• # Re: Le sixième jour...

    Posté par . Évalué à 1.

    Hmm, évidement ça fait peur. D'autant plus qu'il jouent avec la corde sensible des propriétaires d'animaux domestiques.

    Au delà même de toute considération éthique, ce genre de clonage est un danger, car lorsque le même animal aura été cloné 5 ou 10 fois, et que des dizaines de propriétaires auront fait de même, cela risque de menacer la diversité de l'espèce, avec tous les risques que cela implique.
  • # Re: Le sixième jour...

    Posté par . Évalué à 5.

    "Des personnes nous apportent la balle avec laquelle jouait leur chien et qui est couverte de salive pour nous demander si, grâce à elle, on peut le cloner", explique Ben Carlson, le directeur adjoint chargé de la communication.

    "Nous recevons un grand nombre de requêtes tout aussi poignantes. Les propriétaires ont parfois quelques poils ou une dent. Ils nous indiquent l'endroit où ils ont enterré leur compagnon deux mois auparavant. Nous devons leur dire que, malheureusement, on ne peut plus rien faire", ajoute-t-il.


    Chouette, je vais pouvoir cloner Mirza ! Malheureusement, j'ai vendu toutes les tranches (les gens se sont précipités pour l'acheter, ce fabuleux clébard !). Est-ce que quelqu'un pourrait éventuellement me renvoyer une ou deux tranches en bon état, pour l'ADN ? Par bittorrent ça devrait passer...
  • # Re: Le sixième jour...

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Encore 10 ans, et on risque un jour de rentrer chez soit et d'y trouver "quelqu'un qui nous ressemble mais qui n'est pas nous"...
    Pitié, pas ce genre de conneries à deux euros, c'est déjà suffisamment dur d'expliquer ce qu'est le clonage aux gens, si en plus ils commencent à croire aux salades gouvernatoresques, on va pas s'en sortir.

    Rappelons qu'un clone (dans le cas idéal: un clone "réussi") n'est rien de plus qu'un jumeau qui n'aurait pas le même âge (sauf a être cloné à la naissance). Il n'y a rien d'ésotérique là dedans, on ne tue pas son frêre jumeau sous prétexte qu'on a besoin d'organes par exemple...

    Un des vrais problème avec cette idée de cloner ses animaux domestiques (au delà du fait que les gens ne se rendent pas compte qu'il ne vont pas avoir une copie conforme de Mirza) c'est qu'il faut passer par plusieurs centaines "d'essais" pour produire un clone "viable", je vous laisse imaginer le sort réservé aux "essais non viables"...
    • [^] # Re: Le sixième jour...

      Posté par . Évalué à 2.

      on ne tue pas son frêre jumeau sous prétexte qu'on a besoin d'organes par exemple...

      ah... mince... Jean Paul ? Arf trop tard...

      ----

      Plus sérieusement je crois que l'auteur du journal fait référence à un film états-unien à deux balles... (qui commence justement avec le clonage d'"animaux domestiques" et se poursuit par un gars qui rentre chez lui et trouve son double, à sa place...). Ce n'était donc pas forcément sérieux.

      Là où je trouve les choses assez graves, c'est que (là encore, en dehors de toute consédiration éthique) ça voudrait dire que l'enfant, ou même l'adulte, ne souffrirait plus de la perte de l'animal en question... ça veut donc dire que l'on apprend plus "la perte"... qui est pourtant quelque chose de très important dans le cadre "évolution psychologique de l'individu"...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.