Les collectivités locales européennes veulent plus de libre

Posté par . Modéré par Florent Zara.
Tags : aucun
0
4
nov.
2005
Communauté
Selon une récente étude commandée par l'Union Européenne, les administrations des collectivités auraient, à hauteur de 49%, déjà installé des logiciels libres.
L'étude montre même qu'elles utilisent (29%) des logiciels comme Apache, MySQL ou encore GNU/Linux (mais parfois sans être au courant qu'il s'agit de logiciels libres !).

Encore plus encourageant, 70% des utilisateurs du libre et 38% des non-utilisateurs souhaiteraient utiliser plus de logiciels libres. Et finalement, c'est plus de 50% des personnes souhaitant une utilisation plus abondante qui veulent une migration totale vers le libre de leurs systèmes d'information et de leurs postes utilisateurs.

Le rapport donne également un aperçu détaillé du taux d'utilisation des grands noms du libre, comme OpenOffice, Mozilla et autre. On remarque que, autant pour les serveurs que pour les PC de bureau, le libre fait une percée.

Alors que les dépêches montrant que les administrations publiques se tournent de plus en plus vers le libre, cette étude donne une bonne synthèse de l'idée et confirme que cette vague est en bonne marche. Le rapport conclut sur une note plus que positive en affirmant que le libre va continuer à progresser et que ce n'est pas un mal !

Aller plus loin

  • # Pourquoi ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Prem's !... nan, j'rigole.

    Pourquoi cette étude a été commandée ? Quelles seront les conséquences de ces résultats ? Une favorisation du Libre ?
  • # Disparités

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Ce qui m'a le plus intrigué dans cette étude, ce sont les disparités entre certains pays. De la page 49 à la page 58 du rapport original, on peut se demander si les gens des différents pays parlent du même sujet. Cela provient sans doute d'un manque criant d'information dans certains pays ou d'expériences plus ou moins heureuses avec certains logiciels.

    Je pense donc qu'il faut être très prudent pour exploiter ces chiffres. Toutefois, je crois qu'il serait très intéressant de refaire la même étude statistique plusieurs années de suite pour en connaître l'évolution. L'étude de l'évolution serait beaucoup plus intéressante que ces chiffres qui, vraisemblablement dûs à des raisons locales, ne peuvent que difficilement être interprétés.

    Pour l'instant, on peut quand même voir la progression inexorable des logiciels libres qui, en 1995, étaient connus de quelques initiés, en 2000 étaient connus des experts et maintenant, en 2005 sont utilisables par tous. C'est vrai qu'avec de 300000 à 500000 contributeurs dans le monde, même à raison d'une heure par semaine, cela équivaut à une entreprise de plus de 10000 personnes (sans compter l'encadrement, les commerciaux et les services généraux).
  • # Situation différente en Grande Bretagne

    Posté par . Évalué à 5.

    Ce rapport est encourageant mais en Grande Bretagne, où je travaille, le libre ne décolle pas vraiment. Même Firefox n'a pas vraiment pris sa place, contrairement au EU et au continent.

    C'est dérangeant, je ne sais comment pousser mes utilisateurs à accepter Firefox comme navigateur standard sur les postes. De là à passer en Linux sur poste client, il y a un gouffre.

    Ici, tout le monde utilise Windows et a l'impression que c'est ce qui se fait de mieux car ils croient comprendre ce qui s'y passe. Maintenant, ils veulent IE, Outlook et Exchange.

    Même chez les admins, mes collègues ont soit un dual boot, soit deux stations. Je ne sais pas ce qu'ils font avec le Windows mais ils s'y connectent fréquemment.

    Pareil pour nos serveurs, on a du Solaris et on garde du Solaris. Personne ne parle de migration vers des solutions libres. Même si on doit compiler les logiciels sur Solaris, on les compilera (au lieu de faire "yum install" et bien sûr "yum update"). On a ausi du Sun pour le LDAP et pour le IMAP, pas question de changer. Solaris, c'est bien(TM).

    Autant on a l'impression de vivre à la pointe de l'IT ici, autant on perçoit un conservatisme sous-jacent. Je ne sais pas quoi faire pour avancer l'idée d'une migration. Quelqu'un a une idée?
    • [^] # réduction des côuts par les licences plutôt que par le personnel

      Posté par . Évalué à 8.

      Je suis sûr que lors d'un prochain plan de réduction des coûts, tes collègues préféreraient qu'on fasse des économies sur les licences plutôt que sur le personnel.
      • [^] # Re: réduction des côuts par les licences plutôt que par le personnel

        Posté par . Évalué à 5.

        C'est une façon de penser à la française. Il me semble que nos voisins d'outre-Manche ont une culture de mobilité professionnelle qui les fait moins redouter la fin de leur contrat. En tout cas, c'est ce que j'ai constaté à Hong-Kong qui est fort influencée par la culture britannique. Si un contrat se termine prématurément, c'est pas la mort... on en cherche un autre.

        Mais, d'un point de vue plus libéral, on peut raisonner en terme de rentabilité d'investissement en calculant le poids des coûts de licence dans les dépenses opérationelles d'une entreprise et recalculer le bénéfice dégagé lors de l'année de migration (où des coûts de formation seront nécessaires) et les années suivantes (où l'économie des licences prendra sa pleine mesure).
        • [^] # Re: réduction des côuts par les licences plutôt que par le personnel

          Posté par . Évalué à 5.

          C'est surtout une grosse différence de mentalité.

          Les agnlos-saxons voient l'échec comme une expérience enrichissante, et la curiosité professionnelle comme une ouverture d'esprit.

          En France, si tu crées ta boîte et que tu te plantes, plus aucune banque ne voudra t'accorder un prêt, t'es devenu un looser. L'échec est considéré comme une fatalité. Si tu te fais licencier, la grande majorité des employeurs refusera de t'embaucher. Si tu changes souvent de boîte, tu deviens un mec frivole en qui on ne peut pas avoir confiance, etc.

          Ce n'est pas pour rien que la France a été classée comme l'un des pays où il fait le moins bon entreprendre, et où l'investissement personnel y est le moins rentable.
          • [^] # Re: réduction des côuts par les licences plutôt que par le personnel

            Posté par . Évalué à 4.

            Rebondir après un échec c'est bien (et à condition que le marché du travail le permette car les délocalisations concernent tous les pays occidentaux maintenant.).

            Mais cela n'empêche pas de faire ce qu'il faut pour éviter cet échec. Et aider à réduire les coûts superflus de l'entreprise est certainement un moyen d'y arriver.
      • [^] # Re: réduction des côuts par les licences plutôt que par le personnel

        Posté par . Évalué à 5.

        ah ouais, clair que les quelques centaines d'euros que coutent windows + office, ca pese vraiment super lourd face aux quelques dizaines de milliers d'euros que coute un employe de base a une boite.

        En un an, je coute presque aussi cher en cafe qu'en licence windows a ma boite.
        Ah ben non, en fait, je coute meme moins cher en licence qu'en cafe, vu que le poste etait utilise par quelqu'un avant moi et qu'il le sera par quelqu'un d'autre apres moi, avec une licence payee une seule fois.

        Bref, je cherche pas a promouvoir windows, mais le cout des licences windows/office/etc. ne me parait pas franchement important dans le choix d'un systeme informatique...
        • [^] # Re: réduction des côuts par les licences plutôt que par le personnel

          Posté par . Évalué à 4.

          Pas totalement d'accord, d'abord, on paie Microsoft chaque année pour les clients mais le gros des dépenses dans un tel cadre risque de partir dans Windows Server et MS Exchange. Pour ça, le boss de IT y a réfléchi à deux fois. Et on se retrouve à devoir supporter des clients MS avec des serveurs Linux et Solaris, avec tous les problèmes que cela apporte.

          Open Exchange est loin d'être un vrai projet Open Source et il faut se lever tôt pour l'installer. Quant à Samba, je ne suis pas un expert mais ça a l'air moins simple que NFS faut avouer.
    • [^] # Re: Situation différente en Grande Bretagne

      Posté par . Évalué à 6.

      Ben si je savais...

      En fait, j'ai un problème relativement similaire, sauf que je ne suis pas administrateur de beaucoup de machines (c pas mon boulot). Je suis dans un labo de recherche (! si !) et ils sont tous sous windows. C'est infame, délirant.
      C'est notamment du aux admins qui ne veulent pas s'embeter à gérer des machines sous Linux. Du coup, tout le monde (sauf moi) est sous Windows.
      Avec les limitations qui vont avec quand on veut faire du calcul intensif...

      J'essaie de faire passer les collègues à Linux, mais c que c'est dur... et pourtant !!

      Raaaah.

      Par contre, j'ai une rumeur : y'aurait bien des administrations qui seraient tentées par une migration complète à Linux. En tous les cas, si c'est pas décidé, c'est dans les têtes. C'est considéré comme une solution acceptable. Faut chercher du côté des transports :) On verra si ça se concrétise. Si ça se fait, je devrais être rapidement au courant. Ce qui est rigolo, c'est qu'en contaminant ma famille et ma belle-famille avec Firefox, j'ai eu l'occasion d'expliquer un peu ce que c'est que linux, tout ça. Et comme dans ma famille y'a des "décideurs" - un peu - ben ils ont des a priori positifs sur Linux. Et quand ils voient passer du logiciel libre, c'est d'un bon oeil.
    • [^] # Re: Situation différente en Grande Bretagne

      Posté par . Évalué à 1.

      Pareil pour nos serveurs, on a du Solaris et on garde du Solaris. Personne ne parle de migration vers des solutions libres. Même si on doit compiler les logiciels sur Solaris, on les compilera (au lieu de faire "yum install" et bien sûr "yum update")


      En même temps, je comprends parfaitement que des admins refusent de migrer d'une solution Solaris à une solution Fedora, qui est instable au possible et n'a rien d'un environnement pour serveur de production. :-)
    • [^] # Re: Situation différente en Grande Bretagne

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Je pense que les personnes avec lesquels tu travailles sont assez intelligentes pour lire et comprendre les arguments de ce livret :

      http://livretdulibre.org/

      ou

      http://livretdulibre.org/ed3/html/livret_libre.html

      Bonne chance
  • # C'est bizarre

    Posté par . Évalué à 8.

    Je trouve malsain de promouvoir le libre, d'en vouloir et dans un autre plan de tenter de faire passer, les brevets logiciels, la directive EUCD, de rien dire sur la future "informatique de confiance" ( mort de rire ).
    Comme d'hab en Europe, on a les mots, les sondages et de l'autre coté les vraies actions ...
  • # petite question sans grande importance

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    "Les communautés locales européennes veulent plus de libre"

    On ne dit pas plutot une "collectivité" locale/territoriale?
  • # OS libre

    Posté par . Évalué à 4.

    ils veulent plus de libre, il faut espérer également qu'ils souhaitent la même chose pour le système qui est en dessous (cf. linux, freebsd etc.)

    Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

    • [^] # Re: OS libre

      Posté par . Évalué à 5.

      J'aime bien donner mon exemple....

      Je travaille dans une mairie de taille (très) moyenne. Pour le moment, j'installe Firefox partout, et Open Office devrait suivre en doublon avec MS Office (Je sais, ils continueront sans doute à utiliser MS Office par habitude, mais bon :
      1 - J'aurais donné le choix,
      2 - Je ferais les mises à jour pour Open Office, mais plus pour MS Office, ce qui fait qu'on devrait progressivement y arriver...,
      3 - les documents que je vais rédiger le seront sous Open Office (s'ils veulent voir les manuels que je leur fait, ils auront pas le choix !)
      4 - Si je force le passage, je vais m'en prendre plein la gueule !!!!).

      Lorsque le calendar sera utilisable (j'entend par là bien intégré dans Thunderbird), je le déploirait également pour tout le monde.

      Donc, effectivement, j'installe des applications libres un peut partout, mais en ce qui concerne le système d'exploitation, le problème est tout autre !!!

      En effet, dans ma collectivité, très peu de postes ne servent qu'à la bureautique ! Même les deux personnes aux accueils ont des logiciels métiers qui ne tournent que sous windows.

      Et je passe sur les logiciels plus répandus tels qu'autocad qui sont incontournables pour les plans (cadastraux ou autres) et qui n'ont aucun concurrent sérieux en libre !


      Bref, si je pouvait tout passer sous linux, je ne demanderait pas mieux, mais force est de constater que l'offre n'est pas encore mature pour le desktop...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.