Journal Logiciels de développement des fichiers RAW sous Linux

38
24
nov.
2011

Avec la sortie dernièrement de Darktable 0.9.3, j'avais envie de faire un petit tour des logiciels de traitement RAW existants sous Linux et ainsi partager les expériences.
Désolé pour les quelques erreurs ou approximations qu'il pourrait y avoir.

Les appareils photos numériques Reflex (mais peut-être aussi compacts ?) permettent de sauvegarder une photo prise par le capteur avant sa conversion au format JPEG et avant les pré-traitements effectués par le boîtier : c'est ce qu'on appelle le fichier RAW_(format_d'image). Cela permet de faire toutes ces opérations sur PC, de la façon dont on veut et aussi profiter de toute la précision du capteur (plus de 12 bits par pixel au lieu des 8 du JPEG) ce qui permet par exemple de récupérer certaines parties sombres ou trop claires.
Malheureusement, ces formats RAW sont, dans leur très grande majorité, propriétaires et difficiles à exploiter.

Dans le monde propriétaire, payant et sous Windows+MacOS, les logiciels phares sont Adobe Lightroom, Aperture, Capture One et les constructeurs fournissent également leurs propres outils (comme DPP pour Canon).

Sous Linux, le premier logiciel libre de conversion a été dcraw avec l'interface graphique UFRaw fonctionnant avec Gimp. Malheureusement, Gimp ne gère toujours pas les images en 16-bits (ce qui limite les retouches) et UFraw est lent et donne des résultats rarement satisfaisant.
Depuis, quelques logiciels libres spécialisés sont apparus :

Du côté des logiciels propriétaires et payants, il existait 2 alternatives :

  • LightZone qui vient de disparaître : Leur site web a disparu désactivant par la même occasion les licences.

  • Bibble 5 qui a sorti cet été une Release Candidate 5.2.3. Le logiciel était très prometteur : fonctionnement très performant et multi-plateforme avec un prix attractif par rapport à la concurrence. Je dois avouer que je l'utilise quotidiennement n'ayant jamais réussi à trouver une alterntive libre convaincante. L'une des différences entre les logiciels libres et les payants sont que leurs développeurs ont pu calibrer un grand nombre de boitiers et d'objectifs du marché ou récupérer ces informations de la part des constructeurs. La force de Bibble est qu'il offre une API pour les plugins : beaucoup de plugins ont donc été développés (souvent par des Linuxiens d'ailleurs qui en ouvrent les sources) pour combler certains manques. La grosse faiblesse de Bibble : après un gros retard de la version 5, on se demande parfois sur le forum s'il y a encore des développeurs... Le forum francophone : http://bibble-photos.org/

J'espère avoir fait le tour des solutions existantes.
S'il y a des utilisateurs de Reflex, je serais curieux d'avoir votre retour sur le workflow que vous utilisez sous Linux.

  • # lightroom...

    Posté par . Évalué à 8.

    Après avoir été un utilisateur fidèle de Bibble. Après avoir douter de la pérénité de Bibble à cause de la fuite des developpeurs historiques. Après avoir testé darktable. J'ai basculé sous ligthroom et réinstallé mon premier Windows depuis Windows 98...

    C'est triste à dire mais avec le déclin de Bibble, il n'y à plus de solution de développement de raw convaincante sous Linux. LigthZone est mort, digikam fait tout mais pas ce qu'un photographe lui demande, darktable a de supers modules mais n'a rien compris à l'UI/UX, n'a pas de DAM et ne donne pas confiance vis à vis de la compatibilité. Rawtherapee n'en fini pas de sortir, faudra que je test la release à l'occase.

    C'est donc avec tristesse que j'ai basculé sous Windows/ligthroom cet été pour enfin avoir quelque chose de convaincant tant au niveau UX, que performance, que perénité... J'attends qu'une solution prouve enfin son savoir faire sous Linux et donne suffisament confiance pour remigrer

    • [^] # DPP

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Pour ce que j'ai à faire avec mes fichiers CR2 (format Canon raw), j'utilise principalement DPP qui s'il est un peu limité reste le plus rapide avec les fichiers CR2 et bénéficie d'une ergonomie pas trop mauvaise. A un moment j'ai été tenté par l'achat de bibble 5 (surtout que la version pro permet une installation du logiciel à la fois sous Linux et sous Windows), je vais peut être donné un coup d'oeil à darktable.

      De toute façon, le développement de photos ça reste un peu chronophage ...

  • # DNG ?

    Posté par . Évalué à 8.

    Bonsoir

    Précisément lorsque j'ai acheté mon reflex j'ai choisi Pentax pour la seule est unique raison qu'avec Leica, ce sont les deux seules marques à faire du DNG.

    Certes le DNG est un format propriété d'Adobe. Mais c'est un format ouvert. En terme de traitement y a t'il un avantage sous Linux ? Dcraw/Ufraw ou rawtherapee sont ils capable de faire un meilleur traitement du format DNG que les formats propriétaires de Nikon ou Canon ?

    • [^] # Re: DNG ?

      Posté par . Évalué à 5.

      DNG est un format propriété d'Adobe. Mais c'est un format ouvert.

      En fait, un peu comme le PDF ?

      Je comprends pas bien comment un format de fichier peut être propriété (donc propriétaire), et ouvert à la fois.

      Il est ouvert dans le sens que toutes les spécifications sont publiées, connues. Et propriétaire dans le sens qu'on a pas le droit de modifier (améliorer) ce format ?

      Une vrai question de néophyte, vous l'aurez remarqué.

      • [^] # Re: DNG ?

        Posté par . Évalué à 5.

        Je comprends pas bien comment un format de fichier peut être propriété (donc propriétaire), et ouvert à la fois.

        Parce qu'on a tendance, dans le libre, à rendre plus ou moins consciemment "propriétaire" synonyme de "mal". Un format ouvert, pour moi, c'est avant tout un format qu'on peut lire et écrire facilement (spéc. disponibles) et gratuitement (pas de royalties). Le reste (pas de brevets, développement ouvert à tous, etc.), c'est du bonus.

        On pourrait par exemple utiliser le terme "libre" pour qualifier un format dont le développement est ouvert aussi (et pas seulement le format).

    • [^] # Re: DNG ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Quelque soit le format de base, que ce soit du cr2, du nef ou du dng, il s'agit de données brutes du capteur plus l'exposition, et quelques autres détails techniques.

      Le problème est que ces données récupérés par le capteur grâce à une matrice de bayer doivent être interprété par le dématriceur, et là ça peut être plus ou moins la catastrophe suivant les caractéristiques "graphiques" de l'image (ligne droite, diagonale et grille étant les formes géométriques les plus sujets aux erreurs). Et là c'est la qualité de l'algorithme qui fait tout que le format de base soit du dng ou du nef. Et donc pas d'avantage particulier pour le dng sous linux ou windows.

      D'ailleurs au passage une belle arnaque marketing sur les mégapixels des appareils puisque en réalité un 14Mpx ne possède pas 14 millions de photosites rvb mais quelque chose comme 7M de photosites verts, 3.5M de bleu et 3.5M de rouge. Mais bon il fallait bien un chiffre pour que les commerciaux s'amusent.

      • [^] # Re: DNG ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Un truc dont j'ai entendu parler c'est le fait que le firmware des appareils photos corrige automatiquement les distorsions des objectifs.
        Ainsi on peut concevoir des objectifs en ayant moins de contrainte (on peut se concentrer sur la luminosité ou bien la définition) sans avoir à tenir compte de la distorsion. Le firmware de l'appareil possède les infos sur cette distorsion et il corrige à la volée lors de l'enregistrement en jpeg.

        Évidemment la conséquence c'est qu'une photo jpeg sera correcte alors que le raw sera tout distordu. Je suppose que les logiciels qui traitent les raw ont eux-aussi les infos sur les objectifs et peuvent donc corriger ces déformations ?

        • [^] # Re: DNG ?

          Posté par . Évalué à 4.

          Le problème avec cette correction c'est qu'en général cela ne marche que pour les objectifs de la même marque que le boitier. De plus appliquer cette correction ralentit le traitement des images et peut faire baisser le rythme d'enregistrement en mode rafale.

          Heureusement il existe lensfun, une base de données de correction d'ojectif assez complète (surement aussi complète que celle de lightroom) qui est intégré dans darktable, digikam et surement bien d'autres logiciels. Et si par malchance votre objectif n'est pas dedans (comme mon tamron 70-300) il est toujours possible de créer son profil de distortion et de le proposer a lensfun:

          http://libregraphicsworld.org/blog/entry/creating-lens-distorsion-models-with-hugin-lens-calibrator

        • [^] # Re: DNG ?

          Posté par . Évalué à 1.

          Je crois que Rawtherapee, peut pour certains appareils utiliser la miniature JPEG embarquée dans le fichier RAW pour estimer la distortion de l'image. Il est ensuite capable de l'appliquer sur le RAW.

    • [^] # Re: DNG ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Certes le DNG est un format propriété d'Adobe. Mais c'est un format ouvert.

      Le format DNG est très loin d’être aussi ouvert qu'on veut le faire croire:
      http://www.openraw.org/node/1482/
      En résumé, une partie des informations contenues dans un DNG est standardisée et facilement récupérable, mais de nombreuses informations cruciales (la section MakerNotes notamment) sont dans des champs non documentés et demande le même effort de rétro ingénierie que les RAWs des concurrents.

  • # Un workflow, mais pour quoi faire ?

    Posté par . Évalué à 6.

    Ma question peut paraitre simpliste, mais c'est là le coeur du pb "amha".

    Pour ce que je veux en faire, darktable me convient tout à fait.
    Pour d'autres, ils ne conviendras pas.

    A travers les outils, c'est aussi et surtout une philosophie de la photo qui s'affronte.
    (aucune n'est mieux ou pire, juste deux façon de voir la même choses).

    Je fais principalement de la photo de paysage, et les seuls retouches que je me permet (et que je suis capable de faire aussi ^^) sont
    - modification luminosité/ saturation (faire mumuse avec la courbe, le point noir ...)
    - Modification balance des blancs
    - crop.
    - A l'extreme rigueur des filtres de couleurs.

    Je ne me vois pas m'amuser à supprimer un cable électrique au beau milieu de la photo, enlever un flash dans une vitre, les yeux rouges ou autre.

    L'ensemble de mes opérations se font à 99.9% du temps sur l'ensemble de la photo (bon sauf le crop, mais là ...)

    Car dans ma façon de pratiquer La plupart des paramètres doivent être fait lors de la prise de vue (et d'ailleurs je m'amuse bien plus à prendre une photo qu'à la développer).

    Une autre philosophie est de considérer la photo comme une image, et donc de modifier un grand un nombre de paramètres (par exemple augmenter le bokeh en rajoutant du flou sur certaines parties seulements, ...).

    Et la dans ce cas, des logiciels comme darktable ou autre ne vont plus suffire car il faut un traitement de l'image plus poussés que ce que peut fournir actuellement les logiciels libres.

    • [^] # Re: Un workflow, mais pour quoi faire ?

      Posté par . Évalué à 1.

      Je ne me vois pas m'amuser à supprimer un cable électrique au beau milieu de la photo, enlever un flash dans une vitre, les yeux rouges ou autre.

      Car dans ma façon de pratiquer La plupart des paramètres doivent être fait lors de la prise de vue

      +1

      Pour moi c'est ça qui fait la différence entre le bon et le mauvais photographe.

    • [^] # Re: Un workflow, mais pour quoi faire ?

      Posté par . Évalué à 7.

      Dans mon cas, j'ai a peu près la même utilisation que toi. De la "retouche" de la balance des blancs, du contraste, du crop et du niveau de détail. Parce que j'essaye de faire hypra-gaffe pendant la prise de la photo (et parce que ça me gonfle de passer 2 heures sur le pc. Je préfère 2 heures sur le terrain pour une photo et 10 minutes de calibrage post-terrain que le contraire).

      Pour le flux de travail, j'utilise Digikam pour le catalogage des photos, et j'alterne entre Digikam et Darktable pour la retouche ( en soit, ce n'est pas vraiment de la retouche, la balance des blancs ). J'utilise aussi RawTherapee dans quelques rares cas.

      D'ailleurs, j'ignore si c'est moi ou si c'est un fait reconnu, mais chaque logiciel a ses points forts et ses domaines de prédilections. Par exemple, pour les zones qui sont cramées (très lumineux) ou bouchées, le champion, c'est RawTherapee. Pour faire ressortir des couleurs dynamiques et importantes dans la composition, Digikam s'en sort le mieux. Et pour le reste, Darktable est bien pratique et assez intuitif. Le seul défaut de ce dernier est une tendance à appliquer un espèce de voile blanc sur les photos suivant les paramètres, et surtout, d'être différent dans les noms de réglages par rapport à d'autres logiciels et ce que je lis dans les bouquins.

      Maintenant, je n'ai jamais utilisé de logiciels propriétaires, et je ne peux pas faire de comparaison avec ce que je ne connais pas. Je pensais investir dans Bibble, mais est-ce que je vais vraiment en tirer un avantage vis à vis du coût, par rapport à la triplette de logiciels vu ci-dessus ?
      En lisant un peu sur le net et en recueillant des avis à gauche et à droite, c'est : "les logiciels libres, c'est de la merde face à Lightroom". Mmmmmh, vachement objectif (hohoho), surtout dans le milieu de la photographie.

      Sinon, le seul truc qui manque vraiment sous Linux, selon moi, c'est une communauté de photographe amateur (et pourquoi pas pro) orienté Linux (et pourquoi pas libre). Ou alors, j'ai mal orienté mes recherches.

      • [^] # Re: Un workflow, mais pour quoi faire ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        nos amis de http://lprod.org sont surtout dans le domaine de la vidéo :-) mais il y a quelques projets sur la photo, le raw ou gimp sur :

        dont http://www.calcyum.org/ ou http://gimpons.net pour des tutoriaux

      • [^] # Re: Un workflow, mais pour quoi faire ?

        Posté par . Évalué à 3.

        Le seul défaut de ce dernier est une tendance à appliquer un espèce de voile blanc sur les photos suivant les paramètres,

        J'ai mis un paramètres d'import par défaut (style expo -0.6 etc...) comme ça, sur 90% des photos que j'importe avec darktable, ca correspond à ce que j'ai sur les autres softs.

        Ca me donne suffisamment peu de photos ne rentrant pas dans ces paramètres par défaut pour que je puisse les traiter à la main.

      • [^] # Re: Un workflow, mais pour quoi faire ?

        Posté par . Évalué à 5.

        En lisant un peu sur le net et en recueillant des avis à gauche et à droite, c'est : "les logiciels libres, c'est de la merde face à Lightroom". Mmmmmh, vachement objectif (hohoho), surtout dans le milieu de la photographie.

        Tu as un avis plus pertinant et constructif que ceux que tu critiques ?

        Lightroom à deux énormes avantages:
        - Une UI/UX penséee pour les photographes. C'est le seul logiciel à proposer toutes les fonctionalités utiles (allant du DAM à l'export), intégrées correctement et de manière souple. Même si il a quelques points faibles, il entère vraiment tout ses concurrents sur ce point. Tu peux te construire un workflow à ton gout et très efficace. Avec les autres logiciel t'es obligé de bricoler sur un point ou un autre.
        - Pérénité des éditions. Adobe garde une compatibilité ascendante (le moteur de lightroom 2 est intégré dans ligthroom 3) ce qui te donne plus de chance de pouvoir reprendre tes éditions dans le future. Et lightroom occupe une telle part de marché que tu peux raisonablement penser que si Adobe se met à deconner quelqu'un proposera des solutions d'export. Avec darktable ou Bibble dans 6 mois, il te reste deja pas grand chose en compat...

        Après on peut passer à la liste feature par feature mais c'est plus subjectif. Il y a de très bonnes choses dans la plupart des logiciels et lightroom est battu sur pas mal de points précis. Le problème c'est le résultat global et dans quoi tu as envie d'investir du temps.

        Pour Bibble c'était une bonne alternative il y a quelques temps. Aujourd'hui, perso, je n'investirais pas de temps ni d'argent dedans. Le projet s'essouffle, ils n'arrivent jamais à shipper à temps, ca n'avance plus trop et les utilisateurs qui toléraient l'état plus digne de betas que de releases depuis des années commence à en avoir marre. Cependant ca reste pour moi la solution la plus crédible sous Linux. J'ai utilisé Bibble avec plaisir et succès pendant quelques années. En attendant en vain qu'un logiciel libre devienne convaincant.

        Pour le prix, tu peux attendre une promo ou te dire que ca va d'un pauvre filtre pola à un petit flash...

    • [^] # Re: Un workflow, mais pour quoi faire ?

      Posté par . Évalué à 4.

      Comme expliqué dans le très bon hors série "Compétence photo" sur le format RAW, travailler avec le RAW, ce n'est pas faire de la retouche, mais faire du développement. Les paramètres ne sont pas tous fixés à prise de vue, mais quand ton APN "développe" le RAW pour en faire sa version de JPEG. Tu peux donc choisir une balance des blancs différentes que celle que ton APN a choisi, ce n'est pas de la retouche, juste une interprétation différente.

      Donc, le type de déclaration "une photo est bonne à la prise de vue" n'a pas vraiment de sens, ce n'est pas honteux de re-développer ses RAW. Mon APN me permet de sauver à la fois en JPEG et en RAW, je ne reprend donc que celle que j'estime nécessaire.

  • # HDR par l'APN

    Posté par . Évalué à 2.

    J'utilisais beaucoup de ufraw pour faire des photos en (faux) HDR et ensuite qtpfsgui que j'ai remplacé par enfuse.
    Maintenant que je sais que mon APN peut le faire, je cède à la facilité.

  • # darktable, seul réel alternative opensource...

    Posté par . Évalué à 5.

    J'encourage fortement tous les amateurs de retouche raw a essayer darktable. Si au début c'était surtout une démonstration technique de certaines technique de traitement de l'image, depuis quelques versions un des développeurs pousse pas mal pour en faire un vrai logiciel fait pour des utilisateurs "normaux".

    Certains plugins sont vraiment impressionnant et la communauté d'utilisateurs et de contributeurs semble s'agrandir assez rapidement. Ses deux seuls manques par rapport à un logiciel propriétaire comme bibble seraient une dérawtisation de meilleure qualité (mais là pas de salut, darktable s'appuie sur des libs externes) et une gestion des retouches locales avec des masques. Et là mon petit doigt me dit que c'est pour bientôt vu les vidéos postés par le principal contributeur au projet :)

    Enfin mon workflow

    Avec darktable: import, 1er tri des fichiers, traitement des plus intéressants, affectation de note et de label couleur puis export en jpg ou en tif suivant l'usage de la photo.

    Avec digikam: tout le reste de la gestion, facilité par le fait que depuis la version 2, digikam est capable de lire les informations de note et de label couleur contenu dans les metadata des jpg.

    • [^] # Re: darktable, seul réel alternative opensource...

      Posté par . Évalué à 1.

      Alors moi, je suis un peu bête, mais chaque fois que j’ai lancé darktable je ne comprends rien à l’interface…

    • [^] # Re: darktable, seul réel alternative opensource...

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Bon je viens de regarder Darktable (0.9.3-1) vite fait.
      Une fois passé l'interface originale, mais assez intuitive je trouve, j'ai voulu importer un dossier de 150 fichiers RAW ce qui a mis 4 minutes (~80% total CPU) montre en main.

      Avec Rawstudio (2.0) ca ne prend que quelques secondes (ce dossier n'avait pas été traité par Rawstudio auparavant, donc pas de mise en cache, etc).

      C'est peut-être dû à la config par défaut de Darktable, mais quand même, plusieurs minutes pour un dossier de 150 photos je trouve ça un peu beaucoup.

      Je pense que je vais attendre que le développement avance avant de pouvoir me faire une véritable opinion.

      Ma config:
      Debian wheezy 64 bits, Intel core i5, 4Gio RAM DDR3

      • [^] # Re: darktable, seul réel alternative opensource...

        Posté par . Évalué à 2.

        Bizarre, je viens de faire un test avec 96 photos et ça n'a pris qu'une toute petite dizaine de secondes a faire l'importation.

        Peut être que dans les paramètres de ta version "ne pas utiliser les miniatures jpeg, toujours utiliser les raw réduit" est coché. Sinon je ne sais pas mais 4min ça me parait vraiment étonnant surtout depuis que darktable utilise rawspeed.

  • # Rawstudio

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Pour ma part, j'utilise jusqu'ici Rawstudio http://rawstudio.org/screenshots.php

    Je le trouve assez complet et facile à prendre en main et inclut toutes les fonctions indispensables au traitement de mes fichiers RAW:

    • traitement par lots
    • 3 onglets de réglages différents par photos possibles
    • le réglage de l'exposition, saturation, couleur, contraste, teinte, netteté, mixeur de canaux et correction de l'objectif utilisé pour la prise de vue (il y a même une base de donnée des objectifs courants avec des valeurs de correction pré définies, lensfun).
    • outils de recadrage et de redressement (qui me sers souvent, j'ai un gros problème de maîtrise de l'horizon, j'oublie qu'il existe :p)
    • la gestion des profils ICC bien sûr.
    • l'upload direct vers facebook, flick, et picasa
    • gestion de la prise de vue pilotée
    • affichage du résultat sur moniteur secondaire
    • et plein d'autres choses

    Par contre je ne connaissais pas Darktable, et je pense que ça peut valoir le coup d'y jeter un oeil, bien que Rawstudio a toujours répondu à mes besoins jusqu'ici.

  • # Photivo

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    Il y a aussi Photivo : http://photivo.org/photivo/start

    qui a l'air pas mal.

    Photivo is a free and open source (GPL3) photo processor. It handles your RAW files as well as your bitmap files (TIFF, JPEG, BMP, PNG and many more) in a non-destructive 16 bit processing pipe with gimp workflow integration and batch mode.

    • [^] # Re: Photivo

      Posté par . Évalué à 1.

      Merci pour ce lien, j'ai retravaillé une centaine d'images aujourd'hui avec ce logiciel, et je trouve les résultats assez bluffant. Il m'a permis d'obtenir des améliorations que je n'avais jamais réussis à avoir aussi simplement avec les logiciels de traitement des fichiers Raw.

  • # Quid de la gestion des couleurs ?

    Posté par . Évalué à 2.

    Ca fait quelques années que je suis à l'affut d'outils libres sous Linux qui me permettraient de me passer du module de développement de Lightroom.

    S'il y a hétérogénéité sur les format Raw de chaque constructeur, il y a pire encore : LES PROFILS COLORIMETRIQUES DES CAPTEURS. Chaque boitier à son propre rendu des couleurs.

    J'ai 2 appareils photos Canon EOS-350D et EOS-600D. Un traitement dcraw par défaut produit toujours des images avec des tons jaunes/rouges tirant sur l'orangé (c'est moche). On est loin des rendus "jpeg embarqué", des rendu du logiciel constructeurs, ou du rendu LightRoom. La faute revient à l'absence de profil de conversion de couleur adapté à mes appareils. On trouve parfois sur le net des profils en téléchargement, mais aucun ne m'a jamais convaincu. Il est aussi possible dans le cas de Canon d'emprunter ceux du logiciel constructeur (DPP), mais ces profils ne suffisent pas à s'approcher du rendu recherché.

    Le logiciel libre Darktable à la particularité d'embarquer une courbe de transformation de couleur pour certains appareils de manière à s'approcher le plus possible du rendu constructeur. Ca marche très bien dans mon cas.

    De la même façon qu'il existe une banque de profils géométriques pour les déformations optiques, il serait merveilleux de disposer une base libre de profils colorimétriques (ICC) pour tous nos appareils.

    • [^] # Re: Quid de la gestion des couleurs ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Plussoir ! Je suis pas forcément très adepte des logiciels à la Lightroom, mais ça commence à me gonfler un peu d'avoir un rendu par défaut dans Ufraw totalement différent de ce que je vois dans Digikam...

  • # Pérennité

    Posté par . Évalué à 3.

    Pour un logiciel de développement de RAW, mes attentes sont les suivantes :

    • gestion du workflow efficace (import, stockage, tri, modifs, publication)
    • partage de réglages avec d'autres utilisateurs (template ou preset)
    • et surtout la pérennité !

    Je ne veux pas que mes RAW + réglages ne soient plus utilisables d'ici 3 ans ou que le logiciel en question ne soit plus maintenu. Pour moi c'est le critère essentiel. Pour le workflow je peux m'adapter, pour les réglages, je peux me débrouiller, mais si le logiciel meurt je perds beaucoup.

    C'est pour ces raisons que j'ai opté pour lightroom. L'un des deux seuls logiciels qui m'oblige à garder un windows chez moi. Je ne suis pas confiant sur la capacité des différents logiciels libres cités à exister encore dans 5 ans et de conserver une rétro-compatibilité. Adobe ne peu tout simplement pas se permettre de se planter sur ce point là, trop de professionnels utilisent cet outil.

    Remarques :

    • Pour ceux qui trouvent que développer des RAW c'est chronophage, vous ne devez pas vous servir de votre logiciel de manière optimale. Ces logiciels sont conçus pour faire gagner du temps. Il faut prendre le temps de bien étudier le logiciel et définir son workflow en fonction du design du logiciel et pas l'inverse (essayer d'utiliser un logiciel pour répondre à un workflow qui n'est pas adapté). Pour vous donner une idée, en deux soirées, "j'avale" 2000 photos sur ma carte prises lors d'un voyage. Le résultat : photos stockées, triées (70% de déchets, le reste est noté, taggé, développé avec des réglages simples), une trentaine parmi les meilleurs sont développées à la main et publiées.
    • Un très bon hors-série (comme d'hab') de "Compétence Photo" est actuellement disponible traitant exclusivement du format RAW et de son exploitation. Je vous le recommande chaudement.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.