Journal Henry attend un emploi

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa.
Tags :
23
26
nov.
2019

Et revoici des nouvelles de votre serviteur le plus malchanceux, le looser absolu, notre héros Henry. On l'avait laissé en Corée (Ici); que fait-il maintenant ?

Et bien sa boîte a fini par le remplacer pas un robot et une IA. "Ils ont besoin des deux pour me remplacer, hin-hin-hin" se plait-il d'ailleurs à répéter à qui veut l'entendre (ce qui ne fait pas tant de monde, ceci dit). Mais cela ne fait pas oublier qu'il a été viré comme un chinois, alors qu'il avait quitté la Corée pour le Brésil puis Haïti en passant par l'Angola.

Et ce matin, à l'agence pour les sans-emplois, Henry a du écouter tout le cours de madame Levranec, qui portait, le cours pas la madame, sur la renaissance professionnelle, ce nouveau cache-nez de la mondialisation taxée. Madame Levranec qui a récemment eu un enfant, enfant qui hante pas mal son cours tant il est souvent pris à partie pour l'exemple, pour l'anecdote ou juste pour se la péter.

Tout ce qu'il a retenu du cours, hormis les différents bruits que fait le bébé quand on lui donne ceci ou qu'il fait cela, c'est que la renaissance professionnelle passe par des pratiques d’amélioration continue, par l'agilité et par le lean startup. Dieu sait, et nous aussi maintenant, que cela n'évoque rien d'autre à Henry qu'un large désert auquel on aurait subtilisé le sable: le grand néant, quoi.

Mais il a bien rempli tous les formulaires et, c'est sûr, il va être contacté, très prochainement, par des recruteurs avides de profils comme le sien. D'ailleurs Henry se dit qu'il a bien des chances d'être appelé sous peu car il est à peu près certains que des profils comme le sien.. il ne doit pas y en avoir des tonnes.

Mais parfois, tard le soir, tout seul devant Netflix Henry est pris d'un doute: si aucun recruteurs n'a appelé aujourd'hui, est-ce pour demain..?

Qu'en pensez-vous, mes bien chers confrères ?

  • # Salariat

    Posté par . Évalué à 10 (+9/-0).

    Que le salariat est une saloperie. La preuve on te paye pour.

    Blague à part, j'en pense que moins tu as besoin d'argent moins tu as besoin d'avoir un patron.

    Perso j'ai sauté le pas de l'indépendance il y a 5 ans et je me vois mal revenir en arrière. Même si je devais gagner moins. Ce qui n'est même pas le cas aujourd'hui.

  • # le grand néant

    Posté par . Évalué à 3 (+2/-0).

    j'en pense rien, mais c'est pas bien de se moquer des abrutis.

    Juste un truc : le néant, contrairement au vide, n'a pas de dimension. Le grand néant n'a pas lieu d'être (et n'a pas de lieu), il vaut mieux dire "le grand vide".

    • [^] # Re: le grand néant

      Posté par (page perso) . Évalué à 6 (+5/-1).

      Henry n'est pas un abruti. C'est un gars sympa et dévoué, qui n'est juste pas complètement à sa place dans notre monde. Ses valeurs paraissent obsolètes à la plupart de ses contemporains et son côté maladroit faire rire autour de lui. Il reste positif plus que de raison alors qu'il est trop souvent entouré de défaitistes; son optimisme le fait passer pour un naïf –au mieux. Il se voit souvent faire des choses extraordinaires, mais ne les fait jamais, ou alors très maladroitement. Henry c'est la personne à qui tu parles le moins dans ta boîte ou encore ce gars de l'équipe du client que tu ne sais jamais exactement ce qu'il fait, notamment parce qu'il ne parle jamais aux séances.

      Henry est malheureux mais reste persuadé que demain… Demain…

      Sinon, merci pour l'info sur le néant :)

      La gelée de coings est une chose à ne pas avaler de travers.

      • [^] # Re: le grand néant

        Posté par . Évalué à 8 (+5/-0). Dernière modification le 27/11/19 à 21:16.

        Henry n'est pas un abruti.

        Personne ne dit cela, cependant s'il n'est pas capable de traverser la rue seul alors il devrait être placé dans un établissement spécialisé afin de produire de la richesse de manière indirecte via le travail des encadrants.
        C'est le minimum dans notre référentiel.
        Merci,
        Cordialement

        (notice : ceci était un commentaire à caractère cynique)

  • # madame Levranec

    Posté par . Évalué à 1 (+0/-0).

    Madame Levranec est-elle en Angola, au Brésil, ou dans un autre pays ?

    • [^] # Re: madame Levranec

      Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+1/-1).

      Elle est partout à la fois, multi-connectée, ubiquiste et peut-être même virtuelle!

      La gelée de coings est une chose à ne pas avaler de travers.

  • # Visibilité

    Posté par (page perso) . Évalué à 1 (+3/-4).

    Henry devrait profiter de son temps libre pour se rendre visible et ne pas dépendre entièrement d'une dame qui a fort à faire avec beaucoup d'autres que lui.

    Par exemple participer à un projet du logiciel libre et communiquer sur ses actions. Parler de son boulot habituel et de ses capacités, parler des projets déjà réalisés et de ce qu'il y a apporté, bref exister médiatiquement afin d'être visible de ses pairs et aussi des recruteurs potentiels ou au moins d'avoir quelque chose de différenciant à leur présenter. Ça peut passer par tenir un blog, participer à des forums ou à des bases de connaissance type stackoverflow, communiquer sur les réseaux sociaux, tourner des vidéos youtube de ses voyages et de sa super vie de digital nomad (power trend++).

    Henry devrait aussi aller sur des sites d'emploi (linuxjobs.fr par exemple ;p) et viser certaines boîtes qui l'intéressent, aller sur leur page "Carrières" et voir si elles engagent (en général elles engagent, c'est un peu la folie le marché en ce moment). La demande en informaticien n'a jamais été aussi forte. Maintenant si personne ne connaît Henry, personne n'ira chercher Henry. Et il ne faut jamais mettre tout ses oeufs dans le même panier.

  • # Mais il me court après, ce con ?!

    Posté par . Évalué à 10 (+11/-1).

    Tout ce qu'il a retenu du cours, hormis les différents bruits que fait le bébé

    Il a dit kapouééééé ?

  • # D'après le dictionnaire urbain

    Posté par . Évalué à 6 (+4/-0).

    Qu'un looser est un loser qui ne sait pas écrire loser.

    Pas très urbain ce dictionnaire, au final.

  • # Et pas un mot sur Adèle …

    Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+2/-0).

    Henri a-t-il fait son deuil ?

  • # Faire jouer l'expérience et le réseau

    Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+0/-0).

    Voyant que le temps restant avant la fin de ses droits de chômage était bientôt équivalent au succès qu'il avait auprès de ses recruteurs, Henry commença à paniquer. Il se mit à assister aux séminaires que lui proposait Pôle Emploie dans l'espoir d'avoir LA solution miracle.

    Un jour, en assistant à un de ces fameux séminaires sur les "stars tupes", pendant laquelle l'intervenante au voluptueux décolleté utilisait pleins de mots savant que personne comprenait, il eu l'impression d'être revenu dans sa grosse entreprise : tout le monde utilisait pleins de grands mots pour se rendre impressionnant mais que personne comprenait et au final pas grand chose en ressortait. La seule différence était que la vue était quand même bien plus agréable que le décolleté de Gérard … Finalement, il se dit que le monde des stars tupes ca a l'air pas si mal et qu'il voudrait bien en faire parti.

    Lors de son rendez-vous suivant avec sa conseillère Pôle Emploi, qui venait tout juste de rentrer de congé maternité, il lança un peu la question comme ca, en ne manquant pas de "l’impressionner" par son incroyable prononciation anglaise (surtout quand il a parlé de "star tupe"). Il avait pas tout compris mais il a retenu que Pôle emploi pouvait le financer via ses droits de chômages, et que c'était quand même mieux de faire participer d'autres gens.

    Mais comme Henry s'y prenait un peu tard, son budget pour lancer sa "star tupe" (qu'il a choisi d'appeler "Tupe !", avec un point d'exclamation pour donner un côté dynamique) était un peu limité. Au final, pour garder un peu de marge, il décida de juste payer un comptable, un ancien du service compta bis qui lui faisait un "prix d'ami" (Henry avait pas trop si c'est vraiment un prix d'ami, mais si il était à la compta-bis, c'est qu'il devait pas être mauvais), et un créateur de site internet pour rendre son projet moderne et innovant. Pour trouver le dit projet et le contenu du site, il décida de faire ca seul au lieu de payer un de ces coachs horriblement chers.

    Comme il pouvait pas se payer un coach pour monter son projet, Henry se dit qu'il allait écrire des phrases et des idées sur une page. Il s'installa dans son fauteuil préféré, celui dans lequel il lisait Paris-Match, et s'imagina en réunion, avec le "petit" Bernard (1m96 tout de même), la fameuse Adèle et ce pauvre Jean-Mich', et bien sûr Gérard. Au final il était plutôt content du compte rendu de la réunion qu'il venait d'écrire, même si il n'y comprenait pas grand-chose. Sur son site internet, ca rendait super bien avec les animations qu'avait mis le designer indien qu'il payait !

    Mais avec son site, son affaire ne marchait quand même pas très bien ; il y avait à peu près autant de clients qui le sollicitaient que de recruteurs quand il était au chomage. En plus, comme il ne comprenait pas trop ce qu'il avait mis sur son site, il avait du mal à en parler dans les séminaires qu'il continuait à suivre avec Pôle Emploi ; il bafouillait et se perdait dans ses notes. Non pas qu'il présentait mal, il était rodé par des années de réunions dans son ancienne grosse boîte, mais il était trop déstabilisé par les questions des plus jeunes. Alors il se dit qu'il allait faire comme avec les diapos salaces qu'il avait avant, il allait envoyé ca aux collègues. On sait jamais, dès fois que quelqu'un comprenne son projet pour lui …

    Bah figurez-vous que quelqu'un a bien compris son projet ! Et même mieux, c'était l'ancien sous-directeur général et il voulait le racheter (pas lui, mais sa star truc) ! Henry paniqua un peu quand même quand il apprit ca. Même si c'était quelqu'un qu'il connait qui lui faisait la proposition de rachat, ca le rassurait un peu, ca avait quand même l'air très compliqué et Henry voulait pas se faire embrouiller. En plus, son comptable avait pas l'air de beaucoup vouloir l'aider sur le coup …
    Alors il se dit qu'il allait demander à l'ancienne équipe commerciale de son ex-boite qui s'était chargée de la vente (de l'ex-grosse boite, faut suivre ;)) au groupe Tchugh. Une seule personne accepta de l'aider, mais comble du bonheur, c'était Adèle ! Elle avait aussi été licenciée il y a 4 ans, et avait aussi monté sa propre entreprise de coaching en auto-entrepreneuriat, mais ca ne marchait pas très bien. Personne n'était vraiment intéressé par ses services à cause de son manque d'expérience. Au début elle demandait une grosse part de la vente, mais quand elle apprit le montant de l'offre initiale, elle a de suite demandée à être associée permanente, le rêve !

    En fait, il se trouva que c'était Adèle qui avait monté le gros du dossier de "la revente" au groupe Tchugh il y a quelques années. Au final, pour la revente de "Tupe !", elle parvint à négocier un meilleur prix que l'offre de base, avec un joli bonus personnel à 5 chiffres, et un maintient des postes d'Henry et d'elle-même au sein de la nouvelle société. Henry était un peu inquiet quand même, déjà qu'il avait pas compris son propre projet à la base, il savait pas trop ce qu'il allait pouvoir faire dans son nouveau poste. Mais c'était pas grave, parce qu'il touchait quand même pas mal de sous, de quoi s'acheter une Tesla 3 (il aimait bien l'idée de la voiture qui conduit pour lui) tout en en gardant de côté, et en plus il allait partager son nouveau bureau avec Adèle …

    Au final, son nouveau travail était plutôt pas mal : il était mieux payé que l'ancien directeur de son ancien service, son bureau était assez confortable et il se contentait de lire des trucs sur internet et de les raconter en réunion avec Adèle. En plus il remarqua que celle-ci lui souriait de plus en plus ces derniers temps !

    Adèle de son côté, était en galère depuis son licenciement. Alors quand elle vit l'appel à l'aide de Henry, comme il était un peu neuneu, elle se dit qu'elle pouvait sûrement se faire quelques sous. Mais elle ne s'attendait pas à un tel montant, ni qu'Henry accepte sans hésiter de la prendre pour associée ! Elle avait un peu peur quand même de devoir travailler avec lui surtout après l'épisode du fax, mais comme ca lui permettait de retrouver un emploi à temps plein, elle décida finalement de rester après le rachat de "Tupe !" (quel nom idiot !).

    Mais Adèle fût très surprise, en travaillant avec Henry. Elle découvrit en lui quelqu'un de très gentil et modeste, et même plutôt maladroit. En lui racontant ses déboires amoureux, Adèle avait trouvé Henry très compréhensif et en plus très discret ! Tout ce qui se disait dans le bureau n'en sortait pas, ca lui changeait de son ancien service …
    En fait, après toutes ses mésaventures, elle se rendi compte que le genre d'homme qui lui plaisait c'était justement Henry. En plus il essayait de reste dans la tendance même si il a un peu de mal, il roulait en Tesla !

    Un soir où ils devaient rester tard pour préparer une réunion pour le lendemain matin (ils avaient passé la journée à s'envoyer des mèmes ; Henry comprenait pas trop le principe mais c'est marrant), Adèle décida de se jeter à l'eau. Elle se mit à faire des blagues de plus en plus piquantes qui finirent pas drôlement gêner Henry. Finalement, pendant qu'il se perdait en pleine bafouille, elle l'embrassa soudainement, ce qui, vu la sensation sur sa hanche, avait plutôt plu à Henry ! Finalement, même si la réunion du lendemain n'était pas très préparée et même assez plate par rapport à d'habitude, elle restera une franche réussite pour Henry et Adèle (l'équipe "HA !") !

    Quant à la suite de l'histoire, je vous laisse l'imaginer ;)

    NDR : après ces 12 ans de loose, je voulais inverser un peu le karma d'Henry :)

    Opera le fait depuis 10 ans.

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.