Journal L'astronomie à la portée de tous : Philae

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
-23
13
nov.
2014

Comme vous le savez, la sonde s'est posée sur une comète.

Il y a déjà un nourjal.

Pour autant :

  • les pierres lunaires n'ont révélé que peu de choses
  • PathFinder s'est baladé sur Mars mais cela ne représente que moins de 10 % de la planète ? (où sont les marsiens ? (non, pas là))
  • Rosetta est parti auparavant en 2004 et revient 10 ans après avec un succès inattendu malgré la perte de ses propulseurs lui permettant de se maintenir à la surface pour planter ses harpons dans la glace.

Bref. Que nous montrent les images, que nous donneront les forages ?

Quel est l'avenir de la sonde ? Comme un Voyager 1 il va quitter notre système solaire ? Se réveiller dans 1000 ans ? Avec la force d'un format ouvert et interopérable et GNU/Linux de partout ?

  • # Précisions

    Posté par . Évalué à 10.

    Rosetta […] la perte de ses propulseurs […]

    C'est pas Rosetta (elle va bien, merci, elle tourne toujours), c'est Philae

    Quand a leur avenir… Ils vont avoir chaud aux f..sses d'ici quelques mois :-)

    La comète se rapproche dangereusement (pour eux!) du Soleil, elle va bientôt commencer à "fondre" et expulser de puissants jets de gaz et autres "pétous" nauséabonds. Pour un petit robot mal arrimé, ça va pas être la joie, et pour sa copine qui "tournicote" au dessus non plus :-)

    Il n'y a pas de mauvais outils, il n'y a que de mauvais ouvriers

    • [^] # Re: Précisions

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      oui, merci. Effectivement, j'ai fait une ellipse entre rosetta/philæ que ton commentaire précise bien.

      Espérons que cette sonde puisse perdurer tout de même.

      Je note que personne n'a pour le moment relevé l'allusion à V'ger o_O !?

      Quels logiciels libres permettent d'approfondir ? J'aurais pensé que celestia aurait proposé des nouvelles au vu de l'engouement, il y a tous les outils pour le faire.

      Peut-être que stellarium va ajouter des fonctionnalités ?! C'est déjà un superbe logiciel. Vivement le mois d'août prochain pour la nuit des étoiles, permettant de revenir sur un événement majeur en astronomie !

  • # But de l'exploration spatiale

    Posté par . Évalué à 10.

    La comète autour de laquelle Rosetta tourne est sur une orbite qui dépasse à peine l'orbite de Jupiter, donc Rosetta ne va pas quitter le système solaire. Philae est posée à la surface de la comète et ne va donc pas non plus quitter le système solaire.

    Il faut comprendre que l'exploration spatiale apporte beaucoup plus que les résultats des missions proprement dites. Les technologies développées pour résoudre les multiples défis techniques qui se présentent à chaque mission permettent d'aller au delà des connaissances actuelles et cela a de nombreuses retombées sur toute l'industrie. Développement de nouveaux matériaux, de nouveaux procédés de fabrication, d'assemblage, des avancées dans les protocoles de communication, d'imagerie…

    • [^] # Re: But de l'exploration spatiale

      Posté par . Évalué à 8.

      Développement de nouveaux matériaux, de nouveaux procédés de fabrication, d'assemblage, des avancées dans les protocoles de communication, d'imagerie…

      J'adore le secteur spatial (j'y es bossé). Mais dans mon domaine, c'est faux (électronique, informatique). Ils ont quelques paquets d'années de retard sur les technologies disponibles. La différence avec l'informatique terrestre, est de savoir gérer les SEU qui bousillent l'électronique, et obligent à utiliser des composants spéciaux. Produire un composant à 100k exemplaires, ne permet pas de faire la même chose qu'à 100M, même si il coute 20k€ à 50k€/pièce.

      J'aime beaucoup aussi leur croyance dans la sureté et le teste qui serait les meilleurs du monde, pour des engins que l'on ne peut pas réparer (vu qu'ils sont dans l'espace). La plus part n'ont jamais approché les normes médicales ou d'aéronautique, pour affirmer cela.

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: But de l'exploration spatiale

        Posté par . Évalué à 5.

        Bah quand même, la micro-informatique ça a pris un bon coup de boost pour les mission Apollo non ?

        • [^] # Re: But de l'exploration spatiale

          Posté par . Évalué à 5.

          Oui et non. Le problème, c'est que dans l'espace, tu as tout un paquet de flux de particules chargées, qui causent des erreurs dans les composants électroniques. Notamment, ça interdirait l'utilisation de l'architecture x86 (c'est du conditionnel, je ne fais que répéter ce que j'ai lu, et si quelqu'un peut sourcer, je lui en saurais gré)

          La plus part n'ont jamais approché les normes médicales ou d'aéronautique, pour affirmer cela.

          On pet difficilement comparer ce qui n'est pas comparable… Le matériel médical comme aéronautique, c'est 100 ans d'expérience, des millions de répétitions de chaque procédure (alors que chaque voyage spatial est spécifique), des procédures de déclaration d'événements indésirables, et surtout, quand ça foire, tu peux analyser les débris/les cadavres. Quand une sonde foire son atterrissage sur Mars, bon courage rien que pour analyser ce qui a cloché !

          Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.

          • [^] # Re: But de l'exploration spatiale

            Posté par . Évalué à 4.

            Le problème, c'est que dans l'espace, tu as tout un paquet de flux de particules chargées, qui causent des erreurs dans les composants électroniques.

            https://en.wikipedia.org/wiki/Single_event_upset
            https://en.wikipedia.org/wiki/Radiation_hardening

            Il faut utiliser des process spécifiques de fabrication pour tenir "la dose" de radiation, pour gérer les erreurs transistors (triplication des mémoires), et ne pas avoir de latchup (court circuit interne à cause d'un SEU). Il me semble que Intel a donné le design du pentium à la nasa pour faire du spatial.

            Le matériel médical comme aéronautique, c'est 100 ans d'expérience, des millions de répétitions de chaque procédure (alors que chaque voyage spatial est spécifique)

            Euh… 100 ans d'expérience en informatique et électronique ?! Ils ont plus de temps que dans d'autres industries, mais si ils sont en retard, ils coupent dans les tests comme tout le monde. Dans le médical, le ferroviaire, l'aéronautique le produit est simplement interdit de vente dans ce cas.

            "La première sécurité est la liberté"

            • [^] # Re: But de l'exploration spatiale

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Il faut utiliser des process spécifiques de fabrication pour tenir "la dose" de radiation, pour gérer les erreurs transistors (triplication des mémoires), et ne pas avoir de latchup (court circuit interne à cause d'un SEU). Il me semble que Intel a donné le design du pentium à la nasa pour faire du spatial.

              L'aéro est très friand des processeurs avec une finesse de gravure élevée comme ceux des années 70-80, car plus le transistor est gros, moins il est sensible à ces effets là…
              La NASA utilise Ebay je crois pour récupérer les 80086 des débuts d'Intel pour ses besoins.

              • [^] # Re: But de l'exploration spatiale

                Posté par . Évalué à 2.

                L'aéro est très friand des processeurs avec une finesse de gravure élevée comme ceux des années 70-80, car plus le transistor est gros, moins il est sensible à ces effets là…

                C'est surtout que les prix des masques de photo-lithogravures sont de 300k€ et non 1M€.

                La NASA utilise Ebay je crois pour récupérer les 80086 des débuts d'Intel pour ses besoins.

                Parce que c'était pour remplacer des cartes développées au début des années 80. Et qu'il n'avait pas l'argent pour mettre à jour.

                "La première sécurité est la liberté"

          • [^] # Re: But de l'exploration spatiale

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Notamment, ça interdirait l'utilisation de l'architecture x86

            D'après la légende, Hubble est équipé d'Intel(s?) 486. Il me semble que c'est vrai mais je n'en trouve pas confirmation fiable rapidement.
            Hubble est en orbite basse, ça change pas mal de choses.

          • [^] # Re: But de l'exploration spatiale

            Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 17/11/14 à 17:17.

            Oui et non. Le problème, c'est que dans l'espace, tu as tout un paquet de flux de particules chargées, qui causent des erreurs dans les composants électroniques. Notamment, ça interdirait l'utilisation de l'architecture x86 (c'est du conditionnel, je ne fais que répéter ce que j'ai lu, et si quelqu'un peut sourcer, je lui en saurais gré)

            On a un peu tendance à ne penser qu'à ce qui voyage mais il y aussi le tout ce qui se passe au sol préparer, simuler, et suivre les missions ça demande aussi de la puissance de calcul, des outils de télécommunication fiables, tout un tas de choses qui ont demandé de l'innovation.
            Apollo a contribué au développement de nombreuses technologies dont l'informatique, pas que dans le domaine de l'embarqué.

            Un lien sympa sur IBM et Apollo :
            http://www-03.ibm.com/ibm/history/ibm100/fr/fr/icons/apollo/

        • [^] # Re: But de l'exploration spatiale

          Posté par . Évalué à 2.

          Sans doute à l'époque, mais maintenant, l'esa doit encore être au Leon3FT (sparc v8 du niveau d'un arm9 avec fpu) à 100Mhz…

          "La première sécurité est la liberté"

          • [^] # Re: But de l'exploration spatiale

            Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 13/11/14 à 16:11.

            D'après ça et ça, pour Rosetta, c'est même plus court que ça :)

            D'ailleurs, l'évolution que l'on peut voir dans ce vieux doc de 2010 est assez intéressante et à des lieux de ce que l'on pouvait utiliser au sol même en 2005.
            8Mo de RAM, qui est capable de coder là-dessus aujourd'hui :)

          • [^] # Re: But de l'exploration spatiale

            Posté par . Évalué à 3.

            Leon3 pour un projet actuel ? Je ne veux pas dire mais pas du tout, on en est déjà au Leon2. Ah mince. (pour un projet en développement, pour l'ESA, bon c'est parce que c'est basé sur un autre design d'un satellite… pas encore lancé non plus)

            En même temps on n'a pas besoin de plus pour ce qu'on veut faire, pourquoi s’embêter ? /o\

            Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

    • [^] # Re: But de l'exploration spatiale

      Posté par . Évalué à 10.

      On vit dans une société où tout doit être justifié, et maintenant, tout doit être justifié en matière de pognon. L'éducation doit permettre de former de futurs cadres et chefs d'entreprises innovantes qui assureront la croissance, la culture sert à exporter notre industrie du divertissement et améliorer la balance du commerce extérieur, etc.

      On s'en fout des retombées de la recherche scientifique sur l'innovation, sur la croissance, ou sur les profits du secteur de la finance. En tant qu'être humain, vaut-il mieux acheter un iPhone fabriqué par des enfants chinois ou contribuer à envoyer un robot sur une comète? L'exploration spatiale, c'est cool, et c'est parce qu'on accepte de dépenser une partie ridicule de notre richesse pour financer ce genre de projets que l'humanité est un truc à part dans le monde vivant.

      Le mec qui a peint la grotte de Lascaux, je suis sûr qu'il a dû se défendre face à des guignols de sa tribu, qui trouvaient qu'il ferait mieux de chasser le mammouth. Mais quand on regarde en arrière, les guignols, on n'a plus aucune trace de leur misérable existance : ils sont nés, ils ont consommé, ils sont morts. Ils n'auraient pas existé, ça n'aurait rien changé.

      • [^] # Re: But de l'exploration spatiale

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Ils n'auraient pas existé, ça n'aurait rien changé.

        Peut être pas, ce sont sans doute des personnes qui ont eu une descendance et vu la population de l'époque statistiquement une grande partie de l'Humanité leur devrait une bonne part de leur génome.

        • [^] # Re: But de l'exploration spatiale

          Posté par . Évalué à 5.

          C'est une question intéressante, parce qu'on peut creuser un peu.

          Si on parle d'un point de vue strictement matérialiste et qu'on élimine "magiquement" toute leur descendance, certes, on risque d'avoir un effet. En remontant à l'époque de la grotte de Lascaux (environ 1000 générations), on peut (presque) séparer l'humanité en deux catégories : les gens qui sont des ancêtres de tous les humains actuels, et les gens qui ne sont les ancêtres de personne. Du coup, si on élimine un gusse au pif, soit tout le monde disparait, soit il ne se passe rien.

          Si on s'intéresse à la part de leur génome qu'ils ont laissée, c'est plus mitigé. La taille de population efficace de l'humanité est descendue sous les 30000 à une période de la préhistoire, et en règle générale, elle se situe dans la norme pour les primates, sous les 100000. Ça veut dire quand même que si ces 100000 individus ont contribué équitablement en moyenne au génome d'un individu contemporain, ça ne fait pas lourd : on a environ 30000 gènes différents (en double si on considère un génome diploïde), et pour la plupart des gènes, en désactiver un ne risque pas de changer grand chose (on a tous des centaines de gènes qui ne sont pas fonctionnel, et la plupart du temps, ça ne pose pas de problème particulier).

          Si maintenant on s'intéresse à l'effet statistique (c'est à dire qu'on se fout complètement de leur contribution particulière, mais qu'on imagine qu'ils auraient été remplacés par un autre quidam s'ils avaient été stériles ou morts prématurément), leur contribution ne serait significative que si la "normalité" avait une composante génétique (par "normalité", j'entends la normalité sociale dont on parle, c'est à dire la propension à mener une vie normale sans postérité intellectuelle, et à tenter d'empêcher les autres de faire autrement). On pourrait considérer naïvement qu'en éliminant ces gènes de la population, on aurait actuellement des êtres humains beaucoup plus dynamiques et beaucoup moins contrôlables, qui ne seraient pas écrasés par une masse réactionnaire. Cependant, je doute que ce soit réaliste, j'imagine qu'un équilibre existe dans le partage des rôles. D'une part parce qu'une société ne peut pas supporter une masse trop grande de "non-productifs", parce qu'il faut bien faire manger tout ce petit monde, mais surtout parce que ces "rôles" sociaux sont très probablement une affaire d'opportunités, et qu'il ne peut pas exister de rôles vides.

          • [^] # Re: But de l'exploration spatiale

            Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 13/11/14 à 19:53.

            La taille de population efficace de l'humanité est descendue sous les 30000 à une période de la préhistoire

            En fait, selon les estimations, le goulot d'étranglement se situerait entre 2 000 et 15 000 individus :

            Je cite deux passages de cet article :

            Cela semble corroborer la Théorie de la catastrophe de Toba, qui suggère qu'il y aurait eu un goulot d'étranglement de la population humaine, il y a environ 70 000 ans, où cette dernière se serait supposément réduite à environ 15 000 individus […].

            et :

            Cela corroborerait certaines hypothèse décrivant une population subsaharienne avoisinant les 2 000 individus pendant une période d'environ 150 000 ans avant de réaugmenter au paléolithique supérieur.

            Hop,
            Moi.

            • [^] # Re: But de l'exploration spatiale

              Posté par . Évalué à 2.

              Ça fait un bout de temps que je n'ai pas suivi les développements récents, mais en coalescence, 30000 ou 15000 c'est pareil (en général, l'erreur est du même ordre de grandeur que l'estimation, surtout pour les évènements anciens). Par contre, d'après Wikipédia, les 2000 individus, c'est une estimation pour une période très ancienne, et je ne sais pas sur quoi elle repose (certainement pas sur les modèles de coalescence traditionnels).

              Il faut aussi voir que, contrairement à ce qui est sous-entendu par l'article de Wikipédia, une taille de population efficace de 15000 ne correspond pas du tout à l'équivalent d'une bourgade de province. On peut facilement multiplier par 5 ou 10 pour avoir le nombre d'individus réel (avec des vieux, des juvéniles, des moches qui ne se reproduisent pas, etc), et ça peut même être beaucoup plus dans des systèmes qui fonctionnent en harem. De manière générale, Ne=15000 ou 30000, c'est très loin de l'extinction ; de nombreuses espèces sont dans une telle situation.

      • [^] # Re: But de l'exploration spatiale

        Posté par . Évalué à 0.

        En tant qu'être humain, vaut-il mieux acheter un iPhone fabriqué par des enfants chinois ou contribuer à envoyer un robot sur une comète?

        Et si cela permet que l'enfant en question puisse manger ?

        "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: But de l'exploration spatiale

        Posté par . Évalué à 6.

        Le mec qui a peint la grotte de Lascaux, je suis sûr qu'il a dû se défendre face à des guignols de sa tribu, qui trouvaient qu'il ferait mieux de chasser le mammouth. Mais quand on regarde en arrière, les guignols, on n'a plus aucune trace de leur misérable existance : ils sont nés, ils ont consommé, ils sont morts. Ils n'auraient pas existé, ça n'aurait rien changé.

        Oui mais on peut aussi dire qu'il a pu se consacrer à l'art parce qu'il n'avait pas besoin de chasser le mammouth grâce aux «guignols» qui le chassaient pour lui. C'est grâce à cette complémentarité que les animaux sociaux parviennent souvent à réaliser des choses plus complexes que les autres. Ainsi les peintures de Lascaux comme l'exploration spatiale ne sont pas l'œuvre des quelques personnes qui y ont travaillé directement mais celle d'une grande part si ce n'est de toute la société humaine.

        • [^] # Re: But de l'exploration spatiale

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Ainsi les peintures de Lascaux comme l'exploration spatiale ne sont pas l'œuvre des quelques personnes qui y ont travaillé directement mais celle d'une grande part si ce n'est de toute la société humaine.

          Effectivement, peut-être que le plus exceptionnel de l’espèce humaine n’est pas d’être capable d’explorer l’espace, mais d’être capable d’organiser la société afin de permettre à certains de ses membres de jouer à poser une gameboy sur une comète pour la chatouiller entre les poils après avoir utilisé la gravité de sa propre planète comme toboggan.

          Bon malheureusement on n’y arrive pas parfaitement. On trouve bien quelques mécènes pour permettre à des artistes de consacrer leur temps à nous faire rêver, mais ça ne protège pas des charlatans (les deux sont une spécialité humaine), et on trouve de nombreux montages sociaux et économique pour permettre même aux plus petits et aux plus faibles de vivre, mais ça n’empêche pas d’autres d’en tuer à la tâche (autres spécialités humaines).

          ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

      • [^] # Re: But de l'exploration spatiale

        Posté par . Évalué à 7. Dernière modification le 13/11/14 à 21:45.

        Le mec qui a peint la grotte de Lascaux, je suis sûr qu'il a dû se défendre face à des guignols de sa tribu, qui trouvaient qu'il ferait mieux de chasser le mammouth. Mais quand on regarde en arrière, les guignols, on n'a plus aucune trace de leur misérable existance : ils sont nés, ils ont consommé, ils sont morts. Ils n'auraient pas existé, ça n'aurait rien changé.

        Bah non, du coup, vu que c'est eux, les guignols entrain de chasser le mammouth, qui sont sur les peintures. (Remarque, si ça se trouve, si il avait osé peindre un monolithe noir, il l'aurait finit en cassoulet avec les mammouths). C'est que, de tout temps, c'est compliqué la vie d'artiste.

        Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

      • [^] # Re: But de l'exploration spatiale

        Posté par . Évalué à 2.

        entreprises innovantes qui assureront la croissance

        la croissance, c'est mort, elle ne fera bientôt plus partie de notre monde…

  • # Ben ca valide

    Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 14/11/14 à 00:58.

    Ca valide des procs et composants qui fonctionneront encore dans le cas d'une mega-tempête solaire, voire d'une prochaine inversion des pôles magnétiques qui se passerait mal, et surtout ca valide les marges de résistance de l'électronique qu'il y a dans les satellites qui te permettent de ne pas te perdre.

    Pis surtout, ca montre qu'il ne faut pas seulement penser à la correction du prochain bug révélé du noyau, mais aussi qu'il faut des OS qui peuvent tourner longtemps sans bugs, je crois pas qu'elle ai eu de mise a jour Philae, ceci dit le risque de hack me semble .. lointain.

    Comme déja dit la sonde est morte d'ici l'été, mais si elle trouve des corps carbonés complexes, elle sera l'outil d'un grands pas dans la connaissance, et sinon elle restera un grand pas dans la réalisation technologique en terme de MTBF!

    • [^] # Re: Ben ca valide

      Posté par . Évalué à 2.

      Le truc d'une méga-tempête solaire, c'est que c'est un événement bref mais intense, et que ça induit des courants (intenses donc) dans les matériaux conducteurs branchés en circuit. Autrement dit, ça brûlera les composants électroniques (et les matériels électriques) sous tension et seulement ceux-là (bon, je suppose que le champ magnétique peut aussi effacer des disques durs éteints et débranchés)au moment de la tempête, qui peut durer de quelques secondes à quelques heures, mais pas plus (ne serait-ce que pour des raisons astronomiques : une tempête solaire est un événement localisé spatialement, et la Terre est en mouvement, donc même dans le cas d'un faisceau continu, elle passerait à travers).

      Donc il n'est pas nécessaire d'avoir des composants résistants si on ne les utilise pas au moment de la tempête, et vu que c'est un événement imprévisible, la seule façon de s'en prémunir serait de les utiliser en permanence. Ce qui est difficile, au vu du besoin permanent de puissance de calcul.

      je crois pas qu'elle ai eu de mise a jour Philae

      Philae (l'atterrisseur) n'a été sous tension que peu de temps. Rosetta a été sous tension tout du long, mais dans un but d'économie d'énergie, Philae n'a été mis sous tension qu'à l'approche de la comète 67P. Ceci dit, ton commentaire s'applique si on prend en compte Rosetta et non Philae.

      Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.

    • [^] # Re: Ben ca valide

      Posté par . Évalué à 2.

      Pis surtout, ca montre qu'il ne faut pas seulement penser à la correction du prochain bug révélé du noyau, mais aussi qu'il faut des OS qui peuvent tourner longtemps sans bugs

      Cette partie là est une croyance du monde du spatial. Mais en terme de fiabilité logiciel, ils sont à des années lumières de l'aéronautique (DO178), du ferroviaire, du nucléaire et du médical.

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: Ben ca valide

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        tu veux dire que… ? ça fonctionne par… chance ? (malgré l'informatique et grâce aux maths et un peu de physique newtonienne ?)
        De mon expérience, la ligne 14 et la ligne 1 fonctionnent bien mieux depuis que l'automatisation est en place (ce qui était le cas plus de 10 ans avant à Lyon).

        • [^] # Re: Ben ca valide

          Posté par . Évalué à 3.

          ?!

          Je te parle de qualité logiciel, là. La qualité demandé dans le spatial est bien inférieur à ce qu'il croit. Il y a beaucoup de secteur, où c'est infiniment plus contraignant; avec de vrais conséquences couteuses : délais d'un an pour certification, poubélisation de code entier pour défaut de traçabilité, réériture de code (genre 100 h/an)…

          "La première sécurité est la liberté"

  • # End

    Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 14/11/14 à 16:21.

    Bonjour,
    C'est fini depuis ~12h, heure fr_fr.

    L'exploit reste, mais malheureusement il n'y aura pas de forage exploitable.
    La position (rocambolesque, rendant d'autant plus fort l'exploit de se poser) empêchant d'avoir un ensoleillement suffisant pour la recharge, il n'est pas possible d'avoir une autonomie suffisante. Pas d'energie, pas de chocolat.

    • Envoyer une sonde dans l'espace, c'est une chose.
    • Se poser en est une autre, vraiment une toute autre (souvenons nous de comment s'est posé un petit robot sur une planète aussi connue, étudiée, et stable, que Mars.)
    • Se poser sur un tel objet relève de l'exploit !

    Il est probablement vrai, tel que tu le trolles un peu dans ton journal :-) que les relevés n'auraient fait que confirmer des hypothèses déjà connues. Soit. Et que l'exploit réel se situe dans ce voyage, et ce … cométissage. Avoir une relevé de forage aurait été la cerise sur le gateau. Mais cette cerise manque quant même.

    • [^] # Re: End

      Posté par . Évalué à 3.

      C'est fini depuis ~12h, heure fr_fr.

      Euh … Elle a lancé la foreuse il y a une heure (si on en crois les tweets du compte officiel). Et ils viennent de recevoir (il y a 25 minutes) des infos d'un des instruments (COSAC), et le décalage n'est pas de 12 heures entre la réalisation des analyses et l'envoi des données à la terre …

      • [^] # Re: End

        Posté par . Évalué à 3.

        Il y a un mince espoir qu'il puisse envoyer une partie de ses données vers ~21h.
        C'est tout.

      • [^] # Re: End

        Posté par . Évalué à 3.

        Les heures ne sont pas bonnes. Il y a bien eu une tentative de forage, puis la liaison a été coupée à ce moment là. Il n'y aura pas de forage exploitable, à moins d'un miracle ce soir.

        Ne m'en demande pas plus, et je ne sais pas pourquoi le compte tweeter, relayant les infos à la minute jusqu'alors, est visiblement moins alimenté depuis. Cependant l'info a été officialisé par le directeur de programme sur France Info vers 14H30 (fr_fr, utc+1 en ce moment)

        Enfin, il faut se méfier des sur-interprétations par les médias. Exemple : le fait avéré que le robot n'avait pas assez d'énergie en stock a été transformé en "panneaux mal orientés" pendant un moment, hier. Or les logs (données par le compte tweeter, par ailleurs) étaient simplement factuelles. Ce n'est que plus tard qu'il y a eu les preuves (forte pente réduisant l'ensoleillement et mauvaise orientation d'une partie). Les médias ont tendances a vouloir tout savoir tout de suite, ce qui transforme des faits en hypothèses, par interprétations.

        • [^] # Re: End

          Posté par . Évalué à 3.

          Je ne sait pas d'où tu tiens tes informations, mais personnellement je me renseigne sur le site / les comptes twitter de l'ESA, histoire d'éviter les déformations journalistiques (au-delà de celles qui sont dans les communiqués, bien sûr).

          Par exemple, pour aujourd'hui, il y a http://blogs.esa.int/rosetta/2014/11/14/how-and-where-is-philae/ .

          Il y a bien eu une tentative de forage, puis la liaison a été coupée à ce moment là. Il n'y aura pas de forage exploitable, à moins d'un miracle ce soir.

          Forage jusqu'à 25 cm de profondeur, et la coupure était prévue et attendue (cf lien posté).

          UPDATE: pendant que je rédige, la connexion a été reçue puis perdue, et manifestement il vont essayer de tenter une dernière manœuvre (cf http://blogs.esa.int/rosetta/2014/11/15/turning-philae/ ). Attention, je ne dis pas que tout se passe à merveille, mais manifestement il y a encore des gens qui tentent quelque chose, là-bas …

          • [^] # Re: End

            Posté par . Évalué à 6.

            Dernières news: le forage a bien eut lieu, avec succès (descente puis remontée du forêt), et les informations de l'analyseur COSAC (qui travaille sur des échantillons issus du forage) sont en cours de transmission vers la terre … Reste a savoir si les données seront exploitables, mais ont est quand même plutôt dans les bonnes nouvelles (surtout pour une mission qui était sensée être finie ce midi …).

  • # Un modeste succès pour le langage Forth

    Posté par . Évalué à 5.

    C'est un modeste succès pour le langage Forth et le processeur RTX2010.
    Ce processeur 16-bit à faible consommation électrique est durci contre les radiations. Deux RTX2010 cadencés à 8Mhz contrôlent le CDMS (Command and Data Management Subsystem) qui a pour rôle de préparer la séparation avec l'orbiteur Rosetta, de gérer l'alimentation et la température, d'effectuer la séparation, la descente et la pose sur la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko. Une fois sur la comète ils exécutent les commandes à distance en provenance de la Terre et envoient les données via l'orbiteur. Le stockage de masse de Philae est de 2x27 Mbit en mémoire Flash et le débit des données avec l'orbiteur est de 16 Kbit.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.