ScummVM dans des jeux Atari, au mépris de la GPL

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g.
Tags : aucun
57
25
juin
2009
Pirate
Plusieurs jeux publiés par Atari sur Wii utilisent l'interpréteur de jeu ScummVM, sans respecter sa licence GPL. Le code source n'est pas disponible, et aucune mention n'est faite de ScummVM ou de ses auteurs dans la documentation ou sur les sites web de l'éditeur.

Après enquête, il s'avère que c'est une filiale d'un sous-sous-traitant -- Mistic Software -- qui a utilisé ScummVM sans prévenir, probablement pour réduire les coûts de développement.

Au bout de quelques mois de conflit et de négociations, un accord a été conclu sans recours au système judiciaire : Mistic Software ne reconnaît pas avoir violé le copyright des auteurs de ScummVM, mais Atari arrête la distribution de ces jeux, les frais juridiques sont remboursés, accompagnés d'une donation conséquente à la FSF. Le communiqué de presse publié sur le site de ScummVM le 16 juin était quelque peu lapidaire et manquait de détail. Et pour cause : il était le fruit d'âpres négociations entre avocats, qui ont cherché un compromis satisfaisant toutes les parties.

Face aux rumeurs plus ou moins délirantes qui commençaient paraît-il à circuler, Sev, un des co-développeurs de ScummVM, est sorti de son silence et a publié sur son blog personnel un article donnant autant de détail que possible sur cette affaire. C'est cet article qui sert de source à ce qui va suivre.

Quelques présentations et explications préalables s'imposent toutefois.

Dans les années 80 et jusqu'au début des années 90, le PC n'avait pas encore écrasé de son hégémonie l'univers de l'ordinateur personnel ; une foule d'architectures 8 bits et 16 bits maintenant légendaires se partageaient un marché très fragmenté et fluctuant. Face à ce chaos, les éditeurs n'avaient en gros que deux choix : réécrire leurs jeux à partir de zéro pour chaque machine suffisamment populaire, ou utiliser des techniques de machine virtuelle pour minimiser et optimiser ce travail. Autant les jeux d'arcade, de sport et de combat exigeaient souvent le premier choix ; autant les jeux d'aventure et d'énigmes avaient beaucoup à gagner du second.

C'est ainsi qu'un grand nombre de jeux d'aventures maintenant mythiques étaient en fait écrits pour des machines virtuelles. Chaque grand éditeur avait la sienne, et chaque machine virtuelle était portée sur le plus grand nombre d'architectures possible.

ScummVM est un projet open-source mature, sous licence GPL, qui vise à ré-implémenter ces machines virtuelles, afin de pouvoir jouer à ces jeux en utilisant leurs données d'origine, sur toute sorte d'ordinateur moderne. Il tire son nom d'une des plus célèbres de ces machines virtuelles, SCUMM de Lucas Arts, utilisée pour les jeux légendaires que sont Maniac Mansion, Monkey Island, Day of the Tentacle, etc.

Cette ré-implémentation ne se fait pas sans difficulté ou sans tensions juridiques. Certaines machines virtuelles sont en effet encore utilisées de nos jours pour des petites productions, notamment chez Humongous Entertainment, qui a publié ces dernières années plusieurs titres destinés aux enfants. De plus, les machines virtuelles n'étant généralement pas documentées, la solution la plus viable consiste souvent à faire de l'ingénierie à rebours, ce qui n'est pas illégal, mais souvent mal vu et difficile à défendre.

Mais revenons à notre affaire.

Les auteurs de ScummVM, bien entendu, sont à l'affut de tout jeu utilisant des machines virtuelles. L'annonce par Humongous Entertainment (maintenant filiale d'Atari) qu'il allait publier certains de ses jeux SCUMM sur la Wii a bien sûr retenu leur attention. Deux sources de confiance les ont toutefois surpris en leur affirmant que les jeux utilisaient directement ScummVM. S'étant procuré les jeux, ils ont vu qu'aucune mention n'était faite d'eux et de leur projet. Ils les ont alors désossés, et ont pu confirmer que c'était bien ScummVM qui était utilisé, dans sa version 0.9.0, notamment grâce aux nombreuses chaînes de caractères contenues dans les exécutables. De plus, ils ont pu mettre en évidence un bug visuel dans un des jeux, bug qui était présent dans la version 0.9.0 et qui a été corrigé ensuite.

Une enquête a donc été mené pour essayer de comprendre ce qu'il s'était passé. Humongous Entertainment (Atari), avait confié le développement à un partenaire de longue date, Majesco Entertainment. Celui-ci avait sous-traité ces projets à Mistic Software, une entreprise canadienne, qui a fait faire le codage par sa filiale ukrainienne ! Manifestement, la filiale a décidé de gagner du temps et de l'argent en ne codant pas à zéro un interpréteur SCUMM pour la Wii, mais en se contentant de porter ScummVM sur cette nouvelle architecture au moyen du SDK de la Wii, le tout sans prévenir qui que ce soit.

Les auteurs de ScummVM, quelques peu énervés, voulant voir la GPL respectée (un port sur Wii, c'est intéressant quand même !), ont contacté gpl-violations.org, qui leur a fourni un avocat.

Le premier contact avec Atari s'est fait sur un ton très défensif de leur part : déni complet, vu qu'ils découvraient l'affaire et se voyaient déjà dans un procès avec demande de millions à la clé.

Une fois la situation expliquée, et notamment voyant que les auteurs ne demandaient finalement que l'application de la GPL, les négociations se sont engagées : ajout d'autocollants sur les boîtes de jeux déjà imprimées, ajout des mentions de copyright sur les futures copies, diverses pistes de ce genre été évoquées.

Tout s'est bloqué toutefois quand les avocats d'Atari ont re-découvert certains articles des contrats de Nintendo, notamment celui du SDK de la Wii, qui interdisent l'utilisation du moindre produit open-source avec celui-ci, et qui interdisent la publication en open-source des projets faits avec le SDK de la Wii. Non seulement Atari se retrouvait avec une violation de copyright sur les bras, mais également avec une violation de contrat !

D'autres pistes ont alors été envisagées, tel que l'achat d'une licence ScummVM, mais cela a été estimé irréalisable. De plus, les avocats d'Atari, pour ne pas se laisser écraser dans la négociation, ont fait comprendre qu'en cas de procès, la légalité de ScummVM, notamment son utilisation de l'ingénierie à rebours, serait mise sur la table et examinée avec un très grand zèle.

Au final, personne n'ayant rien à gagner d'un procès, un compromis a été négocié. Atari peut écouler le stock de jeux existant, mais sur une durée limitée, avec obligation de détruire le stock restant, et paiement de grosses indemnités en cas de non-respect de ces contraintes ou en cas de ré-édition. Toute utilisation de ScummVM dans de futurs projets doit être portée à la connaissance de ses auteurs. Atari fait un don significatif à la Free Software Foundation, et paie les frais juridiques avancés par GPL Violations. Par contre, les deux auteurs principaux de ScummVM (Fingolfin et cyx) s'engagent à ne rien dire sur l'affaire en dehors du communiqué convenu. (Et c'est donc Sev qui s'est permis de donner le détail, n'étant engagé à rien.)

Une affaire quelque peu amère pour tout le monde, donc.
  • # Hypocrisie

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Ça a le don de m'énerver ces sociétés produisant du logiciel propriétaire sous copyright restrictif mais crache sur la license GPL car le soft est facilement téléchargeable.

    Merci à gpl-violations donc.
    • [^] # Re: Hypocrisie

      Posté par . Évalué à -6.

      d'un autre côté (même si j'apprécie bien entendu scummvm et que cela n'excuse pas ce qui a été fait par le sous-sous-traitant), ce n'est pas évident non plus que le copyright des machines virtuelles réimplémentées par scummvm autorise l'ingénierie inversée.

      Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

      • [^] # Re: Hypocrisie

        Posté par . Évalué à 10.

        Ce n'est pas plutôt à la loi d'autoriser ou interdire l'ingénierie inversée ?
        • [^] # Re: Hypocrisie

          Posté par . Évalué à 10.

          La loi l'autorise explicitement. C'est la mis en oeuvre qui est complexe car on tombe rapidement dans les problèmes de copyright si tu recopies du code décompilé.

          Pour éviter les problèmes, il doit y avoir 2 équipes, l'une qui fait une doc par reverse et une autre qui code avec cette doc.

          "La première sécurité est la liberté"

          • [^] # Re: Hypocrisie

            Posté par . Évalué à 2.

            La loi... de quel pays ? Je ne suis pas sûr que tous les développeurs de ScummVM aient tout le temps bossé en France ;-)

            Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

            • [^] # Re: Hypocrisie

              Posté par . Évalué à 2.

              certe :)

              Je pense que c'est le cas en Europe mais aussi au US.

              "La première sécurité est la liberté"

              • [^] # Re: Hypocrisie

                Posté par (page perso) . Évalué à 9.

                Non ce n'est pas le cas aux USA, mais c'est le cas en Allemagne.

                J'ai oublié de le préciser dans la dépêche, mais c'est en Allemagne que le conflit a eu lieu. Le jeu est distribué en Allemagne, et la loi allemande permet l'ingénierie à rebours, ce qui a mis les auteurs de ScummVM en position de force.
                • [^] # Re: Hypocrisie

                  Posté par . Évalué à -3.

                  ok, mais après reste à voir si c'est autorisé de réimplémenter des machines virtuelles ou des technologies soumises à copyright (cf. le cas des mp3, sous licence Fraunhofer)

                  Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

                  • [^] # Re: Hypocrisie

                    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

                    Le MP3 est sous brevet, là on parle de copyright et ça fait une grosse différence ! (mais peut-être que des brevets planent sur ces machines virtuelles ça je n'en sais rien)
                  • [^] # Re: Hypocrisie

                    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                    Le droit d'auteur n'offre aucun monopole sur des technologies, il offre un monopole sur des œuvres.

                    En europe tu n'as pas de licence à payer pour implémenter un logiciel qui lit du mp3. Par contre il me semble que c'est le cas lorsque tu graves les algos en dur dans du matos.
          • [^] # Re: Hypocrisie

            Posté par . Évalué à 5.

            Pour éviter les problèmes, il doit y avoir 2 équipes, l'une qui fait une doc par reverse et une autre qui code avec cette doc.

            Oui, c'est le clean room design (ou chinese wall technique) : http://en.wikipedia.org/wiki/Clean_room_design
      • [^] # Re: Hypocrisie

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Mon commentaire était plus général que le cas de ScummVM, prenons busybox qui n'est pas de l'ingéniérie inversée.
    • [^] # Re: Hypocrisie

      Posté par . Évalué à 3.

      oui mais la Atari ne savait pas. C'est la boite ukrainienne qui a merdé. Et vu comme la bas on doit d'assoir sur le copyright... Je parle en connaissance de cause: il est tres facile de se procurer des soft pirates, et ce n'est meme pas caché. Alors la notion de copyright est toute relative. Les développeurs de la filiale de la filiale ont surtout vu comment il pouvait pondre un truc vite et sans trop se casser la tête. Voila ce que c'est de ne pas controller le code source qui est livré!
      • [^] # Re: Hypocrisie

        Posté par . Évalué à 10.

        quand tu fais appel a un prestataire foireux (d'un pays ou les regles sont notoirement foireuses ou bafoué), tu n'a qu'a t'en prendre a toi même.

        on demande bien a nike de surveiller ses prestataires en inde pour qu'ils ne fasse travailler les enfants, c'est bien que c'est aussi de la responsabilité du donneur d'ordre.

        Ensuite le donneur d'ordre il signe un contrat avec le prestataire pour s'abriter de ce genre de mesaventures, s'il ne l'a pas fait c'est tans pis pour lui.

        Oui, parceque c'est effectivement plus facile de trouver un prest pas cher, si tu ferme les yeux et que tu ne lui demande pas (par contrat) de prendre ses reponsabilités en cas de pepins).
        Forcement avec ce genre de precaution, ca va couter plus cher au donneur d'ordre, mais faut savoir ce qu'on veux, hein! on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre.
        • [^] # Re: Hypocrisie

          Posté par . Évalué à 2.

          exactement! Ca rejoint un peu le triangle - fast - good - cheap - (rapide, bien, pas cher). Tu ne peux pas avoir tout en même temps.
          http://www.sixside.com/fast_good_cheap.asp
        • [^] # Re: Hypocrisie

          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

          Ceci dit, Atari le sait manifestement très bien, quand on voit l'accord final qui a été atteint. Globalement, ils s'écrasent et payent cher.

          Nulle part on ne voit qu'ils méprisent la GPL. Ils ont merdé dans leur processus de production, je pense qu'ils en tireront les conséquences. Heureusement pour eux, c'était un petit jeu, pas une grosse production. (Qu'on imagine mieux surveillée et moins sous-traitée.)

          On ne sait pas s'ils vont se retourner vers leurs sous-traitants pour ensuite demander une indemnisation, mais j'estime que c'est très probable.
        • [^] # Re: Hypocrisie

          Posté par . Évalué à 3.

          Cela dit, quand on voit le nombre de sous traitants sur cette affaire, j'ai un gros doute sur le "pas cher"...

          Atari aurait ptet mieux fait d'embaucher des types pour dev ça en interne... (même si la violation de GPL n'avait pas eu lieu)
        • [^] # Re: Hypocrisie

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          >> quand tu fais appel a un prestataire foireux (d'un pays ou les regles sont notoirement foireuses ou bafoué), tu n'a qu'a t'en prendre a toi même.

          Réaction classique du boutonneux de base.

          Je trouve qu'Atari et GPL Violation ont très bien réagit dans l'affaire. Intelligement, et en respect des 2 parties.

          Etre trahi par un sous traitant sur la qualité d'un travail, ca arrive même aux meilleurs. Ceux qui gèrent à titre pro des soustraitant savent de quoi je parle. Ceux qui ont fait venir un artisan chez eux peuvent aussi le comprendre.

          Un jour, ca t'arrivera, tu n'auras qu'a t'en prendre a toi même.
  • # Les suites à craindre

    Posté par (page perso) . Évalué à -9.

    Et ça s'arrêterait là ? Nintendo ne dit rien et accepte que le jeu continue de se vendre pendant une brève période ? Ça m'étonne un peu.

    Les suites que j'imagine :
    1) nintendo bannit le développeur mistic software et fait de la rétention contre les éditeurs qui ont trempé dans l'affaire (nintendo, majesco). Nintendo a besoin d'atari et majesco mais ils peuvent être plus durs pour la cession de licences de sorties de jeux sur leurs consoles.
    2) nintendo fait pression sur telltale games qui vient de sortir monkey islands sur wii et convainct ubisoft qui vient de sortir les chevaliers de Baphomet sur DS de porter plainte contre l'équipe de scummvm.
    3) le procès ruinant l'équipe de scummvm et la fsf, avant la fin de celui-ci, nintendo acquiert scummvm et le fait disparaître de la face du monde libre pour l'utiliser et confier le développement des ports de jeux d'aventure à une filiale de confiance.
    4) tout le monde est malheureux à cause d'une bourde initialement rattrapable d'une petite équipe de développement pour un jeu inconnu et surtout à cause d'un contrat hallucinant que le fabricant de consoles signe avec les éditeurs de jeux.
    • [^] # Re: Les suites à craindre

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Nintendo n'attaquera ni scummVM, ni la FSF pour une raison trés simple: ils n'ont pas d'argent.

      D'autre part, le reverse engineering est parfaitement légal, aussi longtemps que les développeurs peuvent montrer qu'ils n'ont pas été en contact avec le code de SCUMM, mais étant donnée la nature de SCUMM (Lucasarts n'est pas une entreprise de logiciels libres), il est tres peu probable qu'ils aient été exposés.
      • [^] # Re: Les suites à craindre

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        Le reverse engineering est parfaitement légal en Allemagne et en France, mais au Japon et aux États-Unis, non.
        • [^] # Re: Les suites à craindre

          Posté par . Évalué à 2.

          effectivement la dépêche indique : De plus, les avocats d'Atari, pour ne pas se laisser écraser dans la négociation, ont fait comprendre qu'en cas de procès, la légalité de ScummVM, notamment son utilisation de l'ingénierie à rebours, serait mise sur la table et examinée avec un très grand zèle.

          donc visiblement il y a quand même des moyens de pression qui pourraient être exercés sur ScummVM à cause de cela.

          Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

          • [^] # Re: Les suites à craindre

            Posté par . Évalué à 4.

            Du bluf.

            D'une part parce que le reverse engineering à vocation d'interroperabilité est authorisé aux USA tant qu'il ne tombe pas sous la coupe de la DMCA. Ce qui n'est pas le cas de scummvm.

            D'autre part parce qu'il n'est pas distribué ni développé spécifiquement aux Etats-Unis. Les developpeurs viennent du monde entier.

            Enfin si c'était répréhensible, Atari resterait toujours en faute d'avoir distribué aux USA le-dit produit illégal.

            Donc non ils ne pouvaient pas s'engager dans ce terrain la manifestement.
            • [^] # Re: Les suites à craindre

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Heu, toute cette affaire s'est jouée en Allemagne hein. Rien à voir avec les États-Unis d'Amérique.

              Et ce n'était pas du bluff : les avocats d'Atari avaient moyen de sérieusement gêner leurs adversaires, de leur donner de sérieux maux de tête et sueurs froides, de leur coûter très cher en avocats et autres frais judiciaires. Ils n'auraient probablement pas gagné au final, mais c'était un combat que les auteurs de ScummVM n'avait manifestement aucune envie de mener.
              • [^] # Re: Les suites à craindre

                Posté par . Évalué à 5.

                Et tu trouves ça bien que Justice ne soit pas rendue parce que des mecs ont réussi à intimider des auteurs pour des raisons de paperasse/argent ?
                • [^] # Re: Les suites à craindre

                  Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                  C'est quoi cette histoire de justice à rendre ? Pourquoi les auteurs iraient-ils se prendre les coups d'épée d'une justice aveugle juste pour le plaisir de ressortir ensanglantés mais dans leur droit ? Là, ils sont ressortis certes un petit peu muselés (dans une négociation, tout le monde doit faire un pas vers l'autre), mais en ayant obtenu d'Atari beaucoup de choses, vu la situation.

                  Pour moi la morale et l'éthique ont été respectées, et la justice n'a pas eu à intervenir, ce qui tombe bien vu qu'elle avait probablement d'autres chats à fouetter.
                  • [^] # Re: Les suites à craindre

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    Mais enfin, la justice ce n'est pas que la sentence des coups de fouets !

                    ->[]
                  • [^] # Re: Les suites à craindre

                    Posté par . Évalué à 0.

                    C'est quoi cette histoire de justice à rendre ? Pourquoi les auteurs iraient-ils se prendre les coups d'épée d'une justice aveugle juste pour le plaisir de ressortir ensanglantés mais dans leur droit ?
                    Ressortir ensanglantés ? C'est quoi le trip, là ? C'est juste faire respecter ses droits et rendre justice. Quel coup d'épée se prendront-ils ? De l'intimidation (ils l'ont déjà été à priori), de la paperasse, de l'argent, mais au final, ils auront la satisfaction d'avoir "gagné".

                    Là, ils sont ressortis certes un petit peu muselés (dans une négociation, tout le monde doit faire un pas vers l'autre), mais en ayant obtenu d'Atari beaucoup de choses, vu la situation.
                    Nan mais j'hallucine ! "un petit peu muselés", tu trouves ça normal ?! On est en démocratie ou quoi ? Quelqu'un qui m'interdit de parler, je ne trouve pas ça un arrangement normal dans nos pays occidentaux. Et "un pas vers l'autre", c'est quoi le deal ? On file un tout petit peu d'argent à la FSF (ridicule par rapport à ce qu'ils se sont fait avec le jeu) et en échange les libristes se font enculer bien profond. Tu trouves ça équitable ? Es-tu si pessimiste dans les rapports de force entre les deux parties ? "beaucoup de chose vu la situation", c'est un mensonge énorme.

                    Si ton problème c'est que la Justice est pourrie, c'est un autre débat, et je voudrais bien en parler un autre jour, mais si tes conclusions c'est qu'au final il faut se laisser faire, bah je vais venir te péter la gueule et te menacer si tu balances aux flics. On verra de quel côté est la Justice.

                    Pour moi la morale et l'éthique ont été respectées, et la justice n'a pas eu à intervenir, ce qui tombe bien vu qu'elle avait probablement d'autres chats à fouetter.
                    Bon, je n'ai même pas envie de répondre tellement tu m'énerves. "morale et éthique respectées", c'est une blague ?
                    Quant aux autre chats à fouetter, oui c'est sur il y a plus grave dans la vie de tous les jours, mais je suis contre le nivellement pas le bas.

                    Aujourd'hui, beaucoup de boîtes se sucrent sur le dos du libre car personne n'a osé faire un procès. Le jour où il y aura jurisprudence, ils feront moins les malins, mais j'ai peur que ce jour ne tarde à arriver.
                    • [^] # Re: Les suites à craindre

                      Posté par (page perso) . Évalué à -1.

                      Le jour où il y aura jurisprudence, ils feront moins les malins, mais j'ai peur que ce jour ne tarde à arriver.
                      Pour qu'il y ai jurisprudence, il faut qu'il y ai un procès qui arrive au bout. Et si possible en cassation.
                      Or, grâce à nos admirables magistrats, la justice est plus proche du jeu de hasard que d'un processus logique. Ceci implique que, même dans ton bon droit, tu es fortement susceptible d'être débouté ou condamné.

                      Exemple tout frais d'avant hier: si tu es un bailleur privé, la justice se contrefout de ton cas si un locataire te doit plus d'un an de loyer, sans parler de la caution et des dégradations. Affaire classée sans suite, c'est à dire qu'ils s'en foutent à 200%. Si tu es un organisme officiel dans la même situation (organisme en situation de bailleur), ô magie, il y a même la gendarmerie qui intervient pour retrouver le vilain impécunieux... qui ne doit que deux mois.
          • [^] # Re: Les suites à craindre

            Posté par . Évalué à 4.

            Tout comme SCO exercait des pressions sur les utilisateurs de Linux... Ca a pas trop bien marche, il me semble.
      • [^] # Re: Les suites à craindre

        Posté par . Évalué à 10.

        Nintendo n'attaquera ni scummVM, ni la FSF pour une raison trés simple: ils n'ont pas d'argent.

        Ils n'attaqueront pas en premier lieu parce qu'ils n'y sont pas autorisés. Comme le rappellait il y a quelques temps maître Eolas, en matière de droit nul n'est autorisé à demander justice au nom de quelqu'un d'autre (cf sociétés de recouvrement bidon). Scumm, le logiciel original, appartient à Lucas Arts. Donc seul Lucas Arts pourrait porter plainte. L'équipe de ScummVM n'a pas touché à quoi que ce soit qui appartienne à Nintendo. Il travaillent par reverse engineering sur les anciens jeux LucasArts.
        Le seul point qui concerne Nintendo est une éventuelle rupture de contrat mais ça ne concerne que Nintendo et l'éditeur. ScummVM n'a rien à voir la dedans.
    • [^] # Re: Les suites à craindre

      Posté par . Évalué à 7.

      3) le procès ruinant l'équipe de scummvm et la fsf, avant la fin de celui-ci, nintendo acquiert scummvm et le fait disparaître de la face du monde libre pour l'utiliser et confier le développement des ports de jeux d'aventure à une filiale de confiance.

      quand on veut parler de GPL, on lit la GPL, on la comprend et on évite d'écrire ce que tu viens d'écrire, il en va de la crédibilité de ton propos et de ce site.
      • [^] # Re: Les suites à craindre

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        La gpl n'empêche personne d'acquérir le projet (il suffit que les développeurs ou leurs ayant-droits acceptent de vendre). Les développeurs n'ayant manifestement pas les reins pour supporter un procès, ils se sont écrasés tout de suite, donc je doute que le projet survive énormément si un autre qu'atari s'y met.
        Après, les versions actuelles resteront bien sur libres, mais un projet libre que ses développeurs principaux n'osent plus développer, c'est un projet mort.

        Évidemment mon scénario n'est pas réaliste, mais il n'est pas irréalisable.
  • # ScummVM et Android

    Posté par . Évalué à 7.

    Merci pour cet dépêche tout d' abord :)

    Les afficionados de ce type de jeux pourront trouver une verison de ScummVM pour la plateforme Android, et ainsi jouer à tout les jeux dont ils disposent pour cette plateforme, issus de LucasArt, mais également de quelques autres :p ... le tout sur leur HTC G1 et HTC Magic et Samsung (ainsi que sur netbook Moblin bientôt)

    La page du market sur ce projet (ainsi que la page visible depuis le téléphone) est parfaitement explicite sur le projet et son origine, ainsi que la license utilisée pour cela, enfin une note sur les rom.
  • # Nintendo

    Posté par . Évalué à 4.

    C'est sans doute une question débile, mais quel est l'intérêt pour Nintendo de refuser la publication en open-source de code utilisant son SDK ? (et est-ce bien valide comme clause ?)
    • [^] # Re: Nintendo

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Le SDK n'est pas payant?

      « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

    • [^] # Re: Nintendo

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      La GPL interdit bien de lier un code avec un autre qui ne respecte pas certaines conditions. Il est tout à fait plausible qu'une licence interdise de lier du code avec du code non propriétaire.

      Vois ça comme une anti-GPL.

      Bien que je ne voie pas l'interêt de ce genre de licence, ça doit bien exister pour faire fuire toute la communauté du libre
      • [^] # Re: Nintendo

        Posté par . Évalué à 3.

        "certaines conditions", pour la GPL, c'est que le code soit GPL. Une condition encore moins ouverte que "votre code ne doit pas être open-source", à mon avis.

        Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

        • [^] # Re: Nintendo

          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

          Pas d'accord, tu peux lier du GPL et du BSD, donc ton interprétation de ces "conditions" n'est pas la bonne. La licence du logiciel tiers doit être compatible avec la GPL, c'est à dire respecter les 4 règles du logiciel libre.

          C'est pas encore vendredi donc j'arrête ici
          • [^] # Re: Nintendo

            Posté par . Évalué à 3.

            Je comprends pas l'anglais, alors, parce que le point 2b de la GPL (v2) me semble très clair. (le gras est de moi)
            You must cause any work that you distribute or publish, that in whole or in part contains or is derived from the Program or any part thereof, to be licensed as a whole at no charge to all third parties under the terms of this License.

            Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

            • [^] # Re: Nintendo

              Posté par . Évalué à 2.

              je ne pense pas qu'il y ait de contradiction. Tu peux redistribuer sous GPL un code sous BSD. Il te suffit :
              a) de le dire
              b) de respecter la BSD
              c) de respecter la GPL
              • [^] # Re: Nintendo

                Posté par . Évalué à 3.

                je ne pense pas qu'il y ait de contradiction. Tu peux redistribuer sous GPL un code sous BSD.

                Certainement pas. On ne change pas les termes d'une licence sans le consentement de son auteur, notamment quand cette licence altère le mécanisme de distribution.
                • [^] # Re: Nintendo

                  Posté par . Évalué à 6.

                  je ne pense pas qu'il y ait de contradiction. Tu peux redistribuer sous GPL un code sous BSD.

                  Certainement pas.

                  Certainement que SI !

                  Si on peut redistribuer du code sous BSD sous licence propriétaire, ca m'etonnerait qu'on ne puisse pas le redistribuer sous GPL.
                  • [^] # Re: Nintendo

                    Posté par . Évalué à 1.

                    Si on peut redistribuer du code sous BSD sous licence propriétaire, ca m'etonnerait qu'on ne puisse pas le redistribuer sous GPL.

                    Je répète: non.

                    D'abord, le code n'est pas redistribué sous licence propriétaire, il est redistribué sous une forme compatible avec ce que dit la licence BSD. A aucun moment la licence ne change, mais seulement la forme sous lequel le code est distribué. Ca n'en change pas la licence pour le bout de code BSD.

                    Ensuite, la BSD autorise à ne pas fournir les sources, ce qui est le cas pour ce que tu appelles du "propriétaire". Suivant sa version, elle peut faire l'objet d'une clause de publicité ou pas; c'est pas parce que la licence n'est pas dument mentionnée qu'elle a subitement changé.

                    Je répète: on ne peut pas distribuer du code BSD sous licence GPL. Au mieux, tu peux fournir du code sous licence BSD dans un projet GPL, mais ca ne veut pas dire pour autant que le code assujetti à la BSD a été GPLisé.
                    • [^] # Re: Nintendo

                      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                      Le code original reste bien sûr disponible sous licence BSD, mais le code dérivé peut être sous n'importe quelle licence (y compris propriétaire), tant que les éventuelles obligations de la licence BSD sont respectées (clause de publicité).
                      • [^] # Re: Nintendo

                        Posté par . Évalué à 2.

                        Le code original reste bien sûr disponible sous licence BSD, mais le code dérivé peut être sous n'importe quelle licence (y compris propriétaire), tant que les éventuelles obligations de la licence BSD sont respectées (clause de publicité).

                        Si le code est modifié, cela devient une oeuvre collaborative. Dans ce régime, seul le "nouveau" code pourra être distribué sous une licence compatible avec la BSD (GPL incluse), mais l'ancienne partie du code garde la licence d'origine et reste sous licence BSD, sauf autorisation des autres auteurs/créateurs.

                        Libre à celui de distribuer l'ensemble sous des termes différents et plus restrictifs, pour autant:
                        - la licence de la "vieille" partie ne change pas.
                        - il faut parler de code "mixte distribué sous BSD et GPL", et non de code "distribué sous GPL", ou de code "distribué sous GPL ou BSD."
                        • [^] # Re: Nintendo

                          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                          Ça, c'est l'interprétation de de Raadt, mais elle est bizarre. La licence BSD dit en gros : redistribuez sous forme source ou binaire en conservant cet avis. Donc cette licence (et la loi aussi) autorise à redistribuer sous forme source en conservant l'avis de licence et en y ajoutant : il est interdit de modifier ce code sous peine de poursuites.

                          Si aucune modification n'a été apportée, on peut quand même modifier l'œuvre originale, sous BSD pure, qui contient le même code. Si une modification a été apportée, la nouvelle licence interdit de modificer l'œuvre modifiée.
                          • [^] # Re: Nintendo

                            Posté par . Évalué à 1.

                            Si aucune modification n'a été apportée, on peut quand même modifier l'œuvre originale, sous BSD pure, qui contient le même code.

                            Exactement

                            Si une modification a été apportée, la nouvelle licence interdit de modificer l'œuvre modifiée.

                            Non, ça c'est une spécialité américaine. En France (et pour pratiquement le reste de l'Europe), il n'y a pas de droit d'intégrité pour le logiciel, comme prévu par la convention de Berne. Il ne peut s'opposer à une modification que s'il peut justifier d'un préjudice moral ou une atteinte à son honneur.

                            En l'état, c'est difficile à tenir en matière de logiciel, parce que la modification vise généralement à corriger ou étendre des fonctionnalités, ce qui a _priori_ n'est pas un préjudice. Le seul préjudice pourrait être financier, mais dans ce cas, c'est du ressort des droits patrimoniaux.
                  • [^] # Re: Nintendo

                    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                    En fait c'est plus subtile que ça. Tu ne changes pas la licence, et la licence BSD exige que la licence BSD reste avec toute distribution de source (ou quel soit écrite dans un document accompagnant le logiciel dans le cas d'une distribution binaire). En revanche, rien ne t'interdit d'ajouter la GPL (ou une licence proprio) en plus de la BSD.
                  • [^] # Re: Nintendo

                    Posté par . Évalué à 2.

                    C'est la licence MIT (http://fr.wikipedia.org/wiki/MIT_License ) (encore plus permissive) qui autorise la "sublicense", le changement de licence, pas les licences BSD.
                • [^] # Re: Nintendo

                  Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                  Si si, tant que c'est autorisé par la licence d'origine. Tu peux même redistribuer sous licence propriétaire un code sous BSD, Microsoft l'a souvent fait.
                  • [^] # Re: Nintendo

                    Posté par . Évalué à 6.

                    Non, tu ne peux pas redistribuer du code sous BSD avec une licence propriétaire. Par contre, un binaire, oui.

                    Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

                    • [^] # Re: Nintendo

                      Posté par . Évalué à 1.

                      '' Le code sous licence BSD peut être publié sous licence GPL sans le consentement des auteurs originaux puisque les termes de la GPL respectent tous ceux de la licence BSD ''

                      Extrait de http://www.acimflo.com/LogicielsLibres/index.php?include=lic(...)
                      • [^] # Re: Nintendo

                        Posté par . Évalué à 3.

                        Oui. Et jusqu'à preuve du contraire, la GPL n'est pas une licence propriétaire.
                        Tu peux publier du code BSD sous BSD+GPL. Mais ça n'a pas d'intérêt, car tu dois laisser obligatoirement la BSD (et donc, on pourra toujours en faire un binaire propriétaire)

                        Redistributions of source code must retain the above copyright notice, this list of conditions and the following disclaimer.

                        Extrait de la licence BSD...

                        Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

                        • [^] # Re: Nintendo

                          Posté par . Évalué à 2.

                          Si tu dérives d'un code BSD, tu peux très bien publier toutes tes modifs sous licence GPL. Évidemment que le code original reste sous BSD, et alors ? N'importe qui peut de toute manière le télécharger depuis son emplacement d'origine (dans 99% des cas, cad quand les codes sont publiés en libre accès sur Internet), donc ça serait assez inutile de chercher à changer la licence d'un code sous BSD...
                        • [^] # Re: Nintendo

                          Posté par . Évalué à 2.

                          attention BSD+GPL, c'est différent du dual licencing (genre mozilla en GPL ou MPL ou...). En dual licensing tu choisis, celle que tu veux. Pas en BSD+GPl, ou les conditions s'additionnent.

                          "La première sécurité est la liberté"

                      • [^] # Re: Nintendo

                        Posté par . Évalué à 1.

                        Tiens, moi j'ai un lien qui dit le contraire:

                        http://www.linuxtoday.com/news_story.php3?ltsn=2007-09-04-02(...)
                        • [^] # Re: Nintendo

                          Posté par . Évalué à 1.

                          Du coup, j'ai du mal à comprendre.

                          On imagine, je prend un soft en BSD, je fais des modifications et je veux en fait un soft sous GPL.

                          Possible ou non ?

                          Je croyais que oui mais en lisant tout cela j'ai un doute.
                          • [^] # Re: Nintendo

                            Posté par (page perso) . Évalué à 8.

                            Tu peux ajouter la GPL aux entêtes, mais tu ne peux pas enlever le texte de la BSD. Donc ensuite il faut respecter les deux licences. Comme toutes les contraintes de la BSD sont approximativement comprises dans la GPL, ça reviens à dire que tu dois alors respecter la GPL. En effet en respectant la GPL, tu respecteras aussi la BSD (mis à part le fait de citer aussi la GPL).

                            Note que c'est différent d'une licence double ou tu as le choix entre l'une ou l'autre.
      • [^] # Re: Nintendo

        Posté par . Évalué à 5.

        C'est beaucoup plus complexe que ça.

        Il est parfaitement interdit de faire une licence qui introduit des restrictions sur l'utilisation d'éléments externe.

        La GPL contrôle simplement la licence des "derivative form of work" en gros tout ce qui ne peut exister qu'avec la lib GPL. Par exemple, les drivers proprio NVIDIA sont légaux car il existe une version windows ce n'est donc pas un logiciel qui necessite absolument un bout de code GPL.

        Je pense que le SDK de Wii utilise la même astuce. Mais vu que ScummVM existe par ailleurs sous d'autres architectures, je ne pense pas que la clause peut tenir.

        "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Re: Nintendo

          Posté par (page perso) . Évalué à -1.

          Ca ne tient pas debout ce que tu dis. Par exemple, java ou la libc de windows ne sont pas libres du tout, néanmoins, on peut parfaitement faire des logiciels libres avec.

          Si un développeur veut porter un logiciel libre sur wii, je ne vois pas en quoi cela compromet ni leur SDK, ni leur matériel.

          La seule chose qu'un logiciel libre compromettrait sur wii, c'est la puissance d'enfermement de nintendo, c'est á dire qu'ils ne pourraient plus bannir le jeu s'ils ne l'aiment pas, ou le faire sombrer dans l'oubli quand ils sortiront leur prochaine console.
          • [^] # Re: Nintendo

            Posté par . Évalué à 5.

            Ca ne tient pas debout ce que tu dis. Par exemple, java ou la libc de windows ne sont pas libres du tout, néanmoins, on peut parfaitement faire des logiciels libres avec.<:I>

            Et cela démontre quoi ? Qu'il y a une clause qui l'autorise dans leur licence...

            "La première sécurité est la liberté"

          • [^] # Re: Nintendo

            Posté par . Évalué à 3.

            java ou la libc de windows ne sont pas libres du tout

            Ah bon, Java n'est pas libre ? Ce n'est pourtant pas ce que me dit Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Java_(langage)#Passage_sous_lic(...) , ou alors j'ai rien compris ?!
          • [^] # Re: Nintendo

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            la libc de windows
            On voit tout de suite que tu sais de quoi tu parles :-)
            La libc de Windows porte le nom de "yennapa".
        • [^] # Re: Nintendo

          Posté par . Évalué à 2.

          La GPL contrôle simplement la licence des derivative form of work

          Comme l'a dit Richard Stallman : « Copyright also covers use of a work as part of a larger combined work. »

          Quand un programme utilise une librairie, il est possible de voir l'ensemble comme un collective work, ou une compilation, au sens américain de ces termes (pour ce qui concerne le copyright). Voir http://www.copyright.gov/title17/92chap1.html#101

          On peut soutenir que si la librairie est sous GPL, l'ensemble ne peut être distribué que sous GPL même si aucun derivative work ne peut être mis en évidence.

          Par exemple, les drivers proprio NVIDIA sont légaux car il existe une version windows ce n'est donc pas un logiciel qui necessite absolument un bout de code GPL.

          Le fait qu'un driver pour Linux comporte un blob qui existe à l'identique dans une version Windows ne dit à mon avis rien sur la légalité de sa distribution. Si le blob est distribué avec un wrapper spécifique au noyau, il me paraîtrait logique que des auteurs du dit noyau demandent à ce que l'ensemble soit distribué sous GPL.
          • [^] # Re: Nintendo

            Posté par . Évalué à 2.

            Comme l'a dit Richard Stallman : « Copyright also covers use of a work as part of a larger combined work. »

            Cela veut juste dire que tu ne peux pas changer la licence d'un bout de code GPL parce qu'il ferait parti d'un ensemble plus grand.

            Le wrapper Nvidia est open source justement. Mais je suis d'accord que l'on est à la limite.

            "La première sécurité est la liberté"

            • [^] # Re: Nintendo

              Posté par . Évalué à 0.

              Cela veut juste dire que tu ne peux pas changer la licence d'un bout de code GPL parce qu'il ferait parti d'un ensemble plus grand.

              Pas du tout. Ma citation de Stallman est extraite d'un thread de 2004 dans debian-legal : http://lists.debian.org/debian-legal/2004/05/msg00379.html

              Le contexte est bel et bien la licence qu'il convient d'appliquer à l'ensemble plus grand, si une de ses parties est sous GPL.

              D'ailleurs, dans sa seule autre intervention dans le thread, il précise :

              The idea that « glue code » makes it ok to combine GPL-covered code with non-free code has no basis in the GPL. The GPL applies to the entire combination of code that is combined into a larger program.
              • [^] # Re: Nintendo

                Posté par . Évalué à 2.

                Ce qui compte ce n'est pas la glue mais l'indépendance du développement du blob (type système de fichier d'un autre OS, driver d'un autre OS).

                "La première sécurité est la liberté"

                • [^] # Re: Nintendo

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Ce qui compte ce n'est pas la glue mais l'indépendance du développement du blob (type système de fichier d'un autre OS, driver d'un autre OS).

                  Ce qui compte pour quoi faire ?

                  Si la glue est sous GPL, une redistribution de la glue et du blob sans ses sources est illégale, d'après l'auteur même du texte de la GPL. Maintenant si tu n'es pas d'accord avec ça, merci d'argumenter avec des références.
                  • [^] # Re: Nintendo

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Les arguments sont ceux développé depuis des années concernant la légalité ("grise") des modules proprio sous Linux. Si tu veux des infos, cherches toi même.

                    "La première sécurité est la liberté"

                    • [^] # Re: Nintendo

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Les arguments sont ceux développé depuis des années concernant la légalité («grise») des modules proprio sous Linux. Si tu veux des infos, cherches toi même

                      Un certain Greg Kroah-Hartman a me semble-t-il une opinion assez simple : un module pour le kernel est une œuvre dérivée. Il doit donc être distribué sous GPL, avec tous les sources. Que ce module comporte une partie qui ne soit elle même en rien reliée au kernel linux est parfaitement sans importance : si on veut distribuer le module, il faut aussi fournir les sources de cette partie. Si on ne veut pas ou si on ne peut pas fournir ces sources, et bien on ne distribue pas le module, tout simplement.

                      Je maintiens donc que le fait qu'un bout de code ait d'abord été écrit il y a 4 lustres pour l'OS Tartempion est hors sujet. Si Greg KH a raison, ce code doit être distribué sous GPL quand il l'est distribué en tant que module pour le kernel. Si Greg KH a tort, les modules binaires sont légaux, même s'ils ont été entièrement conçus et écrits pour le kernel Linux.
                      • [^] # Re: Nintendo

                        Posté par . Évalué à 3.

                        Un certain Linux torvalds pense différemment.

                        Si Greg KH a tort, les modules binaires sont légaux, même s'ils ont été entièrement conçus et écrits pour le kernel Linux.

                        Je ne vois pas d'où tu sors cette conclusion.

                        "La première sécurité est la liberté"

                        • [^] # Re: Nintendo

                          Posté par . Évalué à 1.

                          Un certain Linus Torvalds pense différemment.

                          Si j'ai bien tout compris, il dit qu'un module pour le kernel est une œuvre dérivée de ce dernier, et ne peut donc être distribuée que sous GPL, mais considère la partie «binaire» des drivers nvidia comme un cas de mere aggregation. Si on peut parler de mere aggregation quand on distribue les deux parties d'un driver nvidia, l'une libre l'autre propriétaire, alors la clause 2-b de la GPLv2 est une sorte de mauvaise plaisanterie et il devient possible de distribuer des programmes mélangeant du code GPL avec du code propriétaire.

                          Si Greg KH a tort, les modules binaires sont légaux, même s'ils ont été entièrement conçus et écrits pour le kernel Linux.
                          Je ne vois pas d'où tu sors cette conclusion.

                          Je parts du principe que s'il est légal de distribuer un driver nvidia, c'est qu'aucune partie de ce driver n'est une œuvre dérivée du kernel.

                          S'il suffit d'exhiber un bout de code soit disant antérieur ou multi-plateforme pour pouvoir invoquer la mere aggregation, la GPL est vidée de sa substance (et le résultat final est le même).

                          En résumé, soit la distribution d'un driver nvidia est illégale, soit la signification concrète de la GPLv2 est très différente de tout ce qu'a toujours affirmé la FSF.
                          • [^] # Re: Nintendo

                            Posté par . Évalué à 2.

                            C'est beaucoup moins tranché que ça.

                            L'obligation de propagation de la licence provient de la définition "derivative form of work", en gros que ton programme est dérivé du premier, c'est la seul manière possible qu'une licence influence la licence d'un autre programme.

                            Un programme qui existait avant un autre ne peut être dérivé du 2ième !

                            De plus la contrainte s'applique sur l'ensemble, ton exemple concernant un "bout de code" n'est pas valide. Une des manières de voir la dépendance est l'utilisation de fonctionnalité du noyau qui clairement prouve une dépendance et donc la transmission de la GPL, d'où la définition de certain appel noyau comme étant GPL only.

                            D'où le cas limite du driver nvidia qui provient en majorité du monde MS avec avec forcément quelques particularismes pour fonctionner sous Linux.


                            Je parts du principe que s'il est légal de distribuer un driver nvidia, c'est qu'aucune partie de ce driver n'est une œuvre dérivée du kernel.


                            Il existe un wrapper GPL.

                            "La première sécurité est la liberté"

                            • [^] # Re: Nintendo

                              Posté par . Évalué à 1.

                              L'obligation de propagation de la licence provient de la définition 'derivative form of work', en gros que ton programme est dérivé du premier, c'est la seul manière possible qu'une licence influence la licence d'un autre programme.

                              D'après RMS, c'est faux, et je ne sais pas quoi dire : ça fait plusieurs fois dans cette enfilade que je répète des arguments qui me semblent assez basiques. Le texte de la GPLv2 est claire. Va relire le section 2 : si tu distribues une œuvre dont une partie est dérivée d'un œuvre sous GPL, toute l'œuvre doit être distribuée sous GPL. Le fait qu'une autre partie de l'œuvre provienne d'ailleurs, sous une autre licence, sans dérivation, n'a pas d'importance. Si un driver nvidia est une œuvre formant un tout, et qu'une partie de cette œuvre est dérivée du kernel, alors une distribution de l'œuvre sans la disponibilité de certains sources est illégale. C'est quand même un des principes de base de la GPL. Si on peux s'abstenir de fournir un bout de source d'un programme sous prétexte qu'on l'a d'abord codé pour Windows, la GPL devient une véritable passoire.

                              Exemple: j'ai sous les yeux les sources d'un programme propriétaire. Si je le porte sous Linux en utilisant une librairie XML sous GPL, une librairie de trace sous GPL et un toolkit graphique sous GPL, je n'aurais pas à fournir les sources du cœur de mon produit, simplement en disant : ce sont mes sources, ils viennent de la version Windows, la GPL ne me concerne pas ?????

                              Un programme qui existait avant un autre ne peut être dérivé du 2ième !

                              Personne n'a dit qu'il l'était !

                              (ce n'est pas le sujet, en fait)

                              Je parts du principe que s'il est légal de distribuer un driver nvidia, c'est qu'aucune partie de ce driver n'est une œuvre dérivée du kernel.
                              Il existe un wrapper GPL.

                              Et d'après Greg KH et Linus Torvalds, ce wrapper est une œuvre dérivée du kernel, et doit donc être distribué sous GPL. Le fait est qu'il EST distribué sous GPL, donc je ne vois pas pourquoi tu le rappelles...

                              On ne parle pas de ça, on parle de la licence de distribution de l'œuvre constituée du wrapper et du blob.
                              • [^] # Re: Nintendo

                                Posté par . Évalué à 2.

                                La GPL repose sur les lois d'auteurs, pour le principe du 'derivative form of work', je me fous de la GPL, ce qui compte c'est la loi, la GPL ne peut pas aller plus loin.


                                Exemple: j'ai sous les yeux les sources d'un programme propriétaire. Si je le porte sous Linux en utilisant une librairie XML sous GPL, une librairie de trace sous GPL et un toolkit graphique sous GPL, je n'aurais pas à fournir les sources du cœur de mon produit, simplement en disant : ce sont mes sources, ils viennent de la version Windows, la GPL ne me concerne pas ?????


                                Ou est-ce que j'ai écris ça ? Dans ton exemple, il est claire et évident qu'il s'agit d'un travail dérivé puisque tu utilises les fonctions fournis par les libs en question!


                                Un programme qui existait avant un autre ne peut être dérivé du 2ième !
                                Personne n'a dit qu'il l'était !


                                Si toi, indirectement. Si j'insiste sur le 'derivative form of work', c'est que c'est la base juridique du copyleft de la GPL. Si tu es hors de son cadre, la GPL ne s'applique pas.

                                "La première sécurité est la liberté"

                                • [^] # Re: Nintendo

                                  Posté par . Évalué à 0.

                                  La GPL repose sur les lois d'auteurs, pour le principe du 'derivative form of work', je me fous de la GPL, ce qui compte c'est la loi, la GPL ne peut pas aller plus loin.

                                  Tout le monde est d'accord avec ça.

                                  Mais le copyright (la loi) donne aussi le droit à l'auteur d'un code d'exiger qu'un programme contenant une partie dérivée soit distribuée intégralement sous GPL, même les parties non dérivées (c'est en tout cas ce qu'affirme RMS).

                                  Exemple: j'ai sous les yeux les sources d'un programme propriétaire. Si je le porte sous Linux en utilisant une librairie XML sous GPL, une librairie de trace sous GPL et un toolkit graphique sous GPL, je n'aurais pas à fournir les sources du cœur de mon produit, simplement en disant : ce sont mes sources, ils viennent de la version Windows, la GPL ne me concerne pas ?????
                                  Ou est-ce que j'ai écris ça ? Dans ton exemple, il est claire et évident qu'il s'agit d'un travail dérivé puisque tu utilises les fonctions fournis par les libs en question!

                                  Bof. Mettons que je livre les sources d'un wrapper sous GPL , qui appelle les librairies sous GPL, et que je livre aussi un blob en disant que ça c'est mon code qui vient de Windows, et qu'il n'est pas dérivé de je ne sais quelle librairie GPL, et que je n'ai pas à fournir les sources.

                                  Un programme qui existait avant un autre ne peut être dérivé du 2ième !
                                  Personne n'a dit qu'il l'était !

                                  Si toi, indirectement.
                                  Non. Je n'ai jamais dit ça, ni directement, ni indirectement. Mais je redis que le copyright te permet de choisir les conditions de distribution d'une œuvre contenant une œuvre dérivée et d'autres choses non dérivées.
                  • [^] # Re: Nintendo

                    Posté par . Évalué à 3.

                    La glue est sous LGPL il me semble, ce qui change un peu le problème.

                    L'indépendance du blob sert à faire valoir que ce n'est pas un travail dérivé d'un bout de soft GPL, mais bien un programme séparé, et donc qui n'est pas concerné par les restrictions de la GPL.

                    Notez que cette interprétation est celle de Linus, et n'est peut-être pas partagée par tout le monde.
                    • [^] # Re: Nintendo

                      Posté par . Évalué à 0.

                      L'indépendance du blob sert à faire valoir que ce n'est pas un travail dérivé d'un bout de soft GPL, mais bien un programme séparé, et donc qui n'est pas concerné par les restrictions de la GPL.

                      Je cite une nouvelle fois RMS : Copyright also covers use of a work as part of a larger combined work.

                      Si une œuvre est composée de deux parties A et B, et si la partie A est une œuvre dérivée d'une œuvre C sous GPL, alors la distribution de l'œuvre A+B ne peut se faire que sous GPL. Le fait que l'œuvre B vienne de Mars sous licence TrucMuche est sans importance.
              • [^] # Re: Nintendo

                Posté par . Évalué à 1.

                La GPLv2 n'interdit pas de placer un bout de code exécutable dans l'espace d'adressage du kernel licencié GPLv2. Malheureusement, le binaire du driver nvidia est un code séparé sans doute n'utilisant que des structures de base (voire pas du tout d'infrastructure du kernel du tout) qui n'est jamais linké au noyau ni au compile time, ni au runtime (*). La GPLv2 est bel et bien impuissante devant ça.

                (*) L'opération d'édition des liens est une opération bien spécifique qui patche les adresses des symboles dans le code appelant une librairie ou un autre kernel module pour que les adresses entre les 2 sections exécutables coïncident. Le blob d'nvidia n'est pas du tout lié comme ça d'après ce que j'ai vu du code "source" de la partie gluecode.
                • [^] # Re: Nintendo

                  Posté par . Évalué à 1.

                  La GPLv2 est bel et bien impuissante devant ça.

                  Ha bon ?

                  Mais alors que signifie l'extrait ci-dessous de la clause 2 ?

                  These requirements apply to the modified work as a whole. If identifiable sections of that work are not derived from the Program, and can be reasonably considered independent and separate works in themselves, then this License, and its terms, do not apply to those sections when you distribute them as separate works. But when you distribute the same sections as part of a whole which is a work based on the Program, the distribution of the whole must be on the terms of this License, whose permissions for other licensees extend to the entire whole, and thus to each and every part regardless of who wrote it.

                  Thus, it is not the intent of this section to claim rights or contest your rights to work written entirely by you; rather, the intent is to exercise the right to control the distribution of derivative or collective works based on the Program.
          • [^] # Re: Nintendo

            Posté par . Évalué à 2.

            NVidia peut se permettre d'être super bordel line sur la distribution de drivers proprio pour Linux, car ils ne distribuent pas Linux.

            C'est très loin d'être le cas de tous les distributeurs de .ko binaires only...
      • [^] # Re: Nintendo

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Si tu ne voie pas l'intérêt de la licence Nintendo, pourquoi tu voie l'intérêt te la même close dans la GPL ?

        Dans le cadre de la GPL, ça bloque également l'innovation (à court terme uniquement ? peut être).

        C'est peut être HS, mais en ce moment le problème de licence qui m'embête le plus est celui de ZFS/Sun.
        A cause de la licence non-compatible avec la GPL (on va dire que c'est la faute à Sun...), ZFS ne peut être intégré dans le kernel linux, et on se retrouve avec un port sous FUSE ( [http://zfs-on-fuse.blogspot.com/] ).
        • [^] # Re: Nintendo

          Posté par . Évalué à 2.

          Que gagne nintendo à cette restriction ? Et c'est ça que j'aimerai comprendre (personnellement) : ils protègent quoi ?

          Je comprend une boite qui ne veux pas liberer son code, je comprend un individu qui souhaite "proteger" son travail en faisant un freeware ; mais là je ne vois pas l'interet d'interdire à sa propre console de faire tourner certains jeux.

          En fait en l'écrivant je viens de penser à un truc. L'idée c'est peut être :
          Éditeur : j'aimerai utiliser le travail de untel qui fait un travail libre
          Nintendo : Non pas possible
          É : Donc je dois réinventer la roue ?
          N : Mais non, utilisez notre solution proprietaire. PAssez donc voir le service facturation.
          • [^] # Re: Nintendo

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Que gagne nintendo à cette restriction ?
            Justement le fait que ne soit jamais publié du code Wii en OpenSource !

            Avec cette affaire, et si l'éditeur n'avait pas regardé le contrat qu'il avait avec Nintendo, la GPL a faillit faire publier du code !

            En interdisant la GPL (enfin les licences libres...), au moins on est sur de jamais se faire obliger à publier un bout de code...
            • [^] # Re: Nintendo

              Posté par . Évalué à 2.

              Mais Microsoft n'as jamais eu besoin d'interdir les logiciel libre sous windows pour ne pas avoir à publier leur code.

              La GPL a failli faire publier le code du logiciel de l'éditeur, mais à première vue, l'éditeur n'as pas du code à Nintendo, il a juste une documentation avec une liste de fonction. En plus avec du code libre BSD, il n'y aurait pas ce souci de redistribution. Et comme je ne pense pas les avocats de Nintendo "naïfs" je me dis qu'il doit y avoir un élément qui m'échappe.
              • [^] # Re: Nintendo

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Il me semble que l'API Windows est disponible gratuitement, donc MS n'a aucun intérêt à le protéger la publication de l'API. Nintendo ne veut donc pas qu'un jeu sorte et dévoile tout son SDK.

                « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

          • [^] # Re: Nintendo

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Nintendo protège sa plate-forme. Ils contrôlent qui publie des jeux dessus, et notamment la qualité de ces jeux. Il n'a pas oublié la catastrophe Atari des années 80, qui a coulé toute l'industrie du jeu vidéo, jusqu'à ce qu'un certain... Nintendo arrive sur le marché, avec un contrôle draconien sur ce qui pouvait être publié sur sa plate-forme.

            Par ailleurs, le code source de leur SDK contient probablement des portions qu'ils n'ont aucune envie de voir aller chez leurs concurrents, par exemple tout ce qui concerne la gestion de la Wiimote.

            Enfin, le code source du SDK contient également des éléments qui concerne la sécurité (signature des exécutables, connexion au réseau Nintendo), et n'a peut-être pas envie de les montrer à tout le monde. (Même si on c'est bien que ce n'est pas comme ça qu'on fait de la bonne sécurité.)
    • [^] # Re: Nintendo

      Posté par . Évalué à 2.

      je pense que Nintendo pense que cette clause permet de contrôler tout (ou presque tout) les développements fait sur sa console.

      mais si je me souviens bien le SDK est :
      - payant
      - vendu aux développeurs seulement après avoir présenté un projet accepté par Nintendo

      De plus en théorie seul les jeux publiés par Nintendo peuvent fonctionner sur la Wii

      Donc a première vu cette clause n'apporte rien. Après il y a peut-être quelques subtilités légales qui m'échappent.

      Enfin je pense que comme beaucoup de sociétés dans le monde il y a un gros problème de communication sur les différentes licences open-source. La plupart des sociétés (ou plutôt la plupart de leurs directions) que j'ai croisé dans mon travail confondent open-source et gratuité. Donc celles-ci ont peur de devoir distribuer leur logiciel gratuitement sur internet alors que la grande majorité de ces licences n'imposent pas cette gratuité.

      c'est une peur irrationnelle mais qui a dit que toutes décisions étaient rationnelles ?
      • [^] # Re: Nintendo

        Posté par (page perso) . Évalué à 8.

        Je ne pense pas que ce soit une peur irrationnelle ou une méconnaissance de l'open-source. Je pense qu'ils savent très bien ce qu'il en est et qu'ils ont décidé qu'ils n'en voulaient pas chez eux.

        C'est d'autant plus flagrant chez Sony, qui joue sur les deux tableaux, en jouant la carte Linux sur la PS3 d'un coté, et en étant aussi restrictif (sinon plus) quant à l'accès à son SDK de l'autre.

        Je ne doute pas une seule seconde qu'il y a une armée de juriste chez Nintendo et chez Sony qui connaissent les GPLs mieux que nous tous réunis et qui ont juste décidé qu'ils n'en voulaient pas chez eux, parce que le SDK, c'est les bijoux de familles, et les bijoux de familles, on ne laisse pas n'importe qui les tripoter (surtout pas avec vos gros doigts gras et open-source)
    • [^] # Re: Nintendo

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      A tord ou a raison, les fabricants de consoles considères leurs SDK comme un composant stratégique face à la concurrence. Nintendo et Sony (semble-t-il que MS est un peu plus laxiste...) ne laisseront personne approcher à moins d'un kilomètre de leur SDK sans qu'il ai montré patte blanche, signé 3 NDA et hypothéqué son âme à Satan. Autant dire qu'évoquer la GPL devant ces gens équivaut à mettre en doute la moralité de leur mamans.

      Dit autrement, de leur point de vue leur SDK fait partie de leur plus-value face à la concurrence et donc doit resté secret. L'interdiction explicite dans le contrat d'utiliser des softs GPL avec ce SDK est totalement cohérent avec cette politique.

      (je ne justifie pas de la pertinence de cette politique, j'explique juste.)
    • [^] # Re: Nintendo

      Posté par . Évalué à 2.

      > qui interdisent l'utilisation du moindre produit open-source avec celui-ci,

      Ce qui me choque le plus c'est ce passage là;
      En quoi Nintendo a le droit d'interdire l'utilisation d'élement opensource sur des jeux développés par un tiers ? (surtout quand on sait que certains morceaux de code viennent de projet opensource, je pense notamment à Call Of Juarez, certes non publié sur une console de big N)
      • [^] # Re: Nintendo

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Nintendo est propriétaire de l'environnement de développement (le SDK) indispensable au développement des jeux, il a le droit d'édicter les conditions qu'il veut.

        Ce que Nintendo craint, je pense, c'est que qu'un développeur tiers ayant lié du code du SDK a du code GPL, ils se retrouvent avec une demande de mise sous GPL du SDK, ce qu'ils ne veulent absolument pas.

        Pour pas se prendre la tête à analyser chaque licence, ils les interdisent toutes, et basta.
        • [^] # Re: Nintendo

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          À mon avis, c'est aussi pour ne pas que le SDK se retrouve publié à travers les sources d'un soft GPL. (Il suffirait d'un soft à la con qui appelle toutes les fonctions du SDK avec comme commentaire la description de la fonction).

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

          • [^] # Re: Nintendo

            Posté par . Évalué à 5.

            Nintendo, comme la plupart des fabricants de consoles, se méfie de tout ce qui est homebrew. Cette interdiction est, je pense, surtout lié au succès de tout ce qui est vintage ces dernières années : D'anciens jeux sont ressortis sur les nouvelles consoles via une couche d'émulation (cf les jeux PSX sur PSP). Investissement 0, biftons à gogo.
            Sauf qu'il existe un grand nombre d'émulateurs libres. Imagine que quelqu'un porte Snes9x ou autre sur Wii. Toute la logithèque des anciennes consoles d'un coup. Ce serait la fin d'un business model.
            • [^] # Re: Nintendo

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              euh ... faut se réveiller, sur la mienne j'ai une ému nes et je sais plus quoi (peut être mégadrive), la snes est très lente je crois
              • [^] # Re: Nintendo

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                Au contraire, la snes (via un port de snes9x justement) tourne admirablement bien sur wii.
            • [^] # Re: Nintendo

              Posté par . Évalué à 3.

              Je pense que c'est surtout lié aux royalties qu'ils touchent sur chaque jeu vendu sur leur console. Même avant la mode des "Console virtuelle" et autre revival, les homebrews étaient interdits.
      • [^] # Re: Nintendo

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        En quoi Nintendo a le droit de faire ça ?! C'est juste un contrat plutôt restrictif : si tu veux développer sur leurs consoles, tu t'assoies sur ton idéologie et tu respectes le contrat. Si cette clause est trop restrictive pour toi, oublie les plateformes de Nintendo. Libre à toi de choisir ce que tu veux...

        Perso, ce genre de clause me choque aussi mais comme dit plus haut, Nintendo a un modèle qui consiste à tout conserver secret. Accepter qu'un logiciel libre utilise le fameux SDK reviendrait à rendre publique son API avec tous les risques que cela comporte. Cqfd.

        mes 2¢
        • [^] # Re: Nintendo

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Bah tu peux aussi décider de refaire la doc de l'API par rétro ingénierie, après quoi tu pourrais développer des jeux sans avoir à respecter le contrat de nintendo.
          • [^] # Re: Nintendo

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Perso, je suppute qu'il y a aussi une jolie clause de non divulgation à propos de la doc ou de tout autre type d'informations.

            Bon, après, si on fait le choix de ne pas respecter le contrat et de divulguer des infos (peu importe la méthode), on devient aussi respectueux que les boites qui violent la GPL...

            On va arrêter les spéculations (on n'est pas encore vendredi;), y faudrait avoir un exemplaire du contrat de Nintendo.
          • [^] # Re: Nintendo

            Posté par . Évalué à 2.

            le probleme qui va se poser c'est au moment de les distribuer... :D

            Va falloir trouver:
            - un distributeur: pas le plus difficile, mais oublie les plus gros ils voudront pas bosser avec toi vu qu'ils distribuent/developpent probablement deja d'autres jeu pour Nintendo.
            - un presseur de DVD: oups la Wii demande un format un peu particulier, je suppose que Nintendo a soit des brevets, soit une license sur le format.
            - un moyen de montrer que c'est un jeu Wii sans utiliser les logos de Nintento sur la boite (huhu, ca va etre rigolo)


            GAME OVER, quoi...

            (sans compter que les jeux sont proteges a la base, donc il faut aussi soit obtenir le moyen de signer le jeu sans Nintento, ou distribuer sans protection: a voir si une Wii non pucee accepete le jeu).

            Sachant que les seuls que ca interesserait, c'est soit les devs homebrew (mais ils ont deja tout ca ou presque sans le SDK), soit des mecs pour faire du LL sur toutes les Wii, pas seulement celles avec une puce, l'interet est pas flagrant.
        • [^] # Re: Nintendo

          Posté par . Évalué à 1.

          Ca te choque que la licence d'une lib te force a ce que le code l'utilisant reste sous le meme genre de licence que la lib?

          Tu devrais donc etre choque par la GPL?

          Telle que je le voit, la licence du SDK nintendo est strong copyleft (mais pas libre du tout par contre): elle te force a rester sous les meme conditions que le sdk (definitions du copyleft).

          Bon c'est clairement pas libre du tout, mais le schema de fonctionnement est strictement le meme que celui de la GPL: on vous donne quelque chose, on a notre facon de voir la redistribution de code/binaire, alors si vous voulez l'utiliser, vous faites pareil que nous.
  • # Très intéressant !

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    C'est une situation juridique très intéressante et la façon dont se conclut l'affaire ne me semble pas amère. En effet un compromis a été trouvé au regard de la loi et le fait que la GPL s'impose une fois de plus comme un argument juridique recevable est une bonne nouvelle.

    Cette affaire est assez similaire à de nombreuses autres dans un tout autre domaine, par exemple la confection de vêtements, domaine où des montagnes de sous-traitants s'empilent. Dans notre affaire les faits ont été perpétrés par un sous-traitant d'un sous-traitant (si j'ai bien compris) et ce qu'a fait le sous-traitant était explicitement interdit par la maison-mère. À quand une charte des entreprises de jeux-vidéos responsables ? :)
    • [^] # Re: Très intéressant !

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Pour moi ca démontre exactement la raison d'être des logiciels libres, pourquoi s'emmerder avec des maux de têtes à cause de licences brevets etc. si on pouvait juste prendre un programme et faire ce qu'on veut avec?

      Trés intéressant en effet, et surtout révélateur du climat de plus en plus bouché du monde des développeurs.
  • # Homebrew

    Posté par . Évalué à 3.

    D'un point de vue juridique, c'est clair que c'est assez énervant de voir la GPL se faire transgresser à tout va. Si on ajoute à ça la politique de Nintendo, c'est totalement débile parce qu'une release du code source aurait été la solution idéale ( et obligatoire ! )

    Bon, ensuite, pour les personnes désirant avoir ScummVM, on peut le télécharger pour Wii directement sur le site officiel : http://www.scummvm.org/downloads en homebrew.
    • [^] # Re: Homebrew

      Posté par . Évalué à -2.

      Je me demande quand même comment ScummVM a géré les détails de l'affaire. Est-ce que quelqu'un sait comment les auteurs sont crédités? Est-ce qu'ils doivent céder leurs droits à ScummVM ou quelque chose comme ça? Dans le cas contraire, ça voudrait dire que tous les auteurs (devs principaux + auteurs des patches, des traductions etc) ont dû être contactés et donner leur accord pour le contrat, ce qui me semble difficilement réalisable (bien entendu, c'est plus facile avec un petit projet qu'avec un gros).

      Je trouve que l'issue du problème n'est pas vraiment réjouissante. Certes, il est maintenant démontré que la GPL avait le pouvoir d'inquiéter les grosses boites de dev, qui reconnaissent donc imlpicitement qu'elle est valide et qu'ils ont tout à perdre avant d'aller au procès. Malheureusement, le dénouement de l'affaire montre également qu'il est tout à fait possible de ne pas respecter la GPL si on arrive à soudoyer les devs. L'affaire a profité à qui? Aux devs, à la FSF; OK, c'est mieux que rien. Mais l'utilisateur? Le gusse qui a acheté le jeu, il a acheté un code GPL, et il peut toujours attendre pour obtenir les sources qui devraient lui être fournies de plein droit. L'utilisateur n'a absolument rien reçu en compensation de cette privation de liberté, et il ne doit cette privation qu'aux devs de ScummVM qui ont accepté contre monnaie sonnante et trébuchante de distribuer a posteriori leur code sous licence propriétaire. Pour moi, ça illustre plus une faille dans la GPL qu'une victoire du logiciel libre, et il m'aurait paru beaucoup plus intéressant d'avoir obtenu l'application des clauses de la GPL.
      • [^] # Re: Homebrew

        Posté par . Évalué à 7.

        Dans le cas contraire, ça voudrait dire que tous les auteurs (devs principaux + auteurs des patches, des traductions etc) ont dû être contactés et donner leur accord pour le contrat

        De quel contrat tu parles? Pas besoin de contacter tous les auteurs dans le cas qui nous preoccupe, les deux developpeurs concernes ont assez de code dans le coeur de ScummVM pour pouvoir porter plainte. Les autres contributeurs sont soit non concernes (pas de code dans le coeur ou dans le moteur SCUMM HE).

        si on arrive à soudoyer les devs. L'affaire a profité à qui? Aux devs, à la FSF; OK, c'est mieux que rien.

        Les devs n'ont pas touche d'argent. Ils n'ont pas demande quoi que ce soit (le projet a deja un peu d'argent de cote avec Google SoC). Atari a rembourse les avocats et fait un don a la FSF, c'est tout (cote argent).

        Mais l'utilisateur? Le gusse qui a acheté le jeu, il a acheté un code GPL, et il peut toujours attendre pour obtenir les sources qui devraient lui être fournies de plein droit.

        Si tu as achete le jeu et que tu estimes que tes droits ont ete baffoues, tu peux porter plainte contre Atari. Sinon, tu as droit a que dalle.

        ne doit cette privation qu'aux devs de ScummVM qui ont accepté contre monnaie sonnante et trébuchante de distribuer a posteriori leur code sous licence propriétaire.

        Avant de faire ce genre d'accusation minable, tu devrais peut-etre lire l'article et les liens. Il parait que ca aide a ne pas passez pour un con.
        • [^] # Re: Homebrew

          Posté par . Évalué à 2.

          De quel contrat tu parles?

          De ça: The rough details of the final settlement were... : l'accord ne concerne donc que deux devs, et pas les autres? Ce n'est pas clair du tout dans la dépêche. Est-ce qu'il y a d'autres auteurs? Est-ce qu'eux aussi se sont joint à la négociation qui s'est terminée par un accord (et pas un contrat, ok)? Est-ce que ces auteurs peuvent à leur tour menacer de porter plainte pour contrefaçon?

          Les devs n'ont pas touche d'argent.

          Oui c'est très clair, mais la question c'est "pourquoi"? La seule chose obtenue, c'est que le code sous GPL cesse d'être diffusé dans l'avenir. Ça me semble assez faible comme truc ; par ailleurs, de l'argent a bien transité, après, c'est un choix respectable que de tout donner à la FSF, je ne critique pas ça.

          Si tu as achete le jeu et que tu estimes que tes droits ont ete baffoues, tu peux porter plainte contre Atari. Sinon, tu as droit a que dalle.

          C'est exactement le but de mon commentaire : les devs ont obtenu le retrait progressif du jeu, la FSF a eu un peu d'argent, les utilisateurs ont eu que dalle. Je ne sous-estime pas du tout les problèmes juridiques en cause et le fait que les devs ont d'autres chats à fouetter que de défendre la GPL, mais au final, on est assez loin du compte, non? Des milliers de boites vont ou ont été vendues, des milliers de personnes ont acheté un code GPL et n'auront pas accès aux sources. Encore une fois, je comprends bien qu'il y avait des contraintes, et entre autres, qu'il est impossible de communiquer autour de ça et qu'on doive se baser sur des informations partielles. Mais franchement, je ne vois pas en quoi cet accord est réjouissant; la GPL elle dit : tu reprends du code, tu respectes la GPL, et il semble qu'Atari a préféré claquer un peu d'argent pour étouffer l'affaire (on peut discuter sur la notion d'"étouffer l'affaire", mais les clauses de "ferne ton bec" dans l'accord ressemblent furieusement à ça) plutôt que de respecter la GPL.

          Avant de faire ce genre d'accusation minable, tu devrais peut-etre lire l'article et les liens. Il parait que ca aide a ne pas passez pour un con.

          Ça ne sert à rien d'être insultant. La dépêche et les liens sont parfois contradictoires, et au final, il m'est très difficile de comprendre l'accord.

          * We do not need any money as a "bribe to keep silent" , mais: Fingolfin and cyx can post an agreed "press release." They are not allowed to talk more about it.: donc ils acceptent de la fermer sans même de contrepartie financière?

          * Atari could not "buy out" ScummVM from us , mais: There will be no single usage of ScummVM for any of upcoming games without our knowledge. : Ça veut dire que si les devs sont mis au courant, c'est OK? Dans quelle mesure c'est différent d'un accord de distribution (ou de la possibilité d'un accord potentiel)?

          * There is no possibility to double license ScummVM, at least SCUMM engine , mais There is a period of time in which all current copies have to be sold. : dans le principe, en quoi est-ce différent d'une licence propriétaire avec un terme?

          Au final, je suis d'accord avec Sev: Of course, we are not happy about this, as GPL is being violated. J'ai même l'impression que c'est pire; les devs n'ont pas eu les moyens de faire respecter la GPL malgré leur bonne foi et le fait qu'ils n'ont rien à se reprocher. Je maintiens la teneur de mon premier commentaire : au final, c'est plutôt négatif pour le libre; le seul point positif était que violer la GPL semble faire assez peur pour que les grosses boites acceptent de discuter.
          • [^] # Re: Homebrew

            Posté par . Évalué à 6.

            Est-ce que ces auteurs peuvent à leur tour menacer de porter plainte pour contrefaçon?

            Oui c'est possible, seuls deux des devs principaux sont concernes par l'accord, mais sans vouloir parler a leur place, ils ont autre chose a faire que s'embeter avec ca. L'accord est pourri, mais franchement c'est le mieux possible sans y passer des annees (et a la base c'est du loisir pour toutes les personnes concernees).

            Oui c'est très clair, mais la question c'est "pourquoi"?

            Ca on sait pas de facon tres claire vu qu'ils n'ont pas le droit de parler de l'accord. Je suppose qu'ils n'ont ni le besoin ni l'envie de toucher de l'argent pour ca. Et puis c'est assez standard dans les accords avec les avocats de la FSF, il y a souvent un don important pour la FSF a la cle.

            les utilisateurs ont eu que dalle

            Ben en meme temps, les "utilisateurs" n'ont rien fait du tout: pas de plainte, pas de reclamation. Donc soit ils en ont rien a foutre, soit ils veulent que leurs droits soient respectes mais dans ce cas la, faudra penser a faire quelque chose (ie porter plainte). Parce que se plaindre sans rien faire du tout, alors que la seule chose que tu fait c'est soit acheter la boite, soit juste telecharger ScummVM, ca ne donne jamais rien. C'est un peu comme dans le LL, envoie un patch...

            Ça ne sert à rien d'être insultant. La dépêche et les liens sont parfois contradictoires, et au final, il m'est très difficile de comprendre l'accord.

            Insinuer que les devs ont pris de l'argent pour se taire alors que la source dit le contraire, faut pas pousser quand meme.

            Etre mecontent du comportement d'Atari, ca je peux comprendre (meme si dans l'affaire, ils sont pas forcement 100% mechants, ils se sont fait entuber par un sous-traitant et leur contrat avec Nintendo les empeche de faire autrement d'une certaine facon). En venir a reprocher au devs de pas avoir voulu aller au proces (a l'issue incertaine, meme s'ils sont a 100% dans leur droit), c'est quand meme quelque chose. Deja ils ont passe beaucoup de leur temps libre a gerer tout ca, en plus il faudrait qu'ils se pourrisse la vie juste pour tes beaux yeux?

            En fait les devs ne sont meme pas contre faire une double license (le cas s'est presente pour un des moteurs de jeu), c'est juste que pour la partie en question, un des devs est decede depuis un moment, donc pour avoir l'autorisation de l'ensemble des contributeurs c'est pas facile. Et ca suppose que tous les devs soient d'accord et donc qu'on ait fait la demande _avant_ et pas qu'ils decouvrent ca alors que les boites sont deja vendues.

            Encore un bon exemple de la difference entre les gens qui font (ici les devs) et les utilisateurs qui prennent gratuitement le boulot et viennent se plaindre ensuite. D'une certaine facon, on trouve plus d'extremistes dans le second groupe (je dis pas ca pour toi en particulier, c'est juste generalement ce qu'on trouve, surtout ici).
            • [^] # Re: Homebrew

              Posté par . Évalué à -1.

              Encore un bon exemple de la difference entre les gens qui font (ici les devs) et les utilisateurs qui prennent gratuitement le boulot et viennent se plaindre ensuite.

              C'est un point de vue fréquent, mais ce n'est pas celui de RMS par exemple, et j'aurais tendance à lui donner raison sur ce point. La GPL ne protège pas les intérêts des développeurs, mais les intérêts des utilisateurs. Quant la GPL est violée, c'est les utilisateurs qui trinquent, et pas directement les développeurs.

              Après, tu pourrais répondre que c'est donc aux utilisateurs de défendre leurs droits, et tu aurais parfaitement raison. Sauf que c'est toujours délicat, parce que tout repose sur la bonne foi des développeurs; les utilisateurs ont très peu de moyens pour prouver la violation de la GPL ; dans le cas présent par exemple, si les devs sont baillonnés par l'accord, comment un utilisateur peut prouver que le jeu qu'il a acheté contient du code GPL?

              Ça reste donc un problème entier. En tant qu'utilisateur, je n'ai pas les moyens ni le temps de défendre mes droits, a fortiori quand je ne sais mëme pas que j'ai acheté du code sous GPL. Si les devs ne le font pas pour moi, et acceptent des accords secrets qui limitent un peu les dégats sans faire respecter la GPL; qui va défendre les utilisateurs?

              Au final, ça donne presque envie d'adopter le système GNU et de demander à centraliser les droits sur les softs. Même si ça fait un peu peur, ça permettrait d'aller vraiment au bout du processus. Le même problème va devenir pressant avec Wikipédia; la plupart des contenus ont été modifiés substantiellement par tellement de personnes qu'il est virtuellement impossible de désigner les auteurs de certains articles; personne ne va aller au procès pour un malheureux paragraphe, et certains éditeurs ou hébergeurs ne sont pas dupes et ne daignent même pas ouvrir les emails de protestation. Si cet état de fait convient, alors le libre reste quelque chose de très faible juridiquement, et les libertés ne sont pas du tout garanties dans les faits.
              • [^] # Re: Homebrew

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                Après, tu pourrais répondre que c'est donc aux utilisateurs de défendre leurs droits, et tu aurais parfaitement raison. Sauf que c'est toujours délicat, parce que tout repose sur la bonne foi des développeurs; les utilisateurs ont très peu de moyens pour prouver la violation de la GPL

                Tu peux utiliser les même arguments que les développeurs tel que le bug graphique de la version 0.9. Donc si tu ne veux pas t'investir en tant qu'utilisateur pour obtenir des compensations qui ne changeront rien pour les développeurs, je ne vois pas pourquoi les développeurs devraient faire le boulot à ta place.

                Et il ne faut pas oublier que Nintendo interdit de releaser le code en open-source, donc Atari n'avait pas le choix et devait ne pas respecter un des deux contrats. Il y a eu un accord avec ScummVM, tant mieux pour eux mais je suis pas sûr que ça les motive de retravailler avec les mêmes sous-traitants.

                Au final, ça donne presque envie d'adopter le système GNU et de demander à centraliser les droits sur les softs. Même si ça fait un peu peur, ça permettrait d'aller vraiment au bout du processus

                Personne ne t'empêche d'utiliser ce système, mais c'est pas pour ça qu'il faut forcer les développeurs à le faire.

                Si cet état de fait convient, alors le libre reste quelque chose de très faible juridiquement, et les libertés ne sont pas du tout garanties dans les faits.

                Je te répondrais que les licences sont bafoué qu'elles soient libre ou pas: combien de windows ou de photoshop piraté sont en circulation en bafouant la licence. Il faut se battre tout les jours pour un respect des licences mais tu n'y arrivera pas du jours au lendemain.

                « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

            • [^] # Re: Homebrew

              Posté par . Évalué à 2.

              Tout ça me fait quand même penser à la vente liée : pendant des années, on gueulait sans résultat, et tout le monde avait la flemme de faire un procès.

              Aujourd'hui, après quelques pionniers qui se sont mouillés et ont porté plainte, ça bouge.

              Bref, pourquoi ne pas essayer de faire la même chose pour la GPL ?

              (oui, facile a dire, yakafokon, ...)
  • # Mono et Nintendo

    Posté par . Évalué à 4.

    Mono a été porté sur Wii et il me semble qu'au moins un jeu (de poney) l'utilise.

    La clause anti-libre de Nintendo risque là aussi de poser problème...
    • [^] # Re: Mono et Nintendo

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Non, car le problème a manifestement été prévu et géré dès le départ.

      Cf. http://www.mono-project.com/Mono:Wii

      D'après cette page, une version commerciale de Mono est disponible pour les développeurs Wii qui ont une licence officielle de Nintendo.

      La page précise que l'environnement d'exécution Mono et le compilateur C# Mono sont disponibles sous licence propriétaire, pour ceux qui ne veulent pas, ou ne peuvent pas, utiliser du code GPL et LGPL dans leurs projets.
      • [^] # Re: Mono et Nintendo

        Posté par . Évalué à 3.

        Donc pour résoudre le problème de ce journal, il aurait été possible se porter ScummVM vers Mono? ;-) (et une VM dans une VM dans une... )
      • [^] # Re: Mono et Nintendo

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Heu, je suis pas en expert en mono, mais ils ont pas de contributeurs externes à Novell ? Ou ils demandent de céder ses droits pour l'inclusion des contributions (genre MySQL) ? Parceque sinon je vois pas comment ils peuvent se permettre ça.
  • # Collectionneur

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Atari peut écouler le stock de jeux existant, mais sur une durée limitée, avec obligation de détruire le stock restant, et paiement de grosses indemnités en cas de non-respect de ces contraintes ou en cas de ré-édition.

    Hum hum, le genre de truc qui va valoir pas mal dans pas longtemps: suffit de voir le nombre de gens qui collectionnent des trucs Atari..
  • # Ingénierie à rebours difficile à défendre ???

    Posté par . Évalué à 4.

    Je ne vois pas au nom de quoi l'ingénierie à rebours serait difficile à défendre...
    • [^] # Re: Ingénierie à rebours difficile à défendre ???

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      C'est une légende légendaire !
    • [^] # Re: Ingénierie à rebours difficile à défendre ???

      Posté par . Évalué à 1.

      Parce que dans la vraie vie, c'est pas toujours aussi clair que dans les reves de quelques libristes. Surtout ceux qui n'en ont jamais fait et qui n'ont jamais eu une boite pour les menacer de proces.
    • [^] # Re: Ingénierie à rebours difficile à défendre ???

      Posté par . Évalué à 1.

      Je ne sais pas mais ingénierie à rebours me parait un très bon exemple d'une traduction abusive. Les mots sont bien traduits en français, mais le sens est resté le sens anglo-saxon..

      Il se trouve que le terme "engineering" n'as pas exactement le même sens que "ingénierie". En particulier en anglais engine désigne aussi le moteur, ce qui fait marcher une machine. Du coup, "reverse engineering" peux se comprendre bien plus facilement: il s'agit de comprendre à l'envers comment fonctionne le "moteur".

      En français au contraire, rien de tel. L'ingénierie désigne l'ensemble des processus liés à l'étude et la réalisation d'un projet. Du coup ingénierie à rebours on a l'impression que ça veux dire qu'on a fait un projet industriel à l'envers, ce qui n'a pas trop de sens...

      Du coup au lieu de trouver un équivalent en français d'un terme anglo-saxon, on contribue à importer le sens anglo-saxon en français.

      C'est aussi le cas lorsque l'on voit des traductions mot à mot de certaines expressions, comme "en terme de" etc..

      Je trouve ça assez savoureux qu'au final traduire les expressions sans connaître assez bien la langue amène à importer, calquer le sens anglais sur les mots français.. !
      • [^] # Re: Ingénierie à rebours difficile à défendre ???

        Posté par . Évalué à 1.

        Il y a bien des traductions abusives ou plutôt des anglicismes (comme support par exemple). mais ce n'est pas le cas ici et « ingénierie inverse » est tout à fait correct.

        Le mot américain Engineering dérive du verbe to engineer, du nom engineer lui me emprunté à l'anvien français engineor devenu ingénieur.
        • [^] # Re: Ingénierie à rebours difficile à défendre ???

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          anvien dérivant de quoi ? :P
        • [^] # Re: Ingénierie à rebours difficile à défendre ???

          Posté par . Évalué à 1.

          Ce n'est pas ingénierie inverse mais ingénierie à rebours qui est écrit.

          De plus, ce n'est pas parce qu'un mot vient du français qu'il recouvre le même sens en anglais. Par exemple tous les faux amis, comme eventually, ou encore actually.

          Dans le cas d'ingénierie, le sens est différent puisque la notion d'engine, moteur, n'est pas présente dans le sens français.

          Pour revenir au terme initial, je ne sais pas trop comment le traduire. En utilisant ingénierie, je dirai rétro-ingénierie, mais, encore une fois, appliquer le terme d'ingénierie à ce domaine est abusif. Pour ce qui est du code binaire, on peux dire décompilation, qui a à peu près le même sens, mais ne s'applique pas à un protocole par exemple.

          En fait je « traduirai » en français soit par une périphrase, comme « analyse à postériori du fonctionnement du programme », ou alors carrément le terme d'origine, reverse engineering.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.