Journal La taxe Google est arrivée.

Posté par .
Tags :
18
14
déc.
2010
– Comment pouvons-nous grappiller quelques deniers pour remplir nos caissettes ?
– Créons une taxe !
– Comment sauverons-nous nos industries ?
– Créons une taxe !
– Comment ferons-nous pour relancer l'innovation ?
– Créons une taxe !
– Mais encore, quelque chose de plus fort ?
– Créons une taxe sur la taxe !

Les tromblons de nos politiciens guerroyants viennent de raisonner : une nouvelle taxe vient de naître, la taxe Google.

Qu'est-ce que la taxe Google ? Partant de l'observation de Google a les fouilles pleines et que notre état les a percées, nos hommes politiques ont décidé de créer cette nouvelle taxe qui permettra de garnir notre trésor dans le but de… On s'en fiche. Depuis quand la destination des fonds prélevés par une taxe a-t-elle, en France, une importance ou une constance ?

Malheureusement, la taxe Google risque d'avoir de Google que le nom, frappant exclusivement les entreprises françaises.

http://lecercle.lesechos.fr/entreprises-marches/high-tech-me(...)

Il y a aussi la moquerie de la part de ces fourbes et riches estrangers qui s'esclaffent devant tant d'innovation franco-française : http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=6676

Je trouve qu'on aurait dû appeler cette taxe la taxe Scrooge. (esprit de noël, fantômes des noëls passés, ressemblance avec Google, chute minable, toussa…)
  • # Moui

    Posté par . Évalué à 9.

    Le principe est de trouver une solution au fait que les revenus issus de la publicité en ligne visant le marché français échappe à la taxation française.

    Aujourd'hui, les revenus issus des pubs Renault diffusées sur google.fr sont taxées... en Irlande !

    On peut effectivement trouver des inconvénients à cette formule, mais le fait que ces revenus ne soient pas taxés pose également un souci par rapport au principe d'égalité fiscale (relative, certes).
    Pourquoi la publicité sur internet devrait elle être fiscalement avantagées par rapport à la publicité radio ou télévisuelle ?
    Aurais tu une solution alternative à proposer à cette taxe "Scrooge" ?
    • [^] # Re: Moui

      Posté par . Évalué à 9.

      Ha ben oui, mais en même temps, si ces cons aidaient VRAIMENT les nouvelles entreprises à se développer, au lieu de faire des cadeaux a leurs potes, on en aurait peut être des entreprises a taxer en France... Et surtout, si ces enfoiré arrêtait de faire cadeau des dites taxe à leurs potes, on en aurait peu être des sous : Airbus ou EADS (je sait plus lequel..), ça fait des années qu'ils payent pas d'impôts, soit disant pour faciliter l'expansion...
      • [^] # Re: Moui

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        "Ha ben oui, mais en même temps, si ces cons aidaient VRAIMENT les nouvelles entreprises à se développer,"

        je suis loin d'être un pro-gouvernement ... mais si il y a une chose qu'on peut difficilement lui reprocher, c'est de ne pas aider les entreprises, quelques soit leurs tailles ...

        Il y a en pour tous les gouts ..

        D'un point de vu statut pour les micro-entreprises, avec le statut micro-entrepreneur

        D'un point de vue allégement de charge, qui touche un peu tous les secteurs
        D'un point de vue taxation des heures de travail supplémentaires, qui touchent toutes les entreprises qui ont des salariés
        D'un point de vue fourniture de stagiaires gratos, avec une fausse loi imposant un salaire de 30% minimal du smic
        D'un point du vue masse salariale pas cher, avec un smic au mm taux depuis 5 ans
        D'un point de vue, impôt recherche (ou je ne sais plus son nom) qui permet d'embaucher des chercheurs/docteurs à pas cher.
        D'un point de vue entreprise scientifiques, qui avec les ANR, permet à toutes boites voulant de la recherche gratos, voir financée par l'europe, un accueil à bras ouvert dans tous les labos publics...


        Après c'est sur, si vous voulez un pays sans couverture social, sans institution publique, ... enfin, un paradis fiscal ... et bien il faudra attendre encore un mandat .. mais pour le moment, ce pays à quand même un tout petit besoin de rentrée fiscal ...
        • [^] # Re: Moui

          Posté par . Évalué à 1.

          mais si il y a une chose qu'on peut difficilement lui reprocher, c'est de ne pas aider les entreprises, quelques soit leurs tailles
          D'un point du vue masse salariale pas cher


          HA HA HA et le travail taxé à hauteur de 50% fait de la France l'un des pays où il est le plus cher au monde.
          Mais sinon tout va bien, c'est pas comme si c'était un début de piste pour lutter contre le chômage.
          • [^] # Re: Moui

            Posté par . Évalué à -4.

            Les arguments qui vont avec le moinssage svp ?
            • [^] # Re: Moui

              Posté par . Évalué à 1.

              Le déni ?
            • [^] # Re: Moui

              Posté par . Évalué à 10.

              Ton rire diabolique permet de te mettre immédiatement dans la catégorie méchant. Et on moinsse les méchants !
            • [^] # Re: Moui

              Posté par . Évalué à 2.

              Il me semble que quand on avance des chiffres, la moindre des courtoisies c'est de sourcer, d'autant plus quand le sujet est polémique.

              Sinon, c'est moinssage.
              • [^] # Re: Moui

                Posté par . Évalué à 2.

                On doit être à plus de 50%, puisque si j’en crois l’INSEE, 50%, c’est juste sur le brut :
                http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1214
                Coût horaire: 28.5; Salaire horaire brut: 15.10.
                Mais ces chiffres me paraissent quelque peu élevés. Apparemment, la définition de l’INSEE de « coût horaire du travail » est plus large que la notion comptable de salaire chargé, mais je n’arrive pas à trouver quoi que ce soit pour cette dernière. Ça m’irrite.


                PS: j’ai ça aussi, qui semble prendre le salaire chargé plutôt que le coût horaire du travail : http://www.albi.cci.fr/rubrique/juridique/doc/chargessociale(...)
                Ce qui donne net / chargé ~ 60% (je suis tombé sur 57% mais en prenant systématiquement les taux les plus bas quand il y avait le choix, et en retirant toutes les « cotisations complémentaires »)
                • [^] # Re: Moui

                  Posté par . Évalué à 2.

                  P*tain, j’ai un peu de mal avec les fractions moi.
                  Il fallait bien entendu lire net / chargé ~ 40% : 60%, c’est les charges.
                  • [^] # Re: Moui

                    Posté par . Évalué à 3.

                    Bon, après, il faut aussi voir quoi va où, et comparer avec les autres pays.

                    Parce que avec des exclamations comme "Oh mais 50%, vous vous rendez compte, ma bonne dame!"... alors que les voisins sont à, disons, 60%, ben... c'est un peu casse-gueule (je parle en général, car je ne connais absolument pas les chiffres de l'imposition du travail dans les différents pays).

                    Ah.. on me souffle à l'oreille que ce genre de rhétorique suffit pour être élu président en France...
                    • [^] # Re: Moui

                      Posté par . Évalué à 2.

                      Facile, on est de loin les plus taxés de l’OCDE :
                      http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Cotisations_sociales_(...)
                      • [^] # Re: Moui

                        Posté par . Évalué à 3.

                        Ensuite reste à voir si côtiser pour la sécu doit s'appeler une taxe...
                        Dans le sens où cela joue un rôle de répartition de la richesse, peut-être. Enfin cela reste un choix de société plus que défendable.
                        • [^] # Re: Moui

                          Posté par . Évalué à 3.

                          > Ensuite reste à voir si côtiser pour la sécu doit s'appeler une taxe...
                          Charges_sociales : Les cotisations font partie des taxes sur les traitements et salaires.

                          Taxe : En droit français, la taxe est un prélèvement obligatoire perçu d'autorité à l'occasion d'un service rendu.
                          Alors, à moins que les cotisations sociales ne soient pas un prélèvement obligatoire, ou que la sécu ne soit pas un service rendu, il s’agit bien d’une taxe.
                          • [^] # Re: Moui

                            Posté par . Évalué à -2.

                            Enfin cela reste un choix de société plus que défendable.

                            Je ne pense pas me tromper en affirmant que l'immense majorité des chefs d'entreprise en France sont contre cette taxe stupide qui pénalise terriblement nos entreprises.

                            Et non, je ne parle pas des patrons voyous qui s'en mettent plein les poches mais de la majorité invisible des patrons de PME qui je le rappelle forment près de 95% des entreprises françaises.

                            Pour te donner une idée vu que visiblement tu débarques : quand une entreprise embauche une personne, elle débourse en réalité deux fois son salaire, chaque mois. C'est un des taux les plus forts au monde.

                            Donc pour schématiser, dans une France ou le travail ne serait pas taxé, une entreprise de 10 personnes aurait les moyens d'en embaucher 20.
                            Qui dit plus de salariés dit plus de production, donc plus de sous, donc plus de taxes à verser à l'état à la fin. Ca veut aussi dire une compétitivité accrue avec les entreprises étrangères, ainsi qu'une diminution du chômage.

                            Je te mets au défi de trouver un chef de PME qui soit contre l'abolition de la taxe sur le travail.
                            • [^] # Re: Moui

                              Posté par . Évalué à 5.

                              Donc pour schématiser, dans une France ou le travail ne serait pas taxé, une entreprise de 10 personnes aurait les moyens d'en embaucher 20.
                              Dans un pays où il n'y aurait pas de retraites, allocations de chômage, de maladie, un employé demanderait un salaire plus élevé. Donc ça ne ferait pas 20 à la place de 10.

                              Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

                              • [^] # Re: Moui

                                Posté par . Évalué à -1.

                                Relis ce que j'ai écrit : il n'est pas question de supprimer les taxes, mais de les déplacer.
                                • [^] # Re: Moui

                                  Posté par . Évalué à 2.

                                  Oui, déplaçons-les vers l'impôt sur les sociétés, par exemple ;-).
                                  (Pas sûr que la tribu du CAC40 apprécie ma proposition, bizarrement... :p )
                            • [^] # Re: Moui

                              Posté par . Évalué à 3.

                              Pour te donner une idée vu que visiblement tu débarques : quand une entreprise embauche une personne, elle débourse en réalité deux fois son salaire, chaque mois. C'est un des taux les plus forts au monde.

                              On cite toujours ce chiffre, mais on ne calcule jamais combien un employé *rapporte*. Et à priori, il rapporte plus que deux fois son salaire puisque sinon toutes les entreprises mettraient la clé sous la porte. C'est triste de voir les salariés comme un coût alors qu'ils sont plutôt une richesse, mais forcément, ça fait moins démago que de dire "oh là là on est écrasé sous les charges".

                              Et n'oublie pas de préciser qu'il existe des allègements de charge pour les petites entreprises (même si dans la pratique, j'admets, le système fiscal français est mal foutu car les grosses entreprises peuvent souvent bénéficier de plus de réductions que les PME)
                              • [^] # Re: Moui

                                Posté par . Évalué à 1.

                                > C'est triste de voir les salariés comme un coût alors qu'ils sont plutôt une richesse
                                Heu, les salaires sont un coût pour l’entreprise, à moins de vouloir réécrire le dictionnaire, les bouquins d’économie et revoir tous les principes de comptabilité.
                                • [^] # Re: Moui

                                  Posté par . Évalué à 2.

                                  J'ai bien dit les salariés, pas les salaires.
                                  • [^] # Re: Moui

                                    Posté par . Évalué à 2.

                                    Effectivement, j’ai lu trop vite. Mea culpa.
                            • [^] # Re: Moui

                              Posté par . Évalué à 3.

                              J'oubliais aussi de réagir là dessus :

                              Donc pour schématiser, dans une France ou le travail ne serait pas taxé, une entreprise de 10 personnes aurait les moyens d'en embaucher 20.
                              Qui dit plus de salariés dit plus de production, donc plus de sous, donc plus de taxes à verser à l'état à la fin. Ca veut aussi dire une compétitivité accrue avec les entreprises étrangères, ainsi qu'une diminution du chômage.


                              Si c'était si simple, les baisses de charges continues depuis quelques dizaines d'années auraient fait reculer le chômage, mais en fait non. Une entreprise n'embauche pas "parce que c'est pas cher", elle embauche parce qu'elle a besoin de main d'œuvre. Une PME n'aura aucun intérêt à passer de 10 à 20 employés si derrière elle n'a pas deux fois plus de clients.
                              • [^] # Re: Moui

                                Posté par . Évalué à 2.

                                > les baisses de charges continues depuis quelques dizaines d'années
                                Où ça ?
                                http://www.insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1214/img/graphique1_t.jpg

                                (tiré de mon lien plus haut)
                                • [^] # Re: Moui

                                  Posté par . Évalué à 2.

                                  Déjà on apprendra à l'insee que dans un graphique on met toujours un titre.

                                  après recherche le titre du graphique était le "cout horaire du travail".

                                  Toutefois, déjà dans ce rapport on peut voir que

                                  le coût du travail s'est accru un peu moins que la productivité (en moyenne de 1,7 % par an pour le premier contre 2,1 % pour la seconde).
                                  Donc le coût du travail a bien diminué, vu que la productivité à agmenté plus vite que ledit coût en franc constant.

                                  De plus si on regarde le lien, on vois que ce n'est pas seulement le coût du salarié, mais tous les impôts lié à la main d'oeuvres
                                  ces coûts incluent les charges de personnel ainsi qu'une partie des impôts sur la production (les impôts liés à la main- d'œuvre).


                                  Si on regarde d'un autre coté les cotisations sociales par exemple.
                                  http://www.securite-sociale.fr/comprendre/dossiers/comptes/2(...)
                                  Je t'invite à regarder le graphique 2, puis de continuer à m'expliquer que les patrons paient beaucoup trop de charges ...

                                  copie colle de la légende dudit graphique pour ceux qui ne veulent pas aller voir :
                                  Le taux de cotisations patronales
                                  de sécurité sociale passe ainsi de 34,62% du salaire brut en 1980 à 4,38% en 2008 au niveau du
                                  SMIC, et de 34,62% à 27,5% au niveau de 1,5 SMIC.


                                  -> le salaire et leur cout grimpe moins vite que la productivité -> ils sont donc gagnants
                                  -> ils paient moins en "sociales", donc ils sont à nouveau gagnant (plus il y a de "pauvres", plus ils peuvent embaucher à "pas cher", presque sans charge ).
                                  -> ils sont encouragés à ne pas trop augmenter leurs salariés (ils paient largement moins en cotisations patronales!!!)
                                  • [^] # Re: Moui

                                    Posté par . Évalué à 2.

                                    > Déjà on apprendra à l'insee que dans un graphique on met toujours un titre.
                                    Le titre était dans la page HTML, et j’ai bien précisé qu’il était tiré de mon lien plus haut. D’ailleurs, tu as très bien trouvé tout seul.

                                    > Je t'invite à regarder le graphique 2, puis de continuer à m'expliquer que les patrons paient beaucoup trop de charges...
                                    J’ai jamais dit qu’ils payaient « trop » de charges (c’est un jugement de valeur, et quand sur un fil j’essaie de rester factuel comme c’est le cas en ce moment, j’explicite quand je passe en mode jugement de valeur), juste que
                                    1. les charges constituaient la majeure partie du coût du travail, avant le salaire net
                                    2. le coût du travail est le plus élevé parmi les pays de l’OCDE

                                    Sinon, je regarde à ta page 3, et j’y lis :
                                    « La baisse des cotisations patronales de sécurité sociale observée depuis les années 1980 a toutefois été partiellement neutralisée par une hausse des prélèvements portant sur les risques ne relevant pas de la sécurité sociale (cf. graphique 1.b), notamment pour le financement des régimes de retraite complémentaire et de l’assurance chômage. Les prélèvements sociaux à la charge de l’employeur couvrant ces autres risques ont augmenté régulièrement entre 1980 et 2008 (de 10,30 % à 15,93 %). »
                                    Donc, pour eux, l’assurance chômage (second poste de charge si tu prend le document de la CCI linké plus haut, le premier étant la retraite) et le financement des régimes de retraite complémentaire, ils le décomptent pas dans le sous-total qui leur permet d’affirmer que les contributions patronales ont baissées.
                                    De plus, ça ne concerne que les bas salaires : à 1,5 SMIC, ladite baisse est beaucoup moins sensible. Il est donc intéressant de voir la moyenne. On peut donc retourner voir l’INSEE :
                                    Taux de cotisations patronales, 1975 (projection probablement surévaluée) : 32.7%
                                    Taux de cotisations patronales, 1984 (projection probablement surévaluée) : 40%
                                    Taux de cotisations patronales, 1992 : 38.9%
                                    Taux de cotisations patronales, 2004 : 39.8%
                                    D’après le document de la sécurité sociale que tu as linké, ça n’a pas diminué entre 2004 et 2008.
                                    Donc oui, baisse modérée relativement à 1984 (-0.2%, la vache de baisse significative), mais relativement à 1975, hausse importante (+7.1%), et relativement à 1992, faible hausse (+0.9%).

                                    De toute façon, à la limite, l’évolution, on s’en fout un peu ; ce qui compte, c’est la situation hic et nunc, et pour ça, je te renvoie au graphique de l’OCDE cité par Wikipédia.
                                    • [^] # Re: Moui

                                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                      ok, donc si les charges, qui sont une partie du salaires en cotisation sociales en fait, augmentent tant, ca voudrait dire que les bénéfices des entreprises diminueraient et les dividendes versés aux actionnaires diminueraient aussi non ?
                                      • [^] # Re: Moui

                                        Posté par . Évalué à 2.

                                        Heu… non. Le salaire est un prix, fixé par la loi de l’offre et de la demande. Le prix porte sur le salaire chargé (puisque c’est le coût marginal d’un employé du point de vue de l’entrepreneur). Une augmentation des charges se traduit donc, ceteris paribus, par :
                                        - soit une baisse du net afin que le salaire (du point de vue économique, donc chargé) reste constant
                                        - soit une augmentation du chômage si le net ne peut baisser

                                        Les bénéfices, pertes et dividendes sont le résultat :
                                        1. du taux d’intérêt, qui n’est évidemment pas directement dépendant de la répartition des charges
                                        2. des erreurs d’appréciation des différents agents économiques, des rigidités dans l’ajustement de la structure de production. Ça peut effectivement être influencé par une augmentation des charges, mais de manière transitoire uniquement.
                                        • [^] # Re: Moui

                                          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                                          DONC, aucun rapport entre le coût salarial et les bénéfices/pertes/dividendes : pas de quoi fouetter un chat alors sur le coût salarial.

                                          On en revient au même point. Ta position n'est pas défendable :
                                          - soit il y a un rapport entre les salaires trop haut et les bénéfices pas assez haut, et effectivement il faut baisser les coût salariaux (mais on ne peut pas affirmer que les cotisations salariales plombent la compétitivité en ayant des bénéfices en hausses.) Hors comme les bénéfices augmentent, ton argument ne tient pas

                                          - soit il n'y a pas de rapport entre salaires trop haut et bénéfices des entreprise, et ton raisonnement ne tient pas : les salaires et cotisation sociales ne sont pas trop haut, puisque ça ne grève pas ton bénéfice.

                                          De toute façon, il ne faut pas rêver, sauf exception : les entreprises gagnent de l'argent avec les achats de leurs clients. Et les entreprises ont de la productivité avec la motivation, la bonne santé et l'éducation/formation de leurs salariés. Hors pour avoir santé, motivation,formation il faut le payer soit en impôts sociétés, soit en impôts sur les gens (mais il faut qu'ils aient un salaire).

                                          La vision court-termiste des entreprises et du gouvernements de tirer vers le bas les masses salariales pour être compétitif est stupide et ne marche pas, la preuve : croissance en berne. C'est une crise de la demande : pas de fric, le gouvernement subventionne l'automobile (prime à la casse) les majors (taxes diverse, cartes payés à 50% etc...), le bâtiment (tva à 5.5% si monté par pro), ..... pour que le système ne s'effondre pas trop vite, mais ce n'est pas tenable, personne ne peut dépenser plus qu'il ne gagne ... très longtemps.

                                          Lorsque les gens ne se soigneront plus à cause des déremboursement (ca commence assez fort) il n'y aura plus de gens motivé et en bonne santé pour travailler. Lorsque la génération qui a 20 ans aujourd'hui arrivera sur le marché du travail après avoir vu comment sont traités leurs parents : j'aimerais pas être DRH dans une boite de plus de 50 personnes.

                                          La société est un tout, regarder juste par le petit bout de la lorgnette un taux de cotisation est juste stupide, c'est comme analyser un os en regardant son fond d'écran.
                                          • [^] # Re: Moui

                                            Posté par . Évalué à 2.

                                            > Ta position n'est pas défendable
                                            Je me demande où tu as réussi à inférer mon opinion de mes messages. Surtout que tu as inféré complètement a côté de ma position.

                                            > Hors pour avoir santé, motivation,formation il faut le payer soit en impôts sociétés, soit en impôts sur les gens (mais il faut qu'ils aient un salaire).
                                            Ou en salaires (au sens de salaire net cette fois), ça marche aussi :)

                                            > La vision court-termiste du gouvernement de tirer vers le bas les masses salariales pour être compétitif est stupide et ne marche pas
                                            Pour le gouvernement : tu parles de quoi, en mesures concrètes ?
                                            (mais sur le fond, je suis d’accord, le contrôle des prix, ça marche pas des masses, même quand ce prix s’appelle salaire)
                                            (je passe volontairement la question des entreprises : je sais où le débat va nous amener (très loin), et je pars en vacances demain ;))
                                    • [^] # Re: Moui

                                      Posté par . Évalué à 2.

                                      qui leur permet d’affirmer que les contributions patronales ont baissées.
                                      C'était les contributions patronales à la sécu (et spécifiquement celles ci) qui ont baissé.

                                      De plus, ça ne concerne que les bas salaires : à 1,5 SMIC, ladite baisse est beaucoup moins sensible. Il est donc intéressant de voir la moyenne. On peut donc retourner voir l’INSEE :
                                      Je ne voulais pas dire que le liens de l'insee n'était pas intéressant ni rien, juste que lorsqu'on dis que "les charges ne baissent pas", c'est faux.
                                      Ca dépend effectivement du salaire en face, et de ce qui est compris dans les charges.
                                      Et voui, l'état favorise la paupérisation des salaires en favorisant les bas salaires (lapalissades quant tu nous tiens).


                                      Combien de français touchent moins de 1500€ net/mois dis moi ? (un peu au dessus de 1.5 smic qui semble être de 1800€/brut donc ~ 1300-1400€/net si mes souvenirs sont exacts)

                                      juste la "moitié" des français.
                                      Donc la baisse de cotisation sur les bas salaires (et on parle pas du "cashback" et autres avantages par les subventions divers et variés, l'utilisation des stagiaires sur de la prod etc...) reste quand même sensibles.

                                      J'ai l'impression qu'on a "occulté" qu'en france on avait encore grosso modo 30% d'ouvriers et 30% d'employés.
                                      Les cadres sont une toute petite partie de la population active.




                                      Enfin pour terminer :

                                      2. le coût du travail est le plus élevé parmi les pays de l’OCDE

                                      Peut être.
                                      Mais avec l'OCDE ils prennent en compte l'assurance chomage, la sécu, etc... que les gens sont obligés de payer à coté (ou de ne pas payer et de crever), ou juste "les charges que le méchant gouvernement ose imposer au gentil patron ?
                            • [^] # Re: Moui

                              Posté par . Évalué à 3.

                              Pour te donner une idée vu que visiblement tu débarques : quand une entreprise embauche une personne, elle débourse en réalité deux fois son salaire, chaque mois. C'est un des taux les plus forts au monde.
                              C'est "juste" oublié toutes les subventions et autres exonération de charges sur les bas salaires etc... que fait l'état à ces/aux entreprises.
                            • [^] # Re: Moui

                              Posté par . Évalué à 2.

                              Tes remarques désobligeantes... tu peux les mettre là où le soleil ne brille jamais... pour rester poli.
                              Comment peux-tu dire que je débarque alors que le chiffre de 57% a déjà été avancé (et sourcé) dans ce même thread ?

                              Sinon, que je sache, en France, les patrons de PME ne sont pas la majorité de la population... alors leur avis... c'est pas que je m'en tappe, mais bon... c'est pas comme si celui des salariés ne comptait pas, par exemple !

                              (Et même s'ils étaient une majorité... ça ne changerait rien à mon propos non pllus ;-) . Seuls les arguments m'importent.)

                              Autre remarque en passant : je n'ai pas encore émis de jugement de valeur en bien ou en mal sur la situation actuelle.
                              (avant qu'on me traite de gaucho impénitent !)
                        • [^] # Re: Moui

                          Posté par . Évalué à 1.

                          Bon, je sors du Wertfrei pour entrer dans le jugement de valeur :
                          > Enfin cela reste un choix de société plus que défendable.
                          Pourquoi vouloir en faire un choix de société alors que cela pourrait être un choix individuel ?
                          • [^] # Re: Moui

                            Posté par . Évalué à 2.

                            Moi je vais décider tout seul que je ne paye pas mes charges pour augmenter mon salaire. Ah tiens bizarrement je ne peux pas... Peut être parce qu'on vit en société, justement ?
                            • [^] # Re: Moui

                              Posté par . Évalué à 2.

                              Ce n’est pas ma remarque. Ce que Aldoo dit, c’est : « on paye beaucoup pour avoir beaucoup de services, c’est un choix de société ».
                              Ce que je dis, c’est : « pourquoi en faire un choix de société, c’est-à-dire imposé à tous, alors qu’on pourrait très bien en faire un choix personnel (payer moins de charges et recevoir moins de services/payer plus pour en recevoir plus) selon ses préférences personnelles ? »
                              • [^] # Re: Moui

                                Posté par . Évalué à 3.

                                Les raisons sont assez évidentes.

                                En fait, il faut voir ce que tu veux dire par "ce qu'on veut", si tu es au dessus du salaire moyen et que tu côtises plus que la valeur des services dont tu profites et que tu veux utiliser cet argent autrement, forcément, c'est autant d'argent en moins au service de la solidarité.

                                Le seul moyen que je vois de donner cette liberté sans diminuer la qualité de la redistribution, c'est de donner la possibilité de toucher de l'argent de la sécu quand des prestations seraient dûes, mais ne pas utiliser cet argent pour se soigner... ce qui serait assez stupide.

                                Bref, dans les deux cas on pourrait être pareto-optimal sur les axes liberté/solidarité. C'est pour cela que j'appelle ça un choix de société.

                                Sinon, en passant, savoir que tout le monde a accès au soins c'est assez sécurisant. Même en étant en bonne santé, être entouré de gens en train de crever faute de soins, d'une part ça augmente le risque de choper quelque chose, d'autre part ce n'est pas franchement rassurant.
                                Même pour les employeurs, c'est une sécurité de pouvoir compter sur la santé de ses employés (à condition qu'ils n'abusent pas du système pour se mettre tout le temps en congé maladie... ce qui est une perversion possible du système).
                            • [^] # Re: Moui

                              Posté par . Évalué à 2.

                              si tu peux, il faut que tu sois à ton compte (cadre dirigeants).
                              Enfin ça se nomme plus "salaire", mais c'est tout à fait possible de ne pas payer lesdites charges (mais c'est très contraignants).

                              Par contre tu en auras toujours à à payer à l'état
    • [^] # Re: Moui

      Posté par . Évalué à 2.

      Pour répondre et aux quelques messages suivants, je vais citer le dernier paragraphe du texte du président d'EBP (premier lien) : « M. Marini devrait plutôt militer politiquement, comme c’est son rôle, pour un rapprochement urgent (et à la hausse) des fiscalités européennes sur l'IS au sein de l'Eurozone avec pour objectif l’assainissement des finances publiques en Europe et l’arrêt du dumping irlandais. Eh bien non ! il souhaite instaurer maintenant une « triple peine » avec une taxe Google d’un rendement dérisoire selon ses propos (quelques dizaines de millions) et uniquement à la charge des seules entreprises françaises opérant régulièrement sur Google ! ».

      The capacity of the human mind for swallowing nonsense and spewing it forth in violent and repressive action has never yet been plumbed. -- Robert A. Heinlein

      • [^] # Re: Moui

        Posté par . Évalué à 2.

        M. Marini devrait plutôt militer politiquement, comme c’est son rôle, pour un rapprochement urgent (et à la hausse) des fiscalités européennes sur l'IS au sein de l'Eurozone
        Et la marmotte...

        On peut refaire le monde dans le bac à sable du quartier, mais bon, à ce moment la on ne signe plus aucune loi au parlement national alors, et on envoie tout nos députés et sénateurs faire du lobbying dans toute l'Europe.

        C'est quoi la "triple peine" ?
        • [^] # Re: Moui

          Posté par . Évalué à 2.


          On peut refaire le monde dans le bac à sable du quartier, mais bon, à ce moment la on ne signe plus aucune loi au parlement national alors, et on envoie tout nos députés et sénateurs faire du lobbying dans toute l'Europe.

          Bonne idée, en plus, vu qu'il sont trop nombreux, ca va alléger le déficit de l'Etat.
    • [^] # Re: Moui

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Oui, il y a plein de solutions alternatives : par exemple revenir sur la possibilité de ré-intégration des pertes des filiales étrangères qui permet de passer l'IS de 30% à 8 %. Parce que la différence se chiffre en milliards.

      Voila, seulement cela touche les grosses boiboites des potes qui en sont, du même milieu. Alors, on préfère alléger la fiscalité des grosses entreprises qui gagnent des milliards (en plus de ce qu'elle planquent dans les paradis fiscaux, qu'elles évadent avec les facturations par filiales étrangères, qu'elles gagnent sur les niches fiscales) : il ne reste que les tpe/pme pour raquer.

      Ce cercle vicieux en fait est en train de détruire le tissus économique nationale. Il n'est intellectuellement pas cohérent de penser que les petits (salariés et petites entreprises) puissent faire tourner la France en payant seul tout.

      Après avoir dés-industrialisé, ils ont massacré la PI au profit de quelques gros, ils sont en train de laminer le tissu tpe/artisants/pme : on va devenir comme la Grèce ou l'Inde.

      Mais ils ne peuvent pas comprendre, leur intelligence n'est que politique : leur formation est auto-centré sur leur petit nombril et il ne 'monte' en politique que les pires éléments. Un simple gamin de 15 ans pourrait comprendre que dans un groupe ce n'est pas les plus faibles et fauchés qui peuvent financer tout le groupe.
      • [^] # Re: Moui

        Posté par . Évalué à -2.

        Je crois que tu es en train de faire un formidable hors sujet.
        As tu réellement regardé ce qu'était la taxe Google ?
        • [^] # Re: Moui

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          oui, cela fait longtemps que j'ai lu et COMPRIS , bien avant ce journal :
          une taxe sur la publicité acheté en ligne. payé par celui qui achète :
          "Ainsi, dès le 1er janvier 2011, les annonceurs français qui achètent de la publicité en ligne seront donc soumis à une taxe de 1% sur le montant de ce type d’investissements publicitaires."

          Plutôt que de taxer Total à 33%, on va taxer la pme qui achète de la pub en ligne de 1%, en quoi ça ré-équilibre quoi que ce soit ?

          Peut être que tu n'as pas compris toi ce que c'était cette taxe ?
          • [^] # Re: Moui

            Posté par . Évalué à 1.

            Mais... pourquoi veux tu taxer Total à 33% pour les revenus de la publicité sur internet !?
            • [^] # Re: Moui

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              ne fais pas l'imbécile, je parlais de L'IS. si on cherche de l'argent, il suffit de mettre tout le monde aux même taux.
              • [^] # Re: Moui

                Posté par . Évalué à -3.

                Google est en Irlande, tu voudrais que les parlementaires français modifient la fiscalité Irlandaise ? Tu es sérieux !??
                • [^] # Re: Moui

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  ne fais pas l'imbécile, total est en france
                  • [^] # Re: Moui

                    Posté par . Évalué à -1.

                    Mais quel est le rapport entre l'IS de Total, la taxation des revenux publicitaires de Google, et la taxe Google ? Tu fais exprès de faire l'idiot ?
                    • [^] # Re: Moui

                      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                      tu cherches de l'argent :
                      plutôt que de prendre 1% au pme (qui sont entièrement en france et paient tout en france) pour gagner quelques millions remet Total (et d'autres qui sont dans plein de pays et ne paient pas tout en france) aux taux de 33% (au lieu de 8%) pour son IS (comme tout le monde en france ) et tu gagnes des milliards.
                    • [^] # Re: Moui

                      Posté par . Évalué à 2.

                      Je ne comprends pas pourquoi tu dis qu'il fait l'idiot. Il juge seulement une politique fiscale alors que tu fais semblant d'avoir des œillères en restreignant le débat à la taxation des revenus publicitaires de Google.

                      Systemd, the bright side of linux, toward a better user experience and on the road to massive adoption of linux for the desktop.

                      • [^] # Re: Moui

                        Posté par . Évalué à -1.

                        "Je ne comprends pas pourquoi tu dis qu'il fait l'idiot"
                        Parce qu’il n'arrête pas de me demander de ne pas faire l'imbécile peut être ?

                        Je restreins le débat au sujet du journal. Si c'est avoir des oeillères, je les accepte volontiers, plutôt que de partir dans un grand journal n'importe quoi sur les-politiques-ces-amis-des-gros-patrons-qui-s'en-mettent-plein-les-poches-sur-notre-dos.
          • [^] # Re: Moui

            Posté par . Évalué à 4.

            Plutôt que de taxer Total à 33%,

            L'exemple n'est pas particulièrement bien choisi. Total est l'une des rare société du CAC40 à payer un taux effectif d'imposition "normal" (~31%).
            La plupart des grandes entreprises sont bien en dessous. Le CAC40 est beaucoup moins taxé que les PME. Voir le rapport de la cours de compte à ce sujet, c'est édifiant.
            Chapeau bas à Unibail qui réussit l'exploit d'avoir un taux effectif négatif (?) : On leur donne de l'argent...
      • [^] # Re: Moui

        Posté par . Évalué à 2.

        "Après avoir dés-industrialisé, ils ont massacré la PI au profit de quelques gros, ils sont en train de laminer le tissu tpe/artisants/pme : on va devenir comme la Grèce ou l'Inde"

        Jusqu'a cette phrase j'etais plutot d'accord avec toi. Mais là.... La situation entre l'Inde et la Grèce n'a absolument rien à voir. C'est incomparable. Tu peux expliquer cette phrase ?
        • [^] # Re: Moui

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          le situation n'est pas comparable, en effet :
          à la Grèce il reste le tourisme.
          Pour le reste, la population crève la dalle des deux cotés, moins en Grèce qu'en inde. Le choix est de savoir si on va réussir à stagner au niveau de la Grèce ou si on va descendre plus bas encore, vers l'inde.
          • [^] # Re: Moui

            Posté par . Évalué à 1.

            Ceux qui payent ces 1% ce sont les annonceurs, donc j’imagine plutôt des boites comme Renault, La Redoute, etc., et ça ne ressemble pas tout à fait à des PME.

            Et augmenter les impôts de Total parce que Google n'en paye pas, c'est... comment dire... se tirer une balle dans le pied, non ? Augmenter les impôts des entreprises françaises parce que les sociétés étrangères qui font des bénéfices en France n’en paient pas, c’est en tout cas un concept plutôt étrange.

            De plus, je ne vois pas en quoi ça rétablirait un semblant d’équité fiscal entre la publicité en ligne et les autres types de publicité (télé, presse, etc.)
            • [^] # Re: Moui

              Posté par . Évalué à 1.

              Trompé de commentaire, désolé !
            • [^] # Re: Moui

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              On ne parle pas d'augmenter les impôts de total car google n'en paient pas, on parle d'augmenter les impôts de total pour le mettre au même niveau que les autres sociétés parce que les recettes fiscales sont en bernes.

              Et tu ne crois pas que les boites comme la redoute, renault etc.... qui ont des filiales partout arrêteront d'acheter en france pour acheter par une filiale étrangère ? cela n'impactera que les sociétés qui ne sont pas a cheval sur plusieurs pays : c'est le coeur de la grogne : ca ne touchera que les petits qui ne peuvent pas bénéficier des avantages des filiales étrangères.

              "Augmenter les impôts des entreprises françaises parce que les sociétés étrangères qui font des bénéfices en France n’en paient pas, c’est en tout cas un concept plutôt étrange." : c'est exactement le concept de la taxe "google" : faire payer au français ce que tu ne peux pas prendre à google. Et l'effet pervers : seul les "petites" qui ne sont pas a cheval sur plusieurs pays payeront.
              • [^] # Re: Moui

                Posté par . Évalué à 0.

                "On ne parle pas d'augmenter les impôts de total car google n'en paient pas, on parle d'augmenter les impôts de total pour le mettre au même niveau que les autres sociétés parce que les recettes fiscales sont en bernes"
                Alors je ne vois toujours pas le rapport avec ce journal… mais ne te sens pas pour autant obligé de me demander de ne pas faire l’imbécile !

                "Et tu ne crois pas que les boites comme la redoute, renault etc.... qui ont des filiales partout arrêteront d'acheter en france pour acheter par une filiale étrangère ?"
                A ce moment la c’est de la fraude, et elles peuvent être redressées pour cela. Et non, je ne crois pas qu’une boite comme Renault se risque à faire cela pour économiser 1% de ses dépenses publicitaires internet, mais c’est un avis personnel.
                • [^] # Re: Moui

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  en quoi est-ce de la fraude ? L'achat google se fait depuis toute les machines, les pubs sont géoréférencé, les sites des grosses boites sont multi-langues, les gens "payent" au clic, en quoi est-ce de la fraude que renault ireland achète des mots clés et redirigent suivant le pays de la personne vers un site contextuellisé ?

                  Les grosses boites pinaillent à 0.1% alors le 1% ils vont le regarder. Un des arguments de ceux qui sont contre, c'est cela : les gens passeront par d'autres pays (les grands groupes) et les boites françaises se feront plier la gueule car elles ne pourront pas s'externaliser à l'étranger (c'est un autre métier) pour que leurs clients échappent à cette taxation,
          • [^] # Re: Moui

            Posté par . Évalué à 4.

            Je pense que tu es mal informé a propos de l'Inde.
    • [^] # Re: Moui

      Posté par . Évalué à 5.

      On peut effectivement trouver des inconvénients à cette formule, mais le fait que ces revenus ne soient pas taxés pose également un souci par rapport au principe d'égalité fiscale (relative, certes).

      Mais je te rassure, avec la taxe Google, les revenus de Google ne sont TOUJOURS pas taxés.
      C'est l'acheteur qui a le choix entre se couper de 80% la publicité internet et acheter chez Google qui va payer une taxe sur de l'argent qu'il dépense.

      On a donc un mec qui investi de l'argent pour promouvoir un produit (et donc éventuellement participer à la relance de l'economie) et qui va se retrouver à payer une taxe sur l'argent qu'il fait gagner à sa régie de pub.

      Au niveau de l'égalité devant l'impôt, de l'éthique fiscale etc. On a déjà fait vachement mieux.
      • [^] # Re: Moui

        Posté par . Évalué à 1.

        Au niveau de l'égalité devant l'impôt, de l'éthique fiscale etc. On a déjà fait vachement mieux

        Donc… on ne fait rien ? Cette formule a des inconvénients, je l’ai écrit, mais si demain Google s’installe en France et paye l'IS français, croit bien que le "mec qui investi de l'argent pour promouvoir un produit (et donc éventuellement participer à la relance de l'economie)" va les payer plus chère, ses pubs, que ce soit Google qui paye directement ses impôts ou bien lui qui paye une taxe, cet argent n'apparait pas magiquement au milieu de la transaction.
        • [^] # Re: Moui

          Posté par . Évalué à 2.

          Donc… on ne fait rien ? Si tu as vraiment envie de faire quelque chose, porte un grand chapeau à plume. Ca ne sert à rien non plus mais il y a une chance accrue que tu te rendes compte du ridicule de la mesure.

          je l’ai écrit, mais si demain Google s’installe en France et paye l'IS français,...

          Ce qui va se passer c'est que demain Google ne viendra pas en France, par contre les régie de pub/boites de com/grosse entreprises ont maintenant tout intérêt à monter des antennes hors de France pour leurs achats d'espace publicitaire si elle veulent garder leurs marges. Bien sur les grosses boites ont déjà des antennes en Irelande ou ailleurs. Il ne va donc s'agir pour elles que d'un jeu d'écriture comptable.
          Les petites boites par contre l'ont dans l'os et vont raquer.

          Compte tenu du fait que l'argent n’apparaît pas magiquement, les budgets comm sont souvent limités. Donc il y a deux solutions : perdre x% de budget pour le filer à l'état et donc x% de présence sur Internet par rapport à une boite qui n'achète pas sa pub en France ou alors acheter sa pub depuis un autre pays.

          A mon avis le choix va être vite fait.
    • [^] # Re: Moui

      Posté par . Évalué à 3.

      Aujourd'hui, les revenus issus des pubs Renault diffusées sur google.fr sont taxées... en Irlande !

      Et si on s'intéressait au cas des voitures Renault vendues en France et fabriquées par des ouvriers payés au salaire Polonais/Tcheque/Roumain ?
      Ou aux banques implantées en France mais faisant passer leur bénéfices dans les filiales au Luxembourg/îles caïman/Delaware ?
      Ah, non là pas toucher.
      • [^] # Re: Moui

        Posté par . Évalué à 0.

        En plus tous ces patrons font partie d'une secte et massacrent des bébés phoques le dimanche après midi après le golf en fumant des cigares roulés dans de la peau de nouveau né, et sur lesquels ils ne payent pas de TVA !!!

        Attention, mon démagogicométre a atteint la zone rouge...

        Cela dit... mais quel est le rapport avec Google qui ne paye pas d'impôts sur ses revenus générés en France ?
        • [^] # Re: Moui

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          généré en france ? les ingénieurs google sont payés en france ? les serveurs google sont hébergés en france ? en quoi c'est généré en france les revenus google ?

          pas plus que les voiture renault fabriqué en pologne et vendues en france.
    • [^] # Re: Moui

      Posté par . Évalué à 2.

      Aujourd'hui, les revenus issus des pubs Renault diffusées sur google.fr sont taxées... en Irlande !

      Ne t'inquiètes pas pour Renault. N'importe quelle filiale pas française ira faire sa pub google en Irlande, sans passer par la France, et cela ne changera rien du tout pour eux.

      "La première sécurité est la liberté"

  • # Le sens de la taxe

    Posté par . Évalué à 10.

    Ce que tu ne dis pas c'est le pourquoi intrinsèque de cette taxe.

    En effet ce gentil et merveilleux Google ("Don't be evil" vous vous souvenez) est passé maître dans l'art et la manière de ne pas payer d'impôts, ou en tout cas d'en payer le minimum via un jeu de filiales aux Pays Bas, dans les Bermudes, en Irlande ...

    Donc la solution que nos chers députés ont trouvé (bonne ou mauvaise je n'en sais rien) c'est de faire un "prélèvement à la source".

    Maintenant aujourd'hui c'est le tour de Google, mais demain ça pourrait être celui d'Apple (avec itunes au luxembourg), Microsoft (qui ne paye quasi rien en France non plus ) ...

    Même si je n'aime pas l'idée de taxe, j'aime encore moins ces pratiques "d'optimisation fiscale" franchement douteuses.
    • [^] # Re: Le sens de la taxe

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Euh.... je ne veux pas faire ma tête de cochon : mais ces mécanismes ont été mis en place par les politiques eux-même. La législation fiscale n'a pas été donnée aux homme, inscrite sur une tablette de pierre en ayant juste à appliquer. Il serait très très simple de faire des harmonisation fiscale, par exemple avec des taxes à l'import des pays qui font du dumping, mais pour cela il faut des politiques qui en ont, mais y a pas en rayon.

      Ce que tu ne comprends pas, c'est que ce n'est pas une taxe google ou apple : c'est une taxe qui touche les entreprises françaises qui utilise google addsense et qui n'ont pas de filliales à l'étranger (et donc qui payent TOUT leurs impôts ici) ou c'est une taxe sur les acheteurs français qui achèteront des produits itunes, microsoft etc.... (et qui ne peuvent pas acheter de l'étranger et donc qui payent TOUS leurs impots ici)

      En l'appelant la taxe google, ca a créé un effet de com magique : tout le monde croit que c'est google qui va payer.... ce que les gens sont....abrutis
      • [^] # Re: Le sens de la taxe

        Posté par . Évalué à 2.

        En quoi les politiques Français seraient responsable des choix politiques "discount" de certains pays voisins ? De plus si tu avais percuté un peu dans les pays que je cite 2 sur les 3 sont dans la communauté européenne donc au revoir les taxes à l'export...

        Et j'ai très bien compris qui paye, mais comme les budgets ne sont pas extensibles c'est probablement le CA de Google France qui va baisser. En outre c'est un bon moyen pour coller la pression sur Google (en situation de quasi monopole sur la pub internet) mais aussi sur les autres qui pour le moment ne sont pas impactés.
        • [^] # Re: Le sens de la taxe

          Posté par . Évalué à 5.

          En quoi les politiques Français seraient responsable des choix politiques "discount" de certains pays voisins ? De plus si tu avais percuté un peu dans les pays que je cite 2 sur les 3 sont dans la communauté européenne donc au revoir les taxes à l'export...
          Ah ben justement oui, les politiques Français sont responsables des choix politiques "discount" de certains pays voisins. En particuliers ceux qui sont, comme eux, dans l'union européenne. Avec une politique d'intégration européenne plus poussée, les lois seraient plus proches les unes des autres.

          Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

          • [^] # Re: Le sens de la taxe

            Posté par . Évalué à 4.

            oui mais non.
            La politique fiscale "plus poussées" semble être supprimer les services publiques itou, mais surtout ne pas toucher à tout ce qui pourrait enfreindre le libéralisme.

            Je caricature peut être, mais c'est furieusement ce à quoi me fait penser l'UE.
            • [^] # Re: Le sens de la taxe

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Parce que c'est ce que veulent les gouvernements.

              « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

            • [^] # Re: Le sens de la taxe

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Pas étonnant, c'est au fondement même de la CEE. Le "père de l'Europe" Jean Monnet l'a dit à l'époque de la CECA. Le but n'est que de favoriser l'entreprise. Bon ce n'était peut-être pas si extrême dans sa tête, mais c'est l'un des piliers.

              "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

        • [^] # Re: Le sens de la taxe

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          En quoi les politiques Français seraient responsable des choix politiques "discount" de certains pays voisins ?

          Ils ont accepté qu'ils rentrent dans l'UE (et la zone Euro) sans broncher, alors qu'ils auraient dû avant d'accorder leur entrée mettre des principes. Mais comme nos citoyens refusent l'union politique, on a fait que l'union monétaire malheureusement.

          Et pire, avant de prêter des sous à l'Irlande, ils auraient dû dire que ce prêt était conditionné à un relèvement des impôts afin d'avoir une imposition "normale", et laisser couler l'Irlande si elle refusait pour lui montrer que non, ce genre de dumping fiscal ne marche pas à vie. Mais encore raté, ça n'a pas été fait, re-dommage.

          Bref, c'est des choix purement politiques.
          • [^] # Re: Le sens de la taxe

            Posté par . Évalué à 1.

            Comme si seuls les politiques français auraient pu influer là dessus. Et puis les principes hein ça vaut rien, seuls les règles communes comptent et à priori ils les respectent.

            Sinon va falloir aussi partir à la chasse aussi contre le Benelux aussi (qui je te le rappelle font partie des 6 originels).

            Bref des banalités de comptoir balancés à la vas vite sans trop réfléchir
            • [^] # Re: Le sens de la taxe

              Posté par . Évalué à 2.

              Benelux, c'est vite dit. L'IS, par exemple, est plus élevé en Belgique qu'en France. Luxembourg, peut-être ?

              Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

            • [^] # Re: Le sens de la taxe

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Comme si seuls les politiques français auraient pu influer là dessus.

              On en est encore à demander que tout le monde soit d'accord pour ce genre de chose.
              Donc oui, ils auraient pu dire "non", ça aurait bloqué les négociation, et l'Irlande aurait fait faillite, avec d'autres conséquences certes, mais c'est bien un choix de la France.

              Sinon va falloir aussi partir à la chasse aussi contre le Benelux aussi

              L'Irlande attaque bien plus, donc déjà eux. Mais sinon, oui aussi, surtout le Luxembourg qui se gave bien du système (Bénélux est trop, la Belgique à une imposition assez forte)

              Bref des banalités de comptoir balancés à la vas vite sans trop réfléchir

              Pas mieux que toi, surtout que tu racontes des choses fausses de ton côté (ben oui, les seuls politiques français auraient pu influer dessus, si si...)
              • [^] # Re: Le sens de la taxe

                Posté par . Évalué à 2.

                et l'Irlande aurait fait faillite,
                Qu'est ce que t'en sais ?
                tu arrive a prédire les évènements qui ne ce sont pas passés ?
                • [^] # Re: Le sens de la taxe

                  Posté par . Évalué à 4.

                  tu arrivearrives aà prédire les évènements qui ne cese sont pas passés ?

                  Systemd, the bright side of linux, toward a better user experience and on the road to massive adoption of linux for the desktop.

          • [^] # Re: Le sens de la taxe

            Posté par . Évalué à 1.

            Ou des choix basés sur le consensus.
            Mais on aurait aussi pu faire l'Europe à deux. Ça aurait surement été... constructif...
          • [^] # Re: Le sens de la taxe

            Posté par . Évalué à 2.

            > Et pire, avant de prêter des sous à l'Irlande, ils auraient dû dire que ce prêt était conditionné à un relèvement des impôts afin d'avoir une imposition "normale",
            Sauf que l’Irlande avait « besoin » d’être « sauvée » parce que ses finances publiques étaient loin d’être au beau fixe, et il y avait de très fortes raisons de penser (*) que l’effet Laffer sur le cas de l’Irlande allait empirer les recettes publiques en cas d’augmentation de l’IS. Ce qui, tu l’admettras, n’était peut-être pas une action des plus prudentes dans la situation où était l’Irlande.

            (*) Deux faits :
            - L’IS rapportait plus à l’Irlande qu’à la France et à l’Allemagne, malgré un PIB et un taux plus faibles. Difficile à expliquer sans faire intervenir l’effet Laffer.
            - En passant d’un IS à 42% en 1990 à un IS à 12.5% en 2006, les recettes fiscales de l’IS ont été multipliées par 11,5.
            • [^] # Re: Le sens de la taxe

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              Sauf que l'Irlande avait « besoin » d’être « sauvée » parce que ses finances publiques étaient loin d’être au beau fixe

              Besoin, oui. Mais était-ce à ceux qui se font sucer la fiscalité de venir en aide?
              C'était le bon moment pour conditionner l'aide à une politique fiscale plus cohérente au niveau UE, car l'Irlande ne le fera pas sinon, car comme tu l'as démontré, ça lui rapporte bien d'entuber les autres au niveau fiscal.

              On a perdu notre occasion, et l'Irlande n'est pas prête à lâcher donc continuera à nous (les pays avec une plus grosse fiscalité) entuber au sein de l'UE, tout en utilisant nos (les mêmes pays) sous pour s'en sortir. Elle est quand même vachement bien la vie de l'Irlande de se faire aider par ceux qu'elle entube...
              • [^] # Re: Le sens de la taxe

                Posté par . Évalué à 3.

                C'est même plus fort que ça.
                Les banques qui ont prêté à l'Irlande avant le krach sont anglaises.

                En sauvant les banques irlandaises, on sauve en fait la City et ces mêmes anglais qui ne voulaient pas mettre la main à la poche pour sauver "leurs" banques soi-disant parce que les anglais n'ont pas à sauver l""Euro".
                Quelle ironie !
            • [^] # Re: Le sens de la taxe

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              >>En passant d’un IS à 42% en 1990 à un IS à 12.5% en 2006, les recettes fiscales de l’IS
              >>ont été multipliées par 11,5.

              ces recettes fiscales sont partis d'ailleurs... elle n'ont pas été crées, elle se sont déplacées.
        • [^] # Re: Le sens de la taxe

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Les politiques ne sont pas responsables des choix des voisins, mais ils sont responsables de leurs réponses aux choix des voisins.

          Laisser faire le dumping social et fiscal est un choix et pas une fatalité. Les règles européenne pourrait très bien être : harmoniser les fiscalités et ceux qui ne veulent pas : bye-bye : c'est un choix politique possible.

          La politique c'est GÉRER le vivre ensemble, pas suivre comme des moutons ce qui se passe
          • [^] # Re: Le sens de la taxe

            Posté par . Évalué à 0.

            Mais c'est n'importe quoi ça, je rappelle que l'Europe c'est pas la France qui décide pour les autres, c'est tout le monde décide ensemble, chacun essayant de tirer le plus de couverture à soi. Alors mettre sur les dos des politiques français le dumping fiscal de l'Irlande et du Bénélux c'est fort de café ...
            • [^] # Re: Le sens de la taxe

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Je veux bien comprendre ce que tu dis, mais à moité seulement.

              J'explique que laisser faire le dumping social est un choix, il a des tonnes de moyens de répliquer : des taxes à l'importation par exemple. Maintenant dire que c'est compliqué je veux bien, mais dire qu'on ne peut rien y faire politiquement c'est faux.

              Ils arrivent bien à envoyer des soldats tirer sur des gens dans des pays à l'autre bout de la terre pour des raisons qui me semblent obscures alors cela veut dire qu'ils arrivent à s'ingérer dans la politique intérieur de certains pays : donc c'est possible. (je ne dis pas d'envahir l'irlande).

              Les politiques français font parti du conseil de l'europe qui décide de l'europe. ils ont des pouvoirs de décisions. Pas le parlement européén : les ministres des pays au sein du conseil de l'europe. Et la france a également eu la présidence de l'europe, elle a fait quoi pendant ce temps là ? Faut pas prendre les gens pour des cons ; les politiques DÉCIDENT, ils font des choix, malgré ce qu'ils veulent bien faire comprendre.

              Il aurait été très facile de poser comme point de départ de la construction européenne une harmonisation fiscale et sociale. De la même manière qu'en France tu n'as pas le droit de porter le niquab dans la rue, tu pourrais également ne pas avoir le droit d'importer des produits venant de pays dans une liste noire : faisant du dumping social et fiscal par exemple.
            • [^] # Re: Le sens de la taxe

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Mais c'est n'importe quoi ça, je rappelle que l'Europe c'est pas la France qui décide pour les autres, c'est tout le monde décide ensemble, chacun essayant de tirer le plus de couverture à soi

              Il n'y a pas q'en France où cela dois poser des problèmes.

              « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

            • [^] # Re: Le sens de la taxe

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              L'Europe c'est quand même beaucoup la France et l'Allemagne. Ce que veulent ces 2 poids lourds est souvent ce qui arrive.

              "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

      • [^] # Re: Le sens de la taxe

        Posté par . Évalué à 2.

        Tu veux dire taxer à l'import ... du numérique
        Ca veut dire quoi ?

        Censurer les moteurs qui ne passent pas par la case taxe comme on l'a fait pour les jeux en ligne.
        Désolé, j'en veux pas.
        Ce n'est pas à l'état de décider ce qui est bon pour moi.
        Le net est le dernier espace de liberté et je n'ai pas envie de voir s'lever des frontières virtuelles l'intérêt de quelques planqués.
    • [^] # Re: Le sens de la taxe

      Posté par . Évalué à 1.

      Non tu confonds, le grand méchant qui paye pas ses impôts c'est Canonical.
      Google, ce sont des copains !
  • # Ben... oui ?

    Posté par . Évalué à 9.

    – Comment pouvons-nous grappiller quelques deniers pour remplir nos caissettes ?
    – Créons une taxe !


    Ben, euh, en fait, c'est peut être moi, mais je trouve la démarche rationnelle.

    Et tant qu'on y est, on pourrait carrément taxer les gens en fonction de leurs revenus. Faudrait juste trouver un nom sympa pour ça, et je pense qu'on a un concept pas mal là...
    • [^] # Re: Ben... oui ?

      Posté par (page perso) . Évalué à -2.

      oui, bonne idée, et taxons surtout ceux qui n'en ont pas trop et qui ont déjà du mal, laissons de coté ceux qui gagnent un max (ben ouais, on va pas se taxer)
    • [^] # Re: Ben... oui ?

      Posté par . Évalué à 4.

      Il s'agit de la première partie du « dialogue ». Il n'y a rien qui implique que l'idée de taxe soit injuste ou irrationnelle. Par contre dans la suite, on voit très bien que la taxe est l'unique recours pour tenter de résoudre divers problèmes.

      Pfiou, je n'aurais pas cru devoir faire une explication de texte là dessus.

      La taxe Google est du même acabit. Des sommes échappent à la fiscalité française parce que les entreprises sont installées dans des paradis fiscaux européens, que fait-on pour résoudre ce problème ? On taxe sachant pertinemment que ça ne résoudra rien au problème de fond.

      Si quelqu'un a des informations indiquant que la taxe Google résoudra ce problème franco-européen alors je suis tout ouïe. Je n'ai rien trouvé de pertinent pour l'instant.

      The capacity of the human mind for swallowing nonsense and spewing it forth in violent and repressive action has never yet been plumbed. -- Robert A. Heinlein

      • [^] # Re: Ben... oui ?

        Posté par . Évalué à 1.

        >Si quelqu'un a des informations indiquant que la taxe Google résoudra ce problème franco-européen alors je suis tout ouïe. Je n'ai rien trouvé de pertinent pour l'instant.

        Qu'est ce que tu proposes?
        • [^] # Re: Ben... oui ?

          Posté par . Évalué à 3.

          ne pas taxer à tire larigot mais déjà étudier correctement le problèmes ?

          Quand tu débugue un programme, tu essaie de modifier au hasard des lignes de codes, ou de faire un trap de SIGSEGV, ou tu essaie de trouver pourquoi tu te prend le SIGSEGV dans la gueule ?
          • [^] # Re: Ben... oui ?

            Posté par . Évalué à 2.

            ne pas taxer à tire larigot mais déjà étudier correctement le problèmes ?
            Et si le problème est déjà étudié correctement?
            Grosso merdo, un secteur est moins taxé que les autres ET les gros acteurs de ce secteur sont dans des territoires qui leur permettent d'échapper aux taxes.
            Tu as le choix entre
            1/ je fais rien mais ceux qui sont taxés plus vont gueuler à juste titre, je vais perdre d'autres taxes, d'autres revenus.
            2/ je taxe ceux qui sont pas taxé sachant que ça va gueuler mais c'est à eux ensuite de se retourner contre les gros pour demander des ristournes ET je vais pouvoir me servir de ça ensuite pour demander des comptes à mes potos irlandais et neerlandais.
            3/ j'arrête toutes les taxes à tous les niveaux, je fous 50% de la population au chomage en leur disant "ben voila, là! vous pouvez m'accuser d'être un néo libéral, là, maintenant, c'est vrai, allez vous faire foutre, je pars aux baléares".

            Donc tu choisis quoi sachant que le pays, comme les autres, est en faillite vu qu'on joue à la cavalerie depuis l'après guerre tous ensembles?
            • [^] # Re: Ben... oui ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              oui l'entreprise du fond du périgord qui vend des canards et des foies, elle va aller demander à google une ristourne sur ses addwords, ou tu y crois vraiment et ... nan rien ou tu nous prends pour des cons.

              Les grosses boites qui pourraient peut être (rêvons un peu) demander une ristourne à gogol, elles ont des structures pour éviter ce genre de soucis, elle passeront par des filiales étrangère et des prestataires étrangers.
              • [^] # Re: Ben... oui ?

                Posté par . Évalué à 3.

                Elle est pas obligée d'acheter des adwords, si ces canards sont les meilleurs du monde ils sortiront en premier dans les résultats.
                Personne ne crie à l'injure parce que la boîte peut pas se payer 8s de pub sur la une.
                • [^] # Re: Ben... oui ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Ce n'est pas la question de savoir si c'est bien ou pas d'acheter des addwords, on parle de négocier une diminution du prix à cause de la taxe.
            • [^] # Re: Ben... oui ?

              Posté par . Évalué à 1.

              autant je suis d'accord avec ce que tu explique, autant cette partie me semble floue :

              2/ je taxe ceux qui sont pas taxé sachant que ça va gueuler mais c'est à eux ensuite de se retourner contre les gros pour demander des ristournes

              Je ne vois pas pourquoi accorderait des ristournes a certains de ses clients sous pretexte qu'ils doivent payer des taxes locales ?
              Par gentillesse ? :)

              moi mon client viens me demander une ristourne sous pretexte qu'il paye des taxe, qu'il fait pas beau, que sa belle mere est passé ce weekend, je m'en fou.
              • [^] # Re: Ben... oui ?

                Posté par . Évalué à 2.

                Si tous tes clients te disent que le contexte fiscal a changé, que du coup le retour sur investissement a changé, que leurs bénéfs ont changé et qu'ils évaluent de combien ils vont baisser ce qu'ils te filent, voir s'ils vont continuer avec toi, je pense qu'il y manière à s'adapter, à faire des gestes commerciaux comme on dit.
                Ca m'étonnerait que les prix de google soient les mêmes partout, si? En inde, en chine, en france, au venezuella, en angola, c'est les même tarifs? Ils s'adaptent pas au marché local?
                • [^] # Re: Ben... oui ?

                  Posté par . Évalué à 4.

                  Si je suis ton raisonnement, le relèvement de la TVA des forfaits ADSL devraient nous permettre de payer moins cher nos abonnements ?
                  • [^] # Re: Ben... oui ?

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Non, ça serait plutôt que les AI vont devoir faire des gestes commerciaux pour nous faire passer la pilule sinon ils vont perdre des clients qui vont aller ailleurs.
                    La nouvelle freebox, par exemple, elle augmente l'abo de 5€, mais il file le téléphone mobile gratos par dessus.
                    Si elle doit se prendre la nouvelle tva par dessus en plus, il y a pas mal de gens qui vont réfléchir en plus entre j'upgrade ou pas pour 10€ de plus. Ca fait 120€ par an.
                    Si free dilue la tva dans son augmentation, ils vont rattraper le coup, si free l'ajoute, ils auront moins de nouveaux clients, ce qui est le but de leur investissement.

                    Dans mon cas perso, je suis en non dégroupé, donc le nouveau matos je m'en fous, je necherche pas à me sur équiper, donc je m'en fous bis. Par contre, si mon abo internet augmente de 5€ à cause de la tva ET que je doive continuer à payer ces putains de mobiles, je vais réfléchir à m'en passer ou à passer vers une offre minimum la moins chère possible même avec un débit de merde. Il y a des AI qui font des grosses ristournes pour prendre les clients free vu qu'ils ne savent rien faire d'autre.
                    Vu la qualité de ce que je trouve sur internet en ce moment, m'en passer ne sera pas si dur que ça à faire.
            • [^] # Re: Ben... oui ?

              Posté par . Évalué à 2.

              Et si le problème est déjà étudié correctement?
              Grosso merdo, [blablabla]

              Bon ben voila tu t'es contredit en deux lignes, de là tes choix ne peuvent pas être "corrects", vu qu'ils sont issus d'un "grosso merdo".
              • [^] # Re: Ben... oui ?

                Posté par . Évalué à 2.

                Tu confonds surement moi et les auteurs de cette loi.
                • [^] # Re: Ben... oui ?

                  Posté par . Évalué à 2.

                  je parlais des choix que tu proposais, et essayer d'expliquer, maladroitement, que si tu pars d'une généralisation, les choix que tu propose ne seront peut être pas pertinents pour répondre au problème.
                  • [^] # Re: Ben... oui ?

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Je sais que les choix que je propose ne sont pas pertinents, tout le monde le sait, y compris le rapporteur des finances qui proposent cette loi puisqu'il l'a dit lui même.
                    Au départ, tu disais qu'il faudrait d'abord étudier le problème pour faire des propositions valables, et j'ai répondu qu'ils l'avaient fait et qu'il n'y en avait pas. La situation est telle qu'il n'y a pas de solutions valables, que des pis aller, on n'est pas dans une situation technique où on peut mettre un coup de debugguer et réfléchir au problème. Le problème, ce sont des gens, des pays, des systèmes sociaux, des lois et pleins d'équilibres qui se contredisent mais en même temps s'appuient les uns sur les autres.

                    La solution actuelle étant, à mon avis: on a besoin de thunes, on va taxer un secteur qui n'est pas taxé comme les autres, on ne peut pas agir sur google qui est en irlande, on va agir localement en comptant sur les acteurs pour s'entendre avec google et pour foutre la pression sur google, et parallèlement à ça, on va filer de la thune à l'irlande, on en récupèrera sur les intérêts peut être mais on fera pression au passage sur l'irlande pour qu'ils agissent d'une manière plus près de nos intérêts et foutent la pression sur google.
                    Le but étant au final d'obtenir des investissements de google en france comme ils ont fait avant avec microsoft et des autres.
                    Oui, c'est pas terrible, c'est du micro management à base de compromis et d'arrangements, ça va pas loin, et ça résoudra pas le problème qui est la manière dont le capitalisme fonctionne et dont les pays se comportent entre eux et vis à vis de ces grosses boites.

                    Donc, qu'est ce que tu proposes comme solution au problème qui n'ait pas été vue et qui soit faisable?
        • [^] # Re: Ben... oui ?

          Posté par . Évalué à 8.

          Les entreprises n'ont pas à être taxées.
          C'est d'une stupidité sans adjectif.

          C'est juste que pour le moment, on a rien trouvé de mieux, justement.
          Et maintenant revenir à un système plus simple est quasiment impossible, les gens ne comprendraient pas, même avec des comptes parfaitement transparents.

          Alors on va de l'avant, même si c'est une fausse direction, en opacifiant au maximum afin que plus personne ne puisse comprendre sans être épaulés par une armée de 60 comptables et 20 juristes.

          Une proposition : que les entreprises paient pour les services qu'elles consomment. Point.
          Besoin d'un rond point ? raque. Besoin d'un agrandissement de la rocade ? raque. Besoin d'une infrastructure de transport public ? raque. Simple et cohérent.

          Les financements publics sont devenus tellement opaques qu'il nous est impossible de connaitre de a à z ce flux.

          Exemples ?
          A l'heure actuelle nous payons encore des taxes sur l'alcool et le tabac. Mais ceci n'est plus versée à la sécurité sociale. Nous payons encore des impots sur le revenu ainsi qu'une tva. Mais la quasi totalité des charges pèsent aujourd'hui sur les épaules des Régions. A l'heure actuelle, pour faire tourner un harra il faut des financements croisés adhérents locaux, régios, france et europe. Tout ceci ne sert qu'un seul objectif : l'opacité.

          amlt.
          • [^] # Re: Ben... oui ?

            Posté par . Évalué à 2.

            Tout ceci ne sert qu'un seul objectif : l'opacité.
            SI c'était le seul objectif, ton harra ne recevrait aucune aide. Elles disparaitraient dans les poches des intermédiaires.

            Pour reprendre ton exemple:
            >Besoin d'une infrastructure de transport public ? raque.
            Ca veut dire qu'une petite commune qui n'a pas d'entreprise n'aurait rien. Mais ici, ça ne marche pas comme ça, au nom des principes d'égalité et de fraternité par exemple. Toutes les communes doivent bénéficier des mêmes avantages minimum quelles que soient leurs revenus, et pareil pour les citoyens. Ca a un cout, et ce cout implique par la suite des revenus et une organisation. Et cette organisation et l'organisation des revenus impliquent une complexité. C'est inéluctable.
            Dans le cas de cette taxe, c'est d'un coté égaliser l'imposition, de l'autre faire des revenus pour payer la sécu et autres dépenses.

            Que la complexité se nourrisse elle même, ok. Que les situations deviennent de plus en plus absurdes parallèlement à l'augmentation de la complexité, ok. Tout ça arrive et est toujours arrivé avec toutes les sociétés qui s'accroissent.
            C'est un mécanisme, mais tout le long de la chaine les bonnes volontés sont légions et n'ont jamais cette absurdité de l'entreprise comme objectif.
            Que de bonnes intentions il faut mobiliser pour faire des rond points!
      • [^] # Re: Ben... oui ?

        Posté par . Évalué à 3.

        Il s'agit de la première partie du « dialogue ». Il n'y a rien qui implique que l'idée de taxe soit injuste ou irrationnelle.

        Je pense que les termes "grappiller quelques deniers pour remplir nos caissettes" portent une connotation fortement négative. Comme si tu partais du principe que remplir les caisses d'un état était quelque chose de malsain.

        C'était simplement cette introduction que je critiquais, je n'ai pas commenté le reste du journal.
        • [^] # Re: Ben... oui ?

          Posté par . Évalué à 1.

          Je ne vois pas de connotation négative dans cette phrase : l'action de grapiller est très légère. Quant aux caissettes, on pourrait prétendre que l'état n'a besoin que de ce qui lui est nécessaire et ne s'encombre pas de lourdes caisses. Ce serait même assez positif si on allait plus loin dans l'impression de légèreté.

          On peut avoir une lecture totalement différente. En ce qui me concerne, je n'ai pas cherché à mettre de connotation dans la phrase.

          The capacity of the human mind for swallowing nonsense and spewing it forth in violent and repressive action has never yet been plumbed. -- Robert A. Heinlein

          • [^] # Re: Ben... oui ?

            Posté par . Évalué à 2.

            Je suis dans un coin de vendanges, donc je sais ce qu'est grapiller.
            Sur les pieds de vigne, tu as 2 sortes de grappes, les grappes, belles et de forme alongées, et les grapilles, de toutes petites grappes rondes avec peu de raisin, pas assez bonnes pour le vin, qu'on laisse aux oiseaux.
            Grapiller: c'est les pauvres, sans terres, qui vont sur les terres des autres ramasser ce qui y reste et dont on ne veut pas, les grapilles par exemple.
            • [^] # Re: Ben... oui ?

              Posté par . Évalué à 2.

              Le dictionnaire de l'Académie française définit grappiller par :

              Fig. et fam. Prendre, recueillir pour son profit, et souvent au hasard des circonstances. Grappiller auprès des témoins des bribes d'information. Il a quelques connaissances grappillées au cours de ses lectures. Se dit notamment d'un petit gain, plus ou moins licite ou secret. Il trouvera bien quelque chose à grappiller dans cette affaire.

              Il n'y pas de connotation négative.

              The capacity of the human mind for swallowing nonsense and spewing it forth in violent and repressive action has never yet been plumbed. -- Robert A. Heinlein

              • [^] # Re: Ben... oui ?

                Posté par . Évalué à 2.

                J'ai pas dit que c'était connoté, moi, je t'ai expliqué d'où ça vient.
                Grapiller, c'est les pauvres qui vont prendre ou tchourer ce qu'ils peuvent trouver sur le champ des autres. C'est pas négatif, c'est humain, il faut bien manger.
                Et puis ça va bien avec cette loi, le gouvernement d'un pays qui arrive pas à boucler ses fins de mois qui va prendre à droite et à gauche ce qu'il peut.
                • [^] # Re: Ben... oui ?

                  Posté par . Évalué à 2.

                  > J'ai pas dit que c'était connoté, moi, je t'ai expliqué d'où ça vient.

                  Je n'avais pas saisi. Je pensais que tu voulais appuyer sur le côté connotation négative. Ton « pauvre » m'a trompé car il n'y a pas de notion de pauvreté à l'origine, juste des personnes qui récoltent les grappilles, petites grappes impropres à la vente ou à la production, laissées après les vendanges.

                  > Grapiller, c'est les pauvres qui vont prendre ou tchourer ce qu'ils peuvent trouver sur le champ des autres.

                  Pour ça j'utilise le verbe marauder, même si le vol n'est pas l'apanage des pauvres. Si c'est uniquement pour grailler parce qu'il n'y a pas grand chose d'autre à se mettre sous la dent, j'utiliserai le verbe survivre (sic).

                  The capacity of the human mind for swallowing nonsense and spewing it forth in violent and repressive action has never yet been plumbed. -- Robert A. Heinlein

                  • [^] # Re: Ben... oui ?

                    Posté par . Évalué à 3.

                    Ton « pauvre » m'a trompé car il n'y a pas de notion de pauvreté à l'origine, juste des personnes qui récoltent les grappilles, petites grappes impropres à la vente ou à la production, laissées après les vendanges.
                    Mouais. Ayant vendangé et ayant eu une grand mère paysan pas riche mais ex pauvre, je suppute qu'il faut être vachement dans la merde pour avoir intérêt à grapiller une vigne.
                    Et ceci me conforte:
                    Grapilleur fm vint arum subit gulus Celui qui grapille Jn pauvre grapilleur
                    tiré du "nouveau dictionnaire françois" de 1709.

                    Pour ça j'utilise le verbe marauder, même si le vol n'est pas l'apanage des pauvres.
                    Ben justement, déjà chourrer des trucs pour survivre, j'associe pas de notion de vol là dessus, donc grapiller encore moins, ils prennent des fruits dont personne ne veut.
              • [^] # Re: Ben... oui ?

                Posté par . Évalué à 2.

                Il n'y pas de connotation négative.
                Euh ben y'a marqué Se dit notamment d'un petit gain, plus ou moins licite ou secret.
                Je le connote neutre où légèrement négativement selon le contexte perso.
            • [^] # Re: Ben... oui ?

              Posté par . Évalué à 2.

              Cela se nomme également "Glaner" : terme désignant l'acte de ramasser dans les champs, une fois les récoltes terminées, le restant.

              Un tableau célèbre : http://fr.wikipedia.org/wiki/Des_glaneuses
              Un film de Agnès Varda à ce sujet : http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Glaneurs_et_la_Glaneuse Que tu connais déjà très certainement ;-)
  • # Autre son de cloche

    Posté par . Évalué à 6.

    le type derrière la taxe:
    http://www.dailymotion.com/video/xfwfj6_pourquoi-la-taxe-goo(...)
    à propos de google et des taxes:
    http://www.bloomberg.com/news/2010-10-21/google-2-4-rate-sho(...)
    Conclusion, c'est pas une taxe google, vu qu'ils en payent nulle part, et au rayon, "pas de taxe, c'est trop cool, ça attire les entreprises, ça aide le pays", ben, voila, on va payer le modèle irlandais "pas de taxe" et le modèle grec "on paye pas les impots", et bientôt en direct live, l'espagne "vive la croissance", puis la france "on fout rien mais on paie des taxes".

    Donc résumé de la situation, les taxes, c'est nul, pas de taxe, c'est nul.
    Que reste t il à faire?
    Une seule chose, la seule qui vienne toujours à l'esprit d'un français qui se respecte, la seule réaction qui ait prouvé qu'elle est toujours possible quelle que soit la situation:
    se plaindre!
    • [^] # Re: Autre son de cloche

      Posté par . Évalué à 4.

      Bien qu'en parti d'accord avec toi, il faut tout de même préciser que beaucoup de grandes entreprises payent pas de taxe : cadeau pour qu'ils restent...
      Les cadeaux permettant aux plus riche de ne pas payer d'impôt du tout (plus t'as de sous, plus t'as de chance d'obtenir des réductions ou des crédits d'impôts), ça aussi, c'est typiquement de chez nous!

      Oui, on se plain tout le temps : normal dans un pays de liberté, pourvu que ça dure, parce qu'au rythme où ça va, on auras bientôt plus le droit de l'ouvrir!
      • [^] # Re: Autre son de cloche

        Posté par . Évalué à 2.

        Oui, on se plain tout le temps : normal dans un pays de liberté
        Il faudra m'expliquer la relation de cause à effet, elle m'a toujours échappé.

        Les cadeaux permettant aux plus riche de ne pas payer d'impôt du tout (plus t'as de sous, plus t'as de chance d'obtenir des réductions ou des crédits d'impôts), ça aussi, c'est typiquement de chez nous!
        Non, c'est atypique ici.
        La preuve, le bouclier fiscal a fait chier tout le monde, même à droite. Les tenants du gaullisme social sont contre, et ils ne sont pas négligeables à l'UMP, cf le dernier remaniement ministériel.
        Un exemple équivalent à l'étranger de mesure gouvernemental qui a choqué son pays, c'est le health care aux usa par exemple.
        Je pense que les français sont autant choqués du bouleversement de valeur que représente le health care aux usa, que les anglo saxons sont choqués de celui que représente le bouclier fiscal ici.
        • [^] # Re: Autre son de cloche

          Posté par . Évalué à 5.

          Il faudra m'expliquer la relation de cause à effet, elle m'a toujours échappé.
          Si on entend les Français se plaindre, c'est qu'ils peuvent le faire. Tu les entend beaucoup se plaindre les chinois? Et les nord coréen? Ha ben non, y'a que des truc bien dans leurs pays... Râler, c'est une liberté, on peu pas satisfaire tout le monde, mais on peu pas non plus dire à ceux qui ne sont pas content de la fermer!

          Pour la suite, avec le bouclier fiscale, ajoute la lois Robien, rentable selon les comptables a partir de 3000 euros de revenus mensuel, la loi Coluche sur les dont (ha ben oui, 20% maximum de réduction, mais 20% quand même...), l'investissement dans les PME (maximum 20000 Euros de réductions quand même...), Si t'achète un imeuble dans les DOM-TOM, (40 % du prix d'achat en réductions, sans limites...), et j'en oublie (voir http://www.impots.gouv.fr/portal/dgi/public/particuliers.imp(...) ). Moralité, dans notre pays, plus t'as d'argent, moins t'en donne et plus t'en gagne...

          Par contre, tu gagne 100 euros de plus que le SMIC et là, tu casque grave! Certes moins qu'une personne gagnant beaucoup plus, mais proportionnellement au reste du salaire, ça fait beaucoup plus mal.
          • [^] # Re: Autre son de cloche

            Posté par . Évalué à 3.

            "Tu les entend beaucoup se plaindre les chinois? Et les nord coréen?"
            De leur coté, je ne suis pas certain qu'ils entendent beaucoup les français se plaindre non plus...
          • [^] # Re: Autre son de cloche

            Posté par . Évalué à 2.

            Si on entend les Français se plaindre, c'est qu'ils peuvent le faire. Tu les entend beaucoup se plaindre les chinois? Et les nord coréen? Ha ben non, y'a que des truc bien dans leurs pays... Râler, c'est une liberté, on peu pas satisfaire tout le monde, mais on peu pas non plus dire à ceux qui ne sont pas content de la fermer!

            C'est pas parce que tu es libre de faire une connerie qu'il faut la faire. Raler, se battre, faire bouger les choses, c'est une progression intéressante quand il s'agit de faire changer les choses pour le bien commun. Quand il s'agit de simplement gueuler, ça n'a pas beaucoup de sens et ça dilue le discours au point de ne plus être audible sur les choses importantes.

            En ce qui concerne les chinois, renseignes toi mieux, c'est bien joli l'ethnocentrisme à la française, on est les meilleurs, on a tout compris et on a tout inventé, les autres sont des cons, mais des mouvements de contestations ouvriers, par exemple, il y en a en Chine. Et là bas, quand ça gueule, ils sont pas 10 et ça chauffe vraiment. J'ai lu le cas d'une manif d'ouvrier qui protestait contre un patron qu'on leur avait parachuté et qui avait un salaire plusieurs milliers de fois supérieurs aux leurs: ça les a énervés, ils l'ont piétiné.
            C'est pas ici qu'on verrait ça, ici, ça contestouille, c'est devenu une habitude, un style. C'est septembre, c'est la saison des manifs et des grèves. Comme pour les retraites, tous les manifestants interrogés disaient qu'ils ne croyaient pas pouvoir gagner!
    • [^] # Re: Autre son de cloche

      Posté par (page perso) . Évalué à 0.

      quelle vision tellement réductrice, on croirait un fake.
  • # Taxe sur la taxe

    Posté par . Évalué à 6.

    Ah mais la taxe sur la taxe ça existe déjà !

    Un exemple (il doit bien y en avoir d'autres) c'est la TVA sur l'essence. Sachant que le prix HT est fait à moitié (au moins !) de TIPP, la moitié de la TVA qu'on paye sur l'essence est bien une taxe sur la taxe.
    • [^] # Re: Taxe sur la taxe

      Posté par . Évalué à 1.

      Sauf que malgré son nom, la TVA est un impôt et pas une taxe.

      Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

      • [^] # Re: Taxe sur la taxe

        Posté par . Évalué à 2.

        T'as raison, ça change tout !

        Plus sérieusement, en 2 mots, c'est quoi la différence ?
        • [^] # Re: Taxe sur la taxe

          Posté par . Évalué à 3.

          Taxe en deux mots je ne peux pas, tu vas devoir lire la première phrase, et également la première de Impôt.

          Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

          • [^] # Re: Taxe sur la taxe

            Posté par . Évalué à -2.

            Ha oui donc finalement il n'y a pas de différence.
            • [^] # Re: Taxe sur la taxe

              Posté par . Évalué à 2.

              Sans déconner, je pige pas non plus :

              Taxe = contrepartie monétaire d'un service rendu par une personne publique
              Impôts = prélèvement obligatoire effectué par voie d’autorité par l'État, les provinces, les communes sur les ressources des personnes vivant sur son territoire ou y possédant des intérêts pour être affecté aux services d'utilité générale

              C'est quoi la différence entre le service rendu par une personne publique et les services d'utilité générale ?

              Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

              • [^] # Re: Taxe sur la taxe

                Posté par . Évalué à 2.

                service rendu -> le service est rendue pour une personne en particulier.
                utilité générale -> le service est rendue pour l'ensemble de la population
                • [^] # Re: Taxe sur la taxe

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Ben pour « service rendu », c'est dit nulle part, que ce soit pour une personne ou pour l'ensemble.

                  Et puis dans ce cas, la TVA et la TIPP sont des contreparties pour des services rendues à qui ?

                  Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

      • [^] # Re: Taxe sur la taxe

        Posté par (page perso) . Évalué à 0.

        non c'est une taxe qui s'applique sur la totalité des produits, pas sur les personnes ; elle n'est pas collectée par le trésor public, mais elle est calculée sur la valeur ajoutée d'une entreprise et est payé par les clients de l'entreprise.
        • [^] # Re: Taxe sur la taxe

          Posté par . Évalué à 2.

          En l'occurence sur mon exemple, elle est calculée sur la valeur ajoutée de la TIPP. Fallait oser quand-même...
      • [^] # Re: Taxe sur la taxe

        Posté par . Évalué à 3.

        La CSG, alors?
        • [^] # Re: Taxe sur la taxe

          Posté par . Évalué à 3.

          C'est une cotisation sociale sur les salaires, pas sur une autre taxe.
  • # on en revient toujours au fond du problème

    Posté par . Évalué à 1.

    Le fond du problème, c'est une économie mondialisée qui n'est supervisée par aucun pouvoir politique international. Donc, pas de taxe ni de répartition cohérente possible dans le cas des multinationales ; pas de convention minimale sur les salaires et les conditions de travail. Etc.
  • # Règle de la non affectation

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    On s'en fiche. Depuis quand la destination des fonds prélevés par une taxe a-t-elle, en France, une importance ou une constance ?

    Le principe de non affectation date de la restauration (donc depuis environ 200 ans). Après il faut bien voir qu'une taxe doit normalement être associée à un service rendu, c'est à dire que la taxe d'ordure ménagère sert à traiter les ordures, la taxe sur l'eau au traitement de l'eau etc.

    Puis pour s'amuser le législateur s'est mis à appeler par taxes des choses qui étaient des impôts. La TVA, la taxe professionnelle, la taxe d'habitation, la TIPP… ne sont pas des taxes mais des impôts. Et c'est aussi le cas de la taxe google qui est un impôt.
    Comme la taxe google est un impôt il est normalement interdit de l'affecter à une dépense.
    • [^] # Re: Règle de la non affectation

      Posté par . Évalué à 3.

      wikipedia avance que la confusion taxes impots vient du mot anglais tax qui veut dire impot donc de l'anglicisation du langage. wtf!
    • [^] # Re: Règle de la non affectation

      Posté par . Évalué à 1.

      Puis pour s'amuser le législateur s'est mis à appeler par taxes des choses qui étaient des impôts
      Peut-être un effet de l'utilisation croissante d'anglicismes.
      A ma connaissance, le terme anglais "tax" correspond à la fois à taxe et à impôt en français.
    • [^] # Re: Règle de la non affectation

      Posté par . Évalué à 2.

      Merci pour cet éclairage.

      Effectivement, la mauvaise utilisation du mot taxe est devenue très courante. Il faut voir le bon côté des choses, cela a le mérite de « réduire » nos impôts.

      The capacity of the human mind for swallowing nonsense and spewing it forth in violent and repressive action has never yet been plumbed. -- Robert A. Heinlein

      • [^] # Re: Règle de la non affectation

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Non, les gens ne font pas la différence, pour eux la taxe d'habitation est bel et bien un impôt. Là où le gouvernement essaye de nous arnaquer c'est en transférant les impôts directs vers les impôts indirects.
        Le plus bel exemple était la loi sur la taxe carbone, une véritable usine à gaz (ahah c'est le cas de le dire). Sur chaque litre de produits d'origine fossile était prélevé une taxe qui était ensuite « entièrement redistribuée » en crédit d'impôt. Donc les gens allaient au final voir leurs impôts sur le revenu baisser de 100 €. Vive Sarkozy qui baisse les charges des ménages…

        M'enfin j'étais loin d'être un Sarkozyste mais j'espérais qu'il y aura un peu de ménage fait autour de la fiscalité. Je me rappelle d'une campagne où on disait que c'était devenu trop compliqué etc. Au lieu de ça on a eu d'énormes usines à gaz, des taxes de partout (super les frais de gestion pour les collecter) et un bouclier fiscal mise en place pour être retiré 3 ans après (instabilité fiscal plus frais de gestion plus frais pour changer les administrations, cool non ?).
        • [^] # Re: Règle de la non affectation

          Posté par . Évalué à 4.

          Ma dernière phrase était ironique.

          Glisser les impôts nouveaux sous le label taxe permet à l'État de prétendre qu'il n'augmente pas les impôts car on les réduit à leur plus simple expression : l'impôt sur le revenu.

          Il faut considérer cela avant tout comme une ruse lexicale car je ne crois pas au hasard ou à une évolution du langage en ce que concerne ce genre de glissement, il est bel et bien volontaire. Cela participe à l'arnaque de transférer les impôts directs vers les impôts indirects mais aussi à rendre la fiscalité encore un peu plus opaque et difficile à appréhender par les contribuables (on atteint un des objectifs du novlangue lorsqu'un même mot désigne deux choses subtilement différentes).

          The capacity of the human mind for swallowing nonsense and spewing it forth in violent and repressive action has never yet been plumbed. -- Robert A. Heinlein

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.