Traduction complète de « The Case for Copyright Reform »

Posté par . Édité par Davy Defaud, baud123 et patrick_g. Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
25
29
sept.
2012
Culture

The Case for Copyright Reform est un livre publié par l’eurodéputé du Parti pirate suédois (Piratpartiet), Christian Engström, et le fondateur du parti en question, Rich Falkvinge. Je viens d’en assurer, avec l’aide d’Étienne Loiseau et de Loïc Grobol, la traduction complète sous le titre Sur la réforme du droit d’auteur, et de la mettre sur le Kindle d’Amazon et sur Lulu pour le format EPUB.

Pour reprendre la quatrième de couv’ des livres numériques :

Légaliser le partage non commercial, diminuer la durée de validité du droit d’auteur, libérer l’utilisation des extraits et interdire les verrous numériques.

Voilà les grandes lignes de la réforme du droit d’auteur que défend le Parti pirate suédois. Leur groupe parlementaire européen, les Verts/ALE, l’a adopté comme position en septembre 2011.

Cette alternative à la criminalisation d’une génération entière pour partage de fichiers est expliquée à tous dans ce livre. Le Parti pirate suédois défend que sa réforme est à la fois nécessaire et durablement tenable, et qu’elle bénéficiera à tout le monde, artistes comme clients.

Pour faire mieux comprendre l’intérêt de cette réforme, une allégorie et un manifeste des enfants du Net ont été ajoutés à l’explication de la réforme des Pirates suédois.

Vous trouverez aussi une version Web, et j’ai mis en place une collecte sur Bankeez pour les généreux donateurs.

Merci aux bonnes volontés qui m’ont aidé, et aux lecteurs qui achèteront ou donneront s’ils sont satisfaits.

Désolé d’avance pour les typos et quelques fautes d’orthographe qui restent sûrement, j’ai tout relu seul essentiellement, pour l’instant, et j’attends les éventuels retours.

Si suffisamment de personnes sont intéressées, il sera possible de l’imprimer au format livre papier. À environ 80 exemplaires, cela ferait, hors frais de port, entre environ 3 et 5 € max le livre de 120 pages au format 15 × 24 cm. Si vous êtes intéressés, dites‐le moi sur Twitter (@polnetz) ou dans les commentaires.

Au besoin, j’ai déjà mis en ligne sur Lulu une version papier, mais je n’ai pas encore vérifié la qualité de l’impression, et les frais de port ne sont pas donnés (sans compter les éventuelles typos ;)).

  • # Prix sur Amazon

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Je m'interroge sur le prix que je vois sur amazon : Il est demandé 2.88€.
    Sur cette petite somme, combien revient aux auteurs et aux traducteurs ? Je me suis d'ailleurs posé la même question à propos de l'ebook sur python décrit sur slashdot ce week-end.

    • [^] # Re: Prix sur Amazon

      Posté par . Évalué à 6.

      Amazon donne 70% du prix de vente HT aux auteurs, soit ici 1,87€. Le prix minimum était de 2,6€. Voir les redevances

      Sur Lulu, c'est sensiblement la même chose, je touche 2€ sur 3€ pour le livre.

      Dans les deux cas, il faut bien que les boîtes gagnent leur vie, et c'est beaucoup mieux que les boîtes d'édition classiques (pour un boulot différent, certes). Donc je considère ça correct.

    • [^] # Re: Prix sur Amazon

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Et si on l'achète sur Amazon en passant par Ubuntu, il y a une réduction ?

      ;-)

      blog.rom1v.com

      • [^] # Re: Prix sur Amazon

        Posté par . Évalué à 5.

        C'est le prix d'un café, et tu as déjà le bouquin gratuitement. Je ne gagnerai rien, pour un assez gros investissement en temps. Je ne suis même pas sûr que ça remboursera les 30€ d'hébergement annuel, ou les 10€ de nom de domaine. Bon…

        Si tu veux donner et pas dépenser ton argent chez Amazon, il y a aussi Flattr et mon RIB. Je ne peux pas faire mieux pour vous donner le choix et simplifier la vie. Merci à tous les donateurs (s'il y en a ;).

        • [^] # Re: Prix sur Amazon

          Posté par . Évalué à 0.

          Je suis intéressé par l'achat du livre, s'il en reste bien sûr.
          Merci.

  • # In librio veritas

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Bonsoir,

    je suppose qu'il n'est pas dispo à In Librio Veritas en raison de la licence?

  • # truc

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Un truc que je ne comprends pas c'est qu'ils disent vouloir:
    - autoriser le partage non-commercial de tous les films/livres/chansons/programmes/etc
    - preserver l'exploitation commerciale par le detenteur du copyright

    Quel est l'interet de preserver l'exploitation commerciale ? A qui ça va servir puisque tout sera disponible en deux clics sur le p2p. Pourquoi ne pas dire "c'est open-bar faites ce que vous voulez"

    • [^] # Re: truc

      Posté par . Évalué à 2.

      Ce n'est pas si facile que ça de tout pirater ;) Sérieusement, je n'ai pas réponse à tout non plus, mais lis le livre, tu verras qu'ils défendent que le piratage est bénéfique.

      • [^] # Re: truc

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        As-tu également comme projet de traduire le livre "click-me" de Julia Schramm ? ;)

        « I approve of any development that makes it more difficult for governments and criminals to monopolize the use of force. » Eric Raymond

        • [^] # Re: truc

          Posté par . Évalué à 3.

          Licence incompatible.

    • [^] # Re: truc

      Posté par . Évalué à 1.

      de nos jour c'est déjà le cas, a part le coté pénal de la contrefaçon, qui est une option en plus :), et ne sert pas a la dissuasion.

    • [^] # Re: truc

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Il y a un tas de cas dans lesquelles l'exploitation commerciale est possible:
      - La vente de produits dérivés et de produits à plus-value (par exemple vendre quelque chose de plus qui inciterait le consommateur à ne pas aller au P2P mais acheter le DVD, par exemple par un packaging original ou des objets supplémentaires (posters, bouquins d'illustrations, explications complémentaires, …)
      - L'exploitation du film dans des conditions "optimales" (salles de concert, cinéma, …) -> le consommateur est prêt à payer pour profiter du bien dans de meilleures conditions.

      Dans l'approche du PP, l'oeuvre originale serait une commodité, mais tout ce qu'il y a autour pourrait être vendu pour rentabiliser la création de l'oeuvre. Cela encouragerait les studios à produire et vendre des biens et services de qualité supérieure à ce qui est trouvable dans le P2P (alors qu'aujourd'hui c'est exactement l'inverse). Pourquoi autoriser uniquement le détenteur du copyright à le faire ? Pour éviter que l'exploitation commerciale soit faite par une autre boite sans payer une thune.

      • [^] # Re: truc

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Et pour les logiciels, est-ce que ça veut dire qu'on pourra distribuer des freeware closed-source qui utilisent du code GPL (sans respecter la license donc, mais de façon non-commerciale), mais pas de logiciel payant ?

        • [^] # Re: truc

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Mon avis (et ce n'est que le mien) c'est qu'utiliser les mêmes lois pour les logiciels et pour la musique (et autres oeuvres artistiques) est fondamentalement une très mauvaise idée.
          Je pense que leur plan d'action est assez extrême en prévision des négociations nécessaires le jour où ils auront un mot à dire.

    • [^] # Re: truc

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Quel est l'interet de preserver l'exploitation commerciale ? A qui ça va servir puisque tout sera disponible en deux clics sur le p2p. Pourquoi ne pas dire "c'est open-bar faites ce que vous voulez"
      

      Ca permet de faire payer ceux qui font du business avec tes créations: les radios, les commerces qui l'utilisent comme musique des fonds, les gens qui font des films et/ou des pubs, etc.

  • # Dons et présentation

    Posté par . Évalué à 1.

    J'ai aussi publié un article qui dit sensiblement la même chose sur mon blog. Globo modo, j'y ajoute qu'il existe aussi flattr et mon rib pour donner ;)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.