Journal pour un internet civilisé !

Posté par . Licence CC by-sa
Tags :
8
17
août
2011

un journal pour s'indigner ( c'est un peu à la mode, alors je m'indigne)
en fait je voulais vous parler du premier ministre David Cameron qui ne trouvant pas de solutions pour prévenir la violences de
certains citoyens britanniques, a eu la bonne idée de proposer :
censurer les réseaux sociaux (sur internet bien sur, sinon ce journal n'aurais rien a faire ici)

http://www.number10.gov.uk/news/pm-statement-on-disorder-in-england/
"it would be right to stop people communicating via these websites and services when we know they are plotting violence, disorder and criminality."

bon, je ne suis pas pour la violence, la criminalité et tout ce qui va avec, mais j'ai l'impression que l'internet de demain en europe va beaucoup ressembler à l'internet chinois d'aujourd'hui.

ces même politiques qui s'insurgent des restrictions de l'information en chine, dans les dictatures arabes ,en hongrie auraient en fait les même solutions à proposer pour les gentils démocraties occidentales. (volonté d'interdire wikileaks, hadopi and co)

donc voilà, bientôt des peines de prison parce qu'on a cliquer 'i like' sur un site ou poker un présumé terroriste.

  • # "Organisons une émeute"

    Posté par . Évalué à -4.

    Tu dois faire référence aux deux gars qui ont créé des groupes "organisons une émeute à X" (où X est le nom d'une ville épargnée par les violences) et commencé à choisir les sites à piller en premier. Rien à voir avec « I like » sur un truc quelconque.

    Quand un policier te croise dans la rue à crier des choses pareilles, il t'arrête pour flagrant délit d'incitation à la révolte armée. Quand le même policier te voit faire ça en direct sur un réseau social, il ne peut pas t'arrêter pour éviter à temps la réalisation de l'émeute. Le plus rapide en 10 secondes, c'est de passer un coup de fil au type qui contrôle le gros bouton rouge. Ça fait aussi chier tout le monde quelques heures, mais ça évite un délit de criminalité organisée de se réaliser. Comme quand la police boucle un quartier parce qu'un bandit s'est échappé. Je ne vois pas d'autre solution, si ce n'est filtrer à priori, ce qui est encore moins acceptable.

    • [^] # Re: "Organisons une émeute"

      Posté par . Évalué à 10.

      C'est quoi un "délit de criminalité organisée" ? Parce que moi, je connais les délits, pour lesquels on va au tribunal correctionnel, et les crimes, pour lesquels on va en cour d'assise.

      En fait, il existe le délit "d'association de malfaiteurs" (article 450-1 du code pénal français), auquel tu dois faire référence.

      Par contre, ta vision des choses "police / coup de fil / bouton rouge" fait froid dans le dos... Un État de droit se bâtit sur des règles fermes et intangibles. Ces règles apportent une sécurité juridique. En cas de manquement à ces règles, il y a des procédures à suivre, balisées et permettant une vision contradictoire du problème. Ces règles sont là pour éviter toute forme d'arbitraire, propre à remettre en cause cette sécurité juridique.

      Couper un moyen de communication de manière préventive au prétexte qu'il pourrait être utilisée de façon inappropriée voir illégale me semble peu compatible avec les règles qui forment notre droit, et absolument pas compatible avec le principe du débat contradictoire, et donc avec un État de droit.

    • [^] # Re: "Organisons une émeute"

      Posté par . Évalué à 9.

      Tu as le lien legifrance pour "incitation à la révolte armée" ?

      Sinon l'interdiction de quitter son domicile, pour tout le monde, 24h/24, ça fait chier tout le monde aussi, mais qu'est-ce que ça doit pouvoir permettre d'éviter comme délit/crime ! Donc interdisons aux gens de sortir de chez eux, en toutes circonstances !

      Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

      • [^] # Re: "Organisons une émeute"

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Pourquoi légifrance? c'est des émeutes en UK donc c'est les lois de ce pays qui sont appliquées.

        Et vu l'histoire du royaume uni (IRA etc), il a des chances qu'ils aient des lois spécifique sinon les mecs n'auraient pas été condamnés ...

        • [^] # Re: "Organisons une émeute"

          Posté par . Évalué à 3.

          Parce que si je vais crier ça dans la rue, il y a plus de chance que ce soit en France qu'au Royaume Uni.

          Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

          • [^] # Re: "Organisons une émeute"

            Posté par . Évalué à 3.

            Loi du 30 juin 1881 sur la liberté de réunion.
            Version consolidée au 16 mai 2009

            http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006070164&dateTexte=20110818

            Art. 8 « [...] Le bureau est chargé de maintenir l'ordre, d'empêcher toute infraction aux lois, d'interdire tout discours contraire à l'ordre public et aux bonnes mœurs, ou contenant provocation à un acte qualifié crime ou délit. [...] »

            Art. 10 « Toute infraction aux dispositions de la présente loi sera punie des peines de simple police, sans préjudice des poursuites pour crimes et délits qui pourraient être commis dans les réunions. »

            • [^] # Re: "Organisons une émeute"

              Posté par . Évalué à 3.

              Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse
              Version consolidée au 21 mai 2011
              http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006070722&dateTexte=20110818#LEGISCTA000006117631

              Art. 23 « Seront punis comme complices d'une action qualifiée crime ou délit ceux qui, soit par des discours, cris ou menaces proférés dans des lieux ou réunions publics, [...] soit par tout moyen de communication au public par voie électronique, auront directement provoqué l'auteur ou les auteurs à commettre ladite action, si la provocation a été suivie d'effet. Cette disposition sera également applicable lorsque la provocation n'aura été suivie que d'une tentative de crime [...] »

              En cas de simples paroles, la loi citée plus haut prévoit un séjour au poste (« peines de simple police »), mais si l'un quelconque des membres du groupe commet une tentative (càd un « commencement d'exécution », art. 121-4 du Code pénal), l'auteur initial des messages électroniques ou des paroles publiques est puni comme complice. Un commencement d'exécution, ça peut être de se procurer une carte des lieux ou de préparer une arme.

            • [^] # Re: "Organisons une émeute"

              Posté par . Évalué à 2.

              Je ne vois toujours pas de truc qui s'appelle "incitation à la révolte armée."

              Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

              • [^] # Re: "Organisons une émeute"

                Posté par . Évalué à 2.

                Ce n'est pas le terme correct mais cela ne change rien au problème. Ficher le feu et piller des magasins est un délit, et je t'ai cité, comme tu l'as demandé, les lois qui permettent de réprimer les incitations à commettre des délits via des invectives à d'autres personnes, dans un lieu public ou par des messages électroniques.

                • [^] # Re: "Organisons une émeute"

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Plus précisément, tu as cité une loi qui permet de réprimer les incitation à commettre des crimes et des délits, si les délits ont été commis, si les crimes ont été commis ou tenté. En l'occurrence, en Angleterre, les deux condamnés à 4 ans, il n'y a rien qui a été tenté.

                  Pour les articles que tu cites plus haut, non, le policier il ne t'arrêtes pas dans la rue. Il te met une contravention. En plus, c'est uniquement dans le cadre de réunions publiques. Si je crie seul dans la rue, ce n'est pas une réunion.

                  Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

                  • [^] # Re: "Organisons une émeute"

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Code pénal, Art. 431-6.

                    http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070719&idArticle=LEGIARTI000006418466&dateTexte=&categorieLien=cid

                    « La provocation directe à un attroupement armé, manifestée soit par des cris ou discours publics, soit par des écrits affichés ou distribués, soit par tout autre moyen de transmission de l'écrit, de la parole ou de l'image, est punie d'un an d'emprisonnement et de 15000 euros d'amende.

                    Lorsque la provocation est suivie d'effet, la peine est portée à sept ans d'emprisonnement et à 100000 euros d'amende. »

                  • [^] # Re: "Organisons une émeute"

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Il te met une contravention.

                    Il va faire cesser l'infraction, en plus de te mettre une contravention pour celle déjà commise. Cela veut dire te faire circuler ou te conduire au poste si tu continues à crier (désordre sur la voie publique, refus d'obtempérer...). Pour un réseau social, les provocations ne cessent pas immédiatement même si l'internaute passe à autre chose, parce que les textes restent en ligne. Pour faire cesser l'infraction, il faut une intervention technique de l'hébergeur du contenu. Dans le cas d'une menace immédiate (« Venez tous dans la rue avec des bâtons, on va piller un magasin ! »), il n'y a tout simplement pas le temps, et mon opinion est que dans ce cas, je trouve justifié que la police fasse couper temporairement le site p.ex. via le DNS (il y a des magistrats de garde pour accepter ou refuser les demandes d'autorisation) en attendant de contacter l'hébergeur pour qu'il identifie le compte et masque les propos de la vue du public.

    • [^] # Re: "Organisons une émeute"

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Quand un policier te croise dans la rue à crier des choses pareilles, il t'arrête pour flagrant délit d'incitation à la révolte armée.

      C'est vrai que depuis la création des délits d'incitation à la haine, le crimeparole est réprimé. À quand le crimepensée ?

  • # eh oui

    Posté par . Évalué à 10.

    Ce n'est pas neuf, et c'est loin d'être le premier politique à vouloir censurer internet.

    En général on met en avant la pédophilie, le négationnisme, et autre tare de l'humanité. On condamne les dirigeants méditerranéens lorsqu'ils font de même, on critique les Chine et la Corée du Nord, mais nos politiques en pensent pas moins.

    Nous on a la lopsi2 qui permet de censurer sans passer par la case justice, avec un domaine d'application très restreint, mais je ne doute pas qu'il sera bientôt étendu à des trucs basique comme la sûreté du territoire, avec peu à peu un glissement vers des sens plus large, comme trouble à l'ordre publique.

    Ce qui est marrant c'est que généralement il y a déjà un arsenal juridique pour arrêter les malfaisants, par exemple pour notre glorieux pays (enfin glorieux...), je dirai association de malfaiteur ( http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnArticleDeCode?code=CPENALLL.rcv&art=450-1 ) Mais c'est bien plus médiatique de dire on va faire une loi, plutôt que de simplement dire on va appliquer la loi. Et si au passage ça permet de censurer la mémoire c'est encore mieux.

    Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

    • [^] # Re: eh oui

      Posté par . Évalué à 7.

      Un exécutif qui dit à demi-mot qu’il faut appliquer une loi, c’est l’aveu de son incapacité à exercer sa fonction. Par extension, un exécutif qui dit qu’il faut créer des lois par dizaines et à chaque « affaire » médiatico-judiciaire-financière-économique alors que l’arsenal législatif est déjà là, c’est un aveu de sa propre incompétence notoire.

      ——
      Tout ressemblance fortuite avec des évènements se passant ou ayant eu lieu en France est totalement involontaire.

  • # FWD: Re: RT@:

    Posté par . Évalué à 10.

    Comme d'autres l'ont dit mieux que moi, je me permet de citer un commentaire apperçu sur une actualité de PCInpact :
    « Les réseaux sociaux, c'était bien quand ça permettait de lutter contre les dictatures arabes, mais quand ça vient chez nous, on met en taule et on censure. ».

    Et un article de numerama :
    http://www.numerama.com/magazine/19560-la-chine-et-les-dictateurs-peuvent-remercier-david-cameron.html

    Et après tout pourquoi se gêner ? Not' Johnny national a bien généré des millions avec les chansons écrites par des autres. Pourquoi je n'utiliserait pas la plume des autres pour obtenir la gloire sur linuxfr, hein ? Pourquoi pas ?

    • [^] # Rien de nouveau sous le soleil

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Dommage que le journaliste oublie de regarder à sa porte:
      En France, il y a quelques années, Michelle Alliot-Marie avait organisé un exercice de prise de contrôle d'une (grosse) ville par l'armée, avec armes à visée laser, opération commando de nuit, etc. Tout ça pour pallier à une éventuelle grève prolongée. On peut en voir quelques scène dans le film de Pierre Carles "Volem rien foutre al pais". Les journalistes présent trouvaient ça tout à fait normal. Bref, on a déjà fourni nous même aux dictateurs pas mal d'exemples de censures et d'interventions musclées. Faudrait pas se focaliser seulement sur la censure de l'internet, c'est un mouvement bien plus vaste (qui traduit à mon avis le désarroi (ou l'incompétence) des dirigeants, mais c'est un autre débat).

      "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

      • [^] # Re: Rien de nouveau sous le soleil

        Posté par . Évalué à 3.

        C'est intéressant, tu aurais une source ?

      • [^] # Re: Rien de nouveau sous le soleil

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Curieux, le souvenir que j'en avais c'était des interventions contre des grévistes qui, non contents de faire la grève, trouvaient intelligent d'empêcher les non-grévistes de travailler. Ça s'appelle du délit d'entrave, je crois, et ça mérite une arrestation immédiate par la police.

        • [^] # Re: Rien de nouveau sous le soleil

          Posté par . Évalué à 3.

          Ce n'est pas du délit d'entrave, qui un délit qui touche habituellement plus souvent les patrons que les syndiqués (par exemple, empêcher les élections des représentants du personnel est un délit d'entrave).

          Sur le fond, je pense que tu verras toi même la différence entre « arrestation par la police » et envoyer l'armée (MAM était à l'époque ministre de la défense).

          D'après la page wikipédia du film cité plus haut, cet exercice consistait à reprendre l'hôtel de ville de Nice. Malheureusement il n'y a pas beaucoup plus d'informations...

          • [^] # Re: Rien de nouveau sous le soleil

            Posté par (page perso) . Évalué à -4.

            Bah, que ce soit l'armée ou la police, ma foi, du moment qu'ils n'abîment pas trop les délinquants…

            • [^] # Re: Rien de nouveau sous le soleil

              Posté par (page perso) . Évalué à 10.

              Il y a une sacrée différence entre faire intervenir l'armée et la police. La police intervient en temps de paix pour l'ordre républicain, l'armée intervient en temps de guerre. Si tu ne comprends pas la différence, ben les dictateurs non plus.
              Du point de vue républicain, on peut considérer comme très grave ce qu'a fait MAM.

              "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

              • [^] # Re: Rien de nouveau sous le soleil

                Posté par . Évalué à 4.

                L’armée (en considérant que les gendarmes n’en faisaient pas partie) peut intervenir dans des missions de police uniquement accompagnée d’un gendarme. J’avais appris ça lors d’un reportage sur des chercheurs d’or illégaux ou je ne sais quoi d’autre hors métropole : l’armée avait repéré des « bandits », mais interdiction d’intervenir, uniquement du repérage. Retour chercher le gendarme (dans la jungle… ça se faisait pas en 10 minutes), pour pouvoir agir. Et encore, même comme ça, je ne doute pas qu’il doit y’avoir de sévères restrictions à cette méthode.

                La raison en est extrêmement simple : il ne sont pas formés pour, pas formés pour respecter la procédure d’arrestation, pas formés pour mener une enquête selon les règles de l’art, pas formés pour faire suivre l’affaire au niveau judiciaire. Donc non, l’armée, au sens strict du terme, ne doit pas intervenir dans des missions de police, c’est totalement aberrant.

                du moment qu'ils n'abîment pas trop les délinquants…

                C’est un vœu pieu, le seul moyen pour que des militaires fassent se boulot correctement, c’est de les former. Et on appellerait de tels militaires des gendarmes… Pour au final se rendre compte qu’ils tiennent plus de la police que du militaire…

                • [^] # Re: Rien de nouveau sous le soleil

                  Posté par . Évalué à 6.

                  C'est peut être naïf de ma part, mais je me demande dans quelle mesure des militaires ne sont pas moins dangereux pour les manifestants, certes, ils ne sont pas formé pour protéger ceux contre qui ils se battent, mais je me dis que quand on est allé au front et qu'on c'est fait tiré dessus avec un lance roquette, un jeune énervé avec un bâton ça fait pas si peur que ça, et on te sent pas obligé de lui tirer dessus avec une vrai balle qui tue pour se protéger.

                  Please do not feed the trolls

                  • [^] # Re: Rien de nouveau sous le soleil

                    Posté par . Évalué à 6.

                    Ben personnellement, si 500 énervés me foncent dessus avec des bâtons, je tire. Peu importe si j'ai un tazer, un flashball, un fusil automatique ou un lance roquette, et peu importe ce avec quoi on m'a chargé la veille. À partir de là, j'en déduis qu'il vaut mieux envoyer dans les manifs des gens formés et équipés spécifiquement à ça si on veut éviter un bain de sang.

                  • [^] # Re: Rien de nouveau sous le soleil

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    Mode humour:
                    Théorie intéressante. Reste à la vérifier. Je descend manifester, tu viens?

                    Mode cynique:
                    Tu parles de militaires français ou de militaires Syriens?

                    Mode expérience perso:
                    Un sergent de la BAC m'a raconté combien les policiers normaux pouvaient avoir peur des petits voyous. Et quand il intervenait en renfort, il réglait le problème en en giflant un pour renvoyer tout le monde dormir.

                    C'est sûr on impressionne difficilement les durs. Mais quand même vive la police! mieux vaut un coup de matraque qu'un coup de Famas! Sans parler du fait qu'un tir de matraque est assez inoffensif.

                    "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

        • [^] # Re: Rien de nouveau sous le soleil

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          Je viens de revoir la séquence.
          On entend plein de tirs de fusil mitrailleur, on voit des soldats embusqués à l'angle des rues, progresser de maison en maison comme dans une bataille. Un commandant dit que ses sections ont pris pied dans la ville et qu'ils vont s'emparer de la mairie. Un accompagnant de MAM marmonne qu'il se sent pas en sécurité. Je le comprends, c'est assez terrifiant.
          Les manoeuvres sont présentées comme une intervention en cas de paralysie de l'économie.
          La forme de l'intervention m'a fait peur, parce que "paralysie de l'économie" est un concept tellement fourre-tout qu'il a très bien pu être invoqué en Tunisie ou en Lybie. Non seulement on donne des justifications aux dictatures, mais en plus on se demande dans quel délire un politique peut imaginer le besoin d'une pareille intervention en France.

          "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

    • [^] # « Démocratie »

      Posté par . Évalué à 10.

      Une dictature, elle voit un moyen de communiquer librement, elle censure.
      Alors qu’une démocratie, elle voit un moyen de communiquer librement, elle censure... mais c’est une démocratie.

      Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • # pour un peuple contrôlé plutôt

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    En, fait avec la raréfaction de l'argent qui circule (si tu paye pas tes ouvriers, tu va pas vendre tes produits !) le libéralisme commandé par les financiers est en train de montrer son vrai visage : un totalitarisme presque vivable lorsque l'argent circule bien vers le haut, mais une véritable abomination lorsque ce ruisseau se tarit et qu'il faut continuer à alimenter le train de vie obscène de ceusses qui ont l'impression d'être au dessus des autres ( pour le bien de tous hein !).

    La voie de tous les systèmes totalitaires est de contrôler :
    1) l'information (et donc ré-écrire l'histoire) pour maintenir la population dans un état d'empêchement de révolte (car pour se révolter, il faut un exemple de ce qui pourrait être mieux, un point de comparaison qui montre clairement une autre manière de faire) : en se sens couper internet et les moyens de communication de n->n (plutôt que de 1->n qu'il est facile de circonvenir) est presque une nécessite car à partir d'une masse critique de citoyens qui s'impliquent, il n'est plus possible de "noyauter" efficacement l'information par le pourrissement généralisé (par exemple).

    2) le temps et les moyens (et donc de les abrutir de travail et les engluer dans une dépendance financière - le crédit par exemple ou le loyer). Mais comme il n'y a plus de travail pour tous et plus les moyens d'avoir un crédit, de plus en plus de personnes sont dans la capacité de se révolter, manifester, faire des sit-in ... Plus(+) de moyens de participer au vivre ensemble, de donner de son temps pour expliquer et agir.

    Les temps vont être durs pour ceux qui ont confisqué le pouvoir.

    • [^] # Re: pour un peuple contrôlé plutôt

      Posté par . Évalué à 0.

      Il n'y a pas moyen d'avoir un journal sérieux sans délires populistes de conspiration ? Il y a 80 ans des discours comme ceux là faisaient fureur en Allemagne, sauf qu'on disait des financiers qu'ils avaient le nez crochu... Ces délires sont tous sauf efficaces, car ceux qui veulent le pouvoir en instaurant la haine ne sont pas des enfants de coeur, au contraire !

      On ne parle pas de finance ici, mais de régressions démocratiques. Et on est encore très loin de 1984. Ce que l'on veut, c'est protéger les acquis, et non la révolution contre le monde de la finance, qui quoi que l'on puisse dire, et malgré ses défauts, est une machine très efficace pour gérer l'argent. Si ca te dérange, commence par lire quelques ouvrages d'économie sur le lien entre finance et croissance, puis avance des arguments constructifs.

      les problèmes sont multiples, tout mettre dans un même sac est stupide. Il y a un problème de méfiance par certaines classes dirigeantes de la liberté d'expression, des émeutes causées par des inégalités de revenu croissantes, et le problème de la panne de croissance en Europe. Trois problèmes, certes liés, mais à ne pas mélanger.

      • [^] # Re: pour un peuple contrôlé plutôt

        Posté par . Évalué à 10.

        Il y a 80 ans des discours comme ceux là faisaient fureur

        Je dirais même plus ils ont fait fuhrer :D.

        Par contre je ne te suis pas lorsque tu dis qu'il parle de conspiration, à mon sens il fait simplement une description de ce que l'on voit actuellement.

        Je ne pense pas que ce soit un hasard qui fait que la majorité des groupes de presse/audivisuel soient dans les mains de quelques puissant. Ce n'est pas forcément une volonté de tout contrôler, mais quand un de tes organe de presse fait un article disant que tu délocalise une entreprise qui est rentable pour faire encore plus de bénéfice, tu as tendance à décrocher le téléphone et t'assurer que le journaliste qui a pondu l'article n'en vende plus à tes journaux; c'est mesquin, mais c'est humain.
        Quand tu es un politique et que c'est un de tes amis qui possède un journal racontant tes connerie, tu décroche ton téléphone, et le journaliste aura la même fin de non recevoir.
        L'indépendance de l'information n’existe quasiment plus, mais le net redonne une possibilité d'information qui s'était dégradé peu à peu. Les politiques comme les hommes d'affaires ne sont plus à l'abri, et en plus le net à une mémoire. Nos politique en ont peur et font ce qu'ils peuvent pour le museler; c'est pas un complot, c'est juste la suite logique ce ce qui s'est passé avec les journaux.

        Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

      • [^] # Re: pour un peuple contrôlé plutôt

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        sans délires populistes de conspiration

        Rien que cette phrase est un aveux. Même pas besoin de donner des arguments. et ta réponse est juste un exemple de non réponse.

        Oui il y a plusieurs problèmes qui ne sont pas liés (dans le sens de causes/effets) mais ils sont indubitablement liés car concomitant dans une dynamique économique.

        ...

        je ne répondrais pas sur les nez crochus, tant tu me fais pitié. Personne n'instaure la haine, juste toi qui t'en sert de contre-faux-argument pour ne pas avoir à répondre.

        Sur la finance et la régression démocratique, et la machine très efficace pour gérer l'argent, je dirais ARFFFFF. Il n'est que voir le résultat de cette façon efficace de gérer l'argent, des dettes publiques pharaoniques et non remboursables et le "rachat" par les états des dettes des banques (pour résumer brièvement : TU vas payer pour que les banques gagnent du fric sans risque) oui c'est efficace en un sens. Mais pas dans le sens commun.

        Sur finance et croissance, re arfffff : il suffit de voir quels trésors de génie les états développent pour essayer de "rassurer les marchés" et inventer une croissance qui n'existent que dans l'esprit de lagarde en carton pâte et la finance qui détruit irrémédiablement le tissu économique en demandant une croissance sur le papier et en mangeant ce qui produit pour augmenter son bénéfice.

        Il y a plein de problèmes différents qui sont tous liés par le même point de départ : un monde politique qui a abandonné ses prérogatives pour laisser le champ libre à la finance et à l'économie.

        Hors il n'y a que dans l'esprit d'hommes ayant perdu leur part d'humanité (pour le bien de tous hein ?), ou dérangés, que l'humain est une variable d'ajustement d'une mécanique économique destinée à accroître les bénéfice d'une "classe dominante" (pour le bien de tous bien sur).

        • [^] # Re: pour un peuple contrôlé plutôt

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          arffffffffffffff

          DLFP >> PCInpact > Numerama >> LinuxFr.org

        • [^] # Re: pour un peuple contrôlé plutôt

          Posté par . Évalué à 3.

          hors = en dehors, comme dans "Hors d'ici tout à l'heure, et qu'on ne réplique pas."
          C'est "or" qu'il faut utiliser ici.
          Cette faute pullule sur linuxfr en ce moment.

        • [^] # Re: pour un peuple contrôlé plutôt

          Posté par . Évalué à 6.

          tiens c'est cadeau. 55 minutes de pur bonheur.

          • bon, attention, les 10 premières minutes sont à la limite du supportable, tant on ressent l'impression d'être pris pour un con. Ça c'est vraiment lourd, et il est probable que certains décrochent facilement. Mais peut être que ça vaut le coût de passer outre, et d'encaisser ces 10-15 premières minutes quant même, afin de petit à petit laisser se dérouler les explications tel que le souhaite les auteurs, et écouter jusqu'au bout.

          Si pendant 10-15 minutes, on peut ressentir d'être pris pour un con, cela reste beaucoup moins important que de nombres livres d'expert nous donnant l'impression d'apprendre des éléments sur les premiers chapitres pour ensuite nous manipuler.

          Bon visionnage :

          http://www.dailymotion.com/video/x75e0k_l-argent-dette-de-paul-grignon-fr-i_news

        • [^] # Re: pour un peuple contrôlé plutôt

          Posté par . Évalué à -3.

          sans délires populistes de conspiration

          Rien que cette phrase est un aveux. Même pas besoin de donner des arguments. et ta réponse est juste un exemple de non réponse.

          Aveu de quoi ?

          Oui il y a plusieurs problèmes qui ne sont pas liés (dans le sens de causes/effets) mais ils sont indubitablement liés car concomitant dans une dynamique économique.

          Tu sais les mots compliqués ne rendent pas un discours plus sensé. Au contraire ce qui se concoit clairement blablabla...

          je ne répondrais pas sur les nez crochus, tant tu me fais pitié. Personne n'instaure la haine, juste toi qui t'en sert de contre-faux-argument pour ne pas avoir à répondre.

          Pourtant c'était les mêmes arguments à l'époque, car le rôle de la finance est compliqué, et il est très facile de taper dessus sans chercher à comprendre pourquoi ca existe. Ah oui et pas la peine de m'agresser directement. Et des arguments je t'en donne, juste qu'un rappel historique n'est pas je crois inutile.

          Refuser d'admettre que l'économie doit vivre sa vie, c'est la définition du communisme, et ca ne marche pas très bien, car les politiques ne savent pas mieux ce que les gens veulent que les gens eux-même. Mais la mondialisation, si elle a des avantages (cf le monde de l'informatique, où en seraient-on si les USA, l'Europe, la Chine et le Japon avaient chacun leurs propres fabriquants de CPU, d'OS, moteurs de recherches, et des normes bien sûr différentes ? ) a limité le champ d'action de la politique, et un peu trop pour permettre d'empêcher la mise en place de situations non efficaces (trusts...).

          Maintenant le problème général de la finance est compliqué car l'argent est une abstraction très utile des rapports entre humains mais aussi très compliqué, et l'on doit faire un partage arbitraire entre l'efficacité, le partage des ressources, la démocratie, le court terme, le long terme, etc... Maintenant va voire n'importe quel responsable d'entreprise et demande lui si il préférerait que les crédits n'existent pas (ni du même coup les intérêts).

          Il y a un gros problème dans le too big to fail, car les banques n'assument pas leurs risques. Le système actuel est loin d'être parfait, cf d'avant. Le politique a aussi joué un rôle dans ce problème, en disant ou sous-entendant aux banques (mais aussi à certaines entreprises) goinfrez vous, on vous aidera après. Certains jouent alors le jeu jusqu'au bout. Juste un petit rappel cependant : l'État francais a gagné de l'argent en assurant les banques.

          Enfin il y a effectivement il y a une panne de la croissance dans les pays développés, car le progrès technique diminue à diminué ses 20 dernières années, et la productivité progresse moins vite qu'avant (http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATTEF08147, croissance moyenne de la productivité par an 2001-2010 en France : 1%). Mais c'est dur à dire à ses électeurs, donc on invente des nouveaux objectifs pour faire croire que l'on avance. Et du coup on emprunte pour continuer à vivre à crédit, sauf que sans croissance on a du mal à rembourser ces emprunts.

          • [^] # Re: pour un peuple contrôlé plutôt

            Posté par . Évalué à 2.

            « Aveu de quoi ? »

            De dénigrement, plutôt que d'argumentation, le terme de « conspiration » et ses dérivés étant péjoratifs.

          • [^] # Re: pour un peuple contrôlé plutôt

            Posté par . Évalué à 6.

            Whaou... Je me demande par où je dois commencer...

            Refuser d'admettre que l'économie doit vivre sa vie, c'est la définition du communisme

            Mouarf! On peut être pour l'interventionnisme de l'état sans pour autant être coco. Ce n'est que très récemment que l'on peut créer une entreprise et changer plus ou moins librement de pays, dans le temps fallait avoir le droit de partir (eh oui a l'échelle de l'humanité les serf c'est pas si loin que ça)

            et ca ne marche pas très bien, car les politiques ne savent pas mieux ce que les gens veulent que les gens eux-même.

            Je doute fort que le dirigeant de Total / L'oréal / Renault sache mieux que Chirac ce que je veux. J'aurais même tendance à dire que ce dernier a plus de chance d'être juste que les trois autres; et je ne parle même pas des décideurs dans les conseils d'administration du cac40 qui sont très très loin de mes préoccupations.)
            Et pourtant ils décident...

            (cf le monde de l'informatique, où en seraient-on si les USA, l'Europe, la Chine et le Japon avaient chacun leurs propres fabriquants de CPU, d'OS, moteurs de recherches, et des normes bien sûr différentes ? )

            Ah la peur de ce qui se serait passé avec des si...
            En gros avec toi c'est du tout ou rien; communisme + protectionnisme, ou libéralisme et frontières grande ouvertes...

            Maintenant le problème général de la finance est compliqué car l'argent est une abstraction très utile des rapports entre humains mais aussi très compliqué, et l'on doit faire un partage arbitraire entre l'efficacité, le partage des ressources, la démocratie, le court terme, le long terme, etc...

            Les pauvres c'est compliqué, on va les plaindre. Le problème de la Finance, celle qui fait de l'argent avec l'argent, c'est qu'elle est complètement détaché du monde. Tu parles de long termes; quel est le temps moyens d'un placement pour ces banques? L'un des points important de dev pour les backoffice sont le temps de réaction du soft pour que les tiggers des trader se déclenchent les plus vite possible dès qu'il y a une variation de coût; et si la machine s'emballe, causant des milliards de pertes, c'est pas grave, on annule la journée...
            Si les banque coulent (comme tu le fais remarquer too big to fail ) c'est pas grave, les états volent à leur secours.
            Dans le temps les banques de dépôt étaient séparé des banque d'affaires... ça n'aurait jamais du changer.

            Les politiques peuvent reprendre le pas sur la finance; suffit juste d'avoir les couille pour le faire
            * De Gaulle avait privatisé 4 banques en 4 jour (dépôt du projet de loi un vendredi soir, après la fermeture des bourses, vote le dimanche, et promulgué lundi matin)
            * l'Islande à dit niet au remboursement de la dette racheté par un gouvernement corrompu, pour le moment ils ne s'en portent pas plus mal.

            Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

  • # fiction ?

    Posté par . Évalué à 7.

    ) inventons les programmes télé soporifiques.
    -> formidable, ça fonctionne
    ) inventons la manipulation mentale de masse
    -> formidable, ça fonctionne : radio, télé. Et même le commerce, ça fonctionne, il suffit de passer 10 fois par jours la même merde à la radio, pour que les gens écoutant de force la radio dans leurs usines finissent par aimer.
    ) inventons la délégation de l'acte d'achat
    -> formidable, ça fonctionne. Il suffit de faire parler plein d'experts pour qu'une bonne majorité ne réfléchissent plus par elle même, elle n'attendait que ça. Et même pour la mode et les fringues, ça marche !
    < 5 générations plus tard. Le moindre couillon qui balance une ânerie est relayé.
    -> interdisons le mode de fonctionnement en réseau, tout doit passer par une centralisation contrôlable. Hop, accusons les copieurs de films. Arff ça suffit pas, interdisons l'expression du ras le bol, c'est dangereux ! la preuve, les émeutes. Arf mais si on interdit on ne peux plus prendre le pouls ? ...

    Bon, et si on allait buter quelques banquiers ?

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.