ADSILLH : Licence professionnelle Administrateur et Développeur Logiciels libres à Bordeaux

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud et Nils Ratusznik. Modéré par Nils Ratusznik. Licence CC by-sa
Tags :
19
10
avr.
2018
Éducation

Après une ouverture en septembre 2016 et deux promotions, la licence professionnelle ADSILLH ouvre de nouveau ses portes à l’Université de Bordeaux à la rentrée 2018 !

Cette licence professionnelle vise à former les étudiants à intégrer des logiciels libres et hybrides en un ensemble cohérent répondant aux besoins des entreprises, un système d’information complet par exemple. Il s’agit également de s’impliquer dans les communautés de développeurs de logiciels libres, pour remonter ou corriger les bogues, contribuer des fonctionnalités (c’est tout l’objet du projet tuteuré).

C’est une licence 3 en un an, elle est ouverte aux L2, DUT, BTS, en formation initiale et en alternance, mais aussi en formation continue, reprise d’études et contrat pro (on peut faire une VAP — Validation des Acquis Professionnels — pour l’inscription). Des VAE (Validation des Acquis de l’Expérience) sont également possibles.

Contenu

  • systèmes et réseaux :
    • programmation système,
    • programmation réseau,
    • installation et configuration des systèmes et réseaux ;
  • technologies logicielles :
    • bases de données,
    • développement Web,
    • logiciels de communication ;
  • progiciels CMS/ERP/BI ;
  • sûreté et sécurité ;
  • projet tuteuré : contribution à un logiciel libre ;
  • droit et économie des logiciels libres ;
  • anglais ;
  • stage en entreprise.

Prérequis

Les prérequis sont l’utilisation d’UNIX en général, la programmation de base en Python et en C et une touche d’algorithmie. Il est possible de s’auto‐former sur les éventuels quelques éléments manquants entre l’inscription et la rentrée. Le détail est disponible sur le site de la formation.

  • # Le haut de la pyramide...

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    L'université de Bordeaux a été la première université française raccordée à Internet et le deuxième site juste après l'INRIA. Les professeurs ont utilisé GNU/Linux dès 1994. Cela explique aussi pourquoi les RMLL ont été créées à Bordeaux car j'avais remarqué la très grande compétence des "petits jeunes" qui adhéraient en nombre à l'ABUL.
    Il y a donc depuis longtemps un enseignement de qualité à Bordeaux, principalement ENSEIRB et IUT. La licence professionnelle ADSILLH vient compléter le panel.

    J'en suis très heureux, mais tout cela revient à construire la pyramide par le haut. La base de la pyramide ce sont les utilisateurs et juste au-dessus les vendeurs, les dépanneurs et les enseignants. C'est à ces niveaux qu'il faudrait maintenant s'attaquer. En effet, il y a plus de 20 ans, j'espérais une diffusion rapide des distributions GNU/Linux mais elles sont toujours confidentielles.

    Pour compléter la base de la pyramide, on peut faire appel aux certifications. Il y a un gros manque de ce côté, surtout en français.
    Chez les enseignants, certains ont voulu évoluer vers des solutions libres et se sont fait rabrouer par leur hiérarchie.

    Comment combler ces manques ? C'est un sujet qui pourrait être traité aux RMLL à Strasbourg. Qu'en pensez-vous ?

    • [^] # Re: Le haut de la pyramide...

      Posté par (page perso) . Évalué à 0.

      Bonjour,
      Commentaire pertinent quant à l'adoption du logiciel libre par le grand public.

      La base ? Pour moi elle se situe surtout à 2 niveaux :
      - La vente liée. Normalement interdite par la loi, l'État ne se bouge pas vraiment pour appliquer cette interdiction, et la plupart des ordinateurs vendus dans le commerce sont vendus avec une licence Windows.
      Si les acheteurs avaient le choix entre un même ordinateur avec une licence Windows, ou du Linux (forcément moins cher), le prix plus bas amènerait plus de monde à ne plus acheter d'ordinateur avec une licence Windows liée.
      - l'éducation. Un enfant qui utilise pour la première fois un ordinateur sous Windows, s'habituera à ce système d'exploitation, et l'utilisera par défaut plus tard. L'éducation Nationale a renouvelé son contrat avec Microsoft pour continuer d'utiliser des licences Windows dans les écoles…
      Le lobbying de Microsoft est beaucoup trop présent (comme beaucoup d'autres malheureusement…)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.