Vers des logiciels plus sûrs ?

Posté par (page perso) . Modéré par Fabien Penso.
Tags :
0
17
juin
2002
Justice
Les logiciels occupent une position privilégiée dans notre monde en ce qui concerne leurs défauts : si votre chaîne HiFi explose lorsque vous écoutez un album de Celine Dion, vous pouvez poursuivre le fabriquant et éventuellement obtenir des dommages et intérêts. Or cette cause ne s'applique pas aux éditeurs de logiciels qui, dans la plupart des cas, ne peuvent pas être poursuivis pour malfaçon grâce aux clauses de décharge contenues dans l'accord de licence que l'utilisateur doit accepter pour installer le produit.

Mais les choses vont peut-être changer et certains commencent à se poser des questions sur le statut des logiciels, produit ou service ?
Si cela est une bonne chose pour le consommateur, qu'en est-il des logiciels libres, pourrez-vous un jour être attaqués pour avoir laissé le code d'un de vos Hello World ayant fait exploser le nouveau Windows de M. DURAND ?

Note du modérateur : sur le même sujet, une dépêche de Boursorama proposée par modr12 (les deux dépêches étant issues de Reuters à la base)

Aller plus loin

  • # Pas mal de choses à changer alors.

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Parceque la licence de Windows dit que MS n'est pas responsable du non-fonctionnement de Windows et de toute manière, c'est au vendeur d'assurer le SAV...

    PS : d'aileurs la licence de Windows est soumise à la loi de ... Seattle, pas la loi française (sic).
    • [^] # Re: Pas mal de choses à changer alors.

      Posté par . Évalué à 10.

      PS : d'aileurs la licence de Windows est soumise à la loi de ... Seattle, pas la loi française (sic).

      Ben ça c'est pas possible ! S'ils vendent en France et à des français ils sont soumis de facto à la loi française ... ou alors il faut qu'ils ferment MS France ....
      • [^] # Re: Pas mal de choses à changer alors.

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Bah relis la licence, c'est assez affolant.
        Et pourquoi est-ce aux revendeurs/fabricants d'ordis d'assurer le SAV d'un produit qu'ils n'ont pas conçu ?
        • [^] # Re: Pas mal de choses à changer alors.

          Posté par . Évalué à 10.

          S'il y a des clauses dans la licence qui sont contraires au droit français, alors ces clauses sont considérées comme invalides et donc ne peuvent pas être utilisées devant un tribunal ! Or la loi française stipule qu'elle est applicable dès lors qu'un français est en cause (du côté du plaignant ou du côté de l'"accusé").

          Ne jamais oublier qu'en France la loi prime devant le contrat de vente (et heureusement) !

          Ainsi, si une loi passait pour dire que l'éditeur est responsable de la bonne marche de ce qu'il distribue, une clause dans la licence ne pourrait rien y faire.

          Pour le SAV, Microsoft profite de son hégémonie et de l'absence de loi adaptées à l'informatique ... il est donc important de légiférer, mais il ne faut pas précipiter les choses car nos députés ne sont, la plupart du temps, pas encore habitué à ce qu'il ne passe dans le monde de l'informatique et des lois trop vites faites seraient pire que pas de loi du tout !
        • [^] # Re: Pas mal de choses à changer alors.

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Et pourquoi est-ce aux revendeurs/fabricants d'ordis d'assurer le SAV d'un produit qu'ils n'ont pas conçu ?

          C'est le cas dans tous les secteurs. C'est au revendeur final d'assurer le SAV. Quand tu achètes un micro, s'il tombe en panne, tu le ramène là ou tu l'a acheté et non pas au fabricant. C'est au vendeur ensuite de s'aranger avec le fabricant en fonction du contrat qu'il a avec eux.
  • # Rebond

    Posté par . Évalué à 10.

    Il y a "obligation de resultat" pour la protection des donnees personnelles par la loi informatique et liberte.
    C'est comme ca d'ailleurs que dans l'affaire Kitetoa/Tati tati s'est retrouve dans la possibilite d'une plainte contre eux puisqu'une base contenant des noms, adresses, etc n'avait pas etait protege.
    Maintenant, est ce que Tati aurait pu se retourner a son tour contre son hebergeur/webmaster ???
    Je me fais beaucoup de soucis (enfin du soucis ... tout est relatif) du cote de Microsoft, GNU/Linux, ...BSD, etc.
    Les programmes ont trop d'inbrication entre eux. Qui accuse qd Windows plante ?
    Nan, c'est pas moi c'est l'autre, et pis il fallait pas installer tel trucs c'est marque sur la page 38 du manuel et puis le drivers machin est connu pour faire tel truc et pas celui la ...
    Un outils informatique n'est pas une chaine hifi.
    De grande joutes d'avocats en perspectives mais pas forcement un "plus" pour le consomateur ... :(
    • [^] # Re: Rebond

      Posté par . Évalué à 10.

      Nan, c'est tres simple. Microsoft a la solution a ce probleme qui semble inextricable !

      Depuis XP il y a des drivers "certifies par Microsoft" et des pas certifies. Quand on veut installer un driver pas certifie Windows dit: "Attention ! Ce logiciel n'est pas sur ! A installer a vos risques et perils... Ca peut tout casser, on vous aura prevenus."

      Donc meme si dans l'avenir MS peut etre tenu pour responsable des pannes, ils peuvent dire qu'installer un logiciel non signe par Microsoft (qui peut etre un virus, ou pire un logiciel libre) decharge Microsoft de toute responsabilite.

      Bon, forcement, pour se faire certifier son driver (ca ne marche pas encore pour les logiciels), il faut faire ami-ami avec Microsoft. Vive la liberte...
      • [^] # Re: Rebond

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Bon, forcement, pour se faire certifier son driver (ca ne marche pas encore pour les logiciels), il faut faire ami-ami avec Microsoft. Vive la liberte...

        Pas forcément. Même les drivers officiels nVidia font apparaître cette alerte à l'installation des pilotes.
        Windows est donc stable si on n'installe rien, pas même les pilotes. Ensuite, son bon fonctionnement n'est plus garanti...
        Respect du client ? connaissent pas...
        • [^] # Linux ozi

          Posté par . Évalué à 10.

          Lorsque l'on charge les drivers NVidia avec un petit insmod des familles, le noyau LINUX indique aussi que le module n'est pas d'origine (et fermé) et précise que son utilisation n'est pas sans danger.
          • [^] # Re: Linux ozi

            Posté par (page perso) . Évalué à 6.

            n'est pas sans danger

            Oui, mais pour tes libertées !

            Plus sérieusement, il y a un avertissement, car comme les binaires sont "fermés", on ne peut corriger les bugs... Tout simplement...
      • [^] # Depuis XP?

        Posté par . Évalué à 9.

        Les drivers certifiés par MS, ça existe depuis longtemps... Au moins depuis NT4, mais je pense même que ça existait déjà bien avant. La seule différence est au niveau de la signature, et du message d'avertissement qui s'affiche sous XP
  • # Y'en a qui doivent commencer à trembler...

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Je pense que les plus inquiets dans ce système, ça serait les géants de logiciels propriétaires (si la loi souis laquelle ils créent leurs logiciel prend cela en compte)...

    Il est clair que tout le monde (j'entends "tous les développeurs") est concerné par cette problématique... cependant, aux vues des problèmes de stabilité des serveurs comme Windows2000 face à celle d'un bon GNU/Linux bien paramétré, il n'y a pas de comparaison possible...

    Cela dit, cela soulève 2 questions :
    o Le cas du développement des Logiciels Libres
    o Le cas d'un pauvre administrateur système qui ne sait pas faire son boulot...

    Le second ne devrait pas être trop trop inquiétant si, légalement, les développeurs ont su prendre leurs précautions...

    Le second est plus *emmerdant*... Que se passe-t-il si quelqu'un utilise une version CVS unstable d'une appli et que celle-ci plonge... Quel recours peut-on avoir ? Cela ne va-t-il pas perdre encore plus les créateurs de logiciels divers et variés dans des méandres juridiques dont on ne voit pas le bout ?
    • [^] # Re: Y'en a qui doivent commencer à trembler...

      Posté par . Évalué à 10.

      Pour ton 2eme cas, c'est facile.
      Compare ca a un prototype.
      Peu de gens utilisent un prototype, et quand il plante, ces gens le signalent au constructeur.
      Il suffit que la loi reconnaisse cela et de blinder les logiciels dans leurs versions non officielles (patchees et/ou en developpement)

      Donc seul serait concerne un logiciel dans une version officielle. En esperant que ceux qui font les lois aient un peu d'intelligence pour ne pas faire de betise comme d'hab!

      Le bonjour chez vous,
      Yves
    • [^] # Re: Y'en a qui doivent commencer à trembler...

      Posté par . Évalué à 4.

      Pour les LL, c'est potentiellement dangeureux; toutefois, quand je distribue à titre gracieux un logiciel, il n'y a pas de vente. Je ne me suis donc pas engagé à fournir un produit ou service [cette logique n'a pas toujours primé, on a vu des aberrations].

      A priori, ce seront les éditeurs de LL (Red Hat, Mandrake & co ) qui vont devoir endosser le risque... Ce qui pourrait considérablement ralentir l'adoption des LL en augmentant fortement le cout du service.
  • # Les LL sont mal barrés

    Posté par . Évalué à 10.

    Relisez bien vos licence, on voit bien que les LL ont bien souvent des clauses de limitation de responsabilité. Hors ce sont ces clauses la que certains veulent limiter en responsabilisant l'editeur.

    Dans le cas d'un LL qui sera responsable? L'auteur du code qui plante? Le mainteneur du projet?

    Ce genre de chose ne fera pas bcp de mal a Microsoft, mais beaucoup plus au logiciels libres et aux petits éditeurs.

    La solution? Peut être un principe de prise de responsabilité: un bug se devra d'être corrigé dans les plus brefs délais et/ou annoncé clairement... Mais quid des LL abandonné par leur auteurs et récupérés par d'autres?

    Bref, il va falloir vraiment y refléchir...
    • [^] # Re: Les LL sont mal barrés

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      La solution? Peut être un principe de prise de responsabilité: un bug se devra d'être corrigé dans les plus brefs délais
      Pour ça je ne me fais pas trop de soucis pour les LL. Un bug dans un LL est corrigé dans un laps de temps TRES court. Les softs proprios ne peuvent pas en dire autant.
      <sarcasme>Un bug non déclaré n'existe pas...</sarcasme>
      • [^] # Re: Les LL sont mal barrés

        Posté par . Évalué à 6.

        Je crois qu'il voulait faire allusion qu'en cas de menace juridique, MS a déjà un bataillon d'avocats alors que du coté des hackers c'est la débandade style Broadcast2000 (je trolle là ?).
        D'un autre coté, on comprend mieux pourquoi les developeurs du Hurd sont tous mineurs ;) (là c'est sur)
      • [^] # Re: Les LL sont mal barrés

        Posté par . Évalué à 10.

        Un bug dans un LL est corrigé dans un laps de temps TRES court

        Ben si j'ecris un jour un soft libre, j'espere bien pouvoir partir en vacances 3 semaines sans avoir besoin de me connecter tous les jours pour savoir si un bug ne vient pas d'etre signaler.

        Une petite note : Logiciel libre ne signifie pas logiciel developpe par plein de developpeurs differents aux quatres coins du monde avec CVS, mailing-list, etc...

        Il y a beaucoup de logiciels libres developpes par une seule personne, et fournit "en l'etat", et dont il ne faut attendre de son auteur que de la bonne volonte pour corrige un bug. (donc la notion de delai tres court, aux oubliettes...)


        Ronan
        • [^] # Re: Les LL sont mal barrés

          Posté par . Évalué à 2.

          > et dont il ne faut attendre de son auteur que de la bonne volonte pour corrige un bug.

          Justement, avec les LL, il ne tient qu'à toi de corriger le bug (et ne pas attendre le prochain millésime). Si tu n'as pas les compétences, tu peux toujours compter sur la communauté libre.

          \o/ Vive les Logiciels Libres !
    • [^] # Re: Les LL sont mal barrés

      Posté par . Évalué à 7.

      Si il y a des clauses de limitation de responsabilité dans les Logiciels Libres, c'est essentiellement car les développeurs de Logiciels Libres n'ont en général pas les moyens financiers d'assurer la maintenance 24H/24 de ceux-ci.
      Cependant, il ne devrait pas y avoir trop de problèmes dans un premier temps. En effet, je pense qu'il n'y a pas de problème à sortir un LL en version bêta, logiciel qui pourrait garder son côté sans responsabilité de façon logique. Qui n'utilise aucun logiciel marqué 0.x ou explicitement donné comme version de développement ?
      Puis, les versions stables seraient éventuellement accompagnées de ces obligations. Même chose pour les logiciels propriétaires. Sauf que désormais, les clients ne seront plus bêta-testeurs à l'insu de leur plein gré :)
      • [^] # Re: Les LL sont mal barrés

        Posté par (page perso) . Évalué à 9.

        Puis, les versions stables seraient éventuellement accompagnées de ces obligations.

        Soit alors on met une garantie de fonctionnement sur les softs libres (genre mozilla)

        La question est *qui* garanti le fonctionnement ?
        Si j'ai un bug importante j'ai le droit de me retourner contre le developpeur qui a passé bénévolement sa journée à faire une fonctionnalité ?

        Ben à ce rythme là plus personne ne va coder du libre ...

        Déjà il y a absence de structure juridique contre laquelle se retourner (la notion de mainteneur est toute abstraite pour les softs qui ne demandent pas de donner son copyright au mainteneur) et ca risque d'etre un peu complexe.

        Apres meme si on choisit qui attaquer le pauvre a juste voulu faire profiter de quelques lignes de code et n'a certainement pas recu en échange de quoi payer quelques avocats, un proces et des indemnités demandées par la multinationnale X qui a perdu 3 millions à cause du bug.

        Si je suis tout à fait pour une obligation face aux logiciels mis en ventes il faut avouer que ce principe n'est pas du tout adapté aux logiciels libres (il s'agit plus de voisins qui s'entraident et se pretent des trucs que d'une boite qui vend un produit/service)

        (là je parle quand il n'y a pas d'intermédiaire intégrateur, sinon c'est de toute facon l'intégrateur qui se doit de garantir son choix)
      • [^] # Re: Les LL sont mal barrés

        Posté par . Évalué à 9.

        Je suis de ton avis.
        Mais il y a un gros trou dans le principe: il suffit de n'avoir plus que des versions en developpement...

        D'un autre cote, pour boucher le trou, on pourrait dire qu'il est interdit de vendre un logiciel en developpement. Seuls seraient autorises a la vente les logiciels portant une mention 'stable', mention impliquant la responsabilite de son responsable.

        Cela aurait en plus l'avantage que les logiciels libres, ils suffirait de dire qu'ils sont en perpetuel developpement!

        Mais comment feraient les distributions? Interdiction de vendre le produit, donc obligation de fournir un service sur la distrib afin de survivre?

        Le bonjour chez vous,
        Yves
        • [^] # Re: Les LL sont mal barrés

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Mais comment feraient les distributions? Interdiction de vendre le produit, donc obligation de fournir un service sur la distrib afin de survivre?

          Ben ... non. Vu que déja actuellement les distribs ne vendent pas le logiciel, mais le packaging, accompagné éventuellement d'un peu de service (hotline, etc.). On peut très bien défendre le fait que l'on ne vends pas le logiciel, mais la boite et le manuel. Nuance...
      • [^] # Idée de garantie (was Re: Les LL sont mal barrés)

        Posté par . Évalué à 2.

        Si il y a des clauses de limitation de responsabilité dans les Logiciels Libres, c'est essentiellement car les développeurs de Logiciels Libres n'ont en général pas les moyens financiers d'assurer la maintenance 24H/24 de ceux-ci.

        Etant considérés comme des oeuvres de l'esprit, tous les logiciels ont une garantie limitée (quand elle existe).

        Une idée de garantie valable ce serait pour le client:

        Si le logiciel est propriétaire (sources non dispos ET non modifiables par le client):
        - Garantie comme pour n'importe quel autre produit vendu dans le commerce

        Si les sources sont dispos et modifiable par le client:
        - Pas de garantie ou très limitée
        • [^] # Re: Idée de garantie (was Re: Les LL sont mal barrés)

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Bof, tu prend comme argument que les softs sont une oeuvre d'esprit (ou une oeuvre d'art) et on reste dans l'optique actuelle.
          Ca pour le propriétaire et le libre (les deux sont des oeuvres de l'esprit non ?)

          Bon, c'est justement ce qu'ils veulent changer (ne pas considerer ca comme un truc inexistant). Les services sont tous immatériels, ca n'est pas pour ca qu'il ne doit pas y avoir de garantie

          Apres l'argument : pas de garantie parce que tu as le droit de modifier les sources est un peu légé ....
          C'est partir sur le fait que le client a les moyens de tout auditer et recoder lui meme. Si il l'avait il aurait souvent aussi bien fait de tout coder lui meme tout court.
          Dans une optique ou le LL n'est pas reservé à quelques informaticiens (c'est le but non ?) les gens qui peuvent auditer et corriger un pb sont tres tres peu et pour l'utilisateur final pouvoir modifier ses sources ben euh .... c'est pas toujours un argument important

          et ca veut dire que si MS (ou une autre boite, mais vous réagissez plus quand on parle de MS :) ) distribue les sources d'une partie de win (droit de lire, modifier à titre personnel, avec certaines condition mais droit de le faire) vous admettez qu'il peut ne donner aucune garantie.
    • [^] # Re: Les LL sont mal barrés

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Dans le cas du logiciel libre, je verrais plutôt la responsabilité au niveau de l'intégrateur : à lui d'effectuer un audit de code. (oui ça paraît microsoftien comme position de se décharger sur le "vendeur" mais quand celui-ci peut vérifier le bon fonctionnement du logiciel c'est totalement différent)

      Il ne faut pas oublier le caractère du Bazar qui fait que l'on ne peut vraiment désigner un responsable.
    • [^] # Re: Les LL sont mal barrés

      Posté par . Évalué à 2.

      La différence avec les Logiciels Libres, quand ils sont développés par des personnes sur leurs temps de travails est différents des logiciels commerciaux (mêmes libres).

      Tu ne vend rien ! Le fait de vendre quelque chose (que je qualifierai d'acte commercial) implique nécessairement de vendre quelque chose qui marche (généralement le fonctionnement que l'on est en droit d'attendre est défini dans la doc).
      Ca va être encore plus compliqué : LL payant, LL gratuit, ...

      Si je donne un "objet" (au sens large du terme) à une personne et que cet objet ne fonctionne pas, dois je commencer à chercher un avocat à l'attente d'un éventuel procès ?

      Comme je ne suis pas docteur en droit commercial, ce que je viens d'écrire me semble juste du bon sens et fournis une piste, mais ne fait pas loi :(.

      Pxxtain ce qu'il fait chaud ! Ca tape. "Voteur" un peu de pitié :)
      • [^] # Re: Les LL sont mal barrés

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Tu ne vend rien !

        Là n'est pas la question. Qu'il n'y ai pas d'argent en jeu ne fait aucune différence.

        Si on me distribue un échantillon de creme pour la peau et qu'elle se revele légerement irritante je n'aurai rien le droit de dire sous prétexte que c'etait gratuit ?
        Meme chose pour les "1 X gratuit pour 3 Y achetés", le X n'est donc sans garantie ?

        Je ne connais pas la loi assez bien pour donner une garantie mais je doute que le fait qu'il y ai ou pas passation d'argent change quelque chose.

        La différenciation se fait plus dans le "dans un cadre privé" et "dans un cadre public". Or la diffusion de mozilla et apache (par exemple) sont publique, pas privées.
        • [^] # Re: Les LL sont mal barrés

          Posté par . Évalué à 1.

          Lorsque tu fait du logiciel libre tu abandonnes une partie des droits d'auteurs (dits "les droits commerciaux", opposé aux droits inaliénable (droits au nom, ...).

          Je sais bien que ce que j'ai dis pêche à bien des égards. Mais les exemples que tu cites ne me convainct pas car c'est encore un acte commercial. L'argent, finalement, n'a que peu d'intérêt.

          Pour reprendre ta dernière phrase, je dirais que les LL sont dans le domaine public, il n'y a donc pas de personnes qui détiennent commercialement de droits dessus.
          • [^] # Re: Les LL sont mal barrés

            Posté par (page perso) . Évalué à 6.

            Lorsque tu fait du logiciel libre tu abandonnes une partie des droits d'auteurs (dits "les droits commerciaux", opposé aux droits inaliénable (droits au nom, ...).

            Absolument pas.
            Ce que tu fais c'est que tu donne licence à tous pour faire certaines choses (copier/distribuer/modifier) mais tu ne jettes aucun de tes droits (au pire tu ne les utilise pas). La différence est de taille.


            c'est encore un acte commercial
            Oui mais .. la publication GPL de mysql n'est'elle pas un acte commercial de la part de Mysql AB (boite commerciale) pour vendre des solutions plus précises et des services ?
            La différence est bien faible le plus souvent.
            Meme question pour les distrib.
            Ca ressemble fortement aux échantillons gratuits (je te "donne" quelque chose pour que ca te donne envie d'acheter apres)

            je dirais que les LL sont dans le domaine public
            Extremement peu le sont. Attention, le "domaine public" est une chose bien particuliere (que ce soit en France ou aux US), et à partir du moment ou il y a une licence mise par l'auteur c'est bien que ce n'est pas dans le domaine public (meme si c'est une BSD ou équivalent).
            D'ailleurs j'ajouterai au en France personne ne peux décharger quelqu'un de ses droits d'auteur, meme pas lui meme. Meme si moi je veux mettre un de mes softs dans le domaine public je ne peux pas, techniquement il n'y est pas, il est sous mon copyright avec une licence libre (je crois que aux US on peut mais bon)


            Bref, c'est loin d'être simple .. très loin. et on va pouvoir prendre en justice toutes les boites qui financent ou se servent de pres ou de loin du logiciel libre.
    • [^] # Re: Les LL sont mal barrés

      Posté par . Évalué à 0.

      La différence fondamentale entre le LL et le logiciel propriétaire, c'est que le logiciel propriétaire tu l'achète (ou le loue), le LL t'est donné gracieusement (même s'il est rappeler qu'il est bon de financer les LL). Comment dans ces conditions demander des dommages et intérêts, alors que l'utilisateur ne rémunère pas les développeurs pour l'utilisation du logiciel.

      Toute la question est : cette différence sera t'elle prise en compte.
      Et si c'est le cas, et que les LL ne sont pas soumis au même obligation que les logiciels propriétaires, il est possible que l'image des LL en prenne un coup.
      Tout du moins les grands éditeurs utiliseront cet argument en défaveur des logiciels libre.

      Quoi qu'il arrive, je pense que se ne sera pas une bonne chose pour le LL.
      • [^] # Re: Les LL sont mal barrés

        Posté par . Évalué à 5.

        Alors je suis un entrepreneur/décideur pressé qui fait des vélos. Manque de pot, y'a une série qui a un defaut de cadre. Pas grave, je le donne a des assos pour djeuns désargenté, ca fait bonne concience en plus.

        Les 3/4 des djeuns se plantent avec et y perdent leurs ratiches, mais bien fait pour eux, ct gratuit et c'est leur pb...

        Tu ne penses pas qu'il y a un pb la?

        Bien sur dans ce cas il y a dissimulation d'un pb, mais dans le cas d'un logiciel, l'auteur peut etre au courant d'un bug, sans pour autant avoir l'envie, ou le temps de le fixer (voire de savoir à quoi il est du).

        Tout ca risque fort d'être exploité par les anti-LL en disant tout simplement que les LL sont dangeureux car tt simplement non garanti...
    • [^] # Re: Les LL sont mal barrés

      Posté par . Évalué à -1.

      Comment tenir pour responsable un bénévole
      qui fait bénéficier tout le monde de son superbe
      code, ou celui qui maintient un package debian ?

      Ces gens la n'imposent pas à la planète d'utiliser
      leurs softs car ils sont super mieux et que de toute
      façon t'as pas la choix y'a qu'eux.

      Les logiciels libres c'est la liberté de développer
      et la liberté d'utilisé (ou de ne pas utiliser)!
    • [^] # Re: Les LL sont mal barrés

      Posté par . Évalué à 0.

      La solution? Peut être un principe de prise de responsabilité
      Tout le problème est bien là !

      Tant que tout se passe bien dans une société, pas de problème. Mais le jour où il y un soucis, ce qui interesse avant tout les DSI c'est de pouvoir trouver un responsable, une personne sur qui taper.

      J'ai personnellement rencontré des décideurs qui étaient prêts à investir des centaines de KF (voire des MF) dans du propriétaire plutôt que dans une solution libre uniquement parce qu'un éditeur peut être impliqué en cas de problème.

      "Ok, je prends la solution la plus chère et qui marche moins bien, mais au moins je pourrais gueuler".
  • # On croit rêver

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    "Attendre d'un logiciel, qui est naturellement complexe, qu'il soit parfait, est ridicule", renchérit Art Coviello, P-DG de l'éditeur de logiciels de sécurité RSA Security. Obliger les éditeurs à respecter des normes de fiabilité "ralentirait la vitesse d'adoption de la technologie."

    De plus, si les éditeurs devaient être tenus pour responsables, le prix des logiciels augmenterait considérablement, prévoit Marc E. Brown, associé au cabinet d'avocats McDermott, Will & Emery à Los Angeles.


    Alors jusqu'à présent, le prix des softs était dû à quoi ?
    Quant à la perfection d'un soft, je pense qu'on est en droit de l'attendre oui !
    Quand un graphiste (ou autre, suis pas sectaire) perd des heures de travail suite à un plantage d'OS, ou quand une société perd des données suite à une gestion de disque calamiteuse, on peut se demander pourquoi l'éditeur n'est pas considéré comme reponsable.
    • [^] # Re: On croit rêver

      Posté par . Évalué à -1.

      Le risque zero n'existe pas.
      Soit tu acceptes cet imponderable, soit tu attaques dans l'espoir de faire porter le chapeau a quelqu'un d'autre.

      Allez hop -1...

      "Travaillez plus pour gagner plus!"
  • # Enfin !

    Posté par . Évalué à 6.

    Oui, j'suis bien content qu'on se pose la question, et à mon avis, il n'y a rien à craindre pour les LL (comerciaux ou pas). Je m'explique :
    Un logiciel propriétaire est vendu (enfin la license, ce qui pour moi revient au même) pour accomplir une ou plusieurs tâche. Si on "ferme" les sources, c'est qu'on est sûr de soi, et qu'on a un savoir faire qu'on ne veut pas voir divulgué. Donc, il faut prendre ses responsabilités et aller jusqu'au bout.
    Par contre, dans le cas du LL, les sources sont ouvertes, et donc, l'utilisateur, qu'il télécharge ou achète de tels logiciels a la possibilité d'en comprendre le fonctionnement, et éventuellement d'empêcher certaines exceptions en changeant ces-dites sources et recompilant les programmes dans le but de l'utiliser. Ce qui fait de facto que le prix de tels logiciels devrait être moindre par rapport aux logiciels fermés, puisque l'engagement est moindre.
    Enfin, dans le cas des LL gratuits, ils sont pour la plupart développés par des volontaires, sur leur temps de libre, et je ne vois pas comment on pourrait les rendre responsables de quoi que ce soit. (Ca vous arrive de trainer qualqu'un devant les tribunaux parce qu'il vous a fait vous tromper de direction ?).
    De plus, d'après la connaissance que j'ai du sujet (qui est loin d'être complète, je vous l'accorde), il me semble que les LL sont plus précis dans ce qui fonctionne ou non (cf. fichiers INSTALL, TODO, README joints dans 99% des cas), que les logiciels proprios qui vous disent dans leurs lisences que si ça marche pas, allez voir ailleurs (chez votre revendeur.... mouarf !).
    • [^] # Re: Enfin !

      Posté par . Évalué à -2.

      Je pense exactement comme toi et en plus je vois cette resposabilité comme une manière de subvernir aux besoins de LL. En effet :

      - soit tu as un logiciel 100 % propriétaire et payant : alors tu es en droit de te retourner vers l'éditeur pour faire valoir une assurance de résultats et donc le montant de la licence inclut cette assurance et c'est une sorte d'assurance contre les problèmes (temps perdu à cause d'un bogue, TCO, ...).

      - soit tu as un logiciel "opensource" (dont tu as les sources mais pas le droit de modification et de diffusion) alors la garantie n'est pas obligatoire car tu peux, si tu veut auditer le code pour vérifier qu'il ne contient pas de problèmes majeurs (perte de données, backdoor). La garantie est alors plus limitée.

      - soit tu as un logiciel libre (au sens GPL) et alors tu ne peux prétendre à aucune garantie.

      On pourrait faire le parallèle suivant avec les voitures :

      - si tu as un Porche, Ferrari, ... tu l'assure contre le vol, les accidents et les pannes. Ca coûte cher mais tu es complètement bordé.

      - si tu as un voiture quelconque (et/ou tu ne veux pas toutes ces assurances), la loi t'impose une assurance minimale (style assurance au tiers) pour pouvoir rouler.

      - si tu te fabriques ton vélo et que tu ne veux pas d'assurance, libre à toi de rouler sur les routes à tes riques et périls.

      Et alors quel plan pour les sociétés du LL ? C'est simple elle pourait jouer le rôle des éditeurs dans le cas des logiciels proprio, c'est à dire fournir une assurance (au sens financier et juridique) pour les logiciels que tu utilises selon les clauses de la licence qui lie l'utilisateur et le fournisseur. Ainsi si tu achéte un boite SuperGarantieDeLaMort chez RedHat/Mandrake/Caldera/Tartanpiont tu as droit à la garantie, si tu utilise les ISOs tu n'as droit à rien mais tu peux profiter de la garantie indirectement car la qualité des programmes augmente.

      Le plus gros problème à mon sens est la juste définition de la limite entre les responsabilités du fournisseur de logiciel et l'utilisateur de ce même logiciel. Dans les programmes directement interactifs, la limite peut-être floue mais dans le cas d'un serveur il est plus facile de faire la part des choses : par exemple les backdoors, perte de données directement dues à un problème connu et documenté (bug dans la gestion des requetes HTR pour ne citer que le plus récent), mauvaise configuration d'origine, ...

      A+
      • [^] # Re: Enfin !

        Posté par (page perso) . Évalué à 8.

        Si je suis ta logique, ma voiture est plus proche de la GPL que de ta définition d'opensource vu que j'ai le droit de bidouiller comme je veux dedans, je peux corriger ce qui va pas.


        Ceci dit tu crois que le fait que je puisse moi meme changer un piston ou une courroire dans le moteur donne le droit au constructeur de mettre des truc défectueux ?



        Allons .. le fait que tu puisses modifier et auditer le code ne doit jamais etre une justification à une limitation de responsabilité. Surtout que si toi tu es peut etre capable d'aller auditer les X Mo de sources d'un logiciel et que tu en as le temps, ca n'est probablement pas le cas de la plupart des gens.

        Je vais te dire mon mécanicien il tire la gueule si je lui dit que son soft de compta a le droit de pas marcher parce que si il ne marche pas il pourra le corriger lui meme. Ca de la meme facon que je vais tirer la gueule si on me dit que ma voiture est défectueuse mais que j'ai le droit de changer les pieces en cause si je veux.


        Il *faut* trouver une solution pour que le modèle de développement des LL soit possible et viable, parce qu'il n'y a aucune raison que ce ne soit pas le cas.
        Mais ton raisonnement serait valable si la plupart des gens pouvaient faire corriger un soft facilement. Ce n'est pas le cas et meme pour un bon programmeur aller s'envoyer le code d'openoffice ou linux pour corriger un code n'est pas forcément évident.
        • [^] # Re: Enfin !

          Posté par . Évalué à 1.

          Je vais te dire mon mécanicien il tire la gueule si je lui dit que son soft de compta a le droit de pas marcher parce que si il ne marche pas il pourra le corriger lui meme. Ca de la meme facon que je vais tirer la gueule si on me dit que ma voiture est défectueuse mais que j'ai le droit de changer les pieces en cause si je veux.

          De la même manière que tu fais confiance à ton mécano pour contrôler et réparer ta voiture pourquoi il ne te ferait pas confiance pour auditer le code de sa compta. Attention quand je parle de confiance, je parle plutôt d'un échange garantie / argent cad que le client transfère une partie de la responsabilité sur le fournisseur.

          Allons .. le fait que tu puisses modifier et auditer le code ne doit jamais etre une justification à une limitation de responsabilité. Surtout que si toi tu es peut etre capable d'aller auditer les X Mo de sources d'un logiciel et que tu en as le temps, ca n'est probablement pas le cas de la plupart des gens.


          Je ne suis moi même pas capable d'auditer le code d'un programme par contre si j'ai besoin d'un programme sûr (exemple comptabilité) pourquoi est-ce-que je ne ferais pas un contrat de garantie avec un prestataire informatique : je me fournit chez Bidule car il produit un programme qui a été inspecté par Chose ce qui me permet d'avoir la garantie que les dommages du programme ne seront entièrement remboursés par Chose sous réserve d'une utilisation correcte.

          Supponsons que cette garantie soit à la base pour tous les programmes non libre, alors le fournisseur de logiciel a deux options :

          - 100 % propriétaire et donc entièrement responsable des possibles problèmes (vices cachés)

          - logiciels opensources non redistribuable, il est alors partiellement responsable (en particuliers des programmes intrusifs type backdoors, ...) mais pas complétement responsable car si tu veux être convert il te suffit de contracté une garantie auprès d'un auditeur qui devient responsable pour tout problème.

          A+
    • [^] # Grrrrrrrrrrrrr

      Posté par . Évalué à 3.

      Mon Dieu les angéliques :((

      Par contre, dans le cas du LL, les sources sont ouvertes, et donc, l'utilisateur, qu'il télécharge ou achète de tels logiciels a la possibilité d'en comprendre le fonctionnement, et éventuellement d'empêcher certaines exceptions en changeant ces-dites sources et recompilant les programmes dans le but de l'utiliser.

      Je te laisse essayer de vendre une voiture (ou autre machin) "dont les sources sont ouvertes" et d'arguer que, si un mec se tue à cause d'un défaut quelconque, il n'avait qu'à faire une code review avant. Faut arrêter de rêver, là. Y a des GrosPleinDeFric SA et autres SuperLobby Corp. qui n'hésiteront pas une seconde à balancer une horde d'avocats aux trousses de Redhat s'ils ont un préjudice de millions de brouzoufs suite à leur malcompréhension de tel ou tel bidule dans la distribution. On peut même imaginer qu'ils s'amusent à essayer de ruiner un particulier si celui-ci est une figure importante (remember Altern, Estelle et Valentin ?).

      Enfin, dans le cas des LL gratuits, ils sont pour la plupart développés par des volontaires, sur leur temps de libre, et je ne vois pas comment on pourrait les rendre responsables de quoi que ce soit.

      De même, dans le cas des forums gratuits du site Web d'une association à but non lucratif de défense de consommateurs, on ne voit pas comment on pourrait rendre responsables les webmestres d'un message diffamatoire posté sur le forum, et leur demander 80 000 Euro de dommages et intérêts. Dommage, c'est arrivé quand même.

      De plus, d'après la connaissance que j'ai du sujet (qui est loin d'être complète, je vous l'accorde), il me semble que les LL sont plus précis dans ce qui fonctionne ou non (cf. fichiers INSTALL, TODO, README joints dans 99% des cas)

      Faudrait arrêter de raisonner de travers. Le problème n'est pas de savoir si les logiciels peuvent éviter un maximum de désagréments, mais s'ils le doivent sous peine de dommages et intérêts. Tain, c'est pas difficile à comprendre, non ? Quand je vois 90% des messages ci-dessus qui se contentent de barrir "de tte façon Linux plante pas, bien fait pour kro$oft", j'ai l'impression d'un troupeau de neuneux qui batifolent sur le chemin de l'abattoir :(((((((((((
      • [^] # Re: Grrrrrrrrrrrrr

        Posté par . Évalué à 0.

        Au vu des réponses qui ont été faites à mon post (d'ailleurs, merci à ceux qui font avancer le schmilblick sur ce thread), je ne pouvais pas rester sans réagir. Je vais donc prendre les extraits dans l'ordre et les commenter :
        daGanf, tu indiques :

        Si je suis ta logique, ma voiture est plus proche de la GPL que de ta définition d'opensource vu que j'ai le droit de bidouiller comme je veux dedans, je peux corriger ce qui va pas.

        Ben non ! C'est pas ce que j'ai dit ! D'ailleurs, tu as des voitures en gpl, toi, c'est nouveau, ça ! Il me semble bien que les composants des voitures (et en particulier du moteur, mais pas seulement) sont protégés par des brevets entre autres.
        De plus, je ne parlais pas de bidouiller le code, mais je me suis peut être mal exprimé. En résumé, et pour faire bref, je voulais simplement signifier qu'il me paraissait inconcevable d'exiger la même part de responsabilité d'un logiciel propriétaire (et souvent cher) et d'un LL. Enfin merde, quoi, c'est pas compliqué ! Quand tu fais tes courses, si tu as le choix entre un produit de marque et un produit sans marque (donc moins cher que le précédent), tu ne t'attends pas à ce que le second soit aussi bien que le précédent (attention, j'ai pas dit qu'il n'était pas). Si il est aussi bien, voir meilleur, et ça peut arriver, crois moi, ben tu n'achètes plus la marque après (en tout cas, moi, je ne le fais pas). Mais au départ, même inconsciemment, tu conclus, peut-être par habitude que produit moins cher=moins de qualité (et à ce moment là, ça ne t'étonne pas) !

        Ensuite, ce qui a été dit allait plus ou moins dans mon sens, donc, je n'y reviens pas.

        Par contre, et ça m'a vraiment choqué ce matin en arrivant, la réponse de Master-Dik est à mon sens à côté de la plaque.
        Tu te prends pour qui, d'abord ? Je pensais que les commentaires étaient là pour que des gens comme moi puissent montrer leur point de vue, éventuellement se planter, mais en tout cas faire avancer la discussion sur le sujet proposé dans la news, et donner leur avis.
        A te lire, on croirait qu'il n'y a que toi qui détient le savoir et la connaissance. Modère tes propos ! Juste un extrait de ton post qui me met en colère :
        Quand je vois 90% des messages ci-dessus qui se contentent de barrir "de tte façon Linux plante pas, bien fait pour kro$oft", j'ai l'impression d'un troupeau de neuneux qui batifolent sur le chemin de l'abattoir :(((((((((((
        Où as tu vu ça dans le thread qui suit mon post original ? J'ai pas parlé une seule fois ni de cette façon, ni de kro$oft comme tu te plais à le dire (ce qui montre bien le coôté primaire de ton raisonnement). Lis plus haut (le début de ce message), et j'espère que tu comprendras un peu mieux ce que je voulais dire.
        • [^] # Neuneu est au Brésil

          Posté par . Évalué à 0.

          En résumé, et pour faire bref, je voulais simplement signifier qu'il me paraissait inconcevable d'exiger la même part de responsabilité d'un logiciel propriétaire (et souvent cher) et d'un LL.

          Et moi ce que j'essaie de te faire comprendre, c'est qu'un juge se fout de savoir ce qui est inconcevable pour toi ou pour l'informaticien averti. Toi y en a suivre l'actualité juridique, des fois ?

          Mais au départ, même inconsciemment, tu conclus, peut-être par habitude que produit moins cher=moins de qualité (et à ce moment là, ça ne t'étonne pas)

          Ca apporte quoi ce genre de remarques ? Tu crois qu'un développeur de LL va pouvoir se dédouaner de toute responsabilité devant un tribunal avec ce genre d'argument ? T'es pas un peu inconscient (ou con tout court) ?

          Si je suis énervé, c'est parce que je vois des gentils couillons comme toi qui pensent que la justice sera infiniment plus compréhensive à l'égard des développeurs bénévoles de leurs produits préférés. Ca t'arrive de redescendre sur terre et de sortir du bel univers imaginaire où tout le monde il est beau il est gentil ? Tu veux pas faire preuve d'un peu de clairvoyance, une fois, rien qu'histoire de ne pas balancer des tonnes de mensonges dangereux ?

          C'est fatigant, de discuter avec des pignolos pareils.... :(
          • [^] # Re: Neuneu est au Brésil

            Posté par . Évalué à -2.

            J'e n'avais presque pas envie de te répondre, puis finalement, je me suis décidé.
            Je crois bien que tu t'égares un peu, car d'une tu n'es pas au tribunal, et de deux, tu peux bien penser ce que tu veux, j'm'en tape.
            Je pensais que ce site était là pour qu'on donne son point de vue, et éventuellement qu'on exprime ses idées en toute liberté, en faisant évoluer une discussion. Toi, tu fais tout le contraire: "J'ai raison, t'as tort, t'es qu'un con.". Je ne vois pas où une discussion est possible avec toi.
            J'me colle -1 tout de suite, car toi et ta bande de potes n'allez pas vous gêner pour faire descendre un peu plus mes XP (dont je n'ai strictement rien à taper d'ailleurs), et même si j'avais pu, j'me serait collé -100 tout de suite, ça aurait gagné du temps.
            • [^] # Re: Neuneu est au Brésil

              Posté par . Évalué à -3.

              Je crois bien que tu t'égares un peu, car d'une tu n'es pas au tribunal

              Je crois que c'est toi qui n'a rien compris, car la brève parle de responsabilité juridique. Après si tu préfère intervenir hors sujet en laissant entendre que tu réponds quand même à la brève, ben....

              Pour le reste... pouf, pouf ;))
              Allez, -1.
              • [^] # Re: Neuneu est au Brésil

                Posté par . Évalué à -4.

                Derrière cette question dont la réponse peut amener plusieurs milliards de dollars de dommages et intérêts, se cache une autre interrogation plus fondamentale, celle de la nature même d'un logiciel: est-il un produit ou un service ?

                Faudrait p'têt voir à suivre les liens proposés avec la news... Je ne vois pas où il est question de lois là dedans ? Et dans ce cadre, mes remarques étaient tout à fait à propos.
                Je ne comprend pas ton acharnement.... T'es juriste ? Excuses-moi de n'être qu'un simple informatitien alors.... Visiblement nos mondes ne sont pas compatibles.
                • [^] # Re: Neuneu est au Brésil

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Faudrait p'têt voir à suivre les liens proposés avec la news

                  C'est bien que tu le dises. Extrait du premier lien :

                  "SAN FRANCISCO (Reuters) - Les éditeurs de logiciels informatiques doivent-ils être tenus pour responsables des défauts de leurs produits, comme le sont les constructeurs de voitures par exemple ?

                  Derrière cette question dont la réponse peut amener plusieurs milliards de dollars de dommages et intérêts [...]"

                  Responsabilité, dommages et intérêts, c'est pas du vocable juridique, peut-être ? Plus loin, des propos d'avocats sont rapportés, c'est pour parler de l'efficacité du noyau Linux, sûrement.

                  Mais encore : "l'Académie nationale des sciences [...] a pressé le législateur de réfléchir à une réglementation". Et puis aussi : "Aux Pays-Bas, un tribunal a jugé en septembre dernier la société Exact Holding coupable d'avoir vendu un logiciel bogué".

                  Y a pas à dire, ça ne parle vraiment pas d'enjeux juridiques et légaux. Parole d'informaticien !

                  T'es juriste ? Excuses-moi de n'être qu'un simple informatitien

                  Non, je suis informaticien, mais toi tu es un boulet.
                  • [^] # Re: Neuneu est au Brésil

                    Posté par . Évalué à -1.

                    Ce sera ma dernière intervention sur ce thread qui finalement est bien puéril. En effet, tu as l'air de bien connaître la question d'un point de vue juridique. Je ne peux pas te retirer ça, il suffit de lire tes posts pour s'en rendre compte. J'ai de plus le sentiment que c'est un sujet qui te préoccupe grandement.
                    Ce que je ne tolère pas dans tes propos, outre le fait qu'ils sont résolument engagés, c'est le ton sur lequel tu t'exprimes. On a l'impression à te lire que TU connais tout sur le sujet, qu'il n'y a QUE TOI qui détient le savoir et qui sait de quoi il parle. Bref, tu n'accordes pas la moindre attention à ce que les autres peuvent penser ou dire, même si ils se trompent ou n'abordent pas le sujet sous le même angle que toi. Dommage, car la discussion aurait pu être intéressante, surtout entre quelqu'un comme toi qui connait, et quelqu'un comme moi qui essaie de comprendre.
                    Mais là, trop, c'est trop. C'est pas avec des propos injurieux que tu vas t'attirer ma sympathie, que tu aies raison ou non.
                    Je reprend en vrac tes propos :

                    un troupeau de neuneux qui batifolent sur le chemin de l'abattoir
                    Neuneu est au Brésil
                    T'es pas un peu inconscient (ou con tout court) ?
                    C'est fatigant, de discuter avec des pignolos pareils.... :(

                    et

                    Non, je suis informaticien, mais toi tu es un boulet.

                    Pour conclure ceci : heureusement que je ne t'ai pas dans mon équipe, car vivre avec quelqu'un comme toi, ce ne doit pas être la joie, Monsieur Centre du Monde.
                    La suite, s'il y en a une se fera sans moi, car je ne vois plus l'intérêt de réagir sur des sujets proposés sur ce site, si c'est pour se faire agresser à longueur de temps par des gens comme toi. A jamais donc, et sois sûr que je suis bien ravi de ne pas avoir à te connaitre.

                    P.S. : je pensais être sur un site ouvert d'échange d'idées et de discussion, je vois bien que je me suis trompé. C'est bien dommage, mais pas si triste. Le www est si vaste, j'aurais vite fait de me trouver un site de news animé par des gens un peu plus tolérant que toi.
                    • [^] # Re: Neuneu est au Brésil

                      Posté par . Évalué à -1.

                      J'ai de plus le sentiment que c'est un sujet qui te préoccupe grandement.

                      Disons qu'en tant qu'informaticien, ça m'arrive d'écrire des programmes. Toi aussi, j'imagine.

                      Ce que je ne tolère pas dans tes propos, outre le fait qu'ils sont résolument engagés

                      Pourquoi "outre" ? Avoir des propos engagés est répréhensible en soi ?

                      Bref, tu n'accordes pas la moindre attention à ce que les autres peuvent penser ou dire

                      Hum, vu le résultat de ce fil, je pense au contraire en avoir accordé un peu trop. J'aurais peut-être mieux fait de laisser les contre-vérités insouciantes et dangereuses s'accumuler, au moins je ne me serais pas fait chier.

                      C'est pas avec des propos injurieux que tu vas t'attirer ma sympathie,

                      C'est pas le but non plus.

                      Le www est si vaste, j'aurais vite fait de me trouver un site de news animé par des gens un peu plus tolérant que toi

                      Je n'anime pas Linuxfr ;)

                      (-1)
  • # zéro défaut ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    AMA cette notion n'est pas du tout adaptée (meme si c'est vrai que ca ne ferait pas de mal que de se débarasser de ces clauses je m'en foutistes) exemples :

    1- j'ai un bug sur un de mes softs à cause d'une librairie mal foutue (et je ne l'avais pas vu). Est'on en droit de m'attaquer moi ? mon soft marcherait si la lib marchait ...
    Sur une voiture le constructeur est responsable de l'intégration d'un moteur externe, par contre je peux difficilement etre moi reconnu responsable d'une librairie déja présente sur le systeme (comme si on rendait responsable citroen d'un trou dans la route qui a fait dérailler la voiture, ca peut se faire si on juge que la voiture aurait du tenir mais ca devient litigieux)

    2- j'ai un trou de sécu type double free. Qui accuser ? moi je peux tres bien dire que sous windows le trou de sécu n'existe pas (on ne peut rien faire avec) donc que c'est de la responsabilité de l'os. Le responsable de l'OS dira que c'est bien mon appli qui gene (ca marche parfait sans).

    3- Si mon programme a une faille de sécu on jugera tout de suite que c'est ma responsabilité ... il y a donc bien un probleme car jamais on a attaqué un constructeur d'alarme ou de serrure car son produit a pu etre forcé non ?
    Il faudrait définir un peux plus précisement les obligations de résultats

    4- quid des incompatibilités entres différents softs ? qui est responsable (si responsabilité il y a) ?

    5- ca remet en cause completement le principe de communauté et de partage du logiciel libre. N'existera plus que ce qui est assuré par une grosse société avec pas mal de moyens pour soutenir de gros procès.

    6- quid des beta publiques (et annoncées comme telles) ? le code est déclaré comme potentiellement non fonctionnel, or autoriser une boite à délivrer une béta publique ca serait l'autoriser à mettre un code avec toutes les décharges qu'ils mettent actuellement (bref, ne rien changer). Pourtant il ne faudrait pas que la publication de beta soit impossible.

    Il y a d'autres problemes ce n'en sont que quelques uns.


    AMA plutot que de chercher à mettre une obligation de fonctionnement (ce qu'on chercherait plutot à faire dans un premier pas) on ferait mieux de mettre une obligation de moyen :

    - personne ne devrait lacher dans le public un code avec un trou/bug connu sans annoncer la présence de ce probleme (une fois annoncé il n'y a plus de probleme de conformité avec le but du logiciel puisqu'on dit il mache "excepté ca")
    - une fois un probleme découvert il devrait y avoir obligation pour l'auteur de corriger le soft du mieux qu'il peut (donc pas dire "ca sera corrigé dans la prochaine version, elle coutera xxx euros, pas non plus mettre 3 ans à corriger un probleme connu)
    - obligation de tout faire pour limiter les problemes inconnu lors d'une publication (une boite qui ne fait aucun test et fait du code dégueulasse peut alors etre incriminée pour n'avoir pas fait ce qu'il faut pour limiter la casse)
    - appliqué aux publications de béta ca veut dire que ca doit etre annoncé comme tel et que la boite s'engage à corriger tous les problemes au fur et à mesure de leur apparition lors des publications de beta

    Pour l'instant je trouve que l'obligation de moyen répond beaucoup mieux au probleme qu'une obligation de fonctionnement et reste (elle) réaliste pour s'imposer à court terme si les politiques le veulent
    • [^] # Re: zéro défaut ?

      Posté par . Évalué à 1.

      Tu l'as dit implicitement, mais vaut mieux le remettre clairement:
      - toute correction de bug doit etre GRATUITE et sa mise en oeuvre (application de patch, remplacement de binaire...) doit etre faisable GRATUITEMENT aussi.

      Enfin si on compare ca a une garantie 1 an d'autres produits, ca ne tient qu'a moitie.
      disons que tout bug decouvert moins d'un an apres l'acceptation de la licence (et l'installation du soft) doit etre corrige ou contourne gratuitement.
      Apres, il est vrai que le produit peut devenir obsolete et l'editeur n'a pas forcement envie de maintenir des versions archaiques.

      Le bonjour chez vous,
      Yves
      • [^] # Re: zéro défaut ?

        Posté par . Évalué à -4.

        > - toute correction de bug doit etre GRATUITE et sa mise en oeuvre (application de patch, remplacement de binaire...) doit etre faisable GRATUITEMENT aussi.

        Rien ne m'empêche de développer et de _vendre_ un fork orienté sécurité d'un LL (au sens gnu du terme) avec le service (patch, binaire, mises à jour, ...).
  • # Moi aussi je veux troller

    Posté par . Évalué à 3.

    Mon avis : on a pas le choix, on va aller vers un responsabilisation des auteurs, c'est l'unique méthode pour gagner en qualité.

    Un petit rappel tout d'abord ici :
    http://perso.wanadoo.fr/juriscafe/DocsCivil/CompRespDelRespCont.htm(...)

    Il faut donc établir la preuve qu'un contrat est passé entre l'auteur et l'utilisateur, sinon, c'est _très_ dangereux pour l'auteur, les règles de la programmation sont connue et la preuve d'une faute en cas de bug facile à montrer (faut trouver le bug déjà mais après c'est facile) et la chaîne de responsabilité pas compliquée.

    Ce contrat doit porter au moins un objet (ce qui n'est jamais le cas d'une license d'utilisation à ma conaissance) mais celui-ci n'a pas besoin d'être écrit (on peut donc supposer que si vous téléchargez Apache, vous savez que c'est un serveur web, s'il est pas foutu de balancer la moindre réponse HTTP sur le réseau c'est quand même une rupture du contrat).

    Plus de détails là :
    http://perso.wanadoo.fr/juriscafe/DocsCivil/ModesConclusionContrats(...)

    Bon en fait j'ai rien dit mais plus je me renseigne et plus je sais pas quoi penser réelement.

    Un principe général : il serait temps de pouvoir foutre une boite au tribunal de commerce quand le produit vendu ne correspond pas ce qui en est attendu (c'est vague, comme ça je me mets personne à dos :-)
    • [^] # encore une chose

      Posté par . Évalué à -1.

      Je vois souvent ici des raisonnement douteux (des jeunes j'imagine).
      Y'a une règle simple en droit : prenez pas les juges pour des cons.
      Le procureurs non plus : vicieux mais pas cons.
      • [^] # L'exception ne fait pas la règle, la règle n'évite pas l'exception

        Posté par . Évalué à -1.

        Tu veux dire qu'on a pas le droit de prendre pour des cons les juges qui ont tranché sur l'affaire Kitetoa, où je rappelle que le plaigant était en fait le coupable devant la loi de 78 ? Ou sur les affaires récentes où les prestataires désignés responsables morflent pour des forums où s'expriment des anonymes, tient par exemple comme si MS attaquait DLFP parce qu'on y a posté un "MS suxor" ?

        Ben si, ils sont largués et preferent se comporter en vieux cons plutôt que de se remettre en cause. Combien de jugements intelligents dans les affaires NTIC ? 1 sur 3 ? 1 sur 4 ? Relis donc la prose de V. Lacambre ou Schmela... Danone... Jeune&Jolie...

        Rappelles toi de l'affaire Dreyfus. Rien à voir, mais Bové ne va t-il pas repartir en tôle ?

        Mais tu as peut-être raison dans le sens où ils ne sont pas cons, mais pire encore, sont au service non pas des citoyens mais de l'appareil étatique et des industriels (VU, Danone, McDo, FT, Orange...)
        • [^] # Re: L'exception ne fait pas la règle, la règle n'évite pas l'exception

          Posté par . Évalué à 2.

          Bon, pour que se soit clair LES JUGES NE FONT PAS LA LOI.

          C'est ton putain de députer qu'il faut aller voir, j'aurai dû mettre des liens plus simples.

          Dans l'affaire Kitetoa, il a bien eu accès à des informations dont il savait qu'il n'avait pas el droit de télécharger, ce putain de fichier mdb c'est bien retrouvé sur son disque non ? ben c'est la loi seul le maintien frauduleux est discutable mais le juge a probablement retenu que le fait d'y revenir régulièrement est un maintien. Maintenant, on peut sans problème attaquer Tati pour ses négligeance encore faut-il trouver un procureur qui en ait envie et là c'est pas gagné.

          Le problème des forums est un problème de loi mais la loi est respectée dans ces jugements et il faut la modifier, tu ferais mieux de réfléchir à une réforme juste de la loi (et le problème est compliqué) que de t'attaquer aux juges.

          Maintenant si t'es pas joisse (comme je ne suis pas jouasse) et bien tu sorts tes petits boigts boudinés de ton gros anus hypertophié, tu les laves et tu prends tu plus beau sylo et du papier et tu explique ton point de vue à ton député. Bon dans les faits il va t'envoyer chier car il est probablement de droite et qu'à droite c'est pas la fête à la liberté mais c'est un autre problème qui nous dépasse tous les 2.
          • [^] # Re: L'exception ne fait pas la règle, la règle n'évite pas l'exception

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Les juges ne font pas la loi mais contrairement aux US en France si je ne me trompe pas le juge a le droit d'interpreter le texte, l'esprit d'une loi et ce que voulait mettre le législateur derriere les mots (c'est meme ce qui lui est demandé).

            Je crois meme que la liberté des juges quand à l'apréciation de la culpabilité va plus loin (je ne suis pas dans le domaine du droit je n'y mettrais pas ma main à couper ceci dit)


            Enfin ca ne remplace pas des lois bien faites, mais le juge a je crois bien la possibilité de juger intelligement en France, de pas se faire agresser sur des interprétations trop strictes du texte
            • [^] # Re: L'exception ne fait pas la règle, la règle n'évite pas l'exception

              Posté par . Évalué à 1.

              Ben non, toute les lois ne sont pas enbigües, d'autre part, sur une loi enbugüe, on prefère que se soit la Cour de Cassation (unique, à Paris) qui tranche, ça offre la meilleure sécurité juridique.

              Le problème est que ça peut coûter extrèmement cher en procédure d'aller en cassation car en général tu as déjà 2 appels (et 2 instances, l'appel dans un tribunal différent de l'instance) dans les pattes.
              Donc beaucoup de lois ne sont pas désembigütées à fond (cassation) car il n'y a aucun accusé qui a pris le risque juridique et financier de pousser jusqu'à Paris.
              Ceci dit, il ne faut pas croire qu'un mec condamé est victime systématiquement d'une embigüité, c'est plutôt une loi qui réprime les actes comis (tout connement les mecs de Danone n'auraient pas dû reprendre le logo, ils ont tendu la perche).
  • # Logiciels libres et responsabilitées

    Posté par (page perso) . Évalué à -2.

    Le logiciel libre est par essence gratuit, mais ça ne veut pas dire pour autant qu'il n'a pas de valeurs.

    Un logiciel libre ne s'achète pas, ne se vend pas. Il ne s'agit pas d'un produit, il n'y a pas de relations clients, vendeurs. Le logiciel libre a des droits qu'ils confèrent à des contributeurs.

    Face à un logiciel libre, toutes les personnes ont la meme responsabilitée par rapport au bon fonctionnement du programme étant donné que chacun est libre de le modifier à sa guise, que cela soit un développeur, un utilisateur etc ...

    Par contre, lorsque des entreprises décident d'encourager un projet car elles pensent que le logiciel pourrait leur permettre de développer leur activitées, elles sont libres de vendre des copies de ce logiciel, et devenir des distributeurs d'un logiciel avec un seuil de qualité.

    Je pense qu'en conséquence ce sont à elles d'assurer la responsabilitée du bon fonctionnement d'un logiciel (en l'état) qu'elles vendent. Ca implique des sociétés qui utilisent du logiciel libre, pour promouvoir leur offres, de participer activement au développement du logiciel libre (financierement, techniquement etc) en débusquant les bugs, les problêmes de sécurité, et de portabilité.

    Tout ça, est bien sur conforme aux licenses, et aux copyright de l'auteur.

    @+
    Code34
    • [^] # Re: Logiciels libres et responsabilitées

      Posté par (page perso) . Évalué à -3.

      D'ailleurs quelques distributeurs de logiciel libre respectent déjà ce seuil de qualité, en choisissant judicieusement les programmes, et les versions des programmes fournis sous forme de packages.

      Qui dans le monde linux, a interêt à distribuer des programmes buggués, ou avec des failles de sécurité ?

      @+
      Code34
    • [^] # Re: Logiciels libres et responsabilitées

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Le logiciel libre est par essence gratuit,
      Un logiciel libre ne s'achète pas, ne se vend pas

      Tiens donc, le logiciel libre ne peut pas se faire rétribuer maintenant ?
      Marrant, avecle nombre de fois qu'on ma dit que la notion de logiciel libre ne s'opposait pas à la rétribution et au commerce ...
      D'ailleurs tu le dis toi meme à la fin : elles sont libres de vendre des copies de ce logiciel,

      Face à un logiciel libre, toutes les personnes ont la meme responsabilitée par rapport au bon fonctionnement du programme étant donné que chacun est libre de le modifier à sa guise
      Tu t'embarques loin là. J'ai le droit de modifier ma voiture comme je l'entend (en tout cas on va faire comme si), je n'aurais pas le droit de me pleindre si la voiture a un gros défaut ?

      Le fait donner le droit de corriger ne décharge en rien l'auteur de quoique ce soit.

      Je pense qu'en conséquence ce sont à elles d'assurer la responsabilitée du bon fonctionnement d'un logiciel (en l'état) qu'elles vendent.


      Bon, déjà c'est le concept de "en l'état" qui est remis en cause. Et là tu veux obliger les quelques société qui contribuent au libre à donner garantie de fonctionnement ? Ca veut dire que pour rajouter un peu de code dans le logiciel elles vont devoir risque de se faire attaquer en proces et payer des dommages et interets .... hum ... pour tuer le libre y'a pas mieux.

      Et au nom de quoi met tu une différence entre les sociétés et particuliers ? j'ai de plus en plus l'impression que tu considères tout ce qui est société comme des gors méchants par principe.

      Une société est une "personne" morale, le terme n'est pas choisi au hasard, les droits sont en gros les meme.


      Apres tu oublies un concept, qu'il y ai vente ou pas n'est pas la question. Une tres grande partie des LL sont faits ou ont des contribution par des boites afin qu'elles se fassent de la pub, ou qu'elles vendent un service.
      Que la chose soit gratuite ou pas les LL sont bien indiscociables des sociétés, et un LL est en général bien un produit d'une maniere ou d'une autre.

      Ce que tu appliques au LL "doit" etre applicable aux logiciels non libre. Déjà parce qu'il n'y a aucune raison de faire une exception aux LL mais surtout parce que de toute facon jamais les états ne feront d'exception comme ca donc tu ferais mieux de t'y faire.
      • [^] # Re: Logiciels libres et responsabilitées

        Posté par (page perso) . Évalué à -1.

        ""Tiens donc, le logiciel libre ne peut pas se faire rétribuer maintenant ?""
        << ou est ce que j'ai dit ça ?

        La traduction de free en anglais veut dire libre et gratuit( entendu dans le sens n'a aucune valeur). Les logiciels libres sont gratuits et ont de la valeur. C'est de ce fondement que découle la liberté sur la vente de copie d'un logiciel, et la liberté de contribuer car tout les utilisateurs (entreprise ou particulier) reconnaissent cette valeur. Etant donné qu'un logiciel a de la valeur, tu es libre d'en vendre, ou d'en acheter une copie (même si à la base le logiciel est gratuit, et qu'on parle donc de contributions).

        Pourquoi ?
        Parce que le logiciel libre ne s'oppose pas à la liberté de commercer, ni à son introduction en entreprise. Au contraire, le logiciel libre permet à toutes les entreprises de commercer en équité (La matière première étant gratuite, la même, et de valeur).

        Je ne différencie pas les entreprises des particuliers, et je parle en mon nom. Je pense que des entreprises qui vendent une copie de logiciel libre, en argumentant que les produits qu'elle distribue sont de qualité, fiable etc [..] doivent être responsable, du bon fonctionnement du produit, et doivent fournir effectivement ce qu'elles vendent aux clients.

        Quoi de plus normal ?

        Comme tu aimes parler des voitures (je ne trouve pas ça adéquate), je vais te donner une autre représentation [..]

        Quand tu vas au contrôle technique et que ta voiture n'est pas en rêgle: c'est toi qui est en tord, et ça n'est pas le concessionnaire qui te la vendu. Les contributeurs doivent donc maintenir eux meme leur voitures. Si quelqu'un change une partie du moteur, il doit le faire en connaissance de cause.

        Quand tu achètes une voiture chez un concessionnaire, et qu'il y a un vice caché, un défaut: tu peux te retourner contre le concessionnaire car c'est lui qui est en tord (il devait etre garant du produit qu'il t'a vendu), tu n'iras donc pas attaqué le constructeur de pièces.

        @+
        Code34
        • [^] # Re: Logiciels libres et responsabilitées

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          bon, déjà je suis content de voir que tu es revenu sur ton affirmation de Un logiciel libre ne s'achète pas, ne se vend pas

          free en anglais veut dire libre et gratuit
          "ou" pas "et", ca peut vouloir dire soit l'un soit l'autre (et ca veut bien dire gratuit, pas sans valeur)
          Dans les logiciels libres le Free veut dire "libre" (d'ou le terme de logiciel "libre")


          Enfin bon, ca n'est pas le sujet de toute facon. Si j'achete une voiture au concessionnaire je me retourne au concessionnaire, on est d'accord (quoique j'aurais plus de chances en attaquant le constructeur). Mais si je fais un accord avec mon voisin pour qu'il me fournisse une voiture et qu'elle se révèle avec un gros défaut je peux me retourner contre mon voisin, meme si c'etait gratuit et qu'il l'a fait pour me faire plaisir.

          Dans le LL tu acceptes une licence, c'est un contrat/accord avec les auteurs. Que tu ne le payes pas ne changes rien, que ca viennent de particuliers ne change rien.

          C'est là que je veux dire que tu fais une différence entre sociétés et particuliers. Si tu demandes une garantie à une société parce qu'elle te fournit le logiciel (gratuitement ou pas, peu importe d'ailleurs) tu peux te retourner de la meme facon vers les auteurs bénévoles si tu ne passes pas par la société.

          Bref, mettre une différence entre les soft développés suivant le modèle des LL (qu'ils soient libres ou pas) pourquoi pas, il faudrait trouver un pourquoi, un principe équitable qui puisse donner une garantie pour les softs classique sans demander de garantie à une contribution à titre gracieux.
          Mais cette différenciation ne doit pas se faire sur une sorte d'"exception" quand il s'agit d'un LL et d'un auteur en son nom personnel car il n'y a aucune raison de mettre une telle exception, ce qui est valable pour une société commerciale doit etre valable pour un particulier.
          • [^] # Re: Logiciels libres et responsabilitées

            Posté par (page perso) . Évalué à -4.

            ""bon, déjà je suis content de voir que tu es revenu sur ton affirmation de Un logiciel libre ne s'achète pas, ne se vend pas""
            << je ne suis pas revenu dessus. Le logiciel libre ne se vend pas, et ne s'achète pas au sens commun lucratif que l'on accorde à ces termes.

            On peut en disposer d'un logiciel libre sans avoir à le payer, et par la suite y contribuer. La contrubition peut revetir plusieurs aspects (technique, informatif, lucratif, etc [..]. En ce sens, il n'y a pas de relations vendeurs, acheteurs, mais logiciel, contributeurs.

            Un logiciel Free est libre (gratuit par postulat mais pas sans valeur). L'Open Source est née de cette cission avec la FSF, en jouant sur les traductions du mot Free, ce qui en réduit d'autant plus le sens du mot libre, et qui fait croire que le logiciel libre est payant.

            La license d'un logiciel n'est pas un contrat de vente, cela ne dispense pas le vendeur de remplir ces obligations, de tenir ses engagements envers l'acheteur. La license d'un logiciel détermine uniquement les termes d'utilisations, distributions, executions etc [..]

            Il y a une différence fondamentale entre le particulier, et l'entreprise. Le particulier ne peut commercer, dégager du C.A , pour des questions de responsabilités, d'impots, de solidité financière etc [..]

            Le statut de l'entreprise est une garantie que celle-ci s'aquitera de ses devoirs envers l'état, mais aussi envers ses clients, partenaires, fournisseurs.

            L'auteur bénévole d'un logiciel libre quant à lui, ne contracte pas avec ses utilisateurs, en consequence il n'a aucune obligation de résultats, de fonctionnements. Et heureusement, si à chaque fois qu'on aidait quelqu'un, il fallait que ça fonctionne ! Imagine: la personne qu'on aiderait, pourrait se retourner contre nous en justice...

            Un auteur de programme qu'il soit libre ou non, peut être attaqué en justice, s'il a eu l'intention de nuire, de déteriorer, dégrader etc du materiel (piratage, virus, trojan etc [..]). Un contributeur peut être attaqué en justice s'il a transgréssé la licence (indirectement le copyright).

            Le logiciel libre, n'est donc pas une exception. Dans ce cadre, il est plié au même exigeances que celles des logiciels propriétaires commercialisés, ou non.

            Toutes les entreprises vendant du logiciel libre, ou propriétaire doivent assurrer le bon fonctionnement de leurs produits, tenir leurs engagement. Il n'y a pas de raisons que Microsoft se conforme à une rêgle, tandis que les boites qui vendent du Linux non.

            @+
            Code34
  • # question:

    Posté par . Évalué à 1.

    Mais peut on garantir part une methode "mathematique" qu'un logiciel est excempt de tous bugs sachant que les bugs peuvent se trouver a tous les niveaux (appli, lib, os, compilateur, hardware ...)
    • [^] # Re: question:

      Posté par . Évalué à 3.

      Aah, je te renvois à ce sujet à la théorie des bugs
      http://membres.lycos.fr/courtois/theorie_bug.htm(...)
      Le mieux (et aussi le plus déprimant) c'est qu'elle est cohérente!
    • [^] # Re: question: -> Methodes Formelles

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Yep... Ca s'appelle les methodes formelles...

      Grace à des jolis dessins ou des belles équations mathématiques, tu définis tous les chemins probables que peut suivre ton projet/application.

      Une des plus connues à mon avis, c'est les Réseaux de Pétri.

      En cours, on a eu aussi l'occasion de jetter un coup d'oeil sur le language formel LOTOS. En clair, c'est puissant, mais c'est super complexe àà mettre en oeuvre :

      En Clair, tu crées une sorte d'arborescence, et tu définis à chaque étape, l'ensemble des évènements qui peuvent arriver. Autant dire que ca croit très vite et ca devient assez galère.

      Pour simuler des trucs tout simples (codables en 1 ou 2 lignes ds un langage quelconque), il nous fallait 1 page entière d'explications...
  • # et si le partage s'étendais aux responsabilités ?

    Posté par . Évalué à 0.

    Tout d'abord, pourquoi faut il légiferer ?

    Sans utiliser les comparaisons du vélo ( ça me fait penser à de la malveillance), ou des voitures, qui aident a comprendre mais qui sont éloignés des logiciels, pourquoi faut il mettre des lois sur ce point ?

    Est-ce pour empècher les escroqueries ?
    Est-ce pour créer une loi pour empècher une jurisce prudence inadaptée de s'installer ?

    A propos des Logiciels Libres, je ne suis pas de l'avis que cette obligation appliquée "telle quelle" amènera plus d'avantages que d'inconvénients:
    Le logiciel libre est a part: il n'utilise même pas le système de l'argent pour être distribué! Je pense que ça implique une responsabilité commune, de l'utilisateur autant que de l'auteur.
    Pourquoi ne pas admettre une responsabilité partagée ?
    Est-il maintenant vraiment trop tard pour imaginer que ça puisse exister, sans avoir quelqu'un sur qui taper si ça ne marche pas comme on l'avait imaginé ?
    Est-il trop utopique de vouloir amener avec l'utilisation des Logiciels Libres un contrat de partage des responsabilités, tout comme le partage des sources ?

    Après tout, le fait de ne pas pouvoir être garanti, certifié ( et j'en passe ) peut peut-être faire perdre des marchés.
    Je pense (et dois pas être le seul!) que la garder les libertés est plus important que de rafler des marchés, d'entreprises qui ne tolèrent pas même de partage de responsabilité.
    • [^] # Re: et si le partage s'étendais aux responsabilités ?

      Posté par (page perso) . Évalué à -3.

      Confère à mes posts, juste au dessus, je trouve ça normal que dans un cadre commerciale, les intérêts des consommateurs soient protégés.

      Hors du cadre commerciale, je pense que les contributeurs font la part des choses, en choissisant judicieusement les programmes qu'ils installent.

      En France, il n'y a donc pas besoin de légiferer, car des procédures rapides sont déjà faites, et couvrent parfaitement ce domaine: injonction de faire, injonction de payer etc ... Il faut sensibiliser les consommateurs à utiliser ces procédures quand il rencontre des problêmes avec tel ou tel programmes.

      @+
      Code34
  • # vers des décisions plus mures

    Posté par . Évalué à 0.

    Une nouvelle loi pour que les décideurs puissent toujours plus faire chier le monde en trainant les gens devant les tribunaux... on en révait.

    Merci. C'est beau le progrès.

    Ca nous manquait de nous réveiller en sueur sur des concepts clefs comme:
    - Ben, j'ai cliqué double sur le word pensant que c'était l'excel, et là les caractères bizarres sont encore apparus. Alors j'ai quitter pour recommencer. Il m'a demandé OK pour cancel. Et j'ai tout perdu. C'est pas normal Monsieur le Juge! En plus, je suis certain que les icones avaient bougées pendant la nuit.

    Moi, je pense que les décideurs feraient mieux de cotiser à une mutuelle couvrant leurs conneries.
    • [^] # Re: vers des décisions plus mures

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Comme j'en ai marre des explications avec les voitures, je continue sur la Chaîne HIFI : si tu met une pizza dans ton lecteur CD au lieu du dernier CD de Céline Dion protégé numériquement, que des olives sortent à la vitesse du son par tes enceintes et mettent le feu à l'appart, tu ne pourras pas gagner contre le fabriquant de ton matériel HIFI. C'est la même chose pour les logiciels bien sûr, la loi n'est pas si idiote (pas en France en tous cas)...
      Par contre, ce genre de cas devraient à mon avis povoir être sanctionnés : http://news.zdnet.fr/story/0,,t118-s2111968,00.html(...)
  • # Le choix du langage...

    Posté par . Évalué à 0.

    Je crois que si une telle mesure est mise en application, le choix d'un langage de programmation sera plus restreint: les langages dits sécures -- O'Caml par exemple (un langage développé en France) -- connaîteront très certainement un "boom". Le C, l'assembleur sont très utile et très rapide, mais si j'ai le choix entre écrire une application rapide et une application sécure, je choisit la seconde option; sûrtout si j'ai l'intention de la publier. Je veux pas être sur Bugtraq moi!

    L'adoption de langages plus sécures devrait commencer dès maintenant selon moi: il vaut mieux dépenser quelques secondes de CPU supplémentaires (quoique le compilateur natif de O'Caml produit du code de vitesse équivalente au C++) plutôt que de perdre des heures à se faire lancer des poursuites parce que mon programme s'est fait exploiter.

    Pour plus d'info sur O'Caml: http://caml.inria.fr(...)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.