Journal [HS][Cinéma] Into Eternity

23
27
mai
2011

Bonjour,

J'ai bien conscience que ce journal est hors sujet, mais les hors sujet cinéma sont assez bien tolérés.

De plus, la problèmatique de l'énergie vous intéresse à en juger par ce qui a déjà été écrit. Vous avez déjà beaucoup parlé du pétrole, et des alternatives propres possibles. Évidement, aux vues des événements récents, dernièrement il a plutôt été question de nucléaire, ayant même une discussion poussée comme sur les différents procédés d'exploitation.

Le film dont il est question dans ce journal, traite justement de l'énergie nucléaire.
Il a pour titre : Into Eternity (le site officiel).

C'est un film documentaire Danois-Suédois-Finlandais-Italien tourné en Anglais d'une durée de 1h15. Pour sa deuxième semaine d'exploitation (depuis mercredi dernier), il est projeté dans 15 salles en France, dont 2 à Paris qui le jouent en Anglais sous-titré Français. Je vous copie/colle le synopsis :

Le chantier d'un sanctuaire conçu pour durer cent mille ans. Creusée dans le nord de la Finlande, à Onkalo, cette gigantesque grotte abritera des déchets nucléaires. S'adressant aux générations futures, ce documentaire en forme de film de science-fiction montre ces travaux gigantesques - cinq kilomètres de galeries plongeant 500 mètres sous terre - et pose la problématique de l'élimination des déchets radioactifs sous l'angle de la temporalité. Impliquant une responsabilité millénaire, celle-ci nous oblige à adopter une autre échelle de durée.

Le sujet en est donc la problèmatique du stockage des déchets radioactifs ayant une durée de vie de 100 000 ans. Les autres problèmes comme le démantèlement des centrales nucléaires ou le traitement du combustible n'y sont pas abordés.

Pour couper court, les événements de Fukushima sont bien trop récents pour avoir influencé le film de quelques façons que se soit. Mais peut être ne serait-il pas sorti en France sans... Vu qu'il a été tourné en 2010 et qu'il est sorti aux États-Unis en février. Là, je n'ai pas de réponse étant donné qu'il y a souvent des décalages pour les sorties entre les pays et continents...

Comme le dit le synopsis, c'est principalement sur les conséquences d'une durée aussi longue que le film traite. Ainsi il aborde de façon plus ou moins approfondie les points suivants :

  • Il évoque assez rapidement les différentes possibilités et leurs inconvénients qui ont été envisagées pour les déchets nucléaires (les envoyer vers le soleil => problème de garantir le lancement, les immergés au fond des océans => les océans sont considérés comme la source de toutes vies, bien que Wikipédia dise que 100 000 tonnes ont été immergées, principalement dans l'Atlantique). D'où la solution de les enterrer pour les Finlandais.

  • Ils sont en train de construire quelque chose qui doit résister 100 000 ans. Sachant que les pyramides d’Égypte ont (officiellement) 4 500 ans... Et qu'au jour d'aujourd'hui, aucune construction[1] ou civilisation a duré ne serait-ce que 10% de la durée de vie des déchets nucléaires. Quelles sont nos certitudes sur une telle durée ?

  • Ce mode de stockage est passif. Il n'a besoin d'aucune intervention humaine. C'est peut être idiot à dire, mais c'est une obligation sur une telle durée.

  • Devons-nous informer les générations suivantes ? Et si oui, comment ? Il y a 100 000 ans, en Europe vivait l'homme de Néandertal, comment communiquerions-nous avec lui ? Ou lui avec nous ? Nous n'avons plus grand chose en commun... À quoi ressemblera l'Homme dans 100 000 ans ? Quelle langue parlera-t-il ? Quel sera son niveau scientifique ? Quel message[2] laisser et sous quelle forme ? Un message ou faire en sorte de laisser une impression, sensation, de danger, d'effroi ? Par exemple, ils supposent (espèrent) que "Le Cri" de Edvard Munch (l'image du tableau) serait universellement compris par des humains.

  • Faisons-nous en sorte d'oublier le site, son existence même et son contenu ? Comme ils disent dans le film :
    > disons à chaque générations qu'elle doit se souvenir d'oublier.

  • L'Homme est par nature curieux. Comment garantir que les générations suivantes n'ouvriront pas de tels sites. Nos archéologues ont ouvert et sont rentré dans des édifices ou ont touché des sculptures que leur bâtisseurs voulaient laisser intactes et inviolés pour toujours. Nous n'avons compris les messages qu'après, et pour certaines nous n'avons toujours pas compris le message. Mais contrairement aux civilisations passées, ce que nous cherchons à cacher est très dangereux pendant très longtemps.

  • Malgré la difficulté d'accès (500 mètres sous terre, 5 km de galerie), ce n'est pas forcément une civilisation suffisamment avancée comme la notre pour comprendre l'enjeu qui pourrait ouvrir un tel site (voir les mines que nous savons exploiter depuis longtemps sans savoir ce qu'était le nucléaire). Car nous n'avons aucune idée de comment vont évoluées les choses à la surface (guerres, climat, crises économiques et sociales,...) en 100 000 ans. L'Homme peut revenir à Néandertal tout comme être plus évolué, ou à un niveau intermédiaire, tout est possible, imaginable.

  • Que nous soyons pour ou contre le nucléaire, il est aujourd'hui de notre responsabilité de trouver une solution pour les générations futures. Les déchets sont là.

  • Nous prenons des décisions dans l'incertitude.

  • Ce que nous savons aujourd'hui de façon à peu prêt certaine sur ce qui va se passer dans les 100 000 ans à venir :

    • Les couches géologiques où est creusé le site d'Onkalo devrait être stable, et sont stables depuis très longtemps.
    • Qu'une période de glaciation à la surface devrait advenir dans 60 000 ans. Ce qui devrait fortement contraindre la vie et l'évolution de l'espèce humaine.
    • Que, comme pour le pétrole, nous serons bientôt (dans 50 à 100 ans) à cours de combustible nucléaire.

Comme nous pouvons le voir, ou deviner, via les axes de réflexion, le principal problème et danger de la solution de stockage dans des couches géologiques est l'Homme lui-même.

Le film ne donne pas beaucoup de chiffres ou je trouve manque d'explications sur certains sujets.

  • L'une des conséquences d'une période de glaciation est les mouvements tectoniques verticaux, y-a-t-il un risque sur ce genre de site ? J'ai tendance à penser qu'ils y ont pensé, donc que la réponse est négative, mais je me pose la question...
  • Il y aurait entre 200 000 et 300 000 tonnes de déchets nucléaires sur la planète, aujourd'hui. Le film parle seulement d'un site, en Finlande, mais il faudra plusieurs sites comme celui-là, au minimum un dans chaque pays nucléarisés, à priori... Quelle quantité de déchet sera stockée à Onkalo et cela représente qu'elle consommation ? En gros, combien de sites de ce type va-t-il falloir sur la planète une fois que nous aurons consommé tout le combustible disponible ?
  • Il semblerait que chaque pays va faire ce qui lui semble le mieux... (Ça je le devine de mes lectures annexes) En gros, chacun pour soit, tout le monde se démerde. Suffit de voir que certains immergent, le béton tient 100 000 ans au fond de l'eau ?
  • En théorie, nous saurions rendre les déchets nucléaires inoffensifs, mais il semble que la mise en pratique soit à ce jour impossible. Si quelqu'un a une explication relativement simple à comprendre sur ce sujet, cela m'intéresse. Car je devine que cela doit être assez pointu et le nucléaire est une science complexe.
  • Le sujet est comment cela se passera dans, pendant, 100 000 ans, mais Onkalo ne sera terminé qu'au siècle prochain. Qui peut dire que d'ici là il n'y aura pas de crise remettant en cause le projet ? Sachant que les déchets sont actuellement stockés de façon temporaire nécessitant une maintenance humaine (et de l'énergie), que se passe-t-il si l'état ne peut plus payé la construction d'Onkalo (crise économique majeure), ou s'il y a une guerre (pour les ressources de l'Arctique par exemple - la Finlande en particulier me semble concernée) ?

Lorsque je suis sortie de la séance, je me suis dit : « L'Homme s'est pris pour Dieu, et il ne sait pas comment s'en sortir. ».

J'ai beaucoup aimé le film, et je trouve que, malgré les questions en suspend, il fait un très bon travail pédagogique et attire l'attention sur un fait que nous avons du mal à appréhender : cette durée aux conséquences difficilement imaginables. Par exemple, la ligne de temps représentant les pyramides d'Égypte à l’extrême gauche, puis le Christ, puis aujourd'hui et de l'autre coté complètement à droite, la fin des 100 000 ans, est très parlante (sur la taille d'un écran de cinéma cela fait une grande ligne ;-) ). Les questions sont posées simplement et calmement, et les intervenants répondent selon leurs connaissances, en disant ce qu'ils croient personnellement, mais sans dire qu'ils détiennent la vérité. Nous pouvons deviner leur doutes. Tout le monde semble très humble vis-à-vis de la tâche qui leur incombe.

Le montage est intéressant pour mélanger les interviews des différents intervenants. Quant à la bande son, elle est bien choisie et accompagne bien le film sans être envahissante.

Une petite remarque sur ce qui fait aussi partie d'un film (en France en particulier), je trouve que l'affiche du film porte à confusion et induit en erreur, sur ce que le spectateur va voir comme film. Je trouve cela très dommage. Mais, et c'est contradictoire, elle peut amener des gens qui ne seraient pas aller voir ce genre de film à aller le voir.

Un autre film sur le nucléaire déjà évoqué ici-même : Nucléaire : jusqu'ici tout va bien.

Premier journal, première revue, critique, de film que je fais par écrit et développée...

[1] Les plus vieilles peintures dans des grottes ont 30 000 ans, mais est-ce comparable ?
[2] Je me souviens d'un journal (probablement) sur la problèmatique des messages à laisser pour les sites comme Onkalo, mais impossible de remettre la main dessus... Je souhaitais le mettre en lien. Ou alors ce n'est pas sur ce site... Ou je l'ai rêvé... ;-)

  • # Incinérateur

    Posté par . Évalué à -1.

    on a un gros incinérateur au dessus de la tête, on ne pourrait pas y envoyer nos déchets? il en n'est pas à une ou deux tonnes de matières radioactive près...
    c'est peut-être un peu simpliste mais là comme ça sans réfléchir j'y vois pas trop d'inconvénient et il me semble qu'on est capable de le faire...(faudrait juste éviter le 2ème effet Challenger...)

    • [^] # Re: Incinérateur

      Posté par . Évalué à 2.

      Sachant que le coût uniquement pour une mise en orbite géostationnaire a un ordre de grandeur de 10 000 à 100 000 $ / kg, je te laisse déterminer la pertinence de ta solution.

      • [^] # Re: Incinérateur

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Il me semble que c'est du coté de 10-12 K$ chez arianespace pour une orbite de transfert vers le géostationnaire. En plus on a pas besoin de viser une orbite géostationnaire, ni d'impératif de date de livraison à destination. Par contre, niveau sureté...
        Sinon, pour moi, le coût est (presque) secondaire. Car sur les 100 000 ans (et même 200 ans), je suis sûr que ça va couter bien plus cher en construction et surveillance de site. A moins qu'un régime politique par très correct s'installe entre temps et règle le problème de manière douteuse entre-temps, ce qui pour moi est le problème numéro un de la gestion des déchets sur le long terme.
        Vivement l'ascenseur spatial...

    • [^] # Re: Incinérateur

      Posté par . Évalué à 4.

      Woui, et si ça pète au décollage ou en orbite basse?

      C'est la raison majeure qui empêche de lancer un peu tout ça au dessus de nos têtes.

      • [^] # Re: Incinérateur

        Posté par . Évalué à 4.

        pas tout à fait, il y a aussi qu'envoyer en orbite des déchets radioactifs consomme un paquet d'énergie. C'est un peu bête de vouloir une énergie moins sale que le pétrole, si c'est pour éliminer ses déchets en consommant encore plus de pétrole ;)

        Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

  • # Surgénérateur

    Posté par . Évalué à 4.

    Le documentaire évoque-t-il que les surgénérateurs, dont le développement en France a été arrêté notamment en raison du lobbying des écologistes, permettraient de recycler une grande partie des déchets et de réduire drastiquement la demi-vie du restant ?

    • [^] # Re: Surgénérateur

      Posté par . Évalué à 2.

      Non, le documentaire n'évoque pas les surgénérateurs. Peut-être que cela fait partie de la solution de traitement des déchets permettant de les rendre inoffensifs. Mais ce sujet est juste abordé dans une réponse d'un intervenant.

    • [^] # Re: Surgénérateur

      Posté par . Évalué à 5.

      C'est en partie vrai :
      Les surgénérateurs consomment, par exemple, du plutonium. Ce dernier est issu de l'utilisation de l'uranium comme combustible (ou issu de la ré-utilisation de matériaux militaires). OK donc les sur-générateurs consomment bien de recycler des "déchets".

      Mais à chaque cycle on se retrouve avec du plutonium de plus en plus nocif et dangereux. En fait.

      Pour ce qui est de réduire drastiquement la demi vie du restant c'est vers des combustibles de type Torium (& sels fondus) dans des équipements de type "haute pression et hybride" (chimie+nuke). Là on a un équipement qui évite l'uranium (très peu est nécessaire pour amorcer la séquence, et rien ensuite) donc la fabrication de plutonium (ouf...) tout en étant capable de recycler (ici dans le sens premier mineurs) les déchets "mineurs" (mais majeurs en terme de traitement dans des installations classiques). Ce n'est pas la panacée, mais c'est clairement ce qui peut se faire de mieux demain.

      Les sur-générateurs tels qu'on nous les vends IRL, ce sont des engins à MOX. Et ça, clairement, objectivement, ce n'est utile que pour des pays peu ou pas équipés en nucléaire. Certainement pas pour nous. On nous vendu de la merde, là.

      • [^] # Re: Surgénérateur

        Posté par . Évalué à 1.

        Vu que tu as l'air de connaitre, et que c'est toi qui a écrit le journal assez poussé sur l'exploitation du nucléaire.

        Sais-tu à quoi l'intervenant du film fait référence lorsqu'il dit que en théorie nous savons rendre les déchets inoffensifs ?

        • [^] # Re: Surgénérateur

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          à quoi l'intervenant du film fait référence lorsqu'il dit que en théorie nous savons rendre les déchets inoffensifs ?

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Transmutation

          • [^] # Re: Surgénérateur

            Posté par . Évalué à 0.

            Merci !

            La solution n'est donc pas valable pour les déchets concernés par le stockage dans Onkalo.

            Donc, de ce que je peux comprendre, aujourd'hui la meilleure solution pour ces déchets est le stockage en couches géologiques.
            L'immersion me semble... risquée.

        • [^] # Re: Surgénérateur

          Posté par . Évalué à 2.

          Oupsss je suis désolé si cela apparait comme ça : ce n'est pas du tout le cas. C'est tout au plus une lecture. Comme sur d'autres sujets.

          • [^] # Re: Surgénérateur

            Posté par . Évalué à 1.

            Je ne vois pas pourquoi tu es désolé. Même si ce n'est que par tes lectures, tu en sais toujours plus que moi. Donc je te demande et pas grave si tu ne sais pas. :-)

            En tout cas, merci.

    • [^] # Re: Surgénérateur

      Posté par . Évalué à -6.

      les surgénérateurs, dont le développement en France a été arrêté notamment en raison du lobbying des écologistes

      Si les écologistes avaient eu des lobbys aussi puissants, nous n'aurions pas 80% de production nucléaire.
      Faut pas rêver, surtout à cette époque
      Le surgénérateur superphoenix a surtout été arrêté parce qu'il posait trop de problèmes. je rappelle quand même que les réacteurs à neutrons rapides doivent être refroidis à l'azote liquide (inflammable au contact de l'air), et qu'ils ne possèdent pas de modérateurs.
      Après Fukushima, çà porte à réflexion.
      Par ailleurs, superphoenix est né bien trop tôt en rapport avec les progrès des sciences nucléaires

      • [^] # Re: Surgénérateur

        Posté par . Évalué à 10.

        refroidis à l'azote liquide (inflammable au contact de l'air)

        Heureusement qu'il n'y a pas d'azote dans l'air, on serait dans la merde sinon.

      • [^] # Re: Surgénérateur

        Posté par . Évalué à 5.

        Le circuit primaire de Super Phoenix devait utiliser, non pas de l'azote liquide, mais du sodium comme refroidisseur, 550 tonnes... Vous connaissez l'expérience qui consiste à plonger quelques grammes de sodium dans de l'eau... Ah oui, le circuit secondaire devait utiliser de l'eau.

        Super Phoenix ne s'est pas arrêtée à cause d'un prétendu lobbying des écologiste mais parce qu'elle réussissait l'exploit de l'aberration dans plusieurs domaines ; dont l'économie, ce qui a décidé de sa perte.

        • [^] # Re: Surgénérateur

          Posté par . Évalué à 3.

          SuperPhoenix est avant tout une installation de "haut niveau". Avant tout, cad avant d'être une méthode, c'est une installation. Dans SuperPhoenix il y a eu plusieurs types d'expérimentations.
          -> il ne (me) semble pas juste de jeter le bébé avec l'eau du bain. SuperPhoenix a accueillie plusieurs expériences et nous a permis de comprendre beaucoup. Ce qui est flagrant, par contre, c'est qu'il crystalise le début de l-ère purement commerciale, où au lieu de dire simplement (ce à quoi c'était prévu et ce qu'on pouvait en faire), on a essayé de le vendre...

          SuperPhoenix, l'installation, la construction, reste encore aujourd'hui un véritable modèle.

    • [^] # Re: Surgénérateur

      Posté par . Évalué à 0.

      Voilà ce qu'en pense Bernard Laponche, Docteur ès sciences en physique des réacteurs nucléaires
      http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/20110429trib000618756/le-nucleaire-une-technologie-du-passe-sans-avenir.html
      "Le nucléaire, tel qu'il a été développé depuis la découverte de la fission, comme celui que l'on nous promet (une « génération 4 » basée sur l'utilisation banalisée du plutonium, le corps le plus dangereux que l'on connaisse), doit être abandonné. Et ce n'est pas Iter, expérience de laboratoire pharaonique d'essai de « maîtrise » de la fusion et dont le physicien Pierre-Gilles de Gennes disait que c'était justement ce qu'il ne fallait pas faire, qui peut nous donner quelque espoir."

      Bernard Laponche
      Entretien avec Charlotte Nordmann
      Entre silence et mensonge. Le nucléaire, de la raison d’état au recyclage « écologique »
      http://energie.lexpansion.com/auteurs/Bernard-Laponche-a-901_s_74dd7ad5dcab4b869d88425b34a36d6e.html

      "L'art est fait pour troubler. La science rassure" (Braque)

  • # Splendide présentation du film

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    ... ça devrait être en depêche, on a la rubrique cinéma.

    ⚓ À g'Auch TOUTE! http://afdgauch.online.fr

  • # Et dieu dans tout ça

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    « L'Homme s'est pris pour Dieu, et il ne sait pas comment s'en sortir. »

    Et au fait, puisque c'est si mal le nucléaire, pourquoi un dieu ne viendrait-il pas nous protéger de la folie des hommes ?

    Encore une preuve qu'il n'existe pas :-)

    Ou alors, Tchernobyl et Fukushima, c'était pour nous prévenir ! (Et tant pis pour les dommages collatéraux).

    Envoyé depuis mon lapin.

    • [^] # Re: Et dieu dans tout ça

      Posté par . Évalué à 3.

      Bien sûr que si, Dieu existe, et il a un plan.

      A l'échelle de l'histoire de la vie, nous avons été présent un bref instant et avons déjà mis plus de bordel que tout ce qu'il a pu créer de vivant avant nous.

      Nous sommes le bouton "Reset" de la Création!

      (Et bonne journée aux évangélistes!)

    • [^] # Re: Et dieu dans tout ça

      Posté par . Évalué à 1.

      Je ne sais pas comment interpréter ton commentaire...

      C'est ma réaction à chaud après le film. Elle n'est pas spécialement réfléchie, construite ou développée.
      Je trouve les réactions à chaud intéressantes à évoquer pour les films car il arrive que tu vois un film, tu sors de la salle tu es content, tu as aimé le film. Ce n'est pas réfléchi, ou censé, mais sur le moment c'est ton impression. Et puis après coup, le lendemain, lorsque tu dois parler du film avec quelqu'un, pour lui conseiller ou déconseiller (en particulier), tu te rends compte que, ben en fait le film est vide, idiot, complétement incohérent, très naïf ou qu'il raconte plein de bêtises. Bref, peu importe la raison. Mais pendant le film et juste après tu étais somme toute content.
      Dans ces cas là, pour ma part, je dis que sur le moment j'ai aimé le film, mais qu'en y pensant, ben, il ne vaut peut être pas le coup. Disons, on passe un bon moment, mais que ce n'est pas le film de l'année (ni du mois) et qu'il sera probablement vite oublié. Le cinéma sert aussi à ça...

      Après, sur l'aspect religieux (Dieu toussa), c'est une façon de parler pas une conviction. Je n'y avais même pas pensé avant ton commentaire. C'est plus une façon rapide de dire que : l'homme fabrique et utilise des choses dont il ne maitrise pas toutes les conséquences. Lorsque les radiations ont été découvertes, nous nous sommes dit que cela pouvait être très utile (et ça l'est). Sauf erreur, au début du siècle précédent les publicités (réclames) vantaient la radioactivité, car on ne savait pas encore que c'était dangereux. Mais c'est comme ça que l'Homme a avancé, en essayant. Jusqu'au nucléaire, les conséquences de nos essais étaient (très) limitées dans le temps et l'espace. Depuis la découverte du nucléaire, ce n'est plus le cas...
      Donc, après coup, avec le recul que nous avons, j'avoue, il est facile de dire qu'il n'aurait peut-être pas fallu. Mais c'est fait et nous ne pouvons pas changer le fait que nous en avons besoin, que les déchets sont là et qu'il est impératif de les traiter.

      Le nucléaire n'est pas mal en soit. Une médaille a deux faces. Je pense que pour beaucoup de choses, il y a deux faces, les avantages et les inconvénients. Le nucléaire a ses avantages et ses inconvénients, et ils sont à mettre en perspective avec nos besoins et les alternatives que nous avons aujourd'hui. Tout en sachant (anticipant !?) que de toute façon, à un moment nous ne pourrons plus compter dessus.

      Si c'était un troll, je suis tombé dedans. ;-)

      • [^] # Re: Et dieu dans tout ça

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Mon commentaire était un troll sur le fait que ta réaction à chaud était de nature religieuse. J'ai trouvé ça justifié parce que la religion et la science, ça fait deux, et que la maîtrise du nucléaire est plus proche de la science que de la religion.

        Envoyé depuis mon lapin.

  • # Et pendant ce temps

    Posté par . Évalué à 2.

  • # Supplément d'informations

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Le projet d'Onkalo est mené par deux pays, la Suède et la Finlande, qui ont à eux deux 14 réacteurs http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_r%C3%A9acteurs_nucl%C3%A9aires , pour assurer respectivement 45% et 30% de leur besoin d'énergie électrique. Pour rappel, pour la France le nucléaire c'est 75% de la production d'énergie électrique.

    Le site en lui-même est en Finlande : http://news.bbc.co.uk/2/hi/science/nature/4948378.stm

    Une fois sorti des réacteurs, les barres de combustible usagé passent 30 ans dans une piscine, afin de perdre la plus grande partie de leur radioactivité. C'est après cette période que les barres seront stockés à Onkalo, en les plaçant directement dans des containers en cuivre (de 5cm d'épaisseur) http://www.vmtubes.com/content/vmtubes/vmtubes000390/18_endlagerung6.jpg . Plus d'informations techniques ici : http://www.vmtubes.com/jsp/epctrl.jsp?con=vmtubes000390&cat=vmtubes000181&mod=vmtubes000061&pri=vmtubes&lng=2

    C'est en 2100 que le site sera définitivement fermé, une fois que les derniers éléments de combustible seront stockés (sans doute après avoir atteint la capacité maximum de stockage du site).

    A noter que la Suède avait un moratoire sur le nucléaire (ils avaient décidé de sortir du nucléaire). Mais en 2009 le moratoire a été suspendu, afin de relancer la construction de centrales http://fr.wikipedia.org/wiki/Sortie_du_nucl%C3%A9aire_civil#Su.C3.A8de .

    Il est intéressant de noter que Onkalo stockera les barres complètes de combustible, alors qu'en France par exemple, les barres de combustible sont démontées afin de séparer les différents éléments qui sont encore utilisables (Plutonium, Uranium, ...) des autres composants. Et c'est seulement les déchets qui ont une durée de vie la plus longue qui seront stockés "définitivement". En France, il y a divers expérimentations en cours pour choisir le site qui accueillera ces déchets. Le principe d'enfouissement à grande profondeur sera le même, mais seul les déchets traité seront enfouis.

    Sachant que certains composants stockés à d'Onkalo peuvent servir de source d'énergie (le Plutonium notamment), qui sait si dans les années à venir (100 ans, 200 ans, ...), un pays (allier ou ennemis) ne voudra pas déterrer ce qui est stocké là bas ?

    • [^] # Re: Supplément d'informations

      Posté par . Évalué à 1.

      Merci pour les informations et les liens.

      Dans les intervenants du film, il y a quelques Suédois, mais il y a surtout des Finlandais. Et le réalisateur est Danois.

      Dans le film, ils évoquent la "valeur" des déchets et ils disent que, oui, les déchets stockés dans Onkalo pourraient intéressés et avoir de la valeur pour d'autres Hommes. Et que justement cela fait parti des risques de ce genre de site.

  • # A en croire Arthur C. Clarke

    Posté par . Évalué à 2.

    Dans 100 000 ans, qui sait ? peut-être qu'on sera tellement évolués qu'on aura même pas besoin de nos enveloppes charnelles pour survivre. Le problème du nucléaire concernerait alors les bonobos, chimpanzés et autres gorilles qui attendent leur tours (ou les dauphins avec un civilisation aquatique ?) et là, tant pis pour leur gueules, ils n'avaient qu'à pas évoluer.

    • [^] # Re: A en croire Arthur C. Clarke

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Mais quelle méchanceté envers les créations divines !

      ====> []

      Envoyé depuis mon lapin.

    • [^] # Re: A en croire Arthur C. Clarke

      Posté par . Évalué à 2.

      Faut voir le bon côté des choses :p
      Un jour tout pétera, zou l'homme
      La nature survivra,
      Un neutron orphelin tapera le lob d'une femelle gorille
      Un neutrino traversa les burnes d'un gorille
      Les effets provoqués par chacun de ses évènements, anodins à l'échelle de la peau ou de la durée de vie, finiront par faire évoluer la race.
      De nouveaus humains arriveront
      Et ils apprendront à (dé)maitriser l'atome.

      okok je ->

    • [^] # Re: A en croire Arthur C. Clarke

      Posté par . Évalué à 2.

      u'on aura même pas besoin de nos enveloppes charnelles

      plus quequette ? gachis !
      de tt façons rien n'est éternel, même sans enveloppe charnelle il faut une fin (sinon spa drole)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.