Revue de presse de l'April pour la semaine 2 de l'année 2022

Posté par  (site Web personnel) . Modéré par Benoît Sibaud. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
17
18
jan.
2022
Internet

Cette revue de presse sur Internet fait partie du travail de veille mené par l'April dans le cadre de son action de défense et de promotion du logiciel libre. Les positions exposées dans les articles sont celles de leurs auteurs et ne rejoignent pas forcément celles de l'April.

[Le Monde Informatique] Open source: les développeurs se rebiffent, la Maison Blanche consulte

✍ Jacques Cheminat, le dimanche 16 janvier 2022.

Les développeurs de projets open source veulent faire payer et contribuer les sociétés qui utilisent leurs initiatives. L'un d'entre eux menace même de jeter l'éponge et de ne plus maintenir sa solution. Un ras-le-bol qui intervient au moment où les acteurs IT étaient sollicités par la Maison Blanche pour réfléchir à la sécurité des projets open source.

Et aussi:

[EurActiv] L'utilisation de Google Analytics viole le droit européen, selon l'autorité autrichienne de protection des données

Le jeudi 13 janvier 2022.

L’utilisation de Google Analytics viole le droit européen, juge l’autorité autrichienne de protection des données.

[ZDNet France] Des projets open source à partager pour les services publics européens

✍ Thierry Noisette, le mardi 11 janvier 2022.

La DINUM a organisé un concours de pitchs de projets numériques de services publics, en majorité open source, de 11 pays, en vue de leur réplicabilité.

Et aussi:

[Le Monde Informatique] Le Gouvernement met le Health Data Hub en pause

✍ Jacques Cheminat, le lundi 10 janvier 2022.

Le gouvernement français a retiré une demande d'autorisation auprès de la Cnil pour le Health Data Hub afin d'héberger la base principale du système national des données de santé. L'hébergement de ce projet sur Azure de Microsoft est critiqué par des associations et des parlementaires.

Et aussi:

Aller plus loin

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.