Atelier IPv6 ou le futur de l'internet - Mardi 16 juin 2009 à Rennes

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Benoît Sibaud. Modéré par tuiu pol.
Étiquettes :
7
14
juin
2009
Internet
L'association Actux organise le mardi 16 juin 2009 un atelier sur "l'IPv6 ou le futur de l'Internet" qui commence à 18h30 et se termine vers 20h30.

Il se tiendra au 4Bis à Rennes, à côté des Champs Libres, métro Charles de Gaulle, 3ème étage (accessible handicapés).

L'Internet Protocol version 4 est un des piliers de l'Internet que nous connaissons aujourd'hui. Ce protocole a conduit au développement phénoménal du réseau mondial, mais montre de plus en plus ses faiblesses. Le protocole IPv6, standardisé par l'IETF en 1998, a été créé pour pallier les problèmes qu'a rencontré son prédécesseur, et dont le plus emblématique est la taille de son espace d'adressage : l'IANA devrait être à court d'adresses IPv4 en 2011, et ses délégations régionales un an plus tard. Mais plus de 10 ans après sa naissance, l'IPv6 ne rencontre toujours pas le succès espéré. Quels sont les enjeux qu'amène cette migration inévitable ? Serez-vous les derniers à faire le pas ? Lors de cet atelier, nous rappellerons d'abord le fonctionnement administratif et technique d'Internet, puis nous aborderons les problématiques liées à l'IPv4. Nous verrons ensuite les avancées que propose IPv6, et les débats techniques voire politiques que cela engendre. Nous finirons avec un peu de pratique des outils d'administration réseau sous Linux, et peut-être une connectivité à Internet en IPv6 pour les participants.

Je demande aux participants qui souhaitent pratiquer un peu lors de l'atelier d'installer le paquet "iproute" (déjà présent sur pas mal de distributions, mais vérifiez quand même), et peut-être "tcpdump" pour les plus curieux. Ceux qui sont sous Windows ou MacOS X peuvent également participer, ces systèmes étant déjà prêts pour l'IPv6.

Aller plus loin

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.