Forum Astuces.divers [Debian] Du bon ordre dans les partitions.

Posté par  (site Web personnel) .
Étiquettes : aucune
0
26
fév.
2005
Je propose/soumet une/ma solution au difficile problème du partitionnement. Mon but est d expliquer une structure de partitionnement qui permette de faire ce qu on veut ensuite sans devoir tout péter: bref faire un disque flexible. Comme chacun sait, au début, on partitionne d'une manière... et après quelques temps, les besoins changent... et on est ammené à tout casser/partitionner/redimentionner/formatter...

- hda1 /boot (32M à 64M suivant le nombre de Linux installés plus loin)
- hda2 windows partition (4G - juste le system - pour les datas, et les échanges... on verra plus tard)
- hda3 le BSD qui s'impose (4G comme la précédente pour les mêmes raisons)
- hda4 partition étendue (contenant toutes les logiques qui suivent)
- hda5 / Linux1
- hda6-7 /usr-/var Linux1
{autres Linux : 3 partitions chacun }
- hdaN échange FAT32 ( acessible pour Win )
- hdaN+1 échange ext2 ( acessible pour les BSD )
- hdaN+2 swap
- hdaN+3 /home(s)

Je ne dis pas que cette structure est parfaite, mais si on pense comme ca a l'avance, ca permet d'aménager des chose simplement par la suite.

Je rappelle que chaque partition ( primaire ou logique ) a son propre MBR, en plus de relui du disque .

Je met toujours le /boot en premier, et primaire :
- le fait d etre primaire provoque qu'il est toujours acessible par tous les BIOS
- le fait d'ètre au début, et petit fait qu'il se finit toujours avant le secteur 1023... donc est bootable
- comme c'est la première partition, son MBR est tout au début du disque... et comme toute la structure de mon disque est bien concue ... vous ne serez jamais ammenés à redimentionner cette partition là, et encore moins déplacer son debut : cette partition est donc fixe pour la vie du disque ... donc aucun outil de partitionnement ne la deplacera jamais : suite à un Partition Magic, ou equivalent, vous n'aurez jamais à relancer Lilo, ou reinstaller Grub.

Ensuite viennent les win et BSD : ces Os ne peuvent être installés que sur du primaire. On ne met sur les primaires que la base du system du dit OS. Les donnes seront mises dans les échanges (partitions logiques).

Enfin viennent les Linux... du moment que le /boot est primaire, on les met ou on veut. Tous les Linux ont le /boot commun (qui sera mis en RO pour tous). Là encore , les systems d'abord.

Le fait que le /boot soit en RO évite qu'une mise a jour du type apt-get dist-upgrade ne viennent remplacer un noyau ou le MBR sans l'aval de l'admin.

Enfin viennent les partitions d'échange, la swap et le home. Le but est de mettre la swap entre les échanges et le home pour que si soit l'échange soit les home ont besoin d'un peu de place, on puisse tout de suite taper dans la swap sans réfléchire. Si il y a vraiment besoin de plus de place, pour agrandire le Home, on achèvera la swap, puis on tapera dans les échanges ( ou inversement : pour agrandire un échange, on tue la swap et on tape dans le home). Cela permet de redimentionner les partitions les plus gourmandes sans que tout le system en pâtisse, et sans toucher aux partitions essentielles :
- n'importe quel OS peut demonter les echanges ou le home, et le redimentionner à la volée (d'ou l'intérêt de séparer /usr de /home)
- on ne change jamais ni la place ni l'identifiant de partition des partitions vitales (/boot, /etc...)

J'ai choisi Grub pour une raison toute simple : quand on installe le premier Linux, Grub s intalle dans son MBR (celui de hda1 - car si on le met dans hda, alors l installation de Windows cassera tout, alors que si il est mis dans hda1, il suffira sous Windows d'acceder au gestionaire de disque pour réactiver hda1 pour retrouver son Grub donc ses Linux, sans devoir chercher une disquette de boot !!!) ... et il va chercher son stage1 sur hda1. Pour la suite, il ira chercher sa conf dans le meme hda1, contrairement à un Lilo qui à chaque changement de conf a besoin de ré-écrire le MBR. L'usage de Grub facilite largement l'administration du MBR quand on a plusieur Linux.

Évidement, un bon partitionnement pourrait être accompagné d'un LVM. Mais je n'en ai jamais fait. Ce serait sûrement optimal, mais je n'ai jamais pratiqué LVM.

Enfin, je recommande à tous ceux qui ont un disque de plus de 4G d'installer systematiquement un second Linux de secours, avec dedans juste une console, et les outils de réseau et restauration de partition ( parted et co., en votre editeur prefere, tar ) ... bootant avec un noyeau capable de monter tous les types de partitions existant ( ReisorFS, ext*, XFS ... ). Cela permet de manipuler simplement les autres systems. La partition portant ce system devrait etre en hda5 et tout le system sera sur une seule partition pour eviter qu'elle ne soit deplacée trop souvent.

Si vous respectez ma logique, tout ce dont vous aurez besoin c'est de redimentionner soit les échanges, soit le home. N'oubliez pas qu un Linux peut tres bien se passer de swap pour un temps.

Mavie : j ai un portable avec un Hdd de 30G il a :
- win XP
- Free BSD
- Gentoo
- Debian SID
- LFS
- Knoppix

...et tout se passe bien. Je n ai pas reinstalle un seul system depuis 18 mois ... pourtant j'édite ma table de partition très régulièrement.

En cas de secours, il est toujours possible de couper la swap en deux pour créer une nouvelle partition...
  • # ou placer physiquement le swap ?

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

    Cela me semble plutot une bonne strategie, un truc m'enuit dans le cas ou le systeme doit etre 100% dedier a windows comment recuper les parts principales (bsd) ? c'est dommage que BDS impose cela si c'etait outrepassable, direction part etendue.


    Ensuite je resort l'eternelle question, ou placer le swap pour une performance optimale ?
    (sachant que les adresses données par IDE ne correspondent a rien de physique)

    Aussi je me demande si il existe (toujours) pas de driver pour lire du ext2/3 sous windows (sous 95 il y avait)

    ... a suivre : http://rzr.online.fr/q/FileSystem#ext2(...)

    gpg:0x467094BC

  • # Pense aux liveCD.

    Posté par  . Évalué à 2.

    "Enfin, je recommande à tous ceux qui ont un disque de plus de 4G d'installer systematiquement un second Linux de secours, [...]"

    Tu peux le remplacer par un liveCD, ce qui te simplifie grandement le boulot : pas de mini-système en plus à installer/configurer voire maintenir, et pas d'espace disque utilisé.
    Juste un CD bien rangé dans un coin !

    Yth.
    • [^] # Re: Pense aux liveCD.

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

      Exactement, La petite knoppix que l'on garde dans sa poche "au cas où", permet de faire tout ce que l'on veut.

      Et parfois ça aide bien, surtout quand son serveur boot et que l'on voit apparaître un manifique, Li..., ça vous dit quelques choses ? ;-).

      McLeod.

      Alexandre COLLIGNON

  • # ext2 sous windows

    Posté par  . Évalué à 2.

    Puisqu'on peut pas repondre aux commentaires, je met ici une reponse au probleme de ext2 sous win !

    Bien evidemment il existe un "module" windows (au moins 2000, nt, xp) qui permet de monter du ext2/3 sous windows et ca se nomme ext2fsd ! http://ext2fsd.sourceforge.net/(...)

    Voilou :] finis les partoche d'echange relou ! (par contre, faut verifier pour l'ecriture, parce qu'ici sans options particuliere au mount fournit avec, il semblerait que je ne puisse par ecrire !)
  • # La vie est tellement plus simple quand on a que tu linux

    Posté par  . Évalué à 1.

    Dans la série moi j'ai:

    /dev/hda1 /boot 50Mo
    /dev/hda2 / 512Mo
    /dev/hda3 swap 256Mo (1Go de RAM ça va)
    /dev/hda4 LVM le reste

    le swap en hda3 c'est pour quand y'a besoin de booter sur un cd de rescue
  • # swap

    Posté par  . Évalué à 1.

    Suis-je le seul à caser mes swaps en premier sur mes disques?
    • [^] # Re: swap

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

      non

      et puis pourquoi une partition ext2 rien que pour l'échange entre BSD et linux.
      FreeBSD lit le FAT32 donc la partoch FAT32 peut aussi servir à l'échange linux BSD (je ne sais pas les autres BSD)

      sinon, pour le schéma proposé c'est ce à quoi je suis arrivé, à peu de chose près. swap en 1er et pas de partoch /boot. vu que y'a pu de limitation depuis longtemps (à moins d'un vieux BIOS et donc vieux PC).

      après, le /boot, si c'est pour se protéger des merdouilles d'apt-get (le truc soit-disant magique), bin utilise une autre distrib ! Un gestionnaire de paquet un tant soit peu évolué permet de ne pas upgrader certains paquets....
  • # et /tmp ?

    Posté par  . Évalué à 1.

    Sur les serveurs j'ai pris l'habitude de séparer /tmp pour éviter que des fichiers temporaires de remplissent mon système de fichier racine.
    (Ca m'est arrivé une fois il y a longtemps...)

    Suis-je le seul à le faire ?

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.