Journal Ventilation et Téléphone

Posté par .
Tags : aucun
0
10
juil.
2003
SEATTLE (Reuters) - Microsoft va lancer un logiciel de serveur téléphonique.

L'éditeur informatique américain Microsoft prépare le lancement d'un nouveau logiciel de reconnaissance et synthèse vocales qui permettra aux ordinateurs de comprendre les humains et de leur répondre, a annoncé mercredi la société.

Le logiciel devrait être commercialisé début 2004. Aucun prix n'a encore été fixé.

...

Globalement inoffensive, Le Guide du Routard Galactique, Douglas Adams

Au début, on avait estimé que les agitateurs à l'origine des Grandes Emeutes de la Ventilation et du Téléphone de 3454 Cal. St. ne brassaient que du vent. Brasser du vent, c'était bien sûr le b-a ba de la ventilation, et effectivement, on s'était fort bien accommodé de cette technique jusqu'au jour où un petit malin avait inventé la climatisation, qui avait résolu le problème d'une manière beaucoup plus bruyante.

Enfin, tout était bel et bon tant qu'on pouvait supporter le bruit et les suintements, jusqu'au jour où un autre petit malin inventa un truc encore plus sexy et futé que la climatisation et que l'on baptisa illico C.C.I.C., contrôle climatique intégré à la construction.

Et ça, c'était vraiment quelque chose.

La différence principale avec une banale climatisation était que le système était formidablement plus coûteux, qu'il nécessitait une incroyable quantité d'équipements de mesure et de régulation aptes à définir à tout instant le type d'air que voulaient respirer les gens, et cela bien plus finement que les gens eux-mêmes.

Autre implication du système : pour garantir que les gens n'allaient pas fiche en l'air les calculs hyper-compliqués que le système effectuait pour leur propre bien, toutes les fenêtres du bâtiment étaient hermétiquement scellées. Authentique.

Pendant l'installation des systèmes, un certain nombre d'usagers appelés à travailler dans les immeubles en cours d'équipement eurent l'occasion d'engager le dialogue avec les installateurs de la RespirMalin Systèmes et dont la teneur était à peu près celle-ci :

« Mais si nous voulons travailler les fenêtres ouvertes?
— Vous n'aurez pas besoin d'avoir les fenêtres ouvertes avec le nouveau RespirMalin.
— Oui, mais supposons qu'on veuille juste les ouvrir un petit peu?
— Vous n'aurez pas besoin de les ouvrir même juste un petit peu. Le nouveau système RespirMalin s'occupe de tout.
— Hmmm.
— Avec RespirMalin, vous respirez bien!
— Bon, d'accord, mais supposez que le RespirMalin tombe en panne ou connaisse une défaillance quelconque?
— Ah ! L'une des caractéristiques les plus malignes du RespirMalin est qu'il ne peut absolument pas connaître la moindre défaillance. Donc, pas de souci de ce côté-là. Avec RespirMalin, vous respirez bien et bonjour chez vous ! »

( C'est naturellement à la suite des Grandes Émeutes de la Ventilation et du Téléphone de 3454 Cal. St. que tous les appareils mécaniques, électriques, mécano-quantiques, hydrauliques voire mus par le vent ou la vapeur, doivent désormais porter, gravée en évidence, une mention légale bien précise. Peu importe que l'objet soit de taille réduite, ses concepteurs n'ont qu'à trouver le moyen d'y caser cette mention légale, car c'est à eux qu'elle s'adresse bien plus qu'à l'utilisateur.

La mention légale est celle-ci :

« La différence essentielle entre un objet qui peut connaître une défaillance et un objet qui ne peut absolument pas connaître la moindre défaillance est que lorsqu'un objet qui ne peut absolument pas connaître la moindre défaillance connaît une défaillance, il s'avère généralement impossible à remplacer ou réparer. » )

Des vagues de chaleur sans précédent commencèrent à coïncider, avec une précision presque magique, avec des pannes sans précédent des systèmes RespirMalin. Au début, cela ne provoqua qu'une vague de mécontentement et juste quelques décès par asphyxie.

L'horreur véritable naquit le jour où trois événements se produisirent simultanément. Le premier fut que la RespirMalin Systèmes S.A. publia un communiqué précisant que leur système avait son efficacité maximale sous les climats tempérés.

Le second événement fut la panne d'un système RespirMalin par une journée particulièrement chaude et humide et, du coup, l'évacuation de plusieurs centaines d'employés de bureau qui se retrouvèrent jetés dans les rues où ils rencontrèrent le troisième événement, à savoir une foule excitée de standardistes de l'interurbain, tellement lasses de devoir répéter à longueur de journée : « Merci d'utiliser les lignes de la RM&S » à chaque crétin qui décrochait son téléphone, qu'elles étaient finalement descendues dans les rues armées de couvercles de poubelles, de porte-voix et de fusils.

Dans les jours de carnage qui suivirent, toutes les fenêtres de la ville, qu'elles soient ou non à l'épreuve des roquettes, furent défoncées, généralement aux cris de: « Raccroche, connard ! Rien à cirer de ton numéro, rien à secouer de ton poste ! Tu peux aller te faire mettre un pétard dans le cul! Yeeehaaah! Hoo Hoo Hoo ! Ouah! Coin ! Beurk! » et autres cris d'animaux qu'elles n'avaient pas la possibilité de pousser dans le cadre normal de leur activité professionnelle.

A la suite de ces incidents, toutes les standardistes se virent accorder le droit constitutionnel de dire: «Utilise les lignes de la RM&S et va crever! » au moins une fois l'heure, et tous les immeubles de bureau durent obligatoirement avoir des fenêtres ouvrantes, ne serait-ce qu'un petit peu.

Un autre résultat inattendu fut une baisse spectaculaire du taux des suicides. Toutes sortes de jeunes cadres dynamiques stressés qui avaient été obligés, durant les sombres journées de la tyrannie RespirMaligne, de se jeter sous les trains ou de se poignarder, pouvaient dorénavant enjamber le rebord de leur fenêtre et sauter dans le vide à leur guise. Toutefois, il arrivait fréquemment que le temps de regarder autour d'eux et de rassembler leurs esprits, ils découvrent soudain qu'ils n'avaient guère besoin que d'une bonne goulée d'air pur et de se rafraîchir les idées, et peut-être aussi d'une fermette où élever quelques moutons.

Un autre résultat complètement imprévu fut que Ford Escort, bien que coincé au treizième étage à l'extérieur d'un immeuble quasiment inexpugnable, simplement armé d'une serviette et d'une carte de crédit, réussit néanmoins à forcer une baie vitrée réputée à l'épreuve des roquettes pour se réfugier à l'intérieur.
  • # Re: Ventilation et Téléphone

    Posté par . Évalué à 1.

    j'ai des doutes sur le droit de citation mais c'est toujours bien de rappeler l'existence de ce livre.
    • [^] # Re: Ventilation et Téléphone

      Posté par . Évalué à 2.

      Hervé C. (#7615) dans le commentaire #237624 nous indiquait :
      > j'ai des doutes sur le droit de citation

      Evidemment, dès qu'une citation dépasse 255 caractères, ca fait de l'overflow dans la tête. J'espère que tu vas me donner le montant du manque à gagner que j'ai accidentellement généré, n'est ce pas ? Et pour le chèque, je mets ca à l'ordre de qui ?

      Tes appréhensions pécuniaires ne te font elles pas passer à côté de la saveur de ces passages ? As tu bien lu ?
      fenêtres, RM&S, Coin, licence, contrôle intégré à la construction, pannes, communiqués, hermétiquement scellées, vous n'aurez pas besoin, définir à tout instant ce que voulaient les gens, formidablement coûteux...

      > c'est toujours bien de rappeler l'existence de ce livre.

      Réduire MON texte à une cause publicitaire, c'est quand même bougrement dommage.
      Pour te rassurer sur la propriété intellectuelle qui te semble si chère, lis donc un extrait du CPI.

      Art. L. 122-5. Lorsque l'oeuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire :
      4° La parodie, le pastiche et la caricature, compte tenu des lois du genre.

      -1 (un des droits les plus précieux de l'Homme ne s'use que si l'on ne s'en sert pas)
      • [^] # Re: Ventilation et Téléphone

        Posté par . Évalué à 1.

        Heu, Corno, je crois pas qu'Hervé t'ait agressé, là ! :-)

        Toujours est-il que c'est vrai qu'on a vu venir un certain nombre de catastrophes de la firme de Redmond, la plupart du temps avérées.

        Bill au téléphone ! On aura tout vu. En tout cas, le jour où Microsoft fabrique des climatiseurs, je change de planète, promis !
        • [^] # Re: Ventilation et Téléphone

          Posté par . Évalué à 1.

          > je crois pas qu'Hervé t'ait agressé, là ! :-

          je pense bien qu'il fait pas exprés. n'empêche qu'il ne réalise pas que je suis un auteur, que j'ai sélectionné des textes pour les assembler, et que j'ai décidé de débuter et de finir à tel endroit. C'est pas pour rien, c'est mon oeuvre.
          Or de nos jours, on s'en fout des oeuvres, on veut de la création autocensurée, polie, et des campagnes de promotion. On n'exige aucun travail du lecteur-consommateur. Je dois bien avouer que ca me les bouffe profondémment.

          > le jour où Microsoft fabrique des climatiseurs, je change de planète, promis !

          Mostly Harmless, Hitch Hicker's Guide to the Galaxy, Douglas Adams
          all the windows in the buildings were built sealed shut. This is true.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.