LinEx, la tâche d'huile ?

Posté par (page perso) . Modéré par Pascal Terjan.
Tags :
0
26
avr.
2003
Communauté
Alors que le projet péruvien est relégué aux calendes parlementaires, que les initiatives argentines sont noyées au fin fonds de la crise économique et que les avancées mexicaines restent timides, une région d'Espagne, se distingue dans le monde hispanophone. L'Estrémadure se distingue, elle se distingue même très bien.

Cette région avait décidé, en avril 2002, d'imposer LinEx, une distribution basée sur Debian, dans les administrations. Un an après l'Estrémadure récidive et tente de convaincre la région d'Andalousie.

Le président du parlement d'Estrémadure et d'Andalousie ont signé un "protocole" dans lequel ils s'engagent à collaborer en matière informatique et à favoriser les logiciels libres. Notons parmi les 9 constatations du protocole :

- Les citoyens et administrations doivent rester maîtres de leur avenir ;
- L'accés aux sites des adminsitrations ne doit pas nécessiter des licences, mais seulement des applications gratuites et standard ;
- Le droit d'accès au code source ne peut être limité par personne ;
- (Le point 9) Les logiciels libres sont une nécessité éthique et sociale et il faut défendre: la liberté d'utilisation des logiciels sans aucune restriction, liberté d'accés au code source et liberté de pouvoir modifier le code source, liberté de distribuer des copies (RMS doit être aux anges).

Distinguons parmi les 7 engagements :

- Le gouvernement d'Estrémadure informera de tout changement porté à LinEx ;
- Le gouvernement andalou va promouvoir les logiciels libres en tant qu'outil informatique et de diffusion du savoir ;
- Les deux gouvernements vont collaborer au développement de nouvelles applications sous licence GPL (vous avez bien lu, GPL se trouve texto dans le protocole) ;
- Le protocole est valable pendant deux ans et sera prolongé automatiquement si aucune partie ne s'y oppose.

N'est-ce pas un bel exemple à suivre ?

PS : Hasard ou pas hasard ? Toujours est-il que le PSOE (parti socialiste) est au pouvoir dans ces deux régions.
PS-2 : je suis ouvert à toute question

Aller plus loin

  • # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

    Posté par . Évalué à 2.

    «Les administrations, citoyens et administrations doivent rester mettre de leur avenir »

    Et pourtant, utiliser les produits de Microsoft, c'est le meilleur moyen de se faire mettre...

    (le -1 du samedi matin)
    • [^] # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

      Posté par . Évalué à 2.

      C'est pour ça d'ailleurs que les serveurs web les plus puissants tournent sous IIS, car comme le dit le dicton:

      Sans mettre IIS , la puissance n'est rien


      -1 et s'enfuit en courant (patapé /o\ )
  • # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

    Posté par . Évalué à 0.

    > PS : Hasard ou pas hasard ? Toujours est-il que le PSOE (parti socialiste) est au pouvoir dans ces deux régions.

    J'y vois un lien logique : l'accès à l'information et aux technologies moderne est un enjeu social considérable - et cela, que ce soit en espagne, en France ou ailleurs. Le problème, c'est qu'en France, on a la droite et la droite va continuer à favoriser le capital ...

    « Je vous présente les moines Shaolin : ils recherchent la Tranquillité de l'Esprit et la Paix de l'Âme à travers le Meurtre à Main Nue »

    • [^] # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

      Posté par . Évalué à 8.

      l'accès à l'information et aux technologies moderne est un enjeu social considérable - et cela, que ce soit en espagne, en France ou ailleurs. Le problème, c'est qu'en France, on a la droite et la droite va continuer à favoriser le capital ...
      L'expérience montre que cet argument est bidon : la gauche a été au pouvoir pendant pas mal de temps et n'a pourtant rien fait en faveur des logiciels libres.
      • [^] # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

        Posté par . Évalué à 5.

        On peut partir d'une idée a priori que les valeurs d'égalité sociale, de partage des ressources, de la connaissance -que l'on trouve dans la philosophie du logiciel libre-, sont le cheval de bataille de la Gauche (ça n'est pas toujours vrai, néanmoins).

        Cependant, que l'on soit de Gauche ou de Droite, si l'on ne connait rien au LL, on peut dire ou faire (voir ne rien faire) n'importe quoi. C'est pourquoi il faut informer les politiques, par des experts ou des initiatives telles l'APRIL, etc... Ensuite faire pression populaire pour que lesdits politiques se positionnent (et se positionnent bien de préférence).

        De Gauche ou de Droite nos gouvernants ne sont pas forcément au fait du développement du LL ! Instruisons-les !
      • [^] # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Parce qu'ils faisaient une vraie politique de gauche ? A mon avis c'est surtout ça le problème.
        • [^] # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Cette idée simpliste de droite et de gauche me sort par les yeux. Elle est complètement dépassée et intéresse de moins en moins de monde ce qui est concrétisé par un taux d'abstention toujours plus important.
          Personnellement, j'ai eu à expliquer les logiciels libres à des militants de tous bords, du FN au PC. J'ai trouvé dans tous les partis une écoute favorable. Bien entendu, je ne présente pas les mêmes arguments à tout le monde. L'un sera plus réceptif à l'indépendance et au développement de l'industrie du logiciel français et l'autre aux notions de partage.
          Je pense qu'il faudrait parler de progressistes et de conservateurs en plus de droite et de gauche. Ce serait moins réducteur. Je sais aussi que l'on peut trouver des gens de bonne volonté partout (et des imbécile aussi).

          Je suis tout à fait d'accord avec ce qui a été dit plus haut, c'est à nous tous de faire passer le message à nos politiciens. Sinon certains lobbies s'en chargeront à notre place.
          • [^] # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Regarde mon commentaire plus bas, je dis effectivement que la distinction droite/gauche n'a plus beaucoup de sens aujourd'hui.

            En ce qui concerne les personnes ayant une idéologie proche de celles des parties ultra-libéralistes, je me demande quelles intérêts ils voient dans le logiciel libre ?

            Et effectivement, c'est à nous de faire passer le message à nos politiciens. Dans un cadre plus restreint, nous avons fait parvenir une traduction non-officielle de la résolution du Faculty Senate de l'Université de Buffalo au directeur de l'UTBM (http://www.utbm.fr(...) école d'ingénieur), et nous avons déjà eu un entretien avec lui concernant les logiciels libres et les formats fermés. Cf http://www.enix.org/~thomas/libre.php(...)

            Je pense que c'est le même genre de choses qu'il faut faire, mais à un niveau plus large, par exemple avec les députés.
            • [^] # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              distinction droite/gauche n'a plus beaucoup de sens aujourd'hui
              C'est bien ce que je dis aussi et c'est un point sur lequel nous sommes d'accord. Il semble que ça ne plaise pas à tout le monde mais tant pis.

              Je compare parfois les Logiciels libres à l'écologie. Au départ, c'étaient quelques "illuminés" qui en parlaient. Maintenant, les politiciens en mettent tous une certaine proportion dans leurs discours. Je pense que dans quelques temps, le discours des politiciens à propos du logiciel libre suivra la même voie. À nous de les convaincre de le faire le plus tôt possible.

              partis ultra-libéralistes
              La démarche du logiciel libre est à la fois communiste (le partage, je ne vais pas m'étendre) et ultra-libérale. Puisque tu me le demandes, je vais développer ce dernier point.

              Chacun a le droit de développer son idée et de créer. C'est savoir exploiter le potentiel humain d'un pays. Tout système dirigiste ou dictatorial ne sert qu'à concrétiser les idées de quelques personnes et il y aura forcément moins de bonnes idées que dans un système libéral. Ceci s'applique aussi bien aux grandes entreprises qu'aux dictatures de toutes sortes. Le dirigisme est un frein à l'innovation (1) alors que le système libéral la favorise, donc favorise la création de richesses.
              C'est ce type de discours que je tiens avec les partis ultra-libéraux. Je leur montre aussi que le partage de la connaissance, issu de la tradition de la recherche, et est un accélérateur.

              Attention : Mes opinions politiques beaucoup plus nuancées et je n'ai pas l'intention de vous les exposer ici. Ce n'est pas le lieu.
              Par contre savoir exposer le logiciel libre à des gens de toutes tendances est une chose que nous devons tous faire de notre mieux.

              (1) Il existe un phénomène de cour ou de nomenclatura qui se forme autour des dirigeants. Que ce soit Staline, Hitler, Ceaucescu, Fidel Castro ou Sadam Hussein, le principe est le même, le chef est flatté par sa cour et le système exclut toute critique. Le système s'écroule en général brutalement après une periode d'oppression et souvent de pauvreté plus ou moins longue.
              • [^] # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

                Posté par . Évalué à -3.

                >> Le système s'écroule en général brutalement après une periode d'oppression et souvent de pauvreté plus ou moins longue.

                Tout comme votre cher modèle libéral de merde à fait la démonstration de sa faillite aux USA, comme l'aurons remarqués les observateurs attentifs non obnibulés par l'agitation organisé autour de la guerre en Irak par les USA pour essayer de cacher cela ou tout du moins détourner l'attention ... Le libéralisme n'est jamais qu'un modèle typiquement hypocrite 'protestant' servant à camoufler un comportement mafieu. A bon entendeur ...
              • [^] # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

                Posté par . Évalué à 2.

                Tout système dirigiste ou dictatorial ne sert qu'à concrétiser les idées de quelques personnes et il y aura forcément moins de bonnes idées que dans un système libéral. Ceci s'applique aussi bien aux grandes entreprises qu'aux dictatures de toutes sortes. Le dirigisme est un frein à l'innovation (1) alors que le système libéral la favorise, donc favorise la création de richesses.
                C'est ce type de discours que je tiens avec les partis ultra-libéraux.


                Lançons un troll politique : la personne privilégiée pour les partis ultra-libéraux, c'est l'entreprise, pas l'individu (ou alors seulement l'entrepreneur). Or aujourd'hui toutes les entreprises sont rigoureusement dictatoriales, à l'exception de quelques OVNI (Easter Eggs par exemple : http://www.easter-eggs.org/(...)). L'entreprise est le lieu par excellence du dirigisme ; ton discours est donc un peu schizophrène.
                • [^] # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Je suis bien d'accord. Plus une entreprise est grosse, plus le dirigisme s'instaure à l'intérieur. À l'extérieur, les nouveaux seigneurs sont les grosses entreprises et les hommes politiques sont à leurs bottes. Un nouveau type de féodalité en somme.
              • [^] # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                Je trouve que mettre Castro entre Hitler, Hussein, Ceaucescu et Staline est un peu fort ... Je ne dis pas que ce n'est pas un dictateur mais si on compart les conditions de vie à Cuba avant la Révolution (vous savez, quand Cuba était le bordel officiel des hommes d'affaire américain) et après, il n'y a pas photo (l'analphabétisme est très bas, les soins de santé sont excellents, ...). Par contre, l'embargo illégitime mené par les USA contre la population cubaine (ce n'est certainement pas Castro qui souffre de l'embargo) fait beaucoup de mal, c'est sur ...
            • [^] # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

              Posté par . Évalué à -2.

              >> je dis effectivement que la distinction droite/gauche n'a plus beaucoup de sens aujourd'hui.

              Bin voyons. Ces propos inconsistants n'engagent que vous puisque visiblement à votre age vous ne savez pas distinguer votre gauche de votre droite.

              pffff ridicule.

              PS: Vous pouvez toujours mettre -10, çà changera pas le fait que vous soyez le représentant typique du 'bof' moyen
              • [^] # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

                Posté par . Évalué à 1.

                L'insulte est toujours la réponse la plus simple. Soyez un peu "pédagogue" et moins pédant, soyez un peu plus ouvert. Si vous pensez que certaines personnes n'ont pas "compris", expliquez (ré-expliquez) leurs !!! Je me suis permis d'intervenir car cette réponse m'a mise hors de moi !
      • [^] # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Ah ? Il est à gauche le parti socialiste Français ? :-p
    • [^] # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      De toute façon, la droite n'est pas en faveur de l'administration tout cours... alors qu'il y ait du logiciel libre ou non, l'essentiel, pour raffarin, c'est que ça coute moins cher, et surtout qu'il y ait moins de fonctionnaires qui passent leurs temps à ruiner l'état, car c'est connu, les fonctionnaires ne servent à rien (sic).

      Se sont-ils déjà posé la question du nombre d'emplois que l'on pourrait sauver, en économisant sur les licences MS?

      33% de moins de financement pour le CNRS et 50 Millions d'euros offerts à l'industrie du jeu vidéo, pas la peine d'aller chercher plus loin pour s'appercevoir que la droite favorise le capital.
      • [^] # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.



        Il est clair que la droite favorise le capital. Je pense qu'on peut même dire que c'est cette promotion du capital qui définit si un parti peut être qualifié de droite ou de gauche, si tant est que cette distinction a encore aujourd'hui toute la signification qu'elle avait il y a quelques années.

        En ce qui concerne le nombre d'emplois qu'on pourrait sauver en économisant les licences de logiciels propriétaires (pas seulement Microsoft), j'aimerais effectivement savoir à l'échelle d'un lycée, combien cela coute par an, de manière à savoir combien d'informaticiens on pourrait embaucher. D'une part ca déchargerait les profs de ce boulot qu'ils ne connaissent pas, et ces informaticiens pourraient aussi participer au développement de logiciels libres.

        Je pense pas que les dépences d'un seul lycée permettent de payer un informaticien à temps plein de manière convenable. Mais il peut très bien être à mi-temps dans un lycée, et à mi-temps dans un autre, si les lycées sont suffisamment proches, je pense pas que cela ne pose de problème.

        Enfin, clairement des solutions, il y a en a. Alors au choix : soit les politiques ne sont pas au courant de ces solutions alternatives, soit ils les connaissent, mais ne prennent pas la décision politique de les utiliser.

        Globalement, ça me semble tellement évident cette solution d'utiliser du LL et d'embaucher une personne à la place d'achetre des licences, que je n'arrive pas à comprendre pourquoi ca n'existe pas encore. Si quelqu'un peut m'expliquer ?

        </politique>
        • [^] # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          j'aimerais effectivement savoir à l'échelle d'un lycée, combien cela coute par an, de manière à savoir combien d'informaticiens on pourrait embaucher. D'une part ca déchargerait les profs de ce boulot qu'ils ne connaissent pas, et ces informaticiens pourraient aussi participer au développement de logiciels libres.

          Sortez un peu de vos bulles, il n'y a pas que des informaticiens qui manquent, quand je parlais des emplois économisés, je pensais avant tout aux 30 000 fonctionnaires qui ne verrons pas leur poste reconduits lors de leurs départ en retraite.

          http://www.lemonde.fr/article/0,5987,3224--317905-,00.html(...)
    • [^] # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

      Posté par . Évalué à 0.

      Je pense que tu idealises un peu les choses. On pourrait dire exactement l'inverse en pretendant que la droite favorise le liberalisme, et donc ne peut accepter la dependance induite par certaines "technologies moderne". On pourrait dire aussi que la droite n'est pas favorable aux monopoles.

      Donc le lien n'est pas logique. De plus, "enjeu social", "technologie moderne", n'ont rien à voire avec le sujet, il s'agit bien d'avoir la liberte de ne pas etre dependant d'un fournisseur. Donner internet pour les + defavoriser, ça ne veut rien dire si c'est pour encore asservir par des monopoles.

      Tout le monde sait que l'Internet, c'est Jospin.
  • # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

    Posté par . Évalué à 3.

    Quelques petites corrections pour commencer :
    Le président du parlment -> Le président du parlement
    un "protocole" dans lesquels -> un "protocole" dans lequel
    les 9 constations -> les 9 constatations
    Les administrations, citoyens et administrations -> Les administrations et les citoyens
    rester mettre -> rester maîtres
    accés -> accès
    Distingons -> Distinguons

    Concrètement ça donne quoi ? GNU/Linux est utilisé exclusivment côté serveurs ou l'est-il également côté desktop ?
  • # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

    Posté par . Évalué à -1.

    Je ne suis pas un intaigriste de l'orthographe mais là je trouve qu'il faudrait se relire un minimum avant de poster une news.

    relegué -> relégué
    une distribution basée sur Debian dans les administrations -> une distribution basée sur Debian, dans les administrations (la phrase n'a pas de sens si on enlève la virgule)
    parlement -> parlement
    lesquels -> lequel (un seul protocole)

    mettre -> maître (aïe!!!)
    l'accés -> l'accès
    adminsitrations -> administrations
    aucun partie -> aucune partie


    J'en ai peut-être oublié (je suis loin d'être infaillible).



    [ne contribue pas au débat] -> -1
  • # Et en France ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Quelqu'un sait t-il si un projet équivalent est en cours dans l'administrations française, et si oui où ça en est ?

    Il semblerait que dans l'éducation nationale ils incitent a utiliser quelques logiciels libres, mais sans vraiement expliquer les raisons; ça donne a peu près ça :

    "Voici une liste de logiciels gratuits, c'est mieux parceque c'est moins cher, débrouillez vous avec ça !"
    • [^] # Re: Et en France ?

      Posté par . Évalué à 6.

      Le problème dans l'EN, c'est qu'ils ne veulent pas dégager des financements (enfin, en ce moment, c'est partout pareil) pour payer des gens compétents et proposer une vraie solution, libre ou non. Donc ils se reposent sur le volontariat des profs. La plupart ayant un Windows chez eux, comptent utiliser la même chose.

      On voit des développements de solutions par des bénévoles, et un peu de lobbying dans les écoles, mais il faudrait un vrai geste du gouvernement pour lancer le mouvement. Et euh... avec le gouvernement qu'on a c'est pas pour demain.
      • [^] # Re: Et en France ?

        Posté par . Évalué à 7.

        Je suis pas tout à fait d'accord avec toi.
        Pourquoi attendre des sous pour faire quelque chose ?
        Les LL sont gratuits dans la majorité des cas. De plus, pour avoir fait le concours de recrutement des techs infos dans les fac, je peux te dire que la moitié des questions (lors de mon passage) sont sur Unix (d'où le fait que je l'ai raté :( ). On peut donc penser que les techs ont une certaine connaissance de linux. De plus, chaque fac est libre de faire ce qu'elle veut avec son infrastructure.
        Le problème est, comme tu le fais remarquer, que les profs et l'administration ont windows chez eux, donc ils le veulent à la fac, et chient une pendule aux techs qui vont vouloir changer çà.
        Conclusion, il va falloir que le gouv impose les LL, sinon ça n'a aucune chance de changer. Enfin, c'est mon point de vue.
        Maintenant, je ne parle là que des fac (mais c'est déjà un début), pour ce qui est des autres écoles (collèges, lycées), je suis d'accord qu'elles n'ont pas forcément les compétences, voir pas du tout.
        • [^] # Re: Et en France ?

          Posté par . Évalué à 2.

          Ben moi je ne parlais pas de fac, voilà tout :-)

          Dans ma fac on tourne sous FreeBSD, donc ça va.
      • [^] # Re: Et en France ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Le problème est vieux. Le CNDP a pour mission d'aider les enseignants à trouver les supports et le contenu de l'enseignement. La principale ressource du CNDP est la vente de ses productions. Demander au CNDP et aux CRDP et CDDP de diffuser des logiciels gratuits, c'est comme leur demander de se faire hara-kiri.
        Tant que l'on continuera à gérer la rentabilité sectorielle au lieu de l'intérêt général, on perpetuera la tradition courtelinesque.

        J'ai aussi vu ça dans de grandes entreprises. On enlève trois personnes dans un secteur dit "non productif" et ça engendre quatre fois plus de travail mais réparti sur 500 personnes.
        • [^] # Re: Et en France ?

          Posté par . Évalué à 2.

          Sans compter les mastodontes comme France Telecom et autres, où les différentes branchent se revendent des services les unes aux autres, chacune essayant d'augmenter son budget au détriment des autres. Très efficace, d'un point de vue global (enfin, ça permet au moins d'employer des incapables à gérer la paperasse des contrats internes ;-))
    • [^] # Re: Et en France ?

      Posté par . Évalué à 3.

      On peut se faire une idée de ce qui se passe en regardant les intitulés des rubriques de :

      http://www.adae.gouv.fr(...)

      Mais les informations sont très diluées dans un monceau de paperasse. Au hasard, on repère : "Le poste de travail alternatif", "5ème journée du libre dans l'administration", "solutions LAMP (Linux/Apache/Mysql/Php)" "bouquet du libre" voir par exemple :

      On voit aussi que des acteurs du libre comme des acteurs du monde propriétaires sont invités à débattre au niveau national depuis des années, et que l'évolution se fait sans révolution.

      On remarque également qu'apparemment, l'usage de formats ouverts basés sur XML semble plus ou moins obligée (enfin, c'est ce que j'en comprends).

      En lisant en diagonale l'ensemble des docs du site on remarque l'existence de nombreux projets serveurs utilisant du logiciel libre, mais, effectivement, pas d'annonces fracassantes.
      • [^] # Re: Et en France ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 0.

        On voit bien sur ce site que les bonnes intentions affichées comme l'interopérabilité ne sont pas respectées. Les pages sont déclarées HTML 4.01 Transitional mais sont très loin d'être valides.

        Le XML, tout le monde est d'accord pour l'utiliser, mais les DTD ne sont pas encore fixées. Tant que la DTD (définir les balises, leur agencement et leur signification) ne sont pas fixées, dire que c'est du XML, c'est comme dire que ce sont des paroles sans préciser la langue.
        • [^] # Re: Et en France ?

          Posté par . Évalué à 3.

          En pratique, pour l'administration, XML est surtout intéressant pour les échanges de données entre bases et applications n'ayant jamais été pensées pour communiquer. Pour cela, il suffit (enfin, "yaka") d'un schema : d'où (l'énorme) projet de Schema XML pour l'administration, avec à côté les instructions du genre "les administrations doivent", "la circulaire du Premier Ministre blabla".

          Tu pourrais à juste titre remarquer qu'il s'agit de permettre à des applications propriétaires de communiquer, et tu auras raison : cependant, ça me semble une étape dans la bonne direction, car le nombre d'applications en fonctionnement (fonctionnant par exemple sous Infomix/ACE+4gl ou Oracle) est très important et que pour migrer d'une application fermée vers une application ouverte, on ne peut pas tout faire d'un coup : généralement, on commence par refaire les interfaces VT320 en interfaces +/- Web (avec un "médiateur" logiciel libre), puis, petit à petit, on confie les données à des bases de données libres... grâce à XML qui facilite et aide à contractualiser les échanges entre bases.
          • [^] # Re: Et en France ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Définir les échanges ! C'est fondamental. C'est contraire à la stratégie de "fidélisation" de nombreux marchands de logiciels.
            Définir une interface permet de définir les tâches de chacun, de chaque processus, de chaque métier. On peut les décrire en définissant les 5 couches définies dans http://pjarillon.free.fr/redac/interface.html(...)
            • [^] # Re: Et en France ?

              Posté par . Évalué à 3.

              Les modèles, ce n'est pas ce qui manque. à la limite, un modèle peut aider à résoudre un problème. Qui dit problème postule l'existence d'un énoncé. Dans le cas de l'administration, le problème est que personne ne connait l'énoncé du problème qu'il faudrait résoudre à supposer qu'il existe.

              Il est plus simple de tout oublier et tout refaire, brique par brique, en faisant en sorte que chaque brique dialogue avec le reste par interfaces contractuelles (on triture le bébé jusqu'à ce qu'il existe une définition formelle de l'interface pour laquelle il existe une implémentation conforme aux attentes des utilisateurs). Au bout du compte, on obtient l'énoncé, auquel cas résoudre le problème consiste simplement à appliquer l'une des innombrables méthodes utilisables.
        • [^] # Re: Et en France ?

          Posté par . Évalué à 1.

          Le XML, c'est déjà une structure syntaxique de base commune, cela permet de réutiliser les mêmes parsers, outils de transformation... De plus un format XML n'est pas surprenant pour l'utilisateur humain (programmeur) qui tombe dessus la première fois - sauf s'il est complètement délirant bien sûr. Tout ceci contribue au facteur "facilité d'exploitation et de communication", même si l'absence de DTD ou schéma spécifié(e) empêche de rendre la chose totalement transparente.

          Compare ça à n'importe quel format texte ou binaire propriétaire (et chacun sait les prouesses d'imagination tordue dont sont capables les programmeurs pour s'épargner cinq minutes de travail immédiat, au détriment de la réutilisabilité...). C'est un énorme bond en avant.
          • [^] # Re: Et en France ?

            Posté par . Évalué à 1.

            XML est l'une des solutions utilisables, même si ce n'est pas forcemment la meilleure : mais on s'en fout, on est payé à l'heure :-), les disques durs et les CPUs, et même les parsers les plus apocalyptiques sont moins chers et plus faciles à manager que du personnel. Je crois surtout que XML est perçu comme "étant suffisamment à la mode" pour que les dissaydeurs (qui de toute façons ne comprennent pas le problème, hein : ils ont fait l'ENA, pas fac de sciences) aient confiance en la capacité de l'industrie à fournir les outils dont ils auront besoin pour résoudre des problèmes qu'ils ne comprennent pas.

            ça peut faire rigoler, mais c'est quand même un algo qui a de bonnes chances de fonctionner.
  • # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

    Posté par . Évalué à 6.

    Mon commentaire est passé en négatif parce qu'il comportait des remarques sur l'orthographe, mais il y avait aussi une question que je trouve interessante, donc je la repose :
    Concrètement ça donne quoi ? GNU/Linux est utilisé exclusivment côté serveurs ou l'est-il également côté desktop ?
    • [^] # Re: LinEx, la tâche d'huile ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      J'avais assisté à la présentation de Linex à Bruxelles car Linex a bénéficié de fonds européens. Leur but était de mettre les machines Linux sur le bureau des utilisateurs.

      L'Estramadure est la région la plus pauvre de l'Espagne, pour eux, maitriser des logiciels c'est aussi se placer dans la compétition technologique . Seuls, les logiciels libres leur offraient cette opportunité.
  • # Et les logiciels «type BSD» ?

    Posté par . Évalué à 6.

    Je ne lis pas l'espagnol, et je me pose une question : ils parlent de développer sous GPL, ce qui est une très bonne chose.
    Cependant, et même si je considèrerai toujours que c'est un compromis des plus regrettables, on ne peut nier l'utilité de diffuser l'implémentation de certains protocoles sous des licences très permissives, comme les licence type BSD.

    Or, pour participer à ces projets de manière réellement efficace, il faudra rediffuser ce code sous la même licence pour qu'il s'intégre au travail fourni. Est-ce le cas ?

    Note : dans l'article 4 du décret relatif à l'usage des logiciels libres, de l'assemblée de la commission communautaire française de Belgique, ils sont très clairs sur le sujet (même si je pense qu'ils ont mis cet article pour dire qu'ils ne se donnaient pas le droit de rediffuser un logiciel libre modifié par leurs soins sous la forme d'un logiciel propriétaires), ils peuvent rediffuser sous licence BSD :
    www.accf.irisnet.be/SR_DocsParl/propproj/current/2001-2002/033%20(2001-2002)%20n%201.pdf
    (page 5, faites un copier-coller de l'ensemble, les espaces font que le lien ne passe pas correctement, et c'est la seule approche qui passe)
    Je trouve d'ailleurs que c'est le décret le plus clair et le mieux pensé dans le genre.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.