Journal Problème de licence dans Tiny ERP

Posté par .
Tags : aucun
0
6
juil.
2004
Bonjour cher journal,

Snspy m'a posé récemment une question concernant la licence du logiciel Tiny ERP qu'on peut trouver ici : http://tinyerp.com/price.php(...)

Je vous colle le passage intéressant :

Le code source de Tiny ERP vous est fourni et la licence vous permet de le copier, de le modifier, et de le diffuser. Elle ne vous permet en aucun cas de le revendre.

Qu'entends-je ? On peut le diffuser mais pas le vendre? Depuis quand un logiciel sous LGPL peut-il avoir cette restriction? Je suppose qu'il s'agit d'une erreur d'interprétation volontaire, mais je me demandais si ils avaient le droit d'écrire ce genre de chose.

Les sources sont dispos ici : http://tinyerp.org/download/20040701-terp-v0_99.tar.gz(...) mais aucun signe d'une licence.

Les habitués de ces considérations pourraient-ils nous éclairer ? Merci!

PS : J'adore la nouvelle interface de post de journaux : redirection vers les forums, correction orthographique, avertissement quant à la diffusion, recherche automatique des journaux aux thèmes proches... Wahoo bravo DLFP !

PPS : J'ai hésité entre journal et forum, mais comme il n'existait pas de rubrique "legal" ou "licence" j'ai opté pour un journal.
  • # C'est du source, man

    Posté par . Évalué à 5.

    Je ne suis pas un habitué des considérations de ce type, mais il me semble interdit de revendre le code source sous LGPL, et c'est bien ce qui est dit dans le passage que tu as fourni. Tu peux vendre par contre les binaires issus de ce code source.
    Ai-je bon ?
    • [^] # Re: C'est du source, man

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Tu peux toujours vendre un code source sous licence libre, de même que les binaires. Si tu vends les binaires, tu dois donner le code source avec. Et le client qui a acheté les sources a le droit de les modifier et de les redistribuer, gratuitement ou contre un certain montant, conformément à la diffusion du logiciel libre.

      Donc, la clause mentionnée dans le journal est contraire à la définition de logiciel libre. Par contre, si le logiciel utilise des bibliothèques sous LGPL mais n'est pas lui-même sous LGPL, c'est légal (mais le logiciel résultant n'est pas libre).
      • [^] # oups

        Posté par (page perso) . Évalué à 8.

        > conformément à la diffusion du logiciel libre

        conformément à la définition du logiciel libre



        Définition FSF du logiciel libre :

        L'expression «Logiciel libre» fait référence à la liberté pour les utilisateurs d'exécuter, de copier, de distribuer, d'étudier, de modifier et d'améliorer le logiciel. Plus précisément, elle fait référence à quatre types de liberté pour l'utilisateur du logiciel :

        * La liberté d'exécuter le programme, pour tous les usages (liberté 0).
        * La liberté d'étudier le fonctionnement du programme, et de l'adapter à vos besoins (liberté 1). Pour ceci l'accès au code source est une condition requise.
        * La liberté de redistribuer des copies, donc d'aider votre voisin, (liberté 2).
        * La liberté d'améliorer le programme et de publier vos améliorations, pour en faire profiter toute la communauté (liberté 3). Pour ceci l'accès au code source est une condition requise.
    • [^] # Et pour terminer

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      En dehors d'une seule situation spécifique, la Licence Publique Générale GNU (20k) (GNU GPL) n'a pas d'exigences en ce qui concerne le prix que vous pouvez demander pour la distribution d'un logiciel libre. Vous pouvez ne rien demander, ou alors un centime, un franc, un million de francs. Cela ne dépend que de vous, de l'offre et de la demande, alors ne venez pas vous plaindre si personne ne veut payer un million de francs pour une copie.

      La seule exception est le cas où les binaires sont distribués sans le code source complet. Ceux qui font cela sont obligés par la GNU GPL de donner le code source sur toutes demandes ultérieures. Sans limite fixée au prix du code source, ils peuvent fixer un prix trop élevé pour que quelqu'un puisse payer (un million de francs, par exemple), et ainsi prétendre distribuer le code source alors qu'ils le dissimulent. Ainsi, nous devons dans ce cas limiter le prix du code source pour assurer la liberté de l'utilisateur. Cependant, dans des situations normales il n'y a pas de telle justification pour limiter le prix de distribution, alors nous ne le faisons pas.

      > http://www.fsf.org/philosophy/selling.fr.html#HighOrLowFeesAndGPL(...)
      • [^] # Re: Et pour terminer

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Ce passage est plus ou moins hors-sujet : comme tu l'as montré plus haut, peu importe le prix auquel est vendu le logiciel, il est toujours possible de le revendre.
  • # Texte changé

    Posté par . Évalué à 4.

    Voila, le texte est changé; une erreur de ma part.
    Et la référence à la GPL est mise dans les sources.
    • [^] # Re: Texte changé

      Posté par . Évalué à 2.

      Il reste la mention "but in no case to sell it" dans la version anglaise.
    • [^] # Re: Texte changé

      Posté par . Évalué à 3.

      Je ne m'attendais pas à voir une modification effectuée si rapidement, à la base on se posait sincèrement la question d'un point de vue théorique. Bravo, la grande classe !

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.