Journal Point d’étape sur le matériel et nos libertés

Posté par . Licence CC by-sa
44
24
oct.
2016

Plop !

Il y a deux mois, je vous avais un peu parlé de la situation des quatre libertés sur les ordinateurs vendus aujourd’hui et plus particulièrement les processeurs x86. Ceci en précisant que la situation n’était pas bonne, vraiment pas bonne et même carrément cauchemardesque. Et, en essayant malgré tout de finir sur une petite note d’espoir, avec l’évolution récente des processeurs de l’architecture POWER et le projet TALOS, de Raptor Engineering, de carte mère pour station de travail basée sur POWER8. Il y a eu quelques évolutions depuis, du côté de TALOS et du côté de nos libertés, je vais essayer de vous en parler.

Mais, vite fait, relax, hein, ce n’est pas une dépêche, juste un journal. Il est même possible que je ne me tienne pas à mon sujet et que je parle de plein d’autres machins en vrac.

Bon, d’abord, je voudrais revenir sur un truc : le journal que j’ai publié sur x86 a été promu en dépêche. Le texte n’est pas tout à fait le même, il y a quelques modifications, auxquelles je ne me suis pas opposé, parce que je les ai lues en diagonale et parce que sur le coup je m’en foutais un peu. Mais, avec le recul, j’ai envie de dire que je ne suis pas d’accord avec la phrase d’intro.

La phrase :

Si le logiciel libre est devenu au fil du temps, et grâce à votre passion, un élément majeur de l’informatique moderne, il n’en va pas de même pour le matériel.

n’a pas été écrite par moi et je ne l’approuve pas. Elle véhicule un message totalement différent de l’esprit dans lequel a été écrit cet article.

L’article Le logiciel libre au‐delà de x86 a été écrit dans un état d’esprit basé sur une idéologie libriste, c’est‐à‐dire avec pour principe de base que les quatre libertés sont une nécessité et que l’utilisateur qui le souhaite doit pouvoir faire son informatique avec du logiciel dont il a le contrôle, ce qui est le but du mouvement du logiciel libre.

La phrase rajoutée par les modérateurs met en avant le fait que le logiciel libre soit devenu « un élément majeur de l’informatique moderne », sous‐entendant que le but recherché ici serait d’accroître la part de code libre et de licences libres dans le monde informatique en général et place la communauté du Libre comme un acteur économique comme les autres, désirant diffuser ses productions au plus grand nombre et conquérir le monde informatique. Cette vision des choses existe, ce n’est pas celle du mouvement du logiciel libre, c’est celle du mouvement Open Source, pour qui les quatre libertés sont un bonus et qui adopte le point de vue du développeur, qui cherche à toucher un maximum de monde et non de l’utilisateur qui veut garder le contrôle de son informatique.

C’est important de savoir dans quelle idéologie s’inscrit l’article, parce que cela va totalement changer la façon dont on le lit et la façon dont on le comprend. Dans mon journal, j’ai commencé en disant « la situation des quatre libertés sur nos stations de travail est actuellement très mauvaise ». J’annonce la couleur : libriste. Un modérateur a décidé de commencer la dépêche en disant : « le logiciel libre est devenu […] un élément majeur de l’informatique moderne ». Il annonce une autre couleur : open source. Or, mon article n’a d’intérêt que d’un point de vue libriste. D’un point de vue « opensourcien », il est très faible. Qui, en dehors du monde libriste, achèterait une carte mère exotique à 4 000 $, alors que la sienne sous x86 marche déjà très bien ? Qui achèterait une carte graphique d’une génération dépassée, alors que pour le même prix il en a une d’une nouvelle génération deux fois plus rapide ?

En conséquence, cette phrase introduit une dissonance bizarre dans le premier paragraphe et peut introduire des incompréhensions en lisant le reste de l’article. Pire encore, en ciblant un public différent de celui visé par l’article, elle augmente les chances de réactions hors‐sujet. Pour le coup, on est assez chanceux, il n’y a pas eu de « kikoolol une carte mère à 4 000 $, mais roflol va manger du poivre koi xD », mais je sais que ce genre de réactions arrive presque invariablement si l’on ne cible pas très précisément le public dès le début de l’article.

En passant, c’est aussi un peu la raison pour laquelle je n’ose pas parler de culture libre sur LinuxFr.org. J’aimerais bien faire des articles sur des projets de musique libre, mais j’ai trop peur que tout le monde se ramène en disant « Tiens, ça me fait penser à ça » et v’là‐que‐je‐te‐poste une URL YouTube vers de la musique pas libre, dans un commentaire qui sera pertinenté parce que, quand on aime bien, c’est forcément pertinent, même si c’est hors‐sujet et, au final, une page Web qui contient plus de culture non libre dans les commentaires que de culture libre dans la dépêche. Voilà, tu voulais savoir pourquoi, maintenant tu sais : je n’ai pas le courage. :/

Le deuxième problème avec la phrase d’intro, c’est qu’elle donne l’impression de faire une opposition entre succès du logiciel libre et succès du matériel libre, et on pourrait penser que la dépêche va alors parler de matériel libre.

Qu’on ne se méprenne pas : je suis très attaché au matériel libre et j’aime bien en parler. Mais, là, pour le coup, l’article que j’ai écrit collait strictement à l’idéologie de la FSF, à savoir la mise en avant de matériel qui laisse la possibilité à l’utilisateur de n’utiliser que du logiciel qu’il contrôle, peu importe que le matériel soit libre ou non libre.

Je crois que c’est à cause de cette confusion que Zenitram est monté sur ses grands chevaux dans les commentaires. Peut‐être qu’il s’attendait à ce que je lui montre une carte mère dont les schémas sont libres ?

Bon, pour répondre à Zenitram, je ne sais pas pourquoi TALOS n’est pas un projet d’open hardware et, à vrai dire, je ne suis pas particulièrement surpris qu’il ne le soit pas. Déjà, le gars qui fait ça suit l’idéologie de la FSF, où la libération des composants matériels n’est pas une nécessité et la carte mère TALOS sera fort probablement certifiée RYF, donc c’est une avancée pour le mouvement. D’autre part, j’imagine que pour concevoir cette carte mère, beaucoup de contrats et de NDA ont dû être signés avec des fabricants pas forcément convaincus par les bienfaits de l’open hardware. Donc, franchement, je ne m’attendais pas à mieux. Mais si quelqu’un arrive à sortir une carte mère basée sur POWER et comportant toutes les caractéristiques de TALOS (SATA, PCIe, USB 3, etc.), avec tous les firmwares libres, dans une période de temps relativement courte autour de la sortie de celle‐ci, le tout en open hardware, alors je veux bien admettre que je me suis trompé.

Et, à la question :

En quoi pour vous ce genre de projet, avec une petite avancée dans du micro‐code, sans avancées dans la matériel, est‐il une avancée du Libre qui mérite 3 700 $/unité ?

Je répondrai que si mon article laisse l’impression qu’il s’agit d’une « petite avancée dans du micro‐code », c’est que j’ai écrit les ¾ de l’article pour rien, parce que je peux difficilement être plus clair. Le marché est TOTALEMENT VERROUILLÉ, bon sang ! Le duo Intel‐AMD apparaît comme un colosse increvable face auquel même Google se met à genoux. Le fait même qu’une alternative arrive à pointer rien que le bout de son nez au milieu de cet enfer constitue une avancée gigantesque.

Quand j’ai vu la situation des ordinateurs empirer année après année, d’abord avec du matos de moins en moins documenté, puis des binaires signés, une généralisation progressive de la tivoïsation, jusqu’à avoir aujourd’hui des binaires signés nécessaires dans presque toutes les machines vendues, réduisant à peau de chagrin les possibilités de faire fonctionner du logiciel libre sur une machine moderne. À chacune de ces évolutions du marché, j’ai eu en tête ce que disait Eben Moglen dans cette interview où il parlait de son travail lorsqu’il était chez IBM. Je ne sais plus les mots exacts, quelque chose du style « When you bought the computer, you had the whole documentation of the hardware, the source code of the software and instructions on how to compile it. Of course they gave you the source code! It was a multi‐million dollar machine, who was going to tell you you couldn’t have the source code?! ». J’ai compris qu’au fur et à mesure que l’informatique se démocratisait, il y avait un prix à payer pour avoir des outils moins chers et ce prix était celui de la liberté. C’est comme pour la problématique de l’obsolescence programmée, où l’on vous dit que ce ne sont pas les produits qui deviennent de moins bonne qualité, c’est le prix qui baisse et le rapport qualité‐prix suit. Quant aux anciens produits, chers et de bonne qualité, que tu aimerais acheter, ben ils n’existent plus, parce que le marché, qui a toujours raison, a décidé pour toi. Pour Intel je savais bien qu’un jour il y aurait une alternative qui émergerait : la situation ne peut pas demeurer comme ça. Mais je m’attendais plutôt à un ordre de grandeur de plusieurs dizaines de milliers de dollars, à l’image des machines d’avant 1983. C’est pourquoi le prix de TALOS ne me surprend pas ou alors de façon positive.

Bon, je n’ai pas l’intention de convaincre qui que ce soit de donner son argent au projet. 4 000 $, c’est une certaine somme, indépendamment du fait que ce soit une carte mère RYF, il faut déjà pouvoir se l’offrir et j’avoue que déjà en ce qui me concerne je n’en ai pas les moyens. Si j’avais les moyens, oui, j’en achèterais une, mais c’est un choix qui ne concerne que moi. Si j’ai pris le temps d’écrire tout ce pâté là‐haut au‐dessus (↑), c’est pour critiquer le commentaire qui laissait entendre qu’une carte mère POWER8 pour station de travail ne constituait pas une avancée pour le mouvement du Libre.

Quant aux modos, après avoir lu ce que j’ai écrit, ils vont se prendre la tête pour savoir s’ils doivent éditer de nouveau cette vieille dépêche. Ne vous tracassez pas, faites comme vous le sentez. L’essentiel pour moi était de dire ce que je pensais de cette modification, après vous pouvez la laisser telle quelle, je m’en fous. Le journal d’origine est toujours en ligne de toute façon.

Si vous voulez modifier un truc, corrigez plutôt les erreurs, du style « RISC-V » :

s/OpenRISC, un microprocesseur basé sur l’architecture libre RISC-V/OpenRISC_, un microprocesseur basé sur l’architecture libre RISC/

et le terme généraliste « système » employé par fainéantise :

s/sur un système totalement libre/sur une pile logicielle totalement libre/

et qui est sûrement ce qui a fait bondir Zenitram.

Bon, j’avais dit que je vous parlerai du projet TALOS.

Il y a eu du nouveau depuis, Raptor Engineering a lancé une campagne de financement. Il s’agit d’une campagne de financement fixe, démarrée le 14 octobre 2016 et prenant fin le 15 décembre 2016. Apparemment, pour pouvoir démarrer la production des cartes TALOS, Raptor Engineering a besoin de 900 promesses d’achat de cartes‐mères, soit un total de 3,7 millions de dollars. L’argent ne sera pas perçu si la campagne n’atteint pas son but (et je viens de me rendre compte qu’il y a tout plein de choses intéressantes à lire sur la page crowdsupply comme 1 et 2).

Bon, là, je devais vous parler d’une poignée d’autres trucs, mais mon journal est déjà trop long, donc ce sera pour le prochain.

Tschüß \o_

  • # Financement participatif pour la station de travail Talos POWER8

    Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 24/10/16 à 22:41.

    Pour rappel, Talos est une station de travail conçue par Raptor Engineering utilisant une carte mère compatible ATX mais équipée d'un processeur POWER8 d'IBM.
    À travers ce financement participatif, ils espèrent récolter 3,7 million de dollars américains afin de lancer la fabrication de la carte mère. À l'heure actuelle, 4% de la somme a été récoltée (152 000$).

    Précédemment annoncée à 3100$, la carte mère est maintenant proposée nue à 4100$. À cela, il faudra ajouter la RAM, l'alimentation, les disques durs, ainsi que le processeur ! Raptor en vend également : https://www.crowdsupply.com/raptor-computing-systems/power8-cpus

    Détails des processeurs disponibles :

    IBM P/N Fréquence Turbo¹ # de Cœurs Thermal Design Power Price
    00UL867 3.026 GHz 8 130 W $1,135 USD
    00UL866 3.857 GHz 8 190 W $1.240 USD
    00UL865 2.827 GHz 10 130 W $1.960 USD
    00UL864 3.492 GHz 10 190 W $2.320 USD
    00UL863 3.226 GHz 12 190 W $3,350 USD

    Il est possible de se procurer un système complet pour la modique somme de 18000$ ! Une version plus légère est disponible à 7500$ auxquels il convient d'ajouter un des processeurs sus-mentionnés.

    ¹ : "fréquence turbo" : fréquence maximale utilisable tant que la température reste en deçà des limites prévues.

    Je m'étais dit que j'en ferai un journal mais comme je traîne et que ma prose ne me satisfait pas, un commentaire sera tout aussi bien.

  • # Faut arrêter les interprétations à 2 balles ...

    Posté par . Évalué à 6.

    La phrase rajoutée par les modérateurs met en avant le fait que le logiciel libre soit devenu "un élément majeur de l'informatique moderne", sous-entendant que le but recherché ici serait d'accroître la part de code libre et de licences libres dans le monde informatique en général, et place la communauté du libre comme un acteur économique comme les autres, désirant diffuser ses productions au plus grand nombre et conquérir le monde informatique. Cette vision des choses existe, ce n'est pas celle du mouvement du logiciel libre, c'est celle du mouvement OpenSource, pour qui les quatre libertés sont un bonus, et adopte le point de vue du développeur qui cherche à toucher un maximum de monde, et non de l'utilisateur qui veut garder le contrôle de son informatique.

    Si je reprends la phrase :

    Si le logiciel libre est devenu au fil du temps, et grâce à votre passion, un élément majeur de l’informatique moderne, il n’en va pas de même pour le matériel.

    je ne vois AUCUN sous-entendu, juste un constat sans parti pris. C'est toi et uniquement toi qui te fais des films (oui, ça m'agace ce genre de réaction et cette façon d'inventer des sous entendus qui n'existe pas : c'est comme ça que marche les médias aujourd'hui et ça commence à me gaver).

    C'est important de savoir dans quelle idéologie s'inscrit l'article, parce que cela va totalement changer la façon dont on le lit, et la façon dont on le comprend.

    C'est surtout important de préciser cette idéologie parce qeue le lecteur n'est pas dans ta tête et ne sait pas forcément quel message tu veux transmettre.

    Dans mon journal j'ai commencé en disant "la situation des quatre libertés sur nos stations de travail est actuellement très mauvaise". J'annonce la couleur : libriste. Un modérateur a décidé de commencer la dépêche en disant : "le logiciel libre est devenu […] un élément majeur de l’informatique moderne". Il annonce une autre couleur : opensource.

    Il n'annonce rien du tout : il atténue juste le côté libre que tu voulais mettre en avant. Il est plus neutre, pas anti, ni pro quoi que ce soit.

    • [^] # Re: Faut arrêter les interprétations à 2 balles ...

      Posté par (page perso) . Évalué à -1. Dernière modification le 25/10/16 à 14:51.

      Perso ça me fait penser au mec qui se plaint de ne pas avoir le contrôle de son informatique tout en fustigeant les gens qui font le nécessaire pour qu'il puisse le faire à long terme (et oui, pour que eingoussef puisse avoir ses libertés, il faut du monde sinon il n'y a rien de fait faute de bras et de financement), ça me fait penser aux gens qui râlent car leur matériel n'est pas supporté par Linux en faisant au même moment tout pour que les gens n'utilisent pas Linux (et que donc il n'y ai pas de support matériel) "c'est un OS pour purs, pas pour toi".

      Cette façon d'opposer les gens alors qu'ils font la même chose, c'est vouloir diviser pour que le non libre / non open source règne. Un classique.

      Si eingousef veut avoir les 4 libertés, il n'a pas le choix : il lui faut du monde, car le coût est trop élevé si il reste tout seul, et ne pourra rester que dans les années 1970 de l'informatique. Et tant que les "libristes" (si il faut différencier) que seuls ils avancent beaucoup plus lentement, ils continueront à acheter du matériel non libre (mais seront heureux de ne pas faire ce que veulent les "opensourcistes", ça semble être leur plaisir finalement).

      J'ose espérer que eingoussef n'utilise pas Linux avec son matériel non libre, c'est un logiciel open source et pas du tout libre ;-), et il a évidement Hurd le seul vrai OS libriste. Si il utilise Linux, il trahirait ses idées (pareil avec Firefox etc)

      note : c'est dommage cette volonté de diviser, le sujet est intéressant. en attendant on se retrouve avec du "machines libres" en pub quand les gens font 3 dessins de cartes, et personne ne dit qu'il y a un soucis dans la description car les puristes libristes sont inaudibles.

      • [^] # Re: Faut arrêter les interprétations à 2 balles ...

        Posté par (page perso) . Évalué à 9.

        L'article a été écrit dans un état d'esprit basé sur une idéologie libriste, c'est à dire avec pour principe de base que les quatre libertés sont une nécessité, et que l'utilisateur qui le souhaite doit pouvoir faire son informatique avec du logiciel dont il a le contrôle, ce qui est le but du mouvement du logiciel libre.
        La phrase rajoutée par les modérateurs met en avant le fait que le logiciel libre soit devenu "un élément majeur de l'informatique moderne", sous-entendant que le but recherché ici serait d'accroître la part de code libre et de licences libres dans le monde informatique en général, et place la communauté du libre comme un acteur économique comme les autres, désirant diffuser ses productions au plus grand nombre et conquérir le monde informatique. Cette vision des choses existe, ce n'est pas celle du mouvement du logiciel libre, c'est celle du mouvement OpenSource, pour qui les quatre libertés sont un bonus, et adopte le point de vue du développeur qui cherche à toucher un maximum de monde, et non de l'utilisateur qui veut garder le contrôle de son informatique.
        C'est important de savoir dans quelle idéologie s'inscrit l'article, parce que cela va totalement changer la façon dont on le lit, et la façon dont on le comprend.

        Je trouve que la distinction est bien posée entre deux visions, et pour une fois, pour une raison qui me semble valable. Après, on met les mots qu'on veut dessus. Là, personne n'a dit qu'il y avait une opposition irréconciliable entre les deux: juste qu'il y a plusieurs points de vue, des objectifs plus ou moins communs, et des façons différentes de les atteindre.

        Donc, il ne s'agit pas forcément de diviser, mais de comprendre qu'il y a des gens et des entreprises qui ont chacun leurs intérêts et leurs compromis. C'est intéressant de voir ce que ça va donner du côté du matériel, où il y a des coûts de fabrication autrement important que pour le logiciel, et donc des gens prêts à payer pour juste la fabrication. Est-ce qu'un écosystème viable peut s'en dégager? Pas sûr: la boîte qui fait toute la conception du matériel sortira forcément un produit plus cher que ses concurrents qui reprennent le design tout prêt pour le mettre en production.

      • [^] # Re: Faut arrêter les interprétations à 2 balles ...

        Posté par . Évalué à 7.

        J'ai du mal à répondre à ce commentaire tellement il mélange plein de trucs qui n'ont rien à voir.

        De quoi tu cherches à me convaincre ? Que j'aurais du faire un article à destination des opensourciens, en mettant en avant tous les avantages pratiques à utiliser le système TALOS ?

        J'aurais pu faire ça, ouais. J'aurais pu m'évertuer à dire que les microcontrôleurs opensource c'est trop de la balle, d'imaginer tous les trucs que tu pourrais faire avec un BIOS libre que tu peux pas faire maintenant, d'essayer d'imaginer une situation où quand tu changes la valeur de l'octet bidule à la ligne machin du code de l'EC ça permet d'avoir une nouvelle friture top moumoute trop génial.

        Mais 1) j'ai pas l'énergie pour faire ça, et 2) ça me fait chier.

        Kestuveu, c'est pas mon truc :/

        Il y a des gens pour qui c'est leur truc, Tristan Nitot, par exemple, il fait ça super bien, il pourrait te convaincre un cravateux de microsoft qu'il a tout intérêt à utiliser firefox, sans jamais mentionner une seule fois le mot "liberté" pour pas lui faire peur. Mais c'est Nitot, spa moi, lui il est super fort, il arrive à parler avec des businessmen pendant plus de trois secondes sans vomir, et en plus il est payé pour ça.

        C'est pas par mauvaise volonté, juste c'est pas mon truc. stoo.

        Chuis nul en marketing, surtout pour vendre des trucs cher, quand monsieur Michu vient me voir en me disant "Bon, je m'en fous de la neutralité du net, je m'en fous de la vie privée, je m'en fous de l'ipv6, je m'en fous des structures associatives, je m'en fous d'utiliser une box, maintenant dis-moi pourquoi je viendrais chez FDN !" et que je lui réponds "euh…ben, euuuh… O.o pour 16 euros de plus vous n'avez ni télévision ni téléphone… o.O ". Qu'est-ce que tu crois qu'il fait le Michu ? IL SE CASSE. Et toi tu me dis que je devrais lui courir après ? Un gars qui ne pense qu'à son petit confort, tu crois que je suis capable de me casser le cul à essayer de lui vendre du FAI asso ? Ben je vais te le dire : non. Maintenant essaye de deviner ce que je vais faire si tu me demandes de vendre de la carte mère à 4000 balles à des gens pour qui il est plus important d'avoir du code qui fonctionne que du code libre.

        Donc ouais, si t'es déçu de voir cette facette là de moi-même, ben code-toi un petit script greasemonkey qui remplace mon pseudo dans la liste des auteurs par un gros message qui clignote LES LIBRISTES PARLENT AUX LIBRISTES comme ça tu sauras que l'article contient pas d'arguments d'opensourcien.

        Peut-être que tu en trouveras, hein. Peut-être que sur linuxfr tu trouveras des gens assez motivés pour t'écrire des articles où ils défendent le même beefsteak que moi avec des arguments à destination des partisans de l'opensource plutôt qu'à destination des libristes. Mais ça ne sera pas moi, parce que ça me les casse et que d'autres font ça mieux que moi.

        splash!

        • [^] # Re: Faut arrêter les interprétations à 2 balles ...

          Posté par . Évalué à 4.

          Chuis nul en marketing[…]

          Mais pour coller des étiquettes, tu n'a pas ton pareil ! Faudra penser à toi, si un jour on en a besoin…

          Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

        • [^] # Re: Faut arrêter les interprétations à 2 balles ...

          Posté par . Évalué à 2.

          On voit que tu en as gros mais l'agressivité que tu mets ne te sert pas.

          Concernant la discrimination OpenSource LL, je pense que malgré tout il y a une part d’interprétation personnelle Dans un journal de 2011, il est dit que les LL sont inclus dans l'OpenSource, je n'ai pas fait l'effort d'analyser logiquement cette assertion mais j'aurais tendance à être assez en accord avec.

          Tu peux certainement avoir de bons arguments mais CRIER dans des messages en employer des termes grossiers et des termes de Kevin sur internet 'Kestuveu' est paradoxal car tu as fait un commentaire visant à spécifier que tu savais à qui tu parlais. Personnellement j'ai l'impression que tu boudes mais que tu as tout de même envie de faire passer un message ou plutôt un raz-le-bol d'un tropisme de ce site.

          Je n'ai pas envie de faire de la psychologie de bistrots, du coup je m’arrête là. Mais franchement on dirait que tu découvres LinuxFR, si tu n'aimes pas la critique, la technique est simple : ne poste pas.

          Tu pourras garder tes idéaux et être en accord avec, mais agresser les gens et les catégoriser me semble contre-productif.

          • [^] # Re: Faut arrêter les interprétations à 2 balles ...

            Posté par . Évalué à 3.

            Concernant la discrimination OpenSource LL, je pense que malgré tout il y a une part d’interprétation personnelle Dans un journal de 2011, il est dit que les LL sont inclus dans l'OpenSource, je n'ai pas fait l'effort d'analyser logiquement cette assertion mais j'aurais tendance à être assez en accord avec.

            C'est certainement le cas lorsque la discussion se focalise sur la lettre les licences, comme elle tourne régulièrement en rond en ces lieux.
            Sans prendre parti, j'ai apprécié que ce journal s'attache plutôt à leur esprit, et aux destinataires des libertés logicielles : l'utilisateur quel qu'il soit pour le libre, le développeur pour l'Open Source. Aurais-je mal compris ?

            Tu peux certainement avoir de bons arguments mais CRIER dans des messages en employer des termes grossiers et des termes de Kevin sur internet 'Kestuveu' est paradoxal car tu as fait un commentaire visant à spécifier que tu savais à qui tu parlais.

            Petit moment laudateur : l'usage de codes et d'éléments de langage familiers et argotiques dans une prose par ailleurs riche et soutenue est justement ce qui fait tout le charme des contributions d'eingousef, et dénote une écriture fort bien maîtrisée. Le style est beaucoup dans le contraste…

        • [^] # Re: Faut arrêter les interprétations à 2 balles ...

          Posté par . Évalué à 3.

          Je pense que la remarque c'était surtout que l'opposition Libre / OpenSource est parfois inutile, voire nuisible…

          Ce paragraphe surtout :

          La phrase rajoutée par les modérateurs met en avant le fait que le logiciel libre soit devenu "un élément majeur de l'informatique moderne", sous-entendant que le but recherché ici serait d'accroître la part de code libre et de licences libres dans le monde informatique en général, et place la communauté du libre comme un acteur économique comme les autres, désirant diffuser ses productions au plus grand nombre et conquérir le monde informatique. Cette vision des choses existe, ce n'est pas celle du mouvement du logiciel libre, c'est celle du mouvement OpenSource, pour qui les quatre libertés sont un bonus, et adopte le point de vue du développeur qui cherche à toucher un maximum de monde, et non de l'utilisateur qui veut garder le contrôle de son informatique.

          Je comprends que tu puisses souhaiter que la diffusion à tout prix ne soit pas l'unique objectif, au risque que ce qui était important se perde, mais quand tu critiques le fait que "but recherché ici serait d'accroître la part de code libre et de licences libres dans le monde informatique en général" et la communauté "désirant diffuser ses productions au plus grand nombre et conquérir le monde informatique" (je passe la partie "comme les autres", qui est bien sûr plus discutable) : oui, bien sûr que conquérir le monde est un objectif. Pas en perdant le contenu au passage, bien sûr, mais séparer les deux aspects est difficile. S'il existe quelque part des "vrais puristes" qui vivent au maximum dans le "monde libre" (logiciel et matériel) c'est peut-être utile pour montrer la voie, pour entraîner les gens à faire des efforts, … Je ne critique pas leur attitude. Par contre le but est bien que tout ça se répande, sinon on ne va libérer personne. Un petit noyau de gens radicaux ce n'est pas forcément mauvais mais si le but n'est pas d'aider les autres gens à se libérer ça reste limité.

          Je suis d'accord avec toi sur le fait que les individus devraient s'intéresser à plein de choses dans le monde et s'occuper d'un peu plus que leur confort immédiat, en particulier quand il y a des enjeux globaux et pas juste individuels (et ça peut être sous différentes formes, y compris financière) mais leur demander de faire tout ou rien une fois qu'ils ont compris les enjeux c'est dommage. Même pour les gens qui s'intéressent au sujet il existe un chemin progressif. Je ne pense pas que le "mouvement du logiciel libre" se cantonne aux puristes. L'opposition au mouvement "open source" c'est plutôt que le fait de libérer les utilisateurs est un objectif pus qu'un moyen (et non, je ne veux pas lancer un troll, c'est un peu simplifié pour la discussion…). Mais si le mouvement n'a libéré que 3 utilisateurs c'est raté, non ? Bien sûr que conquérir le monde est un objectif, simplement parce que "conquérir le monde" c'est la même chose que "libérer des gens". Leur faire comprendre les enjeux est important mais ce n'est pas binaire : les gens en prennent aussi conscience au fur et à mesure, voire quand ils perdent quelque chose en revenant dans le monde propriétaire. Ne pas se contenter de répandre des logiciels sans expliquer certains principes importants derrière c'est bien, mais le fait de ne pas rester cantonné à quelques puristes c'est utile. Présenter le logiciel libre comme un truc sérieux et pas seulement un rêve d'illuminés c'est plus facile quand tu parles de Firefox ou d'Ubuntu, montrer aux gens qu'ils peuvent vivre avec et qu'ils n'entrent pas juste dans une église de puriste prêts à tout sacrifier pour ça (même si ça peut nécessiter un peu d'efforts parfois) c'est important pour les aider (combien de gens à qui on parle de Linux et qui sont réceptifs aux concepts sont immédiatement méfiants parce qu'ils considèrent que c'est un truc de barbus incompréhensible ? en réalité ils auront peut-être quelques efforts à faire et ils y sont peut-être même prêts mais leur montrer que non, ce n'est pas non plus un truc réservé aux puristes est utile).

          Je pense que les "étapes de la libération" sont importantes : quelque chose de vaguement utilisable mais libre ça intéressera un noyau de puriste et/ou gens intéressés par le projet. Mais même ceux qui sont très intéressés par le mouvement veulent consacrer du temps à des choses utiles. Partir de rien et tout construire ce n'est pas forcément plus productif que partir de l'existant (et oui, ça pue c'est pas libre) et faire progresser le reste. Conquérir le monde c'est important parce que certaines personnes vont faire beaucoup d'efforts pour cette liberté, d'autres moins (parce qu'ils ont d'autres préoccupations, y compris pour faire avancer le mouvement), d'autres pas tellement (mais ils pensent quand même que c'est bien et vont peut-être y faire attention). Certains s'en fichent complètement, c'est vrai. On risque de les conquérir par mégarde, bon… tant pis, ce n'est pas un problème. Le fait que les utilisateurs de logiciels libres ne soient pas tous "aussi purs" n'est pas un problème. Expliquer les enjeux c'est bien (c'est vraiment très important) mais c'est plus facile (plus crédible) quand tu es toi-même sous Linux parce que ton matériel est supporté, que le logiciel libre est accessible aux gens normaux, quand il n'y a pas plein d'effets réseau contraires (réseaux sociaux fermés, manque de support matériel, de développeurs pour la plate-forme, leur entourage qui n'en a rien à faire), … Ne pas perdre de vue les enjeux en terme d'information c'est bien mais il ne faut pas oublier que oui, le but est bien de libérer les gens. Et qu'ils ont chacun un degré de conscience différent (même s'ils s'intéressent à d'autres sujets par ailleurs).

          D'ailleurs c'est dommage pour la culture libre : tu as peur qu'on parle plus de culture pas libre que de culture libre et du coup tu n'en parles pas du tout : moi j'aimerais que tu en parles. Et parfois (souvent) j'écoute de la musique pas libre (bouh, le vilain !). J'aimerais qu'on en parle plus. Et quoi, on risque de parler aussi (en plus) de culture pas libre ? La culture c'est quelque chose qui se partage, une bonne partie de la culture musicale actuelle (récente) n'est pas libre (même les interprétations actuelles de musique classique ne sont sans doute pas dans le domaine public), les gens vont parler de choses en partie pas libre ? Tant pis, c'est un moment de partage, de découverte, et pour pas mal de gens une exposition à la culture libre (une nouveauté, un renforcement de leur intérêt, …). Même si on parlait plus de culture par libre que de culture libre (ce qui ne ferait que refléter l'état actuel de la musique par exemple) ce serait encore plus pour la culture libre que ne pas en parler du tout.

          À mon avis la culture libre (plus encore que le logiciel libre, et en partie parce que ce dernier a pris de la place dans le monde) souffre d'un manque de visibilité, en parler c'est important. Regarde bien la situation : tu parles peut-être de culture libre dans des micro-milieux qui ne vivent que dans cette culture (et dans ce cas je trouve ça dommage de ne pas piocher dans la culture pas libre, ne serait-ce que comme inspiration ou pour ne pas vivre dans un coin tout seul (la culture c'est un moyen important de partage, par définition, y compris avec des gens qui ont une culture qui ne recouvre que partiellement la sienne)), mais si tu considères que même les gens sur linuxfr (a priori assez réceptifs) ne sont pas assez purs pour en parler avec eux ça va être difficile d'en discuter. Sérieux, juste parles-en. Ne t'attends pas à ce que la discussion ne parle que de culture libre, ce n'est pas grave. Il y aura des gens pour se plonger un peu (plus) dans la question, peut-être même y faire quelque chose. Si tu veux vivre en partie dans un micro-noyau de radicaux/puristes fais-le mais ne refuse pas de parler aux aux gens parce qu'ils ne sont pas assez purs, tu perds plein d'occasions d'inciter des gens à s'intéresser au problème et à y faire quelque chose, à te rejoindre peut-être même à terme.

          Le chemin (comment parvenir à l'objectif) est un sujet particulièrement important, et d'autant plus délicat que tout le monde ne va pas changer complètement sa vie d'un seul coup. Si tu ne parles pas de culture libre sur linuxfr c'est mal barré pour que ça se répande. En parler est beaucoup plus important que s'assurer que personne ne va parler d'autre chose (les gens vivent dans une culture assez largement non-libre, on ne va pas refuser de parler avec eux quand même), en parler c'est une occasion d'expliquer pourquoi c'est important, ce qui existe, ce qui reste à faire, en parler c'est fournir un endroit où des gens qui s'y intéressent vont échanger des infos, en parler c'est une occasion d'amener des gens à se poser des questions, c'est bien ça la partie qui t'intéresse, non ? Ils vont aussi (peut-être) parler de culture non-libre, ce ne sera pas un endroit où la liberté de parler de leur vie est restreinte (ce n'est pas dommage), ils parleront peut-être de ce qu'ils aiment ailleurs (c'est utile pour le mouvement du libre, logiciel ou autre, inspiration, …), ils le font déjà ailleurs : ils n'ont pas besoin de ton journal pour parler de culture non-libre, pour vivre dedans, parce que c'est déjà le cas. Ils en ont besoin pour apprendre quelque chose, pour échanger sur la culture libre. Donne-leur l'occasion de le faire. Linuxfr c'est la "deuxième ligne" dans la conquête du monde (sur ce sujet) : des gens qui ne vivent pas juste dans un monde de culture libre mais qui vont en moyenne être très réceptif au sujet, y compris aux enjeux, à ce qu'il faudrait faire. Bien sûr c'est à ces gens qu'il faut aller parler. Viens m'en parler, je veux en savoir plus même si je ne vis pas dedans tout le temps, j'en veux plus, pas que ça reste confiné à une pincée de gens que je ne rencontre jamais ailleurs.

          • [^] # Re: Faut arrêter les interprétations à 2 balles ...

            Posté par . Évalué à 1.

            bien sûr que conquérir le monde est un objectif.

            Pour qui ? Pour le mouvement de l'OpenSource, pas du libre.

            séparer les deux aspects est difficile.

            Si tu as besoins d'exemples concrets pour séparer les deux, prends l'exemple des smartphones Android. C'est un succès pour l'opensource, un statut quo pour le libre.

            Je suis d'accord avec toi sur le fait que les individus devraient s'intéresser à plein de choses dans le monde et s'occuper d'un peu plus que leur confort immédiat

            J'ai jamais dit ça. Si il y a des gens qui veulent s'occuper uniquement de leur confort immédiat, qu'ils le fassent. Mais qu'ils comprennent que ce que je dis ne les concerne pas.

            Mais si le mouvement n'a libéré que 3 utilisateurs c'est raté, non ?

            Si il y a 3 utilisateurs qui désirent être libres et que ces trois utilisateurs le sont, alors l'objectif "libérer les utilisateurs qui le désirent" est atteint. C'est un succès libriste, mais un échec opensource (c'est l'exemple inverse de celui d'Android).

            le fait de ne pas rester cantonné à quelques puristes c'est utile.

            Oui, c'est utile. Le mouvement OpenSource est utile au libre, indirectement, car il permet d'augmenter la base de code. Mais ce n'est pas pour autant que je vais m'identifier au mouvement OpenSource.

            Présenter le logiciel libre comme un truc sérieux et pas seulement un rêve d'illuminés c'est plus facile quand tu parles de Firefox

            Firefox c'est un bon exemple de succès opensource. Ils ont réussi à décrocher 30% de parts d'utilisateurs et le web est toujours aussi merdique. Ils se sont dit que pour que le web évolue, il fallait qu'ils soient importants, et pour qu'ils soient importants, il fallait faire des concessions. Concessions après concessions, c'est Firefox qui a fini par s'adapter au web et non l'inverse. On sort un peu du cadre du libre dans cet exemple (la campagne Any Browser et le mouvement du libre n'ont pas les mêmes objectifs : on peut très bien faire un site web qui ne marche qu'avec Firefox et qui laisse les quatre libertés à l'utilisateur), mais ça me permet de dire pourquoi je suis frileux à faire des compromis.

            combien de gens à qui on parle de Linux et qui sont réceptifs aux concepts sont immédiatement méfiants parce qu'ils considèrent que c'est un truc de barbus incompréhensible ?

            J'ai tendance à penser que ce sont des gens qui ne sont pas intéressés par la liberté, parce que sinon il s'intéresseraient au fond du message.

            le but est bien de libérer les gens. Et qu'ils ont chacun un degré de conscience différent

            L'objectif est de libérer les gens qui le désirent. Les millions de gens qui utilisent du logiciel libre parce que c'est plus pratique sont un effet collatéral du libre.

            D'ailleurs c'est dommage pour la culture libre : tu as peur qu'on parle plus de culture pas libre que de culture libre et du coup tu n'en parles pas du tout : moi j'aimerais que tu en parles.

            Je suis partagé. J'ai observé l'évolution des contenus (articles, commentaires, notes attribuées) sur linuxfr depuis sa création. Il semblerait qu'au début linuxfr ait été un site de linuxiens (d'où le nom), où les gens venaient parler de linux, de solutions libres et non-libres relatives à linux, et où le discours libriste était clairement marginal. Puis s'est créé un noyau dur d'opensourciens, et la mentalité générale du site a commencé à se déplacer de "libriste opportuniste" vers "opensourcien". Puis un noyau dur de libristes s'est constitué et aujourd'hui l'idéologie libriste a clairement sur linuxfr une place qu'elle n'avait pas avant. On parle de logiciels libres qui n'ont rien à voir avec linux (presque tous les autres OS libres ont une dépêche à chaque nouvelle version). On remet en cause la pertinence d'un article traitant d'un logiciel non-libre pour linux. Même pour les jeux vidéos, un domaine où la liberté est très souvent considérée comme secondaire par les gens qui s'identifient au mouvement opensource, on voit des critiques fleurir dès que quelqu'un présente un jeu non-libre, et ces critiques sont valorisées, alors qu'elles auraient rapidement été enfoncées à -10 il y a dix ans. De mon point de vue la mentalité générale de linuxfr semble aujourd'hui plus libriste qu'opensourcienne, et plus opensourcienne que linuxienne.

            J'observe une autre évolution ces dernières années dans la communauté linuxfr, qui est l'ouverture à la culture libre. Certes c'est une ouverture timide, mais il y a des signes assez évidents, et il y a un noyau dur de gens convaincus par l'idéologie de la culture libre. C'est impressionnant de voir les commentaires pro-culture libre de Zenitram se retrouver à +10 alors que les mêmes se seraient retrouvés à -10 il y a quelques années. Il y a peut-être un mouvement de migration de la mentalité linuxfr vers une mentalité libriste (an sens de la culture cette fois), et j'ai l'intention d'accompagner cette migration. Je parle de jeux vidéos libres, de cinéma libre, de bande dessinée libre. Et à chaque fois j'ai l'impression d'avancer un petit peu.

            Des articles traitant de musique j'en ai déjà lu sur linuxfr, et ils étaient immédiatement floodés de "çamefaitpenseràça". Du coup je me tâte beaucoup sur la question. J'essaye de me convaincre que je ne suis pas responsable des commentaires faits en réponse à mes articles, mais quand j'imagine la page html avec trois liens vers de la musique libre en haut et 50 liens vers de la musique non-libre en bas je me dis que je ne ressentirai pas cette impression d'avoir avancé un petit peu. Je crois quand on parle d'un jeu vidéo libre ou d'un film libre les gens voient avant tout du libre, alors que quand on parle de musique libre les gens voient avant tout de la musique.

            en parler c'est une occasion d'expliquer pourquoi c'est important

            Justement j'ai pas envie d'expliquer en quoi c'est important. Je considère ces trucs-là comme acquis. J'en ai marre des débats idéologiques. Tiens, là, rien que sous ce journal, le débat libre vs. opensource ça me saoûle. Et c'est moi qui l'ai démarré, juste parce que j'ai fait un journal "méta". Si j'avais continué à faire des journaux techniques, où l'idéologie n'est qu'un support et ne constitue pas le message du journal, où l'aspect libriste n'est perceptible qu'à travers les choix de vocabulaire, ça serait pas arrivé. Si je parle de culture, c'est pareil, j'ai juste envie de parler de culture en restant dans un cercle idéologique fermé. J'ai pas envie de me fatiguer à réexpliquer que la culture libre est importante à des gens qui de toute façon n'en seront jamais convaincus. Tiens, dans l'un de mes articles sur le cinéma libre il y a un type qui s'est ramené avec un mashup d'extraits de films non-libres. J'ai pas répondu, parce que ça me saoûle et j'avais pas envie de lancer une énième guerre idéologique qui aurait pris le dessus sur des commentaires pertinents (comme celui qui présentait un documentaire sur la mer rouge).

            La culture c'est quelque chose qui se partage

            Ceux qui ont construit la culture non-libre en ont décidé différemment. Quand ils disent qu'on a le droit de partager, il veulent dire qu'on a le droit d'en parler. Le droit de faire des références, le droit de leur faire de la pub, le droit d'inclure ces références dans notre culture et le droit de devenir dépendants d'eux. Ils nous donnent juste assez de droits pour qu'on les aide à consolider leur joug. Il serait plus honnête et plus sain de considérer que la culture non-libre ne se partage pas.

            je trouve ça dommage de ne pas piocher dans la culture pas libre

            Ce ne serait pas souhaitable, et ce serait dangereux.

            splash!

    • [^] # Re: Faut arrêter les interprétations à 2 balles ...

      Posté par . Évalué à 2.

      Si je reprends la phrase :

      Si le logiciel libre est devenu au fil du temps, et grâce à votre passion, un élément majeur de l’informatique moderne, il n’en va pas de même pour le matériel.

      je ne vois AUCUN sous-entendu, juste un constat sans parti pris.

      Justement, c'est le fait de dire ça en début d'article qui compte. Si cette phrase avait été placée en milieu d'article, cela n'aurait été qu'un élément factuel de plus. Or, là, c'est la première phrase de l'article, ça annonce ce de quoi l'article va parler, et comment il va en parler.

      "Madame Bichon a repeint la porte de son garage" est aussi un constat. "Une femme de 57 ans utilise Ripolin® tous les jours depuis hier !" est un constat du même évènement, mais présenté différemment. Seulement les deux phrases ne sont pas interchangeables : en lisant la première on s'attend à un article d'un certain ton, qui va raconter l'expérience de madame Bichon d'une certaine façon, en lisant la deuxième on s'attend à lire un article employant un autre ton, et racontant cette expérience d'une autre façon.

      c'est comme ça que marche les médias aujourd'hui et ça commence à me gaver

      Justement, c'est très important ! Les journalistes utilisent un chapeau (paragraphe d'introduction) dans leurs articles, qui permet au lecteur de se faire au premier coup d'œil une idée de ce dont parle l'article, mais aussi et surtout de comment il en parle, ce qui permet souvent de savoir si l'article vaut le coup d'être lu, et de gagner du temps !

      Par exemple, lors d'un évènement lié à la sécurité informatique, et qu'on a devant soi quelques dizaines d'articles, on regarde le chapeau, c'est très pratique ! Si celui-ci emploie le mot "hacker" comme synonyme de "cybercriminel", ou utilise "crypter" à la place de "chiffrer", on sait qu'on peut passer son chemin tout de suite ! En revanche, lorsque le chapeau contient des termes techniques correctement choisis, ne fait pas d'amalgames et d'approximations, on sait qu'on y trouvera un minimum de substance, et qu'on peut s'y attarder.

      splash!

  • # Dogmatisme où réelle avancée populaire ?

    Posté par . Évalué à 6. Dernière modification le 25/10/16 à 10:10.

    Je trouve l'initiative très intéressante. Vu la gamme de prix, cela ne s'adresse en aucun cas aux particuliers. Bien que la liberté d'utiliser son matériel sans binaires signés soit très importante, un tel surcoût positionne plutôt une machine de ce type pour des clients ayants vraiment une nécessité de contrôle absolu comme l'armée ou des gens hostiles aux USA et qui auraient peur des backdoors. Pour eux le prix est clairement raisonnable !

    C'est peut être par contre un espoir d'avoir à terme ce genre de matériel pour un marché plus "populaire", mais avec $1,135 USD l'entrée gamme pour le processeur, cela reste peu probable.

    Je pense qu'il n'est pas forcément nécessaire d'argumenter sur le sens des licences mais personnellement j'accueille positivement le fait que des sensibilités de deux bords soient intéressés par ce type d'initiatives.

    Je pense que la réflexion autour de l'OpenHardWare est en effet assez difficile à trancher car la la complexité des architecture et leur évanescence fait que même une carte dont on disposerait de toutes les sources ne serait pas forcément hackable si un composant majeur tombait en panne et que le design pas forcément simplement modifiable en cas de rupture de stock d'un composant. Le travail d'ingénierie pour concevoir un monde OpenHardWare est énorme et bien plus compliqué que son homologue logiciel.

    Après, honnêtement je me pose quelques questions, qui modifie vraiment les micro-codes ouverts des firmware qui n’interagissent que peu avec la couche logicielle de l'OS ? Est on tellement empêché d'utiliser notre système favori aujourd'hui ?
    Si ce n'est que pas pur dogmatisme que tu salues cette initiative alors, je comprends, en effet, que certains critiquent.

    Je ne suis pas expert mais j'aimerais bien que l'on m'explique Si on prend un cas d'analyse tel que celui-ci : why!
    Il y a un processeur Intel avec le chip graphique ou une implémentation libre de ces composants est faite dans Linux. Qu'est ce que je risque et qu'est ce que je ne peux pas faire avec que je pourrais faire avec la solution Power du projet Talos ?

    Notes que je choisi ici un pc ayant un prix élevé qui me semble être le maximum de ce que je serais prêt à mettre pour augmenter ma contribution personnelle à "la cause".

    Personnellement et professionnellement, ce que j'essaye de faire lorsque je n'ai pas besoin de CUDA, c'est de systématiquement prendre des laptop avec CPU/GPU Intel, ils sont moins performants en GPU mais m'assurent une compatibilité qui ne fera que s'améliorer dans le temps, avec un coût bien souvent inférieur aux solutions concurrentes.

    Pour avoir déjà par dogmatisme acheté des systèmes OpenHardWare dont le support s'est révélé clairement insuffisant par rapport à nos besoin, je trouve aujourd'hui dommage d'avoir une caisse de matériel ouvert qui ne me sert à rien car inutilisable par manque de mise à jour. Je n'ai pas le temps de me lancer dans la mise ne place d'une chaîne de cross-compilation et de comprendre ce qui fait que je n'arrive pas à faire la mise à jour alors que je fais exactement ce qui est préconisé. Il y a des moments où l'on a besoin d'être juste utilisateur et non "master of the known universe".

    Je suis donc personnellement résolu à toujours faire au mieux mais je ne prends plus de risques inconsidérés lorsque j'achète un matériel.

    • [^] # Re: Dogmatisme où réelle avancée populaire ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 0.

      Je pense que la réflexion autour de l'OpenHardWare est en effet assez difficile à trancher car la la complexité des architecture et leur évanescence fait que même une carte dont on disposerait de toutes les sources ne serait pas forcément hackable si un composant majeur tombait en panne et que le design pas forcément simplement modifiable en cas de rupture de stock d'un composant. Le travail d'ingénierie pour concevoir un monde OpenHardWare est énorme et bien plus compliqué que son homologue logiciel.

      Genre, le logiciel, c'est simple?

      On peut aussi écrire du logiciel libre mais très chiant à modifier, si on veut. Ou alors, on peut faire une architecture modulaire, du code bien documenté, et donc un truc facile à maintenir et à faire évoluer. On peut aussi écrire un logiciel, le publier avec une licence libre, et ne jamais faire aucun support.

      C'est tout pareil avec le matériel. Alors oui, il se rajoute le problème que fondre un ASIC ou fabriquer un PCB avec 6 couches de pistes, ça coûte des sous et on peut difficilement le faire chez soi dans son garage. Mais bon, est-ce qu'il y a beaucoup de gens qui compilent tous leurs logiciels chez eux? La plupart utilisent une distribution Linux ou BSD avec des trucs déjà empaquetés et ne vont pas forcément voir les sources.

      • [^] # Re: Dogmatisme où réelle avancée populaire ?

        Posté par . Évalué à 5.

        Il y a tout de même une flexibilité avec le software que tu n'as pas avec du hardware : c'est d'ailleurs intrinsèque à leur nom.

        Il y a quelques années j'ai acheté un modem USB avec une puce conexant CX93010
        Je l'ai cassé et en recommandant le même modem quelques années après j'ai reçu le même modem mais avec une puce CX93010-11Z. Problème, cette version n'était pas reconnue par le module linux gérant ce modem.

        En quelques heures j'ai trouvé le bon fichier et rajouté l'union decriptor qui allait bien pour pouvoir utiliser ce matériel et l'histoire était réglée…

        Je ne regarde pas les sources de tout ce que j'installe mais quand le besoin de pouvoir faire une modification se fait sentir c'est pratique de pouvoir le faire. Savoir le faire est un autre problème.

        • [^] # Re: Dogmatisme où réelle avancée populaire ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Moi ça m'arrive de temps en temps de jouer du fer à souder.

          Et sur une carte mère pas trop mal foutue, remplacer certains composants est même très facile. Par exemple, changer le CPU ou augmenter la quantité de RAM, c'est très facile sur la plupart des machines, même si aujourd'hui on en trouve certaines ou c'est soudé directement sous prétexte de gagner de la place.

          Tu as pu faire ce changement logiciel parce que le noyau Linux (je suppose que c'est de lui dont on parle) est libre (et donc tu as accès au code source), mais aussi parce qu'il est conçu de façon un peu modulaire, et qu'il a été possible de trouver le bon fichier où faire le changement.

          C'est pareil pour du matériel: si tu as juste une carte mère, tu peux pas faire grand chose sans de gros efforts. Si tu as les schémas et/ou la doc des composants qui sont dessus, tu peux déjà faire certaines modifications "simples". Changer un composant défectueux, ou même pourquoi pas, ajouter un composant sur le SMBus où sont branchés les capteurs de température (c'est 3 fils à souder).

          Si tu veux faire des changements plus compliqués, dans les deux cas, tu devras faire de plus gros efforts. Recompiler tout le noyau en modifiant plein de fichiers d'un côté, et peut-être refaire une carte électronique complète de l'autre dans les cas les plus désespérés. Mais patcher du hardware pour un petit défaut de conception, c'est possible.

          Et ça, c'est sans même parler des firmwares, ou, plus bas niveau, des bitstreams utilisés pour programmer des CPLD ou des FPGAs, qui pourraient très bien être remplacés sans sortir le fer à souder. Plus le matériel devient compliqué, plus il y a de morceaux qui sont en fait "logiciels". Tout simplement parce que personne, personne ne peut faire du hardware "tout en dur" qui marche du premier coup pour les trucs compliqués.

    • [^] # Re: Dogmatisme où réelle avancée populaire ?

      Posté par . Évalué à 3.

      Après, honnêtement je me pose quelques questions, qui modifie vraiment les micro-codes ouverts des firmware qui n’interagissent que peu avec la couche logicielle de l'OS ?

      C'est vraiment difficile de prédire ce que les gens vont faire d'une liberté qu'ils n'ont pas aujourd'hui. Peut-être qu'ils ne vont rien en faire, peut-être qu'ils vont faire des trucs géniaux, j'en sais rien, chuis pas prophète.

      Comme exemple concret je sais par exemple que dans le projet coreboot, certains se sont amusés à mettre un noyau linux directement dans la puce du BIOS. Ça fait des ordis qui démarrent super vite. Après il y a aussi l'idée d'avoir un accès à distance, mais sous le contrôle de l'utilisateur. Par exemple en mettant un logiciel de tracking avec petit ssh direct dans le BIOS, ça pourrait être pratique si tu te fais voler ton PC (et rigolo).

      Ensuite si tu penses que les binaires du BIOS "n’interagissent que peu avec la couche logicielle de l'OS" je t'invite à relire mon article précédent.

      Est on tellement empêché d'utiliser notre système favori aujourd'hui ?

      Ça dépend comment tu définis ton système favori. Admettons que ce soit juste l'OS, rien (à part si un constructeur s'amuse à faire du restricted boot), si c'est l'OS + le matos, il y a des BIOS qui empêchent de changer certains composants hardware, si c'est l'OS + les firmwares embarqués, ben dans ce cas tu ne peux pas tout libérer.

      Pour avoir déjà par dogmatisme acheté des systèmes OpenHardWare dont le support s'est révélé clairement insuffisant par rapport à nos besoin, je trouve aujourd'hui dommage d'avoir une caisse de matériel ouvert qui ne me sert à rien car inutilisable par manque de mise à jour. Je n'ai pas le temps de me lancer dans la mise ne place d'une chaîne de cross-compilation et de comprendre ce qui fait que je n'arrive pas à faire la mise à jour alors que je fais exactement ce qui est préconisé. Il y a des moments où l'on a besoin d'être juste utilisateur et non "master of the known universe".

      Par curiosité c'est quels systèmes que tu as achetés ? Les quelques projets d'openhardware que je connais ont une communauté solide, mais je ne connais que les plus gros.

      splash!

      • [^] # Re: Dogmatisme où réelle avancée populaire ?

        Posté par . Évalué à 0.

        Ok, je vois mieux ce que cela peut apporter et du coup en effet, cela peut avoir un intérêt. Je pense qu'il est toujours plus positif de montrer ce que l'on crée que de montrer les doxa que l'on respecte. Et bien que nul ne soit prophète en son pays tu as manifestement assez réfléchi au sujet pour proposer une projection intéressante.

        Par curiosité c'est quels systèmes que tu as achetés ? Les quelques projets d'openhardware que je connais ont une communauté solide, mais je ne connais que les plus gros.

        Perso, cela m'embête de faire de la mauvaise pub même si j'ai eu des désagréments. Cela m'obligerait à expliqué ce que j'ai fait et pas fait et entraînerait probablement des reproches des gens qui en vivent et qui auraient juger que je ne me suis pas assez investi. C'est juste qu'à l'époque j'étais prêt à y passer du temps et aujourd'hui je veux un outil qui fonctionne. J'ai un peu changer de camps sur ce sujet, c'est donc plutôt mon problème que le leurs.

    • [^] # Processeurs Intel, matériel fermé

      Posté par . Évalué à 4.

      Si on prend un cas d'analyse tel que celui-ci : why!
      Il y a un processeur Intel

      Justement !

      avec le chip graphique ou une implémentation libre de ces composants est faite dans Linux.

      Oui, mais non : Linux ne tourne pas sur le processeur maître, c’est-à-dire l’Intel Management Engine.

      Qu'est ce que je risque et qu'est ce que je ne peux pas faire avec que je pourrais faire avec la solution Power du projet Talos ?

      Pour la dernière question, sûrement rien.

      Par contre, l’IME permet l’accès à distance et fait tourner un logiciel propriétaire.
      Normalement, il y a des moyens de sécuriser l’accès (sur les modèles où personne n’a trouvé de faille), il reste que cet espèce de rootkit matériel est totalement opaque et qu’Intel a pu se réserver les accès qu’il voulait.

      Alors si tu ne veux pas sacrifier d’argent pour avoir un matériel qui n’agit pas dans ton dos (en tout cas pas à un tel niveau), tu peux peut-être sacrifier de la puissance : dans la même marque, ce modèle (moins cher) contient un processeur basse consommation qui d’après le descriptif d’Intel ne contiendrait pas le package vPro, dont fait partie l’Intel Management Engine (troisième paragraphe de l’article Wikipédia).
      Espérons que c’est vrai (si quelqu’un a plus d’infos…) et que de tels processeurs continuent à être fabriqués.

      Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • # Bof

    Posté par . Évalué à 10.

    [le] mouvement OpenSource, pour qui les quatre libertés sont un bonus

    lol ?

    […] pour qui les quatre libertés sont un bonus, et adopte le point de vue du développeur qui cherche à toucher un maximum de monde, et non de l'utilisateur qui veut garder le contrôle de son informatique.

    lolilol ?

    Les quatre libertés, celles qui permettent l'accès aux sources et leurs modifications, elle s'adresse à l'utilisateur c'est ça ? Sur les 4 libertés prônées par la FSF, tu en a 2 qui ne s'adressent pas à l'utilisateur (tant que tu met l'utilisateur et le développeurs en opposition).

    Créer des choses et en parlait comme si c'était vrai ne les rend pas réel pour autant.

    Pour ce qui est de distinction entre OpenSource et Logiciel Libre. Le premier considère les libertés comme un levier alors que le second les voies comme une fin en soit. Affirmer que l'OpenSource voit les libertés sont un bonus est de la malhonnêteté (ou de la méconnaissance). Pour l'OpenSource c'est l'une des conditions nécessaires (mais pas suffisante) pour avoir un logiciel de qualité. Les 2 positions se tiennent bien et avoir une vision manichéenne comme celle que tu présente est évidement ridicule. On voit bien la distinction quand certains veulent faire du chantage au librisme en disant que le prix de tel ou tel truc n'a pas d'importance puisque contrairement aux concurrents c'est libre. Quand le libre est une fin en soit, il prend le pas dans les arguments sur toute autre principe de qualité (on va considérer LibO comme de facto une référence de qualité sans se poser de question, on va faire une fois 4 ou 5 sur le prix de la concurrence parce que c'est libre, on ne va pas accepter la critique parce que le développeur est un indépendant qui fait du libre,…1).

    Pour ce qui est de la distinction entre utilisateur et développeur. L'utilisateur n'a pas vraiment de droit, car il n'est pas en mesure de les exprimer. Si je te donne le droit de flotter en l'air ça te ferra une belle jambe car tu ne sais pas voler. L'idée de pouvoir aller voir un développeur autre est une image d’Épinal que RMS a longtemps sortis à qui voulait l'entendre, mais ça ne fonctionne pas bien dans la vraie vie. Le truc qui peut marcher c'est d'arrêter cette distinction et que tout le monde se forme au code. Pas besoin de faire des dizaines d'années d'étude, à minima comprendre ce qu'est un code source comment on passe d'un code source à un logiciel que l'on exécute est presque déjà suffisant. Je crois que la FSF pousse des choses dans ce sens là.

    De la même manière le matériel libre ne sert à rien pour celui dont l'ordinateur est une boite noire. Car elle restera une boite noire quelque soit la licence du matériel qu'il y a dedans.


    1. Toute ressemblance avec des fils de commentaires sur linuxfr sera évidement tout à fait volontaire ;) 

    Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

    • [^] # Commentaire supprimé

      Posté par . Évalué à 3.

      Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

      • [^] # Re: Bof

        Posté par . Évalué à 3.

        Alors j'ai strictement rien compris à ce qu'il a voulu dire. Quand il dit que l'OS s'intéresse au développeur alors que le LL s'intéresse à l'utilisateur, ça a encore moins de sens de s'imaginer que l'OS ne s'intéresse qu'au développeur initial du logiciel puisque tout le principe consiste à lui donner des devoir et à ce qu'il donne des droits aux autres. Au contraire l'OSI est moins à cheval sur le copyleft que la FSF, alors que le copyleft est une meilleure assurance1 pour le développeur initial de pouvoir accéder aux modifications que d'autres font de son code (et à pouvoir l'intégrer).

        Bref je veux bien que l'auteur éclaircisse ce point.


        1. je sais ça n'est pas une garantie, ça augmente juste les chances. 

        Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

        • [^] # Commentaire supprimé

          Posté par . Évalué à 5.

          Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

          • [^] # Re: Bof

            Posté par . Évalué à 4.

            Toi, parce que

            J'affirme que pour jouir de toutes libertés offertes par les licences libres, il faut être développeur et j'affirme qu'il ne faut pas faire de distinction entre les 2 :

            Pour ce qui est de la distinction entre utilisateur et développeur. […] Le truc qui peut marcher c'est d'arrêter cette distinction et que tout le monde se forme au code.

            .

            Tu cites de façon erronée les quatre libertés pour aller dans la direction de ta rhétorique.

            https://www.gnu.org/philosophy/free-sw.fr.html

            • la liberté d'exécuter le programme comme vous voulez, pour n'importe quel usage (liberté 0) ;

            Inutile d'être développeur pour en profiter.

            • la liberté d'étudier le fonctionnement du programme, et de le modifier pour qu'il effectue vos tâches informatiques comme vous le souhaitez (liberté 1) ; l'accès au code source est une condition nécessaire ;

            Il faut comprendre le code pour en profiter.

            • la liberté de redistribuer des copies, donc d'aider votre voisin (liberté 2) ;

            Inutile de comprendre le code pour en profiter.

            • la liberté de distribuer aux autres des copies de vos versions modifiées (liberté 3) ; en faisant cela, vous donnez à toute la communauté une possibilité de profiter de vos changements ; l'accès au code source est une condition nécessaire.

            Il faut pouvoir profiter de la liberté 1 pour en profiter → comprendre le code.

            Le fait d'avoir le droit de déléguer sa liberté n'est pas suffisant et ne fonctionne pas très bien en pratique. Les particuliers ne font rarement (voir jamais) appel directement à un développeur pour modifier (ou comprendre) un programme qu'ils utilisent.

            Ça c'est pour les libertés. Maintenant sur le mouvement Open Source je peux te donner un lien vers wikipedia par exemple : Open source

            Avec comme emphase une petite citation issue de cette page :

            Le mouvement open source met en avant la qualité des logiciels produits.

            Sans pouvoir te citer un passage clef de « la cathédrale et le bazar » (document initiateur du mouvement OS), il n'est fait que mention du partage de code et de la qualité que l'on en tire. Par opposition, tu n'y trouvera aucune mention de liberté.

            Bref je veux bien que l'auteur éclaircisse ce point.

            Par ailleurs, je constate de plus en plus, sur ce site, qu'il y a des exigences vis-à-vis des autres. « je veux » (même atténué via un « bien ») n'est pas une façon correcte et raisonnable de demander quand on n'a pas préalablement balayé devant sa porte (définition correct des libertés, citer ses sources, …).

            Je reformule donc :

            Je veux bien revoir mon jugement s'il y a une faute dans ma compréhension.

            Je n'exige rien de personne. Je vois quelqu'un qui fait une double distinction et j'en donne mon point de vu.

            Je sous tout à fait d'accord pour dire que l'OS et le LL sont 2 visions de la même chose (c'est pour cela que les licence OS sont aussi LL et vice versa). Je présente justement quels sont les différences, selon moi, entre ses 2 visions. Je n'ai pas fais beaucoup de citation, c'est vrai. Mais me rentrer dedans quand je dis que je me suis peut être trompé dans la lecture du journal et que je veux bien revenir sur mon point de vu, c'est… euh… dommage ?

            Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

            • [^] # Re: Bof

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              la liberté d'étudier le fonctionnement du programme, et de le modifier pour qu'il effectue vos tâches informatiques comme vous le souhaitez (liberté 1)

              Il faut comprendre le code pour en profiter.

              Pour la première partie admettons, mais pour la deuxième partie c'est faux : savoir trouver une personne capable de comprendre le code suffit pour en profiter.
              Parlez de libre OK, débattez sur la philosophie OK, mais pitié ne racontez pas n'importe quoi dessus : la liberté 1 marche aussi pour des personnes ne comprenant pas le code (la capacité de trouver des personnes sachant coder suffit).


              Bon du coup ça casse la différentiation utilisateur/codeur, bon courage pour le débat.

              • [^] # Re: Bof

                Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 26/10/16 à 10:30.

                Désolé j'ai du mal à rester dans les 140 caractères, tu m'excusera ?

                Le fait d'avoir le droit de déléguer sa liberté n'est pas suffisant et ne fonctionne pas très bien en pratique. Les particuliers ne font rarement (voir jamais) appel directement à un développeur pour modifier (ou comprendre) un programme qu'ils utilisent.


                Pour ce qui est de la distinction entre utilisateur et développeur. […] Le truc qui peut marcher c'est d'arrêter cette distinction et que tout le monde se forme au code.

                Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

              • [^] # Re: Bof

                Posté par . Évalué à 3.

                Pour la première partie admettons, mais pour la deuxième partie c'est faux : savoir trouver une personne capable de comprendre le code suffit pour en profiter.

                Dans ce cas il faut aussi la possibilité de lui montrer le code (liberté n°2).

                splash!

    • [^] # Re: Bof

      Posté par (page perso) . Évalué à 6. Dernière modification le 25/10/16 à 21:21.

      Si je te donne le droit de flotter en l'air ça te fera une belle jambe car tu ne sais pas voler.

      c'est pourtant pas si difficile : essayer de tomber, se rater, pouf tu voles !

    • [^] # Re: Bof

      Posté par . Évalué à 3.

      Pour l'OpenSource c'est l'une des conditions nécessaires (mais pas suffisante) pour avoir un logiciel de qualité.

      Je ne suis pas du tout d'accord avec ça.

      Le but de l'OpenSource est de faire des logiciels de qualité. Les quatre libertés sont un moyen pour y arriver. Le combat commun des libristes et des opensourciens pour les quatre libertés est un concours de circonstances. Certes un logiciel opensource est de fait un logiciel libre, mais les opensourciens ont une mentalité totalement différente des libristes. Les opensourciens n'ont aucun problème à abandonner les quatre libertés si cela leur permet de faire de meilleurs logiciels.

      Un exemple d'opensourcien : Linus Torvalds. Son but, c'est de faire le meilleur kernel du monde, et qu'un max de gens l'utilisent. Ce n'est pas que l'utilisateur ait les quatre libertés sur son informatique, ça il s'en tamponne complètement.

      Quand Linus Torvalds se rend compte qu'il peut rendre son kernel compatible avec des millions d'ordis dans le monde en rajoutant des firmwares proprios dedans, il le fait. Et GKH annonce fièrement dans une interview qu'il n'y a plus de systèmes sur lesquels GNU/Linux ne marche pas. La vérité, c'est que le nombre de systèmes sur lesquels l'utilisateur peut faire tourner un OS complètement libre est toujours aussi ridicule.

      Quand les constructeurs de smartphones utilisent Android pour leurs téléphones, monsieur Torvalds est super content. Des millions de gens à travers le monde utilisent désormais son kernel ! Par contre ils n'ont pas le droit de le modifier. Seul le constructeur le peut. Pour les opensourciens, le succès d'Android est une grande victoire, parce que plein de neuneus utilisent Linux et que plein d'entreprises contribuent au code. Pour les libristes, ça ne change rien : les utilisateurs pourraient avoir un smartphone palm, blackberry ou windows phone, leur liberté effective serait la même.

      Quand je parle des problématiques du libre, j'ai pas envie de causer avec les opensourciens. Ils ont le droit d'exister, hein, je pars pas en croisade comme tu sembles le penser. Juste j'ai pas envie de leur causer. Parce qu'on parle pas de la même chose.

      Ça arrive tout le temps, que ce soit sur les forums, sur IRC, ou dans le meatspace, on cause entre libristes : "…par contre fait gaffe, tel machin il contient un firmware non libre…" et là t'as un opensourcien qui se ramène, parce qu'il a entendu le mot "linux" dans la conversation, il croit que c'est pour lui, et c'est parti : "rhoooo mais on s'en fout des firmwares, un firmware c'est du hardware !". Comment ça on s'en fout ? Qui ça "on" d'abord ? Tu t'es demandé si on partageait les mêmes valeurs que toi avant de venir nous dire comment on doit penser ? Tu parles de jeux avec un libriste "…je jouerai pas à celui-là, parce qu'il est non-libre…" : "Rhoooooo mais on s'en fout des jeux, ça pose pas de problèmes de sécurité !". Tu discutes, toujours entre libristes, de la problématique des bootloaders signés et de comment éviter ça, il débarquera avec ses gros sabots : "Rhooooo, mais on s'en fout, du moment que ça marche ! Faut être fou pour chercher à les éviter, ils sont partout, te prends pas la tête, mec". Et évidemment, y'en a qui répondent, ça part en flamewar, ça pollue les threads, comme à chaque fois que quelqu'un qui n'est pas concerné par une discussion débarque en croyant que ça le concerne, et ça fait perdre du temps à tout le monde. Quand il s'agit d'une discussion d'opinion ça passe encore, après tout on est tous là pour perdre notre temps, mais quand il s'agit d'une discussion technique, d'une prise de décision dans un projet ou quoi que ce soit c'est casse couilles.

      Pour ceux qui sont dans le monde opensource, pour vous faire une idée essayez d'imaginer l'inverse : vous discutez de qu'est-ce qui est meilleur techniquement entre microsoft office et libreoffice et là vous avez Stallman qui débarque dans la discussion. Voilà, j'espère que ce dernier exemple vous donnera une bonne idée de ce que j'entends par casse-couilles.

      splash!

      • [^] # Re: Bof

        Posté par (page perso) . Évalué à -1. Dernière modification le 26/10/16 à 07:30.

        Résumons donc : le libre, c'est le truc où des gens n'ont quasiment aucun développeur "compatible" avec leurs idées, mais ils sont contents car certes ils ne font rien mais ils se battent pour le bien; l'open-source, c'est le truc où des gens codent et permettent aux libristes d'avoir leurs libertés.
        Voila, c'est plus court, mais ce qui est casse-couille c'est que des gens s'y croient trop avec leur "je suis libriste et pas open-source" tout en utilisant des logiciels fait par des gens plus dans la mentalité open source si il faut parler de mentalité.

        Franchement, opposer comme ça est casse-couille, pour reprendre tes mots. Le libre tel que tu le fantasme n'existe pas (faute de gens codant).
        Le jour où tu comprendra qu'opposer comme tu le fais est 1/ repoussoir pour ton auditoire hors RMS 2/ inefficace pour arriver à ton but, le libre (je parle bien de libre façon eingousef) aura fait un très grand pas (il semble qu'on en est loin).

        En attendant faire la différence est de la branlette intellectuelle et surtout si il faut faire la différence les libristes sont en pratique quasi inexistants et utilisent de l'open-source sur lequel ils crachent.

        Note : RMS, c'est quand même le mec qui "oublie" de mettre en libre la GPL (étonnamment elle est non libre, à croire que le libre ça pue, il démontre lui-même l'utilité du non libre qu'il fustige, ne parlons qu'en pratique le NC par exemple ne le dérangerait pas tant que ça, faut voir dès qu'on sort du logiciel il fantasme même sur du NC ND alors bon, laisse le sur le logiciel, le matos n'est pas pour lui) et qui a mis des sections invariantes non libre dans la GFDL, alors si tu veux faire une différence soit honnête avec toi-même : en pratique ta différence est juste à savoir où mettre ton degré d'acceptabilité du non libre, le reste c'est du marketing (tu dis être nul en marketing, mais ton commentaire est 100% du marketing pour diviser)

        Quand je parle des problématiques du libre, j'ai pas envie de causer avec les opensourciens. Ils ont le droit d'exister, hein, je pars pas en croisade comme tu sembles le penser. Juste j'ai pas envie de leur causer. Parce qu'on parle pas de la même chose.

        seul hic : sans ceux que tu rejettes car pas assez purs pour toi, tu n'arriveras à rien. Tu seras juste heureux de n'avoir rien réussi et t'auto-congratulera "ouais moi je n'ai pas perdu mon âme" mais en pratique le résultat est : rien.

        On réussi qu'en étant ensemble.

        Quand les constructeurs de smartphones utilisent Android pour leurs téléphones, monsieur Torvalds est super content.

        quand personne n'utilise du libre, eingousef est super content (en pratique c'est ça, quelque soit la façon dont tu peux le tourner dans ta tête pour croire que tu milites pour le bien). Que préférer?
        Tiens, ça me rappelle en politique Mélenchon qui préfère avoir rien tout en cultivant son petit jardin d'électeurs tout en en étant heureux que d'avoir une partie de ses idées reprises (faut pas déconner, ce n'est pas le but que d'avancer).

        Certes un logiciel opensource est de fait un logiciel libre

        Et un logiciel libre est de fait un logiciel opensource.
        CQFD.


        Bref, c'est dommage de faire fuir les gens comme ça quand tu veux parler de matériel libre / open source. Tu voudrais que ça reste confidentiel tout en t'auto-persuadant que tu as milité pour la bonne cause sans trop d'effort que tu ne ferais pas différemment.
        Ca n'a rien à voir avec une quelconque bataille de philosophie.

        Passons, de toutes façons le problème avec l'intégrisme (car oui c'est jsute de l'intégrisme, avec son lot d'illogisme) rejetant ce qui n'est pas "pur" est qu'il est très très long à "déprogrammer" (quand c'est faisable)

        • [^] # Re: Bof

          Posté par . Évalué à 1.

          tout en en étant heureux que d'avoir une partie de ses idées reprises (faut pas déconner, ce n'est pas le but que d'avancer).

          Voir ses idées reprises c'est avancer ;) .

      • [^] # Re: Bof

        Posté par . Évalué à 4.

        Pour l'OpenSource c'est l'une des conditions nécessaires (mais pas suffisante) pour avoir un logiciel de qualité.

        Je ne suis pas du tout d'accord avec ça.

        Je ne peux que te proposer de relire la cathédrale et le bazar pour tenter de t'en convaincre. Si lui n'y arrive pas, j'en serais bien incapable.

        Quant à la fronde sur Linus, je pourrais te rétorquer que Theo de Raadt qui s'est battu pour que les pilotes et les firmwares soient libres.

        Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

      • [^] # Re: Bof

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Je crois que tu met le nom "Open Source" sur quelque chose qui ne l'est pas.

        Le mec qui dit "Rhoooooo mais on s'en fout de *, $mauvaisArgument", c'est juste qu'il s'en fout. Pour lui, le libre, l'open source, microsoft, tout ça, c'est pareil. Pourquoi il se retrouve rangé avec les gens qui font/se réclament de l'OpenSource, d'après toi?

        Dans le FLOSS (bon je dis ça pour mettre tout le monde dedans), il y a de tout. Des gens qui sont la pour le Libre (avec un grand L). Des gens qui s'en foutent et qui veulent faire du code parce qu'ils trouvent ça cool. Des paranos qui veulent pouvoir vérifier que y'a pas de backdoor des chinois du FBI. Des boîtes qui croient avoir trouvé un endroit pour recruter des codeurs gratuits. Des gens qui pensent que "lol micro$oft c'est nul". Et des casse couilles de plein de sortes.

        Alors oui, tous les projets et toutes les discussions ne vont pas plaire à tout le monde. Et oui, forcément, les gens vont aborder les choses avec leurs points de vue différents. Mettre d'un côté ceux qui font que du libre (doit pas y'en avoir beaucoup… est-ce qu'ils mangent uniquement des plantes faites à partir de graines libres aussi?), et de l'autre ceux qui sont d'accord pour faire quelques compromis pour essayer de faire un truc qui marche avec les morceaux dont ils disposent, en choisissant les morceaux libres quand c'est possible/raisonable/pas trop cher/etc, ça me semble un peu réducteur. Et appeler tous ceux qui sont dans la supposée deuxième catégorie "open sourciens", ça me semble bizarre. Parce que je suis sûr qu'on va trouver aussi le mec qui dit "Rhoooooo mais on s'en fout qu'il y aie pas les sources, ça juste marche!". Et lui, c'est clair, il est pas dans l'open source. Ni dans le libre.

  • # l'introduction modifiée

    Posté par . Évalué à 9. Dernière modification le 25/10/16 à 22:00.

    C'est de moi cette modification pour faire une introduction. Il n'y avait aucun sous-entendu dedans. Le seul fait d'appuyer l'importance du sujet et que les firmwares de "nos enfances" étaient aujourd'hui devenu des blobs de 8Mo : le sujet mérite d'être traité avec attention.
    Donc je te présente mes excuses si cette modification ne t'as pas convenu, et pour la prochaine fois prévient sur la ³bune puisque cela a été fait en coord, ou à défaut : par la suite, et cela sera rectifié en conséquence.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.