Richard Stallman appelle les citoyens français épris de liberté informatique à adhérer à l'APRIL

Posté par (page perso) . Modéré par Florent Zara.
0
22
mai
2007
Justice
Fondée en 1996, l'APRIL est devenue aujourd'hui l'acteur reconnu et incontournable pour la promotion et la défense du logiciel libre, en se faisant notamment remarquer par les initiatives EUCD.info et Candidats.fr. Pour continuer à mener à bien sa mission et ses campagnes, l'APRIL a lancé le samedi 19 mai 2007 une campagne d'adhésion [1], dont l'objectif est d'atteindre 1500 adhérents et de permettre de renforcer son équipe de permanents avant la fin de l'année.

Présent en France à cette occasion [2], Richard Stallman, président de la Fondation pour le Logiciel Libre, a déclaré :

« L'APRIL joue en France un rôle fondamental et unique pour la promotion et la défense du logiciel libre et de ses différents acteurs. La liberté informatique est un enjeu de société et il est essentiel, aujourd'hui plus encore qu'avant, de soutenir celle-ci en rejoignant l'APRIL. J'encourage tous les citoyens épris de liberté informatique à adhérer dès maintenant à l'APRIL ». Les logiciels libres, ces logiciels offrant pour tous les utilisateurs les libertés d'exécuter, copier, distribuer, étudier, modifier et améliorer, ne sont pas seulement une question d'informatique ou de technique. Derrière ces biens communs il existe en effet une philosophie de partage du savoir et d'opposition à la privatisation de la connaissance [1].

Le développement du logiciel libre participe à la préservation des libertés fondamentales à l'ère de l'économie et de la société du numérique. La liberté informatique conditionnera de plus en plus notre capacité à exercer d'autres libertés fondamentales [2]. La mission de promotion et de défense du logiciel libre de l'APRIL est donc plus que jamais essentielle.

De nombreuses menaces pèsent aujourd'hui sur le logiciel libre et les biens communs informationnels : les brevets sur les logiciels, les dispositifs de contrôle d'usage (DRM), la remise en cause de l'interopérabilité ou la fausse interopérabilité, l'informatique déloyale[3], la vente liée, les lois nationales créant de une insécurité juridique comme DADVSI, les traités internationaux en préparation, les campagnes de désinformation menées dans les médias ou dans le milieu scolaire.

Simples utilisateurs de l'informatique et d'internet, vous utilisez de plus en plus de logiciels libres sur vos ordinateurs, qui sont par ailleurs indispensables au fonctionnement d'Internet. Les logiciels libres permettent de s'équiper à moindre coût, et sont donc, pour les populations les plus défavorisées, des outils de lutte contre la « fracture numérique ». Ils garantissent un meilleur respect des libertés individuelles face à l'informatique déloyale consistant à dresser un profil de chaque utilisateur de l'internet mais garantissent aussi l'indépendance technologique.

Développeurs de logiciel libre, la liberté d'exprimer votre créativité en développant et diffusant des logiciels libres est un droit qui ne doit être remis en question par aucune législation.

Voulez-vous apporter votre soutien à la sauvegarde des libertés informatiques ? Un contre-pouvoir est nécessaire pour défendre le logiciel libre face à ses adversaires.

L'objectif de l'APRIL est d'établir une structure de promotion et de défense du logiciel libre avec des moyens à la hauteur des enjeux. Pour cela, l'APRIL a besoin de votre soutien. Rejoignez maintenant l'APRIL pour renforcer ses actions pour la promotion et la défense du logiciel libre et pour intensifier une dynamique gagnante. Adhérer à l'APRIL ne vous engage pas à être actif dans l'association. Mais forte de milliers de membres, l'APRIL obtiendra plus facilement l'audience des élus et du gouvernement. Grâce à vos cotisations et à vos dons, elle pourra financer ses permanents et embaucher les personnes qu'exigent ses actions et les dossiers de plus en plus complexes qu'elle traite.
Références

[1] Il est ici question de liberté, d'égalité et de fraternité. Liberté de copier, d'étudier, de modifier et de redistribuer des logiciels ou des documentations. Égalité, les mêmes droits pour tous les utilisateurs, sans discrimination. Fraternité, car il s'agit de partage et d'entraide. Le logiciel libre permet une situation où personne ne limite la liberté de personne. Personne ne vous interdit de copier, d'utiliser, de modifier ou de redistribuer, personne ne vous met des chaînes. Les logiciels libres offrent également une véritable indépendance à leurs utilisateurs contrairement aux logiciels propriétaires qui sont fournis sans la recette ni les ingrédients pour pouvoir les adapter au mieux à ses besoins.

Voir les articles sur le logiciel libre de Wikipedia et de l'APRIL.

[2] Pourquoi faut-il, d'après-vous, se mobiliser pour le logiciel libre?

« Toutes les libertés dépendent de la liberté informatique, elle n'est pas plus importante que les autres libertés fondamentales mais, au fur et à mesure que les pratiques de la vie basculent sur l'ordinateur, on en aura besoin pour maintenir les autres libertés. Profitant de la faiblesse de la démocratie contemporaine, les grandes entreprises sont en train de prendre le contrôle de l'État, ce sont elles qui contrôlent les lois, pas les citoyens. Ça a commencé avec le Digital Millenium Copyright Act aux Etats-Unis, puis elles ont imposé des directives européennes dans leur intérêt. », Richard Stallman, président de la Fondation pour le Logiciel Libre (Ecrans: « Toutes les libertés dépendent des libertés informatique », 16 août 2006)

[3] L'interopérabilité est le fait que plusieurs systèmes, qu'ils soient identiques ou radicalement différents, puissent communiquer sans ambiguïté et opérer ensemble (source Wikipédia).

Sur l'informatique déloyale, voir la page du groupe de travail APRIL.
  • # Je ne pense pas être d'accord avec cet appel

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Je pense qu'il faut redescendre sur terre et arrêter de penser que Paris est le centre du monde. Beaucoup de gens sont déjà adhérents d'une association locale (qui défend le libre) et je pense que par là, ils adhérent déjà au libre. Par principe et aussi par moyen financier, adhérer plusieurs fois à plusieurs associations qui défendent la même chose (pas forcément de la même façon) ne me paraît pas pertinent.
    Je pense qu'il faut inciter effectivement ceux qui ne sont adhérents nulle part à adhérer à l'APRIL et inciter les associations locales à adhérer, au nom de leurs adhérents, à l'APRIL. Je pense que ça a beaucoup plus de sens comme ça.
    Ça ne veut pas dire que je ne suis pas conscient de ce que fait l'APRIL mais il y a
    beaucoup d'associations qui font déjà beaucoup de travail en région et il faut faire
    attention à ne pas les ignorer.

    C'était un coup de gueule :-)

    Christophe

    • [^] # Re: Je ne pense pas être d'accord avec cet appel

      Posté par . Évalué à 5.

      En gros que l'APRIL soit aussi une fédération d'associations pour le libre...
      L'idée me semble bonne, il ne reste plus qu'à la mettre en pratique et la, je ne pense pas que ca soit aussi simple.
    • [^] # Re: Je ne pense pas être d'accord avec cet appel

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      C'est parisiano-parisien l'APRIL ?
      Je ne pense pas... Par contre il y a aussi des assos locales à Paris comme ailleurs, et je ne pense pas qu'adhérer à 2 associations soit une hérésie si on en a les moyens et l'envie.

      En parlant des différentes façon de défendre et promouvoir le logiciel libre... Il y a aussi l'AFUL.
      http://www.aful.org/association/adhesion
      http://www.aful.org/association/differences-aful-april

      (commentaire posté par un adhérent à rien)
      • [^] # Re: Je ne pense pas être d'accord avec cet appel

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Je dois avouer que pour un observateur extérieur, la différence entre AFUL et APRIL est loin d'être évidente (même après avoir lu la page) et que la première chose qui vient à l'esprit est : "mais pourquoi 2 assocs ?"
        • [^] # Re: Je ne pense pas être d'accord avec cet appel

          Posté par . Évalué à 5.

          Je dois avouer que pour un observateur extérieur, la différence entre Ubuntu et Debian est loin d'être évidente (même après avoir lu la page) et que la première chose qui vient à l'esprit est : "mais pourquoi 2 distributions ?"

          Je dois avouer que pour un observateur extérieur, la différence entre Gnome et KDE est loin d'être évidente (même après avoir lu la page) et que la première chose qui vient à l'esprit est : "mais pourquoi 2 bureaux ?"

          Je dois avouer que pour un observateur extérieur, la différence entre Windows et Linux est loin d'être évidente (même après avoir lu la page) et que la première chose qui vient à l'esprit est : "mais pourquoi 2 systèmes ?"

          tu connais les réponses. je te crois même capable d'appréhender ce qui se cache derrière "Les actions des deux associations sont en général complémentaires même s'il arrive qu'elles se chevauchent."
        • [^] # Re: Je ne pense pas être d'accord avec cet appel

          Posté par . Évalué à 1.

          Pour moi les 2 associations ont toutes les deux leurs raisons d'être:
          - C'est 2 façon différentes de défendre le libre.
          - Donc 2 sons de cloches, mais qui vont dans le même sens.
          - 2 modes de fonctionnement différents.
          - 2 équipes (CA) différentes.

          Bref c'est comme les gestionnaires de fenêtres (Kde, gnome, ion, xfce ....) Il faut du choix pour que tout le monde y trouve sa place.

          L'Aful n'ayant pas de permanent, l'association est certe moins visible sur la place publique. Mais la discrétion permet parfois d'atteindre un objectif plus facilement.

          Le jour, ou il ne sera plus nécessaire de "défendre les logiciels libres" on pourra alors se poser la question sur la pertinance de 2 associations.
          • [^] # Re: Je ne pense pas être d'accord avec cet appel

            Posté par . Évalué à 4.

            Le fait que l'APRIL communique sur ses actions (forcément beaucoup plus nombreuses car ayant des permanents) ne signifie en rien qu'elle communique sur toutes ses actions.

            Il y a un grand nombre d'actions de sensibilisation, et disons le mot, d'influence qui ne peuvent être rendus publics, tout du moins immédiatement. Cela nuirait à leur efficacité sur l'instant.

            Par contre, l'APRIL s'impose la transparence quant aux positions qu'elle défend (par exemple l'APRIL ne défendra jamais les DRM libres, même discrètement).

            Christophe Espern, chargé de mission APRIL
    • [^] # Re: Je ne pense pas être d'accord avec cet appel

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Je comprends ton point de vue, et je partage ton analyse sur l'importance des associations locales.

      Le problème, c'est que vis à vis des instances représentatives, des médias et face aux lobbies divers et variés, il faut AUSSI un mouvement puissant et qui fait office d'interlocuteur, de consultant, de groupe de pression.

      Les différents GUL ne représentent, à eux seuls, rien ou si peu vis à vis d'un gouvernement par exemple.
      Même dans le cas d'une action concertée, cela sera toujours moins convaincant et plus consommateur d'énergie que d'avoir une association qui regroupe un grand nombre d'adhérents, avec en conséquence des moyens financiers qui permettent d'entreprendre des actions plus importantes ou sur le long terme. Sans parler de la crédibilité associée.

      Donc je crois que Stallman à raison : il faut adhérer, même avec une contribution modique, ne serait-ce que pour l'effet statistique. Il faut un grand parti qui regroupe tous les talents Non je me trompe de débat là ;-)
    • [^] # Re: Je ne pense pas être d'accord avec cet appel

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      En gros, ce que tu veux dire c'est qu'il ne faut pas adhérer si c'est pour ne rien faire dans l'association ? Je suis assez d'accord, il vaut mieux 500 adhérents actifs que 2000 adhérents dont 1900 totalements inactifs. (Bien que du point de vue de l'association, de nombreuses adhésions signifie des revenues importants)

      Cependant, je pense qu'il faut plutôt voir cet appel comme "Vous utilisez des logiciels libres, vous dites à vos amis qu'ils devraient essayer des logiciels libres et peut-être même que vous en développez ... Pourquoi ne pas essayer de rejoindre une association pour qu'on fasse ça ensemble ?"

      Après, que ce soit l'APRIL où une autre, ça a peu d'importance. L'idée s'est juste de se bouger :)
      • [^] # Re: Je ne pense pas être d'accord avec cet appel

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        Il vaut mieux 5000 adhérents et 50 actifs que 500 adhérents et 50 actifs...

        Et puis passer de quelques centaines à quelques milliers augmente très fortement la probabilité que des membres inactifs se retrouvent un jour en capacité de s'activer, non ?

        Adhérer pour simplement apporter son "+1" au nombre de ceux qui soutiennent nos actions et les valeurs que nous défendons est déja beaucoup.
    • [^] # Re: Je ne pense pas être d'accord avec cet appel

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Bonjour,


      Je pense qu'il faut redescendre sur terre et arrêter de penser que Paris est le centre du monde.


      Paris n'est pas le centre du monde et on peut très bien promouvoir et défendre le libre et les biens communs informationnels depuis le fin fond de la Creuse ou les îles Kerguelen. Par exemple, je suis le secrétaire de l'APRIL et j'habite à Toulouse. 3 autres membres du CA de l'APRIL habitent en province (à Toulouse, Grenoble et Digne les Bains).

      Par contre, il est une vérité que vous ne pouvez pas nier : la Présidence de la République, le gouvernement, l'Assemblée Nationale, le Sénat, le Conseil d'Etat, le Conseil Constitutionnel, le CSPLA et bien d'autres institutions sont sises à Paris. Que vous le vouliez ou non, au niveau national, l'essentiel des décisions politiques, législatives et économiques sont donc prises à Paris et c'est là que tout se joue, même s'il est effectivement possible de sensibiliser un député en amont dans sa circonscription (ce que j'invite chacun à faire).

      Comme il est plus simple de rencontrer nos interlocuteurs et d'agir en étant sur place plutôt qu'aux antipodes, les permanents de l'APRIL et les trois quarts du CA habitent à Paris ou en Ile de France. Je ne vois rien d'hégémonique ou de choquant là dedans, c'est du simple bon sens.

      Maintenant, il est tout aussi légitime qu'une association qui prétend agir au niveau national souhaite s'appuyer sur une base d'adhérents répartie sur tout le territoire et lance donc une campagne d'adhésion d'envergure nationale. J'imagine d'ailleurs la volée de bois vert que se prendrait l'APRIL s'il en allait autrement.

      Contrairement à ce que vous semblez croire, l'appartenance à une association nationale n'empêche nullement un investissement local. Par exemple, certains membres de l'APRIL, très actifs au sein de l'association toulousaine Toulibre, le démontrent brillamment.

      Par contre, si les associations de proximité doivent exister et, pour certaines, effectuent un travail de sensibilisation remarquable, jamais leur action ne remplacera celle de l'APRIL (et vice versa). Pour se limiter à l'actualité, donnez-moi le nom d'un LUG qui ait déposé un recours en annulation devant le Conseil d'Etat. Donnez-moi le nom d'un LUG qui participe au FDI ou à la commission de l'AFNOR en charge de l'étude du format OpenXML. Donnez-moi le nom d'un LUG qui ait obtenu la position officielle des candidats à la présidence vis à vis du logiciel libre, de l'interopérabilité, des brevets, etc. Donnez-moi le nom d'un LUG qui participe au SMSI (Sommet Mondial de la Société de l'Information). Il n'en existe pas car jamais une association de vingt personnes n'obtiendra de poste dans ces instances ou ne sera même consultée par elles.

      Quant à l'adhésion des associations en lieu et place de leurs adhérents, ce n'est réellement pas une perspective séduisante puisque, au delà d'un gain de représentativité, le but de cette campagne est de collecter des fonds pour financer nos permanents. La plupart des associations de proximité ayant un budget très limité paient une cotisation symbolique de 10 ou 20 euros quand elles ne demandent tout simplement pas à être exemptées. Sachant qu'en moyenne, un particulier qui adhère à l'APRIL verse spontanément plus, vous devinez qu'il est bien plus intéressant pour l'APRIL que les gens adhèrent individuellement.

      Ce qui se joue, ce n'est pas l'existence d'une association nationale au détriment d'une centaine d'associations locales, c'est la consolidation d'un acteur capable de promouvoir et de défendre le logiciel libre et les biens communs informationnels auprès de nos industriels, de nos élus et de nos institutions. Pour ce faire, nous devons doter l'APRIL des moyens à la hauteur des enjeux.

      Cordialement,

      Sébastien Dinot, secrétaire de l'APRIL
      • [^] # Re: Je ne pense pas être d'accord avec cet appel

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        C'est une question de point de vue et la façon dont on considère la signification d'une adhésion. Je considère plus important l'adhésion à des idées que l'adhésion à des actions. Et donc partant de là, adhérer à plusieurs associations, ça n'est pas naturel.
        Probablement que beaucoup de personnes, aussi, ne connaissent pas l'APRIL dans les LUG et donc je pense que la différence entre un LUG et l'APRIL peut paraître floue.
        Certains adhèrent par exemple juste une fois parce qu'on leur aura aidé à installer linux mais pour eux, c'est une adhésion de remerciement.
        J'essaie juste de faire remonter les visions qui peuvent êtres ressenties ici ou là. Ça signifie peut-être un manque de communication vers les LUGs des actions de l'APRIL. Tout le monde ne fréquente pas les sites qui parlent des actions importantes.
        Comme je le disais un peu plus haut, je proposerais une idée de proposer aux LUGs de prévoir un coût d'adhésion en fonction du nombre d'adhérent et de communiquer pendant une adhésion que celle-ci contiendrait une participation à l'APRIL ou bien de proposer en même temps que l'adhésion à un LUG une adhésion à l'APRIL (avec transmission éventuelle d'une petite fiche d'explication).

        Christophe

        • [^] # Re: Je ne pense pas être d'accord avec cet appel

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          Heu ... en fait, l'APRIL à besoin également d'adhérents actifs, et le fait d'adhérer directement sans passer par un LUG permet de se faire entrainer par le dynamisme de l'association, donc amha ce n'est pas du tout le même acte, et par ailleurs je pense que l'adhésion à l'APRIL n'est en aucun cas incompatible avec celle à un GnuUG. D'ailleurs la plupart des adhérents de l'APRIL que je connais sont également adhérents à un GnuUG.

          D'ailleurs, l'APRIL a aussi besoin de bénévoles non adhérants ;-) voir : http://wiki.april.org/phpwiki/index.php/CorrespondantsCandid(...)

          Adhérer à l'April, ça vous tente ?

        • [^] # Re: Je ne pense pas être d'accord avec cet appel

          Posté par . Évalué à 3.

          «avec transmission éventuelle d'une petite fiche d'explication»

          C'est sûr, ca permettrait de rappeler que le P d'APRIL veut dire Promotion et non Paris.
        • [^] # Re: Je ne pense pas être d'accord avec cet appel

          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

          Je considère plus important l'adhésion à des idées que l'adhésion à des actions. Et donc partant de là, adhérer à plusieurs associations, ça n'est pas naturel.


          Désolé mais je n'entrevois pas le raisonnement qui vous amène à conclure que l'adhésion à plusieurs associations a quelque chose d'incongru. L'APRIL est une association de promotion du logiciel libre comme Toulibre ou PostgreSQLFr. Les actions et réalisations de ces trois associations sont différentes et ne s'adressent pas au même public mais les trois sont nécessaires et complémentaires et, surtout, poursuivent le même but : la promotion du logiciel libre. Parce que les trois m'intéressent pour des raisons bien différentes, je suis membre des trois et je n'y vois point d'incohérence. Ce n'est pas comme si j'avais simultanément adhéré à l'UMP, à l'UDF et au PS.

          Probablement que beaucoup de personnes, aussi, ne connaissent pas l'APRIL dans les LUG et donc je pense que la différence entre un LUG et l'APRIL peut paraître floue.


          Que peu de membres des associations de proximité connaissent l'action, voire l'existence de l'APRIL, c'est un fait. Nous en sommes conscients et nous avons donc multiplié ces derniers mois les contacts avec les acteurs locaux. Ceci étant, la presse et les sites spécialisés ont largement relayé et commenté les actions de l'APRIL ces dernières années et il devient difficile de ne pas avoir entendu parler des initiatives EUCD.INFO ou Candidats.fr ou du recours en annulation devant le Conseil d'Etat. Dès lors, si une personne n'arrive pas à faire la différence avec le LUG dont elle est membre, je crains de ne rien pouvoir faire pour elle.

          Ça signifie peut-être un manque de communication vers les LUGs des actions de l'APRIL.


          L'année dernière encore je vous aurais donné raison mais ce n'est plus vrai. Jérémie Zimmermann, « vice-président communautés » de l'APRIL n'a pas ménagé ses efforts depuis janvier 2006. De très nombreuses associations locales ont été contactées et nous nous sommes déplacés souvent pour présenter l'APRIL à leurs membres. Et ces efforts vont au delà de la stricte communauté du libre. Par exemple, vendredi dernier encore, Lionel Allorge et Loïc Dayot, membres du CA de l'APRIL, se sont rendus à la Coupe de France de Robotique pour y présenter l'association.

          Tout le monde ne fréquente pas les sites qui parlent des actions importantes.


          Heureusement pour nous (et c'est une de nos victoires), nos actions ne sont pas relayées que par les sites spécialisés. Par exemple, je ne sais combien de fois au cours de l'année écoulée le journal Le Monde a fait mention de l'APRIL. Le magazine 01 Informatique a fait la une de son numéro 1881 sur les dix ans de l'APRIL. Des magazines comme Linux Magazine France parlent régulièrement de nos actions. Et quiconque a déjà entendu parler des RMLL, de Solutions Linux ou de Paris Capitale du Libre doit avoir entendu parler de l'APRIL.

          Cordialement,

          Sébastien Dinot, secrétaire de l'APRIL
    • [^] # Re: Je ne pense pas être d'accord avec cet appel

      Posté par . Évalué à 2.

    • [^] # Re: Moi si !

      Posté par . Évalué à 2.

      moi, je suis déjà adhérent d'une association locale pour la promotion des logiciels libres et je fais du mieux que je peux. Mais si RMS demande d'adhèrer à APRIL, j'adhère.

      Depuis quelques mois, j'ai pu constaté le travail actif de APRIL pour les causes du logiciel libre. Ca mérite un coup de pouce d'encouragement.
      Et puis visiblement pour adhèrer, c'est vraiment un jeu d'enfant.
      3mn et c'est réglé.

      j'aime bien l'accent américain de RMS quand il explique aux français que le logiciel libre ça veut dire :
      liberté - égalité - fraternité (avec l'accent please)
  • # C'est FAIT !

    Posté par . Évalué à 7.

    Confirmation d'adhesion.
    ========================
    M. lambda,

    Nous avons le plaisir de vous annoncer que votre demande d'adhésion à notre
    association, a été acceptée par notre conseil d'administration.

    \o/
    Déja la liste de diff` est bien active :)
    • [^] # Re: C'est FAIT !

      Posté par . Évalué à 4.

      Je plussoie ta confirmation d'adhésion en y joignant la mienne :

      Confirmation d'adhésion APRIL
      Association pour la Promotion et la Recherche en Informatique Libre
      Sébastien Dinot, secretaire@april.org
      le 02/05/2007


      Et je cite :
      ...l'accroissement des contraintes légales et réglementaires a des impacts sur le développement, l'avenir du logiciel libre et sur l'activité des différents acteurs du monde du logiciel libre (développeurs, utilisateurs, entreprises, administrations...). Nous avons besoin de nous impliquer dans les cercles où sont élaborées les politiques en matière de TIC, de droit d'auteur, de brevet...
      Qui mieux que des permanents affutés de l'APRIL peuvent faire ce travail ?
      Sûrement pas moi, mais si mes quelques euros et mon nom sur une liste peuvent y contribuer alors je signe sans tergiverser autour de mon engagement plus ou moins futile, mes idées ou mes actions...
  • # Je "plussoie" l'appel

    Posté par . Évalué à 4.

    Un titre un peu "poil à gratter" rapport aux commentaires précédents.

    Le libre a besoin d'être audible et fort, c'est le seul moyen d'orienter la politque.
    Si cela doit passer par un lobby, bien que je n'aime pas ce mot, et tout ce qu'il représente, j'estime pour ma part que cela en vaut la peine.

    Alors vu que je soutient les objectifs de l'APRIL, et que je suis libriste convaincu, j'adhère.

    J'insiste sur le fait que je trouve cela triste (devoir exercer une pression, qu'elle soit statistiques, électorale, de nuisance -> rayer la mention inutile - liste non exhaustive) il faut agir, j'agit.
    • [^] # Re: Je "plussoie" ton plussoyage de l'appel

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Une petite précision : l'APRIL peut être vu d'une certaine façon comme un lobby citoyen (quoi que encore, faut voir ...), mais elle n'exerce pas de pression : elle rassemble sous des valeurs commune (celles du logiciel libre).
      C'est la différence entre un lobby qui agit pour l'intérêt général, et d'autres, qui agissent pour des intérêts autocaritatifs.

      Adhérer à l'April, ça vous tente ?

      • [^] # Re: Je "plussoie" ton plussoyage de l'appel

        Posté par . Évalué à 2.

        Bonjour,

        Je voulais immédiatement adhérer (effet "tête de gondole" :) ), mais je trouve les renseignements exigés trop nombreux et trop confidentiels ; je pense qu'ils devraient se limiter aux renseignements obligatoires exigés par la loi de 1901 et, pour le reste, laisser chacun communiquer, à son gré, d'autres renseignements. Sinon, c'est un peu en contradiction, me semble-t-il, avec la philosophie soustendant l'ensemble.

        Je leur ai envoyé un mail disant la même chose, et j'attends une correction du formulaire avant d'adhérer.

        linuxment,

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.