Journal Comment apprend-on Linux à des néophytes.

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
Tags :
10
26
oct.
2013

Depuis quelque temps j'ai formé le projet de communiquer Linux aux autres. J'ai donc contacté un centre social qui dispose d'une salle informatique destinée à un usage en libre service et à des petits cours d'initiation informatique (internet, cv, word, etc.). Il y a 7 pc W$ et un pc Linux, pas mis à jour depuis je ne sais quand.

Dans un premier temps j'ai cherché la distrib idéale pour des débutants Linux. Après avoir essayé Ubuntu et Mint, j'ai trouvé Handy Linux, un fork basé sur wheezy et xfce, très orienté vers les débutants en informatique. J'ai donc dans l'idée d'installer cette distrib sur les machines de la salle, et sur celles des personnes intéressées, et de leur faire une petite initiation. Je vise les nuls, les vieux, ceux qui ont un ordinausore sous W$ qui rame, etc.

Mais voilà, en cherchant sur google, je n'ai pas trouvé de méthode pratique pour l'initiation à linux. Je me pose des questions toutes bêtes : quels sont les logiciels les plus utilisés sous W$, et quels sont les équivalents sous linux; quels sont les pièges à éviter; comment fait-on pour enseigner linux le plus simplement possible ? etc.

Merci de me donner des pistes, des idées, des conseils.

  • # Exemples d'usages domestiques

    Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 26/10/13 à 13:22.

    Quelques usages domestiques, par ordre croissant de complexité :
    - consulter internet, envoyer et recevoir du courrier électronique, facebook, lire du PDF, etc.
    - écrire du texte dans un traitement de texte
    - retoucher ses photos
    - monter ses vidéos de famille
    - créer des images ou des musiques
    - programmer

    Partant de là, ça te donne une idée de logiciels nécessaires… (firefox, open office, inkscape, gimp, gcc, etc.)

    • [^] # Re: Exemples d'usages domestiques

      Posté par . Évalué à 10.

      Déjà il faudrait savoir les motiver. La plupart des gens se moque de quel genre d'ordi ils utilisent. Il prennent ce qui vient, windows donc. Pourquoi feraient ils l'effort de chercher ailleurs, de se déranger de leurs habitudes (je parle pas des install qui peuvent être complexes) ? Quelques idées qui me viennent :
      _c'est un bel idéal le libre :D (étoiles qui brillent dans les yeux)
      _on peut utiliser plus longtemps de vieux ordinateurs
      _certains logiciels gagne à être connu :). Dans mon cas par exemple, je pense qu'on peut dire que je me suis installé une distrib' juste pour krita :3 (c'est pas totalement vrai hein ^ mais c'est une des raisons). Ce que j’essaye de dire, c'est qu'on peut vaquer à ses loisirs/occupations favorites sans être obligé de passer l'aprem à cracker photoshop/corel painter et j'en passe.
      _une communauté active toujours là pour filer des conseils en cas de pépins ;), du moins pour les distrib le plus courantes.

      Bref, l'idée n'est pas de faire une liste exhaustive, juste de dire qu'il vaut savoir expliquer à tes "élèves" ce qu'il gagneraient à expérimenter le libre. Sans quoi, je vois pas pourquoi ils s’embêteraient :). La conviction me semble en effet être le nerf du libre, du moins je le ressens comme ça. Je suis trop sentimentale peut être xD.

      Bon courage :).

      • [^] # Re: Exemples d'usages domestiques

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        L'une des meilleures motivations ça reste d'expliquer qu'un logiciel gratuit, c'est mieux quand c'est pas piraté, parce que ça amène moins de virus !

        Comment ça cet argument est un peu facile et en partie faux ? Ouais, mais juste assez vrai aussi… et touchant les points sensibles :
        -Les gens ne veulent pas payer des fortunes les licences
        -Ils aiment quand ça marche (et c'est vrai que certains logiciels piratés amènent leurs lot de virus… mais surtout le libre est la meilleure protection de base contre les virus).

        Ajoute à ça l'argument imparable "sous linux, pas besoin d'avoir un antivirus/pare-feu/etc". Là encore, si on veut une installation vraiment sécurisée y'a des choses à faire mais… un ordi avec un installation linux de base sera toujours mille fois plus sain qu'un ordinateur avec une installation windows de base.

        Après il faut faire gouter au bonheur de linux : simple, rapide, élégant :p

        Quand j'installe linux pour des personnes venant du monde proprio je vise toujours à faire une interface qui leur rappelle un peu leur ancien os (position du menu, du bouton pour éteindre et de la barre des fenêtres, c'est tout…), en mettant en avant les services qu'ils utilisent et en les configurant pour qu'ils leur rendent la vie plus agréable.

        Niveau environnement de bureau, j'aime bien xfce pour ça : on peut le configurer assez bien, et il reste simple (et léger, suivant les ordi c'est important).

        Quels sont les besoins basiques :
        -Relever le courrier : vaut mieux leur configurer leur compte…
        -Aller sur le web : installer de quoi voir flash (video youtube), java, un bloqueur de pub ("tiens, y'a pas de pub sur le net avec linux ?" "heu, presque…").
        -Regarder des films, écouter de la musique. Pour la musique c'est compliqué car chacun a ses préférences… mais heureusement c'est assez rare que les personnes qui ne sont pas doués en info me demandent ça.
        -Pouvoir regarder les photos. Facile :D
        -Écrire et imprimer. Bien vérifier que tout va bien pour imprimer, donc, parce que là on a parfois des surprises suivant les imprimantes.

        Ensuite, il y a les curieux qui vont en demander un peu plus :
        -Retoucher les photos
        -Faire des powerpoint avec des animations et tout
        -Utiliser un tableur
        -Graver des cd (de musiques, de photo)
        -Télécharger des trucs pas permis… Nan, ça, personne ne fait…

        Là, les gens te diront bien ce qui les intéressent et tu feras en fonction :)

        • [^] # Re: Exemples d'usages domestiques

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          -Relever le courrier : vaut mieux leur configurer leur compte…

          Leur montrer le client mail et les laisser faire.

          Non parce qu’à un moment il faut arrêter l’assistanat (à prononcer sur le ton d’un salaud de droite). Configurer un client mail n’est plus une tâche difficile aujourd’hui.

          L’utilisateur n’a que deux choses à connaître : son adresse e-mail et son mot de passe ; avec ça, Thunderbird par exemple fait tout le boulot (trouver le nom des serveurs d’envoi et de réception, les ports, les méthodes d’authentification, etc.). Bon, ça ne marche qu’avec les fournisseurs de messagerie connus, mais comme il y a peu de chance que l’utilisateur dont on parle utilise un fournisseur exotique, ça ne sera pas un problème.

          À la limite, le faire devant lui, mais alors en insistant bien sur le fait que c’est tout con et que la prochaine fois il pourra (devra) le faire tout seul.

    • [^] # Re: Exemples d'usages domestiques

      Posté par . Évalué à 5.

      Pour aller plus loin, tu as ce Tableau d'équivalence de logiciels Windows / Linux qui est pas mal.

  • # Pourquoi une distribution spécialisé ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    Je me demande l'interet réel d'une distribution «spécialisé». Pourquoi ne pas simplement partir d'une distribution que tu maitrise et que tu va alors configurer a ta façon ?

    C'est ce que je fait avec les personnes que j'initie a linux. Je leur installe une Fedora que je configure aprés pour être facile d'accés (XFCE, Grosses icones en faible nombre, …)
    Pourquoi ? Simplement car c'est la distribution que j'utilise tout les jours, et que je connais finalement le mieux, et donc que je peu dépanner le plus rapidement.

    Si j'ai a faire a une distribution spécialisé, j'aurrais besoin de m'adapter et des dépannages prendrons généralement plus de temps (le nom des packets qui n'est pas tout a fait les même, un fonctionnement un peu différent, …)


    Pour ce qui est des applications a présenter, je concidére que la base sont la navigation internet (donc FireFox), la suite bureautique Wysiwyg (Libre Office) et les mails (Thunderbird).

    C'est avec les mails que je suis arrivé a faire migrer mes beaux parents. Tout les comptes mails dont ils ont besoins sont maintenant au même endroit, toujours avec la même tête et avec le même comportement.
    Ils utilisais trois webmails pour des adresses différentes (perso et pro) dont du Orange et du Google.

    Sinon, il faut surtout être a l'écoute.

    • [^] # Re: Pourquoi une distribution spécialisé ?

      Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 26/10/13 à 15:55.

      C'est vrai jusqu'à un certain point. Parce que le but est aussi qu'à terme les propriétaires des machines soient autonomes pour réaliser les principales tâches d'administration (installer de nouveaux paquets, màj, installation d'un nouveau périphérique etc.). Or, il faut admettre que certaines distribs ont un écosystème plus simple que d'autres pour réaliser ces tâches.

      je n'installerai pas une Debian ou une Arch chez ces personnes, quand bien même ce sont des distribs que j'utilise et que je maîtrise.

      Pour moi, c'est le critère principal, parce qu'au final, KDE ou Gnome s'utilisent de la même manière sous Debian, Fedora ou Arch.

      • [^] # Re: Pourquoi une distribution spécialisé ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Mon point de vue est que si tu veux les ammener a faire de l'administration, il est encore plus important d'avoir quelque chose de plus courant, car justement les premiéres armes dans l'administration se font sur des bases plus courantes.

        L'administration est surtout une question de volontée. J'ai un utilisateur dans mon entourage proche que j'ai fait passer sur du Fedora (car c'est ce que j'utilise) et qui un ans aprés ces premiéres armes sous un OS libre, fait les instalations et ces mises a jours avec un terminal.

        Non pas qu'il n'existe pas d'interface graphique, loin de la. Simplement que la ligne de commande fait peur au premier abord, mais qu'elle est finalement trés fonctionnelle une fois qu'on as passé la premiére apréention. Mais aussi qu'il suffit du nom du logiciel pour l'installer.

        Et même si je ne le fait pas pour tout les utilisateurs que je fait, ou essaye de faire migrer, la ligne de commande, et le «vrai» monde n'est pas forcément si compliqué une fois qu'on accompagne les premiers pas. Et en plus, c'est terriblement formateur.

        • [^] # Re: Pourquoi une distribution spécialisé ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 8.

          c'est un aspect qui m'inquiète. Je m'explique.

          Je garde toujours espoir que certains adoptent Linux sans nécessairement vouloir apprendre sh ni ksh ni systemd.
          Évidemment Si un utilisateur s'y met, apprend et que ça fonctionne - il n'y a rien à y redire.

          Mais il devrait y avoir une place pour les autres. On doit pouvoir installer et administrer son système sans ligne de commande. D'ailleurs on peut connaitre les permissions unix, l'architecture de base, sans manipuler sed.

          Installer un paquet? J'ai beaucoup d'attente à propos de gnome-software ou bodega.
          Mise à jour du système? un truc graphique doit le faire.
          rsync peut se gérer en graphique, etc etc…

          • [^] # Re: Pourquoi une distribution spécialisé ?

            Posté par . Évalué à 2.

            Je suis d'accord ! Pour un débutant il faut absolument installer une distrib avec des applis de configuration graphique ! Comme ca il ne ser jamais perdu si la ligne de commande est trop difficile.

            • [^] # Re: Pourquoi une distribution spécialisé ?

              Posté par . Évalué à 1.

              Est ce que as essayé Mageia; elle dispose d'une "panneau de configuration" graphique et a hérité des wizard de Mandriva. Ce qui permet a un débutant d'être autonaume sur pas mal de chose, c'est même trés simple d'installer un serveur httpd fonctionnel. En plus c'est français

  • # pérennité ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Dans un premier temps j'ai cherché la distrib idéale pour des débutants Linux. Après avoir essayé Ubuntu et Mint, j'ai trouvé Handy Linux, un fork basé sur wheezy et xfce, très orienté vers les débutants en informatique.

    Pourquoi pas, mais c'est quoi la pérennité d'une telle distrib (qui doit être la 42 millième du genre) ? Perso je ne m'avancerais pas et mettrais un truc que tout le monde connait plus où moins (Ubuntu, Debian, Fedora). [Si ça tient qu'à moi Un FreeBSD, mais bon :)]

    les pixels au peuple !

    • [^] # Re: pérennité ?

      Posté par . Évalué à 6.

      Il faut surtout éviter de commencer par faire apprendre l'installation : meilleure façon pour faire peur.

      Pour installer Linux, vaut mieux encourager les gens à contacter quelqu'un qui sait faire (via un LUG par exemple).

  • # mon avis

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    Pour le moment je suis over booké, mais mon projet "d'apprendre" à utiliser un ordinateur avec linux aurait besoin d'une salle avec une petite dizaine de machines, plus un serveur avec des home déportés et une distribution différente sur chaque machine avec un bureau différent et des applications différentes ; puis une petite dernière uniquement en console pour ceux qui auront gagné le graal.

    Pour que les personnes choisissent à chaque fois une machine différente. On peut avoir l'impression que cela va les perdre, mais je crois que, au contraire, il vont finir par chercher la "fonction" plutôt que le bouton. Plutôt que de se souvenir que c'est l'enveloppe qu'il faut ouvrir pour lire son courrier, il vont chercher le logiciel de courrier électronique etc…

    Je suis persuadé que passé le premier changement (ou le deuxième) les gens vont automatiquement s'adapter et "globaliser". On ne peut globaliser que si on fait la même chose de tout plein de manières différentes, sinon on développe des automatismes pavlovien et en rien une compétence.

    mes 2 cts

    ps, cela implique que le "formateur" maîtrise toutes les machines et puisse accompagner en "live" ceux qui ont des soucis.

    • [^] # Re: mon avis

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      A part pour des utilisateurs motivé pour apprendre, c'est une logique de réflexion qui est trés particuliére, et je doute que ça fonctionne pleinement.

      Ce n'est pas ce que je ferais de mon coté. Même si l'idée de base as du sens.

      • [^] # Re: mon avis

        Posté par . Évalué à 3.

        Faut pas sous-estimer trop les gens, faut leur dire qu'au début ça fait bizarre mais on s'y fait.

        En général, si ils sont là, c'est parce que ça les intéressent un brin.

        C'est comme sous-estimer les étudiants : en tant qu'enseignant je l'ai souvent vu faire (et parfois fait), et c'est contre productif, puis ça te fabrique des nazes incapables de se débrouiller.

        Dans l'apprentissage en général, on dit souvent qu'il faut que l'apprenant fasse face à des problèmes qu'il surmonte de lui-même : si tu le laisse dans sa zone de confort, il ne va rien apprendre !

        Toute la difficulté dans ce cadre est de faire passer du coté inconnu de la ligne petit à petit et pas trop violemment, c'est pour moi un des skills d'un bon enseignant :)

        • [^] # Re: mon avis

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          cela s'appelle la "zone proximale de développement". (on représente l'apprentissage sous la forme d'un escalier et la zone proximale est la marche juste au dessus).

          Si le but est de leur apprendre à utiliser un logiciel, il y a des myriades de clubs informatique ou les gens installent du libre parce qu'ils n'ont pas de fric. Donc ubuntu ou win7 ou macmachin, au bout de 10 minutes ils savent faire et ça n'a pas changé leur vie. D'ailleurs pourquoi se faire chier à faire installer (ou installer) linux alors que openmachin ou firefox ou thundertruc tu peux l'avoir de la même manière ? juste parce que c'est "pas windows ?" sacrée motivation…

          ce qu'il faut leur apprendre c'est comprendre ce qu'ils font. que leur mail c'est pas internet et qu'un web mail c'est pas du tout la même chose qu'un client mail. et qu'un client mail relève sur un serveur le courrier (qui l'a reçut d'un autre serveur) donc configurer les 2 serveurs pop smtp …et qu'on peut relever et effacer ou laisser sur le serveur (si j'ai 2 machines dont une principale, la principale efface et la secondaire laisse….) puis imap… ce que cela implique….

          Pour les bureaux différents, on peut expliquer qu'il y a différentes manières de gérer son environnement de bureau suivant ce que l'on trouve important…

          Ensuite, par exemple installer un logiciel c'est de

          • savoir quoi on cherche et ou le chercher
          • savoir ce que cela implique - administrateur - pourquoi
          • savoir qu'il y a des dépendances - pourquoi
          • savoir pourquoi un serveur de la distrib et pas keke.com
          • savoir ou il se positionne dans les menus -….

          Ensuite que ce soit avec un cliquodrome, aptitude en ncurse, apt-get install ou urpmi ca change que dalle. le logiciel s'installe.

          Si tu veux motiver des gens à linux, il faut leur donner le goût du libre, pas libre de compiler son logiciel, ça c'est pour les pros, mais libre de choisir quel logiciel utiliser pour quelle tâche. si c'est pour faire des utilisateurs qui attendent le menu à cet endroit, de cette manière, avec la dernière version de tel logiciel, autant les laisser sur winwin plutôt que d'essayer de les faire venir.

          Je me souviens d'un gamin à qui j'ai proposé e17 sur sa machine pour essayer un nouveau truc (il avait un gnome ubuntu qu'il avait fucké). Je lui ait montré celui que j'avais installé sur un eepc, plus sobre mais assez léché, le clic droit pour le menu, les gadgets… quelques trucs…

          on a passé du temps à la personnaliser, à créer des raccourcis clavier… sa "vieille" machine était bien plus véloce. Il ne veut plus changer, car c'est devenu SON linux et il n'a pas le gnome de son frère ou sa mère….

          Si linux c'est tout le monde la même chose, autant les laisser sous windows, ca change quoi au fond ?

    • [^] # Re: mon avis

      Posté par . Évalué à 2.

      Tu me troue le cul, c'est comme ça que je vois le cyber café qu je veux monter.

      Allez tous vous faire spéculer.

  • # C'est l'utilisateur final qui choisit

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    En effet chaque personne que tu vas former, va avoir une idée de ce qu'elle veut faire.
    "Je veux voir mon p'tit fils dans mon écran! ", "il me faut la météo de saint glinglinsurdaube!", etc…

    Je pense qu'à 90% ce serra de l'usage web et internet, d'où le choix d'un navigateur adapté (Midori, Chromium, Firefox, etc..)

    Et c'est là dessus que je rebondis sur le choix de la distribution.
    Les utilisateurs finaux se cognent complètement du système du moment qu'ils font ce qu'ils ont à faire.
    De ce fait je rejoins l'avis de M. Borne sur l'utilisation d'une distribution majeure adaptée à la personne.

  • # Si c'est pas cassé, le répare pas

    Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 26/10/13 à 16:44.

    Il y a 7 pc W$ et un pc Linux, pas mis à jour depuis je ne sais quand

    Et tout ça tourne, et est utilisé ? Je te suggère respectueusement de ne toucher à rien.

    Si tu remplaces tous les OS de ces bécanes, tu vas te retrouver de fait sys-admin de la salle, tu peux assumer ce travail efficacement ?

    Il y a déjà un poste sous Linux, c'est quoi le PB avec (attention question piège) ? Et pourquoi ne pas utiliser des clefs USB (Live avec un /home sur la clef) pour tes démos ? Zero impact.

    Je vise les nuls, les vieux

    T'as raison, c'est les plus faciles à abattre ;)

    • [^] # Re: Si c'est pas cassé, le répare pas

      Posté par . Évalué à -4. Dernière modification le 27/10/13 à 16:41.

      Je plussoie à cette vision lucide et de tes interventions hilarantes, j'en suis fan :)

      • [^] # Re: Si c'est pas cassé, le répare pas

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Blague à part, j'ai trop souvent vu les passages en Attila dans les assos : un mec passe, met sa distrib préférée partout, disparaît … et personne ne peut bosser, des portables persos arrivent de partout ;-)

        ⚓ À g'Auch TOUTE! http://afdgauch.online.fr

  • # Linux Mint ça va bien ...

    Posté par . Évalué à 3.

    Installation facile, ya que pour quelques logiciels en Français ou il faut chercher le paquet qui va bien.
    Après faut montrer ce qui intéresse les personnes, Internet, Photos, Jeu, la musique …
    Dernièrement on m'a demandé de préparer un ordi pour une personne agée à la retraite, et je regrette pas le choix de Linux Mint.
    Le cahier des charges : un ordi qui "juste fonctionne" Internet Mail (via navigateur) des jeux de cartes, Tarot, Belote, bridge etc …
    Ya que pour les jeux de cartes ou certains ne se trouvent que sous W$ et j'ai du installer Wine mais rien de bien sorcier.

    La le cap des 6 mois est passé et je sais que la personne continu de l'utiliser régulièrement.

    Il faut que l'accès a son compte soit simple, que les icones soit suffisamment explicitent, bref après il suffit de travailler sur chaque fonctionnalités, ce que la personne a envie de faire, de voir, d'apprendre.

    Linux n'est pas un but en soi, ce qui intéressent le non informaticien, c'est Internet, mail, musique, vidéo, photo bref il faut que tout soit prêt a être utilisé quelque soit le logiciel et en français.

    J'insiste sur le "en Francais", car je me suis fait avoir, moi cela me dérange pas mais le néophyte cela peut le rebuter.

    Donc plutôt qu'une initiation a Linux, une initiation a l'utilisation de l'informatique serait plus judicieuse.

  • # c'est beau l'enthousiasme

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    quels sont les logiciels les plus utilisés sous W$, et quels sont les équivalents sous linux

    Il y a les gens de Framasoft qui maintiennent un annuaire des logiciels libres : http://www.framasoft.net/rubrique2.html

    quels sont les pièges à éviter; comment fait-on pour enseigner linux le plus simplement possible ? etc.

    Tu cherches à enseigner l'informatique (Linux et Windows n'ont rien à voir) ? À former des sysadmins (qui vont devoir comprendre un minimum Linux) ? À évangéliser l'idéologie du Libre (les aspects techniques ou pratiques de Linux n'ont rien à voir) ? À enseigner des logiciels libres spécifiques (commencer par un noyau ou une distribution complète ne me semble pas le plus évident) ? À enseigner comment accéder au web avec une distribution GNU/Linux ?

    pertinent adj. Approprié : qui se rapporte exactement à ce dont il est question.

  • # Qu'entends-tu par "apprendre Linux" ?

    Posté par . Évalué à 10.

    Et qui est ton public, et quelle est son attente ?

    "Apprendre Linux", ça voudrait dire "apprendre la partie technique de l'informatique spécifique à Linux", donc faire de l'administration, du shell, etc. Je pense que ce que tu veux, c'est plutôt "apprendre l'usage de l'ordinateur", et que ces ordinateurs fonctionnent sous Linux.

    Pour ma part, j'apprends l'informatique à des personnes agées. Je ne pousse pas spécifiquement vers Linux si elles ont déjà l'expérience de Windows et souhaitent le conserver. Le système d'exploitation sous-jacent, au début, ne me semble pas la chose la plus importante à changer. En revanche, je leur apprends les bases de l'utilisation de l'informatique principalement avec des logiciels libres :
    - Firefox
    - Thunderbird
    - LibreOffice
    - SumatraPDF

    Plusieurs raisons à cela : le fait que je les utilise moi-même et donc suis compétent dessus, l'éthique du logiciel libre, la qualité de ces logiciels, leur gratuité et ne pas devoir les pirater. Autre avantage : le jour où ils font une migration sur Linux, ils ne sont pas perdus, les mêmes logiciels sont disponibles.

    Je trouve que c'est une mauvaise idée de trop pousser les gens vers Linux, il faut qu'ils y viennent d'eux-mêmes en y voyant un intérêt. Quand je reprends les bases du Web avec quelqu'un qui n'a jamais utilisé qu'IE infesté de 10000 toolbars, il voit directement que Firefox est plus ergonomique, plus agréable et donc y voit un avantage. Mais je ne le brusque pas : je lui montre comment accéder à l'un et à l'autre et je lui dit que si il veut continuer à utiliser IE, ce n'est pas un problème. Les personnes ont peur quand on leur impose un changement de perdre en compétences et fonctionnalités péniblement acquises et qui leur sont nécessaires, c'est normal.

    Pour Linux, l'avantage de base pour quelqu'un de lambda, c'est de ne plus me payer pour faire la maintenance de son ordi. Mon tarif horaire n'est pas donné, donc si la personne n'a plus besoin de désinfecter l'ordi du virus qu'il a téléchargé dieu sait comment, de faire le nettoyage du registre, la mise à jour des logiciels, etc il est plutôt partant. Version bis : l'ordi d'un client est devenu super lent, je lui présente deux devis : un pour remettre son Windows à neuf, l'autre pour installer un Linux en parallèle, le choix est vite fait ;)

    Pour revenir au sujet de base. En fait apprendre un environnement de bureau de système d'exploitation (XFCE, Unity…) c'est plutôt rapide. Les personnes normales ne les utilisent que pour quelques tâches très basiques : lancer un logiciel, monter-démonter une clef usb, explorer les fichiers… Et les interfaces se ressemblent beaucoup (un explorateur de fichier n'est jamais très original, une barre des tâches, c'est une barre des tâches..). Donc, une fois que l'usage des logiciels libres de base est apprise, la transition Windows - environnement Linux n'est pas si compliquée que ça.

    Tl; pl : 1) les usagers de ta salle n'en ont à priori rien à carrer de Linux, apprends leur l'usage de l'ordinateur et non Linux
    2) laisse les venir à Linux tous seuls, et la meilleure façon, c'est qu'ils y voient clairement un avantage, par exemple que le seul ordinateur sous Linux de la salle soit plus facile d'utilisation
    3) Laisse tomber les distributions exotiques, apprends les distributions grand-public que tu connais et utilises (Fedora, Ubuntu…)

    Bonus troll : Unity est quand même l'environnement de bureau qui est le plus adapté à des débutants. Simplement parce que les gens qui l'ont conçu ont réalisé des tests systématiques avec des utilisateurs lambda et intégré le retour d'expérience. Les gens trouvent facilement les fonctionnalités dont ils ont besoin (exemple : démonter une clef usb, lancer Firefox) et c'est tout ce qu'on lui demande. Bisous.

  • # Et eux, les utilisateurs habituels des pc de cette salle ?

    Posté par . Évalué à 3.

    Salut,

    Eux donc, les utilisateurs habituels des pc de cette salle, ils veulent quoi ?

    Essaie de faire un panel de ces utilisateurs.
    Détermine leurs besoin, ce qu'ils viennent chercher dans cette salle, est-ce :
    * Un logiciel bien spécial (msn, dernière version encore installée sur un pc - malheureusement Jean-Kévine ne voit jamais Marie-Katia se connecter, étrange)
    * Un environnement informatique (exactement le même XP près-service pack que tonton Roger avait sur sa tour en 2002)
    * Des données (l'historique des conversation de Jean-Kévine et Marie-Katia sur msn depuis décembre 1997 stocké uniquement sur le pc sous millenium du fond de la salle, y compris leur millier de recettes de cuisines qu'ils s'étaient échangés et que tout les habitués de cette salle consultent régulièrement)

    Si tu es dans le genre de cas de figure que je viens de décrire avec force caricature, tu n'auras plus personne pour fréquenter la salle et utiliser les pc une fois que ce qui les intéressait aura disparu.

    Tiens nous au courant

    Julien_c'est_bien (y'a pas que Seb)

    • [^] # Re: Et eux, les utilisateurs habituels des pc de cette salle ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Merci pour tous ces commentaires, ça me donne une orientation.

      En fait c'est une salle informatique dans un centre social, il y a du libre service (web, cv, etc.) et quelques petites initiations à Word, Excell ou Gimp. Le public est très varié, du gamin qui vient surfer sur le net à la petite dame qui va écrire une recette de cuisine sur Word et l'imprimer.

      En fait il y a la responsable de cette salle qui est pro-w$, mais j'ai installé Handy sur une machine, et ça a l'air de la brancher. C'est elle qui gère les ordis, mais je ne la vois pas devenir admin linux. Et effectivement, je veux donner un coup de main, mais pas être sysadmin, j'ai un boulot dans la vraie vie.

      Donc je veux mettre quelques machines en dual-boot pour voir si les retours sont bons. En plus, je vais essayer de réunir un petit groupe de personnes qui seraient intéressées par linux sur leur pc, je ne sais pas si je vais les trouver, c'est vrai qu'a priori les gens s'en foutent. Mais il y a ceux qui ont un vieux pc w$ qui rame et plante, où ceux qui ont entendu parler de linux et qui peuvent avoir un peu de curiosité.

      Voilà pour le programme.

      • [^] # Re: Et eux, les utilisateurs habituels des pc de cette salle ?

        Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 27/10/13 à 09:58.

        La question de l'objectif reviens plusieurs fois, et c'est bien à mes yeux aussi la question centrale. Objectif des gens qui viennent de servir des machines, et objectif de l'association via à vis de son public. Personne ne pourra te donner des idées valables (ie : précises, détaillées et immédiatement applicables) sans ces éléments. Il ne faut pas confondre curiosité et volonté, si ton idée de proposer une diversité (de bureaux, d'environnement) semble bonne à priori, pour plusieurs publics, et pour plusieurs raisons, il n'est pas sûr qu'elle soit adaptée au contexte. Ce qui sépare souvent la curiosité de la volonté c'est l'envie.

        Ensuite il y a les relations inter-personnelles. Le public ne change pas parce que l'outil change, et si l'outil cherche à faire cela alors le choix n'était pas bon. Pour ceux ayant besoin, qu'elle qu'en soit la raison, d'avoir des échanges, il est fort probable que rien ne change. Mais pour ceux qui souhaitent utiliser sans contact social, il convient de disposer d'un environnement simple. Note qu'on ne parle pas d'autonomie, c'est autre chose : certaines personnes ayant l'habitude de nouer des contacts sont autonomes devant l'outil, et les questions / échanges ne sont que des vecteurs de communication. De la même manière pour ceux n'utilisant que le service : il se peut que leur autonomie face à l'outil soit limitée à la tâche qui les a amenée au centre ( je ne vais pas à "la poste" pour parler timbres )

        Enfin il y a les personnes tenant ce service. Si l'outil leur demande un surplus de travail, à cause d'une augmentation des échanges avec les utilisateurs, selon l'objectif de l'association cela peut être considéré comme un échec. Si de plus les intervenants se retrouvent avec un ressenti, même s'il ne s'exprime pas ou maladroitement verbalement, d'être dépassés, alors c'est un autre échec. Il te faut, là, mesurer le type de relations qu'ils ont l'habitude d'établir. Avoir le sentiment de ne pas maîtriser peut engendrer un sentiment d'être débordé, qu'il soit réel en terme de charge, ou passant pour illusoire car liée à une absence d'adaptation. Le personnel peut perdre pied sans l'avoir vu venir, se retrouver en situation de ressenti d'absence de maîtrise, petite touche après petite touche, pour finir par être démotivé.

        Enfin ne te fais pas d'illusion, si la personne que tu as rencontré s'est ouverte à la possibilité de changer l'outil, c'est parce qu'elle voit en toi une ressource supplémentaire, plus probablement que pour tes beaux yeux ou la philosophie gnu.

        En conclusion, il y a trois étapes. Tu as déjà fait la première. Et avant de toucher à la dernière je te conseille de réfléchir à ton objectif à toi.

        Voici ce que je ferai : je présenterai cela comme un service professionnel, je ferai choisir le nouvel outil par les intervenants, puis je proposerai un cadre d'intervention. Ceci se décline en étape claires, posées et factuelles, et nécessite que tu fasses des choix préalables, et que tu t'y tiennes dans la durée. Pour tenir dans la durée, il faut des outils qui tiennent dans la durée… exit donc les choix ésotériques, et raouste les bureaux changeant, idem pour les distributions peu pérennes. Dans ce qui reste, tu choisis et tu présentes ce choix à cette personne et/ou aux intervenants (à tous s'ils sont plusieurs). Ce sont eux qui feront le choix final, tu ne dois en aucun cas intervenir à ce moment là. L'appropriation de l'outil par l'équipe est primordiale. Et fois cette étape passée, c'est la plus longue, la plus chronophage, il te reste à poser le cadre d'intervention : par exemple "intervention deux fois par mois, tel jour de telle heure à telle heure. afin de faire les mises à jour et/ou re-masterisation". Point barre. Tu n'interviens pas à la demande, tu n'interviens pas non plus auprès du public. Tu es le garant fonctionnel d'un choix technique. Ce n'est pas la partie la plus longue à mettre en place, mais elle dure à faire comprendre, et parfois dure à être tenue… Pense pro, reste à cette place.

        Laisse filer quelques mois comme ça. Ça roule ? Tu n'es pas intervenant de l'association auprès du public. Tu es intervenant au service de l'association, afin d'assurer le suivi de leur choix, qu'il continue à être fonctionnel. Ça va mieux en le disant, non ? Maintenant que ces quelques mois sont passés, tu as eu le temps de la réflexion : souhaites tu intervenir aussi auprès du public ? Si oui, dans quel -autre- cadre ? (informations, formations, échanges, …) Quel est ce second projet ? Comment se décline t il concrètement ? Et comment s'articule t il avec celui de l'association ?

        Procède par étape, une réussite après une autre, sans emballement, sans mélanger les rôles, sans que cela bouscule l'association, tout en rentrant dans tes clous en terme de temps.

        mes deux cents.
        Cdlt.

  • # de la meme maniere que tu vas leur apprendre l'informatique en general

    Posté par . Évalué à 8.

    ce n'est pas la distribution qui fait la formation,
    c'est le formateur,
    il te faut donc une idée de ce que tu veux leur apprendre, ensuite seulement chercher l'outil.

    d'ailleurs plus qu'apprendre linux, c'est peut-etre plus "decouvrir linux" et "communiquer sur linux" que tu veux leur apprendre.

  • # Suivi dans le temps

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Si certaines de ces personnes installent Linux sur leur machine, poses-toi la question du support communautaire et de la pérennité de ce support.

    Personnellement j’utilise KDE (avant sous Mandriva, maintenant sous Kubuntu). Mais quand j'ai à installer pour un néophyte, je prends généralement Ubuntu en LTS à cause de la taille de la communauté et des informations en ligne.

    Python 3 - Apprendre à programmer en Python avec PyZo et Jupyter Notebook → https://www.dunod.com/sciences-techniques/python-3

    • [^] # Re: Suivi dans le temps

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      ah oui les forums ubuntu ou la majorité des questions techniques complexes se terminent pas "ne cherchez plus maintenant ca marche". ou j'ai mis a jour ce j'ai plus ce problème.

      cool…

      • [^] # Re: Suivi dans le temps

        Posté par . Évalué à 3.

        Les forums ont aussi pléthore de sujets techniques bien plus utiles que ça.
        Et la doc est en général de bonne qualité, à jour, et fournie.

        "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

        • [^] # Re: Suivi dans le temps

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Le truc c'est quelle doc.

          Soit la personne n'y connait rien et n'a aucun problème avec sa machine elle cherche juste comment faire un truc. Et effectivement, on trouve sur internet pas mal de réponse (et pas forcément dans sa distribution, mais qu'importe puisque c'est le même logiciel.)

          MAIS dès que tu as un problème technique les forums ubuntu ne sont presque jamais le lieu de la réponse que l'on trouve plus certainement sur gentoo ou arch.

          Ce que j'en pense.

          • [^] # Re: Suivi dans le temps

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Désolé, mais gentoo ou arch sont pour les passionnés, pas pour y mettre M. tout le monde - le post original cible des néophytes, pour remplacer le Windows / Word / IE. Pour quelqu'un qui voudrait mettre les mains dans le camboui, par contre, je serai d'accord avec toi (perso j'ai commencé avec Slackware).

            De plus, tu as plus de chance de trouver quelqu'un (un être humain) qui a touché Ubuntu que gentoo ou arch.

            Python 3 - Apprendre à programmer en Python avec PyZo et Jupyter Notebook → https://www.dunod.com/sciences-techniques/python-3

  • # conseils

    Posté par . Évalué à 2.

    J'avais trouvé un article très bien rédigé destiné aux libristes. Il pourra peut-être t'intéresser.
    Conseils à un libriste pour faire passer au libre

    En tout cas, c'est une bonne initiative !

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.