Journal Don de soi

Posté par . Licence CC by-sa
Tags : aucun
13
3
nov.
2011

Monjour Nal !

Ça va bien toi ?

Si je prends ma plume numérique en ces temps troublés, c'est pour te parler de don de soi. Au sens littéral. Parce que dans la vie, il n'y a pas que le code qu'on peut partager.

Depuis quelques années, je suis un donneur de sang régulier. Plus particulièrement en plasma. J'ai également demandé une carte de donneur d'organes post mortem auprès de france adot, même si cette inscription est purement symbolique[1]. Enfin je suis également référencé en tant que donneur de moelle osseuse[2].

Mais voilà, mon cher Nal, depuis un certain temps, je me pose des questions existentielles.

Tout a commencé quand on a attiré mon attention sur le fait que de plasma donné est utilisé pour concevoir des médicaments. Bon, pourquoi pas, mais en pleine affaire Mediator®, quelques mois après l'affaire des vaccins de Bachelot, j'étais un peu refroidit à l'idée de contribuer à aider un laboratoire pharmaceutique.

Depuis je n'ai plus donné de sang, à contre cœur.

Je me suis renseigné plus tard, et j'ai appris que les médicaments étaient exclusivement produits par le Laboratoire_Français_du_Fractionnement_et_des_Biotechnologies. Bon, à priori, c'est plutôt rassurant. Sauf que c'est une Société anonyme de droit privé avec un Conseil d'administration.

Mais pourquoi ? Pourquoi pas un GIP (comme avant) ?

Quant au conseil d'aministration, il comporte un représentant de l'industrie pharmaceutique. Je trouve ça assez perturbant. Ainsi que le désastreux Francis Mer, notre Ex ministre de l'économie qui a mélangé ses fonctions de ministre et ses intérêts privés par le passé.

Bref, je ne suis pas rassuré par tout ça.

Qu'en penses tu mon journal ? Est ce que je psychote ? Est ce que je suis totalement parano ? Et toi, est ce que fais des dons (sang ou autre) ?

[1] En France tous les donneurs sont considérés par défaut comme donneurs potentiels à moins d'avoir exprimé explicitement un refus de son vivant, par exemple en s'inscrivant sur le registre national des refus. Mais la carte permet de lever le doute le cas échéant.
[2] J'invite d'ailleurs tout le monde à en faire autant. Ça consiste principalement à aller dans un hôpital, y faire une prise de sang, signer des papiers comme quoi on sait à quoi on s'engage. C'est à dire pas grand chose en réalité. Avec les techniques d'aphérèse (cytaphérèse), plus besoin de rester hospitalisé une demie semaine et de recourir à une anesthésie générale (du moins ça devient extrêmement rare). Il suffit de quelques heures de prélèvement et de deux jours d'arrêt maladie.

  • # Option

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    Je crois que l'utilisation que l'utilisation de ton don de sang hors transfert (donc recherche, etc.) est une option. Bon, le médecin de l'EFS me coche toujours la case, mais ça ne me dérange pas. C'est sur une feuille que je signe lors de l'entretien. T'as pas ça toi ?

    It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

    • [^] # Re: Option

      Posté par . Évalué à 3.

      Dans mon cas, il me laisse la cocher. Je me suis toujours demandé d'ailleurs quelles utilisations non-thérapeutique ils pouvaient faire de mes plaquettes. Si quelqu'un a une idée...

      • [^] # Re: Option

        Posté par (page perso) . Évalué à 9.

        Les revendre à des société comme Diagnostica Stago (je n'ai pas d'intérêts là-bas, mais je les cite car j'ai bossé au contrôle qualité), qui pourront s'en servir pour calibrer et/ou tester des réactifs d'hémostase.

        Certes, il y a commerce. Mais ces réactifs sont indispensables aux laboratoires d'analyses biologiques, situés en ville ou dans les hôpitaux, pour dépister et suivre certaines pathologies.

    • [^] # Re: Option

      Posté par . Évalué à 7.

      Hello,

      Il me semblait que la case à cocher, c'était pour des utilisations non thérapeutiques, genre la recherche.

      Je ne suis pas sûr que la fabrication de médicaments soit considérée comme non thérapeutique.

      Me trompé-je ?

  • # Ne m'en voulez pas, je suis comme ça ....

    Posté par . Évalué à 2.

    J'ai lu en diagonale pour voir de quoi ça parlait et j'ai lu:
    Don de soi >>> c'est pour te parler de don de soi >>> J'ai également demandé une carte de donneur d'orgasmes.

    Et je me suis dit: "Ca, c'est du don de soi!". Je fais même pas exprès.

  • # Moi, j'ai pas le droit

    Posté par . Évalué à 10.

    Ayant "séjourné plus d'un an cumulé dans les îles britanniques entre 1980 et 1996" (deux pour être très précis, avant j'étais pô né), je ne peux perso pas donner mon sang. En plus, le don du sang est interdit aux homosexuels en plus, sous prétexte qu'il y a une fenêtre de 12 jours pour le VIH et que les homos sont beaucoup plus à risque, ce qui me paraît assez dénué de sens pour que je ne donne pas mon sang, ne serait-ce que par homophilie.

    (nota : si vous vous en foutez du VIH et de la vache folle, ainsi que des questionnaires du don du sang, vous pouvez toujours mentir au questionnaire. Mais mentir pour donner mon sang, perso, ça me les brise).

    "The trouble with quotes on the internet is that it’s difficult to discern whether or not they are genuine.” Abraham Lincoln

    • [^] # Re: Moi, j'ai pas le droit

      Posté par . Évalué à 4.

      Et comme vous êtes décidément bien mauvais trolleurs, une tite réponse à moi même à ce sujet :
      http://queerasfist.com/post/2009/06/29/Des-devoirs-et-des-droits-une-question-de-vie-ou-de-mort

      "The trouble with quotes on the internet is that it’s difficult to discern whether or not they are genuine.” Abraham Lincoln

    • [^] # Re: Moi, j'ai pas le droit

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Le cas français n'est pas très différent des autres pays européens qui enregistrent également une diminution des cas de nouvelles infections (30 cas par million en 1998 et 19 cas par million en 2005) et de décès liés au sida. Les usagers de drogues, tout comme en France, adhèrent bien aux politiques de réduction des risques. Les nouveaux cas sont en partie liés à l'augmentation des diagnostics chez des personnes originaires d'Afrique69 ainsi que chez les homosexuels qui représentent 38 % de l’ensemble des découvertes de séropositivité en 2007, à cause de comportements sexuels à risque, ce qui est corroboré par l'augmentation parallèle du nombre d'infections sexuellement transmissibles70.

      Extrait de Wikipédia.
      Je n'ai rien contre les homosexuels, et je pense que la communauté des médecins qui gèrent ces procédures non plus.
      Mais 38% des cas découverts du VIH sont des homosexuels, et 38% au total. Cela signifie que disons 10% de la population française (et encore cela peut être moins) représente plus d'un tiers des cas de SIDA. C'est une prévalence assez élevée et je ne pense pas que cette mesure soit homophobe.

      Après on pourrait procéder autrement, faire plus de dépistage et autres choses pour le permettre. Mais je odute que cette question ait été prise à la légère.

      • [^] # Re: Moi, j'ai pas le droit

        Posté par (page perso) . Évalué à 1. Dernière modification le 03/11/11 à 21:41.

        cela fait 62% à risque hors homo :) quid des dons du sang (pour les diabétiques principalement iirc) Fabius a été condamné à raison pour cela... 38% pour les putes, j'ai du mal à y croire... (oui je manipule les mêmes chiffres que toi, sciemment, la vérité est ailleurs et un peu plus respectueuse d'une logique binaire 80/20)

      • [^] # Re: Moi, j'ai pas le droit

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Je ne sais pas en France mais en Belgique on demande aussi si on a changé de partenaire sexuel dans les 3 derniers mois ou si on en a de multiple et ce sont des clauses d'exclusions. Il reste quelle proportion d'homosexuel qui ont le sida après avoir retiré ceux qui correspondaient à ces deux clauses?

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: Moi, j'ai pas le droit

          Posté par . Évalué à 1.

          Surtout, je ne suis pas sûr que le cas de SIDA non connu au moment de la prise du sang soit plus élevé chez un homosexuel à partenaire unique et fixe que chez un (et surtout une) hétéro qui change de partenaire très souvent.
          Discriminer sur le seul fait d'être homosexuel me semble assez peu respectueux de la capacité de chacun à discerner si oui ou non il fait courir un risque sanitaire en donnant son sang.

          "The trouble with quotes on the internet is that it’s difficult to discern whether or not they are genuine.” Abraham Lincoln

          • [^] # Re: Moi, j'ai pas le droit

            Posté par . Évalué à 1.

            Discriminer sur le seul fait d'être homosexuel me semble assez peu respectueux de la capacité de chacun à discerner si oui ou non il fait courir un risque sanitaire en donnant son sang.

            Et discriminer sur le fait d'avoir vécu en Grande-Bretagne c'est mieux ?

            Je pense qu'ils ont pris des décisions dans ce sens pour éviter de s'occuper de poches de sang qui sont très probablement non-exploitables par la suite (ça coûte cher à mettre en place, analyser etc. même si ils revendent la poche assez cher). Quand ils ont besoin de sang ils cherchent à avoir un rendement important et pas à faire plaisir aux gens qui veulent donner leur sang (il n'y a pas de » droit à donner son sang via l'EFS »).

            207829⁶+118453⁶=193896⁶+38790⁶+14308⁶+99043⁶+175539⁶

        • [^] # Re: Moi, j'ai pas le droit

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          en Belgique on demande aussi si on a changé de partenaire sexuel dans les 3 derniers mois ou si on en a de multiple et ce sont des clauses d'exclusions

          Pareil en France.
          J'ai donné mon sang une fois à l'armée, sans aucune question (ou alors vraiment léger, je ne m'en souviens pas). De toutes manières c'était quasi-obligatoire. Une sorte de rite.
          Et ensuite je suis allé une fois dans une camionnette sur une place et me suis fait jeter pour cause de partenaire non stable (ha, les jeunes coquins).

          Maintenant que j'ai 40 piges c'est pire (partenaires multiples, ha les vieux cochons).
          Tant mieux pour moi, tant pis pour les autres ?

      • [^] # Re: Moi, j'ai pas le droit

        Posté par . Évalué à 7.

        Après on pourrait procéder autrement, faire plus de dépistage et autres choses pour le permettre. Mais je odute que cette question ait été prise à la légère.

        1) Ils ne posent pas la question « Recourrez-vous aux services de prostituées », alors que le taux de contamination dans la population prostituée est très élevé (10-30% selon les pays).

        2) La croissance du nombre de cas d'infections au VIH en France est aussi en bonne partie le fait de migrants ayant contracté l'infection dans un pays d'Afrique subsaharienne avant leur arrivée en France. P.ex. 30 % de la population adulte du Botswana serait contaminée. (Lire Économie du Botswana ou Incidence économique du sida en Afrique subsaharienne.) Pourtant on ne refuse pas péremptoirement le don du sang selon la couleur de la peau (heureusement hein). L'entretien avec un médecin suffit à déterminer qu'un donneur qui a passé une grande partie de sa vie dans un pays à risque soit refusé.

        3) Chaque don du sang est justement associé à un dépistage du VIH (de type ELISA), ce qui limite les cas non détectés aux personnes ayant contracté l'infection dans les semaines ayant précédé le don. Or justement, ils refusent les dons de personnes déclarant lors de l'entretien avoir de nouveaux partenaires dans les derniers mois. Ce qui en principe élimine le risque, sauf à supposer que les donneurs de sang mentent sur leur sexualité, mais on ne voit pas pourquoi les homosexuels mentiraient plus que les hétérosexuels — de toute façon l'argument ne tient pas, les homosexuels ou bisexuels pourraient déjà mentir et dire qu'ils sont hétérosexuels stricts, et on pourrait même considérer que l'interdiction pure et simple des dons les incite à mentir sur ce point, ce qui est contre-productif.

        Un homosexuel fidèle (mettons, en couple pacsé) a moins de chances d'être contaminé sans le savoir qu'un hétérosexuel volage. Le rôle de l'entretien avec un médecin est justement de déterminer si le donneur a une vie sexuelle suffisamment sage pour ne pas avoir de risques de contamination récente non détectée. Ce n'est pas une question d'être homosexuel ou hétérosexuel.

        En outre la question posée est « avez-vous déjà eu une relation homosexuelle ». Une réponse positive, même « c'était il y a 10 ans » élimine le candidat, même s'il n'y a objectivement plus aucun risque de contamination non détectée dans ce cas.

        • [^] # Le questionnaire

          Posté par . Évalué à 2.

          Le contenu officiel du questionnaire en France :
          http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000018681493

          Autocorrection : En fait ils posent la question des « relations rémunérées » dans le cas « au cours de votre vie ». Ce qui n'est pas non plus pertinent pour la détection du VIH si c'était il y a plusieurs années.

        • [^] # Re: Moi, j'ai pas le droit

          Posté par . Évalué à 6.

          Un homosexuel fidèle (mettons, en couple pacsé) a moins de chances d'être contaminé sans le savoir qu'un hétérosexuel volage

          Et si son compagnon n'est pas très sage ? Et sans oublier que certaines pratiques sont plus risquées pour chopper le sida que d'autres (t'as des muqueuses plus fragiles que d'autres).
          Donner son sang est un geste civique, pas un droit ou un devoir, et le dépistage systématique non seulement n'est pas efficace (durée d'incubation du virus) mais très couteux. On s'en remet à la bonne foi des donneurs et des statistiques, on ne va pas jouer avec la santé des autres pour satisfaire l'égo de certains (hein, les rosbeefs et les noirs aussi peuvent pas donner leur sang, est-ce qu'ils font chier à ce propos ?)

          • [^] # Re: Moi, j'ai pas le droit

            Posté par . Évalué à 3.

            Et si son compagnon n'est pas très sage ?

            C'est aussi dans le questionnaire. Si tu as des raisons de ne pas avoir confiance dans ton partenaire, c'est détecté. Bien sûr tu pourrais avoir toute confiance et être trompé, mais ça marche de la même façon pour tous les couples.

            le dépistage systématique non seulement n'est pas efficace n'est pas efficace (durée d'incubation du virus) mais très couteux.

            Oui c'est très couteux mais c'est fait de toute façon : chaque don est testé. Et la fenêtre sérologique réelle des tests modernes est comprise entre 15 de 22 jours après le contact contaminant.

    • [^] # Re: Moi, j'ai pas le droit

      Posté par . Évalué à 2.

      Moi non plus je ne peux plus donner (en France, si j'étais resté dans mon pays d'origine je pourrais à nouveau, et dans celui où j’emménage fin du mois, je ne sais pas)

      Pourquoi je ne peux pas donner ? Apparemment, en France, c'est très mal vu de rendre des cadeaux.

      Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

    • [^] # Re: Moi, j'ai pas le droit

      Posté par . Évalué à 2.

      En fait tu peux donner ton sang, mais il ne sera pas utilisé en transfusion.

  • # Pour info: pas possible de donner son plasma si on est/a été asmatique

    Posté par . Évalué à 2.

    Pour éviter que d'autre se dérangent inutilement(*) et puisque tu ne l'as pas dit une info: il n'est pas possible de donner son plasma si on est/a été asthmatique.

    *: on m'a fait le coup.. Pourtant c'est une maladie assez courante!

    • [^] # Re: Pour info: pas possible de donner son plasma si on est/a été asmatique

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Cela ne fait rien. Tu n'as qu'à me donner ton LCD.

      L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

      • [^] # Re: Pour info: pas possible de donner son plasma si on est/a été asmatique

        Posté par . Évalué à 10.

        Tu n'as qu'à me donner ton LCD.

        C'est une proposition que je qualifierais de pas très cathodique...

        • [^] # Re: Pour info: pas possible de donner son plasma si on est/a été asmatique

          Posté par . Évalué à 4.

          Surtout que j'ai lu LSD la première fois...

          • [^] # Re: Pour info: pas possible de donner son plasma si on est/a été asmatique

            Posté par . Évalué à 0.

            ça me fait pensé qu'on vous jette aussi si vous avez pris de la drogue, que ce soit occasionnel ou régulier. Même si c'est par voie d'administration qui ne favorise pas la contamination, pas comme les seringues ...

            • [^] # Re: Pour info: pas possible de donner son plasma si on est/a été asmatique

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              C'est peut-être tout simplement que proposer du sang qui contient des produits toxiques dus à la drogue n'est pas très utile.

              Envoyé depuis mon lapin.

              • [^] # Re: Pour info: pas possible de donner son plasma si on est/a été asmatique

                Posté par . Évalué à 3.

                C'est peut-être tout simplement que proposer du sang qui contient des produits toxiques dus à la drogue n'est pas très utile.

                En fait, non.

                J'avais déjà été refusé, étant un fumeur trop régulier, et j'avais demandé des explications, et j'avais cru comprendre que ce n'était pas pour des raisons de « toxicité » mais uniquement parce qu'ils considèrent les populations « droguées » comme plus à risque (comme pour les homosexuels, donc).

                J'ai eu la confirmation quelques années plus tard, ayant quasiment arrêté de fumer, je leur ai dit que je ne fumais plus régulièrement, mais que j'en avais quand même fumé un l'avant veille : « oh, pas de problème alors ».

                Bref, le refus des gens qui consomment certaines drogues qui peuvent paraître inoffensives se fait uniquement parce qu'on les considère à risque, que parce que la drogue en question pourrait avoir une quelconque toxicité. Ce qui est d'autant plus désagréable au niveau de la considération que te portent les gens.

              • [^] # Re: Pour info: pas possible de donner son plasma si on est/a été asmatique

                Posté par . Évalué à 0.

                Le sang n'est pas utilisé de façon brute, comme dit dans un autre commentaire on a plutôt tendance à en extraire les composés utiles. En temps normal ton sang ne contient pas que des choses "bonne", faut pas oublier que c'est aussi la voie d'évacuation principale de tes organes via les reins ... genre t'as abusé du baba au rhum la veille ...

  • # Moi je veux bien donner, mais ...

    Posté par . Évalué à 2.

    Depuis quelques années, je suis un donneur de sang régulier. Plus particulièrement en plasma. J'ai également demandé une carte de donneur d'organes post mortem auprès de france adot, même si cette inscription est purement symbolique[1]. Enfin je suis également référencé en tant que donneur de moelle osseuse[2].

    ... Ici aux Zwessa, j'ai pas le droit de faire de don de sang, parce que « je viens du pays des vaches folles » (véridique).

  • # Autrement symbolique

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    [1] En France tous les donneurs sont considérés par défaut comme donneurs potentiels à moins d'avoir exprimé explicitement un refus de son vivant, par exemple en s'inscrivant sur le registre national des refus. Mais la carte permet de lever le doute le cas échéant.

    Il me semblait que c'était symbolique dans la mesure où même si tu possèdes ta carte de donneur d'organes, si un membre de ta famille s'oppose au prélèvement alors rien ne te sera prélevé…

    • [^] # Re: Autrement symbolique

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Il me semblait que c'était symbolique dans la mesure où même si tu possèdes ta carte de donneur d'organes, si un membre de ta famille s'oppose au prélèvement alors rien ne te sera prélevé…

      D'où l'intérêt de parler à sa famille de sa volonté de faire don de ses organes en cas de pas de chance… La carte est symbolique, mais elle peut montrer à ta famille ta volonté, même si tu ne leur en a pas parlé.

      It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

    • [^] # Re: Autrement symbolique

      Posté par . Évalué à 2.

      Et l’« accord par défaut » n’est pas un accord total : certains organes ne sont pas considérés sans avis exprès (p.ex. cornée).

  • # c'ke j'en dis

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Qu'en penses tu mon journal ? Est ce que je psychote ? Est ce que je suis totalement parano ? Et toi, est ce que fais des dons (sang ou autre) ?

    Que tu te poses des questions intéressantes.
    Mais que, étant donné que mon fils est devenu polytransfusé (> 50% de son volume sanguin) à l'âge de 7 mois, je remercie tous ceux qui donnent en leur indiquant que c'est un beau geste qui sauve réellement des vies.
    Peut-être qu'il y a de mauvais usages des dons (je n'en sais rien) mais je sais qu'il y a de très bons usages des dons.

    Voilou, merci.

    • [^] # Re: c'ke j'en dis

      Posté par . Évalué à 3.

      Oui ce serait dommage de ne pas donner... Si tu lis bien la page Wikipédia sur le LFB, c'est bien un GIP, et il produit les extraits de plasma qui étaient autrefois produits directement par les centres de transfusion. Personnellement, rien ne me pose problème là-dedans.
      Concernant l'utilisation des dons, ma tante atteinte d'un cancer vit depuis 3 ans en grande partie grâce au don de plaquettes et je suis très reconnaissante à tous les donneurs qui contribuent à sauver des vies.
      Moi-même je ne peux pas donner en ce moment pour raison médicale (ce serait dangereux pour ma santé, d'ailleurs c'est en allant donner mon sang que j'ai découvert le problème), mais d'ici quelques mois, je pourrai à nouveau si tout va bien, et je le ferai.

  • # Don de moelle osseuse

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Avec les techniques d'aphérèse (cytaphérèse), plus besoin de rester hospitalisé une demie semaine et de recourir à une anesthésie générale (du moins ça devient extrêmement rare). Il suffit de quelques heures de prélèvement et de deux jours d'arrêt maladie.

    Hmm...ce n'est pas ce que j'avais entendu lors de la session d'information préalable à l'inscription sur le registre. Ils ont bien insisté sur le fait que le prélèvement pouvait être fait par voie intra-osseuse avec hospitalisation à la clé. Je ne sais pas quelles sont les proportions par rapport à la cytaphérèse mais c'est une donnée à prendre en compte au moment de s'engager.
    Bien entendu le truc le plus important auquel il faut réfléchir avant de signer c'est la longueur de l'engagement. On peut être appelé des années ou même des décennies après avoir accepté. Ça doit faire drôle de signer un truc à 20 ans quand on est étudiant et de recevoir un coup de fil à 45 ans quand on a une femme et trois gamins.

    • [^] # Re: Don de moelle osseuse

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Bien entendu le truc le plus important auquel il faut réfléchir avant de signer c'est la longueur de l'engagement. On peut être appelé des années ou même des décennies après avoir accepté. Ça doit faire drôle de signer un truc à 20 ans quand on est étudiant et de recevoir un coup de fil à 45 ans quand on a une femme et trois gamins.

      Tu peux refuser/te désinscrire à tout moment sans justification. Mais je suis d'accord avec toi. Et c'est là qu'on voit si tu as gardé tes idéaux.

      It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

      • [^] # Re: Don de moelle osseuse

        Posté par . Évalué à 3.

        Oui, mais peux-tu refuser/te désinscrire lorsque tu es appelé à faire un don (donc quand ce don devient urgent et nécessaire) ?

        • [^] # Re: Don de moelle osseuse

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          peux-tu refuser/te désinscrire lorsque tu es appelé à faire un don (donc quand ce don devient urgent et nécessaire) ?

          Tu peux évidemment refuser à tout moment. Même quand tu es allongé sur la table et que l'anesthésiste s'approche.
          Mais bon après ça doit être dur de se regarder dans la glace et de se dire qu'on s'était engagé à aider quelqu'un mais que finalement on n'est pas allé jusqu'au bout. C'est pour ça que j'ai pris le temps de bien y penser avant de signer et que j'en ai parlé avec des proches pour avoir leur avis.

          • [^] # Re: Don de moelle osseuse

            Posté par . Évalué à 10.

            « - Monsieur, avant de vous endormir, je voulais vous prévenir que votre don va permettre de sauver un des plus grands bienfaiteur de l'humanité qui est mourant dans la chambre d'à coté. Vous êtes le seul donneur compatible et donc son dernier espoir. Il s'agit de Steve Jobs : des millions de gens vous seront étern---
            - RRRHHAAAA, NON, PAS ÇA!!! LAISSEZ MOI SORTIR!!!! »

          • [^] # Re: Don de moelle osseuse

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Mais bon après ça doit être dur de se regarder dans la glace et de se dire qu'on s'était engagé à aider quelqu'un mais que finalement on n'est pas allé jusqu'au bout.

            D’autant plus que dans les jours précédant le prélèvement, le futur receveur subit un traitement visant à détruire complètement sa propre moelle osseuse. Changer d’avis au dernier moment, après cette étape, revient pratiquement à condamner à mort le receveur.

            • [^] # Re: Don de moelle osseuse

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              J'ose espérer qu'on demande au donneur s'il est toujours d'accord avant de faire subir ce traitement au patient.

              « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: Don de moelle osseuse

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          On peut refuser le don à n'importe quel moment. La greffe n'est jamais urgente : elle est planifiée en général entre 1 et 3 mois à l'avance, parfois plus.

          Lorsque la greffe est envisagée pour un patient, ses médecins recherchent longtemps à l'avance un donneur compatible. Ils identifient en général plusieurs donneurs potentiels, qui sont appelés afin de préciser leur groupage HLA, pour ne garder que le donneur qui correspond le mieux au patient.

          Entre le moment où les donneurs potentiels sont appelés et le moment où le don a lieu, il s'écoule au moins 1 mois, mais souvent plus. Le donneur à tout son temps pour réfléchir et se décider : le patient n'est en général pas informé de l'existence certaine d'un donneur durant cette période.

          On peut même se désister juste avant le don, cela n'engage que sa propre conscience. Il faut juste savoir qu'une semaine avant la greffe, le patient est conditionné (irradiation, chimiothérapie dans le but d'éliminer sa propre moelle osseuse). Son corps n'est alors plus capable de produire ni globules rouges (il doit donc être transfusé), ni globules blancs (il est placé en chambre stérile) : une fois le conditionnement démarré, la seule chance pour lui de s'en tirer c'est d'être greffé.

          Si le donneur se désiste avant cette semaine, cela ne déçoit en général que les espoirs des médecins.

          Par ailleurs, la grande majorité des dons se fait désormais par cytaphérèse et non par prélèvement dans le bassin. Le donneur reçoit pendant 4 à 5 jours un traitement (G-CSF) qui stimule la croissance de la moelle osseuse, si bien que des cellules souches de la moelle passent dans le sang. Elles sont recueillies en filtrant le sang, avec une machine du type de celles qui recueillent tous les jours le plasma dans les EFS.

          Pour le donneur, l'impact c'est essentiellement :

          • d'aller passer une matinée subir des examens, un mois avant le don (analyses sanguines en tous genres, ECG, échographie abdominale, entretiens médicaux),
          • de prendre un traitement souvent fatiguant pendant 4 à 5 jours (l'EFS prescrit un arrêt de travail, l'agence de la biomédecine indemnise la perte de rémunération),
          • de passer une ou deux matinées à se faire filtrer le sang, avec un peu de fatigue à la clef.

          Au bout de quelques jours, tous les symptômes (fatigue, douleurs) disparaissent pour le donneur, et la numération sanguine (nombre de globules en tous genres, etc.), perturbée par le traitement par G-CSF, redevient normale en quelques semaines.

  • # En prélevant ce sang, vous acceptez les conditions générales de don...

    Posté par . Évalué à 8.

    Pour éviter de voir ton sang utiliser par les labos, il te suffit de le mettre sous licence CC-SA-ND-NC!

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.