Journal "Tant pis, ce seront nos enfants qui paieront"

Posté par  . Licence CC By‑SA.
Étiquettes : aucune
-35
2
sept.
2016

Cher Nal,

Titre de l'image

Cette fois c'est dit.
Il n'est plus question de se cacher.

Ce n'est que son point de vue et il n'engage que lui.

Mais cela me parait, hélas, une des seules solutions.

Mais alors comment faire adhérer l'ensemble des contribuables à ce sacrifice ?

Je n'ai pas la réponse à cette question.

Ayant fait l'accompagnement à la rentrée des classes ce matin, je me demande quel avenir se profile.

Ne soyons pas pessimistes, l'avenir est peut-être plus gris que noir…

  • # Mais de quoi s'agit-il ?

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

    Un résumé de l'article, pour nous dire de quoi ça parle ?

    Parce que bon là c'est pas simple d'en penser quelque chose.

  • # M'en fous...

    Posté par  . Évalué à 10.

    … j'en ai pas \o/

  • # chauve qui peut

    Posté par  . Évalué à -3.

    Mais cela me parait, hélas, une des seules solutions.

    Mais alors comment faire adhérer l'ensemble des contribuables à ce sacrifice ?

    Je n'ai pas la réponse à cette question.

    tu pourrais déjà commencer par être plus explicite sur ce que tu penses parce que ce n'est pas clair du tout, là on dirait le pilier de bar blasé qui a des haltères qui sortent de la bouche

    sinon c'est normal que les enfants payent pour leurs parents, c'est le sens de l'histoire, c'est toujours comme ça que c'est ça s'est passé donc ça se passera encore
    c'est l'écoulement du temps tout simplement

    pour le reste quand on voit ce qu'ils coûtent, c'est normal qu'ils payent non ?

    puis les discours déclinistes sur les enfants qui vont beaucoup moins bien vivre que leurs aïeux, faut être vraiment con et ignorant pour penser un truc pareil : suffit d'ouvrir des bouquins d'histoire et de se rappeler comment vivaient les grand-parents sans même parler des épreuves historiques qu'ils ont pour certains eues à passer, les générations d'aujourd'hui sont des enfants gâtés (il n'y a pas de boulot pour tout le monde mais avant les gens qui travaillaient vivaient encore moins bien que ceux qui n'ont pas de boulot aujourd'hui, et curieusement la plupart des gens comme toi qui viennent ici ne sont pas concernés par le chômage ou la célèbre "fracture sociale" (quelle rigolade ce terme))

    il y a une vraie pauvreté en france, mais on ne la voit pas et ce n'est pas celle dont on parle, c'est la pauvreté de la tête
    quand on se sera enrichi à ce niveau là, le pays recommencera à aller globalement mieux
    si le pays traverse une mauvaise passe, ce n'est pas à cause de chirac sarko ou hollande, c'est parce que les français n'ont pas un bon esprit, ce sont des cons en fait, donc ça n'est pas prêt de changer de totue façon

    • [^] # Re: chauve qui peut

      Posté par  . Évalué à 9.

      tl;dr

      payer avec quoi, quoi, à qui, et pourquoi ?

    • [^] # Re: chauve qui peut

      Posté par  . Évalué à 10.

      Puis les discours déclinistes sur les enfants qui vont beaucoup moins bien vivre que leurs aïeux, faut être vraiment con et ignorant pour penser un truc pareil : suffit d'ouvrir des bouquins d'histoire et de se rappeler comment vivaient les grand-parents sans même parler des épreuves historiques qu'ils ont pour certains eues à passer

      C'est seulement vrai pour la génération qui a reconstruit la France après la seconde guerre. La génération suivante a surtout profité et nous enfonce chaque jour et en plus ils votent en majorité.

    • [^] # Re: chauve qui peut

      Posté par  . Évalué à 9. Dernière modification le 02/09/16 à 22:20.

      puis les discours déclinistes sur les enfants qui vont beaucoup moins bien vivre que leurs aïeux, faut être vraiment con et ignorant pour penser un truc pareil : suffit d'ouvrir des bouquins d'histoire et de se rappeler comment vivaient les grand-parents sans même parler des épreuves historiques qu'ils ont pour certains eues à passer, les générations d'aujourd'hui sont des enfants gâtés (il n'y a pas de boulot pour tout le monde mais avant les gens qui travaillaient vivaient encore moins bien que ceux qui n'ont pas de boulot aujourd'hui, et curieusement la plupart des gens comme toi qui viennent ici ne sont pas concernés par le chômage ou la célèbre "fracture sociale" (quelle rigolade ce terme))

      Ca dépent jusqu'où on remonte dans le temps. C'est la catastrophe sociale de la révolution industriel qui doit donner l'impression d'un progrès permanent, parce que le livre d'histoire que j'ai lu semble dire qu'il y a eu des époques où il était possible de vivre plutôt tranquillement, et sans moteur à explosion, ni école/formation interminable:

      Les Montalionais ne sont pas des foudres de labeur; ils aiment la sieste, le farniente, l'épouillage au soleil ou au coin du feu, selon la saison. Quand c'est possible, ils tendent à raccourcir la journée de travail en direction d'un petit mi-temps;

      Emmanuel Leroy Ladurie, "Montaillou, village occitan de 1294 à 1324"

    • [^] # Re: chauve qui peut

      Posté par  . Évalué à 2.

      sinon c'est normal que les enfants payent pour leurs parents, c'est le sens de l'histoire, c'est toujours comme ça que c'est ça s'est passé donc ça se passera encore

      :-|
      euh ouais, non, moi je trouve pas ca normal que ma gamine paie pour moi. Je met mes cacahouètes de cote, pas envie d'être un boulet pour elle, ca marche pas dans ce sens la…

      Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

      • [^] # Re: chauve qui peut

        Posté par  . Évalué à 9.

        euh ouais, non, moi je trouve pas ca normal que ma gamine paie pour moi. Je met mes cacahouètes de cote, pas envie d'être un boulet pour elle, ca marche pas dans ce sens la…

        Indices : cotisation sociale, retraite par répartition

        • [^] # Re: chauve qui peut

          Posté par  . Évalué à 2.

          Ca change pas grand chose au probleme.

          Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

          • [^] # Re: chauve qui peut

            Posté par  . Évalué à 10.

            C'est fondamentalement différent.

            Dans le système par répartition, tu paies les retraites de l'instant n avec une partie de la production de l'instant n (via des cotisations sociales). On considère que c'est la production qui doit payer pour les travailleurs (maladie, vieillesse, chômage). Donc tu n'as à t'occuper que de l'instant n (même si en vrai, tu peux essayer de faire des projections démographiques pour voir si ça va continuer à fonctionner). La cotisation sociale t'ouvre des droits.

            Dans le système par capitalisation, t'as intérêt à serrer les fesses, parce que tu mets de côté à l'instant n pour payer ta retraite à l'instant n + 20 ans (en moyenne). En attendant, ben ça alimente la bulle financière qui peut éclater à tout instant (et en 20 ans, elle éclate quelques fois) et du coup, ça te ruine tout ton pécule régulièrement.

            • [^] # Re: chauve qui peut

              Posté par  . Évalué à 10.

              les fonds mis de cotés par les vieux dans un système par capitalisations servent à tout sauf à assurer leurs arrière pour la retraite, en fait. Du coup oui, ça peut servir à aller construire des gratte ciels à Dubaï qui seront pas terminés, ruiner le fond de pension et dans lesquels ils habiteront jamais tout en ne leur laissant pas assez pour financer la construction de la maison de retraite dont ils auraient eu besoin, ou dans une crise immobilière avec des tas de logement vides. Le tout alors qu'ils ignorent probablement totalement à quoi sert leur argent.

              En terme de ressource ça pourrait s'interpréter en terme de gâchis de pétrole, qui contribue en plus au réchauffement climatique dans l'indifférence générale des milieux financiers.

            • [^] # Re: chauve qui peut

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -8. Dernière modification le 03/09/16 à 18:14.

              Dans le système par capitalisation, t'as intérêt à serrer les fesses, parce que tu mets de côté à l'instant n pour payer ta retraite à l'instant n + 20 ans (en moyenne). En attendant, ben ça alimente la bulle financière qui peut éclater à tout instant (et en 20 ans, elle éclate quelques fois)

              N'importe quoi : pas besoin de serrer les fesses si tu as une bonne gestion, car celle-ci passera de d'un pourcentage élevé de "actions risquées" à un pourcentage élevé d'"obligations stables et à capital garanti"
              Le problème n'est pas dans ce que tu décrits car le système par capitalisation n'est pas le sujet, tu peux avoir un système par capitalisation qui fait attention à ce que les crises ponctuelles n'impactent pas ta retraite, c'est d'ailleurs ce qui se fait dans la retraite privée en France (je le sais, car j'en ai, oui oui je suis un gros égoïste qui cotise le moins possible sur le système par répartition et qui mets le plus possible en capitalisation, et tous les ans je reçois un papier disant que j'ai 2% en moins sur le risqué et 2% en plus sur le sécurisé pour la partie de mon patrimoine que je laisse gérer par d'autres, qui s'occupent de décaler le risque sur des gens plus jeunes que moins qui ont le temps de voir les cours remonter).

              Le problème est l'implémentation (mauvaise gestion du risque, forcé de cotiser à tel endroit…), pas l'idée.

              et du coup, ça te ruine tout ton pécule régulièrement.

              N'importe quoi : les crises sont passagères et ça remonte au dessus ensuite (exception certes du CAC40 depuis 2008, mais si tu as bien fait les choses tu as aussi du Dow Jones qui a pris 30% depuis). Globalement la bourse utilisée par la retraite par capitalisation marche bien, n'en déplaise aux pourfendeurs.


              le système par capitalisation a quelques défauts, fantasmer sur des défauts qu'il n'a pas ne fera que cacher ses vrais défauts.

              • [^] # Re: chauve qui peut

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

                tu peux avoir un système par capitalisation qui fait attention à ce que les crises ponctuelles n'impactent pas ta retraite

                Et pourtant: Le plus important fond de pension du monde accumule 45 milliards d'euros de pertes ! (Mediapart) source (Les Échos) — au Japon, le GPIF, qui vu les besoins grandissant avec le vieillissement de la population… a voulu jouer plus risqué.

                Et les gestionnaires de fonds de pension s'inquiètent (ainsi que pas mal d'économistes) sur les politiques actuelles des banques centrales avec les taux négatifs (qui pèsent sur les fonds économisés) et les crédits auxquels ont eu accès les banques (sans effet sur l'économie) qui ont créé une bulle de laquelle certains attendent un nouveau gros crash.

                Banques centrales : le zéro et l’infini (Natixis) (cf page 5) «…Notamment, les fonds de pension en Allemagne et aux Pays-Bas utilisent comme taux d’escompte de leur passif des taux longs lissés sur plusieurs années. Ce lissage des taux de référence a amorti l’émergence de déficits actuariels liés au gap de duration entre actif et passif. Mais ces déficits sont désormais visibles dans les états comptables, et sanctionnés par les régulateurs. Les fonds de pension se retrouvent contraints de réduire les pensions (Pays Bas) ou de faire appel à un renflouement par leurs actionnaires (cas des fonds de pension des PME allemandes). La viabilité du modèle économique de l’assurance-vie est également remise en question par les taux négatifs dans les pays où l’essentiel des contrats est à capital garanti.…»

                Pour la BRI, les taux d'intérêt sont trop bas (Les Échos) «…La faiblesse des taux pèse en outre sur la rentabilité et la solvabilité des compagnies d'assurances et des fonds de pensions. Elle peut aussi favoriser des bulles spéculatives.…»

                Python 3 - Apprendre à programmer dans l'écosystème Python → https://www.dunod.com/EAN/9782100809141

              • [^] # Re: chauve qui peut

                Posté par  . Évalué à 5.

                Encore faut-il qu'il existe bel et bien une bonne implémentation, sinon c'est les specs qui sont irréalistes ou une mauvaise idée.

              • [^] # Re: chauve qui peut

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

                N'importe quoi : pas besoin de serrer les fesses si tu as une bonne gestion, car celle-ci passera de d'un pourcentage élevé de "actions risquées" à un pourcentage élevé d'"obligations stables et à capital garanti"

                Parles en à tous ceux qui ont tout perdu dans la faillite de Enron.

            • [^] # Re: chauve qui peut

              Posté par  . Évalué à 1.

              Raté, ce qui compte c'est la clé de répartition.

              Dans le système traditionnel les travailleurs de génération T+1 s'occupent de la génération T, sans intermédiation monétaire ou financière. Si une génération disparaît (genre guerre mondiale) on a un gros problème.
              Dans le système par répartition les travailleurs de génération T+1 paient la retraite de la génération T, via une taxe sur les revenus et une caisse gérée par l'état. Par d'intermédiation monétaire ou financière.
              Dans le système par capitalisation les travailleurs de génération T+1 paient la retraite de la génération T, au travers des dividendes et intérêts payés par les entreprises, réduisant d'autant les revenus des travailleurs de la génération T+1. Mais pendant 40 ans les économies de la génération T restent dans le système monétaire et financier.

              Le vrai problème des bulles est que le changement d'approche a créé un immense besoin d'épargne qui se matérialise dans le système monétaire - qui veut de la dette souveraine zone euro? (dette grecque, paye 7% par an en 2008) sans que l'offre d'investissement suive (qui interdit aux états de vendre de la dette ou émettre de la monnaie pour faire face à la demande?)

      • [^] # Re: chauve qui peut

        Posté par  . Évalué à 9.

        L'équation est pas si simple que financière. Avant, les vieux vivaient chez leurs parents. Aujourd'hui, c'est une génération particulière qui arrive à la retraite, et ils ont eu beaucoup moins d'enfants qu'aujourd'hui.

        Au delà de l'équation financière, qui n'est qu'un simple instrument de gestion de la société, ça signifie en pratique que si ce sont pas les enfants qui s'occupent de leur parents, on a besoin d'une partie significative de la population qui s'occupe de nos vieux. La finance du truc, c'est aussi une énorme question de choix politique, mais finalement est-ce la partie la plus importante ?

        Vu comme ça, la question c'est est-ce qu'on va les laisser crever dans la solitude sous prétexte qu'ils ont eu une vie plutôt sympa ? C'est un peu une manière commode de se défausser selon moi d'un énorme problème.

        Sérieusement, économiser financièrement ça veut dire quoi dans le monde d'aujourd'hui ? Ça va pas fabriquer magiquement des employés d'aide à la personne, ça va pas nous trouver du pétrole pour fabriquer les maisons de retraite, ça va pas sauver la planète. La question financière est devenue pas mal déconnectée des problèmes concrets selon moi, ou alors on nous présente pas les choses sous le bon angle.

        • [^] # Re: chauve qui peut

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3. Dernière modification le 03/09/16 à 10:26.

          groumly vit dans un pays dont les retraite sont par capitalisation et non pas par répartition.
          Le problématique lui est alors peu compréhensible car pour lui les enfants ne sont (théoriquement) pas dans l'équation.
          - en France, répartition donc les enfants payent pour les parents (en théorie de manière équitable, en pratique moins équitable, d'où la phrase choc du journal), l'espoir pour les jeunes est alors de se barrer de France pour que les retraites fondent mais il faut oser sauter le pas.
          - aux USA, capitalisation donc les entreprises payent en dividendes ou en réserves (et ils faut prier parfois pour que ton employeur ne fasse pas faillite, par exemple la ville de Détroit ne peut plus vraiment payer les retraites de se retraités donc bam). A noter que l'idée ancrée est que capitalisation = pas un boulet pour nos enfants, mais en pratique si les enfants disent "fuck" aux entreprises et partent dans l'altermondialisme tout s'effondre donc les futurs retraités américains font étonnamment tout pour que leurs enfants ne quittent pas "le droit chemin" en par exemple leur balançant un emprunt de plusieurs dizaines de milliers de $ dès leur majorité (groumly : si, tu es un boulet pour tes enfants, en bien pire qu'en France).

          • [^] # Re: chauve qui peut

            Posté par  . Évalué à 3.

            Deux choses.
            D'une, je suis aussi français, et le système français me choquait aussi quand je vivais en France.
            De deux, je comprends rien à ton histoire d'altermondialisme. Si les jeunes disent fuck et arrêtent de bosser, oui, le monde est un peu dans la merde, et les retraites seront le moindre de nos problèmes.

            Je comprends vraiment rien à ton histoire d'emprunt à la majorité. Tu parles des coûts de la fac? Qu'est ce que ca a à voir avec le système des retraites?
            Je peux penser à quelques raisons qui poussent les parents à inciter leurs enfants à rester dans le droit chemin, la plupart n'ont rien à voir avec les retraites.

            Ah, et trois, je te prierais de garder te jugements de ce que je suis pour ma fille pour toi. On a pas garder les cochons ensemble.

            Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

            • [^] # Re: chauve qui peut

              Posté par  . Évalué à 6.

              Je viens de lire (remarquer) les commentaires du journal sur le logiciel de pixel art et l'immense thread qui m'a l'air de tourner au vinaigre. Je crois que c'est le moment de vous éloigner tout les deux du clavier et de respirer un bon coup.

            • [^] # Re: chauve qui peut

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -2.

              jugements de ce que je suis pour ma fille pour toi

              Bon exemple de personnalisation (l'individu, soit, est mis au centre) d'un débat global (le sujet était au niveau d'un pays dont l'individu, soit, n'est que 0.0001%).
              Bien évidement qu'on va avoir plein de raisons pour son enfant, toutes les plus "belles" les unes que les autres (et puis, clair qu'il vaut mieux rester dans le moule en tant qu'individu, comme toi ou moi sommes dans le moule parce que ça nous arrange individuellement), mais dont tout le monde se fout, car le sujet concerne ce qu'un peuple, dans son ensemble, décide en pratique, par le biais d'un vote secret (pas besoin de bien se faire voir) qui impacte les autres (impact/responsabilité dilué).

              Merci de la démonstration de la différence entre des décisions et un discours individuel, et des décisions et un impact réel collectifs, ainsi que la démonstration d'une transformation d'un commentaire sur le collectif en attaque personnelle.

          • [^] # Re: chauve qui peut

            Posté par  . Évalué à 2.

            Tu peux aussi ajouter le cas du dirlo qui se barre avec la caisse.

            Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

        • [^] # Re: chauve qui peut

          Posté par  . Évalué à 9.

          Vu comme ça, la question c'est est-ce qu'on va les laisser crever dans la solitude sous prétexte qu'ils ont eu une vie plutôt sympa ? C'est un peu une manière commode de se défausser selon moi d'un énorme problème.

          Ca serait pas mal que tu ailles faire un tour au Caraibes, sur la côte et tous les endroits au soleil inabordables pour les primo-accédant avant de sortir des grossièretés de ce genre.

          Quand au système par répartition, bizarrement à chaque tour de la droite on en reprend pour 3 ans…parce qu'il est déficitaire et qu'il va droit dans le mur. Soit on continue à faire des gosses pour le maintenir au risque de faire exploser la planète avec les tensions sur les ressources ou on arrête d'en faire et les générations d'actifs qui arrivent se font encore plus baiser que les précédentes.
          Quand à la gauche quand on voit rewind qui défend ce système. Bizarrement, ce fameux contrat va toujours dans le même sens, pour l'équilibre: allongement de la durée de travail, précarisation du contrat de travail (ben oui faut bien les faire bosser ces jeunes cons,, de mon temps …gna gna gna), durcissement des conditions pour l'assurance chômage, …

          Il est si sacro saint ce contrat intergénerationnel ? On m'a pas demandé mon avis quand je suis né.
          Seuls les suédois ont eu le courage de mettre les pieds dans le plat en baissant les pensions des plus aisés, …oui Madame.
          Personne n'en parle ici de peur de perdre la frange d'électeur qui mène ce monde par le bout du nez.

          Les mêmes qui profitent de leur "répartition" se sont en plus gavés sur la capitalisation en achetant pour un bout de pain des belles barraques au soleil à une époque où l'inflation leur a permis d'amortir leur prêt en moins de 2. Depuis les conservateurs allemands sont passés par là et ont imposé le contrôle avec la banque centrale.

          Et qu'on ne me parle pas de transmettre son patrimoine surtout à gauche… Et les orphelins, les fils de plébéiens ? Elle est où l'égalité des chances ?
          Les baisés comptez vous, avec Sarko en 2017 on va vous la remettre encore plus profond.

  • # Plus d'eau sur terre

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8.

    S'il n'y avait que l'économie francaise que nos enfants paieront…

    • [^] # Re: Plus d'eau sur terre

      Posté par  . Évalué à 8.

      Exactement.

      Le "logiciel" de notre système (comme aiment dire les journalistes aujourd'hui) est uniquement axé sur l'économie. Le seul indice qui compte est la croissance du PIB. "ça va mieux la consommation des ménages remonte". WTF ! mais non ça veut dire que ça va plus mal : on va encore consommer plus de deux planète*an par an.

      Les capitalistes n'ont besoin que d'une seule arme : le chantage à l'emploi.

      La société changera : par le haut (prise de conscience environnementale) ou par le bas (catastrophe qui décimera une grande partie de la population) mais elle changera, pas pour nous mais pour nos enfants (que je n'ai pas encore). Et à ce moment la, la croissance du PID on s'en foutra bien.

      Chers mouleux, chères mouleuses, qu'est ce qu'on peut faire à notre échelle ?

      • [^] # Re: Plus d'eau sur terre

        Posté par  . Évalué à 5.

        qu'est ce qu'on peut faire à notre échelle ?

        Un kill -15 PID ?

        • [^] # Re: Plus d'eau sur terre

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

          Excuse-moi de te dire ça, mon pauvre José, mais tu [es] un peu […] has been. On dit systemd-restart maintenant. Et grâce à Lennart c'est standardisé ! On dit merci qui ?

  • # Si vous avez pas grand chose à dire, abstenez vous !!

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9.

    On a parmi nous un véritable amateur des ellipses narratives.
    En tout cas l'auteur à sacrifier le contenu de son billet, à moins qu'il soit taxé aux mots, ça rentre presque dans un tweet.

    C'est de plus en plus navrant de voir ce qui est publié ici.
    Pour les discussions de comptoir, je vous conseille d'aller en parler sur les réseaux sociaux.

  • # La solution

    Posté par  . Évalué à 8.

    Moi je propose qu'on sacrifie tous les baby-boomers, comme ça ils ne coûteront rien. Et sinon, plus sérieusement, si François Lenglet avait des choses intéressantes à dire, ça se saurait depuis le temps. Beaucoup de ses bouquins partagent le même genre de titre racoleur :

    • La crise des années 30 est devant nous, 2007
    • Qui va payer la crise ?, 2012
    • Tant pis, nos enfants paieront, 2016
    • [^] # Re: La solution

      Posté par  . Évalué à 9.

      bah, plutôt que d'envoyer les jeunes se faire tuer en Afrique, par exemple, envoyons nos vieux, qu'ils assument les conneries qu'ils ont faits là bas …

    • [^] # Re: La solution

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3. Dernière modification le 05/09/16 à 21:34.

      La crise des années 30 est devant nous

      Quand l'informatique mondiale s'écroulera en 2038 à cause des timestamp UNIX 32 bits tu feras nettement moins le malin et tu présenteras tes excuses à ce brave homme.

      • [^] # Re: La solution

        Posté par  . Évalué à 2.

        Ouais, et il aura écrit plein de bouquins en plus pour nous en parler:

        • La vraie crise arrive, 2018
        • Devant nous, le chaos, 2025
        • Et si on rebootait le monde, 2037
  • # Depuis quand...

    Posté par  . Évalué à -10.

    … on parle de politique sur ce site ??

    Zut, même si les libristes sont souvent marqués à gauche, relisez l'URL: linux !!

    SVP, restons dans le sujet, il y a bien d'autres forums/sites pour exprimer vos points de vue…

    Au hasard pour les français, la Pravda: lemonde.fr

    • [^] # Re: Depuis quand...

      Posté par  . Évalué à -10.

      … et aussi, liberation.fr…

    • [^] # Re: Depuis quand...

      Posté par  . Évalué à 2.

      Les libristes sont souvent marqués à gauche

      en général je sais pas, mais pour les personnes (libristes ou pas) qui s'expriment sur linuxfr, je n'ai pas remarqué une prédominance des pensées de gauche… Par exemple ta comparaison du monde avec la pravda n'est pas une comparaison qui me ferait penser "tiens encore un mec de gauche"…

      Mais ce n'est qu'un ressenti, je n'ai pas fait de sondage ;-)

  • # Aucune crédibilité de monsieur Lenglet

    Posté par  . Évalué à 8. Dernière modification le 05/09/16 à 15:50.

    Sachant que Monsieur Lenglet est un journaliste politique bien intégré dans le système, au idées politiques clairement établis : Une sorte de libéralisme de droite.

    Sachant que Monsieur Lenglet réalise des «ménages», preuve irréfutable d'une connivence avec les milieux d'affaires.

    Sachant que Monsieur Lenglet s'est permis d'accuser ouvertement un président (le président bolivien) en exercice de corruption alors même que l'enquête disponible alors l'innocente, fait qui devrait avoir à minima mérité de la part d'un journaliste de la retenu.

    Sachant tous ces éléments, j'en déduis assez simplement que la théorie que monsieur Lenglet n'a comme l'ensemble de son œuvre, aucune crédibilité, journalistiquement parlant.

    Il ne s'agit ainsi que pour moi que d'un énième édito, d'un enfumage idéologique de plus, afin de jouer les générations contre les autres et ainsi de ne pas jeter un coup d'oeil au vrais scandales actuel que sont les inégalités de richesses et qui ne sont assurément, pas une question vieux contre jeune.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.