pas. Les trusts se renforcent en scellant des alliances. La technologie passe petit à petit entre leurs mains.
        Ce que je vois plutôt, c'est une concentration des oeuvres, des médias et des technologies au service d'une politique culturelle décidée par bien peu de monde. Terriblement efficace:
        http://www.icrt.org/members.htm(...)
        • [^] # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

          Posté par . Évalué à 1.

          Désolé mais je ne vois aucun signe permettant de prédire l'extinction des majors.

          Oui, elles ont très peu chuté dans des pays comme la France ! En Belgique par contre, c'est la catastrophe : -10% de ventes, alors qu'en France (grâce à des produits(?) genre Star Academy) : +2 ou +3% !

          Il faut savoir que la France est l'un des rares pays européens à avoir eu des ventes supérieures à l'année précédente, en 2002. Le phénomène de régression des ventes se généralise !

          Personnellement, à part les 2 groupes que j'aime énormément depuis 5 ans, environs je n'achète plus aucun CD. Or ces groupes sortent un CD tous les 2 ans... Je n'achète plus donc en moyenne qu'un CD par an. Alors qu'il y a trois ou quatre ans, avant d'avoir le haut débit, j'en achetais une bonne dizaine par an.

          Oui, c'est vrai qu'il y a le prix des CDs neufs qui a explosé ces derniers temps, et avoir un ou deux 'bons' morceaux sur un CD pour autant d'argent (+/- 20€), je dis non.
          • [^] # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

            Posté par . Évalué à 1.

            En Belgique par contre, c'est la catastrophe : -10% de ventes, alors qu'en France : +2 ou +3% !

            L'exception francaise est terminée. depuis quelques trimestres, on suit aussi le mouvement vers le bas pour la vente des CD audios. Les parametres explicatifs sont sans doute nombreux.

            N'empêche, 10% de baisse, c'est pas la cata. Les revenus de la musique ne dépendent pas que de la vente de CD.

            Je n'achète plus donc en moyenne qu'un CD par an.

            C'est un de trop. Je retourne à mon boycott. ;)
          • [^] # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

            Posté par . Évalué à 2.

            Le -10% que tu cites (et qu'on aura bientot en France aussi, avec le fameux decalage temporel qui nous caracterise) est a remettre dans son contexte, les annees 2001 et 2002 ont ete de tres bonnes annees, l'annee 2003 est une annee qui n'a rien d'aussi extraordinaire que les precedentes. Considerer comme une catastrophe une baisse de 10% qui fait suite a des augmentations de ventes de l'ordre de 15% sur les deux dernieres annees ca ne veut rien dire. Je ne sais pas ou on peut trouver des chiffres valables sur les ventes de disques en belgique sur 5 ans, mais je suis sur que dans cette optique les vente de 2003 sont tout a fait acceptables.

            Il ne faut pas oublier que l'industrie du disque connait une formidable explosion dans le monde depuis 1981 (CD + MTV) avec une relance de vitesse en 1986. Comme l'industrie du disque est un loisir lie a la mode il est parfaitement qu'elle est un comportement cyclique, et de fait des oscillation au niveau des ventes.

            Ce que l'on voit aujourd'hui ne peu pas etre impute a la democratisation des MP3s, c'est un phenomene connu depuis les annees 60, n phenomene que tous les analystes financiers attendaient. Il est meme exceptionel que la periode de croissance ait dure aussi longtemps

            Kha
        • [^] # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          > acheter un CD, c'est la possibilité de choisir DEUX mp3 dans le lot, pour les publier sur le réseau légalement.

          Je ne vois pas l'intéret d'une telle limitation. Soit on autorise tout, soit on autorise rien. Autoriser un peu revient à tout autoriser (avec la masse de gens tu auras très vite tout l'album, il suffit d'une dizaine de personnes)
          • [^] # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

            Posté par . Évalué à 1.

            C'est juste une proposition. La politique d'inciter à la vente des CD est bonne parce que effectivement c'est en léger repli. Ceci dit, faut pas réver. L'argent qui sera dépensé en CD sera pris sur un autre budget culturel. Globalement, pour l'économie, c'est du zéro gain. Le véritable apport, c'est de recadrer un système qui part à la dérive, en fixant des règles qui peuvent paraitre absurdes mais qui font de la pédagogie.

            L'intêret de cette mesure est donc de faire passer plusieurs messages au public.


            - On n'est pas obligé de faire des choix Tout ou Rien. On peut aussi décider DEUX, UN, QUATRE. Une politique culturelle cherche un équilibre.
            - Il faut frustrer. La culture est un médicament censé fabriquer de la dépendance.
            - Les morceaux qu'on publiera ne seront pas en concurrence immédiate avec les albums du commerce.
            - Les morceaux qu'on publiera viennent du commerce.
            - Pour pouvoir publier un morceau légalement, il faudra acheter un Tout, ripper, sélectionner. On devra exprimer sa personnalité. La redistribution restera interdite.
            - Personne ne pourra seul publier un Tout. On dépendra des autres.
            - Obtenir un Tout gratos sera possible et légal, mais ce sera un comportement laborieux, bancal, tres égoiste et mesquin.
            - Le public sera forcé d'accepter une police qui contrôle qu'on respecte le chiffre DEUX. Déclaration annuelle ?
            - Avec DEUX, on tient à l'écart des intermédiaires voraces qui font du cache. On laisse le réseau aux particuliers.
            - La croissance du réseau dépendra directement de la croissance du commerce. Ce sera mesurable.

            En appréhendant le p2p uniquement sous l'angle du téléchargement, tu te fais une fausse idée des problèmes, ama. Les gens continuent d'aimer les albums et les pochettes. Napster n'a rien changé à ca.
            10% de pertes après toutes les conneries qu'on a vues depuis quatre ans, c'est bien peu.

            Une autre politique culturelle interessante serait de réconcilier les artistes et le public. Là, les pertes sont conséquentes, mais ce n'est pas de l'économie chiffrable, hein ? ;-)
          • [^] # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

            Posté par . Évalué à 1.

            > avec la masse de gens tu auras très vite tout l'album, il suffit d'une dizaine de personnes

            théoriquement, je ne peux pas te donner tort. Mais je pense que tu te trompes et que peu de gens souhaiteront obtenir un album via le p2p.

            Un album, c'est
            - un prix;
            - un cadeau;
            - l'histoire d'une acquisition;
            - un support physique, une pochette;
            - un évènement : un ensemble d'oeuvres qu'on n'a pas voulu, choisi;
            - un contrôle total et absolu;
            - le pouvoir : de numériser, de choisir le bitrate, de sélectionner, de publier;
            - une reconnaissance sociale;
            - la légitimité;
            - la tranquilité;
            - la fragilité;
            - se dire propriétaire;
            - se dire héritier de l'artiste, de l'auteur;
            - se plaindre;
            + mon choix;
            + écouter;
            + critiquer.

            Le téléchargement par p2p n'apporte que trois critères.
        • [^] # clarification en on

          Posté par . Évalué à 0.

          Je ma trompé:
          > En on décide de légaliser le p2p...

          Si on décide de légaliser le p2p en le limitant, le CD aura plus de valeur que le mp3. On redonnerait un coup de jeune à ce support.

          -1 (dissaïdor polio)
    • [^] # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

      Posté par . Évalué à 2.

      La taxe sur la copie privée n'est pas faite pour combattre le piratage.
      Les sociétés d'auteur se sont rendus compte que les utilisateurs pouvaient copier chez eux des oeuvres protégées par le droit d'auteur. Plutôt que d'essayer d'empêcher les gens à tout prix de copier, ils ont voulu récupéré une partie du manque à gagner. Les supports de copie ont donc été taxés. En 1985, les supports étaient surtout les cassettes. Depuis ont été rajouté les cds, et même les disquettes...

      Perso je trouve le principe de cette loi (qui ne transforme pas la copie privé en droit d'ailleurs) assez intéressant. Le problème de savoir si la taxe est juste, est devenu un peu complexe avec les supports informatiques étant donné qu'on ne stocke pas que des oeuvres protégées.
      • [^] # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        un truc que je me demande...
        la taxe sur les CD serait de 0,56 euros pour un CD de 650 Mo.
        Hors, j'ai acheté 100 CD ce week end à 44 euros, soir 0,44 euros le CD de 700 Mo.
        ou est l'erreur ?
      • [^] # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

        Posté par . Évalué à 2.

        Les sociétés d'auteur se sont rendus compte que les utilisateurs pouvaient copier chez eux des oeuvres protégées par le droit d'auteur. Plutôt que d'essayer d'empêcher les gens à tout prix de copier, ils ont voulu récupéré une partie du manque à gagner.


        En théorie, c'est les gouvernements élus qui sont censés faire les lois, pas les sociétés d'auteur. Et la copie à l'usage privé du copiste est bel et bien autorisée par la loi.

        Loi 92.597 du 1er juillet 1992 telle que modifiée ou complétée par les lois postérieures :

        "Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes des paragraphes 2 et 3 de l'article L122-5, d'une part, que les "copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective" et, d'autre part, sous réserve du nom de l'auteur et de la source, que "les analyses et les courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d'information", toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite sans consentement de l'auteur ou de ses ayants droit, est illicite (art. L122-4).


        Alors manque à gagner par rapport à quoi? Par rapport à une hypothétique loi où le public serait privé de tous ses droits, et où la copie privée serait interdite?
        Le terme de "manque à gagner" se prête toujours à des interprétations plus ou moins foireuses, selon les intérêts de ceux qui l'invoquent. Mais ici, c'est _la loi_ qui autorise les ayant-droits à empêcher la copie, et c'est _la même loi_ qui fixe des limites à ces droits à empêcher la copie. Oser, dans ce cas, ne serait-ce qu'évoquer le fait qu'il puisse y avoir un "manque à gagner" parce que la loi ne donne pas aux ayant-droit des auteurs un pouvoir absolu me semble totalement aberrant.
        • [^] # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          > En théorie, c'est les gouvernements élus qui sont censés faire les lois, pas
          > les sociétés d'auteur. Et la copie à l'usage privé du copiste est bel et bien
          > autorisée par la loi.

          Sans parler du bienfondé de ces lois et de la situation actuelle ca m'amuse de voir citer seulement les bonnes parties du code.

          Tu oublie la partie où il est dit que toute cessassion de droits (la copie privée en est une) doit avoir une rémunération au bénéfice de l'auteur. La seule exception étant les copies de sauvegardes de logiciel.

          Ah ben oui, la taxe n'est qu'un modèle (contestable) parmis d'autres pour rémunérer les auteurs mais la copie privée est bel et bien payante par la loi.


          > Alors manque à gagner par rapport à quoi?

          M'étonnerai que les protections aient pour but d'empecher les copies privées. C'est clairement pour les distributions et diffusions qui elles sont illégales.
          • [^] # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

            Posté par . Évalué à 4.

            > ca m'amuse de voir citer seulement les bonnes parties du code.

            moi aussi. :)
            Tu ne parles jamais de mankaganié pour l'exception du droit de citation, par exemple.

            Comment est ce qu'on défini le mankaganié en pratique ?
            Et bien quand un max de personne se lèvent et gueulent.
            C'est un rapport de force.

            > la copie privée est bel et bien payante par la loi.

            payante depuis 1985, alors qu'elle est dans la loi depuis 1957.
            et attention de ne pas abuser de la musique, non plus : quand tu imprimes une police de caractère, tu ne paies rien. C'est de la copie privée.

            > toute cession de droits (la copie privée en est une) doit avoir une rémunération au bénéfice de l'auteur.

            url ?
            ceci n'est marqué nulle part. On parle de juste et préalable indemnité. Attention aux mots.

            Attention à l'orthographe aussi ;-)
            ( céder, cession ) ; ( cesser , cessation ) ; ( 404 , cessassion )

            Tu seras ravi d'apprendre que le prochain texte de l'EUCD va te donner satisfaction sur ce point : ils vont nous marquer ca noir sur blanc dans la loi. Ainsi à chaque fois que je te citerai, je devrais me poser la question de savoir si je te lèse financièrement et le cas échéant, tu pourras me faire un procès. génial. Regarde l'article 4 de l'avant projet :
            http://www.ael.be/action/2003/eucd/france/text/(...)

            ( Pour comprendre comment on va en arriver à ce délire procédurier, il faut faire une recherche google : test des trois étapes convention de Berne )

            > ca m'amuse de voir citer seulement les bonnes parties du code.

            peut être qu'il a peur de se prendre un procès dans les dents s'il cite les mauvaises parties ?
            Au fait, la liberté d'expression est elle plus forte que le droit d'auteur ?

            > La seule exception étant les copies de sauvegardes de logiciel.

            Juste pour préciser que les copies de sauvegardes de logiciels ne font pas partie de la copie privée. Il n'est pas interdit d'en faire un usage collectif. (ya marqué à des fins de sauvegarde, yaisse)
            • [^] # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              > Tu ne parles jamais de mankaganié pour l'exception du droit de citation, par
              > exemple.

              Normal, je ne parle pas de manque à gagner tout court. Pour moi le manque à gagner éventuel n'est une justification à rien. Soit quelqu'un a droit à quelque chose soit il n'y a pas droit. Le fait qu'il "aurait pu ou pas gagner de l'argent si ..." n'y change rien.

              > On parle de juste et préalable indemnité

              Désolé pour le mot, c'est possible. Dans mon esprit la différence est très faible sur ce sujet. Le fait est que rémunération ou indemnité, il y a bien une compensation de prévue.

              (pour l'orthographe je crois que j'ai passé trop de temps sur IRC, ça effacé les derniers restes que j'avais)



              > Tu seras ravi d'apprendre que le prochain texte de l'EUCD va te donner
              > satisfaction sur ce point

              Oulà, ne m'associe pas à ce truc, je suis tout à fait contre. Par contre les lois actuelles (avant eucd et autres) sur le domaine des droits d'auteur me conviennent assez.

              > Au fait, la liberté d'expression est elle plus forte que le droit d'auteur ?

              Hum ... on part sur un grand débat là. Sur le principe théorique je dirai oui.
              Maintenant quand je la vois appliquer pour tout et n'importe quoi genre pour DeCSS (1) là c'est de l'exces.
              La liberté d'expression c'est à mon sens pour t'autoriser à exprimer une idée ou une opinion, pas pour chercher à rediffuser une oeuvre externe qui ne t'appartient pas. Pour t'exprimer tu peux tres bien créer, et je ne vois pas là de conflit avec le droit d'auteur.
              Surtout que le droit d'auteur concerne une oeuvre, pas une idée. Si je dis "bonjour" je ne peux pas attaquer les gens qui font pareil. Si je pense un nouveau système politique je pourrai empecher les gens de recopier mon texte mais pas d'en parler, de le commenter ou de rediffuser l'idée.

              > Juste pour préciser que les copies de sauvegardes de logiciels ne font
              > pas partie de la copie privée

              tout à fait, je l'ai précisé parce que c'était dans le même chapitre "exceptions aux droits d'auteur"




              (1) notes que je suis tout à fait pour la possibilité de diffusion de ce code mais jouer sur la liberté d'expression pour le faire autoriser me semble une abération
              • [^] # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

                Posté par . Évalué à 2.

                >> On parle de juste et préalable indemnité

                > Dans mon esprit la différence est très faible sur ce sujet. Le fait est que rémunération ou indemnité, il y a bien une compensation de prévue.


                Ca ne fait pas partie de la loi, c'est dans les droits de l'homme et c'est ce qui est le fondement de la Propriété. C'est à dire que si tu ne maitrises pas les termes employés sur le bout des doigts, il ne sera pas étonnant que tu te retrouves avec des problèmes à l'arrivée.

                Les termes sont subtils. Je laisse tomber l'adjectif PREALABLE parce que de toute manière, on a tout fait dans le mauvais ordre depuis le début. Le sens du tempo se perd de nos jours.

                La DDHC est universelle. Ca s'applique à tous les peuples. Tu peux facilement imaginer des sociétés qui ne sont pas basés sur l'argent. Dans ces cas là, la notion d'indemnité ne se caractérisera pas par des billets verts mais autrement : du pouvoir ou de la renommée par exemple.

                Dire que notre société à nous est basée sur l'argent, c'est aller un peu vite car il y a d'autres valeurs que nous défendons : la liberté d'expression par exemple.

                C'est pourquoi il est difficile d'être JUSTE. ca ne veut pas dire Justice, ca veut dire Justesse. La Propriété exige que nous soyons sages. Observer le monde réel, la société, la nature humaine, le temps et se prononcer.

                Tu observes, tu réfléchis, mais tu ne prends pas en compte le paramètre temporel et tu ne te prononces pas. La politique se décide sans toi et je trouve ca dommage.

                > Oulà, ne m'associe pas à l'EUCD, je suis tout à fait contre. Par contre les lois actuelles (avant eucd et autres) sur le domaine des droits d'auteur me conviennent assez.

                On a vu passer des tas de lois liberticides et tu étais chaque fois pour : "Ca ne me choque pas". Mes libertés ont fui et aucune de ces lois n'a résolu mon problème. Où est le pragmatisme, où est l'idéologie ?
                C'est pareil avec l'EUCD, le chapitre quatre de l'avant projet que je te recommande vivement, c'est exactement ce que tu nous racontes à l'instant. Peux tu garantir que ce sera efficace cette fois là ? J'aimerai que tu le lises et que tu te prononces.
                On s'est trop focalisé sur la copie privée dans ce débat. :(

                > Maintenant quand je la vois appliquer pour tout et n'importe quoi genre pour DeCSS (1) là c'est de l'exces.

                il n'y a pas que deCSS qui illustre la restriction de la liberté d'expression. Les exemples sont nombreux.
                Considérons deCSS, c'est bien une restriction arbitraire, oui ou non ?
                deCSS n'est pas un programme qui sert à diffuser des dvd sur le réseau - rappelons le. Il sert à accéder aux oeuvres que les majors ont cryptés.
                Les majors invoquent le secret de marque pour protéger leur clef. C'est du n'importe quoi. Le secret de marque n'est plus un secret une fois qu'il est divulgué. L'information leur a échappé, il faut en prendre acte.

                > chercher à rediffuser une oeuvre externe qui ne t'appartient pas.

                C'est ce que nous faisons quand nous citons quelqu'un.
                Fun Radio en diffusant Eminem.
                Le vidéo club en louant Titanic.
                La bibliothèque en prêtant Sartre.
                MS en pompant sur Apple.
                Raffarin en amendant le CPI.
                Disney en adaptant Hugo.

                Pourquoi considérer que cette frontière interne/externe est immuable ? Tu trouves ca "Juste" parfois, et là bizarrement non. Ya de l'excès, dis-tu, mais il est ineffable.
                Une frontière est utile, arbitraire, stupide, visible et changeable.
                Tu es obligé d'être pragmatique. Si tu n'arrives pas à me trouver une frontière juste, que je comprenne, alors moi je viens et je t'impose la mienne. Je te dépossède.

                Je t'interdis de me citer. En me citant, tu vas à l'encontre de mes intérêts légitimes. Que réponds tu à ca ? ;)
          • [^] # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

            Posté par . Évalué à 2.

            Sans parler du bienfondé de ces lois et de la situation actuelle ca m'amuse de voir citer seulement les bonnes parties du code.


            Ce que je citais n'était là que pour illustrer que « la copie à l'usage privé du copiste est bel et bien autorisée par la loi. », mais je n'ai pas affirmé que la taxation sur les supports était contraire au code de la propriété intellectuelle; c'est bien du bien-fondé de ces lois que je voulais parler. Du bien-fondé d'une loi qui, fixant des droits et des limites à ces droits, crée artificiellement un « manque à gagner » issu des limites qu'elle a elle-même fixées.

            C'est normal de donner des droits aux auteurs, c'est également normal d'y fixer des limites garantissant les droits du public. Ce qui n'est pas normal, à mon sens, c'est de considérer ensuite que, puisque la loi a fixé des limites, ces limites se traduisent par un manque à gagner qui doit être compensé par une rémunération des auteurs. Ce prétendu manque à gagner a été créé de toutes pièces, et qu'il soit légitimé par le CPI ne le rend pas moins aberrant.

            En faisant un parallèle (forcément foireux, comme tous les parallèles), la loi donne à chacun le droit de s'exprimer. Par contre, elle interdit de s'exprimer bruyamment et nuitamment, par exemple en criant sous les fenêtres à trois heures du matin. Faut-il pour autant payer une taxe au bénéfice de la société-des-voisins-bruyants pour compenser le préjudice lié à cette limitation de leur liberté d'expression?
            • [^] # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Je ne raisonne pas en terme de manque à gagner mais de rémunération (ou plutot d'indemnité comme on me l'a fait remarqué).


              Si tu as un parking tu peux en jouir. Pour le bien de la collectivité on occupe ce parking pendant la journée (coup de bol pendant la journée tu es au boulot et tu ne l'utilises pas).
              Il y aura probablement une indemnité. Par pour manque à gagner mais simplement parce qu'on te prend quelque auquel tu as droit et dont tu as la jouissance. Si jamais un jour tu ne travailles pas tu n'as pas ton parking.

              Ici c'est l'auteur qui a une oeuvre, c'est sa propriété et il en a la jouissance exclusive. Pour diverses raisons on a jugé bon de lui retirer certains droits de manière globale et on l'indemise pour ça.

              Je n'ai pas vu de concept de manque à gagner dans les lois sur les droits d'auteurs et je ne pense pas que ce soit l'esprit.
              • [^] # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

                Posté par . Évalué à 1.

                on te prend quelque chose auquel tu as droit et dont tu as la jouissance.

                Chaque loi liberticide qui passe nous dépossède de nos libertés.
                Où est elle donc la juste et préalable indemnité qu'on aurait du recevoir en échange ?
                Si les lois liberticides étaient efficaces, je ne hurlerai pas comme ca.

                Pour diverses raisons on a jugé bon de retirer à l'auteur certains droits de manière globale et on l'indemise pour ça.

                L'expropriation est donc possible, tu en conviens.
                Avant de parler des indemnités, il faudrait savoir si l'expropriation est souhaitable.

                Maintenant ce qui fait qu'on choisit à un moment t d'exproprier quelqu'un, c'est ce qu'on appelle la nécessité publique.

                Est ce que tu es convaincu qu'il y a une nécessité publique immédiate à satisfaire ou bien on continue d'attendre, de regarder les lois liberticides passer, les artistes pleurer, les trusts se concentrer, les discours se radicaliser ?

                Une fois qu'on a en soi ce sentiment que la nécessité publique chie dans la colle, la première chose à faire c'est de la mettre en évidence.

                La question des indemnités viendra ensuite.

                Moi, ce que je voudrais mettre en évidence, c'est que ca chie dans la colle depuis Napster. C'est donc un problème de réconciliation entre Zique et Ternet. Le reste c'est de l'artefact.
                • [^] # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                  > Une fois qu'on a en soi ce sentiment que la nécessité publique chie dans la
                  > colle, la première chose à faire c'est de la mettre en évidence.

                  Je n'ai jamais dit que tout était parfait ni que j'étais d'accord avec la série de loi qu'ils nous font actuellement. Mais ca ne veut pas dire que je dis non à toutes les lois pour autant. J'ai beau être informaticien je ne suis pas binaire.

                  > Moi, ce que je voudrais mettre en évidence, c'est que ca chie dans la colle
                  > depuis Napster.

                  Et même avant. On est tout à fait d'accord la dessus. On a juste des avis divergeant sur ce que devrait être la solution.

                  > C'est donc un problème de réconciliation entre Zique et Ternet. Le reste
                  > c'est de l'artefact.

                  C'est amha juste un problème de réconciliation entre la loi et les citoyens. Internet et le p2p n'a été qu'un moyen qui a facilité un biais existant (et peu gênant jusqu'alors) et qui l'a donc augmenté en proportion.
                  Le problème n'a ahma rien à voir avec Internet en particulier mais plus sur le crédit qu'accordent les gens à la loi. Le vice de ce problème c'est que moins les gens accordent d'importance à la loi plus les législateurs se sentent obligés de forcer la dose pour compenser. Et plus ils surcompensent plus les citoyens se détachent (et là avec raison) de ce qu'est la loi. Avec comme risque qu'ils rejètent plus que nécessaire (et je pense que tu es dans cette situation).
              • [^] # Re: L'UFC-Que Choisir estime que les acheteurs de CD protégés peuvent demander remboursement.

                Posté par . Évalué à 2.

                Ici c'est l'auteur qui a une oeuvre, c'est sa propriété et il en a la jouissance exclusive. Pour diverses raisons on a jugé bon de lui retirer certains droits de manière globale et on l'indemise pour ça.

                Les droits liés à la propriété intellectuelle ne sont pas « naturels », ils ne préexistent pas à la loi qui les crée. Par conséquent il est complètement absurde d'affirmer qu'une loi retire aux auteurs des droits qui n'existent pas en-dehors de cette loi.
  • # Les artistes devraient se mobiliser

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Je pense que le remboursement n'est pas une solution. J'achète un CD, je ne peux pas le lire. Je me le fais rembourser, soit, mais je ne peux toujours pas écouter ma musique ..... Donc ce système nuit aux artistes.
    C'est vraiment incroyable qu'on n'ait pas plus d'écho des artistes qui essayent d'être diffusés : leur maison de disques leur interdits de laisser leurs albums en libre téléchargement sur Internet et en plus ces protections font que leurs albums sont moins diffusés.
    Quand on sait qu'un artiste ne touche qu'au mieux 7% du prix du CD (calculez combien il faut vendre de CD par mois pour toucher de quoi vivre ....) , comment se fait-il qu'on ai pas plus de revendications des artistes ?
    (enfin, il y en a qui militent quand même, comme Steve Coleman : http://ccomb.free.fr/mp3_philosophy_fr.html(...) )
    • [^] # Re: Les artistes devraient se mobiliser

      Posté par . Évalué à 3.

      Certains artistes travaillent autrement et claque la porte des super-distributeurs de musique.

      Un exemple concret : vous vous souvenez du petit kid qui c'est fait apeler TAFKAP(The artist formely know as P...) , puis lovesymbol , camille , The Starr company , ... , ben quand il etait chez W..... B... , ca le faisait chier alors il est parti et la société (il etait quand même vice-president!) à dit "mais on a les droits sur ton nom donc tu peux plus vendre !!"
      Donc ,il a changer de nom pendant quelques années pour reprendre son nom(Prince pour ceux qui aurait pas suivi).A partir de là , il s'est amusé à faire sa promo sur naptser puis maintenant il faut s'inscrire sur son club (www.npgmusicclub.com) pour avoir les dernieres nouvelles , chansons , inedits , + des albums envoyés chez vous directement.

      Par son systéme , il peut se permettre de changer completement de musique sans donner des frailleurs à une maison de disque.

      De plus , pourquoi faire une copie du CD qui t'es envoyé directement et ca limite les bootlegs !!
    • [^] # Re: Les artistes devraient se mobiliser

      Posté par . Évalué à 1.

      "Je pense que le remboursement n'est pas une solution"

      Entièrement d'accord avec toi.
      Et de toute facon, je ne vois pas l'intérêt du système de protection...
      Si quelqu'un veut absolument copier ou encoder un CD, alors il le pourra toujours... par exemple, en branchant tout simplement un jack entre la sortie audio d'une chaine hifi et la prise micro ou l'entrée ligne de sa carte son. Evidemment, ce sera en temps réel et la qualité sera quelque peu moins bonne, mais ça reste possible quel que soit le système de protection !
      Maintenant, c'est vrai que ça demande plus de courage...

      Mais si c'est juste une histoire de courage, alors je propose d'inclure dans les boites des CD un petit formulaire à renvoyer pour échanger le disque protéger contre un disque non protégé....
  • # [limite HS] Pourquoi l'industrie des médias risque de perdre la bataille du P2P.

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Voir ce document :
    http://retspan.europe.webmatrixhosting.net/biz/strategie/strategie.(...)
    Pourquoi l'industrie des médias risque de perdre la bataille du P2P.

    Une très bonne analyse par un groupe défendant les intérêts des majors vis à vis des réseaux peer to peer...

    Mais le principe reste le même pour les protections CD...
    • [^] # Re: [limite HS] Pourquoi l'industrie des médias risque de perdre la bataille du P2P.

      Posté par . Évalué à 1.

      Il y a du vrai dans cet article, mais il est un peu (beaucoup) inquiétant tout de même ! Surtout la conclusion !!!

      Big Brother 2 (le retour) !! Nan, sincérement, c'est pas parce que les américains font des conneries qu'il faut faire pareil en Europe !
    • [^] # Re: [limite HS] Pourquoi l'industrie des médias risque de perdre la bataille du P2P.

      Posté par . Évalué à 3.

      Retspan fait du FUD.
      Ils affirment sans aucun argument (a) que les majors sont victimes et (b) qu'elles vont dans le mur.
      A chaque fois, une jolie pirouette de rhétorique pour asséner le message publicitaire tout au long du texte :

      En réalité les industriels "foncent droit dans le mur, et en klaxonnant", pour reprendre l'expression récemment utilisée par un internaute pour décrire la situation.

      Les majors foncent droit dans le mur.Les majors foncent droit dans le mur.Les majors foncent droit dans le mur.Les majors foncent droit dans le mur.Les majors foncent droit dans le mur.

      depuis 4 ans.

      soit le mur est loin, soit il se déplace, soit la vitesse acquise n'est pas suffisante malgré l'accélération.
    • [^] # Re: [limite HS] Pourquoi l'industrie des médias risque de perdre la bataille du P2P.

      Posté par . Évalué à 2.

      Ils ont oubliés de parler des médiathéques qui permet à n'importe quel presonne d'aller louer le cd et le copier sur casette.Ca fait des années que c'est comme ca.Du temps de mon pére , il faisait la même chose avec les 33/45 tours.C'est juste qu'avant , quand tu aimait les rollings stones , tu voulais absolument acheter l'original mais maintenant tous les monde a compris que ca sert à rien , tous les 5 ans , on change de technologie , les MD , CD , DVD audio , tu achete un cd que tu aime et 10 ans aprés , tu sais plus l'ecouter parce que tu n'a plus de support d'ecoute.C'est juste que avec internet , tu as la liste compléte et ca derange.
      • [^] # Re: [limite HS] Pourquoi l'industrie des médias risque de perdre la bataille du P2P.

        Posté par . Évalué à 2.

        tu achete un cd que tu aime et 10 ans aprés , tu sais plus l'ecouter parce que tu n'a plus de support d'ecoute

        J'ai acheté mes premiers cd en 1985 et je peux toujours les écouter sur ma platine de salon ou sur mon ordi. C'est bien parce que je ne suis pas sûr de pouvoir faire de même à l'avenir que je n'achéterai pas de cd non standard.

        Je pensais d'ailleurs, bien égoïstement, échapper à ces inconvénients puisque j'achéte surtout des cd classiques. Je viens de me rendre compte de mon erreur : tout à l'heure je suis passé à la fnac et j'ai constaté que toutes les nouveautés EMI classics étaient estampillées avec le logo "copy control" .

        A quelque chose malheur est bon : avec les économies ainsi réalisées sur mon budget "achat de cd" j'irai à encore plus de concerts cette saison !
  • # Courrier à BMG

    Posté par . Évalué à 2.

    Voici le texte d'un mail que fait parvenir à BMG vie leur site

    http://www.bmgcopycontrol.com/france/index.html(...)

    Le 5 septembre j'ai souhaité faire l'acquisition du Cd de Valérie Lagrange au Virgin Grands Boulevards. Sur la pochette, il est spécifié que le Cd est protégé contre la copie et ne peut etre lu qu'avec des restrictions sur des certains équipements (informatiques notamment)
    La copie privée n'est pas illégale en France et génére un revenu au editeurs/producteurs de musique au travers de la rédevance sur les supports d'enregistrements vierges.
    J'ai renoncé à mon achat.
    Quel solution proposez-vous pour que j'écoute ce disque dans les conditions légales et techniques qui me satisfasse, et vous place dans une situation cohérente au regard de la législation sur la copie privée et les revenus qu'elle génére.
    J'envoie copie de ce mail à la société Virgin et à UFC QUE CHOISIR

    Je ne sais pas si BMG va répondre et je m'en fous

    Evidemment j'ai voulu informer Virgin qu'ils avaient perdu du fric à cause de BMG, mais comme leur site est optimisé pour qui vous savez mais pas pour le reste du monde ( linux + Mozilla) , ils n'en sauront rien.

    C'est d'autant plus dommage pour eux, par ce que j'avais envie d'acheter autre chose, mais le fait de donner mon consentement pour me faire arnaquer, ça m'a coupé l'envie de dépenser mon blé.

    Tout ça pour dire que comme c'est le fric méne le monde. Que c'est déja dur de vendre des disques et que tous ces système ça coute cher et que ça nous donne pas envie d'en acheter. Il serait peu etre temps qu'ils arrétent de nous prendre pour ce qu'on a pas envie d'etre, c.a.d des esclaves de leurs cogitations.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.