• # Problème de politique

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+3/-2).

    J'ai l'impression qu'il y a un problème de politique dans la gestion du projet Ariane. Quand les concurrents font des itérations rapides, et présentent toutes les étapes de conceptions et d'avancées (on voit le moteur, puis un premier lancement qui explose, etc), là on s’attend tellement à ce que ça marche du premier coup que forcément le projet est ultra long.

    Un tel projet a tout intérêt à y aller par itérations (qui doit se faire en interne cependant, mais j'imagine que ça doit pas être le must en terme d’efficience), mais ça colle pas avec la vision politique je pense.

    On ne s’attendait pas à ce que SpaceX arrive à faire atterrir son premier lancement, mais pour Ariane si.
    Je n'ai pas les données, mais il y a moyen que SpaceX grâce à ses retours pris par les tests grandeurs natures (ça n'a pas de prix!) arrive plus vite à avoir un lancement avec un bon taux de réussite, que l'usine à gaz (vue extérieur) du projet Ariane.

    • [^] # Re: Problème de politique

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+3/-0). Dernière modification le 22/06/21 à 16:18.

      Le développement de Falcon 9 a commencé en 2006 et les premiers lancements hors test ont eu lieu en 2012-2013 et il faut pas oublier qu’il ont pu profiter de l’argent public pour se développer (via le programme COTS et les contrats avec la NASA).

      De son côté, le développement d’Ariane 6 a commencé entre 2016-2017, et le premier vol est prévu pour 2022, donc on est sur les mêmes ordres de temps.

      Je n'ai pas les données, mais il y a moyen que SpaceX grâce à ses retours pris par les tests grandeurs natures (ça n'a pas de prix!) arrive plus vite à avoir un lancement avec un bon taux de réussite, que l'usine à gaz (vue extérieur) du projet Ariane.

      Ariane 5 c’est ~96% de succès (3 échecs en 30 ans), c’est un des lanceurs les plus fiable du marché.

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.