Le GNU bientôt dans (tous) les collèges ?

Posté par . Modéré par trollhunter.
Tags : aucun
0
24
jan.
2002
Linux
Le rectorat de Grenoble propose une solution de serveur "prêt à l'emploi" pour les collèges (et peut-être les lycées).

Cette solution est à base de Redhat 6.2 (<troll velu> C'est mieux que rien...</troll velu>) avec entre autres du NAT, SSH, VPN, filtrage web, proxy web cache, serveur dns cache, serveur mail, serveur web, gestion des utilisateurs, MAJ automatisée, administration locale par interface web, ...

Et bien sûr, l'installation est automatisée grâce à une disquette contenant les paramètres du réseau local et de la connexion Internet.
La solution semble commencer à se répandre dans la France (exemple : l'académie de Strasbourg commence à inciter les collèges à passer sous cette solution, mais d'autres académies l'utilisent déjà).

Enfin du Linux dans l'administration française ?

Aller plus loin

  • # Mais....

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Les solutions Linux, c'est une bonne chose. Mais qui va s'occuper de la maintenance de ces serveurs ? Difficile de trouver dans chaque collège des personnes compétentes pour s'occuper de ces outils de façon efficace. En effet, il reste l'étape de la formation, ce que semble oublier nos décisionaires publiques.

    On peut extrapoler ça plus généralement à l'informatique à l'école/collège/lycée: de plus en plus de materiels disponibles mais toujours pas de veritables stages pour former les profs. A quand un CAPES informatique ? ;-)
    • [^] # Re: Mais....

      Posté par . Évalué à 8.

      Mais non, ca fait des années que MS nous repète qu'administrer un système ne nécessite pas de compétence ! ;)

      -> hop, moins beaucoup
      • [^] # Re: Mais....

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Ben faut pas de compétence sur systèmes M$... normal là dessus tu peux rien faire de toute façon.
        La formation reboot est rapide, et accessible à tous.
        • [^] # blagues anti-microsoft

          Posté par . Évalué à -5.

          La formation reboot est rapide, et accessible à tous.

          Comme le faisait remarquer, quelqu'un sur slashdot : "Quand est-ce que qu'ils vont comprendre, que c'est plus drole ce genre de blagues ?"
          Réponse : "jamais, tu est slashdot n'oublie pas !".

          Honnetement, ca devient vraiment lourd a la longue.
          • [^] # Re: blagues anti-microsoft

            Posté par . Évalué à -5.

            Tout à fait d'accord, ca devient très lourd ...
            Et plus je vois ce genre de paroles, plus je me dit que c'est quelquechose d'automatique de dire du mal de microsoft. A la limite, on ne sait même plus pourquoi on le dit, mais on le dit quand même...
    • [^] # Re: Mais....

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      La maintenance n'est pas l'affaire des profs. Comme dit Jean Peyratout http://www.abuledu.org(...) , "est-ce qu'un professeur entretient et répare le chauffage central ?".
      La télémaintenance, ce n'est pas une utopie, et c'est la solution pour maintenir des grands parcs de machines qui demandent un bon niveau de technicité.

      La formation en informatique des professeurs est un autre volet. Il y a une carence évidente de formation, mais c'est une autre histoire et il ne faut pas faire l'amalgame.
      • [^] # Re: Mais....

        Posté par . Évalué à 10.

        yep, je travaille a l'académie de besancon, et ici aussi on a 150 machines sous linux (a base de mandrake) a installer dans les colléges, lycées ..
        Le projet vient de l'académie de dijon :
        http://eole.ac-dijon.fr/(...)
        Apres quelques 'constomisations' , les serveurs tournent tres tres bien
    • [^] # Re: Mais...

      Posté par . Évalué à 10.

      Pourquoi commence-t-on à parler de maintenance quand on bascule sous linux alors qu'avec MS, ce mot n'existe meme pas ?

      Parce qu'avec linux apparait la notion de système, d'interaction importante entre les postes. Mais une fois encore, ce qu'il faut pour les profs, ce n'est pas de la formation à l'administration du système informatique, mais plutot de la formation à l'administration de l'applicatif qu'ils utilisent.

      En plus, avec des pack de solutions clef en main, le paramétrage, la gestion et la mise à jour devient systèmatique, y compris pour du personnel externe.
    • [^] # Re: Mais....

      Posté par . Évalué à 10.

      Il n'y a pas besoin de maintenance sur place, precisement parce que c'est une solution "clefs-en mains", qui est mise automatiquement a jour a distance. Elle peut aussi etre mise manuellement a jour a distance, bien sur.
      D'ailleurs je crois qu'en general personne au lycee ou college n'a le mot de passe root... Enfin il y a une selection tres dure : si ils sont capables de poser la question on leur donne !

      Et pour le troll velu mangeant du redhat 6.2, quelle importance pour un serveur de d'avoir la derniere version ? Du moment que cela marche...

      Vincent
      • [^] # Re: Mais....

        Posté par . Évalué à -10.

        Enfin il y a une selection tres dure : si ils sont capables de poser la question on leur donne !
        Arrête de te la jouer je suis un "dieu de l'informatique et les autres sont des cons", c'est enervant ...
        • [^] # Re: Mais....

          Posté par . Évalué à 9.

          Pfff... OK, j'ai oublie le ;-) ...mais faut pas s'exciter comme ca devant son ecran.

          Il faut etre tordu pour traduire "ceux qui ne savent pas ce qu'est un compte root" par "les cons" !!

          Et en l'occurence le critere de connaitre l'existence d'un compte root est effectivement utilise... C'est un test plutot efficace.
    • [^] # Re: Mais....

      Posté par . Évalué à 10.

      Ta remarque est extrèmement pertinente, mais je vais te donner la réponse (qui t'étonnera certainement) : l'installation du système et l'entretien des machines sera (en tout cas dans l'académie de Strasbourg) assurée par le service informatique du rectorat.

      En fait, ils laissent la possibilité aux collèges d'installer eux-mêmes le serveur (pour l'avoir plus tôt) , mais alors ils n'assurent aucun service technique...

      Effectivement, en ce qui concerne les postes clients, c'est au collège de se débrouiller.

      Mais en ce qui concerne les clients du collège où je suis, vu qu'ils ont une cinquantaine de postes Zin98 (béééhhh), qu'évidemment, c'est pas franchement stable, et que les profs ne sont pas prêts pour Linux, ils ont un système où les images des partoches sont sur un CD bootable -> si une machine merdouille, hop, le cd dans le lecteur, on reboote, on appuie sur entrée pour réinstaller, et 20 minutes + tard la machine est opérationnelle.

      Ensuite, dans le collège où je gère (bénévolement) le parc informatique (je leur avais déjà mis un serveur Linux dans le cadre d'un stage), les enseignants les plus débutants commencent une formation informatique mercredi prochain... puis au fur et à mesure que leur niveau dans le domaine augmentera, les formations deviendront plus techniques, mais aussi plus liées à la pédagogie liée à l'outil.
      • [^] # Re: Mais....

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Je confirme ! Sur Grenoble, ils sont une équipe de 4 (dont 2 enseignants en formation), qui s'occupe de la majeure partie de la maintenance du système.
        Ensuite, au niveau local, d'après l'équipe qui s'occupe de SLIS, il y a, dans les collèges/lycées, toujours au moins une personne qui a quelques heures de décharge pour s'occuper de l'informatique. Sinon, ils comptent sur des enseignants motivés pour gérer l'accès internet, sachant qu'il y a peu de choses à faire pour que ça marche.

        --
        Xavier Teyssier
      • [^] # Re: Mais....

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Chaque serveur nécessite quand même un administrateur local pour gérer les problèmes dépendants du site. Je ne crois pas à la solution de la télémaintenance. Disons plus précisement que ce contrôle à distance prendra en charge 70-80% des problèmes de configuration mais en aucun cas l'ensemble.
    • [^] # Re: Mais....

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Ma copine est educ dans un college de Seine St Denis, et bien
      la salle d'informatique il faut chasser les toiles d'araignée pour
      y acceder.
      Il y a bien des PC tout neuf, mais pas de logiciels et surtout pas
      de motivation (et formation) des profs pour utiliser cet outils.
      Le college est cablé mais personne ne mettera les ordi en reseau,
      alors linux ou microsoft, les eleves en sont reduit a jouer
      au solitaire pendant les heures de perm'

      Ce n'est peu etre pas le cas dans tout les bahuts, celui la est dans une
      zone defavorisé, mais le maire ne veux pas le faire classer
      en ZEP car ca ferait 2 colleges dans ce cas dans sa commune...resultat
      moins de 40% de reussite au brevet des colleges...Alors Linux ou
      Windoz...
      • [^] # Re: Mais....

        Posté par . Évalué à 7.

        La solution pour ces colleges, c'est de prendre un/des stagiaires de BTS/DUT/IUP d'info.
        Perso, j'ai fait mon stage de fin d'IUT dans le college dont je parle, et c'est moi qui ait tout mis en reseau (et a l'epoque, il n'y avait pas le SLIS)

        Un stagiaire est gratuit, peut apporter beaucoup, mais aussi apprendre beaucoup avec un stage comme celui-ci (la, je parle de mon vecu)

        Hop, moins 1 car hors-sujet
    • [^] # Re: Mais....

      Posté par . Évalué à 7.

      Vu que mon Lycée à ce système.
      300 PC en réseau, avec l'accés au net pour tous
      gràce à ce systéme.

      Je peux te dire que :
      1 - L'administration du systéme ce fait entiérement
      via un browser Web.
      2 - Pour ce qui est de l'évolution ou des upgrades
      tout ce fait à distance la nuit.
      3 - Ce systéme est trés fiable, seul petit hic
      c'est l'ext2 lors d'une panne éléctrique. Je pense
      qu'ils mettront ext3 dans les prochaines versions.
  • # En Aquitaine aussi

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Mon petit doigt m'a dit qu'il se passait des choses analogues du côté de l'académie de Bordeaux.
    La région des RMLL/LSM n'a pas dit son dernier mot ;-) Grenoble et Bordeaux font depuis longtemps la course en tête.
    C'est une très saine compétition, pourvu qu'elle dure et que d'autres viennent les rejoindre.
    • [^] # Re: En Aquitaine aussi

      Posté par . Évalué à 10.

      Grenoble et Bordeaux font depuis longtemps la course en tête

      En es tu vraiment sur ? A bx, le rectorat n'incite vraiment pas à passer sous linux, vu que ce qui est préconisé au niveau des lycées c'est la solution solstice qui tourne sous winNT. Et puis lorsqu'on fait un tour sur le site des tices de bx on est sacrément déçu. Creteil ou Caen ont certainement une longueur d'avance.

      De toute façon, l'education nationale est totalement centralisée au niveau des décisions, donc sans obligation expresse du ministère d'utiliser du libre, ça ne changera pas beaucoup. Il manque aussi de véritable postes d'admin, pas en tant que prof mais en tant que fonction à part entière. Et pour ça il faut ouvrir une voie de concours et créer la fonction officiellement, ce qui incombe encore une fois au ministère.
  • # Fiabilité

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    C'est vraiment très bien, ça va pouvoir faire progresser linux à l'école. A quand le passage des postes de travail sous Linux ?

    Je me pose juste une petite question : au prix où coûtent les disques dur maintenant, il n'est pas possible d'avoir un support du RAID1 en option, au moins en logiciel, ou alors un système de sauvegarde automatique des données sur un deuxième disque régulièrement (la nuit par exemple)? C'est quand même un serveur, et il y aurait des données importantes de perdues en cas de problème. D'autant que vu la configuration minimum nécessaire, ça peut tourner sur du vieux matériel, et donc il peux y avoir des problèmes.

    Je suis sûr que certains en profiteraient pour dire : "C'est la faute à Linux ça !"
    • [^] # Re: Fiabilité

      Posté par . Évalué à 10.

      En ce qui concerne les sauvegardes des fichiers, ils proposent en effet une solution à base de Samba, mais ils déconseillent de l'utiliser.
      Ils estiment que la passerelle et le serveur de fichiers doivent être 2 machines séparées.

      Donc si on suit leurs instructions, il n'y aura aucune donnée importante sur le serveur SLIS
      (juste la config, et les MAJ automatiques, puis ptet les url interdites).
  • # A propos de troll velu

    Posté par . Évalué à 8.

    > Enfin du Linux dans l'administration française ?

    Je ne suis pas sûr que s'amuser nous-même à colporter la légende qui veut l'administration ou les universités françaises ne roulent qu'au Microsoft aide beaucoup la percée des logiciels libres...
    • [^] # Re: A propos de troll velu

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Quelle légende ?
      J'ai jamais vu un Linux dans une administration.
      • [^] # Re: A propos de troll velu

        Posté par . Évalué à 4.

        > Quelle légende ?
        > J'ai jamais vu un Linux dans une administration.

        Faudrait peut-être suivre les news et les commentaires : on en a parlé il y a deux ou trois jours, et Linux dans l'administration, c'est loin d'être un mythe (cf. La news intitulée "Le libre en entreprise" et datant du Vendredi 18 Janvier à 13:22) !
        • [^] # Re: A propos de troll velu

          Posté par (page perso) . Évalué à -2.

          Si je croyais tout ce que disent les journaleux, je croirais que M$ c'est un mécène bienfaiteur de l'humanité, et qu'il n'y a pas d'alternative à windows...
          Anyway, entreprises != administrations

          A bon entendeur...
          • [^] # Re: A propos de troll velu

            Posté par . Évalué à 1.

            >Anyway, entreprises != administrations

            Excuses, mais je parlais des commentaires qui ont suivi cette news, car même si je fais la différence que tu évoques si justement, il n'empêche qu'on en a parlé (du libre dans l'administration).
      • [^] # Re: A propos de troll velu

        Posté par . Évalué à 10.

        pas de linux dans l'administration?

        je crois qu'il y a eu pas mal de news la dessus annocant la volonté du gouvernement d'en mettre dans toute les administrations
        Le projet a commencé en 2000, les etudes se sont terminee en 2001 et le deployement est pour 2002
        L'etat français a investit bcp d'argent dans ce projet
        Plusieurs portails gournementaux existes:

        http://www.atica.pm.gouv.fr/(...)

        Donc non ce n'est pas une question de legende mais de temps pour que ce projet puisse etre deployé
      • [^] # viens faire un tour ou je travaille..;

        Posté par . Évalué à 6.

        j'ai reussi a faire installer deux postes -il faut un debut a tout - sous nux -un ils ont installe une mdk 8.1 et une red hat, cela prends son temps mais on y arrive
      • [^] # Linux dans les administrations

        Posté par . Évalué à 8.

        J'ai été vacataire saisonnier dans une adminstration, et j'ai l'impression que le problème à la base c'est qu'il y a très peu d'informaticiens par rapport à l'ensemble du personnel.

        Franchement, par rapport à leur informatique Mainframe Bull, installer un SQL-server c'est déjà un gain énorme ! Je sais que vous n'aimez pas MS, mais au moins un SQL-server on sait comment communiquer avec alors que le mainframe bull ... d'ou des doubles saisies parce personne n'est capable de faire communiquer les applications entre-elles
        • [^] # Re: Linux dans les administrations

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          >et j'ai l'impression que le problème à la base c'est qu'il y a très peu d'informaticiens par rapport à l'ensemble du personnel.
          Le problème, c'est que compte tenu de la pénurie, un informaticien trouve vite du boulot et mieux payé que dans l'administration => peu de fonctionnaires informaticiens.
          • [^] # c vrai et c pour ca que...

            Posté par . Évalué à 3.

            je fais une double formation, a la base, je suis archeologue -enfin an passe d'etre archeo, j'ai un dea et j'ai de l'exp de terrain par contre je n'ai pas -et je ne l'ai pas cherché encore a l'être- engagé comme tel. Il est clair que seul "l'administration" peut m'engager dans ce domaine, univ, cnrs d'archeo, sra, service muni-tres rare ceux la-, afan... et en plus je fais une formation d'info _pour l'instant bts info options dev. d'appli, mais je pense poursuivre apres. Ce qui fait qu'une fois toutes mes études fini, j'aurai la double comp, ce qui fait qu'en m'engageant ils engage un vrai info -et qui un nunuxien -et une moule qui plus est-- ce qui est apprécié, je le voie bien. Pour l'insatnt je ne connais qu'une seul personne dans ce cas, il a 50 ans et travaille a l'ecole francaise d'athene... c donc rare.
            et c ainsi que je compte faire rentrer linux dans une certaine partie de l'admin mais chacun fait la où il peut..
          • [^] # [OFT]: Pénurie d'informaticien [was Linux dans les administrations]

            Posté par . Évalué à 1.

            Le problème, c'est que compte tenu de la pénurie
            Quelle pénurie bon sang de bonsoir?

            Faisons un paris, tu est étudiant et tu n'a jamais cherché de boulot !

            Je te signale que la période de pénurie c'était jusqu'a Mai 2001. C'est fini maintenant les beaux jours de l'informaticien surpayés.

            Aujourd'hui en SSII, c'est zéro recrutement de jeune diplomé (et si ils pouvaient virer des mecs ca les arrangerait bien, d'ailleurs les périodes d'essais de la rentrée elles ont durée 2 jours au grand maximum). Et va parler de "pénurie" à mon copain Télécom qui cherche toujours du boulot depuis Septembre.

            Aujourd'hui pour un jeune diplomé Informaticien, trouver du boulot c'est 3-4 mois de recherche en moyenne, et pour un télécom j'en parle pas (au minimum 6 mois) !!!
            • [^] # Re: [OFT]: Pénurie d'informaticien [was Linux dans les administrations]

              Posté par . Évalué à 3.

              "trouver du boulot c'est 3-4 mois de recherche en moyenne, et pour un télécom j'en parle pas (au minimum 6 mois) !!!"

              <mode mauvaise langue>
              Il recherche un emploi particulier ton pote ou c'est parce qu'il refuse de travailler en dessous de 300kf?
              </mode mauvaise langue>
              • [^] # Re: Pénurie d'informaticien

                Posté par . Évalué à 0.

                Il recherche un emploi particulier ton pote ou c'est parce qu'il refuse de travailler en dessous de 300kf?
                Je vois que tu n'est pas vraiment au courant de la situation actuelle du marché du travail.

                Etant diplomé de l'ISMRA, école d'ingénieur publique de type ENSI, classé 40ème meilleure école d'ingé dans le classement du nouvel economiste (OK c'est bidon ce classement, mais c'est pour eviter que tu pense que c'est ma formation qui est "spécialement" sinistrée), j'ai déja un collègue de promo qui s'est vu proposé 160 KF par une SSII, et 185 Kf par une autre (alors qu'il y a encore 6 mois celles - ci recrutaient à tour de bras de 210 minimum).
                Alors pour les 300 KF tu repassera ...

                D'ailleurs je te conseille de visualiser le taux d'intercontrat ici http://www.01net.com/rdn?oid=173248.(...) Tu vera que jusqu'à Mars 2001, l'offre d'ingénieur était en dessous des 100 % de la demande (on pouvait à l'époque parler de "pénurie"), mais enfin la situation à changé depuis : offre = 300 % de la demande aujourd'hui.

                Dans, ses conditions une SSII serait bien conne d'engager un jeune diplomé alors qu'elle perd déja beaucoup d'argent avec des bonhommes en intercontrat qu'elle paye à ne rien faire faute de pouvoir leur trouver un employeur. Sauf, si elle peut l'avoir à un tarif défiant toute concurrence ... d'où le chantage du type : si cela vous plait pas de bosser pour 185 KF, il y en a d'autres qui attendent dehors.
                • [^] # Re: Pénurie d'informaticien

                  Posté par . Évalué à 1.

                  On s'est mal compris. Quand je parlais de 300kf j'etais ironique. Je pensais que qd tu disais "mon copain Telecom" tu faisais reference a un ami qui avait fait l'int comme ecole et non l'option telecom d'une ecole d'inge classique. Souvent les gens issus de ce type d'ecole (x, centrale etc...) ont une vision que je trouve un peu trop elitiste et qd je les entends parler c'est "pas en dessous de 260kf" pour un premier emploi. 185kf en province (a paris un peu juste, sauf si job interressant) ca me semble correct pour une ensi. Y'avait des abus ya pas longtemps, la ca s'est calme et ya des abus dans l'autre sens. C'est un peu triste. Cela dit chercher depuis plus de 6 mois dans l'info ca me parait bizarre (meme si je suis plus a l'ecole depuis un certain temps, je frequente encore pas mal de gens du milieu qui sont rentres recemment dans la vie active ou ont change de job), il refuse de travailler a 180kf ou il trouve vraiment pas de taf qui lui convienne? Car apres tout pourquoi pas faire cela en attendant mieux? C'est ptet preferable a avoir un gros trou sur le cv?
    • [^] # Re: A propos du troll velu

      Posté par . Évalué à 1.

      D'autant plus qu'il me semble qu'on a déjà évoqué ce sujet il y a quelques jours à propos d'une news concernant justement Linux dans l'administration.
      AMHA, faut éviter ces vieux clichés qui n'ont plus cours : M$ -> Ca pue, Linux -> C'est koules.
      Ca y est, on a compris. C'est pas en le rabachant qu'on fera avancer les choses. L'action est sûrement plus enviable à ce colportage ; ce qui n'empêche pas de féliciter des passages à Linux menées à bien.
      Faut pas oublier qu'à force de dénigrer M$, y'en a qui vont finir par se trouver une vocation de résistant ou d'avocat du diable, et qui ne passeront pas sous Linux (quel domage, d'ailleurs) simplement pour ne pas faire comme tout le monde. De même qu'au début de Linux, y'a plein de gens qui ont franchi le pas, simplement parce que ça ne marchait pas, et qu'ils voulaient essayer et (peut-être) trouver pourquoi !
  • # Il ne faut pas oublier les autres

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Notamment la première distribution de ce type qui a été crée en haute-savoie :
    http://www.pingoo.org/(...)
    et bien sur abuledu (qui est certes plus qu'un serveur de communication) http://abuledu.org/(...) qui est utilisé en Aquitaine, un peu partout en france, et aussi à l'étranger (Belgique, burkina faso, madagascar, japon, etc...)
  • # enfin

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    Perso, je trouve que c'est une bonne idée de mettre des serveurs linux dans les collèges. A quand les postes clients sous linux ?
  • # Au sujet du troll

    Posté par . Évalué à 8.

    J'ai assiste a la premiere presentation de Bruno a une reunion de la GUILDE :

    http://www.guilde.asso.fr/guilde/reunions/cr981210.html(...)

    et la raison du choix de la distribution RedHat a l'epoque etait motivee par le fait qu'il etait fourni nativement un logiciel de replication d'installation (que Debian par exemple ne propose que maintenant) ce qui est l'essence meme du projet pour faire installer un serveur a un neophyte.

    PK, sans accent
    • [^] # Re: Au sujet du troll

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      La MDK à un moment proposait aussi de faire une disquette permettant de répliquer l'installation... Je sais pas si c'est toujours le cas.
      La réplication d'install c'est effectivement un vrai besoin pour le déploiement de ce système en entreprise et écoles et administrations.
      • [^] # Re: Au sujet du troll

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        ****************************************************************************************************
        PROGRAMME ALIMENTAIRE MONDIAL POUR LES PAUVRES TROLLS QUI ONT FAIM
        ****************************************************************************************************
        sous debian je pense qu'il suffit, pour passer au stade industriel de :
        -make-kpkg
        -dpkg --get-selections
        -dpkg --set-selections
        -un mirroir apt sur le LAN
        • [^] # Re: Au sujet du troll

          Posté par . Évalué à 4.

          C'est rate ton anti-troll...

          Quand Bruno a fait son speech, on etait en 1998... apt n'etait pas connu a l'epoque sous Debian. On devait a peine geler la Slink (premiere entree de apt sous Debian) a l'epoque. Et Bruno a bosse sur le projet bien avant cela...

          Il n'etait pas question d'alimenter un quelconque troll mais de repondre a la question "Pourquoi le choix de telle ditribution".

          En plus, ici, pas question de LAN ; on fait installer un serveur complet et fonctionnel par un gars qui sait mettre une disquette et un cederom dans la machine : c'est tout...

          PK, sans accent
        • [^] # Re: Au sujet du troll

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          > un mirroir apt
          7 ans de malheur...
      • [^] # Re: Au sujet du troll

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Bien sûr que ça fonctionne ! C'est d'ailleurs avec ce principe qu'un instituteur normal peut informatiser son école en moins d'une heure avec ABULEDU http://www.abuledu.org/.(...)
        De plus, le fichier généré au moment de l'installation peut être édité à la main selon la plus pure tradition unixienne.
        D'un point de vue industriel ( où le temps et les délais sont comptés) on peut penser que Mandrake est de 10 à 100 fois plus rapide à installer, configurer et mettre en exploitation que tous les Unix (Sun, HP, IBM...).
        Je vous parle d'expérience. Ca s'est passé dans une très grosse boite qui travaille dans le spatial.
  • # Deux détails concernant la news

    Posté par . Évalué à 6.

    D'une part, je n'ai pas vu dans l'article qu'on parlait de SSH (qui, je vous le rappelle, et jusqu'à preuve du contraire, est toujours interdit puisque qu'aucun texte n'a été publié). Il me semblait étonnant que l'éducation nationale utilise SSH... de façon officielle.

    Deuxième chose : pour l'administration distante, ces messieurs utilisent VNC. Deux possibilités : soit ils ne connaissent pas X11 et la déportation de DISPLAY, soit les admins utilisent des stations qui ne connaissent pas X11 de façon native... Vous voyez où je veux en venir ? Les admins auront des stations Windows pour administrer des Linux, et là, il y a quelque chose qui m'échappe... A mon avis, si les admins ne s'impliquent pas pleinement dans Linux (c-à-d : utilisent eux-même une station Linux), je doute de la pérénité du projet.
    • [^] # Re: Deux détails concernant la news

      Posté par . Évalué à 2.

      L'auteur voulait ptet dire SSF, surement du a une faute de frappe ;-)
    • [^] # Re: Deux détails concernant la news

      Posté par . Évalué à 5.

      En ce qui concerne le SSH , ils en parlent sur leur site : http://slis.ac-grenoble.fr/jres2001/html1/txt009.html(...)

      Je ne pense pas qu'SSH soit interdit, en tout cas on l'utilise dans ma fac... (maintenant, je reconais ne pas en savoir plus à ce sujet)

      Pour l'administration distante, ils parlent efectivement de VNC, mais aussi de SSH et de VTUN.

      Je suis aussi d'accord avec toi pour dire que les admins doivent s'investir dans Linux pour administrer ce système, mais le choix de VNC est peut-être un choix de facilité, et puis, si un admin veut absolument être sous Zindows, il pourra très bien installer un serveur X et se connecter depuis son Zin. Donc ton argument ne tient pas très bien la route.

      A part râler parceque les concepteurs laissent le choix aux futurs administrateurs en ce qui concerne leur plateforme de travail, je ne vois pas trop où tu veux en venir ?

      Le problème du non-choix, c'est que ca mène vite au monopôle, et ca ralentit la créativité...
    • [^] # Re: Deux détails concernant la news

      Posté par . Évalué à 2.

      Pour le ssh, si il n'y a pas de texte paru il n'y a donc rien qui interdit, non ? je ne sais plus quelle est le niveau de cryptage utilise...

      Pour l'administration distante, je crois que vnc est une solution plus generale que la deportation du DISPLAY, car elle marche vraiment entre tous types d'ordinateurs. C'est donc une bonne idee d'avoir un savoir-faire avec vnc car c'est reutilisable pour beaucoup d'autre choses que l'administration sous linux.
      En outre pour passer un firewall avec de l'X, tu vas avoir des problemes (sauf avec ssh -R...), alors qu'avec vnc

      Et je peux te rassurer pour connaitre bien quelques personnes a l'academie de grenoble, l'implication dans Linux est bien la !

      Vincent
      • [^] # Re: Deux détails concernant la news

        Posté par . Évalué à 1.

        Pour le ssh, si il n'y a pas de texte paru il n'y a donc rien qui interdit, non ? je ne sais plus quelle est le niveau de cryptage utilise...

        Justement, aucun texte ne révise la dernière législation qui plafonnait la taille des clefs à 128 bits. Or SSH utilise comme méthode de repli (si aucune autre méthode n'est dispo) un 3DES (donc 3*56 bits, ce qui est supérieur à 128 bits). Dommage, donc. C'est également la raison de l'existance en France de SSF...
  • # Enfin y'a encore du boulot.

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    Bonne nouvelle tout ça, mais pas mal de prof considèrent encore windows+office comme la norme, voir le standard imposé.

    Pour preuve un bouquin de dunod que je viens de trouver dans la médiathèque de mon école. Titre du bouquin : "L'utilisation de l'informatique pour étudiant", sous titre "avec word, excel, outlook, access et internet explorer", tout ça rédigé par un prof de bts et dut. Dedans ce n'est pas autre chose qu'un petit guide d'office.

    Pauvres étudiants.
    • [^] # et encore...

      Posté par . Évalué à 3.

      au bts d'info 2eme annee avec le cned, le cours d'archi logicielles c simplement un truc court aperc ude quelques "solutions" de microsoft pour l'archi log, et rien de plus, donc cours d'archi log qui ne vaut rien.
  • # académie d'amiens

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Dans l'académie d'Amiens, ça y est c'est la grande folie Linux qui nous envahie.
    Mais apparemment depuis qu'ils ont migré vers nunux, les accès aux serveurs ne fonctionnent plus !

    Les migrations ne sont pas toujours simple apparemment !

    Dans le lycée où je suis on a une machine linux pour gérer tout ce qui est commnications avec l'extérieur, mais pour tout ce qui est à l'intérieur on passe par un serveur NT et des machines clientes windows 98.

    Ceci a une certaine logique. Logique que je regrette mais qui est réelle.

    On forme les élèves aux logiciels d'entreprise.
    On les forme aux logiciels les plus courants: ciel et autre microsoft office que l'on retrouve aujourd'hui dans le monde de l'entreprise.

    Les profs qui utilisent l'informatique sont en général limités à word et excel et parfois frontpage.

    Et les profs motivé par nunux, il y en a peu, et ils n'ont pas vraiment la possibilité de l'utiliser pour des raisons de manque de logiciel pour travailler.
    Comment je gère mon interface GTS depuis linux. Je m'y connais un peu, mais pas assez pour progammer un truc capabe de récupérer les ports d'E/S et avec un interface simple à utiliser par les élèves.

    sous linux, il n'y a pas encore de logiciel qui permet de faire des supers molécules en 3D, ni regressi et autre machin bien utile.

    c'est en cours, mais ce n'est pas encore là. alors on fait quoi ?
    On passe sous linux et on ne trvaille plus pour cause de linuxite aigue ?
  • # Rumeurs et verites

    Posté par . Évalué à 8.

    Hello!

    Je suis content qu'une discussion sur SLIS ai lieu sur linuxfr.
    J'y vois beaucoup de choses vraies mais aussi quelques incomprehensions.
    Je vais essayer d'éclaircir quelques points:

    - Le titre du message: "Le GNU bientôt dans (tous) les collèges ?"
    Oui, et aussi dans les lycées et les écoles. Ce qui représente environ 4000 sites rien que dans l'académie de
    Grenoble! Nous n'en avons fait que 10%...

    - Au sujet du choix de RedHat:
    Je n'entre pas dans la guerre des distribs.
    Comme surement beaucoup d'entre vous, je suis tombé dans Linux quand j'étais petit. Kernel 1.0.kkchose...
    J'ai commencé avec Slackware, puis un jour je me suis interessé à RedHat que j'ai trouvé très bien techniquement (j'ai commencé avec la 5.0). Je connais bien RedHat aujourd'hui, mais je n'ai que des considérations techniques, je n'ai pas le temps de m'interresser aux aspects commerciaux ou phylosophiques. Chaque distribution a ses points forts et ses points faibles. Je ne pense pas qu'il y en ai une mieux qu'une autre. Simplement, il y
    a ce que l'on connais et ce que l'on ne connais pas. Je pense que bien connaitre une distrib, et surtout bien
    connaitre ses défauts, c'est mieux que de ne pas bien connaitre une distrib qui n'a pas de défauts et qui n'existe pas. De meme, bien connaitre une seule ou 2 distribs, c'est mieux que d'en avoir survolé plein. Ceux qui
    ont le temps d'étudier à fond toutes les distribs sont surement très forts et j'aimerais etre comme eux.

    - Au sujet du choix de RedHat (mis a part ce qui est au dessus):
    En plus de cela, il est vrai que kickstart a été inventé par RedHat, et qu'au début de SLIS, aucune distrib n'avait de système similaire. Sans kickstart, il n'y aurai peut etre jamais eu SLIS, car le fait que l'installation se fasse toute seule a été un argument très important lorsqu'il a fallu "vendre" linux dans notre communauté.

    - Au sujet du Troll vellu (la 6.2):
    Je pense que beaucoup savent que la 5.0 etait pleine de bugs, la 5.1 un peu moins, et la 5.2 était stable. Cela a fait pareil pour la 6.0, la 6.1 et la 6.2. J'ai donc choisi, en toute logique, d'attendre la 7.2 avant de
    faire une nouvelle version de SLIS. Nous avons commencé le developpement sur la 7.2. Mais parfois, je me demande pourquoi, car pour ce que nous faisons avec SLIS, la 6.2 marche très bien. Non, mais c'est vrai cependant,
    le passage à ext3 va etre un gros plus, de meme que le support de materiels recent.

    - Au sujet de la distrib (encore):
    Je n'ai pas peur de changer de distribution, si cela devient necessaire. SLIS est aujourd'hui essentiellement
    basé sur PERL, PHP, POSTGRES et BASH... Mais quitte à faire un effort de changement, je crois que je passerai
    carrément sur BSD, ou encore pourquoi pas The Hurd? Ce sera beaucoup plus interessant, et j'en aurais peut-etre ainsi fini avec les querelles de distribs.

    - Au sujet de SSH:
    Depuis peu, une mise à jour a installé openssh sur tous les SLIS (coté serveur). Avant, nous utilisions ssfd,
    mais il y avait un trou de sécu à corriger. Passer a sshd au lieu de ssfd me parait plus simple a maintenir. Mais coté client, nous continuons à utiliser ssf, pour ne pas avoir d'ennuis avec la loi...

    - Au sujet de VNC:
    Qui a pu croire que nous utilisions VNC pour maintenir les SLIS?!! Non, franchement, notre outil est BASH. Nous l'utilisons via SSF ou via les scripts de mise à jour téléchargés en différé par RSYNC.
    SLIS possède une fonction qui permet de faire une redirection de port assez facilement pour pouvoir utiliser VNC depuis l'exterieur afin d'atteindre une machine de l'intranet (derrière le SLIS, typiquement sous Windaube) par VNC. Ce n'est pas la meme chose!

    - Au sujet de la maintenance:
    Le but de SLIS est que tout ce qui est maintenance compliquée, unixienne, est faite à distance (BASH, SSF, etc...). Nul n'a besoin de se soucier dans l'établissement des ports que filtrent leur firewall (sauf cas particulier ou personne qui s'y connais dans l'établissement), des mises à jour de sécurité qui sont faites automatiquement pendant la nuit, des plantages de squid (sauf que pour eux, cela ne marche plus et ils nous appellent,
    mais des fois on a réparé avant qu'ils ne s'en soient apercus grace à la supervision). Personne d'autre que nous, équipe systeme du rectorat, n'a le mot de passe root des SLIS. Pour les établissements, ne pas avoir le mot de passe root, c'est leur garantie que s'il y a un problème, c'est de notre faute et pas de la leur.

    - J'ai surement beaucoup d'autres choses à ajouter, mais le devoir m'appelle...

    A bientot!!

    Bruno
    • [^] # Re: Rumeurs et vérités

      Posté par . Évalué à 1.

      Je ne vais pas tout reprendre ce qui est dit dans le message de bzizou, mais souligner quelques points. Dans l'Education Nationale la situation est très contrastée, pas seulement en ce qui concerne Linux, mais du point de vue de l'équipement et de l'usage des machines et programmes informatiques. Cela est vrai à l'intérieur d'un même établissement. Il faut rajouter à cela la disparité de statut entre école, collège, lycée et université, car les autorités de tutelle (donc la pompe à finance) sont différentes selon l'établissement (c'est la ville qui gère matériellement les écoles, le département pour le collège, la région pour le lycée et l'État pour l'université. Les dotations en matériel, et les standards définis à ce niveau ne sont pas uniformes). Il faut enfin ajouter la disparité dans le dynamisme et la compétence des acteurs sur le «terrain». Je connais deux collèges qui disposent d'installations Linux de "la bombe de la mort qui tue", où une seule (compétente) personne pilote son affaire en toute sérénité, ayant été à l'initiative du cahier des charges, etc. J'en profite pour dire que la télémaintenance avec externalisation du service me paraît être une solution adéquate dans l'Éducation Nationale pour une raisn simple : un professeur professe et si en plus on lui donne la charge du réseau, c'est lui qui entendra les nombreux «ça imprime pô! cé la faute à Henry qu'est sur l'internet»; jamais on ne verra le Ministère de l'Éducation Nationale payer un ingénieur réseau pour régler TOUS les problèmes, d'autant que souvent des applications spécifiques plantent, qui ne sont connues que par le professeur de biologie.
      Tout le monde cherche l'automatisation de l'administration du réseau dans un environnement d'usagers non professionnels - que j'appelle environnement à haut risque, y compris parce que les câbles sont débranchés - (vu qu'il s'agit la plupart du temps d'exercer des élèves de tous âges à des tâches variées, sur des machines qui se trouvent de fait devoir être polyvalentes). Il existe donc 2 problèmes :
      1) les services réseau, dont le cahier des charges doit être élaboré en concertation avec des professionnels extérieurs à l'établissement;
      2) les applications, qui présentent, on l'a dit, un frein à l'homogénéité du service, car elles obligent à passer par un protocole comme SAMBA, mais surtout parce qu'elles viennent d'un univers ou stabilité et fragilité, absence de sécurité, sont de mise.
      Il est évident que seuls les utilisateurs sont en charge du choix des applis, mais c'est là où ça devient difficile, car il n'y a pas homogénéité des savoir-faire et des connaissances en ce domaine : les personnels ignorent aussi bien StarOffice que Word. Parfois ils veulent un programme qui passe du français au chinois et inversement(en langue 3). Un autre, pour le même parc de machine dans la même salle voudra étudier et faire produire des graphiques en extrayant des bases sur CDROM sous Win/Mac; et ainsi de suite.
      Sur les services réseau, ils faut qu'ils soient transparents.
      Dans mon lycée, on a choisi une solution RH 6.2 (eh! oui! je préfère Debian, mais IBM certifie les serveurs avec Red Hat), sur serveur Netfinity, le tout avec des wagons répartis en 3 sous réseaux de 10 machines chacun. Le serveur distribue la connexion internet et les applications communes (comme l'encyclopaedia universalis et autres BCDI =><troll> je rappelle qu'il n'y a rien d'utilisable pour ce public en libre qui soit véritablement développé</troll>.
      On a choisi une solution simple, voici déjà 1 année 1/2. Chaque poste se lance à la vitesse de la lumière sur une partition win (on ne voit pas le dual boot) qui contient l'image dézippée d'un gros fichier-répertoire bzippé sur /var. On peut transformer le contenu de ce fichier par un script, après nettoyage de l'image windoze; on installe les applis, vire les virus, les fichiers /tmp et on backup notre partition win sur linux. Toutes les semaines, voire plus souvent, quelqu'un passe et au démarrage de la machine, appuie sur la touche tab et entre la commande login: restore password:restore (commande très difficile à mémoriser ;-)).
      Le système redéveloppe une install propre de win (donc pas besoin d'antivirus, sauf si on ne dévérole pas à fond un win qu'on sait vérolé), et la maintenance de la couche win se fait comme cela.

      Avantages : personne n'y connaissant rien on apprend 2 gestes qui sauvent + 1 troisième : la disquette de restauration en cas de gros pépin.
      Inconvénients : si, pour des raisons X ou Y vous avez affaire à une administration qui ne suit pas vous vous retrouvez avec un beau réseau sans maintenance ou embryonnaire. C'est ce qui arrive dans le lycée, depuis que l'administration a été incapable de nouer des liens commerciaux simples avec la boîte linuxienne qui nous a concocté ce beau bijou (aucune panne en 1 an). On peu sans doute trouver des compétences au CRDP, ou ponctuellement, mais comme le dit bzizou, il vaut mieux que les mots de passe root soient entre les mains d'un expert.
      En résumé notre installation a été faite à un moment où Linux laissait dubitatif les «experts». Maintenant on parle des serveurs SLIS ou de PINGOO, mais en réalité la question reste celle de la maintenance (et donc de la formation des personnels) au plan des services réseau (comptes, etc.) et des applications. L'hétérogénéité, via Samba, n'est pas une solution viable et la formation actuelle officielle proposée en maintenance réseau est proposée pour ... Win/NT. Linux n'est donc pas attendu à bras ouvert d'autant plus que les logiciels qui pourraient remplacer M$ sont méconnus ou peu ou pas utilisés (nous utilisons la version Win de StarOffice, pour des raisons de coût de licence).
      Cela dit, la fonction publique ne se résume pas à l'Education Nationale; je crois savoir qu'une partie de la Caisse des Dépôts et Consignations est sous Linux, et que le futur Musée des Arts Premiers serait aussi sous pingouin.
      En résumé, selon les établissement la logistique est tellement lourde, les relations humaines tellement préhistoriques qu'à part dans un petit établissement rural, je ne vois pas comment un enseignant pourrait gérer efficacement un bon réseau à tout faire y compris le café. on a vraiment besoin d'experts réseau, mais aussi d'applications géniales (je pense à quelque chose comme LyX en unicode), et surtout de quelque chose qui fait défaut : la possibilité pour les décideurs de voir, comprendre et apprécier un outil solide et fiable au plan de la sécurité.
  • # Quand s'inquiètera-t-on de la distribution...

    Posté par . Évalué à 0.

    Suis-je donc le seul à hurler quand on me dit que la RedHat sera utiliser dans les collèges et les lycées. Suis-je le seul à comprendre que les distributions commerciales ont des impératifs commerciaux à remplir et n'hésite pas pour cela à distribuer des versions beta sans trop ébruiter leur caractère instable ? Il serait peut être temps de se poser certaines questions.

    D'autre part en ce qui concerne la simplicité d'administration, et au moins en ce qui concerne l'administration des paquets, ce n'est pas chez RedHat qu'on va trouver les meilleures solutions... (aurais-je en tête une distribution en particulier ?)

    Et maintenant le coup final : debian est interressante certe mais il y a encore plus adaptable : ça s'appelle LFS c'est très compliqué, il faut être intelligent pour l'installer mais au final, l'utilisateur (qui n'est pas censé être celui qui installe) s'y retrouve : il a un outil qui a été conçu pour ses besoins.
    • [^] # Re: Quand s'inquiètera-t-on de la distribution...

      Posté par . Évalué à 2.

      Tu peux nous expliquer pourquoi cela te fait tant hurler?

      Les impératifs commerciaux n'ont pas forcément que du mauvais, enfin, il me semble.
      Le jour où RedHat nous demandera de l'argent, là, oui, on s'inquiètera, et on changera vite fait de distrib, t'inquiète donc pas...
      Et comme je le disais, on changera peut-etre carrément d'OS, car yen a marre des querelles des distribs...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.