Journal Changement de domaine technique

Posté par . Licence CC by-sa
Tags :
17
4
avr.
2014

Bonjour à tous,

Je suis en plein questionnement professionnel, et je n'ai sais pas quel chemin donner à ma carrière pour la suite. Je commence à regarder ailleurs, mais je n'en suis pour l'instant qu'au stage des considérations. Je suis en poste pour l'instant,rien ne presse si ce n'est le temps que je perds dans un poste qui ne me convient plus.

J'ai 39 ans et un profil software embarqué très orienté traitement du signal. Je travaille dans un grand groupe, et les couches de management qui s'empilent et la culture de déresponsabilisation qui va avec commencent sérieusement à entamer ma motivation. À vrai dire, il y a bien longtemps que cela me mine.

Pour la suite de ma carrière, je regarde un peu dans toutes les directions, même à quitter l'informatique et la technique. Avant de penser à quitter l'informatique, je regarde s'il n'y a pas un autre domaine technique qui pourrait me convenir avant de changer définitivement, autant tirer profit de mon background technique de software developper.

Je sollicite l'avis de la communauté sur une piste possible, qui me tente "vu de loin". Je pense au web (programmation/design). Alors bien sûr je suis béotien complet en la matière, je ne connais pas l'activité, mais cela me semble être un domaine qui vaut la peine.

J'ai écrit une liste de toutes les raisons pour lesquelles j'aimerai y travailler, et ce que j'espère y trouver. N'hésitez pas à commenter ces raisons. Je remercie déjà les bonnes âmes qui vont répondre à mes questions.

  • Il semble relativement facile, ou plus simple qu’ailleurs de monter son entreprise ou d'être indépendant. Le domaine semble être en plein boom. On dirait qu’il y a beaucoup de demandes.

  • Il me semble que les SSII sont beaucoup moins présentes dans le domaine (comparé à l'industrie).

  • L'activité semble contenir une dimension artistique / design dans le sens ou il me semble que la conception de sites web requiert un peu de graphisme/design/usabilité. Je ne connais pas grand-chose en design, mais l'idée d'en faire m'attire.

  • Le web semble techniquement assez large et complet.

  • J'ai envie d'être mon propre chef, même si c'est pour devenir l'esclave du client (sic).

  • Comme c'est un métier qui requiert une proximité avec le client, il me semble que cela sera moins sensible à l'offshore.

Qu'en pensez-vous ? Je pense que beaucoup de choses vont vous sembler naïves, merci de rester constructif. Et je sais aussi que les pâturages sont toujours plus verts ailleurs…

Petite info supplémentaire, je suis en Belgique, banlieue de Bruxelles.

Merci à tous, et désolé de longueur du post.

Alain

  • # saturé ?

    Posté par . Évalué à 8.

    NB : mon avis de non-informaticien n'est pas nécessairement très pertinent.

    Mais j'ai l'impression que le domaine du Web est saturé. De plus pour la création de sites web il faut compter avec la concurrence des étudiants et lycéens « bidouilleurs » qui travaillent pour des clopinettes. OK ce créneau-là ce sont les sites statiques et la réexploitation de framework brute décoffrage.

    Il y a peut-être un marché pour les projets intermédiaires. En ayant une bonne base bien agile (Ruby on Rails ? (mes infos datent un peu)) qu'il serait facilement envisageable d'adapter aux petits oignons, de réutiliser pour différents projets. En tout cas je vais suivre ton journal. Bon courage !

    • [^] # Re: saturé ?

      Posté par . Évalué à 1.

      Faire des Web App avec du Ruby on Rails est par exemple une piste qui m'attire. Vu de loin, je me demande si le domaine n'est pas intéressant techniquement et en plus porteur en ce moment.

  • # pourquoi changer de domaine ?

    Posté par . Évalué à 6.

    Vu ton profil et ton expérience, pourquoi ne changes-tu pas tout simplement d'entreprise ? Ou en créer une ? Je suis sûr que beaucoup de petites structures seraient intéressées par ton CV. À défaut, tu pourrais travailler dans le recherche publique comme ingénieur de recherche par ex. Vu que tu as un profil plus scientifique, il est possible que le web risque de te taper sur le système assez rapidement.

    • [^] # Re: pourquoi changer de domaine ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      À défaut, tu pourrais travailler dans le recherche publique comme ingénieur de recherche par ex

      Les places sont très rares et c'est sur concours (statut de fonctionnaire, tout ça tout ça…). Ce qui n'empêche en rien d'essayer, soyons d'accord !

      Il faut aussi savoir se contenter d'un salaire disons « moyen », car l'expérience potentielle ne sera pas prise en compte dans la grille de salaire (en 2011, j'avais regardé à l'INRIA c'était 1500 euros net par moi, bien sûr non négociable car fonctionnaire). Et puis ça monte avec l'ancienneté, mais par contre c'est linéaire (gros salaire au bout de 30 ans d'ancienneté).

      • [^] # Re: pourquoi changer de domaine ?

        Posté par . Évalué à 2.

        À défaut, tu pourrais travailler dans le recherche publique comme ingénieur de recherche par ex

        Les places sont très rares et c'est sur concours

        Et encore, "concours", c'est le nom officiel pour cacher qu'en pratique, ça tient plus de la cooptation.

      • [^] # Re: pourquoi changer de domaine ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Dans mon école, on recoit régulièrement les catalogues d'emplois disponible de l'INRIA de Sophia-Antipolis.

        Il n'est nul fait mention de concours, et le salaire proposé à des ingénieurs fraichement sorti est de 2500€ mensuels.

        Opera le fait depuis 10 ans.

        • [^] # Re: pourquoi changer de domaine ?

          Posté par . Évalué à 5.

          Ce dont tu parles ce sont des CDD de contractuels ce qui est différent des postes permanents de fonctionnaires. De toute facon à Bruxelle…

          Les CDD sont cools pour les jeunes diplomé le ratio salaire/interet est bon si tu tombes dans une bonne équipe. Les postes permanent faut avoir la foi…

          • [^] # Re: pourquoi changer de domaine ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            C'est exactement cela !

            J'ai fait un CDD à l'INRIA Grenoble, c'est très bien payé en effet, surtout que 2500 euros brut à l'INRIA ça fait pas beaucoup moins en net (et oui l'état paie moins de charge salariales :)). Par contre pour les CDI c'est concours obligatoire, doctorat presque nécessaire et pour finir je ne parlerais pas de cooptation, mais plutôt de nombreuses références :)

            De toute façon, effectivement, en Belgique cela n'est pas très pertinent. D'ailleurs, on peut se poser la question de la pertinence des ces postes en France, mais c'est un autre débat :)

            • [^] # Re: pourquoi changer de domaine ?

              Posté par . Évalué à 6.

              J'ai fait un CDD à l'INRIA Grenoble, c'est très bien payé en effet,

              Ce n'est pas "très bien payé".

              Pour un débutant c'est payé au prix ou un poil en dessous du marché d'un CDI dans le privée. Pour quelqu'un qui a de l'expérience c'est juste une énorme blague.

              On compare à des CDD d'un an renouvelable. Et ne pas oublier que la prime de précarité n'existe pas pour les contractuels, c'est inclus dans le prix. La vision est peut être un peu différente si tu es dans une zone géographique à bas coût vu que les salaires son nationaux.

              Par contre en échange tu as de très bonne conditions de travail, la possibilité de faire des choses que tu ne ferais pas dans l'industrie, la possibilité d'aller à des confs etc. qui t'ouvriront de nombreuses portes plus tard. Bref si tu choisis bien ton équipe et que tu te bouges le cul, c'est un bon tremplin pour l'avenir. Au prochain saut tu as fait des choses que les autres n'ont pas fait et tu as donc toujours un coup d'avance. Et au final tu rattrapes très largement ton salaire.

              Pour quelqu'un qui à de l'XP et de l'expertise je n'y vois aucun intérêt sauf une motivation intrinsèque ou chercher les conditions de travail qu'offre l'INRIA & co.

              surtout que 2500 euros brut à l'INRIA ça fait pas beaucoup moins en net (et oui l'état paie moins de charge salariales :)

              Tu as une source ? Si je regarde mes veilles feuilles de paie c'est kif kif au privé, t'es vers 20% sachant que tu ne cotises pas aux caisses cadres (et au passage c'est toi qui paye les cotisation salariales même si c'est pas toi qui fait le chèque).

              D'ailleurs si tu compares http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F2302.xhtml et http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F469.xhtml c'est à vue de pif la même chose moins les caisses spéciales.

              • [^] # Re: pourquoi changer de domaine ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Pour un débutant c'est payé au prix ou un poil en dessous du marché d'un CDI dans le privée. Pour quelqu'un qui a de l'expérience c'est juste une énorme blague.

                Alors il faut savoir que dans la plupart des cas, c'est tout à fait négociable, j'ai déjà vu le cas (certes pas majoritaire) de l'expert embauché en CDD à salaire « aligné » sur le privé. En effet, dans la majorité des cas, le salaire de l'ingé embauché en CDD est imputé sur des financements de projets de recherche (ANR, FUI, ou autres), gérés par les chercheurs directement. Le salaire est donc négociable, dans une certaine mesure car il y a toujours des milliers de contraintes liées au laboratoire, à la structure d’accueil ou au financement lui même.

                Tu as une source ? Si je regarde mes veilles feuilles de paie c'est kif kif au privé, t'es vers 20%

                Il Faudrait que je ressorte mes vieux bulletins de salaires, mais de tête j'étais sur du 17% dans le public et 25% de cotisations dans le privé. Mais bon, faire des statistiques sur une ou deux personnes… Sachant que pas mal de cotisations sont soumises à des plafonds, et donc le pourcentage est variable en fonction du salaire.

                Enfin, tout ça pour dire que les salaires CDD sont généralement au dessus des salaires CDI (en comptant ta remarque sur l'intégration des primes précarité).

                • [^] # Re: pourquoi changer de domaine ?

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Alors il faut savoir que dans la plupart des cas, c'est tout à fait négociable, j'ai déjà vu le cas (certes pas majoritaire) de l'expert embauché en CDD à salaire « aligné » sur le privé.

                  Tu as des exemples d'IE avec des contrats à 48-60K plus compensation de la précarité (10% min en vrai tu vas le monnayer plus cher) ?

                  Mais bon, faire des statistiques sur une ou deux personnes…

                  Il suffit de suivre les liens que j'ai donné pour faire le calcul.

                  Autrement tu n'as clairement pas 25% de cotisation salariale dans le privé. Au final ça va se jouer sous les 3%. On est donc très loin du "**surtout que 2500 euros brut à l'INRIA ça fait pas beaucoup moins en net**". Ca va faire grosso modo 1K de différence, faut juste pas que les gens se fasse de fausses idées ?

                  • [^] # Re: pourquoi changer de domaine ?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    Tu as des exemples d'IE avec des contrats à 48-60K plus compensation de la précarité (10% min en vrai tu vas le monnayer plus cher) ?

                    Oui, dans cette fourchette. Encore une fois, je dis que ça existe, pas que c'est le cas majoritaire. Vous m'excuserez de ne pas citer de noms, et serez obligés de vous en remettre à ma mauvaisebonne fois.

                    Autrement tu n'as clairement pas 25% de cotisation salariale dans le privé.

                    SS + CSG /CRDS = 15/16% + retraite complémentaire, variable, mais à 8% pour la majorité des salariés --> 23%. J'étais parti sur du 25% de tête avec un calcul grossier, mais apparemment les abaques des recruteurs prennent bien le chiffre de 23% (Google à l'air de confirmer).

                    Au final ça va se jouer sous les 3%. On est donc très loin du "**surtout que 2500 euros brut à l'INRIA ça fait pas beaucoup moins en net**". Ca va faire grosso modo 1K de différence, faut juste pas que les gens se fasse de fausses idées ?

                    My bad ! C'est pour un fonctionnaire, qui n'est pas soumis aux charges de retraites complémentaires (ou dans des cas particuliers, donc je faisais partie, comme les étudiants salariés ou certains salariés étrangers) que la différence est de 16% contre 23%, ce qui nous fait quand même dans les 175 euros de différence pour un salaire brut de 2500 euros. Mais je te l'accorde le « pas beaucoup moins » est très subjectif !

      • [^] # Commentaire supprimé

        Posté par . Évalué à 3.

        Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

    • [^] # Re: pourquoi changer de domaine ?

      Posté par . Évalué à 3.

      Vu ton profil et ton expérience, pourquoi ne changes-tu pas tout simplement d'entreprise ? Ou en créer une ?

      Je suis bien d'accord. Si ton boulot te plaît, pourquoi ne pas changer de contexte ? Pourquoi ne pas demander à voir ton propre projet aussi ? Surtout si tu as l'expérience et le talent, c'est motivant de s'occuper de son propre bébé, et pourquoi pas de son équipe (Je sais pas où tu en es dans ta carrière…). Mais si c'est qu'une histoire de "Mon chef me pète les b****" ça vaut peut-être pas le coup de changer de domaine.

  • # Attention

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    Il me semble que les SSII sont beaucoup moins présentes dans le domaine (comparé à l'industrie).

    Tu te trompes, c'est exactement le domaine des sociétés de services (avec backend applicatif) et agences Web (avec créations artistiques), qui sont très compétitives, font de la publicité, ont des commerciaux pour démarcher le client. Enfin, en tous cas c'est le cas en France :)

    L'activité semble contenir une dimension artistique / design dans le sens ou il me semble que la conception de sites web requiert un peu de graphisme/design/usabilité. Je ne connais pas grand-chose en design, mais l'idée d'en faire m'attire.

    Là où, effectivement, certains savent se distinguer c'est sur le côté artistique en infographie. J'ai 3 exemples dans mon entourage, sur Paris, Marseille et Bruxelles, qui ont fait une formation en infographie (payante, chère et reconnue). Dans le meilleur des cas, la fille à Marseille à eut un client en un an :( Ils sont tous reconvertis aujourd'hui….

    Bref, je crois que tu es un peu optimiste sur le marché de la création Web. Cela dit, si tu arrives à avoir des clients avant de monter ta boite, ça peut être jouable, mais il faudra être moins cher que les SSII, donc en avoir beaucoup pour pérenniser ton entreprise avec du support.

    Sinon, tu peux faire temporairement autre chose (un job alimentaire) et te lancer dans le Web sur ton temps libre, car il faut généralement un portfolio pour réussir à vendre du site Web :)

    • [^] # Re: Attention

      Posté par . Évalué à 1.

      C'est dommage. Enfin, il faut croire que je lis trop de blogs/sites anglo-saxons ou j'ai l'impression que là-bas le design (au sens artistique) de web site à l'air de s'être vraiment développé. Il n'y a donc en France aucun souci du design, aucun intérêt pour la chose esthétique et de la partie graphique ?

      • [^] # Re: Attention

        Posté par . Évalué à 4.

        Enfin, il faut croire que je lis trop de blogs/sites anglo-saxons ou j'ai l'impression que là-bas le design (au sens artistique) de web site à l'air de s'être vraiment développé. Il n'y a donc en France aucun souci du design, aucun intérêt pour la chose esthétique et de la partie graphique ?

        Personne n'a dit que le besoin n'existait pas. La question est simple: Comment tu développes une activité économiquement viable. Ça demande de comprendre son métier, les clients et l'écosystème économique qui relie les deux pour trouver un positionnement.

        Franchement vu tes différents commentaires j'attendrais un peu avant de faire quoi que ce soit…

      • [^] # Re: Attention

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Il n'y a donc en France aucun souci du design, aucun intérêt pour la chose esthétique et de la partie graphique ?

        C'est tout le contraire :) Seulement il faut avoir un « nom » pour prétendre être un bon designer. C'est de l'art, donc cela demande une certaine reconnaissance dans le milieux (et ce n'est pas forcément justifié d'ailleurs). Par exemple, un boulanger qui veut faire un site web, va vouloir embaucher un artiste reconnu. En effet, il n'y connaît rien en « webdesign » et ce qu'il veut c'est un design « à la mode » pour son site. Il va donc se référer à des gens qui ont du succès.

        Je ne dit pas qu'il n'y a personne pour embaucher les petits gars qui débutent, mais bien souvent les gens qui « achètent » un site web n'y connaissent rien en webdesign, du coup il faut quelque chose pour les rassurer, et c'est là que la renommée intervient.

        À défaut de renommée il te faut un portfollio, pour montrer à ton potentiel client boulanger que tu as fait d'autres sites qui marchent. À partir de là, il peut être emballé et se dire « ho ! c'est joli ! ». Sachant que d'après ce que je connais dans ce domaine, souvent le ou les premiers sites sont « gratuits » à titre de référence (pour mettre dans le portfolio). En tous cas, il existent des clients (y compris chez les anglo-saxons) qui demandent ce genre de faveur aux débutants.

        Si tout cela peut t'aider un peu, renseignes toi, tu verras qu'il y à au moins un peu de vrai dans ce que je dis :)

  • # Garde courage !

    Posté par . Évalué à 10.

    Bonjour Alain,

    Souhaite tu réellement laisser de coté tes compétences en embarqué, alors que les objets connectés sont une tendance montante qui va donner un nouveau terrain de jeu aux ingés de ton genre ?

    Je pense que tu peux trouver des idées et te redonner la motivation en participant à des hackerlabs. Participe au prochain workshop de l'immense hackerspace bruxellois !

    Pour ce qui est du web, étant moi même freelance pour financer mes projets perso, c'est un milieu accessible, a la barrière d'entrée minuscule, peu technique, plutôt bien payé (selon ton business model, la maintenance rapporte beaucoup mais demande de la dispo), et avec beaucoup d'opportunités. Seul reproche: c'est un travail intellectuellement pauvre. Mais le tooling est tellement agréable, et la rapidité d'exécution rend le travail très gratifiant et assez fun.

    Cependant, tu passe la plupart de ton temps à gérer le client. Il faut se vendre, être à l'écoute, et avoir une bonne culture générale du web pour pouvoir donner des repères à tes clients (regardez comment tel site a géré telle problématique, etc.). Conseil de freelance: travaille au jour, refuse le forfait.

    Vu ton profil, je te conseillerait plutôt de surfer sur les modes actuelles: l'internet of things et les startups. Le plus simple est d'aller à l'un des incubateurs bruxellois (choisis le plus proche de chez toi: http://www.sdrb.be/fr/ser_in.asp), d'aller dire bonjour à l'administration et d'expliquer que tu cherche du travail. Le domaine des biotechs est très recruteur en embarqué, tu es garanti de trouver un projet qui sera intéressé par ton profil.
    Discute avec les gens, et choisis un projet qui te fait rêver avec des collègues que tu semble apprécier, et c'est parti.
    Tu peux te mettre en période de chômage pendant un mois et t'en servir comme période d'essai sans engagement, ça se fait de temps en temps.

    Si tu veux plus de renseignements, et éventuellement des contacts/conseils sur le monde des startups, sur la réputation de tel ou tel incubateur, n'hésite pas à me contacter à mon adresse mail chez gmail.

    Et courage, éclate toi, nous avons la chance de travailler dans le secteur le plus privilégié au monde, autant en profiter. ;)

    • [^] # Re: Garde courage !

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Salut,

      Je plussoie !
      J'ai à peut prêt le même profil (blues) que AlainNonyme.
      Et mes remèdes pour le soigner sont Fablab, IoT, startup. :)

      Good luck.

      • [^] # Re: Garde courage !

        Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 04/04/14 à 22:21.

        Moi, l'Internet of Things, ça me fait froid dans le dos tous ces mouchards en réseau. Maintenant d'un point de vue technique, ça peut donner de l'air frais. Y'a pas à dire. L'embarqué pour les biotechs… Ça ça peut être bien fun.

        • [^] # Re: Garde courage !

          Posté par . Évalué à 5.

          Tu peux enregistrer et exploiter sans que ton business model soit la vente et l'exploitation de cette information en faveur d'autrui.

          Je pense qu'il faut sortir de cette posture conservatrice et rétrograde du "c'est mal" pour se rendre compte que ces données sont vraiment intéressantes et peuvent vraiment permettre de mieux nous connaître nous même.

          En fait, il faudrait que le libre se fasse une doctrine sur la data.

          • [^] # Re: Garde courage !

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            En fait, il faudrait que le libre se fasse une doctrine sur la data.

            sans aller jusque légiférer, le lien indiquant les données conservées devrait indiquer le lien vers les données brutes à exploiter (publiées, donc sous licence libre)  ? Cela permettrait de retrouver des stats se concernant par ailleurs :-)

          • [^] # Re: Garde courage !

            Posté par . Évalué à 0.

            De fait l'IoT privateur c'est « no way » chez moi. Peut-être qu'un IoT libre, qui ne serait donc pas une boîte noire, pourrait être un avantage compétitif. En tout cas ce serait bien.

            • [^] # Re: Garde courage !

              Posté par . Évalué à 1.

              Je suis bien d'accord avec le côté conservateur « c'est mal », ça me met aussi mal à l'aise. J'ai l'impression de me faire distancer sur les technologies : pour ces raisons de « boite noire » je n'utilise pas les réseaux sociaux (en plus profilage/traque), pas de smartphone, pas de tablette. Bref j'en reste au bon vieux « compatible PC » sur lequel on peut bidouiller et installer l'OS de son choix.

              (Pas moyen d'éditer mon commentaire précédent)

    • [^] # Re: Garde courage !

      Posté par . Évalué à 3.

      Tu as l'air de bien connaitre le domaine mackwic, es tu sur Bruxelles ?

      L'idée d'aller voir dans une plus petite structure avec plus de réactivité m'attire
      pas mal. En même temps, faire des heures pas possibles parce que t'es "dans une startup" ne m'attire plus que cela.
      La petite entreprise, j'ai déjà donné, et la prochaine dans laquelle je travaillerai sera la mienne.

      Maintenant, je peux toujours passé au Hacker space et voir de quoi on y parle. L'inspiration peut venir. L'idée des incubateurs me parait aussi bonne.
      Merci pour les tuyaux.

      • [^] # Re: Garde courage !

        Posté par . Évalué à 1.

        AlainNonyme,
        Si par "Banlieue de Bruxelles", tu entends "Brabant Wallon" (c'est fou ce qu'il y a de Belges sur linuxfr ;-D); je peux te donner quelques infos aussi au niveau incubateurs/fablabs.
        Pour me contacter : makilab.org

      • [^] # Re: Garde courage !

        Posté par . Évalué à 3.

        Non, je ne suis pas sur Bruxelles.

        Bon, en startup, tu n'as pas plus de raisons de faire des horaires impossibles qu'en freelance web. Tu peux parfaitement être clair sur ce point et t'y tenir, c'est ta boite tu fais ce que tu veux. ;-)

  • # La téléphonie mobile ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    C'est ce à quoi je pense en voyant "profil software embarqué". Car même si les derniers smartphones embarquent quelques Gio de Mémoire, un profil sachant coder avec des contraintes de gestion mémoire et d'économies d'énergies ne peux être que pertinent dans ce domaine.

    De même, un secteur en plein boum est celui de l'informatique embarquée dans l'automobile, tant au niveau gestion moteur/injection/frein/ESP/etc. qu'au niveau "gadgets" de confort du type lecture de sms, commande vocale, etc.

    Et je rejoins les avis précédents concernant le webdesign, à moins d'être un cador du html5/css3 et du responsive design (pour pouvoir te différencier), tu ne fera pas le poids face aux prestataires encore en place, ayant survécu à la saturation du marché, et qui facturent du drupal à tour de bras.

    • [^] # Re: La téléphonie mobile ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Justemement, il faut en partir de la téléphonie mobile.

      En 2000, lors de mon arrivée sur le marché du travail, l'Europe dominait. En France, il y avait
      Philips au Mans, la Sagem à Cergy Pointoise, TI à Nice, Motorola à Toulouse… plein d'endroits intéressants pour y travailler.

      Tout a été balayé, Texas Instruments a fermé il y a quelque temps, je ne suis pas sur que cela soit la joie à Motorola Toulouse, entre temps devenu Intel,
      Sagem a disparu et STE (ancien Philips) est mort.

      J'ai vu avec horreur tous ces sites fermer les uns après les autres et la R&D envoyée en Asie. C'est encore le cas aujourd'hui dans le groupe
      où je travaille, tout ce que l'on peut envoyer en Asie y est envoyé.

      Au-delà de mon envie de changer de domaine technique, je suis mu par la nécessité de changer, car je ne pense pas que je puisse faire de vieux os dans ce secteur industriel. Quitte à changer, autant changer.

      Après, si tu parles des Apps sur Smartphones, je ne connais pas le domaine.

      • [^] # Re: La téléphonie mobile ?

        Posté par . Évalué à 4.

        TI est parti, mais Nvidia et Intel ce sont installé à Sophia. Il y a aussi ARM (le cortex A8 est fait là), St, Infineon…

        "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Re: La téléphonie mobile ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

          Puis Parrot, SFR/Bouygues/Orange, SmartTV, Technicolor, Thales, etc. aussi font de l'embarqué en France, il y a aussi des entreprises plus libres comme OpenWide ou Free Electron par exemple.

          Des boîtes qui font que ça (ou en partie) il y en a plein en France et le marché est porteur justement.
          Mais bien entendu, il faut chercher un minimum et pas toujours auprès de boîtes célèbres, de nombreuses PME ou startup fonctionnent bien dans le domaine.

          • [^] # Re: La téléphonie mobile ?

            Posté par . Évalué à 2.

            Si tu parles de l'embarqué au sens large, il y a tout le secteur automobile et aéronautique (Bosh, sagem, EADS, les constructeurs…).

            "La première sécurité est la liberté"

  • # Houla le web

    Posté par . Évalué à 5.

    Pour avoir bossé dans le domaine (côté sysadmin), je déconseillerais fortement le web.
    Beaucoup de projets médiocres, des challenges pas terribles, selon les boîtes, peu ou pas de latitude pour faire des trucs sympas, et le risque de se retrouver à pisser du php pour des sites pourris.
    Le côté artistique est souvent réduit à néant, et surtout il y a des milliers de graphistes qui ne s'en sortent pas, et qu'on sous paye pour faire le moindre gif.
    Sans compter les commerciaux qui vendent n'importe quoi et le marketing qui ne comprend rien et veut un patchwork informe de features déjà présentes ailleurs.
    Franchement, c'est difficilement là-dedans que tu va t'éclater.
    Comme l'ont dit certains, le domaine des makers/hacklab/fablab/etc a l'air plus excitant, avec des projets plus motivants et plus créatifs. D'autant qu'en ayant de l'expérience dans l'embarqué, tu as déjà acquis la partie la plus dure

    • [^] # Re: Houla le web

      Posté par . Évalué à 7.

      on peut gagner sa croute dans le domaine des makers/hacklab/fablab ?

      • [^] # Re: Houla le web

        Posté par . Évalué à 2.

        Pareil que Max22,
        Je suis pas sûr qu'il soit facile de gagner sa croute dans le domaine des makers/hacklab/fablab. Après je suis entièrement d'accord pour dire que le domaine est techniquement intéressant.

  • # Autre contexte

    Posté par . Évalué à 4.

    Je confirme! Il y a de la demande en dev linux embarqué et différents types d'entreprises qui cherchent. De la grosse boîte genre Airbus, à la petite société de service spécialisée de moins de 20 personnes, genre Axupteam.
    Donc, pourquoi ne pas simplement changer de contexte?

    Pour ma part, je cherche activement depuis 3 mois et voici quelques noms de boîtes qui m'ont parus intéressants:

    • Airbus (droit d'entrée très cher en CDI, mais freelance sur 1 an recherché)
    • L-Acoustics (RH aux abonnés absents mais offres cycliques)
    • Axupteam à Bois d'Arcy
    • Prologue aux Ulis
    • [^] # Re: Autre contexte

      Posté par . Évalué à 1.

      Hummm, un déménagement sur Paris n'est pas envisagé pour le moment. Mais merci néanmoins pour les tuyaux.

  • # Et pendant ce temps là...

    Posté par . Évalué à 8.

    Ma femme fait une formation pour devenir assistante maternelle, et dans son groupe, il y a un informaticien en cours de reconversion… Comme quoi ça mène à tout !

    • [^] # Re: Et pendant ce temps là...

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      C'est absolument logique ! En effet, les informaticiens sont ultra qualifiés pour s'occuper des enfants grâce à leur rapports privilégiés et quotidiens avec les utilisateurs.

  • # Un exemple

    Posté par . Évalué à 2.

    Pour ne pas tourner autour du pot, je vais vous donner un exemple de boite qui m'interpelle. Il s'agit de Belighted, située à Louvain-La-Neuve. Fondée en en 2008, elle fait du Ruby on Rails et à l'air de bien fonctionner. Elle s'est en plus développée depuis 2008 pendant la crise. Je ne sais pas si ça été facile pour eux, mais ils m'ont l’air de s'en sortir.

    Des frameworks comme Ruby on Rails ont l'air a la mode en ce moment, non ? Le créneau a l'air pas si mal pour les boites qui font des web app, en tout cas on dirait qu'il y a un marché. Concurrentiel ?

    • [^] # Re: Un exemple

      Posté par . Évalué à 6.

      Mefies toi un peu du web, ou en tout cas n'y entres pas en te disant que tu vas "faire du ror".
      Le web est un milieu hyper dynamique, et les technos vont et viennent tous les 2 ans, donc tu feras "techno qui a le vent en poupe en ce moment", ou "techno qui avait le vent en poupe ya 3-5 ans", en fonction de ton creneau.

      Ror etait chaud bouillant ya un an ou deux. Avant c'etait django. Avant c'etait je sais pas quoi.
      Maintenant, c'est node le truc qui depote tout, probablement pour encore 12-18 mois.
      Cote client, c'est pareil, ya un nouveau framework js qui depote tout qui arrive tous les 12-18 mois. Et yen a qui veulent compilo le js, d'autres pas, d'autres qui veulent dart, et ci, et ca. Personne est d'accord et rivalise d'imagination pour la techno du futur, sort un truc, le maintient qq mois et passe a autre chose.

      Non, ror ne va pas disparaitre demain, ni apres demain, pareil pour django et tout le reste, mais c'est tres dangereux de miser tes billes sur une techno particuliere dans ce domaine.

      C'est pas forcement une critique du milieu ('fin si, ce genre de conneries distrait de ce qui est vraiment important, le produit, mais c'est pas le sujet), mais faut apprendre a faire avec, et etre a l'affut du domaine pour ajouter une techno a son arc quand elle emerge.

      Surtout si tu viens du milieu hardware, avec j'imagine des cycles produit plutot long. Dans le milieu web, moins d'une release tous les 15 jour et tu joues un jeu dangereux. Ca va vite, tres tres vite. La philosophie qui predomine c'est plutot "on sait qu'on va livrer une palanquee de bugs, alors plutot que de faire de la qa avant de mettre en prod, on met tout en prod, et on fait tourner tous les tests sur le site de production, avec une palanquee de moniteurs pour nous dire quand on a chie dans la colle".
      Dit autrement, c'est pas grave de shipper de la merde, tant que tu reagit suffisament vite pour que ca fasse pas un gros impact sur le business. Bref, attends toi a plus qu'un changement de techno, mais a aborder l'ingenierie sous un angle tres different :)

      Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

    • [^] # Re: Un exemple

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Je répond vite fait. Avec ton expérience en info embarquée, partir dans le web tu va te sous classer, tu vas te retrouver en face de jeunots sous payé qui maitriseront mieux que toi le web. J'ai fais de RoR, un très bon framework, le problème est qu'il faut maitriser 3 tonnes de technos, des langages spécifiques pour le JS, CSS, qui vont etre "compilé", bref tout un tas de merdes pour faire des sites ecommerces à la con.
      Je te conseillerais de partir dans le dev d'app pour, android et/ou iOS. le ticket d'entré technique étant plus élevé, les devs sont plus recherché, et tu n'auras aucun mal à apprendre les technos. Et c'est très lié avec ton background, alors que dans le web tu pars de zéro et mettant ton expérience à la poubelle.
      Personnellement, je me lance sur un projet en Qt pour le backend et le front…

  • # Commercial

    Posté par . Évalué à 3.

    Juste une remarque, c'est pas le tout de savoir faire des beaux sites qui plaisent, il faut savoir les vendre. Tu devras passer pas mal de temps à faire le commercial et ça c'est pas donné à tout le monde.

  • # Ma petite entreprise, connait pas la crise

    Posté par . Évalué à 4.

    Bonjour Alain *

    Avec un profil identique au tiens, j'ai eut il y à quelques temps la même réflexion : étant du monde embarqué et industriel, j'ai douté de la pertinence de ce milieu si stable auparavant et -en 2007- je m'interrogeait grandement sur son devenir, car l'industrie à eut du mal à s'adapter au technologies récentes (surtout Linux en passant). Quand j'ai vu combien j'était facturé par ma société de prestation, cela m'à énormément fait réfléchir pour devenir autonome. C'est pourquoi, j'ai tenté l'expérience du Freelance.

    Le Freelance
    Premières impressions : grand changement de vie, il n'y a que moi pour me motiver, pour m'organiser. Du coup
    plus question le soir de partir de chez le client et juste rentrer chez moi; Il faut tout faire : devis, facturation, démarches, etc. pour la partie administrative. Spécifications, documentation, coder, pour la partie technique.
    Je suis exhaustif, tout n'est pas obligatoire, mais j'ai du le faire cela dit. Mais ce n'est pas la si dur que ça. Le plus dur pour moi était de modifier mon organisation de travail.
    Il fallait savoir attribuer mon temps pour les clients -les démarcher, entretenir une relation- et mon temps pour le boulot lui même, en démarrant la journée : connaitre mon planning. Et surtout séparer le personnel : un truc à éviter est de travailler chez soi. Si possible (vraiment) essaie d'avoir un endroit de travail séparé de ta maison, ou une pièce dédiée, sinon ta femme, enfant, amis, chien, etc viendront comme c'était le cas avant te déranger dans ta concentration quotidienne.

    Pour la partie agréable, pouvoir parcourir la chaîne Client-devis-technique-facturation-Client à été véritablement enrichissant car la plupart du temps on sait à peine qui est le client et ce qu'il à pensé du produit sur lequel on a passé des heures, des jours et tellement de sueur car les commerciaux ne remontent pas trop cette infos, et encore moins si tu es prestataire.
    Ensuite, une certaine fierté d'avoir pu aboutir seul à un projet.Le banc de test pour Eurocopter que j'ai réalisé, est toujours dans mon CV.

    Aujourd'hui

    Je ne suis plus freelance, pourquoi ? parce que dans le monde industriel/embarqué dans ma région peu industrielle, et pas si innovante que ça il faut avant avoir un très bon tissus relationnel pour démarcher des clients, et démarcher pendant que l'on est soit à faire les papiers, soit à coder c'est de l'ordre de l'ubiquité. Et comme il t'à été conseillé : travaille de jour et passer des heures supplémentaires en permanence est fatal. J'ai donc repris le chemin de salarié. Mais cela dit, cette expérience m'a énormément changé car j'ai gardé cette vision
    globale qui me permet mieux de comprendre les parties non-techniques.

    Espérant que cela puisse donner un aperçu.

    *(serais-tu le frère de Anne ?)

    • [^] # Re: Ma petite entreprise, connait pas la crise

      Posté par . Évalué à 1.

      Merci DL pour ton témoignage,

      Il y a un truc intéressant dans ce que tu dis, c'est que tu t'es lancé et c'est en cheminant que tu aies pu t'apercevoir de ce qui allait ou pas, et à la fin te réajuster vers le salariat. En fait, tu as beaucoup appris, et cette expérience du Freelance même si non concluante t'a fait évoluer et comprendre plein de choses.

      *(désolé, je ne suis pas le frère d'Anne)

      • [^] # Re: Ma petite entreprise, connait pas la crise

        Posté par . Évalué à 0.

        Tout à fait, car même si des gens expérimentés te donneront les meilleurs conseils, ce sera ton expérience.

        Une note cependant, si j'avais pu entretenir un fichier client suffisant j'aurais bien continué, c'est surtout ce point que j'ai découvert car je me suis lancé seul et "à poil" dans l'aventure. C'est ce qui m'à fait le plus défaut car quand c'est parti plus le temps de démarcher. Et si tu as tout le temps pour démarcher c'est pas bon non plus… .
        Mais en définitive, il faut le faire !

        *(ok : je me suis pris un bide avec ma blague Carambar)

  • # Merci

    Posté par . Évalué à 0.

    Merci à tous pour vos précieuses réponses. Comme on dit maintenant, yapuka.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.