Journal La beauté du libre

Posté par .
Tags : aucun
54
31
août
2009
Salut les gens !

Le groupe de lecteur de ce site est hétérogène. Même si on y trouve en général pas mal de libristes, relativement peu «contribuent au libre» en proposant du code. Soit ils ne savent pas coder (oui ça arrive à des gens très bien !), soit ils ont «honte» de leur code, et ne jugent pas bon d'en faire don à la communauté tant ils pensent que ça n'apportera rien à personne.

Il y a peu, j'ai publié deux plugins pour Wordpress car ils me rendaient service à moi, et que je pensais qu'ils pourraient rendre service à d'autres, sans autres prétentions. Quelques jours après, j'ai eu des retours, positifs et négatifs, des demandes d'assistance, des demandes de fonctionnalités, ou de simples encouragements. J'ai pu aussi voir que chaque plugin avait été téléchargé plus de 1500 fois. C'est la première fois où je publiais du code 100% à moi hors du cadre d'un projet libre.

Quel bonheur ! non ? ça fait tout drôle de voir au détour d'un blog ou d'un autre site son plugin en action... et ça fait aussi tout drôle de voir les stats de visites de son site augmenter de 200% en même temps, ainsi que d'être contacté pour un job par certains de ces visiteurs !

En conclusion, je dirais que le libre c'est beau, c'est gratifiant, ça peut rapporter et qu'il ne faut pas avoir «honte» de son code (sauf si vous codez avec les pieds et que votre appli est décrite comme l'appli qui tue, évidement), au contraire ! Ouvrez votre code ! ouvrez-vous aux autres car c'est beau, gratifiant et que ça peut rapporter, parfois.

Voilà, c'était juste pour ça.
  • # Euhhh...

    Posté par . Évalué à -5.

    Je comprends tout a fait que c'est gratifiant, mais qu'y a t'il dans ton experience qui soit specifique au libre ?

    Tu parles de retours positifs/negatifs, questions, demandes de fonctionnalites, ... bref rien qui soit different d'un soft domaine publique ou proprio.

    Pour moi ta prose revient simplement a dire: ecrivez des softs, il seront utile a certains, et peut-etre bcp apprecie.
    • [^] # Re: Euhhh...

      Posté par . Évalué à 10.

      Ce qui est spécifique c'est ... (entre autres)

      - le coté cordial,
      - le coté "je suis satisfait d'avoir rendu service",
      - le fait que les gens écrivent "si t'as le temps, ça serait cool si tu pouvais jeter un œil sur mon problème" qui est remplacé par "c'est une honte ! vendre un produit qui ne fonctionne pas dans MON cas !" si tôt qu'on fait du proprioprivateurnon libre. On reçoit parfois même un bon vieux "ci-join, tu trouveras un patch !"
      - cette sensation de n'avoir pris personne pour un jambon afin de s'enrichir : on a proposé une application, les gens l'utilisent ou pas, font un don ou pas, sont contents ou pas : ils restent libres, et le développeur aussi.
      - le fait d'avoir vraiment l'impression d'avoir fait une bonne action totalement désintéressée, d'être autre chose qu'une machine à faire du fric.
      - le plaisir de voir que de grands groupes industriels ont visité ton site web et l'ont parcouru dans les moindres recoins, aucune chance que ça arrive avec du non-libre
      - le plaisir d'être reconnu pour ton travail par certaines personnes qui veulent t'embaucher parce que ton code est bon et fonctionnel, et pas parce que tu es le moins cher ou à la mode

      En cela, si, c'est très spécifique au libre.

      Imaginons qu'il ait été possible de publier ces plugins en close-source :
      - si j'arrête de maintenir ces projets : les gens qui les utilisent devront se trouver une solution de remplacement à court terme.
      - je peux très bien mettre en place du code "malicieux" dans ces plugins
      - si quelqu'un a un bug spécifique, il ne pourra jamais remonter suffisamment d'éléments pour qu'un patch soit publié rapidement : la somme de travail pour le débug est infiniment plus grande, logique ! en open-source, les gens peuvent tenter de débugguer eux même...
      - si un trou de sécurité est décelé dans mon appli et que je suis in-joignable : personne ne pourra publier de patch à ma place.... et il faudra attendre mon retour, ainsi que je prenne le temps de le faire moi même, le patch.
      - si quelqu'un a une fonctionnalité supplémentaire en tête et est capable de la coder, il ne pourra pas me transmettre son code pour que je l'intègre : je devrais me taper le dev moi même, ce qui est loin d'être forcément ma priorité d'où le point suivant :
      - le développement est forcément plus lent : une seule équipe travaillant sur le projet alors qu'en open-source, on reçoit des contributions extérieures, ce qui permet de faire avancer le travail bien plus vite.

      Bref, lorsque tu fais du libre : tu deviens un {Hero} même MS le dit ! (http://www.microsoft.com/opensource/heroes/default.mspx)

      Sacré toi va !
      • [^] # Qu'apporte le libre dans ton argumentaire?

        Posté par (page perso) . Évalué à -6.

        - le coté cordial,

        Attend, ça va venir...
        Il n'y a pas moins de gros cons d'utilisateurs dans les utilisateurs de libre que de close-source.

        - le coté "je suis satisfait d'avoir rendu service",

        Pareil pour le close-source.

        - le fait que les gens écrivent "si t'as le temps, ça serait cool si tu pouvais jeter un œil sur mon problème" qui est remplacé par "c'est une honte ! vendre un produit qui ne fonctionne pas dans MON cas !" si tôt qu'on fait du proprioprivateurnon libre.
        - cette sensation de n'avoir pris personne pour un jambon afin de s'enrichir : on a proposé une application, les gens l'utilisent ou pas, font un don ou pas, sont contents ou pas : ils restent libres, et le développeur aussi.
        - le fait d'avoir vraiment l'impression d'avoir fait une bonne action totalement désintéressée, d'être autre chose qu'une machine à faire du fric.


        Tu mélanges la liberté et le prix : de l'open source peut être payant, et du close-source peut être gratuit.
        HS.

        - le plaisir de voir que de grands groupes industriels ont visité ton site web et l'ont parcouru dans les moindres recoins, aucune chance que ça arrive avec du non-libre

        Les grands groupes utilisent beaucoup de close-source.
        et il suffit de diffuser le source non libre, c'est pareil.

        le plaisir d'être reconnu pour ton travail par certaines personnes qui veulent t'embaucher parce que ton code est bon et fonctionnel, et pas parce que tu es le moins cher ou à la mode

        99.99% des gens ne vont pas lire ton code.

        On reçoit parfois même un bon vieux "ci-join, tu trouveras un patch !"

        1% des 0.01 de gens qui lisent ton source.
        Et encore, ce n'est pas un argumentaire pour le libre, mais juste la disponibilité du code source.

        - si j'arrête de maintenir ces projets : les gens qui les utilisent devront se trouver une solution de remplacement à court terme.

        A court terme, ils utilisent la dernière version.

        - je peux très bien mettre en place du code "malicieux" dans ces plugins

        Aussi en open source : avant que quelqu'un lise tout ton code... Le code malicieux, on le scanne dans les close source avec les entrée/sorties.

        - si quelqu'un a un bug spécifique, il ne pourra jamais remonter suffisamment d'éléments pour qu'un patch soit publié rapidement : la somme de travail pour le débug est infiniment plus grande, logique ! en open-source, les gens peuvent tenter de débugguer eux même...

        99% des remontée de bugs sont "je fais tel truc, ça ne marche pas". identique avec close source.

        Le reste OK (qui est la raison pour laquelle je fais de l'open-source)

        Donc bon, 80% de ton argumentaire n'est absolument pas pour le libre, mais simplement la programmation (freewares...).
        Si j'étais un lecteur qui ne connais pas le libre, j'aurai plutôt avalé ce qui est majoritaire dans ton argumentation, et donc déduis que tu argumente pour la programmation de manière générale.

        A voir les notes, pas mal de monde s'extasie parce que tu as programmé, c'est libre tout ça... Mais ce monde la oublie les qualités du développement close-source : tout ce que tu dis ne vient pas de l'open-source, le close-source a 80% de ton argumentaire. Il ne faut pas se voiler la face : le libre a des avantages (j'en fais!), mais pas les avantages de 80% de ton argumentaire qui est pour la programmation close-source aussi. Pour militer pour le libre, vaut mieux éviter les argumentaires généraux, car perso, de ton argumentaire j'en aurai juste déduis que tu manques d'argumentaires pro-libre vu que tu les noies dans le reste : un développeur de freeware ne verrait pas trop pourquoi changer vu que ses utilisateurs sont cordiaux, que son bug tracker se rempli bien, qu'on lui paye des demandes dévolution etc... aussi.
        • [^] # Re: Qu'apporte le libre dans ton argumentaire?

          Posté par . Évalué à -1.

          Tu perds combien de temps à citer les autres pour répondre de l'approximatif?

          - le coté "je suis satisfait d'avoir rendu service",

          Pareil pour le close-source.


          Oui, dans le closed source, tu peux envoyer un patch pour corriger un problème, tu peux installer la version SVN pour tester les derniers développements, et participer aux évolutions ...

          C'est tellement cool d'être utilisateur de logiciels propriétaires en entreprise, avec les éditeurs de progiciel de gestion qui refusent les réunions entre utilisateurs, de peur qu'ils ne se parlent. C'est surement la même ambiance.

          Tu vas me cité en parlant de mono??
      • [^] # Re: Euhhh...

        Posté par . Évalué à -8.

        et le Hero il peut nous poster un lien vers ses fameux plugins histoire d'y jeter un oeuil ou ce n'est vraiment pas possible car depuis que des grosse boites sont venu te proposer un cheque, tu as passer le code en proprio, encaisser le cheque, acheter une nouvelle maison
        • [^] # Re: Euhhh...

          Posté par . Évalué à 5.

          Ou là faut se calmer l'étoile noire ! c'est sur le repo de Wordpress, en GPL et personne ne m'a posé un chèque, on m'a juste demandé de faire du conseil et un peu de dev pour intégrer le même genre de truc mais un peu différemment sur leur site à eux : on en est au stade du devis.
          On est pas dans un film, aucune boîte ne fait un chèque suffisant pour s'acheter une maison pour un bout de code...
    • [^] # Re: Euhhh...

      Posté par . Évalué à 6.

      ah et puis :
      Pour moi ta prose revient simplement a dire: ecrivez des softs, il seront utile a certains, et peut-etre bcp apprecie.

      Oui, t'as tout compris ! sauf qu'en faisant du "proprio" : que les gens apprécient ou pas, tu ne le sais pas vraiment car tu recevras toujours plus de retours négatifs lorsque les gens payent (et bien moins de retours positifs, justement parce que les gens ont payé, il s'attendent à avoir de la qualité), et ça n'est pas forcément parce que ton soft est "bon" qu'il va être acheté ou utilisé, mais parce que la pub qui est faite dessus a été efficace, ou que tu as employé un moyen plus que douteux pour imposer ton produit (comme la vente liée par exemple, ou l'abus de position dominante...).
      • [^] # Re: Euhhh...

        Posté par . Évalué à 0.

        La mon cher tu fais un amalgame entre proprio et payant qui n'a pas lieu d'etre.

        Il y a une quantite enorme de freewares et autres qui bien que n'etant pas libres, n'ayant pas de sources accessibles, ne coutent pas un sou a l'utilisateur.

        Toutes les specificites que tu as citees dans ton 2eme post, elles s'appliquent au freeware, au domaine publique, etc... c'est bien pour ca que je te demandais en quoi c'est specifique au libre.

        La 2eme partie de ton 2eme post ne fait que reprendre les sempiternels avantages theoriques du libre, ils n'ont rien a voir avec ta prose concernant les retours positifs, l'interet d'entreprises, etc...
        • [^] # Re: Euhhh...

          Posté par . Évalué à 10.

          Ok on la refait, moins crispé.

          Ma prose visait à encourager les gens aimant le libre et codant, par-ci, par-là à ouvrir leur code.
          Je ne pensais évidemment pas à toi ni à ceux qui font du close (pour de mauvaises raisons ou par ignorance souvent).

          La mon cher tu fais un amalgame entre proprio et payant qui n'a pas lieu d'etre.

          Les deux vont souvent ensemble, ont les mêmes objectifs finaux, les mêmes contraintes pour l'utilisateur et les mêmes effets pervers. Je les associe pour résumer : d'autres ont déjà fait des thèses là dessus.

          Il y a une quantite enorme de freewares et autres qui bien que n'etant pas libres, n'ayant pas de sources accessibles, ne coutent pas un sou a l'utilisateur.

          Oui et ont les mêmes effets de bord non souhaitables et les mêmes dangers que le "proprio payant" ou les Sharewares (les pires selon moi).

          Le but du libre n'est pas la gratuité, même si elle va de pair.

          Toutes les specificites que tu as citees dans ton 2eme post, elles s'appliquent au freeware, au domaine publique, etc...

          Le but du freeware non libre n'est pas le partage : c'est une manière de se faire connaître, un coup de pub, uniquement, et les auteurs de freewares non libres répondent bien souvent aux demandes de fonctionnalités par des devis...

          Le but du libre va bien au delà de la gratuité : le partage, l'entraide et le respect de l'autre sont des éléments importants de la démarche d'ouverture du code.

          avantages theoriques du libre

          Arrête tu vas me faire rire là...
          • [^] # Re: Euhhh...

            Posté par (page perso) . Évalué à 9.

            Le but du freeware non libre n'est pas le partage : c'est une manière de se faire connaître, un coup de pub, uniquement, et les auteurs de freewares non libres répondent bien souvent aux demandes de fonctionnalités par des devis...

            A une époque quand j'étais sous Windows et que je ne connaissez pas le logiciel libre (ca remonte avant les années 2000), je développai un freeware.

            Je n'avais pas beaucoup de retour mais que de retour positif (ceux qui n'aimais préféré peut-être ne pas l'écrire ;))

            Lorsqu'un utilisateur me demandais quelque chose, je le faisais (si possible). Je faisais le freeware pas parce que je voulais enfermé l'utilisateur, pour être connu, ou le rendre shareware, mais parce que j'avais développé un outil et que je voulais le partagé (il est vrai qu'a l'époque je n'étais pas encore bien initié au licence libre).

            En faite je me suis enfermé moi-même dans du freeware, car utilisant des composants (Delphi), freeware, je ne pouvais publié le source de mon application, sans qu'il manque des morceaux ... (donc pas très utile).

            Je n'ai jamais eu le temps de virer ces bouts de code qui aurait permis de libérer mon code car je suis ensuite passé sous Linux.

            Tout cela pour dire, que les personnes qui font des freeware, ne le font pas forcément pour se faire connaitre, pour faire payer un jour l'utilisateur, pour l'enfermer dans une boite noir. Ils peuvent le faire car ne connaisse pas les licences libres, ou car ils estiment que le code leur appartiennent mais ne sont pas contre partager leur application.

            A l'inverse, je suis sur que certaine personne (pas toute ...) faisant du logiciel libre, ne le font pas que pour partager leur application mais aussi pour se faire connaitre. Est-ce une mauvaise chose ?
            • [^] # Re: Euhhh...

              Posté par . Évalué à 7.

              Une question : le freeware, c'était un correcteur d'orthographe ?

              Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

              • [^] # Re: Euhhh...

                Posté par (page perso) . Évalué à 9.

                Non, un logiciel pour ajouter des fautes de façon aléatoire. C'est plus marrant.

                Désolé pour les fautes, je viens de me relire...
                • [^] # Re: Euhhh...

                  Posté par . Évalué à 7.

                  Moi aussi je viens de me relire, désolé pour le ton condescendant, je voulais juste faire une note d'humour.

                  Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

          • [^] # Re: Euhhh...

            Posté par . Évalué à 3.

            > > Toutes les specificites que tu as citees dans ton 2eme post, elles s'appliquent au freeware, au domaine publique, etc...

            > Le but du freeware non libre n'est pas le partage : c'est une manière de se faire connaître, un coup de pub, uniquement

            dans quel film ? tu généralises à outrance, mon gars.
            • [^] # Re: Euhhh...

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              dans quel film ? tu généralises à outrance, mon gars.

              Sans les sources (open-source), il n'y a pas partage vu que tu gardes la recette pour toi.
              Quel est le but d'un freeware? Il y a plein de raisons (dont l'ignorance des licences). Mais il n'est certainement pas le partage ("je garde la recette précieusement pour moi seul")
              • [^] # Re: Euhhh...

                Posté par . Évalué à 1.

                c'est ce que tu disais ensuite qui me taquine, le bout après les :
          • [^] # Re: Euhhh...

            Posté par . Évalué à -1.

            Les deux vont souvent ensemble, ont les mêmes objectifs finaux, les mêmes contraintes pour l'utilisateur et les mêmes effets pervers. Je les associe pour résumer : d'autres ont déjà fait des thèses là dessus.

            Les deux n'ont rien a voir du tout, les associer ne fait que montrer ton ignorance du sujet.

            Oui et ont les mêmes effets de bord non souhaitables et les mêmes dangers que le "proprio payant" ou les Sharewares (les pires selon moi).

            Le but du libre n'est pas la gratuité, même si elle va de pair.


            Tout a fait, et le but du freeware n'est pas d'entuber les gens, c'est de se faire plaisir et d'aider les gens en meme temps.

            Le but du freeware non libre n'est pas le partage : c'est une manière de se faire connaître, un coup de pub, uniquement, et les auteurs de freewares non libres répondent bien souvent aux demandes de fonctionnalités par des devis...

            La tu ne fais rien d'autre que demontrer que tu n'y connais _absolument_ rien, c'est absolument faux sur toute la ligne.

            Le but du libre va bien au delà de la gratuité : le partage, l'entraide et le respect de l'autre sont des éléments importants de la démarche d'ouverture du code.

            Oui bien sur, comme si vous etiez les seuls anges dans un monde demons, un peu de serieux stp.
        • [^] # Re: Euhhh...

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Quand j'étais sous win jadis : je suis venu au libre, aussi, grace à ces freewares ;-)
          J'aimais bien ces petits progs gratuits (et effectivement : y a du monde). Mais ... qu'est ce que c'est désespérant de voir son freeware préféré, qu'on utilise depuis des années, passer en shareware, ou se voir rajouter un spyware ...
          Moi, ça m'a vraiment fait m'éloigner, comme la peste, des freewares.
          Et tout naturellement, je me suis tourné vers le gpl ou le DP.
          Et qu'est ce que ça fait du bien de savoir que son soft préféré est en gpl, et que par conséquent, tu pourras en profiter tel quel toute ta vie ;-)
    • [^] # Re: Euhhh...

      Posté par . Évalué à 10.

      Si tu fais du pas-libre, ton code de merde restera du code de merde.
      Si tu fais du libre, ton code de merde sera certainement amélioré.
      • [^] # Re: Euhhh...

        Posté par . Évalué à 5.

        s/certainement/probablement/
      • [^] # Re: Euhhh...

        Posté par . Évalué à 4.

        Mais au moins, si ton code n'est pas disponible, tu n'auras pas à en avoir honte.
        Doit-on en déduire que le code des freewares/sharewares, c'est de la merde (©JP Coffe) ?
      • [^] # Re: Euhhh...

        Posté par . Évalué à -2.

        Ah oui c'est vrai j'avais oublie, si tu ne fais pas du code libre, tu es automatiquement un mauvais programmeur qui ne deviendra jamais bon et ne pourra jamais ameliorer son code.

        Tu en as d'autres des droles de ce genre ?
        • [^] # Re: Euhhh...

          Posté par . Évalué à 9.

          Si tu fais du pas-libre, ton code de level +10 restera du code de level +10.
          Si tu fais du libre, ton code de level +10 sera certainement amélioré.

          A croire que certains le font expres.
          • [^] # Re: Euhhh...

            Posté par . Évalué à -1.

            Vraiment, tu veux que je te fasse une liste du nombre de gens ici qui ont demarre un projet libre et n'ont jamais eu de contributions de code ? Elle va etre longue la liste.

            Toujours beau la theorie, dommage que la pratique ne soit pas aussi jolie.
            • [^] # Re: Euhhh...

              Posté par . Évalué à 3.

              Ce genre d'argument etait a la mode il y a 10-15ans. Mais bon maintenant c'est du rechauffe et il serait bon de changer de disque.

              99% des utilisateurs ne connaissent pas et ne sauront jamais programmer. Pourtant on se retrouve avec des systemes d'exploitation complets et entierement libre. Ca en fait donc un paquet de gens ayant demarre un projet libre et ayant eu des contributeurs. La pratique n'est plus vraiment a prouver.
              Par contre il est certain qu'ouvrir son code ne garanti pas forcement des contributeurs, mais c'est comme le loto: 100% des gagnant ont tente leur chance.
              • [^] # Re: Euhhh...

                Posté par . Évalué à -1.

                99% des utilisateurs ne connaissent pas et ne sauront jamais programmer. Pourtant on se retrouve avec des systemes d'exploitation complets et entierement libre. Ca en fait donc un paquet de gens ayant demarre un projet libre et ayant eu des contributeurs. La pratique n'est plus vraiment a prouver.

                Un paquet ? Tu veux compter le nombre de projets libres n'ayant eu aucune contribution compare a ceux en ayant eu ? Je te previens, ca va pas etre beau a voir.

                Les gros projets libres eux ont plein de contributions, les autres, ils n'ont souvent pas grand-chose a se mettre sous la dent.
                • [^] # Re: Euhhh...

                  Posté par . Évalué à 3.

                  C'est sur que ne rien partager t'aidera encore plus !
                  Comme dit plus haut: 100% des gagnant au loto avaient tente leurs chance.

                  Vouloir fuder et deplacer la conversation sur le fait que l'on aura ou non des contributeurs a coup sur est inutile.
                  • [^] # Re: Euhhh...

                    Posté par . Évalué à 0.

                    Tout comme faire de la propagande disant que faire du soft libre te garantit que ton code s'ameliorera, les chances que cela arrive sont en fait plutot faibles. Pour que cela arrive il faut que ton projet atteigne une taille critique en terme d'utilisateurs, ce qui a peu de chances d'arriver si tu es un programmeur debutant ou qu'il soit extrement utile / efficace, ce qui probablement signifie que tu n'es pas un debutant.
                    • [^] # Re: Euhhh...

                      Posté par . Évalué à 3.

                      Ou le fait de ne pas vouloir comprendre ce qu'est une strategie de maximisation des gains ?
                      Si tu n'as pas de contributeur, tu te retrouves dans le meme cas que le proprio. Si tu as des contributeurs, ton code s'en trouvera ameliore. Le choix est vite fait, non?

                      En tant que codeur debutant, j'ai eu des contributeur pour mes projets ou bibliotheques. Ces fichiers sont pourtant de taille tres modeste.
                      Pourtant ils ont tres peu d'utilisateurs et je suis loin d'en faire de la publicite.

                      Apres vouloir fuder sur le nombre de contributions est inutile. Il te faudrait une etude un peu plus poussee et serieuse que ton lien d'en dessous pour convaincre.
            • [^] # Re: Euhhh...

              Posté par . Évalué à 4.

              Moi je veux bien la liste complète.

              Sinon pour un début de liste de projets libre et qui ont des contributions : RoR, Qt, perl, linux, Gnome, wine, fedora, debian, X.org, iceweasel, VLC, SHR, H:1, OpenMoko, oFono, FSO, D-Bus, etc.

              Je vais arrêter car la liste est TROP LONGUE.
              • [^] # Re: Euhhh...

                Posté par . Évalué à 0.

                Super, fait bien attention a ne pas mentionner les milliers d'autres projets libres qui sont plus petits / moins connus que ceux que tu as cites, ca risquerait de montrer la fragilite de ton argument.

                Pour les exemples, cf. http://linuxfr.org/2004/01/24/15132.html et lit les commentaires, de nombreuses personnes disent clairement qu'elles n'ont eu aucune voire quasiment aucune contribution de code a leur projet.
                • [^] # Re: Euhhh...

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Bah mon argumentation est juste par rapport au fait que tu dis que tu as une longue liste de projets libre qui n'ont pas de contributions (j'en doute pas ! :), je te la réclame juste) et que je te cite un extrait de liste de projets libre (gros ou pas, ils sont libre) pour te dire qu'il existe aussi de nombreux projets libre avec des contributions, juste pour t'informer aussi, le libre n'oblige en rien, et que si un projet n'a pas de contribution c'est qu'il en a pas forcément besoin ou qu'il a pas essaié de se faire connaitre pour attirer les contributeurs (enfin il y a sans doute d'autres raisons).

                  (ps : ton lien date de 2004, on est en 2009 et de ce que j'ai lu, y a pas que des malheureux, mais j'ai juste survolé, car franchement, ça m'intéresse pas de lire un lien de 2004)
                • [^] # Re: Euhhh...

                  Posté par . Évalué à 4.

                  Tu coupes les cheveux en quatre
                  Parceque tu sais que l' assertion est juste
                  Pas parfaitement formulée pour faire face à toutes les attaques dessus, mais juste dans son contenu réel.

                  Effectivement un code pas libre peux recevoir des contributions : ceci est conditionné à quasiement 2 éléments : ou les codeurs se connaissent déjà, où le code fait parti d' un projet commercial qui marche (et la société embauche).

                  Tandisqu' un code libre peux recevoir des contributions DANS TOUT LES CAS.
                  Et Il y a des exemples de petits codes, devenus projets épaulés par d' autres contributeurs.
                  Ceci ne peux pas, ne peux jamais arriver avec le modèle freeware / et commercial.

                  C' est un des éléments de réussite du logiciel libre, du point de vue économique (uniquement ici) : placer le commercial en aval du code, et non en amont.

                  Et en dehors de tout commerce, non seulement un projet libre peux recevoir des contributions, mais en plus il peux totalement être repris par d' autres qui l' estime utile / intéressant, lorsque l' auteur originel passe (ou veux passer) à aute chose.

                  Tout ces exemples sont impossibles avec le modèle freeware entre autre, et très très improbable avec tout modèle fermant le code.

                  Oui de nombeux projets libres n' ont jamais reçu -et ne recevront jamais- une seule contribution. Et alors ? c' est un argument pour contrecarré la phrase initiale ? marche pas, pas contridictoire, autre sujet.

                  Si tu codes tu pas-libre, ton code de merde restera du code de merde.
                  Si tu codes du libre, tu peux potentiellement recevoir des améliorations.

                  C' est encore plus vraie avec cette exemple de "code de merde" car il concerne les débutants. Tu es débutant tu fais un petit programme pas-libre, sans sources dispo : il est certain que le code de merde restera du code de merde.
                  Alors que si tu débutes avec du libre, il y a des fortes chances pour que tu trouves de l' aide, au moins, avec les gens qui t' entourent. Voire même de vraies contributions. Ainsi, non seulement le code va s' améliorer, mais le codeur aussi dans sa pratique.

                  Sans ambiguité aucune, le libre est supérieur.



                  ps : ce commentaire n' est pas non plus "parfaitement étanche", mais c' est pas grave, on se comprend quant même :)
                  • [^] # Re: Euhhh...

                    Posté par . Évalué à -1.

                    Oui de nombeux projets libres n' ont jamais reçu -et ne recevront jamais- une seule contribution. Et alors ? c' est un argument pour contrecarré la phrase initiale ? marche pas, pas contridictoire, autre sujet.

                    Justement si, si ces contributions sont rares, cet avantage est franchement faible.
                    Si un debutant a de fortes chances d'avoir des contributions en rendant son code libre, c'est clairement un gros avantage, le probleme, c'est que c'est pas le cas du tout.

                    Alors oui, il y a une petite chance que ca arrive, qui est plus elevee que pas de chances de tout en proprio, mais au final ca n'y change pas grand-chose pour la plupart des gens: ils ne vont pas recevoir de contributions et devront ameliorer leur code par eux-meme, tout comme le proprio.

                    De nouveau, la theorie je m'en fiche totalement, ce qui m'importe est ce qui arrive dans la pratique, et la c'est assez clair.
                    • [^] # Re: Euhhh...

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Le probleme est que tu affirmes que les gens ne vont pas recevoir de contributions et devront ameliorer leur code par eux-meme, tout comme le proprio.
                      Sauf que tu sors ca de ton chapeau.
                      C'est du pur fud.
      • [^] # Re: Euhhh...

        Posté par . Évalué à 2.

        Cela me rappel le code pour un modem ADSL ancien d'un FAI français.

        Code de merde mais très utile.

        "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: Euhhh...

      Posté par . Évalué à 3.

      Faire un plugin proprio pour Wordpress qui utilise la licence GPL, rien de mieux pour passer pour un gros égoïste.
  • # Et si on ne sait pas coder

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Personnellement j'ai des notions de programmation vraiment pourri. Je fais 3 hack en php et sinon je pond surtout du bourne shell. Bref pas de quoi vraiment contribuer surtout quand on a pas d'idée.

    Mais des projets libres c'est pas que du code. Il faut des graphiste, des gens qui font de la documentation, des traductions, etc etc.

    Personnellement je suis impliqué dans un gros projet de documentation pour le libre et j'ai déjà eut des retours notamment sous la forme d'une personne disant s'être mis a utiliser un logiciel via une introduction technique que j'ai écris dessus pour une approche plus en douceur de la documentation officiel.

    Je m'investi aussi dans un projet en tant qu'homme à tout faire : gestion du SVN, publicité, gestion du site, test du code et je suis entrain d'organiser le portage sur de nouveaux OS maintenant. J'ai même eut le plaisir aidé par des développeurs de commiter un patch pour gcc 4.3 d'une vingtaine de ligne en C++ alors que je n'en avait jamais fait avant (bon j'ai mis 3 jours pour mes 20 lignes mais elles sont belles).

    Bref trop de projets libres sont composés uniquement de développeurs : Il faut des bras pour que tout vivent correctement et quand vous proposez votre aide, personne ne vous refoulera.
    • [^] # Re: Et si on ne sait pas coder

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Je souscris pleinement à ce que tu dis. Je ne suis pas un grand codeur, mon plus long programme doit être celui-là

      http://www.vmspython.org/CPUModesExample
      (et c'est sans doute bien améliorable)

      Par contre, j'ai fait quelques traductions, et par exemple Michael Foord, qui gère le site voidspace.org.uk, m'avait donné les chiffres de téléchargement de "urllib2, le manuel manquant", du genre plusieurs centaines de milliers.
      On se dit que cela a été utile à quelques personnes...

      If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

    • [^] # Re: Et si on ne sait pas coder

      Posté par . Évalué à 2.

      Toutafé ! pour chaque projet on a en général un code, plusieurs traductions, une doc et ses traductions, un site web... il n'y a pas que le code, c'est clair, cependant tout part de là !
  • # Un aspect important aussi ...

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    A mon sens ... C'est aussi qu'on libère le temps d'autres programmeurs ;-)

    Prenons l'exemple d'un developpeur du noyau, qui a besoin d'un prog pour automatiser telle ou telle tâche. Il tombe par hasard sur ton prog, et se met à l'utiliser, plutôt que d'en recoder un identique. Et bien, il aura gagner du temps, et pourra ainsi se concentrer plus sur son noyau. Il ne perdra pas de temps.

    Moi ça me motive pas mal, de participer à la "cathédrale", en qq sorte ;-)
    • [^] # Re: Un aspect important aussi ...

      Posté par . Évalué à 8.

      au bazar tu veux dire ? ;)

      Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

      • [^] # Re: Un aspect important aussi ...

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        oui ;-)
        mais bazar ça fait péjoratif ...
        • [^] # Re: Un aspect important aussi ...

          Posté par . Évalué à 5.

          Je crois que les termes bazar et cathédrale appliqués aux logiciels libre viennent de cette article :
          http://www.linux-france.org/article/these/cathedrale-bazar/c(...)

          Le style de développement de Linus Torvalds - distribuez vite et souvent, déléguez tout ce que vous pouvez déléguer, soyez ouvert jusqu'à la promiscuité - est venu comme une surprise. À l'opposé de la construction de cathédrales, silencieuse et pleine de vénération, la communauté Linux paraissait plutôt ressembler à un bazar, grouillant de rituels et d'approches différentes (très justement symbolisé par les sites d'archives de Linux, qui acceptaient des contributions de n'importe qui) à partir duquel un système stable et cohérent ne pourrait apparemment émerger que par une succession de miracles.

          traduction de http://www.catb.org/~esr/writings/cathedral-bazaar/cathedral(...)

          On y explique pourquoi la méthode bazar (qui évoque le désordre) marche. Et en quoi il est opposé à la méthode cathédrale.
          • [^] # Re: Un aspect important aussi ...

            Posté par . Évalué à 3.

            humpf, je pense pas qu'on puisse qualifier le mode de développement de Linux aujourd'hui de désordonné. L'organisation peut paraître atypique pour quelqu'un qui n'aurait connu que des projets fortement centralisés. Néanmoins le cycle de développement de Linux n'évoque pas spécialement le désordre et est même partiellement hiérarchisé (il est vrai avec une faible profondeur).

            Je pense qu'ESR évoque surtout l'absence d'architecture mise à plat. Et avec le temps, après être tombé sur un nombre incalculable de bugs découlant du manque d'intégration découlant de ce manque d'architecture ou de spécifications, je me met de plus en plus à rêver d'un monde du libre réinventé ou l'architecture existerait sous forme la plus ouverte possible. Malheureusement j'ai l'impression qu'elle est aujourd'hui majoritairement soit fermée, soit informelle à un tel point que le coût à l'entrée pour quelqu'un qui voudrait y participer est énorme, soit inexistante (du moins hors de la tête de quelques core hacker de leur projet respectifs).

            Bien des bazars du libre ont encore des choses à apprendre de la cathédrale.
      • [^] # Re: Un aspect important aussi ...

        Posté par (page perso) . Évalué à 0.

        Qui sait ...

        Mon programme est peut être utilisé par qqu'un qui est en train de fabriquer une cathédrale .... Lui, ça lui fait du temps de gagner : il n'est pas obligé de le développer, et peut donc se consacrer à sa cathédrale ...

        CQFD --> je participe un peu à la "cathédrale" ;-)
  • # Merci de ton journal

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    La première série de commentaire est assez triste à lire, j'y ai trouvé pas mal d'erreurs et de choses avec lesquelles je ne suis pas d'accord mai sje me vois mal rentrer dans le débat déjà si mouvementé ><

    Donc, juste un commentaire pour te remercier de ton journal qui met de bonne humeur à sa lecture.
    Garde la pèche et continue de produire du code libre.
    • [^] # Re: Merci de ton journal

      Posté par (page perso) . Évalué à -10.

      La première série de commentaire est assez triste à lire

      Pourquoi est-ce qu'exprimer une opinion contraire de celle de l'auteur du journal, argumentée, et avoir des contre-argumentations, est-elle triste? Est-ce le fait qu'elle soit contraire à l'opinion de l'auteur du journal qui la rend triste?

      Ton petit pic aurait mérité une argumentation, car au contraire des premiers commentaires, celui-ci n'est pas argumenté et laisse à penser que ton opinion est que toute opinion contraire est triste, et qu'il faudrait acclamer absolument l'auteur pour que les commentaires soient jugés gais.
      • [^] # Re: Merci de ton journal

        Posté par . Évalué à 6.

        À mon avis, tu t'es fais moinsser pour le ton aigri et agressif, et les petits bouts de mauvaise foi dans ton argumentation. Tes arguments étaient plutôt bon, mais se placer en attaque frontale en exagérant, ça n'aide pas à faire passer son avis.
        • [^] # Re: Merci de ton journal

          Posté par . Évalué à 7.

          Oui mais en même temps, tous ceux qui fréquentent ce site depuis un moment n'attendent plus autre chose de la part de Zenitram ...
      • [^] # Re: Merci de ton journal

        Posté par . Évalué à 1.

        oui, comparer la satisfaction de faire des shareware/freeware/spyware sous Windows à celle décrite dans ce journal, c'est sûrement pas triste à lire...

        j'ai l'impression de lire un chef de produit Windows qui se désespère de ne pouvoir communiquer.
        • [^] # Re: Merci de ton journal

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          oui, comparer la satisfaction de faire des shareware/freeware/spyware sous Windows à celle décrite dans ce journal, c'est sûrement pas triste à lire...

          Donc, en gros, qu'importe les arguments, les démonstrations, tout ce qu'on dira sur le "camp" d'en face passe dans /dev/null, parce qu'il est hors de question de faire la moindre petite critique d'un mode de développement trop adoré, même si cette qualité se retrouve aussi dans le camp d'en face.
          Sympa le dialogue. Et après on s'étonne que les libristes sont pris pour des illuminés qui ont des arguments ridicules puisque qu'ils sont pareils des deux côtés.


          j'ai l'impression de lire un chef de produit Windows qui se désespère de ne pouvoir communiquer.

          C'est rigolo de lire ça à mon encontre, puisque 100% de mes développements sont open-source (LGPL majoritairement).
          Mais au moins, moi, je sais pour quelle raison j'en fais (les 20% du texte de l'auteur du journal dans ce à quoi je répondais), et ne cherche pas des raisons qui n'existent pas (les 80% restant qui sont communs, n'en déplaisent aux intégristes du libre : il y a de très bonnes communautés autour de plein de logiciels proprios).
          • [^] # Re: Merci de ton journal

            Posté par . Évalué à 3.

            J'ai du mal à comprendre les 20% qui te motivent à faire du libre (du mono, non?).

            Tu peux très bien être payé par Microsoft pour faire du libre, tans mieux, je vois pas en quoi la satisfaction de l'auteur du journal ne peut pas être un avis que l'on ne pourrait généraliser.

            Je vais te donner l'argument ULTIME du pourquoi faire libre (auquel je ne participe que très modestement mais que j'utilise beaucoup), c'est le plaisir avant tout! TOUS les développeurs qui font du libre, bénévolement, le font FORCEMENT pour leur plaisir, pas pour faire la guerre à une autre boite, pas pour enfermer les utilisateurs.

            Si il y a des guerres, des trolls, c'est souvent de la part des utilisateurs. Après il y a les fork et autres joyeusetés, peu importe, le plaisir d'origine que ça procure est bien retranscrit dans ce journal, et c'est ça le sujet.

            On peut toujours dire que ça peut être pareil pour les logiciels propriétaires, mais qu'est-ce qu'on s'en fout? On a l'impression que vous êtes en prison et que vous dites à travers des barreaux (je pense à pBpG), "ouai, bah nous aussi c'est cool", "mais oui, ceux qui font des freewares partagent aussi l'info, le savoir", "je vous assure ma bonne dame, nous aussi on a des communautés d'utilisateurs heureux"...

            Bref venir discrètement tempérer l'ardeur du nouveau contributeur, puis venir mettre sur le tapis que c'est pareil chez vous, en étant offusqué qu'on écoute pas, c'est triste, on aurait aimer d'autres avis, sans que ça tourne aux troll autour du plaisir de ceux qui font des freewares.
            • [^] # Re: Merci de ton journal

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              TOUS les développeurs qui font du libre, bénévolement, le font FORCEMENT pour leur plaisir,

              Mais la est l'erreur : tu veux absolument retirer de ta phrase ce qui ne font pas de libre : TOUS les développeurs (on enlève ici le truc sur "libre"), bénévolement, le font FORCEMENT pour leur plaisir.
              Il y a plein de monde qui fait du proprio pour le plaisir, et il y a plein de monde qui fait du libre pas par plaisir aussi.

              On peut toujours dire que ça peut être pareil pour les logiciels propriétaires, mais qu'est-ce qu'on s'en fout?

              Je réagissais par rapport à la conclusion du journal "Ouvrez votre code !".
              80% de l'argumentaire n'a rien à voir avec l'ouverture du code, et je le fait remarquer.

              Bref venir discrètement tempérer l'ardeur du nouveau contributeur, puis venir mettre sur le tapis que c'est pareil chez vous, en étant offusqué qu'on écoute pas, c'est triste, on aurait aimer d'autres avis, sans que ça tourne aux troll autour du plaisir de ceux qui font des freewares.

              L'auteur du journal pense que c'est le fait de faire du libre qui le rend heureux. Je lui précise que 80% de son bonheur ne vient pas du libre, juste du gratuit, c'est tout.
              Il a retranscrit à 80% la joie de programmer, pas de faire de programmer du libre. Il a saupoudré de libre, tant mieux. Mais sa joie ne vient pas, contrairement à ce qu'il pense, principalement du libre, c'est tout ce que je voulais dire.

              Mais maintenant, si vous voulez absolument vous congratuler parce que vous vous dites que le libre ça permet plein de choses que le proprio ne fait pas (alors que c'est faux), libre à vous. C'est juste un mensonge que vous vous faites à vous même, vous auriez pratiquement le même plaisir sans faire du libre.
              • [^] # Re: Merci de ton journal

                Posté par . Évalué à 6.

                L'auteur du journal pense que c'est le fait de faire du libre qui le rend heureux. Je lui précise que 80% de son bonheur ne vient pas du libre, juste du gratuit, c'est tout.
                Il a retranscrit à 80% la joie de programmer, pas de faire de programmer du libre. Il a saupoudré de libre, tant mieux. Mais sa joie ne vient pas, contrairement à ce qu'il pense, principalement du libre, c'est tout ce que je voulais dire.


                Il serait a 80% heureux sans le libre. Avec le libre il est a 100% heureux. Il est donc logique qu'il prefere faire du libre.
                C'est pas complique pourtant...
              • [^] # Re: Merci de ton journal

                Posté par . Évalué à 4.

                Ce n'est pas cela que j'avais compris dans le journal mais simplement le plaisir de faire du libre et de partager son travail. Et sur un site consacrer au libre, cela n'a rien d'extravagant, n'en déplaise aux amateurs de chasse qui prennent eux aussi du plaisir en butant des petit noiseaux (ce n'est qu'un exemple).

                Bref, j'ai un paquet de soft et de hard que je n'ai pas diffusé car je ne me voyais pas me faire mousser avec ou faire du "pognon". Cela n'en valais pas la peine à mes yeux, je me suis fait plaisir à les réaliser et c'est tout. Je ne me voyais pas non plus les diffuser en libre par honte. Trop particulier, mal finie, mal documenté, brouillon, bref du travail d'amateur...
                Merci pour ce journal qui m'a remotivé à libérer mon travail.
                • [^] # Re: Merci de ton journal

                  Posté par . Évalué à 3.

                  C'est souvent le problème lorsqu'on code pour soi : on code souvent mal, c'est bien connu.

                  Ça pourrait être pas mal de revoir le code petit à petit pour le documenter d'une part, pour l'embellir aussi puis le libérer.

                  Tu peux aussi le libérer direct avec simplement une description initiale du projet "fait pour moi même à la base donc code crado qui pique les yeux", il y aura peut être des gens pour réécrire le code et le dépoussiérer : je l'ai fait des dizaines de fois et je ne suis pas le seul.
                  • [^] # Re: Merci de ton journal

                    Posté par . Évalué à 3.

                    Quand on code pour soi, on essaye d'être efficace (en terme de vitesse d'écriture du programme). Pour releaser, il faut nettoyer, documenter, donner des exemples, etc., ce qui nécessite pas mal de travail.
                    Oui, c'est dans l'esprit du libre de donner ce temps passé à nettoyer/documenter/etc. aux autres, mais il ne faut pas dire que pour participer au libre il suffit de lâcher ses programmes pas finis.
                    Car le libérer direct avec un disclaimer "c'est laid mais chez moi ça marche et mon cerveau comprend ce code sale", personnellement je trouve ça un peu méprisant, et je ne crois même pas que j'essayerai d'utiliser le programme (même pour me rendre compte ensuite qu'il est bien mais qu'il faudra le retravailler). S'il n'y a pas de readme qui explique bien comment l'utiliser, je ne vais pas passer de temps dessus, m'eut-il donné le sens de la vie, l'univers et le reste...
                    • [^] # Re: Merci de ton journal

                      Posté par . Évalué à 2.

                      Je ne dis pas "qu'il suffit" de lâcher une bouse immonde qui marche dans un cas unique sans même un pauvre README. Je dis que même si le code n'est pas super propre, à la rigueur ça n'est pas si grave, puisque dans son cas, ce qui le "bloque" c'est qu'il juge son code trop sale pour être ouvert. Et puis un type qui n'ose pas proposer son code à la communauté car il le juge trop sale, même s'il ouvre ce code, je me dis qu'il prendra soin d'au moins rédiger une bafouille dans un README... car son attitude, justement, montre du respect pour la communauté.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.