Journal Martin winkler et france inter (suite)

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
0
28
août
2003
Ce matin un auditeur a demandé à Stéphane Paoli une explication quand au départ de Martin Winckler. Réponse évasive du style: choix de la direction, personne n'est propriétaire de sa place gnagnagna...Bref le pauvre Stéphane ne pouvait pas faire grand chose d'autre.
En revanche ce soir à 19h20, l'émission "Le téléphone sonne" a pour sujet la rentrée de france inter et devrait selon Stéphane Paoli être l'occasion d'une explication....
En sachant que selon Jean-Luc Hess (directeur de france inter), Winckler serait "un petit medecin mégalomane" et que ses chroniques étaient, selon lui, mauvaises....
Soit, le point de vue étant trop subjectif pour être attaquable (quoique mettre un an avant de se séparer d'un mauvais collaborateur pourrait être qualifié de faute de sa part ?) En revanche, il est légitime d'avoir des explication quand à l'accès difficile (page non referencée sur le site de france inter) de la rubrique Odyssée qui en autre contenait la réponse de Martin W. à l'intervention d'un groupement des entreprises pharmaceutiques, a la suspension du jour au lendemain d'odyssée au mépris et de Martin Winckler (a priori pas très grave pour la direction) et des auditeurs ( à mon avis tres grave).
http://www.radiofrance.fr/chaines/france-inter01/emissions/telsonne(...)
  • # Re: Martin winkler et france inter (suite)

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Ce que j'ai préféré, c'est le moyen qu'il a trouvé pour détourner la conversation, à savoir parler du nouveau chroniqueur.

    Enfin bon, si l'on veut téléphoner ce soir, mieux vaut donner un faux prétexte et aller de but en blanc pour ne pas laisser d'échapattoire possible: notamment en évoquant la pressions dont il a fait la cible, les attaques consecutives du LEEM et la manière dont France Inter a plié l'échine alors qu'elle est une radio publique.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.