Journal Quand Google défie l'Europe

Posté par .
0
23
jan.
2005
Cher journal, (aïe ça fait ringard ça)
Hi newspaper !

En décembre dernier, Google annonçait la numérisation de 15 millions d'ouvrages reposant dans cinq bibliothèques parmi les plus célèbres et les plus riches du monde anglo-saxon.

Même si je n'étais pas sur de m'en servir lorsque cela serait disponible, j'avais trouvé génial d'avoir cette bibliothèque a porté de la main... : Cela me semblait être un premier pas vers une bibliothèque universelle pour tous.

Visiblement ma réaction était plutôt naïve, car justement, seuls des ouvrages anglo-saxons y seront disponibles. On est loin de l'universalité, par contre, franchement en pleine domination culturelle.

Dans l'article du Monde, l'auteur (président de la Bibliothèque nationale) raconte qu'il a été consterné par la manière de traiter la révolution de 1789 dans les livres américains et anglais:
Je garde en mémoire l'expérience du Bicentenaire de la Révolution, en 1989, quand j'en dirigeais les manifestations. Il eût été délétère et détestable pour l'équilibre de la nation, pour l'image et la connaissance qu'elle avait d'elle-même, de son passé, des événements, lumineux ou sombres, qu'il nous revenait de commémorer, d'aller chercher dans les seules bases de données anglaises ou américaines un récit et une interprétation qui y étaient biaisés de multiples façons

Suivent quelques exemples :
...La guillotine occultant les droits de l'homme...

Dans le même esprit que le combat pour une recherche européenne forte, il est vraiment temps que l'Europe s'implique dans ce genre de chose. La bibliothèque de France offre déjà un outils intéressant : Gallica, mais évidement ça ne fait pas le poids.

Autant j'étais sceptique à propos du danger du "tout google" pour les recherches, autant un projet comme celui là fait n'est vraiment pas rassurant. (Bon une alternative à google serait tout de même souhaitable... et pas Msn search)

L'article du Monde: http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3232,36-395266,0.html(...)

Ps: mon journal, amha le sujet vaudrait un article, mais c'est trop hors sujet.
  • # Une solution simple

    Posté par . Évalué à 8.

    Toute culture dominante va vouloir augmenter sa sphère d'influence en imposant sa langue, vecteur naturel de ses idées. Les révolutionnaires de 1789 voulaient exterminer les trente-trois patois qui morcelaient la France. Les idées de la révolution, des lumières et de la liberté étaient disponibles en francais ; les chouanneries et autre conneries religieuse / féodales / obscurantiste l'étaient dans le patois du prêtre ou du petit seigneur local.

    http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/francophonie/HIST_FR_s8_Revolution178(...)

    Bienvenue dans l'ère technologique, le problème est encore accentué face à une surabondance d'informations, la question du tri est primordial ; quelles seront les valeurs, les interprétations mises en avant ? L' Outil technique Google s'apprivisionne dans la bibliothèque du Congrès, relaie et favorise les interprétations présentes dans le pays phare de la langue majoritaire.

    Il est donc plus que jamais nécessaire d'avoir une langue vraiment internationale, une langue neutrale où les contributions du monde entier pourront également avoir leur voix au chapitre, une langue simple pour qu'elle puisse être apprise sans devoir y passer 8 ans de sa vie et payer des stages onéreux, sans être condamné à bafouiller, rougir de honte ou se censurer quand on veut exprimer son opinion à cause de son manque de maîtrise de la langue.

    Bonne nouvelle, cette langue existe, et un logiciel très pédagogique ET placé sous la GPL ET porté sous Linux existe pour l'apprendre en 12 petites lecons d'environ 1 heure chacune.

    http://ikurso.esperanto-jeunes.org/(...) ikurso pour Linux
    http://ikurso.esperanto-jeunes.org/fr/cge/(...) pour ce qui préfère interface web
    http://www.lernu.net/lernu.php?lingvo=fr(...) un trésor
    http://tribunelibre.org/2004/07/01/319.html(...) Excellent "Panorama de l'esperanto" sur l'autre bébé de Fabien Penso<
    http://www.esperanto-france.org/langue/culture.html(...) A visiter avant de penser qu'il s'agit d'une sous-langue ( appréhension courante, je pense que beaucoup ont été marqués par des livres de SF, par exemple la "novlangue" de 1984, concue pour empêcher les gens de penser. Exprimer "Big Brother est mauvais" dans cette langue est certes possible, mais sonne terriblement incongru )
    • [^] # Re: Une solution simple

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      une langue neutrale ?

      J'aimerais connaitre le sens de ce mot pour vous ...

      Sinon, je ne vois pas en quoi cette langue, même apprise par beaucoup, changera quoi que ce soit au problème du contenu du livre d'histoire américain, tibétain ou palestinien ... même s'ils sont écrit en esperanto, la volonté de faire de l'histoire une propagande reste un fait existant quelle que soit la langue dans laquelle elle s'exprime.

      Dans le même temps, je considère l'esperanto un peu comme la réforme Toubon de l'orthographe : un effort désespéré pour influer sur le cours de l'histoire des langues... petite fourmi demandant à la reine d'arrêter de pondre pour donner des vacances à tout le monde (...)
      inutile, futile, jeu d'écolo-geek ou d'anard à la retraite ...

      Sinon, pour l'histoire de google, je trouve en effet extrémement dangereux que ce moteur représente un tel poids dans la recherche sur le web. Il devient plus que temps de trouver des alternatives crédibles, mais hélas, nous sommes devant une situation de monopole de 3 ou 4 gros groupes, qui feront donc ce qu'ils veulent (ca me fait penser au pb des telephones mobiles dans ce pays ...)

      une idée pour une alternative ?
      • [^] # Re: Une solution simple

        Posté par . Évalué à 6.

        une langue neutrale ?

        J'aimerais connaitre le sens de ce mot pour vous ...

        Une langue qui ne soit pas celle d'un état, mais celle de chaque homme qui veut se l'approprier. Une langue qui ne vient pas là pour imposer une culture (les lumières et la révolution du francais face au breton, le "analyse made in USA" de l'anglais face au francais), mais qui joue au contraire le rôle de pont entre les cultures. Une langue où personne n'est favorisé, ou plutôt, ou tout le monde peut s'exprimer avec autant d'aisance que s'il s'agissait de sa langue natale et réllement communiquer. Baigaiements, rougeoiments, moqueries des natifs, apprentissage long et douloureux, grammaire arbitraire, prononciation alambiquée, vocabulaire à aprendre à la dure sont le lot des langues "naturelles", Il suffit de voire l'orthographe et la grammaire sur linuxfr pour s'en rendre compte. Mais tous ces phénomènes ne sont pas une fatalité.

        Sinon, je ne vois pas en quoi cette langue, même apprise par beaucoup, changera quoi que ce soit au problème du contenu du livre d'histoire américain, tibétain ou palestinien ... même s'ils sont écrit en esperanto, la volonté de faire de l'histoire une propagande reste un fait existant quelle que soit la langue dans laquelle elle s'exprime.
        Si tout le monde a la volonté et la possibilité de faire sa propre propagande, la propagande sera beaucoup mieux équilibrée.

        Je parle anglais, quand je recherche des nouvelles j'ai une tendance naturelle à aller vers le New York Times et assimilés. En revanche, en cherchant des radios à écouter en Espéranto, assez naturellement tomber sur des optiques que l'on entend jamais au milieu du brouhaha comme celui du Panama, de Cuba, ou de radio vatican.
        (1) http://radioarkivo.org/(...) malheureusement la qualité est pourrie.

        Dans le même temps, je considère l'esperanto un peu comme la réforme Toubon de l'orthographe
        Pff, le rapprochement n'est vraiment pas fameux. Toubon c'était protectionniste, sur la défensive, futile, franco-francais. L'Esperanto vise à donner à tout homme une deuxième langue natale qui lui permette de vraiment communiquer d'égal à égal avec le reste de l'humanité. Mais bon, je ne trépigne pas en attendant le Grand Soir, j'aime bien les langues étrangères, l'espéranto a été pour moi un jeu d'enfant à apprendre par rapport à l'allemand ou l'anglais (là il y a encore du boulot) et m'a procuré autant de plaisir. Ca ne peut que faire du bien à votre cerveau, et enfin bref, il y a beaucoup de moyens bien plus bêtes de perdre son temps. Il y a même des avantages très pratiques, comme la possibilité de bénéficier d'un réseau d'hôtes dans le monde entier. Certains ont même fait le tour du monde ainsi

        http://www.esperanto-france.org/langue/voyager.html(...)
        http://www.esperanto-france.org/asso/pasporta_servo.html(...)
        Pasporta Servo: le service d'hébergement gratuit chez l'habitant qui vous permet de voyager dans plus de 70 pays et de vous faire héberger par d'autres espérantophones.

        inutile, futile, jeu d'écolo-geek ou d'anard à la retraite ...
        Un peu comme gnu-slash-linux quoi.

        Enfin bon, je ne vous en veut pas, je pensais la même chose il y a peine un an. Enfin l'espéranto a attiré beaucoup de gens futiles quand même, comme Jules Vernes, Léon Tolstoi, Pierre Desproges, Einstein, Gandhi et j'en passe.

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Esp%C3%A9rantiste(...)
      • [^] # Re: Une solution simple

        Posté par . Évalué à 7.

        Dans le même temps, je considère l'esperanto un peu comme la réforme Toubon de l'orthographe : un effort désespéré pour influer sur le cours de l'histoire des langues... petite fourmi demandant à la reine d'arrêter de pondre pour donner des vacances à tout le monde (...)

        En réalité, on serait étonné de l'importance qu'a pris l'Espéranto au début du siecle dans notre pays, à l'époque où pourtant le Français avait une très grande place dans le monde, lorsque l'Anglais était évoqué en tant que possible langue internationale, les moqueries allait bon train sur « la langue que même les Anglais ne savent pas prononcer ». En effet, en lisant l'article, j'ai pris connaissance de l'existance de Gallica (½uvres numérisés de la BNF) et y ai cherché des documents traitant de l'Espéranto.

        Il n'y en a pas énormément, mais la présence la plus remarquable s'est faite dans deux documents, le premier étant le compte rendu du Deuxième Congrès International des Mathématiciens (Août 1900) ou une conférence a apparament été donnée (par un Espérantiste) sur l'utilité de la langue internationale auxiliaire Espéranto dans le domaine scientifique. La deuxième présence est dans la Revue Internationale des Sciences Pures et Appliquées, en 1903 et 1904, ou un article est publié au sujet de l'espéranto par un professeur de physique convaincu. J'ai également trouvé une présentation élogieuse de l'Espéranto dans l'encyclopédie familiale Je sais tout... On est loin du "black-out" presque complet de l'Espéranto dans les médias et des moqueries actuelles sur l'Espéranto.

        Enfin, tout ça pour dire qu'au début du siècle, l'Espéranto a fait beaucoup de bruit, mais a subi (comme aujourd'hui d'ailleurs) le refus des politiques, notament à cause de l'abscence de culture ou de littérature (ce qui n'est plus vrai à l'heure actuelle), mais aussi par la peur du communisme à cause de l'idéal de paix entre les différents peuples véhiculé par l'Espéranto. Le mouvement avait suffisament d'ampleur pour que l'Etat français interdise l'usage des locaux de l'éducation nationale pour l'apprentissage de l'Espéranto.

        On doit également un assez brusque arrêt du développement de l'Espéranto à Hitler qui a déporté les Espérantistes au même titre que les Juifs, les homosexuels ou les opposants poliques... (Louis-Lazare Zamenhoff, créateur de l'Espéranto, était juif). Staline a également déporté les Espérantistes en Sibérie, et pour les étatuniens, l'Espéranto était également très fortement lié au communisme, ce qui était assez mal vu...

        Bref, tout ça pour dire que certes, on a l'impression que l'Espéranto n'a pas fonctionné, mais on constate deux générations d'Espérantistes : les vieux de la première vague, et les jeunes de la vague internet. En effet on voit un regain relativement important de l'Espéranto, notament auprès de la "communauté" du logiciel libre.

        Pour la petit annecdote, je me suis interessé moi même à l'Espéranto il y a moins d'un an, à l'occasion de la rédaction d'un petit article sur les formats ouvert, en les comparant à un espéranto, mot entré dans un certain usage pour désigner un outil de communication idéal. Depuis 4 mois que je l'apprends à un rythme assez peu soutenu, je peux désormais lire relativement facilement et sans mettre le nez sans cesse dans le dictionnaire, les articles du monde diplomatique en espéranto ( http://eo.mondediplo.com/(...) )

        (PS: Merci à Anonymous #1 d'avoir pris le courage de montre le lien entre cet article du monde et l'Espéranto... ayant lancé ma part de débat sur le sujet par ici, je n'en avais pas eu la force...)
  • # projet gutenberg

    Posté par . Évalué à 8.

    Dans le style projet de numériser des oeuvres littéraires, il y a le projet Gutenberg.
    Le but est de numériser les oeuvres qui sont dans le domaine public, dans n'importe quelles langues...
    Pour ce faire, il existe deux communautés ; gutenberg (http://www.gutenberg.org/(...)) et les distributed proofreaders (pgdp.net). Les premiers rassemblent les oeuvres numérisées et les classent, et les deuxième numérisent les oeuvres.
    Pour ce faire, ils scannent des bouquins, font de la reconnaissance de caractères et ensuite, des lecteurs vérifient que les caracteres ont bien été reconnus.
    J'ai déjà participé à ce projet, et c'est vraiment pas compliqué. En plus ca donne une bonne occasion de lire de la vrai littérature...
    Voila tout, je retourne dans la vraie vie maintenant...
  • # Plutôt que déplorer...

    Posté par . Évalué à 3.

    Je suis d'accord qu'il est dangereux de tendre vers une uniformisation des cultures, et que ceci est un des risques que l'on encourt en se reposant sur une centralisation de l'information à la Google.

    Ceci dit plutôt que déplorer ce fait, il serait plus pertinent de mettre en avant les alternatives. Et en ce domaine, le site de la BNF, Gallica, très vite cité dans l'article, devrait être largement mis en avant et diffusé. Personnellement, je ne connaissais pas et viens de découvrir le site ( http://gallica.bnf.fr/(...) )... et pour le peu que je viens de voir en peu de temps, c'est une véritable mine d'or. Vous pouvez simplement faire une recherche (par auteur, titre, mot clé...) et télécharger un joli pdf (ou .tiff) contenant l'ouvrage recherché. Le document en question est constitué de scans des pages. On a donc pas vraiment une version électronique du texte (à moins de passer par un OCR) ce qui doit limiter fortement la recherche par mot clé (probablement limitée à une recherche sur titre et peut-être une description des ouvrages) et augmenter la taille des fichiers. Le fichier est plus agréable à lire une fois imprimé que sur un écran... mais on se retrouve avec des formats historiques des livres (par exemple j'ai maintenant en pdf l'édition de 1887 du Horla de Maupassant :-) ).
    • [^] # Re: Plutôt que déplorer...

      Posté par . Évalué à 1.

      De ce que j'en ai vu, la recherche par texte fonctionne pour les tables des matières et index des ouvrages numérisés, qui semblent avoir été passés à l'OCR. C'est comme ça que j'ai pu trouver des ouvrages du début du siècle traitant, entre beaucoup d'autres choses, de l'Espéranto.
  • # Hi diary

    Posté par . Évalué à 6.

    s/newspaper/diary
  • # De bons souvenirs

    Posté par . Évalué à 5.

    Cet article me rappelle de bons souvenirs quand il parle de l'exemple de la Révolution Francaise. J'y reviens à la fin de ce post.

    Ah, la Révolution ! Le problème est que d'un point de vue historique, c'est une période très compliquée, avec rien de tout blanc ni de tout noir. Ce n'est pas comme on nous l'apprend dans les livres d'histoire, malheureusement.

    Le monsieur dit que pour les anglo-saxons, "la guillotine occulte les Droits de l'Homme". Quel scandale ! Nous passons pour des sanguinaires, alors que nous sommes l'élévation spirituelle ultime de l'humanité !

    Pourtant, je ne suis pas d'accord. La guillotine était un aspect très important de la Révolution. Les historiens trancheront, mais son rôle n'est pas négligeable. Les Droits de l'Homme sont-ils plus importants ? Au vu de la société actuelle, j'en douterai presque. En France, il y a encore un sacré paquet de gens pour la peine de mort (à la guillotine, donc !)

    Mettre en avant tel ou tel aspect, c'est le choix de l'Historien et du Propagandiste. La langue, l'anglais, n'est qu'un véhicule accessoire. Bien entendu, les manuels anglo-saxons montrent le point de vue anglo-saxon sur notre Révolution. Quel scandale ! Ils n'ont pas la version dûment autorisée par notre Ministre de l'Inculture et de la Vérité ! Ca devrait être interdit, non ?

    Nonobstant cela, même les Anglais et les Américains savent être critiques par rapport aux documents. Pour une interprétation des faits, on trouve facilement une interprétation opposée, surtout par le biais d'outils comme Google.
    Et ce, quel que soit le sujet. Il y a même des mecs qui vous soutiennent qu'ils ont résolu la quadrature du cercle, alors pour savoir où réside la vérité sur la Révolution....


    Je reviens à mes souvenirs : j'ai connu des Chinois (des vrais, de Chine) en cité U. Un jour, je discute avec l'un d'eux, et on dévie sur la Révolution. Il me ressort alors ce qu'il a appris de bonne foi : en Chine, on aime bien les Francais, car ce sont eux qui, avec la Révolution de 1789, ont lancé la première Révolution Communiste au monde ! :-)))))

    Autre souvenir : ma mère me disait qu'en Afrique, en un temps, il y avait des insttuteurs Francais, qui apprenaient aux petits africains, évidemment, ce qu'il y a au Programme. Résultat, devant une classe de petits africains, on leur fait le cours (magistral) : "Nos Ancêtres Les Gaulois" ! :-)))))
    • [^] # Re: De bons souvenirs

      Posté par . Évalué à 3.

      Autre souvenir : ma mère me disait qu'en Afrique, en un temps, il y avait des insttuteurs Francais, qui apprenaient aux petits africains, évidemment, ce qu'il y a au Programme. Résultat, devant une classe de petits africains, on leur fait le cours (magistral) : "Nos Ancêtres Les Gaulois" ! :-)))))

      Cela me fait penser que l'on peut retrouver cette anecdote également au début du texte suivant :
      http://perso.wanadoo.fr/enotero/servitude.htm(...)
      • [^] # Re: De bons souvenirs

        Posté par . Évalué à 3.

        Hé ben ! si ma mère savait que ses anecdotes les plus croustillantes (qui datent de 30 ou 40 années déjà, voire plus, si elle les a héritées de ses parents) sont maintenant sur Internet....

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.