• # Systemd oneshot service

    Posté par  . Évalué à 0.

    Tu peux créer un service systemd de type oneshot avec la section ExecStop=/path/script.sh

    • [^] # Re: Systemd oneshot service

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

      Ça à l'air bien ton truc mais tu pourrais détailler !

      « Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes. »

      • [^] # Re: Systemd oneshot service

        Posté par  . Évalué à 4.

        Un petit template pour démarrer.

        Modifie tout ce qui est entre < et >

        Tu crées le fichier suivant :
        /usr/lib/systemd/system/<nom_du_service>.service
        
        Qui contient :
        
        [Unit]
        Description=<de ton script>
        Wants=<iscsi.service> # par exemple si ton script à des dépendances.
        After=<iscsi.service> # par exemple si ton script à des dépendances.
        
        [Service]
        RemainAfterExit=yes
        ExecStart=/usr/bin/su - <moi> -c <"$HOME/mon_script.sh --start">
        ExecStop=/usr/bin/su - <moi> -c <"$HOME/mon_script.sh --stop">
        
        [Install]
        WantedBy=<multi-user|graphical>.target
        

        Puis une fois fait :
        systemctl enable <nom_du_service>.service

        Pour tester si ton service marche bien :
        systemctl start <nom_du_service>.service
        systemctl stop <nom_du_service>.service

        Pour comprendre les détails des variables va ici :
        https://www.freedesktop.org/software/systemd/man/systemd.service.html

      • [^] # Re: Systemd oneshot service

        Posté par  . Évalué à -4.

        si de manière intelligente on pourait évaluer sur le script

        • [^] # Re: Systemd oneshot service

          Posté par  . Évalué à -6.

          il te faudrait peut être un routeur ou essaye de protéger ton script sous java. Et ainsi permuter avec un linux ou un windows. A suivre

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.